Navigation – Plan du site
Articles

La mise en place de trois voyelles postérieures en anglais langue étrangère. Analyse acoustique et perspective de quelques interférences pour des pistes de correction phonétique

The production of three back vowels in English as a Foreign Language. An acoustic and perceptual analysis of a few typical errors, and some hints at remedial phonetics
Christelle Exare
p. 68-84

Résumés

Cette contribution propose une analyse acoustique et perceptive de quelques erreurs portant sur les voyelles postérieures de l’anglais des francophones. La lecture de spectrogrammes fait apparaître des phénomènes articulatoires d’antériorisation et de labialisation. Le trait distinctif de la longueur est sacrifié au profit de la centralisation des sons et de la neutralisation des oppositions en un syncrétisme vocalique, caractéristique de l’anglais des francophones.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Received Pronunciation, la variété d’anglais britannique servant de norme de référence dans cet art (...)
  • 2 Le français compte quinze voyelles (onze orales et quatre nasales). Certains locuteurs francophones (...)
  • 3 Ces formes désignationnelles renvoient aux « lexical sets » de J. C. Wells. 1982. Accents of Englis (...)

1Il est souvent affirmé que le français et l’anglais ont deux systèmes vocaliques aux antipodes l’un de l’autre. Ceci expliquerait les difficultés importantes que rencontrent les apprenants en anglais langue étrangère. Les « différences fondamentales entre les structures qui organisent les phonologies du français et de l’anglais [...] constitueront dès lors des points de résistance majeurs à l’apprentissage » (Ballier & Fournier 2007 : 21). En effet, l’espace acoustique et articulatoire qu’occupent les 20 voyelles de l’anglais RP1, s’il est plus restreint, est également plus saturé que celui du français2. L’apprenant de la langue étrangère, atteint de « surdité phonologique » (Troubetzkoy 1949 :54), est alors amené à neutraliser les oppositions. Certes, les nuances de timbre des voyelles postérieures comme /o/ de « lot » et /ɔ/ de « lotte » sont rarement distinctives en français (Vaissière 2006 : 75). Quand une confusion dans la réalisation du son existe, il s’agit d’une variante phonétique qui n’affecte pas le son dans sa dimension phonologique, au point de barrer l’accès au sens. En anglais, en revanche, les confusions entre les trois voyelles postérieures de LOT, THOUGHT et GOAT3 sont phonémiques. Elles entraînent un glissement sémantique rédhibitoire pour la compréhension du message et doivent être corrigées en priorité :

Ces oppositions posent d’énormes problèmes de production qui ont tout naturellement des répercussions en reconnaissance [...] [L]es sons diffèrent assez nettement, aussi bien entre eux que par rapport au français, ce qui devrait rendre moins aléatoire un travail de discrimination auditive[...] Si les élèves confondent des paires minimales comme caught/coat, bought/boat, law/low, c’est principalement parce qu’ils ont pris de mauvaises habitudes de prononciation, relativement faciles à combattre. (Huart 2002 : 78)

2Cet article décrit un protocole d’évaluation de la production de trois voyelles postérieures de l’anglais langue étrangère. L’objectif est de diagnostiquer avec précision la nature de quelques interférences à l’œuvre dans des exemples types de réalisations de francophones, pour pouvoir formuler quelques hypothèses de correction phonétique.

1. Description articulatoire de trois voyelles postérieures de l’anglais britannique RP

3/ɔ/, comme dans THOUGHT, est articulée entre les deux voyelles /ɔ/ et /o/. Elle est moyennement arrondie, assez longue, et réalisée dans la frange médiane d’aperture. Elle est plus fermée que la voyelle du français /ɔ/, et plus ouverte que /o/. Le symbole diacritique /ː/ induit en erreur, car la différence avec le /ɒ/ de l’anglais et le /ɔ/ du français n’est pas seulement une question de longueur, mais également d’aperture.

4/əʊ/, comme dans GOAT, est une diphtongue ascendante dont le premier composant est la voyelle centrale neutre. Le déplacement est postérieur, avec un léger arrondissement des lèvres pendant le glissement et un mouvement de fermeture de la mâchoire inférieure.

  • 4 La coda est la position finale d’une ou de plusieurs consonnes au sein d’une syllabe. Une syllabe o (...)

5/ɒ/, comme dans LOT, est une voyelle brève ouverte, articulée avec une légère labialisation. Des contraintes phonotactiques rendent illicite la présence de /ɒ/ en syllabe ouverte4. Cette voyelle peut tendre vers la réduction dans de très rares contextes, d’après Cruttenden (2000 : 117). Daniel Jones (1950 : 38) donne la voyelle neutre /ə/ comme variante de /ɒ/ dans because (qui pose problème à nos élèves enclins à produire une diphtongue ou une voyelle très fermée).

2. Protocole pour les enregistrements et pour les analyses

  • 5 Cet ouvrage est une référence intéressante pour un débutant en phonétique acoustique.
  • 6 La version de PRAAT utilisée ici a été gratuitement téléchargée sur http://www.fon.hum.uva.nl/praat (...)

