Navigation – Plan du site
Articles
3

L’interculturel est-il soluble dans l’humour ?

Can intercultural awareness feed on humour ?
Alain Cazade
p. 24-39

Résumés

S’intéresser à l’humour en langues étrangères – essayer de comprendre de quoi et pourquoi l’autre rit de quelque chose qu’on saisit mal – est peut-être un des meilleurs moyens d’approcher ces différences interculturelles qui font toute la saveur de nos relations avec l’« étranger ». L’humour est quelque chose de fragile, il ne souffre guère d’être expliqué. Il réside souvent dans ce télescopage étrange entre le subtil et l’osé, entre le normé et le décalé, entre le convenu et l’inattendu… Pourtant, à la réflexion, ce type de travail peut en fait avoir un impact positif sur tout le comportement cognitif et métadidactique de l’apprenant en langues.

Haut de page

Texte intégral

1S’intéresser à l’humour en langues étrangères – essayer de comprendre de quoi et pourquoi l’autre rit de quelque chose dont on ne saisit pas toujours, et surtout instantanément, les tenants et aboutissants – est peut-être un des meilleurs moyens d’approcher ces différences interculturelles qui font à la fois toute la saveur de nos relations avec l’« étranger » et toute la difficulté qu’on peut ressentir quand on veut en maîtriser les ressorts cachés. L’humour peut agir, semble-t-il, comme une loupe, grossissant toutes les imperfections de conception, d’expression, de maladresses diverses d’un locuteur qui s’essaye à pénétrer de telles finesses et à « faire de l’humour » en langue étrangère. Mais précisément, du fait de cet effet grossissant, et si l’on sait en tirer parti, ce peut être un excellent moyen de lutter contre certains blocages, notamment à l’oral, dont nos étudiants francophones semblent souffrir plus que d’autres, mais dont ils parviennent souvent mal à discerner la nature précise, les causes et, partant, les moyens de lutter contre. Les profits envisageables peuvent ne pas uniquement concerner l’amélioration des relations interculturelles des apprenants, ils peuvent aussi avoir un impact positif sur tout le comportement cognitif et métadidactique de l’apprenant en langues. Dans le même temps, chacun sait que l’humour est quelque chose de fragile, reposant sur une réaction qui doit être instantanée la plupart du temps, il ne souffre guère d’être expliqué. Il réside souvent dans ce télescopage étrange entre le subtil et l’osé, entre le normé et le décalé, entre le convenu et l’inattendu… Toute relation, d’une certaine manière, est interculturelle puisque la confrontation de deux individus, même s’ils sont apparemment de même culture, met déjà en lumière de multiples différences comportementales supra- et infra-culturelles. On s’accordera facilement à constater que ces différences ne peuvent que s’accentuer quand les habitudes socio-éducatives, politico-culturelles sont elles-mêmes différentes, et donc dans un contexte de langue-culture initial autre.

  • 1  Cet article a dû être écourté pour des raisons éditoriales (NDLR).

2Les réflexions figurant ci-après font suite à une communication proposée dans le cadre du Congrès 2008 de l’APLIUT sur l’interculturel1, durant laquelle il a été possible de prendre appui sur un certain nombre de supports graphiques issus de la presse internationale, mais aussi sur diverses productions d’étudiants, séquences filmées par eux-mêmes pour broder sur les thèmes choisis en vue de faire avancer une exploration des possibles et des contraintes liés à ce travail. Il est évidemment impossible de bénéficier ici de la valeur illustrative de tous ces documents visuels et sonores, et sans ces renforts, il est aussi fort probable que l’humour peine à y rester perceptible. Précisons que les pratiques d’enseignement dont il est question sont essentiellement axées sur l’apprentissage de l’anglais, en langue anglaise la plupart du temps, sans toutefois esquiver le recours à la langue française lorsque nécessaire. Cela implique que les exemples cités ci-après concerneront principalement les contacts entre les francophones et le monde anglophone. Suite aux multiples échanges qui ont suivi cette communication, il semble que, moyennant quelques efforts d’adaptation, de nombreux points pourront trouver un équivalent, une résonance, une prolongation dans la plupart des autres contextes d’échanges interculturels.

1. Quelques définitions

  • 2  Analyse et traitement informatique de la langue française (ATILF), centre dépendant du CNRS. Voir (...)
  • 3  http://atilf.atilf.fr/tlf.htm (site consulté en août 2008).

