Navigation – Plan du site
Articles

Comment allier l’enseignement d’une langue étrangère à celui d’une discipline spécifique et pointue

An integrated method of harmonising the teaching of a foreign language and that of a very specialised and concise discipline
Elsa Liebenberg
p. 125-141

Résumés

Dans le cadre de l’enseignement de l’anglais juridique à l’université de Nice, un travail de recherche est en cours, qui témoigne des transformations rapides et radicales des dispositifs d’enseignement de langue de spécialité. Pour les locuteurs natifs, un premier dilemme consiste à déterminer si nous devons être des enseignants d’une langue spécialisée dans un domaine disciplinaire particulier, ou si nous devrions être des experts en droit formés à enseigner leur spécialité en anglais par une méthode directe ou des cours en immersion. Ce point est très important, parce que les enseignants natifs d’anglais ne sont pas nécessairement des juristes et vice versa. Dans la mesure où de telles méthodes ne sont pas réalisables actuellement, en droit, en tout cas, pourquoi ne pas analyser les possibilités d’une méthode intégrative, pour préserver à la fois la langue et le contenu de la discipline ?

Haut de page

Texte intégral

10

  • 1 Le Cadre européen commun de références pour les langues. Apprendre. Enseigner. Évaluer, ainsi que l (...)

1L’élargissement de l’Union européenne est synonyme de diversité de langues et de cultures. La Division des Politiques linguistiques du Conseil de l’Europe cherche à produire les outils de promotion du plurilinguisme à l’usage de tous les enseignants de langues. Le Cadre1 propose notamment une mise en forme des expériences interculturelles et d’apprentissage des langues les plus variées qui permet de les consigner et de leur donner une reconnaissance formelle. Par conséquent, le but de l’enseignement, qui se trouve profondément modifié par rapport au passé, est de développer un répertoire langagier dans lequel toutes les capacités linguistiques trouvent leur place.

2Quand ils embauchent, les employeurs sont en droit d’attendre d’un diplômé une maîtrise de l’anglais, « graduateness » d’après Graddol (2005 : 3). Pour atteindre cet objectif de bilinguisme, des milliers de spécialistes des disciplines non linguistiques sont tenus d’assister à des cours et de passer des examens en anglais, notamment dans les domaines de l’économie, de la santé, des affaires et du droit. De plus, les débats juridiques au sein des Nations Unies, des grandes agences internationales de développement ou des institutions bancaires de Bretton Woods se font aujourd’hui exclusivement en anglais. Le débat juridique exige donc une maîtrise linguistique.

  • 2 « Le Choix de l’anglais comme langue de travail de l’administration publique par les pays candidats (...)
  • 3 Raphaël Apelbaum est avocat à la Cour/au Barreau de Paris et également Conseiller juridique auprès (...)

3L’anglais est également devenu la langue de l’administration internationale publique de milliers de fonctionnaires dans le monde entier, comme le reflète le titre2 d’Azam-Pradeilles (2001 : 15), notamment à la Banque Mondiale et au FMI. Dans son discours, elle souligne également comment les compétences en anglais font partie de la compétence professionnelle des fonctionnaires français – une compétence bien maîtrisée par, notamment, les diplômés de l’ENA, mais que se passe-t-il pour les générations antérieures ou pour ceux qui n’ont pas profité d’une telle formation d’excellence ? De manière similaire, selon Apelbaum (2004)3, « les partenariats public-privé (PPP) à la française peuvent devenir le moteur d’une nouvelle exportation du droit français, en dehors de ses frontières tout en se révélant un système, mais en anglais. Sur un plan linguistique, […] la forme devient donc indispensable pour communiquer sur le fond ».

I. Évolution du métier d’enseignant

  • 4 Le projet TIE-CLIL vise premièrement à développer des programmes de formation initiale et continue (...)
  • 5 Cependant, on trouve en France de nombreux exemples de cette pratique destinés à « économiser » sur (...)