6L’idéal est bien entendu de réaliser les enregistrements en chambre sourde, avec un matériel adéquat, pour obtenir des données d’une qualité optimale. La recherche présente, néanmoins, a été menée sur le terrain, avec des instruments portatifs. Il s’agit de montrer que l’expérience peut être dupliquée efficacement avec un minimum de moyens. Les enregistrements ont été réalisés sur un microordinateur portable Toshiba, avec un microcasque Logitech. Le logiciel pour la prise du son est Audacity 1.2.6. La fréquence d’échantillonnage nécessaire et suffisante est de 22050 Hz (Martin 2008 : 49)5. Les fichiers ont été exportés en .wav puis analysés sous PRAAT et sous SpeechAnalyzer/SaRP6.

7Les enregistrements de huit locuteurs âgés de 16 ans en moyenne, et évalués au niveau B1 du Cadre européen commun de référence pour les langues (CERCL), ont été soumis à l’appréciation de locuteurs anglophones natifs. Deux sujets de sexe féminin ont été retenus en raison de leur « accent typiquement français ».

3. Tâches proposées

8Une tâche préliminaire a permis de tester la réalisation des deux voyelles /o/ et /ø/ du français. Les locuteurs étant normands, il s’agissait de vérifier s’il existait une tendance à transformer /ɔ/ en /ø/ (comme dans peu) et /ɔ/ en /oe/ (comme dans peur) Ils ont lu un court texte présentant des occurrences des deux voyelles du français dans différents contextes. Les résultats n’ont pas montré d’antériorisation des voyelles postérieures du français plus marquée que celle qui est générée par la coarticulation avec les consonnes du français, dont la nature palatale a intrinsèquement tendance à avancer le lieu d’articulation des voyelles.

  • 7 Un logatome est une syllabe dépourvue de sens, comme [za] ou [ko] en français.
  • 8 Ceci corrobore bien entendu ce que l’on sait déjà sur 1) la coarticulation (l’influence que les son (...)

9Pour évaluer la qualité de la perception des trois voyelles postérieures de l’anglais, des tâches de guidage croissant ont été proposées. Elles ont porté sur la discrimination entre les trois voyelles (dans des logatomes7 en syllabe ouverte, dans des contextes consonantiques identiques et dans des contextes consonantiques différents). L’identification (avec vérification par l’image et par l’orthographe) des trois voyelles concernées a ensuite été testée. Les résultats montrent relativement peu de fautes, lesquelles sont souvent un artefact du protocole expérimental. Les erreurs de discrimination les plus fréquentes sont localisées en début de test, sur des paires de logatomes identiques (jugés différents), et sur des syllabes dont le contexte consonantique est proche tout en étant différent. Un premier exemple est la voyelle /ɔː/ de caught et de cork, qui a été perçue comme différente dans les deux termes par 3 auditrices sur 5. Ceci pourrait indiquer une perception fine des sujets, si l’on considère que, bien qu’il s’agisse de /ɔː/ dans les deux cas, les sons en contexte diffèrent de façon significative. En effet, [ɔː] est antériorisée par la consonne apico-alvéolaire [t] dans le premier cas, et postériorisée par [k] vélaire dans le deuxième cas. Un second exemple est la voyelle /ɒ/, perçue comme différente dans on et dans opera. Ici aussi, il est possible de supputer une sensibilité des auditrices à l’accentuation de la première syllabe de opera, qui, par contraste avec la syllabe non accentuée on, peut transformer la perception du timbre de la voyelle8.

10Cinq tâches de production ont été proposées aux locuteurs : réalisation spontanée avec support iconographique, répétition d’un modèle auditif sans lecture, lecture de mots, lecture d’un texte étudié en classe précédemment, et production libre à partir d’une image inconnue.

4. Deux expériences et leurs résultats

4.1. Texte lu par une apprenante francophone

11Nous présentons ici une analyse des erreurs réalisées par une locutrice francophone dans la tâche de lecture d’un texte connu.

12Extrait de Françoise Grellet. 2003. 10 Short Stories, vol. 2. Paris : Hachette, p. 62

Miss Martha Meacham kept the little bakery on the corner (the one where you go up three steps, and the bell tinkles when you open the door). Miss Martha was forty, her bank-book showed a credit of two-thousand dollars, and she possessed two false teeth and a sympathetic heart. Many people have married whose chances to do so were much inferior to Miss Martha’s. [....] The front door bell jangled viciously. Somebody was coming in, making a great deal of noise. Miss Martha hurried to the front. Two men were there. One was a young man smoking a pipe – a man she had never seen before. The other man was her artist. [...] Miss Martha went into the back room. She took off the blue-dotted silk waist and put on the old brown serge she used to wear.

13Quelques passages présentant des erreurs de production sont analysés ci-dessous.

4.1.1. when you open the door 

4.1.1.1. Aspiration dans une zone de hiatus

14A l’écoute, on entend [h] devant open.

  • 9 Un spectrogramme est une représentation visuelle d’un son en trois dimensions. L’axe horizontal don (...)