3En consultant les définitions proposées sur le site de l’ATILF2 et du TLF (Trésor de la langue française3) portant sur la notion d’humour, on trouve les mots suivants : « Forme d’esprit railleuse qui attire l’attention, avec détachement, sur les aspects plaisants ou insolites de la réalité ». On y insiste sur les notions de naïveté, de raillerie, d’ironie (laquelle peut d’ailleurs être charmante), sans oublier les sarcasmes. On y retrouve aussi la description qu’en fait Jules Renard : « […] la propreté morale et quotidienne de l’esprit » (Renard 1910). On y note que, pour André Maurois, et en plein rapport avec le propos de cet article, l’humour revient à avoir de l’ « esprit contre soi » (Maurois 1927). Pour continuer dans la ligne interculturelle que propose la présente réflexion, on y note que Victor Hugo distingue « cette chose française qu’on appelle l’entrain, cette chose anglaise qu’on appelle l’humour » (Hugo 1862). De fait, partant de l’« humeur » française, l’anglais transforme le terme en « humour ». En dépassant les complexités de la psychologie individuelle, l’humour semble ainsi souligner intimement l’appartenance culturelle, sous toutes ses formes, dont se réclame celui qui l’exerce, de même que celui qui en est l’objet. On peut ainsi parler d’humour anglais, juif, méridional, paysan, etc. Et, en espérant ne pas donner dans l’humour politiquement incorrect, on ne peut que souligner qu’on parle aussi d’humour noir, de rire jaune...

4On ne trouvera pas aussi facilement, dans un contexte non spécialisé, une définition simple de l’interculturel. Le terme ne peut être trouvé, par exemple, dans le TLF, ni dans le dictionnaire de l’Académie française4. Il n’est pourtant pas anodin de rappeler que la présente année 2008, année où s’est tenu ce congrès Apliutien, a été déclarée par les instances européennes : « Année européenne du dialogue interculturel »5 ! Le texte annonçant cette décision précise que : « Le dialogue interculturel est intimement lié à l’ambition fondamentale de la construction européenne d’un rapprochement des peuples de l’Europe »6. Le texte de cette proposition gagnera à être lu dans son intégralité, tant il est une introduction intéressante à la compréhension de nombreux aspects qui doivent être abordés dans un colloque consacré à l’interculturel, mettant en avant des considérations portant sur la diversité des cultures, la richesse des échanges et les nécessaires efforts de communication qui les conditionnent. On découvre naturellement de nombreux cadres d’utilisation significatifs en ciblant le domaine éducatif, la psychologie, les langues de spécialité, notamment dans le domaine du commerce (marketing, publicité). ce qui confirme l’intérêt porté ici aux ressorts de l’humour en lien avec cette notion d’interculturalité. Plus qu’à des ressorts liés à un constat d’appartenance, c’est plutôt l’approche relationnelle qui semble primer7.

2. Humour et interculturel en pédagogie des langues

5Diverses pistes peuvent être explorées pour favoriser l’intégration des enjeux interculturels au niveau universitaire. Parmi les nombreux chercheurs qui ont abordé ces questions, Fred Dervin (2004) mentionne : « Formation par l’expérience et l’implication & simulations globales ; Formation par l’analyse critique (Études de cas, méthode des incidents critiques) ; Apprentissage de la distanciation et de la décentration (travail sur les représentations : photo-langage, approche sémiologique). » Chacune de ces pistes pourrait porter en filigrane une référence au terme humour, véhicule privilégié de distanciation, de décentration, de prise de conscience des représentations que chacun a de l’autre et de soi-même.

Un défi formateur à relever

6Une des principales difficultés que rencontre le locuteur non-natif dans ses échanges avec le locuteur natif est la grande difficulté – pour ne pas dire : l’impossibilité – du premier à comprendre chez l’autre de nombreuses nuances de sens immanquablement dissimulées dans les incursions humoristiques jalonnant toute discussion un peu prolongée, que ce soit dans un échange informel ou dans tout échange professionnel, toute négociation (affaires, contrats, prise de décision, etc.). La langue n’existe pas sans ses multiples résonances trans-thématiques. Le professeur qui s’essaye à faire passer en classe une plaisanterie en langue 2 connaît bien cette problématique déroutante. L’humour supporte mal d’être expliqué. Si l’on s’y hasarde, l’expérience est décevante, l’effet voulu se trouve vidé du charme fragile de ses ressorts humoristiques. Ces ressorts reposent souvent essentiellement sur un effet d’instantanéité, confrontant, mélangeant habilement et discrètement divers registres de langue, de situations, etc.

7On comprend bien que multiplier ces situations de compréhension problématiques, avec la difficulté qu’on peut avoir à saisir toutes les implications dues aux multiples strates de signification sur lesquelles l’humour peut se construire, est une étape quasiment inévitable pour préparer les étudiants aux incompréhensions diverses qu’ils auront à affronter en situation professionnelle, que ces difficultés soient nées d’un humour non partagé ou de tout autre blocage de communication. Aider les apprenants à prendre pleinement conscience de telles différences culturelles, non seulement linguistiques mais aussi comportementales de toutes sortes, les aidera à mieux aborder la négociation de leurs échanges. Cette prise de conscience amènera à mettre en avant les notions de décalage, de déplacement de sens, de relativité, de translation, de reformulation, d’évaluation de la distance au « normal », à l’attendu.

  • 8  Les dessins, caricatures et autres, proposés dans le corps de cet article sont accessibles sur la (...)

8Une courte séance d’interprétation d’un dessin comme celui-ci (dessin 1), proposé par Ranan R. Lurie et que l’on peut retrouver dans le Cartoon News Magazine8, posera habituellement de sérieux problèmes à un étudiant francophone peu au fait de la littérature anglo-saxonne.

