Navigation – Plan du site
Articles

Approche de la Lexicographie en Langue de Spécialité

An Approach to Lexicography in Languages for Specific Purposes
Jean-Louis Trouillon
p. 34-48

Résumés

Cet article se propose de présenter le processus d’élaboration d’un dictionnaire bilingue spécialisé, et ce depuis la genèse de l’ouvrage jusqu’à la publication. Les différentes étapes de la conception sont décrites et analysées tour à tour. La notion de choix se révèle à deux niveaux : d’une part lors de la recherche et de la sélection de l’information clé et d’autre part lors du traitement de cette dernière.

Haut de page

Texte intégral

1Ce qui est proposé ici, à partir surtout d’une expérience personnelle, est une analyse des étapes du processus lexicographique en langue de spécialité, et tout particulièrement pour l’élaboration d’un dictionnaire bilingue. Nombre d’enseignants relevant du secteur LANSAD qui ne trouvent pas sur le marché les outils terminologiques répondant aux exigences de leur profession peuvent en effet être amenés à élaborer soit un simple recueil terminologique ou dictionnaire monolingue, soit un véritable dictionnaire bilingue de leur spécialité (Hay 2007). L’objectif de ce type d’ouvrage est généralement de mettre à disposition des élèves ou des étudiants un outil de référence sous forme d’une documentation originale et fiable.

2Une fois résolues la question des sources de documentation, puis la question du choix des items lexicaux, et enfin celle de leur mise en mémoire et de leur traduction, si l’outil ainsi conçu apparaît alors susceptible de toucher un public plus vaste que le public captif initialement prévu, une étape ultérieure pourra être envisagée, celle de la publication ou de la mise en ligne. Il en découlera une nouvelle série de questions sur la mise en forme.

3Ce sont ces différents points que l’article se propose d’aborder tour à tour.

1. L’auteur, l’objectif, le destinataire

4Chacun de ces termes doit être pris dans une acception globalisante dans la mesure où il peut y avoir plusieurs auteurs. Par ailleurs, si l’on élimine l’idée du dictionnaire qui ne serait consulté que par son auteur, il y a de toute évidence plusieurs destinataires. Enfin, pour ce qui est de la visée recherchée, il peut y avoir plusieurs objectifs et non un seul.

1.1. L’auteur

5Dans le cas d’un dictionnaire spécialisé l’on peut proposer trois possibilités autoriales.

6Dans le premier cas, l’auteur est un spécialiste du domaine ayant longuement séjourné à l’étranger ou travaillant pour une société étrangère, et donc ayant été amené à pratiquer sa spécialité aussi bien dans sa langue maternelle que dans la langue en usage dans son entreprise ou dans son pays d’accueil.

7Dans le deuxième cas, les auteurs, nécessairement multiples, sont représentatifs de deux cultures professionnelles différentes, il y a un ou plusieurs spécialistes du domaine et un ou plusieurs linguistes terminologues (Humbley 1998). Ce couplage, rare en vérité, est le dispositif idéal ainsi que le rappelait Rey à propos des dictionnaires monolingues : 

Aucun dictionnaire philologique, culturel ou thématique ne peut être valablement élaboré par le linguiste seul. Le mérite durable de l’Oxford Dictionary vient en grande partie de la contribution de scientifiques, d’historiens, etc., grâce auxquels les définitions d’unités lexicales insérées dans des terminologies échappent aux légèretés et aux erreurs trop fréquentes de dictionnaires de langue » (1977 : 171).

8Dans le troisième cas, l’auteur est un linguiste spécialiste du domaine ou, sinon véritable spécialiste, du moins hautement compétent dans ledit domaine, et il s’agira généralement alors d’un enseignant de langue de spécialité exerçant dans un établissement d’enseignement supérieur ou professionnel.

9Cette typologie d’auteurs est importante à retenir car elle pourra expliquer des choix ultérieurs. Si, dans tous les cas, les traductions proposées pourront a priori être considérées comme fiables, la présentation définitive du produit diffusé en librairie, sur la toile ou tout autre support, dépendra fortement du type de formation linguistique de l’auteur ou des auteurs.

10Le linguiste aura en effet davantage tendance à entourer ses traductions de tout l’appareil pragmatique, sémantique, syntaxique ou phonologique qui lui est cher et familier. Le spécialiste du domaine sera probablement moins sensible à la pertinence et à l’utilité de cet habillage sémantico-syntaxique, voire phonologique.

1.2. L’objectif et le destinataire

11Tout manuel didactique en général, et pas uniquement dans notre domaine des langues, se propose de combler une lacune, ou du moins ce qui est vu comme tel par l’auteur qui s’attache à montrer l’originalité et donc la nécessité de son ouvrage. Pour nous linguistes, enseignants, chercheurs, traducteurs et terminologues, il s’agit tout d’abord de combler un vide puis, lorsque la publication est annoncée, de bien définir une niche particulière et donc de cibler un public qui ne trouve pas sur le marché ce dont il a besoin : « Les dictionnaires sont donc des ouvrages didactiques et pratiques qui sont faits pour être mis en vente dans le commerce. Ils doivent répondre à une demande précise du public. » (Niklas-Salminen 1997 : 95)

12Pour les enseignants LANSAD, le public qui est immédiatement évoqué est celui des étudiants en cours d’apprentissage, parfois aussi des stagiaires de formation continue : l’outil mis en place restera évolutif tant que la publication ne sera pas envisagée. Pour d’évidentes raisons de mises à jour permanentes, mais aussi d’économie, le support numérique sera généralement privilégié.