15Comparons les spectrogrammes9 de when you open the door, prononcé par une locutrice anglophone, originaire de Newcastle, âgée de 20 ans, et par une élève francophone, âgée de 16 ans, originaire de Normandie. Dans les figures suivantes, les transcriptions sont phonémiques : il ne s’agit pas de transcriptions fines. Dans le cas des apprenants, les sons transcrits sont les cibles phonologiques de l’anglais et non pas les réalisations phonétiques du sujet.

Figure1

Figure1

« when you open the door », lu par la locutrice francophone

Figure 2

Figure 2

« when you open the door », lu par la locutrice anglophone

16Dans le cas de la locutrice francophone, une aspiration dans la zone de hiatus (entourée sur le spectrogramme) apparaît, avec un bruit de friction continu dans les moyennes fréquences, la disparition du premier formant (= F1, première bande foncée horizontale) et la transition de F2 en face de la voyelle de open. L’absence de barre de voisement (barre sombre horizontale dans les basses fréquences) et l’interruption de la courbe du fondamental suggèrent qu’un son est produit sans vibration des plis vocaux.

17En revanche, chez la locutrice anglophone, dans la zone de contact entre la voyelle de you et celle, accentuée, de open, la barre de voisement est présente. On a donc affaire à un son voisé. Les formants sont bien visibles, sans bruit de friction ni d’explosion, et sans indice d’aspiration ni de glottalisation. Le son produit est donc bien une voyelle dont la nature labiale est évoquée par le pic de F2 et de F3, sensibles à la labialisation. La courbe nettement descendante des formants évoque la diphtongaison.

18Dans la zone de jonction entourée dans le spectrogramme de la locutrice anglophone, l’écart entre les formants, le voisement et la transition de F3 intense corroborent l’hypothèse perceptive de la présence de la semi-consonne labiale voisée [w] entre you et open.

19La locutrice francophone, confrontée au problème des phénomènes de chaîne en anglais, élabore des stratégies de compensation. Elle insère un [h] intrusif à l’initiale du mot open, avec une aspiration importante visible au spectrogramme. Ce phénomène rappelle la tendance des francophones à

  1. lier, en français, les syllabes ouvertes par la réalisation phonétique d’une consonne sous-jacente qui résout le hiatus et empêche donc la succession de deux voyelles ( = la liaison dans petit ami).

  2. resyllabifier pour rétablir le rythme CV.CV.CV ( = l’enchaînement dans la mer est bleue : CV.CV.CV.CCV : [la.mɜ.ʀɛ.blø])

20Cependant, l’anglais ne propose pas de consonne de liaison pour résoudre les hiatus. Même si la prononciation de la semi-consonne [w] n’a pas de statut phonologique, elle a une réalité perceptive qui correspond aux transitions des formants. Conseiller à un apprenant de diphtonguer davantage et de résoudre le hiatus en insérant [w] devrait permettre d’éviter l’erreur de type phonémique qui barre l’accès au sens (comme la confusion entre old et hold, dans the old counts , qui pourrait être interprété comme the hold counts ). Cette expérience est décrite plus bas.

4.1.1.2. Centralisation de la diphtongue /əʊ/

21Observons la diphtongaison dans open. Dans le deuxième spectrogramme, alors que l’évolution du deuxième formant (qui baisse sous l’effet de la labialisation et de la postériorisation) reflète le changement de timbre à l’œuvre pendant la réalisation de la diphtongue, l’équidistance entre les formants stables chez la locutrice française rappelle plutôt la réalisation d’une voyelle centrale neutre comme [ø] (comme dans eux), non diphtonguée (formants plats).

4.1.1.3. Perte de la concentration d’énergie et voyelle /ɔː/ réalisée non focale

22Comparons les deux réalisations de door, dernière syllabe de l’énoncé dans les deux figures précédentes.

23Le rapprochement des deux premiers formants dans la zone des basses fréquences chez la locutrice anglophone traduit la nature focale de cette voyelle, également propriété des voyelles d’arrière du français. Au plan acoustique, les voyelles postérieures du français (/u/,/o/,/ɔ/,/α/) sont en effet focales, c’est-à-dire qu’elles correspondent chacune à une zone de convergence des deux premiers formants (Vaissière 2008). Cette concentration d’énergie fait des voyelles cardinales du français des zones de grande stabilité perceptive et articulatoire que les langues aiment. La voyelle /ɔː/ de l’anglais apparaît donc ici comme une voyelle focale, à l’instar d’autres voyelles du français. Il faudra alors analyser les erreurs et leur correction sur le mode de l’analogie plutôt que sur le mode de la différence.

24Un écart plus important entre les formants est observé dans la réalisation de door par la locutrice francophone, ce qui fait tendre la voyelle vers une position neutre. Le mouvement de postériorisation est bien réalisé (avec F2 descendant), mais l’amorce est trop antérieure (F2 élevé). En outre, le contraste moins marqué des formants (plus clairs en fin d’énoncé) évoque une perte de la concentration d’énergie sur la dernière syllabe de l’énoncé. Pour corriger cette production, une triple prise de conscience est alors nécessaire. L’élève doit chercher à conserver l’énergie suffisante en fin de phrase, car la voyelle de door, noyau de l’énoncé, est accentuée. Elle doit fermer et postérioriser la voyelle pour la rendre focale.

