Navigation – Plan du site
Note

L’utilisation des dictionnaires et des collections de documents audio libres en ligne pour créer des exercices en langue sur la plate forme d’enseignement numérique WIMS

Csilla Ducrocq
p. 172-177

Texte intégral

12

I. Introduction

1WIMS - acronyme de « Web Interactive Multipurpose Server » – est à la fois une plateforme d’enseignement numérique qui existe depuis 1999 et un ensemble de serveurs dans plusieurs pays du monde (France, Espagne, Chine, Slovénie, Hollande et Italie). En France, des serveurs se trouvent à l’Université de Nice, à l’Université de Paris Sud, à l’Université de Caen et à l’Université Privée de Savoie.

2À l’origine, WIMS a été utilisé pour créer des exercices en mathématiques, en physique et en chimie. En 2006-2007, nous avons développé une interface, que nous avons appelée QUICKTOOL, permettant de générer des exercices spécifiques aux langues sans passer par la programmation.

3Aujourd’hui, toutes disciplines confondues, plusieurs milliers de classes virtuelles existent un peu partout en France dans des établissements d’enseignement secondaires ou universitaires. QUCKTOOL est installé actuellement sur les 2 serveurs de l’Université Paris Sud, dont l’un est utilisable par n’importe quel enseignant : http://wims.auto.u-psud.fr/​wims.

4QUICKTOOL permet de créer des exercices traditionnels du type :

  • QCM (plusieurs variantes),

  • vrai ou Faux,

  • exercices lacunaires (glisser/déposer, écrire dans les cases, choisir dans un menu, cliquer sur le bon mot),

  • correspondance,

  • remettre les mots/les phrases dans l’ordre,

5ou des exercices innovants comme :

II. Les spécificités de WIMS

61. La fonction aléatoire : il s’agit de la possibilité d’entrer dans WIMS un très grand nombre de données linguistiques – mots, phrases, textes, fichiers son ou fichiers d’images – qui seront ensuite extraites au hasard de la banque de données, l’une après l’autre, et proposées à l’apprenant dans un ordre aléatoire. Cette possibilité permet de mettre à profit les corpora de langue pour l’enseignement.

72. WIMS offre également la possibilité d’associer plusieurs enregistrements audio, images, textes au même exercice.

83. Il est possible d’accéder aux réponses d’un exercice, soit au bout d’un certain nombre de tentatives ou d’étapes, soit au bout d’un certain pourcentage de réussite.

94. La notation automatique : chaque série d’exercices est notée automatiquement par WIMS. L’enseignant détermine la sévérité de la notation (de 1 à 6) ainsi que le nombre total de points que l’apprenant doit obtenir pour terminer son exercice à 100 %. La notation prend en compte, d’une part la qualité du travail, mais aussi la quantité : en effet, l’apprenant peut recommencer une tâche (composée de plusieurs exercices tirés au hasard d’une banque de données linguistiques) autant de fois qu’il le souhaite. S’il réussit plusieurs fois de suite, il peut augmenter sa note, car on suppose qu’il a finalement compris/appris la notion en question à l’aide de l’analyse des erreurs fournie par WIMS. Cette double notation joue un rôle important dans la motivation des élèves.

105. Le partage de ressources. Il est possible de partager toutes les ressources créées si l’enseignant le souhaite, soit avec des collègues de son choix, en créant des classes voisines, soit avec tous les utilisateurs de WIMS, en publiant les modules créés. Les exercices consultables sur le site de htttp ://WIMS.auto.u-psud.fr/WIMS ont été « publiés ».

116. Le forum de discussion et le cahier de texte : comme pour beaucoup d’autres plate-formes, il existe un forum de discussion et la possibilité de créer un cahier de texte pour les apprenants. Des séries d’exercices peuvent être consultées et utilisées sur le site (taper « English » ou « français » dans le moteur de recherche de WIMS, puis cliquer sur « chercher »).

12Une classe virtuelle de démonstration existe en anglais sur ce même site (cliquer sur « Classes virtuelles et portails », puis sur « Exemples de séquences en Anglais » et s’inscrire ou cliquer sur « anonyme »).