13Vis-à-vis de ce public, qu’il est possible de qualifier de captif, le dictionnaire est considéré comme un outil d’apprentissage. Il pourra d’ailleurs être partiellement réalisé par les étudiants eux-mêmes sous forme d’un travail collaboratif, moyen déguisé mais fort efficace de faire acquérir la terminologie du domaine tout en donnant un but supplémentaire aux activités de compréhension écrite ou orale de documents professionnels (Pasternak Eboueya 1993). Le dictionnaire gagnera dans ce cas à inclure un certain nombre d’exemples d’occurrences, surtout si ces dernières sont accompagnées de collocations différentes.

14Lorsque l’enseignant LANSAD devient auteur publiant, le public alors visé est extérieur à ses étudiants personnels, l’objectif est dans ce cas la production d’un document de référence et non plus simplement d’apprentissage. Cette situation influera nécessairement sur la technique de présentation de l’ouvrage qui pourra, certes, toujours être proposé sur un support numérique pour différentes raisons, en particulier pour diminuer le coût de production ou permettre facilement des mises à jour, mais aussi sur un support papier imprimé et diffusé par un éditeur.

2. La recherche et le traitement de l’information

2.1. Première étape, la recherche des sources

15Il n’existe pas de méthode universelle permettant de répondre à la question de la recherche des sources dans la mesure où, du domaine terminologique traité, dépendra une partie du processus à adopter. Les sources potentiellement utilisables sont, bien sûr, constituées de l’ensemble des documents écrits ou sonores traitant du domaine. Selon le domaine choisi, ces sources peuvent être constituées uniquement des documents spécialisés ou se combiner avec des documents de vulgarisation à différents niveaux, la presse grand public pouvant dans ce dernier cas être retenue. On peut aussi éventuellement consulter un corpus déjà établi si ce corpus est reconnu comme fiable par les spécialistes du domaine.

16Toutefois, faute de disposer de corpus alignés (L’Homme 2004 : 161) ou d’outils permettant l’extraction de termes bilingues (L’Homme 2004 : 207), l’utilisation d’un corpus déjà constitué s’avère toujours insuffisante dans la mesure où, s’agissant d’un dictionnaire bilingue, voire multilingue, les sources doivent obligatoirement être recueillies dans les différentes langues de travail, chacune d’elles étant non seulement langue source mais également langue cible.

17Une attention toute particulière doit être portée à la dimension temporelle du corpus sélectionné ou nouvellement élaboré, les progrès effectués dans les domaines spécialisés s’accompagnent en effet d’évolutions terminologiques qui devront obligatoirement être prises en compte lors du recueil des items et présentées ensuite dans le dictionnaire.

18À titre d’illustration, voici les catégories qui ont été consultées et étudiées, aussi bien sous forme écrite que numérique ou orale, et ce dans les deux langues de travail, pour la recherche des sources du Dictionnaire de Géopolitique et Relations Internationales (Trouillon 2006) :

  • Des ouvrages, livres et articles de recherche, portant sur l’histoire mondiale du XXe siècle et les premières années du nouveau millénaire. L’histoire mondiale a été privilégiée au détriment des histoires nationales dans la mesure où la géopolitique envisage principalement les relations entre états.

  • Des atlas édités tout au long du XXe siècle. L’objectif à l’origine était de repérer des noms de pays ayant pu naître et disparaître au gré des conflits et des traités, mais il est également apparu grâce à ce type de consultation qu’il y avait eu de nombreuses évolutions orthographiques dont il a fallu tenir compte, ainsi qu’il sera donné en exemple infra.

  • Des ouvrages de géographie, de politique, de polémologie, d’économie et de droit portant sur les relations internationales au cours de la même période.

  • Des traités et textes constitutionnels, en particulier ceux accompagnant la fondation des organismes internationaux.

  • À partir des deux dernières décennies du XXe siècle, la presse quotidienne ou hebdomadaire, qu’elle soit écrite ou parlée, à la radio comme à la télévision. L’avantage de la presse est d’être facilement accessible, permettant de suivre l’actualité au plus près. Par ailleurs, la consultation des médias donne une bonne indication des mots que l’on pourrait qualifier de « à la mode » : il en va ainsi par exemple de l’expression feuille de route qui a été utilisée pour désigner le plan élaboré par le quartette en 2003 pour tenter de résoudre le problème israélo-palestinien ; un autre exemple est celui de l’expression dégâts collatéraux, apparue au grand public au moment des troubles en ex-Yougoslavie donc au début de la dernière décennie du siècle, bien que la première occurrence se trouve en fait dès 1944 dans la charte des Nations Unies.