25Six mois plus tard, un nouvel enregistrement a été réalisé, et les conseils suivants ont été prodigués à la locutrice :

  • lier you et open avec [w] (après visualisation de l’aspiration illicite à l’initiale de open).

  • veiller à effectuer le glissement à l’œuvre dans [əʊ] de open (après visualisation des formants plats).

    • 10 Ceci revient à dire d’une autre façon : « Faites porter la proéminence nucléaire sur door ». La not (...)

    produire la voyelle de door plus à l’arrière en gardant l’intensité sur cette syllabe finale, tout en cherchant à faire baisser et se rapprocher les deux premiers formants (grâce à la propension à labialiser). Le conseil était le suivant : « Rendez la zone des deux formants F1 et F2 plus sombre, augmentez l’énergie produite, non pas en haussant le ton, mais en rendant la syllabe plus saillante par rapport aux autres »10.

Figure 3

Figure 3

« when you open the door », correction

  • Dans la zone de hiatus, nous observons un silence, suivi d’un positionnement de F2 par rapport à F1 qui corrobore la perception de [w] à l’initiale de open. Au lieu de produire une aspiration, la locutrice francophone fait une pause, devant la voyelle accentuée de open. Ceci peut témoigner de la difficulté que rencontrent les francophones lorsqu’ils doivent accentuer une voyelle à l’initiale. Ils ont tendance à prendre trop d’air pour l’articulation de la voyelle accentuée (et produisent alors une aspiration, en rapprochant leurs plis vocaux tardivement). Ils peuvent aussi marquer un temps d’arrêt et achopper, comme ici, à l’inverse de ce que produit la locutrice anglophone dans ce même exemple.

  • La voyelle de open n’est pas très diphtonguée. Il lui manque le changement de timbre, et la longueur. La fréquence du fondamental plus élevée peut signifier que la locutrice a bien essayé de marquer la proéminence accentuelle sur la voyelle initiale de open.

  • La voyelle de door, plus longue que précédemment, est réalisée avec davantage d’intensité. Elle est assez réussie. F1 et F2 sont presque accolés et l’évolution des trois premiers formants suit celle de la locutrice anglophone, même si une baisse légère de F3 évoque une labialisation persistante.

4.1.2. the little bakery on the corner : réduction fautive de /ɒ/

  • 11 Notons que la forme faible de on est attestée dans English Pronouncing Dictionary 14e édition, mais (...)

26Pour résoudre le problème du hiatus dans la première occurrence de on, la locutrice utilise une stratégie d’hypercorrection. Elle réduit à l’extrême, consciente de cette possibilité qu’offre l’anglais, et réalise l’occurrence de /ɒn/ par un [n] syllabique11. Il faudrait alors lui proposer l’insertion (aisée pour un francophone) de la semi-consonne [j] après la voyelle [i] de bakery pour rétablir un lien entre les deux voyelles en contact et éviter l’aspiration prévocalique ou l’élision vocalique. L’intérêt de la réalisation des glides /w/ et /j/ dans les zones de hiatus est très bien décrit dans Grammaire orale de l’anglais (Huart 2002 : 102).

4.1.3. before : rhoticisation. Réalisation de la cible /ɔː/ dans une autre variété d’anglais

27Une réalisation rhotique de /ɔː/ est proposée dans before. Il s’agit d’une aspérité intéressante dans le système de la locutrice, globalement proche de l’anglais britannique standard. La réalisation rhotique des voyelles est fréquente chez les francophones. Cet écart par rapport à la norme RP peut s’expliquer de différentes façons. D’une part, la contrainte graphique incite probablement les francophones à la réalisation de /r/ antérieur anglais, voire de /ʀ/ postérieur français. D’autre part, comme perception et production sont les deux versants d’un même phénomène, l’exposition massive de nos jeunes étudiants (à travers le cinéma et la chanson notamment) à des variétés d’anglais comme l’anglais américain (rhotique) a certainement une incidence sur cette propension aux réalisations rhotiques.

4.1.4. dotted et showed : confusion entre deux voyelles de l’anglais, par mauvaise interprétation des règles grapho-phonémiques

28La voyelle de dotted est prononcée [əʊ]. On peut faire l’hypothèse d’une interférence générée par une mauvaise interprétation des règles graphophonémiques. L’élève ignore que la lettre consonne redoublée après la voyelle rend impossible une réalisation diphtonguée.

29Le son correspondant au digraphe <ow> dans showed est prononcé [aʊ]. Faisons l’hypothèse d’une surgénéralisation de ce que la locutrice a pu inférer du fonctionnement de la langue. Le digraphe <ow> comme dans brown, cow et now étant souvent réalisé [aʊ] (Duchet 1994 : 79), elle applique cette règle à show.

