Navigation – Plan du site
Articles

Interculturel et langues véhiculaires et auxiliaires : réflexion sur l’anglais lingua franca

The intercultural dimension of lingua francas and auxiliary languages : some thoughts on English as a lingua franca
Josiane Hay
p. 63-76

Résumés

L’article a pour but d’examiner le rôle des langues véhiculaires, lingua franca et auxiliaires dans les relations interculturelles et, en particulier, la place de l’anglais lingua franca (ELF). Une première partie est consacrée aux définitions des notions de langue naturelle et artificielle puis de langue véhiculaire, lingua franca et langue auxiliaire, et pose la question de la place de la culture dans ces langues « de liaison ». L’article examine ensuite plus en détail la particularité culturelle de l’anglais et les spécificités de l’ELF. La troisième partie est consacrée à un bref rappel historique, d’une part de la place du latin dans sa dimension de langue auxiliaire européenne et, d’autre part, de la création d’une langue auxiliaire internationale, l’IDO. En conclusion, l’article situe l’ELF dans cette perspective historique, souligne la pérennité des problèmes soulevés par les langues « de liaison » et replace celles-ci dans un cadre interculturel.

Haut de page

Texte intégral

6

1De tout temps, la langue des puissants a débordé ses frontières naturelles pour pénétrer les aires linguistiques contiguës et s’imposer à d’autres peuples. Le contact entre les langues donne naissance à des situations linguistiques le plus souvent d’une grande complexité et jamais exactement identiques. Selon le contexte historique, la langue dominante peut effacer la langue dominée, s’ajouter à elle, se mélanger à elle, ou bien encore devenir la langue réservée aux élites, pour n’évoquer que quelques modes de relation possibles. Souvent, la langue dominante est devenue langue « de culture », c’est-à-dire de large diffusion de la culture du peuple dont elle est issue. Souvent aussi, répandue sur de vastes territoires, la langue dominante a rempli la fonction de langue véhiculaire, permettant ainsi de communiquer à des peuples de langues et de cultures différentes. Je souhaite examiner ici le rôle des langues véhiculaires, lingua franca ou auxiliaires dans les relations interculturelles, et plus particulièrement la place de l’anglais lingua franca.

1. Examen de quelques notions

2Pour défricher le terrain, je commencerai par examiner les notions de langue naturelle, langue construite ou artificielle et, enfin, langue véhiculaire, lingua franca et langue auxiliaire.

1.1. Langue naturelle

3Une langue naturelle est un système d’expression et de communication commun à un groupe social qui forme une communauté linguistique. La langue naturelle a évolué au cours d’un temps long, à partir d’une langue mère. Les langues naturelles expriment la vision du monde du groupe, donc sa culture (dans tous les sens du terme).

1.2. Langue construite ou artificielle

4Une langue construite ou artificielle est une langue créée par une ou plusieurs personnes. Le temps de création est bref. Il n’y a pas de lente évolution et ces langues ne sont pas liées à la culture d’un groupe humain. Dans les langues construites ou artificielles, on distingue les langues a priori et les langues a posteriori.

5Les langues a priori sont totalement inventées. On peut citer, par exemple, le klingon (tlhlngan Hol) créé par Marc Okrand pour Star Trek ou le sindarin (elfique) de J. R. R. Tolkien.

6Les langues a posteriori, elles, s’inspirent des langues naturelles. L’espéranto en est un exemple. En espéranto, le mot « terre » se traduit par « tero », créé à partir du latin « terra ».

7Toutefois, les choses ne sont pas aussi simples qu’il y paraît à première vue. En effet, d’une part, toutes les langues naturelles de tradition écrite ont été « canalisées », normalisées, au cours de leur histoire. D’autre part, il existe des langues naturelles planifiées comme, par exemple, le bahasa Indonesia (indonésien), le nynorsk (« nouveau » norvégien) ou l’hébreu moderne. Enfin, les espérantistes estiment qu’il existe une culture espéranto.

1.3. Langues véhiculaire, auxiliaire et lingua franca

8Tournons-nous maintenant vers les langues véhiculaires et auxiliaires et la lingua franca, dont l’anglais lingua franca ou ELF. Ces langues font naître un grand nombre de questions, parmi lesquelles : où les classer ? Quelle est leur relation avec la culture ? S’agit-il de langues naturelles à part entière, porteuses de culture ? De langues artificielles, sans culture propre ? Ou encore de « passeurs » de cultures, intermédiaires culturellement neutres mais rendant possible le contact entre d’autres cultures ? En d’autres termes, ces langues se situent-elles au cœur de l’interculturalité ou en marge de toute culture ?

9Commençons par examiner les définitions des divers termes : langue véhiculaire, lingua franca et langue auxiliaire avant d’aborder l’anglais lingua franca ou ELF.

