Navigation – Plan du site
Fiche pédagogique

Des dictionnaires électroniques spécialisés pour l’anglais informatique

Danielle Joulia
p. 164-171

Texte intégral

13

Objectifs

1L’objectif est, d’une part de familiariser les étudiants avec l’utilisation des dictionnaires et glossaires électroniques spécialisés en ligne pour la rédaction de rapports en anglais (projet tutoré) ou pour la compréhension de termes et de sigles anglais qui ne figurent pas dans les dictionnaires généraux ; d’autre part de les habituer à vérifier les collocations et les termes anglais qu’ils sont amenés à utiliser en leur indiquant des outils de recherche spécifiques et en leur proposant des stratégies de traduction adaptées à leurs besoins langagiers. Ce travail est parti du constat suivant :

  • les étudiants n’utilisent pas les bons outils car ils se contentent, par réflexe, de ceux qu’ils ont l’habitude de consulter sur la toile (dictionnaires généraux ou moteurs de recherche) et qui ne sont pas appropriés à la spécificité de l’anglais informatique (traductions erronées) ;

  • ils ne connaissent pas les outils spécialisés et leurs fonctionnalités et ne sont pas de prime abord très enclins à y avoir recours (résistance au changement) ;

  • ils se satisfont des résultats des traducteurs en ligne, sans faire de post-édition ;

  • ils n’effectuent aucune vérification (vérifier si un terme ou une collocation est attesté sur le web), ignorant pour la plupart l’existence des collocations en anglais.

Public et niveau

2Ces ressources numériques s’adressent à des étudiants de S3 et de S4 d’un DUT Informatique ou de licence professionnelle SIL (Systèmes Informatiques et Logiciels). L’activité pédagogique est réalisée en groupe de T.D. ou de T.P (travaux dirigés et travaux pratiques). Nous en donnerons un exemple en dernière partie, nécessairement limité, l’objectif de cette fiche étant de décrire le matériel considéré.

Description des outils électroniques

  • 1 Cette fiche traite du thème du congrès de Dijon mais n’a pas fait l’objet d’un atelier lors du cong (...)

3Nous allons présenter les dictionnaires et glossaires électroniques spécialisés utiles pour la recherche lexicale en langue de spécialité1. Nous traiterons de ce qu’il est possible de trouver sur la toile et des outils réalisés par nos soins, mis à disposition des étudiants, sous forme de page web ou d’application Toolbook. Nous décrirons ensuite des outils de vérification tels que les concordanciers et les mémoires de traduction, aides appréciables mais qui requièrent une initiation à leur utilisation. Les adresses des ressources mentionnées sont données en annexe ainsi que quelques captures d’écran pour exemples.

1. Dictionnaires et glossaires en ligne

4Afin de faciliter la recherche des apprenants et les aiguiller vers des outils de qualité, nous avons créé une page web, Quick Find2, qui permet d’accéder rapidement aux dictionnaires et glossaires disponibles sur le web. On y trouve des dictionnaires et des banques de données terminologiques qui comportent les acceptions spécifiques au domaine informatique3, des moteurs de recherche permettant de consulter une vingtaine de dictionnaires, des lexiques spécialisés4, etc.

5D’autres listes de termes sont accessibles en ligne sous forme de livres électroniques à télécharger ou de pages web à consulter. Il s’agit de lexiques très spécialisés tels que Dictionary of Networking, Telecom Database, Translation Glossary for Information Technology utiles pour des étudiants en licence SIL option « sécurité des réseaux et des systèmes ». Signalons également les glossaires belges qui sont particulièrement riches. Nous pouvons les trouver grâce au moteur de recherche Glossarist ou par le biais des listes de J. Roque Dias ou de S. Baum. Nous avons extrait de cette dernière ce qui a un rapport avec l’informatique5. Lingualizer.net donne accès à des glossaires en relation avec des logiciels du marché à des fins de localisation6. Ils peuvent servir aux étudiants de licence SIL option « qualité du logiciel ».

6On peut aussi utiliser Google pour la recherche lexicale, en tapant <define : mot à chercher>. On obtient en anglais la définition du mot selon plusieurs dictionnaires ou encyclopédies puis, en cliquant sur l’hyperlien ’français’, il est possible de trouver une traduction parmi les sites et blogs proposés. En sélectionnant les pages francophones, on arrive souvent directement à l’équivalent anglais pour les termes de l’informatique. En dernier recours, on peut demander de l’aide sur certains forums de traduction.

