Navigation – Plan du site
Articles
11

Pédagogie de la recherche lexicale en ligne : par delà Google

Training students to retrieve online lexical information : beyond Google
Claire Larsonneur
p. 152-163

Résumés

Le succès de Google a révolutionné en dix ans la manière dont nous cherchons l’information. Malgré la facilité de maniement des moteurs de recherche, les étudiants ont besoin d’être formés non seulement aux outils techniques de recherche documentaire mais aussi à la prise de recul vis-à-vis de l’information en ligne (évaluation et vérification des documents, réflexion sur le média). Cette note de pédagogie se fonde sur une expérience de quatre ans d’enseignement d’un module de formation à la recherche documentaire en master de traduction, l’observation des pratiques étudiantes et le dépouillement annuel d’un questionnaire. Elle a permis de dégager à la fois des objectifs pédagogiques spécifiques à la recherche lexicale en ligne et des exemples d’exercices (apprentissage par binômes, travail sur le lexique émergent, création de bases de données).

Haut de page

Texte intégral

1Cette note de pédagogie se fonde sur l’expérience acquise pendant 4 ans avec des étudiants du master de traduction professionnel de l’Université Paris 8 (master T3L). La recherche documentaire est en effet une composante essentielle du travail du traducteur et fait l’objet d’un enseignement spécifique, ce d’autant que l’avènement des moteurs de recherches et la généralisation de la mise en ligne de contenus a profondément changé la méthodologie et les objets de la recherche documentaire, notamment en traduction technique. Cet enseignement s’adressait à un public étudiant hétérogène, tant sur le plan de leur degré de familiarité avec les NTIC que par leurs combinaisons linguistiques (français/anglais, français/espagnol, français/allemand, russe/français, arabe/français, espagnol/portugais). Outre la traduction de sciences humaines, le cursus comprend deux parcours de spécialité, en droit et en multimédia/web, ce qui génère des besoins spécifiques en terminologie. Enfin il a donné lieu à la publication chez Ophrys en 2008 d’un ouvrage grand public, La Recherche Internet en lettres et langues, comprenant une composante pédagogique à la fin de chaque chapitre.

1. Observation des pratiques étudiantes

2L’observation des pratiques de recherche documentaire et lexicale des étudiants se fonde ici sur les entretiens en classe lors des restitutions des travaux de recherche documentaire effectués à la maison mais aussi sur la remise systématique à chaque groupe en fin de module d’un questionnaire sur leurs pratiques personnelles, reproduit ci-après.

Enquête : pratiques de recherches documentaires

Enquête : pratiques de recherches documentaires

3Ce travail d’observation révèle tout d’abord une grande pauvreté des moyens mobilisés, souvent réduits au seul moteur de Google, et surtout une absence de réflexion sur l’outil et ses possibilités. En approfondissant les résultats, et notamment ce qui distingue les étudiants qui ont le plus de difficultés des plus performants, on peut identifier une séquence de recherche typique qui part de la démarche la plus simple et la plus immédiate (requête brute sur Google) et se complexifie. On peut noter également que le réflexe d’utilisation de l’Internet est désormais en place et que l’interrogation des usuels sous forme papier ne vient qu’en second lieu, lors des recherches plus poussées.

4Quasiment toutes les démarches de recherche documentaire débutent par une requête simple sur Google ; elles aboutissent souvent à la sélection d’une page de Wikipédia au sein de la liste de résultats. Ce n’est que dans un second temps que les recherches lexicales mobilisent des usuels généralistes, généralement adossés à un portail, comme par exemple le dictionnaire gratuit sur le site de France 5 (http://dictionnaire.tv5.org/​) ou le site de Reverso (http://dictionnaire.reverso.net) Or ce genre d’usuel ne donne que très peu d’informations comme le montre la recherche d’une traduction du terme shrew en français (figure 1)