9Quelques détours par l’histoire d’« Alice au pays des merveilles », de Lewis Caroll, et des moyens que celle-ci doit employer pour soit grandir, soit rapetisser afin de pouvoir poursuivre son voyage dans un jardin extraordinaire et sous terre, permettront au bout du compte de mieux comprendre les nombreux ressorts ironiques que Lurie a voulu exploiter dans ce dessin : la baisse organisée du cours du dollar, de certains taux d’intérêts, etc., qui permettent au marché américain de pénétrer plus facilement les marchés internationaux et même de s’y imposer.

10Ces développements ne sont pas simples à déceler et, lorsqu’ils sont perçus, il reste encore de nombreuses difficultés pour en négocier la mise en mots. La prise en compte de ces difficultés peut conduire chacun à accepter, chez l’autre, la recherche, le tâtonnement énonciatif lorsque son niveau de langue est faible et, si le niveau de langue est plus élevé, de discerner la multiplicité des sens possibles dans l’énoncé perçu. La négociation d’un espace intermédiaire d’échange où chacun pourra essayer de jeter un pont vers le niveau de compréhension de l’autre peut, s’il est bien géré, faciliter le respect de chaque identité. Le recours à l’humour amène à se retrouver dans une zone intermédiaire d’analyse, où toute tentative d’évaluer les sens multiples possibles que suggère une vision humoristique, décalée, de la réalité personnelle de l’autre, insérée dans un contexte socio-culturel donné, oblige à commencer par effectuer un travail d’analyse et de distanciation par rapport à sa propre réalité individuelle et socio-culturelle, d’en prendre conscience afin d’envisager puis de dépasser le cas échéant le premier degré de compréhension dans l’une et l’autre réalités ainsi confrontées.

Non-verbal et body-language

  • 9  Les trois illustrations graphiques suivantes sont tirées de cet ouvrage.

11Cette nécessaire « ouverture d’esprit » dépend bien entendu – et c’est là l’étape la plus difficile de la procédure – de l’habileté de l’enseignant qui aura su, avec plus ou moins de succès, établir un climat de bonne humeur, de confiance et même de complicité entre les participants. Mais un travail sur la communication non-verbale, et notamment sur les nombreux quiproquo qui peuvent être provoqués par les compréhensions divergentes d’un même geste dans telle ou telle culture, permet d’aborder les choses plus facilement. Un petit livre signé par Allan Pease9 peut faire réagir ses étudiants sur l’interprétation, variable suivant les codes et habitudes culturelles des interlocuteurs en présence, de quelques gestes simples de la vie quotidienne qui peuvent amener des incompréhensions, voire des situations où le ridicule peut avoir des conséquences comiques dans les meilleurs des cas, mais aussi, parfois, très fâcheuses.

12Ce premier geste (dessin 2), interprété comme un anneau (ring) ou un signe d’accord (OK) dans les pays anglophones peut vouloir dire « 0 » (zéro) en France, ou encore signifier que l’on parle ‘argent’ si on se trouve au Japon. Mais il peut être considéré comme une allusion à l’homosexualité dans certains pays méditerranéens.

  • 10  « Va te faire mettre ! »

13Le pouce levé (thumb up gesture) peut également signifier (dessin 3) un accord (OK) en Grande Bretagne, en Australie, en Nouvelle Zélande, etc. mais il peut avoir une signification nettement plus vulgaire et provocante, marquée d’une forte connotation sexuelle si on l’active rapidement de bas en haut (ce qu’on peut faire par inadvertance dans le feu de la conversation), l’équivalent de « up yours » ou pire encore : « get stuffed »10.

14Il est parfois nécessaire de rappeler aux étudiants que, si agiter l’index et le medium (dessin 4) avec la paume tournée vers l’autre, vers l’interlocuteur, pouvait rappeler le geste du V de la Victoire souvent renouvelé par Churchill durant la deuxième guerre mondiale, le même geste effectué en gardant la paume tournée vers soi pouvait en revanche avoir une autre signification à connotation sexuelle considérée comme très vulgaire.

15L’effet de surprise, les rires qu’il entraîne, qu’amène l’analyse de ce type de comportement non-verbal, d’autant plus efficace qu’il peut être un peu choquant pour certains, permet de susciter des commentaires multiples, de débloquer les langues, précisément parce que ces gestes fonctionnent sans que celui qui les utilise ait recours à l’expression verbale pour signifier quelque chose. Il s’agit bien ici de partir des ressorts de l’humour, mais un humour qui peut se jouer aux dépens de celui qui le provoque sans le vouloir, car causé par une incompétence dans la connaissance des différences interculturelles entre locuteur/« gesteur » et interlocuteur.