2. Dictionnaires et glossaires sur mesure

7Il s’agit de deux types de glossaires construits en local avec le logiciel auteur Toolbook et consultables grâce au module d’extension Neuron :

8Ces glossaires sont mis à la disposition des étudiants sur la plate-forme pédagogique Moodle.

3. Outils de vérification

9Les étudiants ne vérifient jamais la justesse de leurs traductions. Ils font rarement appel aux correcteurs orthographiques et grammaticaux des traitements de texte, ce qui devrait être la première des précautions. Pour les inciter à ne pas négliger cette étape importante, nous avons créé une page web qui leur propose une stratégie de traduction et de vérification7. Elle liste les outils en ligne tels que les dictionnaires, les traducteurs, les corpus et les mémoires de traduction. Pour la validation des traductions, les étudiants peuvent consulter deux types de corpus :

Déroulement de l’activité

10L’activité pédagogique se déroule en général sur un seul cours d’une heure et demie, l’objectif est de commencer le rapport du projet tutoré (titre, mots-clés, plan, ébauche de rédaction). La séance a lieu au laboratoire multimédia où les étudiants ont accès aux ressources que nous venons de décrire : dictionnaires et glossaires spécialisés, concordanciers, mémoires de traduction. Il s’agit tout d’abord de leur apporter une information sur les outils existants, par le biais d’une présentation avec vidéoprojecteur des différents logiciels et de leurs fonctionnalités. Il est important de montrer que leurs stratégies de recherche de traduction sont inappropriées et de leur apprendre à chercher l’information sur la toile, à utiliser les interfaces et les résultats des corpus. Afin qu’ils prennent conscience des dangers de la traduction automatique et de la nécessité de vérifier si une traduction est attestée dans les corpus ou sur le web, nous leur demandons de traduire des phrases-types, souvent sources d’erreurs chez nos étudiants. Ils utilisent en général les traducteurs en ligne qu’ils connaissent, qui donnent des résultats erronés :

Phrase à traduire :

Le projet fut réalisé sous Windev

Traducteur automatique :

The project was realized under Windev

Traduction humaine :

The project was carried out using Windev

  • 8 "a project is carried out", "a project" n’est pas "realized".

11Ils doivent ensuite vérifier avec les concordanciers et les mémoires de traduction si leurs traductions sont exactes. Après une première prise en main, ils constatent que leurs stratégies habituelles les ont induits en erreur. Nous attirons leur attention sur l’existence de collocations8 et sur ce qui se dit et ne se dit pas en anglais de spécialité. Tout ceci vise à leur faire abandonner des réflexes de recherche inadaptés, à adopter des outils spécialisés, à en évaluer la fiabilité et à acquérir des automatismes de vérification. D’abord sceptiques sur l’utilité de ces multiples démarches pour parvenir à une traduction, les apprenants finissent par être convaincus de leur efficacité en travaillant à leur projet tutoré. La tâche suivante est de trouver un titre et des mots-clés en anglais. Se pose alors le problème des noms complexes ; après un premier jet et une vérification en ligne, ils se rendent compte que leurs associations de mots ne correspondent pas à des collocations attestées. Par tâtonnements successifs, ils aboutissent aux bonnes traductions. Ils passent ensuite au plan et à la rédaction de parties. Par exemple, la recherche de traduction de « cahier des charges » les amène à consulter des concordanciers qui leur permettent d’avoir accès aux collocations verbales de « user requirements (specification) ». Les dictionnaires et les mémoires de traduction sur mesure apportent les réponses aux requêtes fréquentes (« conception de programme », « traiter un problème », etc.). Mis ainsi en situation de rédaction de projet, ils se familiarisent avec les outils préconisés et continuent à les utiliser en toute autonomie pour finir de rédiger leur rapport, et pour leurs futures traductions en ligne.

Haut de page

Annexe

Adresses des outils électroniques mentionnés, dans l’ordre d’apparition dans le texte, (consultés le 19 septembre 2009)

Grand Dictionnaire : http://www.granddictionnaire.com.

IATE : http://iate.europa.eu.

Banque Terminologique Belge : http://www2.cfwb.be/​franca/​bd/​bd.htm.

Moteurs de recherche : http://www.foreignword.com/​Tools/​dictsrch.htm.

JargonF : http://jargonf.org/​wiki/​Jargonf :Accueil. On peut télécharger le logiciel à l’adresse : : http://jargon.tuxfamily.org.

Le Signet : http://w3.olf.gouv.qc.ca/​banque/​index.asp.

Dicofr.com : http://www.dicofr.com.

Dictionary of Networking : http://portal.aauj.edu/​portal_resources/​downloads/​networking/​dictionary_of_networking.pdf .