Figure 1. Recherche de traduction en français du terme shrew

Figure 1. Recherche de traduction en français du terme shrew

5L’usage que font les étudiants des dictionnaires en ligne est très ponctuel, voire parcellaire : cette tendance à une interrogation courte, que l’on pourrait résumer par la formule « cliquer, c’est trouver », est renforcée par la simplification et la concision des entrées lexicales sur la plupart des pages web. Pour une recherche plus poussée, les étudiants mobilisent parfois les fonctionnalités avancées de requête proposées par les moteurs (opérateurs booléens, sélection de la langue, fonction « définition de ») mais on remarque qu’ils les connaissent souvent mal. Ce n’est qu’en dernier lieu qu’ils se dirigent vers des usuels de qualité comme le Grand Dictionnaire québécois, l’Oxford Advanced Learner Dictionary ou le Merriem-Webster, ou vers des ressources spécialisées comme les glossaires techniques. On retrouve ainsi la distinction entre recherche express, recherche optimale et recherche exhaustive opérée par Patrick Lenormand (119). Il est donc utile d’accompagner les étudiants dans le temps de classe vers ces ressources de qualité, de leur en montrer les principales fonctionnalités et de les inciter à les inclure dans leurs signets ou favoris.

6On peut également noter que le rapport des étudiants à l’outil Internet a évolué (ce que montre le dépouillement du questionnaire sur plusieurs années) : en 2005, ils se plaignaient surtout de la quantité de résultats jugée trop imposante, alors qu’en 2008 le caractère pléthorique de l’information disponible semble peu anxiogène par rapport à la question du tri des résultats et de l’ordre. Les étudiants évoquent ainsi l’« éparpillement des réponses », le fait d’« errer dans les résultats », « les résultats désorganisés », la nécessité de « faire une recherche logique » et même qu’il faudrait « oser se détacher de Google » !

2. Les impensés de la recherche documentaire sur Internet

7En creux toutefois de ces remarques, se trouvent les impensés de la démarche de recherche documentaire sur Internet. Tout d’abord l’on remarque que la plupart des internautes utilisent Internet et les moteurs comme une boîte noire, où ils entrent l’input de leur requête et récupèrent l’output des listes de résultats sans connaître le processus de collecte, de traitement et de présentation de l’information. L’outil devient d’une certaine manière invisible (Barbara Cassin parle « d’organisme », « d’auto-organisation naturelle ») d’autant plus que tous les résultats sont présentés sous la même forme (à savoir une page web, incarnée par un écran), ce qui conduit à un lissage des contenus et un effacement du processus éditorial, ainsi que des sources et de l’auteur.

8Or les étudiants, rarement au fait des détails du fonctionnement des moteurs de recherche, font également souvent preuve d’une certaine naïveté vis-à-vis du statut des contenus mis en ligne. La question de la fiabilité des documents mérite d’être posée tout comme celle du type même de connaissance diffusée selon la nature du document. Barbara Cassin souligne combien Internet est le règne de la doxa (l’opinion) et du data (la donnée brute) : « Ce que pour l’instant le Net véhicule, c’est un complexe information/opinion qui échappe aux exigences traditionnelles de la vérité et de la preuve sans satisfaire à celle du goût. » (Cassin 2006 : 30). Ajoutons à cela le rapport très particulier que l’information en ligne entretient avec le temps : en effet si l’Internet est le domaine du juste-à-temps et de l’info/flux, il est aussi une sorte de reliquaire mondial en expansion constante où restent postées indéfiniment nombre de thèses, de commentaires ou d’images obsolètes et dépassées.

9Il est également essentiel que les étudiants puissent être amenés à réfléchir sur leur propre rapport à l’information, et notamment àl’effet d’« œillère » que produit le média Internet : la version papier des dictionnaires permet par exemple plus facilement une promenade au gré des pages et des découvertes fortuites (serendipity) que ne le permet la fiche informatisée. La facilité avec laquelle l’on peut copier et coller une séquence de texte, outre les problèmes de plagiat qu’elle engendre, n’est pas sans effet non plus sur le rapport des étudiants à la construction d’une phrase, d’un paragraphe ou d’une argumentation : le copié/collé va ainsi bien souvent de pair avec un défaut de relecture, de vérification des données et de travail du tissage de l’argumentation. C’est particulièrement visible en traduction où les items lexicaux repérés dans les dictionnaires électroniques sont souvent plaqués sur la structure grammaticale de l’original.