III. Les développements actuels dans WIMS

131. Utilisation des dictionnaires en ligne

141.a. Exercices de prononciation

15Nous avons téléchargé dans WIMS un dictionnaire en ligne, l’English Pronunciation Dictionary (EPD) créé par SzigetvàrI (http://seas3.elte.hu/​szigetva-/​etcetera/​EPD.html) à partir du Oxford Advanced Learner’s Dictionary (3rd ed.) disponible dans l’Oxford Text Archive. L’EPD contient environ 70 000 mots et leur transcription phonétique en code ASCII selon la « Received Pronunciation » (RP). Ensuite, les équivalences entre le code ASCII et l’International Phonetic Alphabet (IPA) ont été programmées dans WIMS pour que, lors de l’affichage d’un mot tiré du dictionnaire, ce soit la transcription IPA qui apparaisse à l’écran dans les exercices de phonétique de WIMS.

16Si un mot ne se trouve pas dans le dictionnaire, l’enseignant peut le retranscrire d’abord en code SAMPA, acronyme de « Speech Assessment Methods Phonetic Alphabet », un jeu de caractères phonétiques utilisant les caractères ASCII 7-bits imprimables, basé sur l’Alphabet Phonétique International (API) (http://www.phon.ucl.ac.uk/​home/​sampa/​). L’enseignant peut aussi le transcrire en ASCII utilisé par EPD. Ces mots seront conservés dans un fichier à part et pourront être employés par tous les utilisateurs.

17Pour savoir si un mot existe ou non dans l’EPD, l’enseignant l’entre dans un exercice créé à cet effet et obtient une réponse immédiatement, c’est-à-dire qu’il voit le mot et sa transcription phonétique s’il figure dans EPD ; dans le cas contraire, la transcription phonétique n’apparaît pas.

18Lorsqu’on a configuré un exercice, WIMS cherche d’abord la transcription phonétique SAMPA d’un mot ; si elle ne s’y trouve pas, il la cherchera dans l’EPD. Ceci permettra à l’enseignant d‘ajouter le script phonétique d’un mot au cas où la prononciation demandée est différente de la RP.

19Quelques exercices créés à l’aide de EPD et SAMPA sont consultables et utilisables sur le site (taper « English phonetics » dans le moteur de recherche de WIMS, puis cliquer sur « chercher »).

20Ces exercices sur la phonétique ont pour but de rendre les étudiants autonomes dans la reconnaissance des symboles IPA et de leur apprendre à les utiliser pour la prononciation, notamment pour les mots transparents ou contenant des voyelles, des diphtongues et certaines consonnes comme tS ou dZ, etc., lors de la production orale.

211.b. Exercices sur la formation des mots

22Nous avons d’abord créé une liste non exhaustive des suffixes et préfixes couramment utilisés en anglais, puis effectué une sélection préalable de mots les contenant dans le dictionnaire EPD.

23Pour pouvoir créer des exercices du type « ajouter le bon préfixe ou suffixe au mot », nous avons choisi dans EPD des mots dont le radical était bien reconnaissable par l’apprenant, par exemple : misunderstand (mis+understand) ou toughen (tough+en).

24Parfois il est nécessaire de changer une lettre (comme le y en i lorsqu’on rajoute le suffixe – exemple : identify->identifiable).

25Pour la contextualisation, nous avons choisi des phrases dans le British National Corpus (BNC) et pour les phrases contenant des mots avec suffixe, nous avons ajouté des perturbateurs qui relèvent d’une catégorie grammaticale différente, par exemple : « The upper branches of a plane tree were??visible|vision|visibility|visionary?? through the window, swaying faintly in a gentle breeze. »

26Dans nos exercices, nous faisons appel ainsi à une base d’environ 3 000 mots et 600 phrases.

27L’analyse des réponses se fait automatiquement à partir de l’EPD Les enseignants qui désirent utiliser seulement une partie des préfixes et des suffixes dans la liste fournie peuvent le faire en cochant ceux qui les intéressent.

28Ces exercices sont publics et pourront donc être utilisés par tous comme les exercices de phonétique (taper « English » dans le moteur de recherche de WIMs, puis cliquer sur « chercher ». Une liste de tâches est alors proposée).

292. Un autre développement récent concerne l’utilisation de collections de mots enregistrés (projet SHTOOKA (http://shtooka.net/​project/​fr/​), Collection Shtooka Words Audio Collection (SWAC) http://swac-collections.org/​).

30Pour de nombreux exercices, notamment ceux qui traitent de la phonétique, de la prononciation ou du vocabulaire, il est indispensable d’entendre un mot et non seulement de le voir écrit. Afin de faciliter la création de tels exercices, sans passer par des enregistrements faits un par un et par soi-même, des collections de mots enregistrés et libres ont été intégrées dans WIMS. Nous avons utilisé les collections SWAC à cet effet. Ces mots ont été enregistrés avec SHTOOKA recorder, un logiciel libre, et qui permet l’enregistrement d’environ 500 mots en 20 minutes, le logiciel enregistre les mots sous format .flac et ogg.