1.3.1. Langue véhiculaire

10Voici la définition de la langue véhiculaire que donne le Dictionnaire Le Petit Robert (2007) :

Didact. Langue véhiculaire, servant aux communications entre des groupes de langue maternelle différente.

  • 1 Sabir : Ling. Système linguistique mixte limité à quelques règles et à un vocabulaire déterminé d’é (...)

11On peut donc mettre dans cette catégorie des langues comme l’anglais, l’arabe, l’espagnol, le français, le mandarin, le swahili, etc., au XXIe siècle et, dans le passé, le latin, le grec, le sanskrit et même la lingua franca (XV-XIXe s.). Il faut toutefois remarquer que le terme « véhiculaire » connote « langue » négativement. « Langue véhiculaire » est souvent compris comme signifiant « sabir »1, langue d’appoint rudimentaire.

12« Langue véhiculaire » se traduit d’ordinaire en anglais par « lingua franca », ou encore « common language ». Examinons lingua franca.

1.3.2. Lingua franca

13Définition en anglais donnée par le New Oxford Dictionary of English (1998) :

  • 2 « Lingua franca : a language that is adopted as a common language between speakers whose native lan (...)

Lingua franca : langue adoptée comme langue commune par des locuteurs de langue maternelle différente (pl. linga francas).
Non comptable, hist. mélange d’italien et de français, grec, arabe et espagnol, autrefois utilisé dans le Levant. Fin du 17e siècle, de l’italien, littéralement ‘langue franque’2.

Définition en français

14Lingua franca n’apparaît pas dans Le Petit Robert. Le Petit Larousse (2002) en donne la définition suivante :

1. Sabir (voir note 1) utilisé notamment dans les ports de la Méditerranée du XIIIe au XIXe siècle. 2. Langue auxiliaire de relation, utilisée par des groups de langues maternelles différentes.
Langue mixte et sommaire utilisée pour permettre des relations commerciales entre personnes de langues maternelles différentes, utilisée sur le pourtour de la Méditerranée (XV-XIXe s.).

15La Lingua franca, dans son sens contemporain, est donc « a common language », « une langue auxiliaire de relation ». Avant d’examiner la langue auxiliaire, il est intéressant de remarquer l’apparition de la « langue de liaison », variation de la langue de relation, la « liaison » étant plus étroite que la « relation ».

16Voici un exemple trouvé en avril 2008 sur le site Internet de l’Association « Le Monde bilingue » (créée en 1951) :

En Suisse par exemple, où l’anglais commence à être utilisé comme langue de liaison entre germanophones et francophones.

17Passons à la langue auxiliaire.

1.3.3. Langue auxiliaire

18En anglais, David Crystal, dans son ouvrage The Cambridge Encyclopedia of Language (deuxième édition de 1997), définit ainsi la langue auxiliaire :

  • 3 ‘Auxiliary’ is also used to refer to natural languages that have been chosen to aid communication w (...)

« Auxiliaire » est également utilisé pour désigner les langues naturelles qui ont été choisies comme aide à la communication dans un domaine particulier (par ex., l’utilisation de l’anglais ou du français pour les conférences internationales)3.

19Une recherche sur Internet illustre la vitalité du syntagme « auxiliary language » puisque l’on trouve près d’un demi-million d’occurrences (471 000 en juin 2008). Wikipedia, encyclopédie qui, si elle ne fait pas autorité, présente néanmoins un intérêt pour le linguiste, comporte un article intitulé « International auxiliary language ». On rencontre aussi les abréviations IAL et « auxlang ».

20En français, l’adjectif « auxiliaire » est souvent utilisé avec « langue » dans des syntagmes tels que « langue auxiliaire de communication », « langue auxiliaire de travail » et naturellement « langue auxiliaire internationale ». Jean-Marc Lévy-Leblond, par exemple, utilise l’expression « la langue auxiliaire internationale » pour désigner l’anglais des sciences (Lévy-Leblond 1996 : 235-245). Les langues construites, telles que l’espéranto, sont souvent appelées « langue auxiliaire ». L’expression est également utilisée pour certaines langues naturelles comme le latin ou le grec ancien (utilisées à une époque où ces langues n’étaient plus vernaculaires). Toutefois, ni le Dictionnaire Le Robert (2007), ni le Trésor de la langue française (TLF en ligne) ni le Dictionnaire de l’Académie (dernière version en ligne) n’attestent la collocation « langue auxiliaire ».

21Si l’on se tourne vers Internet, une recherche des termes « langue auxiliaire » fournit un peu plus de 9 000 occurrences, ce qui est peu. Wikipedia offre un article intitulé « Langue auxiliaire internationale » (qui comporte un renvoi à « lingua franca »), dans lequel on trouve la traduction du texte de l’article anglais :

  • 4 An international auxiliary language (sometimes abbreviated as IAL or auxlang) or interlanguage is a (...)