3. Objectifs pédagogiques et conception de la formation

10Avant même de construire un module de formation à la recherche documentaire en ligne, il est utile de réfléchir à la nature même de cette activité et aux conditions dans lesquelles les étudiants vont recevoir l’enseignement. Comme les étudiants (premier ou second cycle) et les lycéens s’approprient volontiers les technologies mobiles et Internet, qu’ils y consacrent un temps considérable et sont généralement à l’aise avec les aspects les plus évidents de l’outil informatique, ils ont parfois (souvent !) l’idée préconçue d’un « déficit technologique » de leurs enseignants, ou bien l’idée qu’une telle formation est inutile puisque toute l’information est déjà disponible sur le Net. Attirer l’attention des étudiants sur plusieurs exemples d’informations tronquées ou erronées véhiculées par le Net est un bon point de départ mais la meilleure méthode reste encore celle de l’essai et l’erreur (trial and error) sur un cas préalablement balisé. Par exemple leur faire chercher la date exacte de la défaite de la Grande Armada aux portes de l’Angleterre fait apparaître des divergences d’appréciation selon les sites et selon les moteurs de recherche mobilisés (Exalead ou Google).

11Une autre difficulté récurrente dans la conception d’un tel module tient au renouvellement continu des sites et au rythme auquel apparaissent de nouveaux outils ou de nouvelles techniques. Le travail pédagogique de transmission évolue : il ne s’agit plus de transmettre un savoir (déjà en ligne) ni un savoir-faire (les étudiants les plus curieux cliqueront toujours plus vite que l’enseignant) mais de travailler sur la démarche elle-même, le recul critique par rapport à l’outil.

12L’objectif premier d’un module de formation à la recherche documentaire, et ce qui correspond le mieux aux besoins exprimés par les étudiants, consisterait ainsi à susciter la prise de conscience du mode de fonctionnement de l’outil, de ses potentialités et de ses limites ainsi que de générer une réflexion sur la valeur des ressources rencontrées. L’enjeu consisterait à passer graduellement de la collecte mécanique à la collecte réfléchie d’information pour en dernier lieu arriver au débat et à la proposition créative (nomination de nouveaux objets ou de nouvelles pratiques).

13Les premières sessions du module de formation peuvent ainsi être structurées en deux moments :

  • d’abord gripper les automatismes ;

  • ensuite aller plus loin.

14Sur la question des moteurs de recherche, l’on peut par exemple, dans un premier temps, les former à mieux comprendre le processus de sélection mais surtout le mode de présentation des listes de résultats choisi par Google (à savoir par popularité décroissante et non par pertinence) avant d’introduire un moteur concurrent, par exemple le moteur francophone Exalead (http://www.exalead.fr). Ce dernier est particulièrement intéressant car il présente un aperçu sous forme d’icône des pages sélectionnées dans la liste des résultats, ce qui permet d’éliminer visuellement les sites trop frustes. Il offre aussi dans un encadré à droite des informations sur le type de documents, la langue des sites et propose un panel de termes associés très utiles pour cerner le contexte de la requête (cf. figure 2).

Figure 2. Recherche sur Exalead

Figure 2. Recherche sur Exalead

15Former des binômes et leur faire composer des requêtes identiques sur des outils différents puis en comparer l’issue est un exercice très formateur, qui mobilise activement les étudiants et contribue aussi à créer un temps d’échanges entre eux. L’objectif est bien ici de gripper le recours automatique à Google.

16Le deuxième temps de la session peut ensuite être consacré à des outils plus complexes de recherche d’information comme les méta-moteurs (moteurs qui agrègent les résultats d’autres moteurs de recherche). Le site http://www.bibliotheques.uqam.ca/​ressources/​Internet/​index.html propose une liste très utile des ces outils. On peut aussi leur montrer la différence entre les listes de résultats collectées automatiquement par les machines que sont les moteurs et des répertoires établis par des équipes humaines,comme l’Open Directory (http://www.dmoz.org).

17La capture d’écran ci-après (figure 3) montre la valeur ajoutée de l’intervention humaine. À partir d’une requête sur les neurosciences, l’Open Directory propose en effet une analyse thématique de la notion (selon plusieurs catégories génériques) ainsi qu’une évaluation en quelques mots de la nature des sites retenus comme pertinents. C’est un excellent outil pour faire réfléchir les étudiants à la hiérarchie des informations (du plus particulier au plus général) mais aussi pour les former à caractériser un objet (ici un site) de manière synthétique.