  • De très nombreux sites Internet, bien sûr, et en particulier :

    • le World Factbook de la CIA1 extrêmement utile pour toute documentation d’ordre politique, social, syndical ou économique, car les données proposées, et en particulier les cartes, sont d’une part régulièrement mises à jour et d’autre part libres de droit pour toute utilisation ;

    • les sites officiels des gouvernements ;

    • les sites des organismes internationaux, Union Européenne, Nations Unies, OTAN et OTASE surtout ; dans le cadre du travail sur ce dictionnaire, les sites de ces organismes se sont révélés tout particulièrement intéressants dans la mesure où ils sont consultables en plusieurs langues, et où les traductions proposées sont les traductions officielles choisies par les traducteurs professionnels travaillant pour ces organismes : il était donc possible de leur faire confiance et de trouver ainsi immédiatement les équivalents sans avoir à chercher ailleurs.

2.2. Deuxième étape, la recherche de l’information pertinente

19Une fois les sources définies, deux possibilités de recherche de l’information souhaitée s’offrent alors à l’auteur. Tout d’abord, quelle que soit la possibilité retenue, la recherche aura intérêt à se faire en parallèle, c’est-à-dire pratiquement en même temps, entre documents portant sur un même sujet et proposés dans les deux langues de travail, ceci afin de trouver des équivalents de traduction déjà établis et reconnus chaque fois que cela sera possible. En effet, chacune des deux langues, comme il a déjà été indiqué, est à la fois langue source et langue cible. Toutefois, ainsi que nous le verrons infra, le lexicographe ne fait pas uniquement de la copie et doit parfois proposer des solutions originales.

20La première méthode est la manière traditionnelle, c’est-à-dire tout simplement la lecture ou l’écoute de documents originaux, accompagnées de prise de notes. Parmi les avantages de cette méthode on peut citer :

  • la facilité de consultation des documents, aucun outil particulier, aucune technique ne s’avérant nécessaire,

  • la possibilité évidente de lecture ou d’écoute en parallèle de documents traitant d’un même sujet, ce qui permet de trouver rapidement des équivalences d’une langue à l’autre lorsqu’elles existent.

21La deuxième méthode de recherche d’information est la conception d’un corpus numérique par numérisation de l’ensemble des sources et indexation des résultats obtenus.

22Si cette méthode est certainement préférable lorsque l’on s’intéresse à un domaine relativement restreint et à la terminologie probablement finie, par exemple la langue des manuels contemporains d’arithmétique, elle s’est, dans ce cas précis, vite révélée impossible à mettre en œuvre au vu de l’abondance et la variété des sources s’étalant sur plus d’un siècle et dans plusieurs domaines. Outre le problème du double corpus mentionné supra, une difficulté supplémentaire se fait également jour si l’on songe à la nécessité de la transcription de l’ensemble des données orales. La constitution d’un tel corpus aurait donc été une fin en soi, ce qui n’était pas le but recherché.

2.3. Troisième étape, la sélection des items à retenir

23Cette troisième étape peut aussi bien s’appliquer à un travail informatique à partir d’un corpus qu’à un relevé manuel. Elle peut s’opérer en fait en deux temps, soit par une indexation immédiate lorsque l’item est rencontré pour la première fois, quelle que soit la langue source – et lorsque cet item apparaît comme relevant de toute évidence du domaine pour qui possède la culture de spécialité – soit par indexation ultérieure lors de la rencontre d’une deuxième, voire d’une troisième, occurrence, ce qui peut arriver même lorsque l’on possède une bonne culture du domaine et que l’on n’a pas réagi positivement lors de la première rencontre. La culture de domaine ne saurait en effet être exhaustive pour le spécialiste quel qu’il soit, et donc a fortiori pour le linguiste s’il travaille seul.

  • 2 Depuis les élections présidentielles américaines de 2008 la feuille de route fait à nouveau partie (...)

24Cette notion de culture du domaine reste néanmoins essentielle, car le relevé des items par simples données de fréquence ne saurait décider de la pertinence de ces items. En procédant uniquement par étude de fréquence, on pourrait, en effet, être amené à écarter des occurrences, statistiquement rares dans l’ensemble du corpus – que ce dernier soit ou non numérique – alors que ces mêmes items sont essentiels en un moment et un lieu donnés, ainsi que le montre l’exemple de la feuille de route mentionné supra. Il est certain que cette feuille de route n’a concerné qu’une seule région du globe et pendant un laps de temps relativement court, elle doit donc avoir une fréquence d’occurrence relativement faible sur l’ensemble de la période étudiée, mais elle a pourtant influencé la politique internationale et s’est retrouvée dans les grands titres de la presse pendant plusieurs années2. On pourrait multiplier les exemples de ce type avec des expressions comme le Sentier Lumineux, le FRELIMO, les Brigades Rouges, La Longue Marche, le Timor oriental, le PKK, et bien d’autres encore. Dans le cadre du sujet des relations internationales, la consultation directe des sources s’est donc imposée pour la sélection sans passer par l’étude de résultats statistiques.