Une langue auxiliaire internationale (parfois nommée IAL [abréviation de l’anglais International Auxiliary Language – ndt] ou auxlang) ou interlangue est une langue utilisée comme moyen de communication entre les peuples de différentes nations qui n’ont pas de langue commune. Une langue auxiliaire internationale est principalement une langue seconde4.

22Dans tous les cas cités, la langue auxiliaire est une langue qui facilite la communication entre personnes qui n’ont pas de langue commune. Il est intéressant de noter que l’anglais de domaines spécialisés est cité en anglais et en français. Sur le plan sémantique, « langue auxiliaire » a donc une extension plus grande que « langue véhiculaire » puisque la langue auxiliaire englobe les langues mortes et s’applique à des domaines spécialisés. Pour l’anglais, la langue utilisée par les touristes relèverait ainsi généralement de la langue véhiculaire ou de la lingua franca, alors que, dans le cas des échanges commerciaux et scientifiques, il s’agirait plutôt d’une langue auxiliaire, bien que la fonction de la langue véhiculaire, de la lingua franca et de langue auxiliaire soit fondamentalement la même. Les frontières entre les définitions restent floues, mais nous pouvons néanmoins poursuivre la réflexion et poser que la langue est véhiculaire, lingua franca ou auxiliaire lorsqu’elle assume une fonction de truchement, de liaison, d’aide à la communication. Elle joue alors le rôle de passerelle, ou de charnière entre deux autres langues, par rapport auxquelles elle se place en position de retrait et tente ainsi de transcender les cultures.

2. L’anglais lingua franca ou ELF

23Examinons maintenant l’anglais lingua franca ou ELF.

2.1. Deux particularités de l’anglais

24Je commencerai par rappeler deux particularités de l’anglais qui nous intéressent ici.

2.1.1. Les anglais

25Tout d’abord, nous utilisons le terme « l’anglais », mais il serait probablement préférable de parler « des anglais ». Le pluriel est d’ailleurs employé en anglais : « Englishes », ce qui pose immédiatement la question de la culture. L’anglais, langue naturelle, est une langue de cultures, au pluriel, apatride en quelque sorte, « a stateless language » (House 2001). C’est non seulement la langue de plusieurs pays anglophones d’origine, de cultures occidentales diverses (principalement l’Angleterre, l’Irlande, l’Écosse, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada et les États-Unis), mais c’est aussi la langue de pays de cultures non occidentales où l’anglais est un héritage colonial, comme l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh, le Sri Lanka, la Malaisie, Singapour, Brunei, les Philippines…

Figure 1 : « World Standard English », modèle McArthur

Figure 1 : « World Standard English », modèle McArthur

McArthur (1998 : 97)

26Dans son modèle reproduit ci-dessus, Tom McArthur tente de répartir sur une rose des vents les variétés d’anglais selon leur localisation géographique. À chaque localisation correspond une culture. Il place au centre un « anglais standard international » qui soit fait la synthèse des autres cultures, soit la transcende.

27L’autre modèle très connu, récemment revu par son auteur, est celui de Braj B. Kachru qui représente la langue anglaise en cercles concentriques. Au centre du modèle se trouve un cœur (« inner circle ») d’environ 500 millions de personnes. Celui-ci est entouré de cercles concentriques à partir des locuteurs les plus compétents (« high proficiency ») jusqu’à la circonférence où se trouvent les moins compétents (« low proficiency »).

  • 5 « Kachru himself has recently proposed that the ‘inner circle’ is now better conceived of as the gr (...)

Krachru lui-même a récemment proposé de redéfinir le « cercle intérieur » que l’on peut désormais concevoir comme le groupe des locuteurs « extrêmement compétents », c’est-à-dire ceux qui pratiquent l’anglais comme des locuteurs natifs, quelle que soit la manière dont ils ont appris ou utilisent l’anglais5 (Graddol 2006 : 110).

28Le cœur de ce modèle se compose donc de personnes de cultures variées, non seulement sur le plan intralinguistique, mais également interlinguistique.

29Pour l’anglais, la question de l’interculturalité se pose ainsi dans la partie la plus centrale, dans ce qui fait le noyau même de la langue. Le fait d’y avoir admis des non natifs ne peut rester sans conséquences sur le plan culturel.