Figure 3. Recherche sur les neurosciences sur l’Open Directory

Figure 3. Recherche sur les neurosciences sur l’Open Directory

18On peut enfin les initier à une méthode de recherche qui se passe entièrement des moteurs et procède par navigation directe d’un site à l’autre via les liens. Cette méthode, notamment préconisée par Alain Joannès dans les écoles de journalisme, est d’autant plus efficace qu’elle les force à identifier les sites web de qualité, conçus et tenus par des acteurs reconnus du domaine de spécialité.

4. Travailler à partir et autour des lexiques émergents

  • 1  Ce concept fait écho à une expression utilisée par Grossman, Paveau & Petit dans leur ouvrage sur (...)

19Quatrième temps de la démarche : afin de susciter l’esprit critique et le recul mais aussi afin de mobiliser les forces de proposition des étudiants, on peut, au sein d’un travail sur la langue de spécialité, les orienter vers les lexiques émergents. Il s’agit de champs lexicaux encore instables, associés à des pratiques ou des artefacts nouveaux au moment où ils sont en passe de se généraliser dans la vie quotidienne1. Cette question n’est pas réservée au seul domaine de l’informatique et des nouvelles technologies, mais elle y est particulièrement prégnante. On prendra ainsi l’exemple désormais classique du e-mail, qui fut transcrit en français tantôt tel quel, tantôt sous une graphie francisée (le « mél »), parfois désigné par la périphrase « courrier électronique » avant que n’apparaisse le néologisme « courriel ». La question des lexiques émergents est à la fois cruciale et particulièrement délicate à traiter en langue de spécialité dans la mesure où l’on y est confronté à la tentation du jargon professionnel, généralement truffé de xénismes (un terme importé directement d’une langue étrangère, comme dans l’exemple « je downloade l’application »). Pendant un temps de transition, lié à la diffusion de l’innovation en question, les experts du domaine jargonnent donc et restent incompris du grand public qui a besoin de termes plus simples, plus concrets et plus maniables pour un francophone : il faut du temps et le travail de commissions jusqu’à arriver à des néologismes susceptibles de se généraliser, comme pour le verbe « télécharger ».

20Ces questions de terminologie constituent également des enjeux importants en marketing des innovations industrielles, où l’on voit tantôt un nom de marque désigner un objet (l’i-pod pour le baladeur numérique), tantôt un terme déjà existant être réaménagé comme dans le cas des « dosettes » de café ou des « lingettes ». Enfin la culture anglo-saxonne étant plus ouverte à la formation de mots-valises et de néologismes que la culture française, les terminologues et traducteurs sont constamment confrontés à ce type de problèmes. La réflexion sur les lexiques émergents s’inscrit ainsi également dans la perspective d’une formation à la pratique de la langue en contexte professionnel.

L’intérêt pédagogique du travail sur le lexique émergent

21Il réside principalement dans le fait d’obliger les étudiants à se confronter à une pluralité de solutions lexicales pour désigner une seule réalité, à devoir en évaluer la pertinence et la valeur, voire à exercer leurs talents créatifs pour proposer d’autres solutions. Autrement dit, en travaillant en lexique émergent, on les oblige à quitter le domaine du donné (ce qui est déjà listé dans les dictionnaires) pour réfléchir à la construction d’une terminologie adaptée. Prenons l’exemple de l’infobulle, terme répertorié dans le Dictionnaire bilingue Internet et multimédia de chez Langues pour tous et qui désigne le message qui apparaît lors du passage du curseur sur certains éléments d’une page web. Le dictionnaire donne un seul équivalent anglais, tooltip, mais une rapide recherche lexicale sur le web fait apparaître plusieurs synonymes anglais dont hover box, mouse over, screentip chez Microsoft ou balloon help pour MacOs.

22Cette réflexion ne peut faire l’économie d’une interrogation sur le contexte d’énonciation, autrement dit : qui parle à qui ? Car, si le programmateur informatique sait ce que recouvre le terme de tooltip ou encore celui de crawler (un robot d’indexation des informations sur le Net), ce ne sera pas forcément le cas du client de la Fnac. Les étudiants sont alors amenés à prendre en compte les usages et les typologies de locuteurs, ce qui est particulièrement utile dans les domaines techniques et commerciaux. L’enseignant peut enfin les inciter à réfléchir à la question de l’innovation lexicale et notamment à la question : « Qui détient la légitimité en matière de néologismes ? ».