4Il existe une tendance, dans le secondaire comme dans le supérieur, à enseigner la discipline directement en L2, par exemple, en anglais, notamment dans les programmes d’immersion. Le projet TIE-CLIL (Translanguage in Europe – Content and Language Integrated Learning)4, par exemple, dans le cadre d’une action Socrates Lingua Action A, vise à encourager le plurilinguisme à travers la pratique de l’Apprentissage Intégré de la Langue et du Contenu en cinq langues européennes différentes. En France, par exemple, on a mis en place des projets similaires, tels qu’EMILE (Enseignement d’une Matière par l’Intégration d’une Langue Étrangère). Il s’agit d’une approche pratique d’un enseignement centré sur l’apprenant5 dans le but de favoriser le bilinguisme ou plurilinguisme, de façon inter- ou multidisciplinaire, tout en préservant la qualité de l’enseignement pour promouvoir à la fois la langue et le contenu de la discipline (Wolff 2003 : 40).

5L’approche CLIL est une réussite dans les écoles primaires et secondaires, notamment dans les pays scandinaves. En France, elle se développe également dans le supérieur, dans les écoles internationales et les domaines spécialisés tels que l’économie, le management et le marketing. Une autre approche de l’enseignement bilingue concerne la collaboration entre les enseignants de langues et les enseignants de DNL (Disciplines Non Linguistiques). Le but essentiel de tels programmes d’apprentissage est d’améliorer la qualité de l’enseignement et de développer une dimension européenne dans une discipline ou d’étudier un domaine spécialisé, par exemple l’économie ou la santé.

6En examinant la méthode de TIE-CLIL ou la collaboration langues-DNL, on se demande si de telles approches sont plus efficaces qu’une approche plus traditionnelle de la langue par exemple, comment enseigner les concepts du droit d’une façon interculturelle (Narcy-Combes 1990 : 92). Dans l’hypothèse où il serait possible d’enseigner les concepts du droit directement en L2, il faut analyser les problèmes qui se posent.

I.1. DNL, TIE-CLIL ou intégration ?

7CLIL est un terme générique qui s’applique à n’importe quelle situation pédagogique dans laquelle on utilise une L2 pour apprendre une discipline qui ne soit pas une langue (Wolff 2003 : 37). En raison de son contexte, cette recherche se focalise sur la DNL (infra). L’enseignant fait un rapprochement entre un « modèle crédible de recours » à la L2 et le rapport à la discipline en reconsidérant les procédures d’évaluation (Gajo 2005 : 2).

  • 6 Lors de sa conférence plénière au 26e Colloque du GERAS 2005, Alice Coda-Irurueta, juriste-linguist (...)

8Une analyse approfondie de l’enseignement de l’anglais juridique et des différences entre les systèmes juridiques m’a amenée à conclure que ces différences sont telles qu’il est préférable d’éviter les approches de type TIE-CLIL ou DNL. En effet, l’expérience de l’enseignement de l’anglais juridique m’a permis de constater l’existence de lacunes linguistiques principalement issues de la nature des différences entre les systèmes juridiques : droit coutumier du monde anglophone et système codifié en Europe. La demande croissante de traduction juridique prouve sa complexité6. Une traduction basée uniquement sur la terminologie, sans tenir compte des différences conceptuelles entre les deux systèmes ou de la compréhension fine des concepts, notamment dans le cadre des contrats dans le droit international, peut conduire à des contresens.

  • 7 Par rapport aux disciplines de soft core, comme l’art ou la musique, selon Gillian Rosner, Directri (...)

9L’anglais est la langue du commerce par excellence, comme en témoigne le succès des économistes et des gestionnaires enseignant leurs sujets directement en anglais. En revanche, le droit est une discipline très pointue. En droit nous avons affaire à un sujet de hard core7 pur. Pour les apprenants qui n’ont pas bénéficié d’un programme d’immersion dans leur enfance, les méthodes TIE-CLIL ou DNL peuvent mener à une expérience brutale et produire un blocage total qui pose des difficultés d’apprentissage, comme l’a montré Smith (2005 : 1), surtout dans le domaine de l’anglais juridique.