2.1.2. L’anglais mondialisé

30L’anglais a une deuxième particularité : c’est la langue la plus étudiée au monde avec 2 milliards d’apprenants prévus pour 2010 (Graddol 2006 : 14 et 100-101). Le bilinguisme est recherché par un très grand nombre de pays qui ont mis en place des politiques d’enseignement précoce de l’anglais. Le but recherché de l’apprentissage est généralement pratique. En dehors des pays où l’anglais est la langue de l’héritage colonial, l’anglais de référence pour l’apprentissage est généralement l’anglais britannique ou américain. C’est le cas en Europe, par exemple. Il est cependant peu probable qu’un nombre élevé de jeunes Européens parvienne à une bonne maîtrise des cultures soit britannique soit nord-américaine, si tant est que ce soit-là un objectif de l’apprentissage. En effet, dans les politiques éducatives des États, la culture constitue de moins en moins un objectif institutionnel de l’apprentissage de l’anglais dont la maîtrise, au même titre que celle de l’outil informatique, fait partie des connaissances pratiques de base sans valeur ajoutée. On peut, de ce fait, avancer l’hypothèse que, sur les deux milliards d’apprenants, l’éventail de compétences culturelles sera très large (du minimum absolu au biculturalisme) et très varié quant à la culture de référence.

31Pour l’anglais, la question de la culture de référence se pose donc doublement : au sein même de la langue et dans le cadre des politiques éducatives institutionnelles.

2.2. English as lingua franca ou ELF

32Depuis une dizaine d’années, de nombreux travaux sur l’anglais lingua franca ou ELF ont été publiés. Un corpus d’enregistrements de locuteurs non natifs a été constitué à l’université de Vienne, en Autriche, sous la direction de Barbara Seidlhofer (Vienna Oxford International Corpus of English ou VOICE) et une conférence internationale a réuni des spécialistes de la question en 2008 à Helsinki. Le Dictionnaire Oxford Advanced Learner’s Dictionary fait écho à ces recherches en consacrant une page à la question dans sa 7e édition (Seidlhofer 2005 : R 92).

  • 6 « Roughly only one out of every four users of the language in the world is a native speaker of it. (...)

33Les travaux sur l’ELF sont partis du constat suivant, lié aux caractéristiques de l’anglais présentées plus haut : d’une part, dans le monde, environ un utilisateur sur quatre seulement est un locuteur natif6 – la plupart des interactions ont donc lieu entre locuteurs non natifs ; d’autre part, l’évolution de l’anglais est infléchie par l’usage qu’en font les locuteurs non natifs – l’anglais actuel n’appartient plus exclusivement aux anglophones (Graddol : 2005).

34Pour leurs travaux sur l’anglais lingua franca, Barbara Seidlhofer et son équipe ont analysé les données de leur corpus VOICE (1 million de mots). Les recherches ont notamment fait ressortir les éléments ci-dessous.

35Sur le plan grammatical (morphologie/syntaxe) :

  • absence du « s » à la troisième personne du singulier : « he like » ;

  • « who » et « which » interchangeables ;

  • pluriel des non comptables : « informations » ;

  • disparition des « question-tags », remplacés par « yes ? » ou « no ? » ;

  • ajout de prépositions : « discuss about », « phone to » ;

  • ajout d’articles : « the nature ».

  • Sur le plan phonétique :

  • Remplacement du /ð/ par un /v/ et du /θ/ par un /t/ ;

  • remplacement du son /ʌ/ de « blood » par /u/ ;

  • disparition du « h aspiré », de certaines diphtongues et des oppositions voyelles longues/courtes ;

  • disparition des voyelles réduites (inaccentuées) et rythme syllabique : « comfortable » prononcé « com-for-table » ou « com-fort-able » (chaque syllabe étant également accentuée, l’accent tonique disparaît).

36Sur le plan sémantique, on note des problèmes d’idiomaticité unilatérale : disparition des métaphores et expressions idiomatiques non transparentes comme, par exemple, « Can I give you a hand ? », et l’apparition d’autres expressions calquées sur la langue d’origine du locuteur.

37Les spécialistes de l’ELF estiment qu’il s’agit là d’un développement linguistique naturel et non d’un stade intermédiaire dans l’apprentissage d’une langue, et que ces variations doivent être acceptées, attestées dans les dictionnaires et enseignées comme variante la plus répandue de l’anglais. Certaines publications spécialisées acceptent déjà, dans certains cas, que l’anglais s’éloigne de la norme lorsque cela « facilite la lecture par les non natifs » (« the nature », « the life »). De nouveaux critères de compréhensibilité émergent actuellement illustrant le processus à l’œuvre de découplage entre l’anglais à destination d’une majorité de locuteurs non natifs et l’anglais des locuteurs natifs ou ENL, English as a Native Language. Alors que l’anglais « international » – sous le nom de International English, World English ou, parfois, Global English – revendiquait une neutralité culturelle, l’ELF revendique un découplage de l’ENL. Barbara Seidelhofer et al., par exemple, nous présente ce processus comme un défi à surmonter :

  • 7 « Uncoupling any language from its native speakers is, of course, a challenging idea that will requ (...)