Ouvrir le champ de la recherche lexicale

23Les dictionnaires disponibles sur le marché en version papier ou électronique, sont rarement adaptés à une recherche sur les lexiques émergents du fait de la versatilité de l’objet même de la requête. Encourager les étudiants à adopter une démarche d’investigation plus large et plus créative est généralement apprécié bien que parfois déroutant pour les plus conservateurs d’entre eux. On peut notamment les former à évaluer la « surface d’utilisation » d’un terme nouveau, soit par une démarche quantitative (via le décompte des occurrences du terme sur les différents moteurs) soit par une démarche qualitative (en opérant un relevé des termes employés par les acteurs reconnus du domaine). On peut aussi les inciter à travailler à partir des images en utilisant Google images ou « the Visual Dictionary » (lien à partir du site du Merriem Webster).

24Deux autres ressources sont particulièrement intéressantes en matière de lexiques émergents. La rubrique« Word of the Month » sur le site d’Oxford University Press (http://www.oup.com) propose des fiches mensuelles sur des termes nouveaux comme scuppies (socially conscious urban professionals, des sortes d’éco-bobos) ou bien des expressions comme le Chelsea Tractor (les gros 4x4 en vogue auprès des habitants de ce quartier huppé de Londres). Elle permet de faire un travail sur la manière de former des néologismes, que ce soit par mots-valises, par métonymies, par images, etc.

25Il est enfin utile, surtout dans les domaines techniques, de leur faire découvrir France terme, la base de données lexicale du Journal Officiel (http://franceterme.culture.fr). Elle regroupe un ensemble de termes de différents domaines scientifiques et techniques, recommandés par la commission de terminologie et dont l’emploi des termes s’impose à l’administration. Le site propose également de participer à l’enrichissement de la langue française en déposant des suggestions dans la boîte à idées, ce qui est un moyen supplémentaire de solliciter la créativité des étudiants.

Un exercice : la base de données

26Enfin et toujours afin que les étudiants prennent conscience que le lexique, même technique, n’est pas un donné mais un objet construit et en perpétuelle évolution, il est fructueux de leur faire concevoir et renseigner une base de données lexicale. Cet exercice, outre le travail de collecte et de réflexion sur le lexique, présente aussi l’avantage d’initier les étudiants au maniement d’une base de données, ce à quoi ils pourront être confrontés dans leur vie professionnelle ultérieure.

27Ce type d’exercice se prête particulièrement bien au travail en petits groupes de 3 à 4 étudiants. À partir d’un sujet ou d’une thématique précise, il se décompose en plusieurs temps.

  • Le premier concerne la collecte des termes et de leurs traductions : cela suppose que les étudiants se constituent un corpus (documents ou sites web) et qu’ils opèrent une sélection pertinente (une trentaine de termes suffit généralement).

  • Il faut ensuite qu’ils réfléchissent à l’organisation des informations collectées en déterminant les champs de la base de données, ce qui va les obliger à segmenter et à catégoriser les données lexicales.

  • Enfin, et ce n’est pas l’aspect le plus anodin, il faut qu’ils relisent et peaufinent la base afin d’harmoniser la présentation et le contenu des fiches.

28Le logiciel FileMaker Pro est un outil bien adapté, doté de nombreuses fonctionnalités pour ce type d’exercice, comme le montre la reproduction ci-après (figure 4) de la fiche créée par une étudiante dans le cadre de son mémoire de master portant sur la terminologie spécifique à l’archivage et la conservation des films.

Figure 4. Exemple de fiche créée avec FileMaker Pro

Figure 4. Exemple de fiche créée avec FileMaker Pro

29Cependant FileMaker Pro a un coût non négligeable (environ 400 euros pour une licence), hors de portée de la plupart des étudiants. Excel est un outil trop basique pour ce type d’usage. Les modèles de bases de données fournis par Microsoft Works ont l’avantage d’être fournis gratuitement sur les PC et sont donc accessibles aux étudiants sur leurs propres ordinateurs (on peut aussi les orienter vers les logiciels libres type Open Office).