10Une méthode intégrative, en collaboration avec des spécialistes du droit, me semble la meilleure approche : en adoptant une stratégie de comparaison des concepts du droit pour que les apprenants comprennent la langue juridique ainsi que le droit qui prévaut dans les pays anglophones, je vise à développer leurs connaissances en droit dans un contexte international, tout en préservant et la langue et le contenu disciplinaire. Actuellement je travaille en collaboration avec un avocat qui est spécialiste en droit fiscal. Nous décidons ensemble du contenu de mes cours d’anglais de la fiscalité et d’anglais de la comptabilité.

I.2. L’évolution vers un nouveau genre d’enseignant ?

11L’évolution de ces recherches conduit à se demander comment évoluera l’enseignant de langues ? Que deviendra l’enseignant anglophone (locuteur natif), par exemple, qui enseigne l’anglais comme L2, dans un proche avenir – va-t-il disparaître ? S’agit-il d’un genre d’enseignant spécialiste passionné, c’est-à-dire un juriste doublé d’un enseignant de langue ? C’est un sujet récurrent : la nécessité d’un nouvel enseignant européen, quelqu’un qui parvient à enseigner sa discipline en trois langues si nécessaire, sa langue maternelle et deux autres langues dans lesquelles il a fait ses études. Bien que cela paraisse impossible, les recherches sur le plurilinguisme confirment cette option (Greenstein 2002 : 7). Mon cas personnel en est un exemple : anglophone ayant suivi des études en Master of Business Administration et en Droit (DEA : Droit et financement du développement), notamment sur les marchés publics, je peux aborder la terminologie des contrats des partenariats public-privé (supra) avec les étudiants en Droit Public. Puisque mes apprenants ont déjà une base d’anglais non spécifique, le but de ma recherche est de développer une méthode intégrative en collaboration avec les spécialistes du droit, qui répondra aux besoins professionnels des apprenants. Je propose trois étapes pour aborder cet enseignement.

II. Une méthode intégrative

12Cette méthode intégrative a une structure en trois étapes ; les phases A, B, et C, qui se développent autour d’une stratégie essentielle, se concentrent sur la question suivante : quel est le but de l’apprentissage d’un groupe d’apprenants ? Ensuite, il faut établir les différents niveaux de compétences linguistiques de ces apprenants afin de mettre les connaissances existantes en pratique, et les développer bien davantage pour arriver aux résultats désirés à la fin d’un programme d’apprentissage. Il faut progresser d’une phase à l’autre après avoir distingué les problèmes qui se posent à chaque étape et avoir apporté les solutions adaptées.

II.1. La structure

  • 8 C’est une épreuve de diagnostic de langue selon le Portfolio Européen des langues qui s’appuie sur (...)
  • 9 Ce questionnaire est similaire à celui de Cambridge, qui fournit des informations utiles notamment (...)
  • 10 Il s’agit de l’anglais non spécifique.

13Pour connaître leur niveau, les apprenants commencent la phase A par une auto-évaluation telle que l’épreuve de diagnostic de langue, celle du Portfolio8 (supra). Ensuite ils remplissent un questionnaire en anglais9 dont la première partie comprend des questions personnelles et dont la deuxième partie a pour objet une compréhension générale de la langue et un texte sur les différents systèmes juridiques. Dans la phase B, il s’agit d’évaluer les connaissances linguistiques « générales »10 ainsi que les connaissances de base de l’apprenant dans un contexte juridique. La phase C évaluera les compétences et l’aptitude de l’apprenant à établir une base solide pour gérer ses connaissances existantes en vue du futur apprentissage.

II.2. Établir un programme d’apprentissage de macro-tâches et de micro-tâches

14Je prépare un programme d’apprentissage à base de tâches fondé sur des micro-tâches et des macro-tâches en formant les apprenants à appliquer leurs connaissances en anglais du droit dans le domaine du travail juridique, sous un angle socio-culturel (Narcy-Combes 2005 : 14) – « meaning-focused » et « real-world activity », comme le propose Ellis (2003 : 2) – pour atteindre leur objectif.