Découpler une langue de ses locuteurs natifs représente naturellement un défi qui exigera un effort considérable d’ajustement des attitudes et de nos idées bien établies sur la nature de la langue7 (Seidlhofer et al. 2006 : 24).

38Nous assisterions donc à l’émergence d’une nouvelle langue commune, d’une lingua franca planétaire, langue de liaison entre les cultures du monde. Ceci soulève un grand nombre de questions. En effet, comment définir ou décrire cette langue ? S’agit-il d’une langue englobant un large éventail de « dialectes » ELF – européen, asiatique, africain par exemple ? S’agit encore d’une langue naturelle ? Dans l’affirmative, l’ELF doit être porteuse de culture et susceptible de s’engager dans un dialogue interculturel. Mais de quelle culture cette langue est-elle porteuse ? S’agit-il encore d’une langue vivante ? Une langue découplée de ses locuteurs natifs est d’ordinaire une langue morte. Quel est son degré de stabilité ? Comment va-t-elle évoluer ? Comment va-t-elle intégrer des changements organiques ? Va-t-elle se fixer ?

39Les réponses à ces questions varient selon les points de vue. On peut estimer que nous sommes en présence d’une interlangue, instable, artificielle, sans culture propre, produit éphémère de la mondialisation, appelée à disparaître si elle ne se stabilise pas ; ou que nous avons entamé la première étape du processus de désintégration de l’anglais prévu par David Crystal (Clout 2008 et The English Project 2008), semblable à la dislocation du latin d’où sont issues les langues romanes, et que nous assistons donc à la naissance de nouvelles langues ; ou encore que nous tentons, collectivement, de réinventer une « langue auxiliaire internationale ». Quelle qu’en soit l’issue, le processus en cours est soumis à deux puissantes forces contraires actuellement à l’œuvre, qui façonnent toutes les langues : d’une part, la force de fragmentation de la mondialisation et, d’autre part, la force de cohésion de la technologie. L’anglais, du fait de son succès planétaire, est plus que toute autre langue dans l’œil du cyclone, entre éclatement et normalisation.

3. Le latin et l’IDO

40Pour tenter d’éclairer ce processus, il me semble pertinent de nous tourner vers le passé. J’examinerai donc le latin et l’IDO.

3.1. Le latin, « lingua franca européenne »

41Je commencerai par un retour rapide sur l’histoire du latin, de la « coupure galiléenne » (fin XVIe-début XVIIe) jusqu’au XIXsiècle.

42Au début de la période considérée, le latin n’est plus langue vernaculaire. C’est cependant à cette époque qu’il connaît sa plus grande extension. C’est la langue des clercs, des savants, pétris de culture classique. C’est en particulier la langue des sciences : Agricola, Copernic, Galilée, Tycho Brahe, Vésale pour ne prendre que quelques exemples parmi les plus connus, publient en latin. Lorsque l’ouvrage existe en langue vernaculaire et en latin, souvent la version latine a davantage de succès que l’original. C’est le cas pour Paracelse par exemple. Les ouvrages en latin circulent à travers toute l’Europe, en particulier grâce à des foires (la foire de Francfort, par exemple, date du XIIe siècle).

43Puis le latin devient langue de publication : Kepler, par exemple, publie en latin. Mais souvent les auteurs publient en deux langues, en latin et dans la langue du pays. C’est le cas notamment pour Descartes, Havers et Torricelli.

  • 8 Newton a probablement publié ses Principia en latin parce qu’il savait qu’en publiant dans un style (...)
  • 9 « Ainsi, avant la fin du dix-huitième siècle, un philosophe qui voudra s’instruire à fond des décou (...)

44Petit à petit, le latin s’affaiblit. En France et en Angleterre, il est remplacé par la langue vernaculaire. Le Journal des Sçavans et les Philosophical Transactions, fondés tous deux en 1665, sont publiés en français et anglais respectivement. Le doute s’est installé. Cependant, Newton publie encore les Principia en latin8 en 1687 et le Suédois Linné (1707-1778) publie et correspond en latin. D’Alembert, en 1751, dans son Discours préliminaire de l’Encyclopédie, regrette déjà le latin, « langue universelle et de convention », et ajoute : « Il seroit donc à souhaiter qu’on rétablît cet usage : mais il n’y a pas lieu de l’espérer »9. Les savants hésitent cependant encore à abandonner totalement une langue qui les a si bien servis.

  • 10 Si le latin avait déjà perdu sa place de langue des lettrés un siècle plus tôt en France et en Angl (...)

45À partir de la fin du XVIIIe siècle les sciences connaissent de profonds bouleversements. Les découvertes et les développements technologiques se multiplient, nécessitant de nouvelles créations terminologiques. Le nombre de « savants » augmente. Mais le latin a perdu sa vigueur à travers l’Europe10 et ne répond plus aux exigences de la science qui a un besoin vital d’une langue commune. Si, en 1800, les ouvrages scientifiques étaient publiés en 10 langues – en 1900 ces ouvrages sont publiés en plus de 20 langues vernaculaires. Les congrès passent de 3 langues à 6 ou 7 langues. Il faut être polyglotte pour y participer.