Telecom Database : http://membres.lycos.fr/​pmolinie/​bct.

Translation Glossary for IT : http://opensource.bureau-cornavin.com/​glossary/​index.html.

Glossaires belges : http://www.glossaire.be.

Moteur de recherche Glossarist : http://www.glossarist.com/​gsearch.asp.

Liste de S. Baum : http://stommel.tamu.edu/​~baum/​hyperref.html#dictionaries.

Liste de J. Roque Dias : http://www.jrdias.com/​jrd-links.html.

Lingualizer : http://www.lingualizer.net/​tools/​files/​category-online-glossaries.html.

Forums de traduction : http://forum.lokanova.net/search.php ?search_id =newposts.
http://www.free-translator.com/forum/viewforum.php ?f =1.
http://forum.wordreference.com/​forumdisplay.php ?f =3
.

Moodle : http://www.iut-tlse3.fr/​moodle.

British National Corpus : http://corpus.byu.edu/​bnc.

Time Magazine Corpus : http://corpus.byu.edu/​time.

American English Corpus : http://www.americancorpus.org.

Oxford English Dictionary : http://corpus.byu.edu/​oed.

English Corpora : http://corpus.leeds.ac.uk/​protected/​query.html.

Translational English Corpus : http://ronaldo.cs.tcd.ie/​tec2/​jnlp.

WebCorp : http://www.webcorp.org.uk.

Corpus Eye : http://corp.hum.ou.dk/​cqp.en.html.

Webascorpus : http://webascorpus.org/​searchwac.html.

Exemples de corpus / concordanciers (« cahier des charges »)

Exemples de dictionnaires

Dictionnaires : exemple 1

Dictionnaires : exemple 1

Dictionaires : exemple n° 2

Dictionaires : exemple n° 2

Exemples de mémoires de traduction

Mémoires de traduction : exemple 1

Mémoires de traduction : exemple 1

Mémoires de traduction : exemple 2

Mémoires de traduction : exemple 2

Mémoires de traduction : exemple 3

Mémoires de traduction : exemple 3

Démarche de traduction

Démarche de traduction

Démarche de traduction
Haut de page

Notes

1 Cette fiche traite du thème du congrès de Dijon mais n’a pas fait l’objet d’un atelier lors du congrès.

2 http://www.ressources-pedagogiques.ups-tlse.fr/anglaisiut/ENGINES.HTM (consulté le 19-09-09).

3 Tels que le Grand Dictionnaire, IATE (Eurodicautom), la Banque Terminologique Belge.

4 Par exemple, JargonF, etc. Ils donnent les équivalents français.

5 http://www.ressources-pedagogiques.ups-tlse.fr/anglaisiut/comp.htm (consulté le 19-09-09).

6 La localisation est « le processus de traduction de l’interface utilisateur d’un logiciel d’une langue vers une autre, en l’adaptant à la culture locale » (Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki, consulté le 19-09-09). Par exemple, les Microsoft Glossaries contiennent toutes les phrases ou termes d’IHM (Interface Homme-Machine) en plusieurs langues.

7 http://www.ressources-pedagogiques.ups-tlse.fr/anglaisiut/Trad.htm (consulté le 19-09-09).

8 "a project is carried out", "a project" n’est pas "realized".

Haut de page

Table des illustrations

Titre BNC
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1021/img-1.png
Fichier image/png, 46k
Titre Webcorp
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1021/img-2.png
Fichier image/png, 53k
Titre Dictionnaires : exemple 1
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1021/img-3.png
Fichier image/png, 127k
Titre Dictionaires : exemple n° 2
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1021/img-4.png
Fichier image/png, 135k
Titre Mémoires de traduction : exemple 1
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1021/img-5.png
Fichier image/png, 233k
Titre Mémoires de traduction : exemple 2
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1021/img-6.png
Fichier image/png, 208k
Titre Mémoires de traduction : exemple 3
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1021/img-7.png
Fichier image/png, 85k
Titre Démarche de traduction
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1021/img-8.png
Fichier image/png, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danielle Joulia, « Des dictionnaires électroniques spécialisés pour l’anglais informatique », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 1 | 2010, 164-171.

Référence électronique

Danielle Joulia, « Des dictionnaires électroniques spécialisés pour l’anglais informatique », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 1 | 2010, mis en ligne le 17 août 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/1021 ; DOI : 10.4000/apliut.1021

Haut de page

Auteur

Danielle Joulia

Danielle Joulia enseigne l’anglais de spécialité (scientifique et technique) au département Informatique de l’IUT A Paul Sabatier.
danielle.joulia@iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page