3. Les fluctuations de prononciation : incompréhensions et quiproquo

16Nombreuses sont les ambiguïtés de compréhension causées par des questions de prononciation, de rythme ou d’accentuation mal gérées. Pour pouvoir tromper, perturber l’écoute de l’autre, l’humour s’appuie souvent sur la répartition accentuelle d’une phrase légèrement différente dans la phase d’accroche de celle qu’on privilégiera dans la phase d’élucidation. Ainsi, si on ne se laisse pas piéger par l’apparence et l’absurde, la question : How do you get two whales in a car ? est censée attendre la réponse suivante : Go to Manchester, and then turn left !, qui est évidemment – d’où l’effet de surprise voulu – la réponse à une autre question : How do you get to Wales in a car ? Ceci implique que, dans la phase d’accroche, on a joué sur une petite polysémie qui caractérise le verbe get (aller à/placer) et qu’on a éventuellement renforcé la position accentuelle de two, pour ne pas déflorer le rôle de la préposition to dans la phase d’élucidation.

17En passant, on pourra faire valoir à l’apprenant francophone que, s’il bénéficie de certains avantages pour faire passer quelques plaisanteries en s’appuyant sur les particularités de ses difficultés de prononciation, en contrepartie, s’il n’est pas suffisamment attentif à ces questions sensibles de prononciation, il peut aussi, pour ces mêmes raisons, être amené à « dire » – ou du moins à faire comprendre à l’anglophone natif – tout autre chose que ce qu’il avait prévu.

  • 11  Voir le script en annexe.

18Pour illustrer ce type d’incompréhension, un petit texte, écrit par Jim Sherman et doublé d’une version sonore superbement enregistrée, a permis un travail tout à fait intéressant sur les équivoques causées par des glissements de sens dus à des homophonies bien choisies. Il s’agit d’un court dialogue qui est supposé avoir eu lieu entre G. W. Bush et Condoleeza Rice après l’arrivée au pouvoir de Hu Jintao en Chine11. L’essentiel du quiproquo réside sur l’enchaînement et la proximité sonore et sémantique d’expressions comme : Who’s the new leader ? – Hu is – Yes, who is ? – Hu is ! Ou encore : Yes, Sir. – Yasser ? [Arafat] – No, Sir. Koffi [Annan] – Coffee ? etc. Plus efficacement qu’un travail « sérieux » issu d’un livre de grammaire, le plaisir du jeu – élément stimulant et mnémonique sans égal dans toute expérience cognitive –, risque bien, durant un travail d’analyse et de répétition effectué sur cet échange simulé, de marquer plus durablement la mémoire et la compréhension de ceux qui auront noté ici, par exemple, la construction d’une réponse positive rapide (Hu is), sans reprise du complément. Une petite déformation du Yes en un Yeah plus familier et plus américain, enchaîné avec le mot sir (Yeah, Sir) finit par suggérer qu’il est question de Yasser Arafat. Certains apprenants auront également noté en passant que le prénom de Kofi Annan se voit ici ré-orthographié Koffi, afin de pouvoir soutenir l’ambiguïté avec le mot coffee. Sans le redoublement de la consonne affriquée | f |, le prénom risquait en effet de se voir prononcé avec une diphtongue sur la syllabe initiale.

19L’analyse de ce type de petites touches dans l’approche de la compréhension orale est naturellement insuffisamment développée dans un article comme celui-ci pour rendre pleinement compte des progrès qu’on peut effectuer en renouvelant régulièrement ce type d’activité. Mais ce travail patient de fourmi permet chez l’apprenant l’élaboration progressive, tout au long d’une année, cours après cours, d’une véritable stratégie de décryptage des perceptions sonores. Chacun sait bien combien il faut être habitué à ce travail de reconstitution des estimations de sens lorsqu’on doit participer à un échange téléphonique – le cadre d’échange qu’a précisément choisi l’humoriste Jim Sherman, ici –, sans le renfort expressif du non-verbal, surtout lorsqu’il est question de traiter, non pas de pause café mais d’une négociation d’affaire sur des millions de dollars, d’un litige sur le plan juridique, etc. avec son interlocuteur étranger.

4. Stéréotypes et préjugés

20Une des manières les plus évidentes d’aborder les différences interculturelles est de travailler sur un certain nombre de stéréotypes censés caractériser chaque comportement national. Les documents ne manquent pas pour cela. Parmi les ouvrages cités en bibliographie, les écrits de Edward T. Hall (Hall 1990), Carol Morgan & Albane Cain (Morgan 2000), ou encore de Gérard M. Willems (Willems 2002) permettent de travailler sur les notions de comportement autant linguistique que corporel, de distance à l’autre, à la notion de vérité crédible, à la ponctualité, etc. Mais l’humour, là encore, peut offrir un terrain d’attaque à la fois stimulant et décomplexant, à la condition, naturellement, qu’il ne porte pas sur des cibles trop sélectives :

  • 12  « En Allemagne, tout est interdit jusqu’à ce que cela soit autorisé. En Angleterre, tout est permi (...)

In Germany everything is forbidden, until it is permitted.
In England everything is permitted until it is forbidden.
In France everything is permitted even if it is forbidden
12.