3.2. La langue auxiliaire internationale

46Le latin ne répondant plus aux exigences, l’idée de le remplacer par une langue auxiliaire s’impose petit à petit vers la fin du XIXe siècle, surtout après la défaite française de 1870, dans l’effervescence linguistique de l’époque (l’invention du volapük, par exemple, date de 1879). On estime qu’une langue auxiliaire permettra de mieux diffuser les connaissances, de répondre aux besoins de la communication internationale et de faire régner la concorde entre les peuples – utopie d’une langue commune conduisant à la paix… Mais quelle langue choisir ? Trois solutions sont envisagées : une langue nationale – l’allemand, l’anglais ou le français – mais qu’il faudra standardiser ; le latin – non plus le latin classique, mais un nouveau latin, simplifié, standardisé, sans déclinaisons ou exceptions, et comportant des néologismes ; ou une langue artificielle. Les Britanniques, les Allemands et surtout les Français, refusent la standardisation. En outre, ces derniers estiment que le développement des échanges internationaux risque d’appauvrir la langue et donc de diminuer la qualité des messages. Le latin présente un avantage : toutes les personnes cultivées parlent latin et le latin ne risque pas d’évoluer, mais l’accord se fait sur la troisième solution : la langue auxiliaire commune sera une langue artificielle a posteriori. Les arguments en faveur de ce choix sont les suivants : une langue artificielle est plus démocratique puisque ce n’est la langue de personne ; elle est plus facile à apprendre qu’une langue naturelle puisqu’elle est plus rationnelle et, dans ce cas précis, il sera fait appel aux racines indo-européennes ce qui facilitera l’apprentissage pour les Européens ; elle permettra le développement de la communication internationale ; enfin, elle constituera un outil scientifique permettant l’adéquation parfaite entre la langue et la pensée, le grand rêve des scientifiques.

  • 11 Linguiste connu entre autres pour sa théorie du phonème. Il a été un précurseur de la linguistique (...)

47La conception de cette langue auxiliaire internationale mobilisera les énergies de toute une élite. Un appel est lancé qui obtient un grand succès : 116 systèmes linguistiques sont présentés entre 1880 et 1914, dont l’espéranto de Louis Zamenhof. Antoine Meillet. Otto Jespersen et Michel Bréal participent aux travaux linguistiques. L’année 1901 voit la création d’une Délégation pour l’adoption d’une langue auxiliaire internationale, laquelle adopte une charte. Il y est déclaré qu’une langue auxiliaire internationale est indispensable, que cette langue ne doit pas être une langue nationale, qu’elle doit être adaptée aux échanges philosophiques et scientifiques, et qu’elle doit être facile à apprendre pour un Européen d’un niveau d’éducation moyen. La Délégation constitue un comité d’experts parmi lesquels on trouve Léopold Léau, mathématicien, auteur de l’ouvrage Une langue universelle est-elle possible ? Appel aux hommes de science et aux commerçants – dont le titre reflète bien l’ambition de la délégation – et le philosophe Louis Couturat. Elle réunit un grand nombre de signatures prestigieuses comme celle du philosophe Henri Bergson et se met au travail. Elle auditionne 180 créateurs et sélectionne l’espéranto, mais demande sa simplification. Six délégués sont chargés de cette simplification : ce sont les linguistes Jan Baudouin de Courtenay11 (Polonais) et Otto Jespersen (Danois), le Prix Nobel de Chimie Wilhelm Ostwald (Letton/Allemand), l’espérantiste Louis de Beaufront, Marquis (Français) et les deux organisateurs Louis Couturat et Léopold Léau (tous deux Français). La langue obtenue sera l’IDO – I pour International, D pour Delegation et O pour la terminaison. La première guerre mondiale mettra fin aux travaux et aux espoirs d’imposer une langue auxiliaire internationale. L’IDO sera presque totalement oubliée. Son histoire peut paraître anecdotique un siècle plus tard, mais elle me semble condenser toutes les questions et les difficultés liées à la langue des sciences et à la possibilité d’une langue commune à l’Europe. L’IDO est la seule langue artificielle créée, collectivement, par des scientifiques et des linguistes dans le but de répondre aux besoins des échanges internationaux dans les domaines scientifiques, philosophiques et commerciaux et pour « faire régner la concorde entre les peuples ». C’est une langue construite scientifiquement pour être souple et fonctionnelle, conçue pour une internationalisation et une intelligibilité maximales au sein de l’Europe, aire géographique qui réunissait les puissances mondiales incontestées jusqu’au désastre de 1914-1918.