4.1.5. Conclusion

  • 12 Le trait de la longueur est distinctif (ou contrastif) en anglais, c’est-à-dire qu’il est la caract (...)

30Chez cette locutrice, la longueur des voyelles12 pose problème, tant dans les réalisations (trop courtes et sans glissement) des diphtongues, qu’à l’inverse, dans les phénomènes (illicites) de réduction. Les trois voyelles sont systématiquement antériorisées et labialisées. Elles tendent vers la voyelle centrale [œ], voire [ø] dans les cas marqués par une protrusion (illicite) des lèvres (door). Les sons voyelles viennent se placer, dans le triangle vocalique, sur un trapèze articulatoire virtuel dont les sommets seraient les voyelles du français [œ][o][ø][ɔ]. Cette locutrice semble avoir saisi que les voyelles de l’anglais, bien que plus nombreuses, ne sont pas aussi extrêmes que celles du français. Elle place les siennes dans une zone marquée par la neutralité et la réduction. Elle réinterprète les règles grapho-phonématiques de l’anglais selon son propre filtre. En un mot, elle en fait trop. Au niveau B1/B2 du CECRL, il est raisonnable de supposer que les stratégies des apprenants sont élaborées.

31Cette observation est vérifiée dans les expériences suivantes.

4.2. Analyse acoustique des trois voyelles /ɒ/, /əʊ/ et /ɔː/ d’un sujet francophone

32Trois phrases, énoncées en répétition après modèle auditif, ont été extraites et examinées. Le sujet servant de modèle est un homme britannique de 44 ans, originaire du Lancashire.

33La comparaison des deux spectrogrammes montre que les réalisations sont assez semblables, à l’exception des voyelles de Tom et de dog.

4.2.1. Voyelle /ɒ/ dans Tom has a dog

Figure 4

Figure 4

Spectrogramme du modèle

Figure 5

Figure 5

Spectrogramme du sujet

Figure 6

Figure 6
  • 13 Dans SaRP, chaque petit carré est obtenu en cliquant sur les formants de la voyelle dans le spectro (...)

Placement de la voyelle de dog de l’apprenant francophone dans le triangle vocalique de référence de l’anglais standard de SaRP13.

34La voyelle du sujet francophone dans dog est proche de la voyelle centrale /œ/ du français, comme l’indique l’analyse sous SaRP, et comme le confirme sur le spectrogramme l’écart régulier entre les quatre premiers formants, caractéristique de la voyelle neutre. L’impression d’ensemble est une perte de contraste et d’énergie. Ceci est corroboré, au plan visuel, par l’aspect plat des formants du sujet.

  • 14 La forme caractérisque de F1 et de F2 à la fin de la voyelle de dog est une pince vélaire.

35Au contraire, les formants du modèle, plus intenses (plus sombres), montrent de plus grandes variations, avec des phénomènes de coarticulation très apparents, comme la nasalisation de [ɒ] par la nasale bilabiale [m] (affaiblissement de F2 et de F3). Chez le modèle, la réalisation de la voyelle /ɒ/ de dog montre que les deux premiers formants F1 et F2 sont proches et bas, avec F2 qui tend à baisser au cours de l’émission, probablement en raison de la postériorisation de la voyelle induite par le contexte14. Les organes articulatoires se préparent pour la réalisation de /g/, consonne vélaire. Chez le sujet, au contraire, F2 reste haut et plat, et la pince vélaire des formants est moins marquée, voire inversée : la voyelle est trop antérieure.

4.2.2. Voyelle /əʊ/ dans Oh, no, I don’t know

Figure 7

Figure 7

Spectrogramme du modèle

Figure 8

Figure 8

Spectrogramme du sujet

Figure 9

Figure 9

Position de la diphtongue de no dans le triangle de référence de SaRP

36La réalisation de la diphtongue de no est assez réussie. Le cercle de gauche représente la position moyenne du premier élément de la diphtongue. Le cercle de droite représente la zone dans laquelle la locutrice a réalisé le deuxième élément de la diphtongue. La variation de timbre se fait dans la bonne direction. L’élève a bien réalisé le mouvement de rétraction de la langue : le deuxième élément est bien postériorisé. En revanche, le mouvement de fermeture vers /ʊ/ n’est pas complet, et une perte d’intensité et de durée est perçue pour la dernière syllabe de l’énoncé.

4.2.3. Voyelle /ɔː/ dans I thought you saw him before

Figure 10

Figure 10

Spectrogramme du modèle, sans dessin des formants

Figure 11

Figure 11

Spectrogramme du modèle, avec dessin des formants

37Le spectrogramme indique que la voyelle /ɔː/ de thought, saw, et before est focale chez le modèle, c’est-à-dire que les deux premiers formants se rapprochent et se confondent dans les basses fréquences. On ne distingue plus qu’un seul trait : le logiciel ne détecte qu’un seul formant.