21Ces quelques lignes – tellement souvent citées qu’elles finissent par ne plus pouvoir être attribuées à un auteur particulier – sont l’exemple type de ce genre de stéréotypes. Comme elles visent dans le même esprit critique plusieurs nationalités à la fois, elles ne risquent pas de bloquer certains, tout spécialement parmi nos étudiants en échange Erasmus. Pour continuer sur les divergences qu’on peut trouver en Europe, un autre exemple peut être travaillé, sa paternité devient elle aussi impossible à retrouver, tant il est souvent cité :

  • 13  « Au ciel, les policiers sont anglais, les cuisiniers français, les mécaniciens allemands, les org (...)

In Heaven :

In Hell :

The Policemen are English.

The Policemen are German.

The Cooks are French.

The Cooks are English.

The Mechanics are German.

The Mechanics are French.

The Organisers are Swiss.

The Organisers are Italian.

The Lovers are Italian.

The Lovers are Swiss13.

22Pour marquer les esprits d’emblée dans une approche des questions de dialogue interculturel, ou lorsque le nombre d’heures d’enseignement que l’on peut consacrer à ces sujets n’est pas suffisant, il peut être très fructueux de partir de documents iconographiques, cartoons, vidéos, etc. Chacun finit par savoir assez vite qu’un Allemand est à cheval sur l’exactitude, que le Français donne l’idée d’user de formules de politesses conclusives quelque peu abusives dans une lettre commerciale en comparaison de son équivalent écrit par un Anglo-saxon, qu’il faut se méfier d’un « oui » japonais qui n’est, au départ, qu’une marque de respect poli pour l’interlocuteur, etc.

23Parmi les autres mots délicats à décrypter lorsqu’ils sont synonymes d’acceptation, nous pouvons cibler des mots tels que « bientôt » ou « demain », ainsi que nous le suggèrent – parmi quelques réflexions et une série de dessins humoristiques rapidement exploitables – Martina Huber-Kriegler, Ildikó Lázár et John Strange (Huber-Kiegler et al 2003). Les dessins suivants (5, 6 et 7) en donnent une petite idée :

24Nul besoin de longs commentaires pour assez vite partir sur le décryptage de ces clichés, les confirmer ou/et les critiquer à la lumière des confidences et souvenirs de chaque participant.

  • 14  Références données en fin d’article.

25Pour ceux qui sont intéressés, quelques vidéos et exercices en lignes sur le thème des stéréotypes nationaux sont également mis à disposition sur le net, par les éditeurs de Real English14. Ces outils ne creusent pas beaucoup la question mais peuvent, malgré tout, se révéler utiles dans une phase d’approche.

5. Stéréotypes et préjugés sur la position de la femme

26Parmi les questions récurrentes liées à l’interculturel sur le plan international, la position et le rôle variables des femmes dans de nombreux pays est un passage obligé. Les dessins humoristiques insistent habituellement au premier degré sur la position des femmes dans la société en général et l’entreprise en particulier ; ce n’est souvent qu’en accédant au minimum au deuxième degré qu’on peut en déduire le rôle qu’ont les hommes pour fixer cette position.

27Ceci n’empêche surtout pas d’aborder ensuite la position et le rôle, assez peu variables, hélas, des femmes notamment dans un monde des affaires monopolisé par les hommes, à tous les niveaux mais surtout dans le haut de l’échelle des responsabilités, comme évoqué dans ce dessin (dessin 8).

Dessin 8

Dessin 8

Dessin repris dans un manuel, Learning to Manage, 1990, Nathan, p. 63, à partir du Sunday Times, en date du 5/7/1987

  • 15  Help Yourself est un logiciel hypertexte multimédia, écrit en langage LOGIIX (Infoaccess). Cet out (...)

28Après avoir travaillé ensemble sur le dessin, il est proposé aux étudiants un certain nombre d’exercices de compréhension, de réorganisation, de substitution, QCM, exercices à trous et le texte (voir ci-après) d’un commentaire sur ce cartoon, l’ensemble étant traité avec un logiciel auteur que j’ai fabriqué et que j’utilise depuis une bonne dizaine d’années (Help Yourself15).

29Ce dessin date de plus de vingt ans, mais la date de création n’est pas fournie au départ et, précisément, le fait qu’il soit toujours largement d’actualité, si longtemps après, ne fait qu’alimenter le débat.

6. Quelques suggestions d’activités

30Parmi les tâches et activités diverses qui peuvent accompagner et prolonger les ouvertures précédemment suggérées sur la question, il est tout simplement possible de travailler sur des appariements avec des noms de nationalités d’adjectifs, ou de descriptifs de situations, ce dernier point nécessitant alors un meilleur niveau de compréhension16.

American / British / French / Japanese
punctual – tolerant – romantic – respectful – hard-working – emotional – outgoing – nationalistic – well-dressed – humorous – lazy – sophisticated –  hospitable – talkative – sociable – serious – quiet – formal – aggressive – polite – rude – arrogant – ignorant – casual

  • 17  Voir notamment le tableau, très simple à utiliser, proposé par Harry Mills (2000 : 52-53). Ce tabl (...)