25La difficulté principale en lexicographie de spécialité consiste évidemment à sélectionner ce qui relève directement et exclusivement du domaine, tout en s’interrogeant sur la place à accorder à ce qui est fréquemment utilisé dans le domaine sans lui être toutefois spécifique. C’est un problème auquel tous les terminologues et lexicologues sont confrontés depuis les débuts des travaux sur le lexique des langues de spécialité. Le présent article ne peut apporter un éclairage nouveau à cette question, le lexicographe se contentant d’opérer des choix arbitraires en espérant qu’ils sont cohérents. La seule sanction que l’auteur connaisse éventuellement est celle des utilisateurs.

2.4. Quatrième étape, la mise en mémoire des items lexicaux retenus

26Il est évident que, de nos jours, le lexicographe ne saurait se passer d’outils informatiques. Selon les objectifs visés, le temps disponible, selon ses propres capacités techniques aussi, le lexicographe trouvera particulièrement intéressant de se servir de bases de données ou, au contraire, saura se contenter d’un simple tableur.

27L’avantage des bases de données est de permettre dès le départ une multiplicité d’entrées si la forme définitive du dictionnaire est un support numérique. Dans le cas d’une édition traditionnelle sur papier, les tableurs permettent toutefois plusieurs types de classements ultérieurs en fonction des différents paramètres que l’on aura pris soin d’intégrer, comme la catégorie grammaticale des mots ou les conditions d’occurrence. Par ailleurs, il est bien rare que le dictionnaire sous forme imprimée aille au-delà d’une simple présentation par ordre alphabétique.

28Un contre-exemple d’ouvrage à entrées multiples est celui donné par le dictionnaire multilingue Dictionary of Distance Education Terminology (Bückmann & Nekeman 1993) qui prévoit, outre une entrée pour chacune des dix langues proposées, une entrée par collocation intitulée pour la version française « termes en contexte », ainsi qu’une entrée pour les sources d’information.

29L’utilisation du tableur exige toutefois de prévoir dès le départ la phase de retournement, c’est-à-dire qu’au fur et à mesure que les données sont entrées – et elles peuvent l’être à partir de chacune des deux langues sources – il est indispensable de prévoir ce qui se passera lorsque le classement alphabétique sera demandé à partir de l’autre langue devenue langue cible : « Le retournement informatique constitue donc une « épreuve de vérité » en ce sens qu’il met en lumière les « vices cachés » (lacunes/approximations) de la version de départ » (Schuwer 1993).

30Par exemple, si l’on travaille à partir du français et que l’on traduit le mot consentement saisi dans une cellule de la colonne française en proposant dans la colonne anglaise en première traduction assent suivi d’une virgule et ensuite en deuxième traduction possible le mot consent, il faut se dire qu’au moment de l’inversion, donc pour ce qui sera la partie anglais-français du dictionnaire, la colonne en anglais proposera assent suivi d’une virgule puis de consent, ce qui certes apparaît relativement facile à corriger puisqu’il suffira tout simplement d’effacer la virgule et le mot consent afin d’avoir une entrée constituée d’un seul mot comme dans tout dictionnaire.

31Mais, ce faisant, on crée le risque d’une lacune si, lors de la recherche de documentation en langue source anglais, le mot consent n’a jamais été rencontré. Dans ces conditions, en effet, il ne figurera pas dans la partie anglais-français du dictionnaire.

32Il faut donc décider, lors de cette phase de mise en mémoire, si c’est en relisant le résultat du retournement que l’on rajoutera dans la colonne en anglais une nouvelle ligne pour le mot consent, en même temps qu’on le supprimera de la cellule où il se trouvait, ou si c’est au moment de la saisie initiale que l’on introduira dans la partie français-anglais une deuxième ligne pour consentement, avec en traduction un ordre différent du précédent à savoir : consent suivi d’une virgule suivie de assent. Bien entendu, lors de l’inversion il faudra aussi procéder à un effacement partiel de la colonne de gauche en anglais. Ce processus, détaillé par Schuwer (1994), est particulièrement important à mettre en œuvre dès le début du travail de saisie si l’on veut éviter les oublis ultérieurs. Les différentes traductions possibles peuvent également être dues à la polysémie des items retenus, auquel cas il faudra envisager une forme particulière de présentation en jouant sur l’ensemble des moyens typographiques dont on dispose.

2.5. Cinquième étape, la traduction

33Il y a deux cas de base, selon que la traduction existe déjà ou non.

34Dans le premier cas, une traduction avérée existe, il suffit de l’emprunter après l’avoir trouvée.

  • 3 On pense bien évidemment en premier lieu à EURODICAUTOM auquel a succédé en 2007 Inter-Active Termi (...)