Figure 12

Figure 12

Spectrogramme du sujet

38Dans la production du sujet, en revanche, F1 et F2 sont bien espacés. La première réalisation de [ɔː] dans thought est courte, contrairement à celle du modèle. L’erreur porte donc sur la longueur et sur la nature focale de la voyelle. En outre, contrairement à la production du modèle, les trois premiers formants baissent, F3 tout particulièrement, sous l’influence de la labialisation dans before, ce qui rappelle la propension des francophones à utiliser les lèvres (par exemple pour opposer [ø] et [œ]).

4.3. Résultats des analyses

  • 15 Les consonnes palatales de la langue tendent à antérioriser les voyelles.
  • 16 « [A]ll groups used formant movement and duration to recognize English vowels, and learned new aspe (...)

39Contre toute attente, les élèves ne placent pas leurs voyelles postérieures de l’anglais dans la zone des voyelles postérieures françaises. Elles ne tendent pas vers les voyelles extrêmes cardinales. Elles sont centralisées et labialisées. La constriction (l’obstruction partielle du passage de l’air dans les résonateurs), au lieu d’être postérieure comme pour [o], se déplace vers l’avant de la bouche et se relâche. Le son devient central, proche du schwa [ə], comme dans le mot anglais « another », ou encore proche de la voyelle française [œ] de fleur. La palatalisation, même si elle est générée par les phénomènes de coarticulation15, est exacerbée chez les apprenants francophones. On peut supposer que les sujets dont les productions sont analysées ici ont compris que les voyelles postérieures de l’anglais étaient massées dans une zone plus centrale que celles, extrêmes, du français. Des études récentes montrent en effet que des locuteurs d’un niveau avancé, plutôt que d’intégrer les voyelles de la langue seconde dans leurs catégories, acquièrent de nouvelles caractéristiques de la langue seconde à l’intérieur de ce système étranger (Iverson & Evans 2007 : 2842)16. C’est ainsi que la réalisation de la diphtongue /əʊ/ est assez réussie dans les mots fréquents. La tendance naturelle des francophones à labialiser permet une bonne production de cette voyelle qui semble moins affectée que les autres par l’arrondissement et par la protrusion des lèvres.

5. Pistes de correction phonétique

40Les traditions didactiques, qu’elles soient francophones ou anglophones, proposent peu de moyens pour remédier aux prononciations fautives des sons de l’anglais. Les solutions proposées sont souvent des observations tirées d’ouvrages d’orthoépie, ou encore des conseils relevant du domaine articulatoire. Il s’agit de techniques de forçage, qui visent à imprimer aux organes articulatoires des gestes de tension ou de relâchement. Pour produire correctement [ɔː], par exemple, il est conseillé de partir de la voyelle cardinale extrême [o] du français, pour relâcher ensuite la langue et les lèvres, jusqu’à atteindre un timbre de qualité satisfaisante :

Many languages have a vowel in the region of C[o] ; this latter sound may serve as a starting point for acquiring RP /ɔː/, the tongue and lip positions being relaxed until the correct quality is reached. (Cruttenden 2000 : 120)

41Cette citation pose un double problème. Comment le relâchement des organes articulatoires peut-il être appris, voire enseigné ? Et qu’est-ce qu’une production correcte ?

42De modestes réponses à ces deux questions sont suggérées ici. Ce sont des hypothèses formulées à partir de l’observation d’exemples d’erreurs. Elles méritent des recherches plus approfondies pour être validées. D’une part, l’œil semble aider l’oreille. À l’image de ce qui a été proposé ici, la didactique des langues pourrait s’inspirer du feedback visuel, technique utilisée en orthophonie pour la rééducation de certains troubles de la parole. Apprendre à voir et à lire ses productions peut aider l’oreille à percevoir et le corps à produire. L’élève observateur de l’aspect plat de ses formants est probablement plus à même de saisir l’importance de les rendre mobiles pour réaliser des diphtongues plus proches de celles d’un locuteur natif. D’autre part, le seuil d’acceptabilité des productions, s’il est restreint au regard de la norme prestigieuse de l’anglais RP, est probablement plus élevé si l’on considère les nombreuses variétés d’anglais qui caressent nos oreilles au quotidien.

  • 17 Pour mesurer l’écart qui sépare l’anglais et le français en termes de prosodie, l’article de Jacque (...)
  • 18 Cet article présente les premiers résultats d’une recherche en cours. Je tiens à remercier mes maît (...)

43Le présent travail d’analyse d’erreurs ouvre donc deux voies pour des techniques alternatives de correction. Il s’agit de proposer une méthode plus souple, alliant la visualisation de phénomènes acoustiques à la confiance en la propension du francophone à labialiser, à lier et à antérioriser. L’anglais et le français n’étant pas si disjoints17, il serait intéressant d’en tirer profit. L’objectif ultime est d’obtenir des productions qui soient phonologiquement satisfaisantes et physiologiquement naturelles, même si elles sont phonétiquement fautives. Pour des francophones qui apprennent l’anglais, la réduction de la distance ou de l’écart entre le son produit et la cible est certainement plus pertinente que la notion de précision ou d’exactitude18.