31On peut aussi suggérer à plusieurs étudiants de mimer les uns après les autres le comportement d’un type donné qu’ils auront préalablement tiré au sort parmi toute une série de possibilités. Cela permet de poursuivre avec une activité portant sur le non-verbal, body-language17.

32Une autre activité peut amener à travailler sur divers idiomes dans plusieurs langues, suggérés par exemple par une image ou par un descriptif. Pour ne travailler que sur des couleurs, par exemple, on peut faire savoir qu’être « gris » en français se dit être « bleu » en allemand, que le blanc accompagne tantôt la joie du mariage en occident, tantôt le deuil en orient, qu’un « jaune », briseur de grève en France, se dira : « black leg » en anglais, etc.

  • 18  Cf. la « French debating association » : http://french.debating.asso.free.fr/.
  • 19  Ces petits clips vidéos sont disponibles sur le site FTP mentionné dans la sitographie.

33Ces travaux peuvent aussi être intégrés à des activités de type « debating society », très en vogue dans les universités britanniques mais également en plein essor en France18. Il est formateur de filmer les acteurs de telles activités et d’analyser ensuite leur comportement en phase d’autoscopie. Parmi les sujets traités qui ont particulièrement bien fonctionné, les étudiants ont par exemple choisi d’aborder les difficultés d’un producteur français voulant produire un film aux USA, celles d’une entreprise chinoise cherchant à s’implanter en France, ou encore une réunion internationale de sportifs autour des Jeux Olympiques, pour décider d’une position à tenir : boycotter ou non la cérémonie d’ouverture ou même tous les jeux. D’autres ont voulu traiter des problèmes de production de denrées alimentaires aux USA, junk food, McDonald’s, etc. et ont ironisé sur le thème en produisant un clip vidéo intitulé « FAT ». Les problèmes de relation avec les impératifs et modes de fonctionnement politique dans certaines régions d’Amérique du sud ont été, de façon détournée, traités dans un autre clip intitulé « JUNTA »19, présentant sur le mode humoristique les règles d’un nouveau jeu de société fictif.

Conclusion

34L’interculturel semble bien soluble dans l’humour ! Mais, comme le suggère ce dernier dessin (dessin 9), il faut faire un véritable effort pour arriver à briser le mur qui nous emprisonne tous, à divers niveaux.

Dessin 9

Dessin 9

« Walls » – Angel Boligan

Publié par El Universal, Mexico City, en date du 25 février 2008. Disponible sur le site CagleCartoons.com : http://caglepost.com/​send/​Angel+Boligan/​48013/​Walls.html.

35Si on peut finir par percer un tant soi peu la différence de l’autre, il reste néanmoins très difficile de produire le même humour que lui ! Parce que l’humour est très difficile à manier, du fait de difficultés liées à la gestion des sens cachés, à l’intonation, au rythme de la parole, etc. Il naît de l’intimité même de la langue et du comportement culturel d’un groupe et de l’individu dans ce groupe. Le travail sur l’humour dans l’interculturel reste une aide précieuse pour au moins décider de partir à la découverte de la différence culturelle de l’autre. Ce faisant, on se met soi-même en position de risque, de fragilité, certes, mais on devient alors plus susceptible également, en prenant conscience de la difficulté que peut aussi éprouver l’autre, de mieux comprendre la sienne propre, de s’en enrichir, et peut-être de mieux comprendre et accepter l’autre comme un autre soi-même.

Haut de page

Bibliographie

Sitographie20

http://atilf.atilf.fr/tlf.htm.

http://www.chinaserv.org/resources_files/StereoTypes %20Lesson.doc.

http://www.francparler.org/fiches/interculturel_sommaire.htm.

Quelques leçons sur le thème des stéréotypes internationaux (vidéos et exercices) sur le site de Real English http://www.real-english.com/new-lessons.asp.

Adresse d’un site où consulter quelques vidéos enregistrées avec nos étudiants : ftp://ftp.cip.dauphine.fr/Divers.

Quelques outils de recherche sur les cartoons, souvent par thème :
http://www.politicalcartoons.com/.

http://www.cartoonstock.com/.

http://www.cartoonbank.com.

http://caglepost.com.

http://www.ford1.demon.co.uk/.

http://www.ibdeditorials.com/Cartoons.aspx.

http://cartoons.courrierinternational.com/.

Bibliographie

Abdallah-Pretceille, M. & L. Porcher. 2001. Éducation et communication interculturelle. Paris : PUF.

De Carlo, M. 1998. L’interculturel. Paris : Clé international.

Morgan, C. &, A. Cain. 2000. Foreign Language and Culture Learning from a Dialogic Perspective. Clevedon :Multilingual Matters.

Dervin, F. 2004. « Définition et évaluation de la compétence interculturelle en contexte de mobilité : ouvertures ». http://users.utu.fi/freder/mob.pdf.

Hall, E.-T. & M.-R. Hall. 1990. Understanding cultural differences. Boston : Intercultural press.