35Les organismes internationaux, comme il a été indiqué supra, sont à cet égard une source de traductions inappréciable puisque, d’une part, la consultation de leurs sites permet de trouver rapidement des équivalents fiables et que, d’autre part, ils proposent des banques de données terminologiques3. Ces données ne constituent toutefois qu’une faible partie des sources disponibles. Seule la consultation en parallèle de documents portant sur le même sujet permet de trouver les équivalents dans l’autre langue, ce qui renforce d’ailleurs l’idée qu’il est sans doute préférable de procéder à des lectures plutôt qu’à des études basées sur corpus lorsque l’on veut un dictionnaire bilingue. Dans le cas très particulier du dictionnaire de géopolitique déjà cité, comment aurait-il été possible, par exemple, de trouver à partir d’une analyse d’un corpus anglais un équivalent anglais du français dérive mafieuse fréquemment utilisé par la presse pour définir la situation politico-économique de nombreuses régions ou pays à la fin du siècle dernier ?

  • 4 L’on trouve d’ailleurs aussi parfois le calque Doctors without borders.

36Comme tout autre traducteur le lexicographe se trouve confronté à une difficulté de choix lorsqu’un équivalent apparent ne recouvre pas exactement le même champ dans les deux langues. Une illustration est le syntagme anglais French Doctors qui désigne aussi bien l’ONG Médecins sans Frontières4 que d’autres ONG françaises poursuivant un même but, comme par exemple Médecins du monde.

37Le problème se résout toutefois plus facilement dans un dictionnaire que dans une traduction de texte, il est dans ce cas en effet possible d’ajouter une précision au niveau de l’entrée traduite. Cette dernière possibilité entraîne ce qu’il serait possible d’appeler la tentation de l’encyclopédisme pour définir, expliquer ou justifier les propositions.

  • 5 Plus il y a d’information en effet plus il faut de la place et plus le prix de revient de l’ouvrage (...)

38Peut-on donc, dans le cas d’un dictionnaire bilingue, se laisser aller parfois à un peu plus que la traduction ? Il n’y a évidemment pas de règle absolue puisque l’auteur est entièrement libre, il n’y a pas de loi ou d’habitude ou de norme universitaire : « tous les dictionnaires sont plus ou moins hétérogènes ; il y a obligatoirement une continuité du dictionnaire de langue à l’encyclopédie » (Niklas-Salminen 1997 : 96). Les seules contraintes sont celles que l’auteur se fixe ou celles que fixe l’éditeur5. Le lexicographe devra opérer des choix et trouver des moyens aussi économiques que possible pour arriver à respecter à la fois la langue et les nécessités éditoriales.

39En effet, selon les domaines, la traduction en français de mots anglais comme state, government, administration, liberal, et bien d’autres encore, semble demander à être explicitée si l’on veut éviter des contresens d’emploi de mots apparemment transparents mais qui sont souvent de redoutables faux-amis.

40S’ajoute à cela la différence d’emplois ou de sens entre différents pays anglophones ou francophones : selon que l’on parle de Secretary of State aux États-Unis ou au Royaume-Uni, il ne s’agit pas de la même fonction.

41Ce dernier exemple est représentatif d’une difficulté particulière qui est le choix à proposer dans le dictionnaire entre la traduction par équivalence (dans ce cas, s’il s’agit des États-Unis Ministre des Affaires Étrangères) et le calque consacré par l’usage journalistique, voire politique, mais qui est en fait un contresens, sauf éventuellement à préciser LE Secrétaire d’État américain.

42Un autre exemple de maladresse de calque qui interroge le lexicographe est l’expression win the hearts and minds of the people qui correspond en fait à l’expression française antérieure rallier les âmes et les cœurs mais qui est maintenant sytématiquement traduite par gagner les cœurs et les esprits.

43Dans le deuxième cas de base de la traduction, le « déficit d’équivalence » (Lerat 1995 : 170), il n’existe pas de traduction.

44Cette situation se produit lorsque, malgré les recherches, le lexicographe ne trouve pas de propositions de traduction en particulier pour ce qui, tout en ayant une valeur universelle, appartient à la politique intérieure d’un pays et n’est pas du tout considéré par les média ou les spécialistes pratiquant l’autre langue : comment traduire par exemple le devoir d’ingérence, expression inventée par Bernard Kouchner mais qui semble n’avoir été reprise par aucun auteur anglophone ? Et, comme le dictionnaire a horreur du vide, le lexicographe ne peut se permettre de rejeter un mot ou une expression sous prétexte qu’il n’a pu trouver de solution. Il ne lui reste plus qu’à faire preuve de créativité (Lavault 1996), généralement sous forme de calque, ou éventuellement à proposer un emprunt même si cette dernière possibilité n’est à utiliser qu’en dernier recours, alors que le terminologue y fera plus volontiers appel :

L’emprunt constitue la solution la plus évidente, la plus paresseuse, mais aussi la plus efficace internationalement, car elle neutralise partiellement les différences interlinguistiques et respecte ainsi la notion originelle, plus aisément repérée. On peut dire que l’emprunt dénomme la notion et connote son origine, ce qui explique son succès malgré tous ses inconvénients. (Rey 1979 : 68)

45Un avatar de la traduction est l’orthographe. Dans le cadre d’un dictionnaire français-anglais, le problème va au-delà des habituelles différences orthographiques bien connues entre anglais dit britannique et anglais dit américain, car nous savons tous comment les dictionnaires usuels résolvent ce problème : le point en question est l’orthographe des noms propres.