15D’après Ellis (2003 : 8), pour créer un programme d’apprentissage significatif, il faut tenir compte du fait que le genre de projet et le choix du contenu sélectionnés dépendent du résultat (outcome) et de l’objectif (aim). En se focalisant sur le « quoi tester ? » (Ellis 2003 : 8 et Doucet 2001 : 19) de l’apprentissage, on peut établir un programme d’apprentissage à base de tâches, qui constitue la base d’une activité « meaning-focused ».

II.2.i. Macro-tâches

16Il est indispensable d’établir des macro-tâches pour que les apprenants puissent appliquer leurs connaissances de l’anglais juridique dans le domaine du travail juridique. Ces macro-tâches correspondent à des projets d’apprentissage grâce auxquels les apprenants ont la possibilité de mettre en pratique l’information qu’ils ont assimilée (Guichon : 54), par exemple, la terminologie juridique pour construire une tâche écrite ou orale (infra).

17L’objectif d’une macro-tâche est de rendre l’apprenant capable de s’exprimer facilement dans un contexte juridique – par exemple, assister à un débat ou à une conférence internationale – et de le préparer à écrire des rapports. Il faut trouver le bon matériel, qui est la base de la phase C de ma structure, et préparer les apprenants à lire et à écrire dans leur domaine d’études ou dans leur domaine professionnel, notamment en droit ou en fiscalité.

a) Matériel audiovisuel

18Bien que les apprenants n’aient pas l’obligation de simuler un procès dans sa globalité, je leur demande de préparer un genre de discussion juridique ou un débat, selon la procédure du tribunal. Il faut les mettre dans une situation réelle d’un pays anglophone, dont le plus proche est à plus de 1 000 kilomètres de distance. C’est pour cette raison que j’utilise des discussions sur des films anglo-saxons (infra) comme dispositifs d’apprentissage médiatisé, pour présenter aux apprenant un moyen de mieux comprendre les concepts du droit et de développer leurs compétences langagières. Pour assurer le respect des droits d’auteur, il faut demander aux apprenants de regarder les films en dehors de l’université. Cinq films en rapport avec le droit servent de support.

  • 11 Réalisé par Sidney Lumet et produit par Martin Ransohoff, États-Unis, 1993.
  • 12 « Attorney » dans le système juridique américain.

19Dans le roman policier Guilty as Sin11, un homme accusé d’avoir tué sa femme demande à une ambitieuse avocate12pénaliste de le défendre. La manipulation de son client amène celle-ci à douter de son innocence et elle tente de ne pas le défendre, mais le juge refuse d’accepter cette situation. C’est un exemple excellent de l’éthique en droit et de la relation privilégiée entre le client et le juriste, parce que le client raconte des histoires que l’avocate ne peut pas révéler pour raisons professionnelles.

  • Par écrit, les apprenants préparent un compte-rendu du point suivant : Pourquoi l’avocate risque-t-elle d’être interdite de pratiquer le droit ?

  • À l’oral, les apprenants simulent un jeu de rôle entre l’avocate et le juge en se demandant ce qu’ils feraient à la place de l’avocate ou du juge.

  • 13 Réalisé par Jonathan Demme, États-Unis, 1993.
  • 14 « Precedent », fondé sur le licenciement abusif et la discrimination, dans l’affaire Arline.

20Le point commun entre ce film et Philadelphia13 concerne les traumatismes psychologiques. En même temps les apprenants font la connaissance de termes tels que le licenciement abusif, « Law of Tort » (la responsabilité civile), et l’importance de la jurisprudence14 dans le Common Law.

  • Par écrit les apprenants préparent soit un rapport entre la situation juridique dans ce film et l’affaire Arline, soit un dossier pour défendre l’employé qui a été renvoyé.