48Cette incursion dans le passé fait ressortir la pérennité des problèmes à travers les siècles et nous permet de jeter un regard différent sur la question actuelle de l’anglais lingua franca et des langues auxiliaires en général.

49L’histoire du latin en Europe à partir de la Renaissance nous permet de mieux appréhender la place actuelle de l’anglais, langue internationale, dont la fonction s’inscrit dans une continuité. Elle nous rappelle qu’une langue auxiliaire est indispensable à la circulation des idées, et en particulier des idées scientifiques. On peut estimer qu’il s’agit d’une évidence, mais divers arguments idéologiques ou émotionnels font parfois oublier à quel point cette fonction est essentielle. L’anglais, comme le latin par le passé, mais à une autre échelle, en paye actuellement le prix (Graddol 2005). Langue auxiliaire, il est de moins en moins appris comme langue de culture. Il est peu étudié par choix, mais le plus souvent par obligation – il est devenu une matière scolaire obligatoire mais sans valeur ajoutée. L’ELF s’inscrit dans ce paysage : il est l’expression d’une reconnaissance de la nécessité d’une langue auxiliaire et du souhait de « parfaire » celle-ci en la débarrassant de certaines normes ressenties comme l’expression d’une langue naturelle encombrante. Le processus de simplification et de standardisation à l’œuvre dans l’ELF ainsi que son découplage de l’anglais langue naturelle ne peut que rappeler l’IDO qui, selon sa charte, devait être adaptée aux échanges et facile à apprendre, mais qui ne devait pas être une langue nationale.

50L’ELF semble donc vouloir se situer dans la lignée des nombreuses tentatives de création d’une langue auxiliaire de communication internationale qui se sont succédées depuis l’IDO, parmi lesquelles on peut citer le World English (dès 1920), le Global English, le Basic English, le Basic Global English, le Globish… – dont l’IDO n’est que l’épisode le plus abouti. Il est cependant encore trop tôt pour savoir si l’ELF s’éloignera suffisamment de l’anglais ENL pour véritablement devenir une langue artificielle.

51L’ensemble des langues véhiculaires, lingua franca et langues auxiliaires recouvre, nous le savons, un large éventail d’usages, du plus rudimentaire au plus sophistiqué. Néanmoins, on a pu voir que ces langues ont toutes en commun de ne pas être porteuses de culture au sens plein des langues naturelles. Elles se tiennent culturellement en retrait et tentent d’être des intermédiaires, des médiateurs neutres ou, devrait-on dire, aussi neutre que possible, parce qu’aucune langue, serait-elle véhiculaire ou auxiliaire, ne peut être totalement neutre. Toutes les langues sont chargées de l’histoire des peuples qui les ont parlées et les langues véhiculaires et auxiliaires, en contact constant avec d’autres langues, sont encore plus fortement tributaires de l’image de leur passé et de son influence sur la perception des locuteurs d’autres langues. Pourtant, si ces langues ne sont pas pleinement porteuses de leur culture d’origine, l’histoire montre qu’elles sont porteuses d’une vision d’un monde fait d’échanges commerciaux, philosophiques, littéraires, scientifiques, un monde de circulation des idées, ouvert sur les autres cultures – les grands textes philosophiques grecs, dont les originaux se sont parfois perdus, ont pu circuler à travers l’Europe grâce à des langues auxiliaires.

52Une langue auxiliaire, de par sa fonction de liaison, de truchement, de passeur, de par sa tentative d’englober ou de transcender d’autres cultures, vise toujours à une certaine universalité. Elle est donc à la fois, et à des degrés divers, hors de la culture des langues naturelles et au croisement des cultures, c’est à dire au cœur de l’interculturalité.

Haut de page

Bibliographie

Alembert, J. de Rond d’. 1751. Discours préliminaire de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers. http://diderot.alembert.free.fr/introduction1.html.

Clout, L. 2008. « English will fragment into ‘global dialects’« . Daily Telegraph, March 5, 2008 (disponible sur Internet).

Crystal, D. 1997. The Cambridge Encyclopedia of Language. Cambridge : Cambridge University Press.

Graddol, D. 2005. « Spoken everywhere but at what cost ? ». Guardian Weekly, April 20, 2005 (disponible sur Internet).

Graddol, D. 2006. English Next, British Council, document pdf téléchargeable. http://www.britishcouncil.org/learning-research-englishnext.htm.

House, J. 2001. « A stateless language that Europe must embrace ». Guardian Weekly, April 19, 2001 (disponible sur Internet).

IATEFL. 2007. DVD. « Debate : English as a Lingua franca ». ELT Journal 61/4.

Lévy-Leblond, J.-M. 1996. « La langue tire la science ». In Sciences et Langues en Europe. Paris : EHESS, 235-245.

McArthur, T. 1998. The English Languages. Cambridge : Cambridge University Press.