6. Perspectives

44Les enseignants de l’anglais langue étrangère savent combien il est ardu de repérer avec précision la nature des erreurs de perception et de production. En matière de perception, la réduction vocalique et les phénomènes de chaîne sont une source de confusion importante pour les apprenants francophones. Dans une production interférentielle, l’identification par l’enseignant du phonème en cause et une prise de conscience réelle sont souvent sacrifiées, faute de moyens et de connaissances, au profit d’une impression vague et globale. Un « accent », s’il est perçu, reste une notion indéfinie. Contrairement au domaine de la grammaire et du lexique, qui autorisent une discrétisation des composants, le signal sonore, lui, à cause de sa nature éphémère, ne se laisse a priori ni saisir ni segmenter. Il est opaque et flou, et les interférences à l’œuvre, difficilement identifiables, en particulier si l’on ignore les règles phonologiques fondamentales qui sous-tendent les productions dans les deux langues en présence.

45Cet article propose une visualisation de quelques productions interférentielles. Des hypothèses concernant les stratégies mises en œuvre par l’apprenant pour gérer l’étrangeté de la langue étrangère sont formulées. Un truisme étant d’écrire que les erreurs dépendent à la fois des systèmes linguistiques en présence et des locuteurs, rappelons qu’il est alors impossible de généraliser à partir de ces exemples. Ils n’ont comme humble but que de montrer l’intérêt d’un travail individualisé de correction phonétique, au plus proche de ce que produit l’élève.

46Des études de plus grande envergure, longitudinales et transversales, pourraient vérifier si une réflexivité de l’apprentissage par une visualisation des phénomènes acoustiques ainsi qu’une prise de conscience des erreurs peuvent ériger la phonétique didactique en une vraie science, efficace, fondée sur des observations, et non plus seulement sur des hypothèses.

Haut de page

Bibliographie

Ballier, N. & J.-M Fournier. 2007. « La compétence phonologique en anglais au-delà des questions à l’agrégation ». Les Langues Modernes 3. La compétence phonologique : 18-28.

Cruttenden, A. 2000. Gimson’s Pronunciation of English. Londres : Hodder Arnold.

Duchet, J.-L. 1994. Code de l’anglais oral. Gap : Ophrys.

Iverson, P. & B. G. Evans. 2007. Learning English vowels with different first-language systems : perception of formant targets, formant movement, and duration. Journal of the Acoustical Society of America 122 (5) : 2842-2854.

Jones, D. 1950. The Pronunciation of English. Cambridge : Cambridge University Press.

Huart, R. 2002. Grammaire orale de l’anglais. Gap : Ophrys.

Martin, P. 2008. Phonétique acoustique. Introduction à l’analyse acoustique de la parole. Paris : Armand Colin.

Troubetzkoy, N. S. 1949. Principes de phonologie. Paris : Editions Klincksieck.

Vaissière, J. 1991. Rhythm, accentuation and final lengthening in French. Music, language, Speech and Brain. Sundberg et al. (eds). Londres : Macmillan Press.

Vaissière, J. 2006. La phonétique. Paris : PUF.

Haut de page

Notes

1 Received Pronunciation, la variété d’anglais britannique servant de norme de référence dans cet article.

2 Le français compte quinze voyelles (onze orales et quatre nasales). Certains locuteurs francophones n’en utilisent que treize ou quatorze.

3 Ces formes désignationnelles renvoient aux « lexical sets » de J. C. Wells. 1982. Accents of English 1. Cambridge : CUP

4 La coda est la position finale d’une ou de plusieurs consonnes au sein d’une syllabe. Une syllabe ouverte est une syllabe dont le dernier élément est une voyelle. En d’autres termes, /ɒ/ à l’intérieur d’une syllabe est toujours suivie par une consonne.

5 Cet ouvrage est une référence intéressante pour un débutant en phonétique acoustique.

6 La version de PRAAT utilisée ici a été gratuitement téléchargée sur http://www.fon.hum.uva.nl/praat/ (28/01/2009)
La quatrième version de SaRP (Speech Analyzer Rapid Plot), logiciel de représentations graphiques multi-points et multi-séries des formants vocaliques, est gratuitement téléchargeable sur http://web.uni-plovdiv.bg/rousni/sarp/ (15/06/2009). Cet outil a été conçu par M. Roussi Nikolov (Professeur de l’Université de Plovdiv, Bulgarie, membre de l'équipe LAPS, Université Paris 8, France).

7 Un logatome est une syllabe dépourvue de sens, comme [za] ou [ko] en français.

8 Ceci corrobore bien entendu ce que l’on sait déjà sur 1) la coarticulation (l’influence que les sons exercent les uns sur les autres dans des contextes plus ou moins proches) et 2) l’influence de paramètres supra-segmentaux tels que l’accentuation. Les dictionnaires de prononciation, qui donnent des transcriptions phonologiques des mots, ne disent rien sur ces variations fines contextuelles.