46On a l’habitude de dire que les noms propres n’ont pas d’orthographe, cela est tout particulièrement vrai pour l’ensemble des toponymes et des patronymes, en particulier lorsque l’on considère sur le plan diachronique une longue période ayant connu une évolution.

47Cette remarque ne s’applique d’ailleurs pas qu’aux noms propres étrangers : en France, par exemple, jusqu’au décret du 27 janvier 1928 la ville de Sète s’écrivait Cette après avoir connu au moins quatre avatars depuis la dénomination latine, à partir même de deux orthographes latines différentes depuis le Moyen Âge ! Un tel cas est heureusement rare pour la France, mais se rencontre très souvent à l’étranger.

48La difficulté se pose surtout lorsqu’il s’agit de noms propres à écrire avec notre alphabet latin alors qu’ils sont d’origine chinoise, russe, arabe, arménienne, grecque ou autre, en bref originaires d’un pays dont la langue ne s’écrit pas avec l’alphabet latin. L’usage hésite souvent entre translittération et transcription (Ballard 2001 : 27), le dictionnaire aura souvent intérêt à proposer les diverses orthographes les plus courantes. À partir des années 1960 la Chine a commencé à utiliser le Pinyin et non la transcription habituellement utilisée dans le monde occidental depuis les travaux du jésuite Nicolas Trigault au début du XVIIe siècle ; depuis cette époque, des noms aussi courants que Pékin et Mao Tse Toung ont dû être orthographiés différemment, respectivement Beijing et Mao Zedong. Cette modification orthographique n’est malheureusement pas systématiquement respectée ; en dépit donc du choix du Pinyin également opéré en 1982 par l’Organisation Internationale de Normalisation comme système de romanisation du mandarin6, dans la version en langue française du site internet de l’ONU7, Beijing apparaît certes la plupart du temps, mais on trouve aussi Pékin. La conclusion que l’on peut en tirer sur un plan lexicographique est que le dictionnaire se doit d’être à la fois descriptif et normatif.

  • 8 C’est ce que confirme une dépêche de l’AFP en date du 13/07/09 : « le ministère israélien des Trans (...)
  • 9 Il suffit de penser aux villes rebaptisées en Europe par les troupes d’occupation lors de la Deuxiè (...)

49Outre les changements d’orthographe il y a eu, et il y a toujours d’ailleurs8, des changements de noms de pays ou de villes, après la décolonisation, pendant et après des guerres9 ou après la chute du mur en 1989, suivie peu après de la fin de l’Union Soviétique et de la désintégration de ce que l’on appelait précédemment l’Europe de l’Est : pour ne retenir à titre d’exemple que les suites de la décolonisation Fort Lamy au Tchad est ainsi devenu N’Djamena en 1973, en Inde Bombay est devenu Mumbai en 1995, la Haute-Volta s’est transformée en Burkina Faso en 1984. Le choix de présentation de la traduction était donc de savoir s’il fallait se contenter de traduire Rhodesia par Rhodésie ou s’il fallait ajouter sur la même ligne Zimbabwe, éventuellement en précisant entre parenthèses depuis avril 1980.

50Les décisions sont très délicates parce que ces changements de noms ne sont pas toujours neutres et le cas de la Birmanie est à ce titre exemplaire : le nom de Myanmar a été adopté en 1989 par la dictature mais n’a été reconnu ni par l’opposition ni par un certain nombre de pays, en particulier de pays voisins. Certes, le nom accepté et maintenant utilisé par l’ONU est bien Myanmar, mais le nom statistiquement plus fréquent en français de France – il faudrait vérifier pour savoir s’il en est de même dans l’ensemble des pays francophones – est toujours Birmanie. La solution de facilité semble être de se contenter à la lettre B de traduire Birmanie par Burma et vice-versa, et à la lettre M de donner Myanmar pour Myanmar, mais est-ce suffisant ? Une dernière illustration pourrait être la ville de Leningrad devenue St Petersbourg après la fin de l’URSS.

51Enfin, un exemple très politique de choix, non pas de traduction mais de non-traduction et donc d’emprunt, a été donné en France au moment de la Guerre des Malouines en 1982 par le Président Mitterrand. Il avait alors choisi dans un discours l’appellation îles Falkland pour insister sur le soutien du gouvernement français à la politique adoptée par Mme Thatcher face à l’intervention armée de l’Argentine, alors que le nom officiel en français est bien Malouines, mais ce nom avait été considéré par notre Président comme trop proche de l’espagnol Malvinas !

52La toute dernière précision à apporter concerne l’introduction de la syntaxe dans la traduction de mots, en particulier avec la présence de l’article défini français le/la/les correspondant à l’article Ø en anglais, lorsque par exemple l’Angleterre s’oppose en traduction à Ø England.