31Lors de l’enregistrement d’un mot avec SHTOOKA recorder, un index est créé. Des informations peuvent être encodées avec l’enregistrement sous forme de tags (Ogg Vorbis I http://xiph.org/​vorbis/​doc/​v-comment.html). Il peut contenir des informations diverses concernant l’enregistrement, telles que la forme grammaticale, le temps verbal, le thème, etc.

32Ce sont des formats ouverts, donc utilisables par tout le monde. Il est possible de configurer les exercices WIMS pour qu’ils intègrent les ressources proposées par ces outils. Lorsqu’un mot n’existe pas dans la base SWAC récupérée, il est possible d’ajouter les mots enregistrés ultérieurement sous forme .mp3. WIMS cherchera d’abord le mot dans la collection SWAC ; s’il ne le trouve pas, il utilisera le fichier mp3.

33Actuellement, nous travaillons sur la création d’un clavier phonétique qui sera intégré dans WIMS et qui permettra de demander la transcription phonétique des mots. Ce type d’exercice utilise à la fois l’EPD et la collection SWAC. Des claviers de lettres spécifiques à chaque langue seront aussi proposés.

IV. Brève introduction au mode d’emploi de QUICKTOOL

341. Il faut commencer par créer le contenu de l’exercice futur (sous forme fichier .txt, pour le texte, fichier .jpg ou .gif pour les images et fichier .mp3 pour le son) en respectant la syntaxe demandée par WIMS (syntaxe simple utilisant quelques symboles de ponctuation classiques et changeant selon le type d’exercice que l’on souhaite créer). La syntaxe à respecter est décrite dans le document « aide » relié à l’interface QUICKTOOL.

352. Ensuite, il faut remplir les champs demandés par l’interface pour que QUICKTOOL puisse créer le code source de l’exercice.

363. Pour terminer, il faut transférer le code source de l’exercice ainsi que le contenu créé auparavant dans le module développeur (Modtool).

374. Afin de créer une classe virtuelle avec des feuilles de travail (« worksheets »), il faut utiliser les fonctions de base communes à WIMS.

38Ces ressources peuvent être incluses et utilisables dans une classe virtuelle telles quelles, sans passer par QUICKTOOL.

V. Quelques aides pour apprendre à utiliser WIMS et QUCKTOOL

VI. Conclusion

39La plate forme WIMS ainsi que QUICKTOOL, générateur d’exercices créé pour répondre aux besoins spécifiques de l’enseignement des langues, sont des outils qui permettent à l’enseignant de générer une vaste gamme d’exercices pour l’apprentissage des langues, dans le but de faire acquérir des notions nécessaires à l’accomplissement des tâches linguistiques diverses.

40Les particularités de la plate forme WIMS permettent de mettre à profit les données linguistiques contenues dans des corpora de langues, qu’il s’agisse de corpora textuels ou audio ou même images. On a ainsi rassemblé des ressources libres (dictionnaire, mots enregistrés,WIMS), ce qui n’aurait jamais pu être réalisé sans Internet ni les logiciels libres.

41Les exercices peuvent être facilement inclus dans les programmes d’enseignement à tout niveau. L’apprenant peut travailler sur des notions fondamentales à la production de l’écrit et de l’oral (fonctions linguistiques, prononciation, vocabulaire, grammaire, etc.) en dehors des cours classiques ainsi permettant à l’enseignant de langue de favoriser la productions orale en cours. Le travail ainsi effectué peut être inclus dans la moyenne car les exercices sont notés automatiquement. On peut de telle façon considérablement augmenter le temps alloué à l’apprentissage de la langue étrangère. Enfin, la possibilité de partager des ressources créées favorise la collaboration entre enseignants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Csilla Ducrocq, « L’utilisation des dictionnaires et des collections de documents audio libres en ligne pour créer des exercices en langue sur la plate forme d’enseignement numérique WIMS  », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 1 | 2010, 172-177.

Référence électronique

Csilla Ducrocq, « L’utilisation des dictionnaires et des collections de documents audio libres en ligne pour créer des exercices en langue sur la plate forme d’enseignement numérique WIMS  », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 1 | 2010, mis en ligne le 10 novembre 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/1028 ; DOI : 10.4000/apliut.1028

Haut de page

Auteur

Csilla Ducrocq

Csilla Ducroq enseigne l’anglais à Université Paris Sud, dans le Service des Langues de la Faculté des Sciences d’Orsay.
csilla.ducrocq@u-psud.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page