9 Un spectrogramme est une représentation visuelle d’un son en trois dimensions. L’axe horizontal donne la mesure du temps en secondes. Sur l’axe vertical figurent les fréquences en Hz. Le degré de noirceur des traits horizontaux représente la répartition de l’énergie dans l’échelle des fréquences en rapport avec l’intensité des formants. Les représentations graphiques des productions orales fournissent des indices acoustiques qui peuvent, dans une certaine mesure, être interprétés comme la manifestation de gestes articulatoires.

10 Ceci revient à dire d’une autre façon : « Faites porter la proéminence nucléaire sur door ». La notion d’« accent » nous semble difficilement accessible à un francophone, plus sensible à la longueur ou à l’intensité. Parler d’une couleur sombre ou claire, ou encore d’une différence d’énergie articulatoire est une alternative possible.

11 Notons que la forme faible de on est attestée dans English Pronouncing Dictionary 14e édition, mais pas dans la 17e.

12 Le trait de la longueur est distinctif (ou contrastif) en anglais, c’est-à-dire qu’il est la caractéristique principale qui oppose par exemple deux sons comme [ɪ] et [iː] dans sit et see.

13 Dans SaRP, chaque petit carré est obtenu en cliquant sur les formants de la voyelle dans le spectrogramme visualisé sous Speech Analyzer. Il est à noter que le calcul de la position d’une voyelle à partir des deux premiers formants est nécessairement incomplet. Une représentation idéale devrait prendre en compte les quatre premiers formants, comme l’indique J. Vaissière (2006 : 75) : « L’élégante correspondance entre la représentation des voyelles par leurs deux premiers formants et le triangle vocalique est cependant trompeuse : elle néglige l’effet décisif des lèvres, et des formants supérieurs à F2, sur le timbre des voyelles antérieures ».

14 La forme caractérisque de F1 et de F2 à la fin de la voyelle de dog est une pince vélaire.

15 Les consonnes palatales de la langue tendent à antérioriser les voyelles.

16 « [A]ll groups used formant movement and duration to recognize English vowels, and learned new aspects of the English vowel system rather than simply assimilating vowels into existing first-language categories. »

17 Pour mesurer l’écart qui sépare l’anglais et le français en termes de prosodie, l’article de Jacqueline Vaissière sur le rythme, l’accentuation et l’allongement final en français pourra être consulté avec profit : « Psychoacoustic results seem to reveal that French and English archetypal patterns, apparently very different, may be two variants of the realisation of a universal pattern ». (Vaissière 1991 : 114).

18 Cet article présente les premiers résultats d’une recherche en cours. Je tiens à remercier mes maîtres pour leur enseignement prodigué avec générosité, les lecteurs qui ont commenté les versions antérieures de ce travail, et Roussi Nikolov. Erreurs et imperfections me sont entièrement imputables. Merci également à mes élèves d’être une source inextinguible d’inspiration. Si cette étude peut convaincre que leurs erreurs sont dignes d’intérêt, elle a atteint son but. Merci à ceux qui ont fait don de leur voix : Stewart, Rena, Alexiane, Elodie, Matthieu, Kahina, Estelle, Pauline, Anne et Caroline.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure1
Légende « when you open the door », lu par la locutrice francophone
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 2
Légende « when you open the door », lu par la locutrice anglophone
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-2.png
Fichier image/png, 86k
Titre Figure 3
Légende « when you open the door », correction
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-3.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 5
Légende Spectrogramme du sujet
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-4.png
Fichier image/png, 96k
Titre Figure 6
Légende Placement de la voyelle de dog de l’apprenant francophone dans le triangle vocalique de référence de l’anglais standard de SaRP13.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-5.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Figure 7
Légende Spectrogramme du modèle
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-6.png
Fichier image/png, 97k
Titre Figure 8
Légende Spectrogramme du sujet
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-7.png
Fichier image/png, 92k
Titre Figure 9
Légende Position de la diphtongue de no dans le triangle de référence de SaRP
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-8.png
Fichier image/png, 6,6k
Titre Figure 10
Légende Spectrogramme du modèle, sans dessin des formants
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-9.png
Fichier image/png, 112k
Titre Figure 11
Légende Spectrogramme du modèle, avec dessin des formants
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-10.png
Fichier image/png, 106k
Titre Figure 12
Légende Spectrogramme du sujet
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/122/img-11.png
Fichier image/png, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Exare, « La mise en place de trois voyelles postérieures en anglais langue étrangère. Analyse acoustique et perspective de quelques interférences pour des pistes de correction phonétique », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 3 | 2009, 68-84.

Référence électronique

Christelle Exare, « La mise en place de trois voyelles postérieures en anglais langue étrangère. Analyse acoustique et perspective de quelques interférences pour des pistes de correction phonétique », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 3 | 2009, mis en ligne le 24 août 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/122 ; DOI : 10.4000/apliut.122

Haut de page

Auteur

Christelle Exare

Christelle Exare est professeure agrégée d’anglais au Lycée L. S. Senghor d’Evreux. Doctorante, elle suit une formation en phonétique appliquée à l’ILPGA, (Université Paris 3).

christelle.exare@ac-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page