3. Mise en forme et publication

53La présentation du dictionnaire sous forme de livre imprimé, si l’on a retenu l’idée d’un document non numérique, va largement dépendre du temps dont on dispose et du marché que l’on cible. Grâce au jeu sur l’ensemble des moyens typographiques, graisse des caractères, italiques, parenthèses, crochets, tildes, tirets et autres signes, les normes de présentation possibles relèvent des décisions suivantes :

541. Fait-on ou non figurer la catégorie grammaticale des mots ? Cela semble indispensable si l’on souhaite donner les éléments permettant d’éviter des erreurs de traduction dues à la méconnaissance de la différence entre nom et adjectif par exemple : à un même mot français comme suédois(e)/Suédois(e), selon qu’il est nom ou adjectif, avec ou sans majuscule à l’initiale, correspond un mot différent en anglais en fonction de la catégorie grammaticale. L’opposition entre majuscules et minuscules devra donc être intégrée dans le dictionnaire ainsi que la raison de cette différence.

55En revanche, il est sans doute inutile de préciser si les verbes anglais sont réguliers ou non, les listes de verbes irréguliers se trouvent en effet habituellement dans les dictionnaires généraux et les manuels de grammaire.

56Le choix de ce type d’information syntaxique n’est pas systématique chez tous les auteurs, il ne se justifie d’ailleurs pas nécessairement en fonction du domaine lexical retenu et du public visé.

572. Indique-t-on ou non la prononciation à l’aide de l’alphabet phonétique international ? L’expérience de l’enseignement LANSAD montre que les élèves ou étudiants dédaignent ce genre d’aide, qu’elle figure dans les dictionnaires de prononciation ou les dictionnaires généraux monolingues ou bilingues. Il est donc sans doute inutile de proposer cet outil dans la mesure où les dictionnaires spécialisés s’adressent rarement à des étudiants linguistes, ces derniers n’étant généralement pas amenés à traduire des documents spécialisés lors de leurs études.

583. Donne-t-on les domaines privilégiés d’occurrence du mot ? Dans le cas pris en exemple, au vu de la variété des sources, il a été jugé utile de préciser qu’il s’agissait d’un terme relevant de la géographie, de la politique, de la théologie, etc. Dans son Dictionnaire des Forces Terrestres, Rostaing (2000) donne même systématiquement des illustrations sous forme de collocations en précisant chaque fois soit l’origine géographique, soit le contexte opérationnel d’emploi.

594. Comment présenter les sigles ? La facilité de consultation de l’ouvrage doit être privilégiée. Contrairement à certains dictionnaires qui présentent séparément des listes de sigles, voire d’abréviations, il est bien préférable de les inclure à leur place par ordre alphabétique et de les accompagner systématiquement entre parenthèses de leur forme pleine, que ce soit pour la langue de départ ou la langue d’arrivée. En sens inverse, il est bon de rappeler l’abréviation correspondante à partir de la forme pleine et ce dans les deux langues, de départ et d’arrivée. Un tel choix justifie d’autant plus les précautions énoncées supra sur la saisie des données dans le tableur.

605. Enfin, que faire des verbes pronominaux en français ou des syntagmes composés ? Cette question était déjà abordée par Lerat à propos des dictionnaires spécialisés monolingues (1995 : 165). Dans la mesure où l’on s’adresse à des non-linguistes qui ne s’interrogent guère sur la logique sémantique et qui se fient uniquement à l’ordre alphabétique pour toutes leurs recherches, le choix peut être fait de ranger, par exemple, l’expression se faire l’apôtre de à la lettre s et dans l’ordre alphabétique d’intervention de la suite c’est-à-dire se puis se faire et enfin se faire l’apôtre, et non soit à faire soit à apôtre comme il serait de mise dans un dictionnaire général.

Conclusion

61Les questions soulevées par l’élaboration d’un dictionnaire bilingue de spécialité intéressent aussi bien, et à différents titres, le spécialiste du domaine qui en est le premier destinataire visé, le chercheur en langue de spécialité, le terminologue, le traducteur professionnel, mais aussi l’enseignant LANSAD. De par la nécessité où il se trouve de disposer d’un tel outil, pour lui-même ou pour ses étudiants, ce dernier est systématiquement amené, en effet, à consulter et à recommander de tels ouvrages lorsqu’ils existent.

62Malgré l’apparition de plus en plus fréquente sur le marché de dictionnaires spécialisés, en dépit aussi de la mise à disposition de glossaires bilingues ou de ressources terminologiques sur Internet, tous les domaines professionnels sont loin d’être couverts pour l’ensemble des langues enseignées dans nos instituts, écoles et universités. Dans la mesure où la terminologie est, au moins dans un premier temps, l’un des axes essentiels de l’enseignement des langues de spécialité, l’enseignant LANSAD devrait alors nécessairement passer par une phase de conception d’un recueil terminologique lors de la préparation de son cours. La lexicologie et la lexicographie faisant malheureusement rarement partie des cursus des études linguistiques en France, la tâche de formation à ces techniques revient à la littérature professionnelle. C’est dans ce cadre que le présent article a souhaité s’intégrer en s’appuyant sur les principaux travaux qui l’ont précédé.