Huber-Kriegler, M., I. Lázár & J. Strange. 2003. « Mirrors and windows : an intercultural communication textbook ». Strasbourg : Council of Europe Publishing. http://www.ecml.at/documents/pub123aE2003_HuberKriegler.pdf.

Hugo, V. 1862. Les Misérables, tome 1. Paris : Pagnerre.

Maurois, A. 1927. Vie De Disraëli. Paris : NRF – Gallimard.

Mills, H. 2000. Artful Persuasion. AMACOM.

Pease, A. 1981. Body Language. New York : Camel Publ. Co.

Renard, J. 1910. Journal de 1887 à 1910. Édition 1927 : Paris, Bernouard.

Willems, G. M. 2002. « Language teacher education policy promoting linguistic diversity and intercultural communication : Guide for the development of Language Education Policies in Europe – From Linguistic Diversity to Plurilingual Education. » University of Professional Education of Arnhem and Nijmegen : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/WillemsENG.pdf.

Bibliographie complémentaire

Audras, Isabelle & Thierry Chanier. 2008. « Observation de la construction d’une compétence interculturelle dans des groupes exolingues en ligne » Revue ALSIC 2008-n° 11. http://edutice.archives-ouvertes.fr/index.php ?halsid =agle3bb29d4bmo l5vs6u7rs0s0&view_this_doc =edutice-00250378&version =1.

Baruch, Martine, Albane CAIN, Jean-François De PIETRO et al. 1995. Stéréotypes culturels et apprentissage des langues : Bulgarie, France, Hongrie, Suisse. Paris : UNESCO.

Cazade, Alain. 2008. « Le Suivi apprenant à distance en langues », conférence du 7 février 2008 durant le salon Expolangues 2008. http://195.154.246.184/public/spec/upload/colloque-2008-JEUDI.761.pdf, et Présentation Powerpoint (avec notes de présentation) : http://www.vocable.fr/public/spec/upload/expolangues08_prese4.877.pdf.

Cheng, Winnie. 2003. « Humor in intercultural conversations ». Semiotica, vol. 146, n° 1-4 : 287-306.

Dasen, Pierre R. & Christiane Perregaux (dir.). 2001. Pourquoi des approches interculturelles en sciences de l’éducation ? Bruxelles : De Boeck Université.

Demolins, Edmond. 1998. A quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ? Paris : Anthropos.

Nerrière, Jean-Paul. 1990. Don’t speak English, parlez Globish ! Paris : Eyrolles.

Neuner, Gerhard, Lynne Parmenter, Hugh Starkey & Geneviève Zarate. 2003. La compétence interculturelle. onseil de l’Europe.

Nothomb, Amélie. 1999. Stupeur et tremblements. Paris : Albin Michel.

Haut de page

Annexe

Le dramaturge Jim Sherman a écrit ceci le jour où Hu Jintao fut nommé responsable du Parti communiste chinois en Chine. Il faut le lire à haute voix pour le savourer pleinement. Les adresses suivantes permettent de le consulter en ligne et d’écouter un enregistrement sonore :
http://fr.ganges.com/​President_George_W_Bush_Hus_on_First_v310243/​
http://www.youtube.com/​watch ?v =ah49lN1S93U
http://alexking.org/​blog/​2002/​12/​18/​hus-on-first

HU’S ON FIRST  By James Sherman
(We take you now to the Oval Office, where National Security Adviser Condoleeza Rice is talking to G.W.B.)

George : Condi ! Nice to see you. What’s happening ?
Condi : Sir, I have the report here about the new leader of China.
George : Great. Lay it on me.
Condi : Hu is the new leader of China.
George : That’s what I want to know.
Condi : That’s what I’m telling you.
George : That’s what I’m asking you. Who is the new leader of China ?
Condi : Yes.
George : I mean the fellow’s name.
Condi : Hu.
George : The guy in China.
Condi : Hu.
George : The new leader of China.
Condi : Hu.
George : The Chinaman !
Condi : Hu is leading China.
George : Now whaddya’ asking me for ?
Condi : I’m telling you Hu is leading China.
George : Well, I’m asking you. Who is leading China ?
Condi : That’s the man’s name.
George : That’s who’s name ?
Condi : Yes.
George : Will you or will you not tell me the name of the new leader of China ?
Condi : Yes, sir.
George : Yassir ? Yassir Arafat is in China ? I thought he was in the Middle East.
Condi : That’s correct.
George : Then who is in China ?
Condi : Yes, sir.
George : Yassir is in China ?
Condi : No, sir.
George : Then who is ?
Condi : Yes, sir.
George : Yassir ?
Condi : No, sir.
George : Look, Condi. I need to know the name of the new leader of China. Get me the Secretary General of the U.N. on the phone.
Condi : Kofi ?
George : No, thanks.
Condi : You want Kofi ?
George : No.
Condi : You don’t want Kofi.
George : No. But now that you mention it, I could use a glass of milk. And then get me the U.N.
Condi : Yes, sir.
George : Not Yassir ! The guy at the U.N.
Condi : Kofi ?
George : Milk ! Will you please make the call ?
Condi : And call who ?
George : Who is the guy at the U.N ?
Condi : Hu is the guy in China.
George : Will you stay out of China ? !
Condi : Yes, sir.
George : And stay out of the Middle East ! Just get me the guy at the U.N.
Condi : Kofi.
George : All right ! With cream and two sugars. Now get on the phone.
(Condi picks up the phone.)
Condi : Rice, here.
George : Rice ? Good idea. And a couple of egg rolls, too. Maybe we should send some to the guy in China. And the Middle East. Can you get Chinese food in the Middle East ?