30Les étudiants pourront personnaliser leur base de données en choisissant un modèle de formulaire dans la liste proposée (par exemple le formulaire bibliothèque) : il suffit d’ouvrir une nouvelle base de données en sélectionnant un modèle pré-établi, puis de modifier le nom des champs et leur disposition sur la page en allant dans l’onglet affichage et en sélectionnant le mode « modèle de formulaire ». À ce moment là, il n’est plus possible de modifier les données mais seulement d’agir sur le cadre, via le menu format pour les polices et via le curseur pour la position des champs sur la fiche (on manie les champs comme des images via le « drag and drop » ou les flèches qui permettent de redimensionner l’objet). Une fois le cadre construit, on peut revenir à une fiche standard via l’onglet affichage en sélectionnant le mode « formulaire » et commencer à remplir les champs. Si l’on s’aperçoit qu’il faut modifier la taille ou la disposition des champs, il suffit de repartir en affichage « modèle de formulaire » pour adapter le cadre.

31L’intérêt pédagogique de cet aller-retour entre la conception du cadre de la base de données et la constitution de fiches individuelles tient au processus de feedback et d’adaptation de la proposition initiale. Il s’agit là d’un exercice très formateur, tant sur le plan théorique que pratique, et qui présente l’avantage d’engager les étudiants dans une démarche active et collaborative de création d’objet.

32En conclusion, on voit ainsi que le développement d’Internet et les nouvelles modalités de rapport au savoir et à l’information que le Web suscite nous invitent à repenser les pratiques pédagogiques de formation à la recherche documentaire, notamment sur le plan lexical. Il est ainsi tout à fait essentiel, par-delà le maniement des outils, de provoquer une prise de recul critique chez les étudiants : les former à trouver certes, mais aussi à douter, évaluer et vérifier la qualité des informations recueillies. Grâce aux ressources d’Internet, et contrairement à la tradition d’un apprentissage individuel sur un mode hiérarchique (apprendre des listes déjà établies) l’acquisition du lexique peut se faire à la fois de manière collective et créatrice.

Haut de page

Bibliographie

Batelle J. 2006. La Révolution Google : comment les moteurs de recherche ont réinventé notre économie et notre culture. Paris : Eyrolles.

Cassin, B. 2006. Google-moi : la deuxième mission de l’Amérique. Paris : Albin Michel.

Gourdain, R. et alii. 2007. La Révolution Wikipédia. Paris : Mille et une nuits.

Grossmann, F., M-A. Paveau & G. Petit. 2005. Didactique du lexique : langue, cognition, discours. Grenoble : Ellug.

Joannès, A. 2007. Le Journalisme à l’ère électronique. Paris : Vuibert Collection.

Larsonneur, C. 2008. La Recherche Internet en lettres et langues. Paris : Ophrys.

Lenormand, P. 2007. Internet, techniques de recherche pour les professionnels. St- Herblain : Editions ENI.

Mkadmi, A. & I. Saleh. 2008. Bibliothèque numérique et recherche d’information. Paris : Hermès Science.

Haut de page

Notes

1  Ce concept fait écho à une expression utilisée par Grossman, Paveau & Petit dans leur ouvrage sur la Didactique du lexique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Enquête : pratiques de recherches documentaires
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1003/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 1. Recherche de traduction en français du terme shrew
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1003/img-2.png
Fichier image/png, 241k
Titre Figure 2. Recherche sur Exalead
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1003/img-3.png
Fichier image/png, 276k
Titre Figure 3. Recherche sur les neurosciences sur l’Open Directory
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1003/img-4.png
Fichier image/png, 249k
Titre Figure 4. Exemple de fiche créée avec FileMaker Pro
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1003/img-5.png
Fichier image/png, 204k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Larsonneur, « Pédagogie de la recherche lexicale en ligne : par delà Google », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 1 | 2010, 152-163.

Référence électronique

Claire Larsonneur, « Pédagogie de la recherche lexicale en ligne : par delà Google », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 1 | 2010, document 11, mis en ligne le 04 août 2011, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/1003 ; DOI : 10.4000/apliut.1003

Haut de page

Auteur

Claire Larsonneur

Claire Larsonneur est Maître de conférence à Paris 8 depuis 2005, traductrice spécialisée en sciences humaines et psychologie (Odile Jacob, Flammarion) et auteur des ouvrages Les Mots du territoire (Dexia, 2005) et La Recherche Internet en lettres et langues (Ophrys, 2008). Pour plus d’informations, voir http://www.univ-paris8.fr/anglaisllce.
Claire.larsonneur@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page