Haut de page

Bibliographie

Ballard, Michel. 2001. Le Nom propre en traduction. Gap : Ophrys.

Bückmann, Nicola-Maria & Paul Nekeman. 1993. Dictionary of Distance Education Technology. Heerlen : EADTU.

Hay, Josiane. 2007. « Rédaction d’un glossaire destiné à un manuel d’anglais médical ». Asp n° 51/52 : 179-187.

Humbley, John. 1998. « Le Terminologue et le spécialiste de domaine ». Asp n° 19/22 : 137-149.

Lavault, Elisabeth. 1996. « Créativité et traduction spécialisée ». Asp n° 11/14 : 121-133.

Lerat, Pierre. 1995. Les Langues spécialisées. Paris : PUF.

L’Homme, Marie-Claude. 2004. La Terminologie : principes et techniques. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal.

Maniez, François, Pascaline Dury, Nathalie Arlin & Claire Rougement (éds.). 2008. Corpus et dictionnaires de langues de spécialité. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Niklas-Salminen, Aïno. 1997. La Lexicologie. Paris : Armand Colin.

Pasternak Eboueya, Nadine. 1993. « La Constitution d’un glossaire dans un cours d’anglais pour l’informatique : prétexte ou fin en soi ? ». Asp n° 1 : 519-530.

Rey, Alain. 1977. Le lexique : images et modèles du dictionnaire à la lexicologie. Paris : Armand Colin.

Rey, Alain. 1979. La Terminologie Noms et Notions. Paris : PUF.

Rostaing, Philippe. 2000. Dictionnaire des forces terrestres. Paris : La Maison du Dictionnaire.

Schuwer, Martine. 1993. « Création de dictionnaires bilingues spécialisés : l’épreuve de vérité du retournement informatique ». Asp n° 1 : 531-546.

Schuwer, Martine. 1994. « Fonction des équivalences dans un dictionnaire bilingue ». Asp n° 3 : 83-94.

Trouillon, Jean-Louis. 2006. Dictionnaire de Géopolitique et Relations Internationales. Perpignan : Presses de l’Université de Perpignan.

Haut de page

Notes

1 CIA : https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/, consulté le 12 juillet 2009.

2 Depuis les élections présidentielles américaines de 2008 la feuille de route fait à nouveau partie du vocabulaire des diplomates.

3 On pense bien évidemment en premier lieu à EURODICAUTOM auquel a succédé en 2007 Inter-Active Terminology for Europe (IATE) : http://iate.europa.eu/iatediff/SearchByQueryLoad.do?method=load, consulté le 12 juillet 2009.
Il est aussi possible de citer United Nations Multilingual Terminology Database, consultable à partir de l’URL http://unterm.un.org/, consulté le 12 juillet 2009.
Les autres grandes organisations internationales (BIT, FAO, UNESCO...) possèdent également leurs propres banques de données terminologiques.
Termium Plus, banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada est également fort utile pour la rédaction d’un dictionnaire bilingue anglais-français compte tenu des deux langues nationales de ce pays, et donc du souci constant de disposer d’une double norme linguistique : http://www.btb.termiumplus.gc.ca/site/termium.php?lang=fra&cont=001, consulté le 12 juillet 2009.

4 L’on trouve d’ailleurs aussi parfois le calque Doctors without borders.

5 Plus il y a d’information en effet plus il faut de la place et plus le prix de revient de l’ouvrage est élevé puisque l’impression exige davantage de papier.

6 Norme ISO 7098.

7 http://www.un.org/fr/, consulté le 12/07/09.

8 C’est ce que confirme une dépêche de l’AFP en date du 13/07/09 : « le ministère israélien des Transports a annoncé aujourd’hui qu’il allait gommer les noms arabes des localités israéliennes sur les panneaux indicateurs pour garder uniquement le terme hébreu. Jérusalem ne sera plus écrit en arabe que par la transcription du mot hébreu "Yerushalayim" sans qu’il n’y ait plus mention du terme arabe usuel d’Al-Qods (la Sainte), aujourd’hui accolé. ». http://www.afp.com/afpcom/fr/, consulté le 12/07/09.

9 Il suffit de penser aux villes rebaptisées en Europe par les troupes d’occupation lors de la Deuxième guerre mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Trouillon, « Approche de la Lexicographie en Langue de Spécialité », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 1 | 2010, 34-48.

Référence électronique

Jean-Louis Trouillon, « Approche de la Lexicographie en Langue de Spécialité », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 1 | 2010, mis en ligne le 23 juin 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/1031 ; DOI : 10.4000/apliut.1031

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Trouillon

Maître de Conférences HDR, membre de l’EA 4140, Jean-Louis Trouillon est auteur et co-auteur de nombreux didacticiels d’apprentissage de l’anglais de spécialité. Il a coordonné la partie française du Dictionary of Distance Education Terminology publié en 10 langues en 1993. Ses travaux sur la lexique et la lexicographie l’ont plus récemment amené à proposer en 2006 un Dictionnaire Bilingue anglais-français, français-anglais de géopolitique et relations internationales.
jean-louis.trouillon@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page