Haut de page

Notes

1  Cet article a dû être écourté pour des raisons éditoriales (NDLR).

2  Analyse et traitement informatique de la langue française (ATILF), centre dépendant du CNRS. Voir http://atilf.atilf.fr/.

3  http://atilf.atilf.fr/tlf.htm (site consulté en août 2008).

4  http://www.academie-francaise.fr/recherche/index.html.

5  http://ec.europa.eu/culture/portal/events/current/dialogue2008_fr.htm.

6  http://ec.europa.eu/culture/portal/events/pdf/proposal_fr.pdf, p. 3.

7  Voir Abdallah-Pretceille 2001, par exemple.

8  Les dessins, caricatures et autres, proposés dans le corps de cet article sont accessibles sur la toile internet, via divers sites dont certains sont mentionnés dans la sitographie en fin d’article. Leurs références et dates de publication ne sont, hélas, pas toujours fournies sur ces sites mais sont précisées chaque fois que possible.

9  Les trois illustrations graphiques suivantes sont tirées de cet ouvrage.

10  « Va te faire mettre ! »

11  Voir le script en annexe.

12  « En Allemagne, tout est interdit jusqu’à ce que cela soit autorisé. En Angleterre, tout est permis jusqu’à ce que cela soit interdit. En France, tout est permis, même si c’est interdit. »

13  « Au ciel, les policiers sont anglais, les cuisiniers français, les mécaniciens allemands, les organisateurs suisses, les amants italiens. En enfer, les policiers sont allemands, les cuisiniers anglais, les mécaniciens français, les organisateurs italiens, les amants suisses. »

14  Références données en fin d’article.

15  Help Yourself est un logiciel hypertexte multimédia, écrit en langage LOGIIX (Infoaccess). Cet outil de recherche m’a permis de travailler sur les comportements et profils apprenants puisqu’il crée automatiquement des fichiers traces que je peux ensuite analyser avec des outils appropriés, concordanciers et autres, et notamment SUIVIX, un autre outil que j’ai conçu et développé pour automatiser la production de profils visuellement schématisés.

16  Voir le site About.com : "English as 2nd Language" :
http://esl.about.com/od/childrenslessonplans/a/stereotypes.htm.
http://www.chinaserv.org/resources_files/StereoTypes %20Lesson.doc.

17  Voir notamment le tableau, très simple à utiliser, proposé par Harry Mills (2000 : 52-53). Ce tableau, accessible via http://books.google.fr, permet de fabriquer facilement des role cards.

18  Cf. la « French debating association » : http://french.debating.asso.free.fr/.

19  Ces petits clips vidéos sont disponibles sur le site FTP mentionné dans la sitographie.

20  Tous les sites mentionnés étaient actifs en août 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Dessin 1
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-1.png
Fichier image/png, 136k
Titre Dessin 2
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-2.png
Fichier image/png, 31k
Titre Dessin 3
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Titre Dessin 4
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Dessin 5
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-5.png
Fichier image/png, 74k
Titre Dessin 6
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-6.png
Fichier image/png, 76k
Titre Dessin 7
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-7.png
Fichier image/png, 141k
Titre Dessin 8
Crédits Dessin repris dans un manuel, Learning to Manage, 1990, Nathan, p. 63, à partir du Sunday Times, en date du 5/7/1987
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-8.png
Fichier image/png, 152k
Titre Dessin 9
Légende « Walls » – Angel Boligan
Crédits Publié par El Universal, Mexico City, en date du 25 février 2008. Disponible sur le site CagleCartoons.com : http://caglepost.com/​send/​Angel+Boligan/​48013/​Walls.html.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1067/img-9.png
Fichier image/png, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cazade, « L’interculturel est-il soluble dans l’humour ? », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 2 | 2009, 24-39.

Référence électronique

Alain Cazade, « L’interculturel est-il soluble dans l’humour ? », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 2 | 2009, document 3, mis en ligne le 23 août 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/1067 ; DOI : 10.4000/apliut.1067

Haut de page

Auteur

Alain Cazade

Alain Cazade est professeur à l’université Paris-Dauphine. Il était président de RANACLES (Rassemblement National des Centres de Langues de l’Enseignement Supérieur) jusqu’en novembre 2008. Sa recherche porte sur le développement et l’utilisation des outils multimédias dans l’enseignement des langues et sur l’analyse des profils apprenants. Il a lui-même conçu et réalisé divers logiciels pour la recherche et l’enseignement, logiciels auteurs, outils d’analyse, etc.
cazade@dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page