Seidlhofer, B. 2005. « English as a Lingua franca ». In Oxford Advanced Learner’s Dictionary, 7e édition. Oxford : Oxford University Press.

Seidlhofer, B., A. Breiteneder & M.-L. Pitzl. 2006. « English as a Lingua franca in Europe : Challenges for Applied Linguistics ». Annual Review of Applied Linguistics, 26 : 3-34.

The English Project. 2008. English language will fragment says the world’s leading language expert, 04 March 2008. http://www.englishproject.org/index.php/Press-Releases/English-language-will-fragment-says-worlds-leading-language-expert.html.

VOICE Corpus : Vienna Oxford International Corpus of English. http://www.univie.ac.at/voice/voice.php ?page =corpus_description.

Haut de page

Notes

1 Sabir : Ling. Système linguistique mixte limité à quelques règles et à un vocabulaire déterminé d’échanges commerciaux (opposé à pidgin et à créole, dont l’organisation est plus complète), issu des contacts entre des communautés de langues très différentes et servant de langue d’appoint. Par ext. Péj. Langage hybride, fait d’emprunts, difficilement compréhensible. Voir charabia, jargon. Dictionnaire Le Robert 2007.

2 « Lingua franca : a language that is adopted as a common language between speakers whose native languages are different (pl. lingua francas). Mass noun, historical, a mixture of Italian with French, Greek, Arabic, and Spanish formerly used in the Levant. Late 17c., from Italian, literally ‘Frankish tongue’."

3 ‘Auxiliary’ is also used to refer to natural languages that have been chosen to aid communication within a special domain (e.g. the use of English or French at international conferences).

4 An international auxiliary language (sometimes abbreviated as IAL or auxlang) or interlanguage is a language meant for communication between people from different nations who do not share a common native language. [….] An auxiliary language is primarily a second language.

5 « Kachru himself has recently proposed that the ‘inner circle’ is now better conceived of as the group of highly proficient speakers of English – those who have ‘functional nativeness’ regardless of how they learned or use the language. »

6 « Roughly only one out of every four users of the language in the world is a native speaker of it. Seidlhofer ». Oxford Advanced Learner’s Dictionary, 7e edition (2005) : R 92.

7 « Uncoupling any language from its native speakers is, of course, a challenging idea that will require a considerable effort of adjustment of attitudes and long-established concepts of just what a language is. »

8 Newton a probablement publié ses Principia en latin parce qu’il savait qu’en publiant dans un style déductif classique euclidien en latin il pourrait cacher le secret de l’invention de son calcul infinitésimal.

9 « Ainsi, avant la fin du dix-huitième siècle, un philosophe qui voudra s’instruire à fond des découvertes de ses prédécesseurs sera contraint de charger sa mémoire de sept à huit langues différentes ; et après avoir consumé à les apprendre le temps le plus précieux de sa vie, il mourra avant de commencer à s’instruire. L’usage de la langue latine, dont nous avons fait voir le ridicule dans les matières de goût, ne pourroit être que très-utile dans les ouvrages de philosophie, dont la clarté et la précision doivent faire tout le mérite, et qui n’ont besoin que d’une langue universelle et de convention. Il seroit donc à souhaiter qu’on rétablît cet usage : mais il n’ y a pas lieu de l’espérer. »

10 Si le latin avait déjà perdu sa place de langue des lettrés un siècle plus tôt en France et en Angleterre, comme cela a été dit, il n’en était pas de même dans l’empire austro-hongrois et dans le nord de l’Europe.

11 Linguiste connu entre autres pour sa théorie du phonème. Il a été un précurseur de la linguistique synchronique et a eu une influence sur les travaux de Ferdinand de Saussure. Il a publié en polonais, russe, tchèque, slovène, italien, français et allemand.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : « World Standard English », modèle McArthur
Crédits McArthur (1998 : 97)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1202/img-1.png
Fichier image/png, 226k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josiane Hay, « Interculturel et langues véhiculaires et auxiliaires : réflexion sur l’anglais lingua franca », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 1 | 2009, 63-76.

Référence électronique

Josiane Hay, « Interculturel et langues véhiculaires et auxiliaires : réflexion sur l’anglais lingua franca », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 1 | 2009, mis en ligne le 23 février 2012, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/1202 ; DOI : 10.4000/apliut.1202

Haut de page

Auteur

Josiane Hay

Josiane Hay est Maître de conférences en anglais scientifique à l’Université Joseph Fourier de Grenoble et membre du LAIRDIL (Laboratoire Interuniversitaire de Recherche en Didactique des Langues) à l’Université de Paul Sabatier, à Toulouse. Ses thèmes de recherche sont l’anglais non disciplinaire et la langue scientifique (enseignement, histoire).

josiane.hay@ujf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page