  • Sur un formulaire, ils répondent à des questions générales, par exemple, comment le plaignant est-il présenté au public et à son avocat pour la première fois (voir Annexe I A) ? Quelle est la spécialité des deux juristes (le plaignant et son avocat) ? Quel est le titre de l’affaire au cours de laquelle ils font connaissance ? Quelles sont les raisons pour lesquelles le plaignant a pu déposer plainte contre l’entreprise et pourquoi l’avocat de la défense a-t-il accepté l’affaire ? Ensuite, il faut faire correspondre les noms des personnages du film aux professions dans le film.

  • À l’oral, les apprenants jouent un jeu de rôles (pairwork) en tant que plaignant ou défenseur, ou ils débattent en groupe d’une possibilité d’infraction au droit par l’entreprise quand elle a renvoyé le plaignant et de la raison pour laquelle l’avocat de la défense a essayé de prouver que les lésions du plaignant n’étaient pas visibles quand elles ont été exposées dans un miroir pendant le procès.

  • 15 Réalisé par Bruce Beresford et produit par Pierre Brosnan, États-Unis, 2003.

21Le rapport avec Evelyn15 est toujours l’importance du rôle de la jurisprudence (precedent) dans le système juridique du common law. Dans ce film, qui est fondé sur l’affaire de Doyle v Ireland, il n’y a pas de précédent, mais comme le dit un des juges : dans le common law, il ne s’agit pas seulement de suivre le precedent mais aussi de le créer.

  • 16 Ces maisons de redressement (« industrial schools »), créées en Angleterre au XIXe siècle, étaient (...)

22Un homme, Desmond Doyle, dont les enfants ont été placés en institution par l’État irlandais après que sa femme l’a quitté, est contrarié par la disposition arbitraire de la loi, la Family Law Act de 1941. En vertu de cette loi, en cas de décès ou de désertion d’un des époux, le parent ayant le droit de garde peut transférer son enfant dans une « école industrielle »16. Alors que la signature d’un seul parent suffit à l’inscription, celle des deux est requise pour retirer l’enfant de l’école. Ayant interprété la loi littéralement, le ministère de l’éducation a exercé son droit de maintenir les enfants en institution.

  • 17 Le but : aux fins de la loi (for the purpose of the law).

23Les apprenants ont appris que la décision de la Haute Cour est un exemple du positivisme juridique extrême, car, conformément au common law, le texte d’un « statut » est sacré. Les juges n’ont le droit ni de l’interpréter ni d’extrapoler17. Par conséquent, la décision des trois juges est fondée sur l’approche littérale (qui suit « the letter of the law »).

  • Par écrit, les étudiants doivent expliquer, dans un premier temps, les conséquences de l’interprétation littérale de la loi et, dans un deuxième temps, les conséquences du droit constitutionnel irlandais dans le film (voir Annexe I A).

  • À l’oral, ils jouent un jeu de rôles : avoué ou avocat, plaignant ou défendeur, avocat ou juge. En groupe, ils discutent des différences entre l’interprétation de deux systèmes juridiques.

  • 18 Réalisé par Andy Wolk, États-Unis, 1990.
  • 19 La procédure par laquelle les jurés sont sélectionnés, notamment aux États-Unis (voir petit lexique (...)

24Criminal Justice18, fondé sur une affaire de vol avec coups et blessures à Brooklyn N.Y., présente systématiquement aux spectateurs le système criminel aux États-Unis, du crime à la punition, en illustrant les négociations entre le juge et l’avocat de la défense pour réduire la gravité des charges (plea bargaining), ainsi que la sélection du jury par le système de « voir dire19 ».

  • Ayant appris l’ordre dans lequel se développe un procès (voir Annexe II), les apprenants doivent présenter, par écrit, l’ordre dans lequel apparaissent les représentants du droit, par exemple, le procureur, le juge et les avocats, ainsi que l’ordre de la procédure pénale (voir Annexe III).

  • À l’oral, ils jouent un jeu de rôles (avocat commis d’office, plaignant ou défenseur, avocat ou juge) ou bien, en groupe, les avocats d’une part, et les membres du jury, d’autre part.

  • 20 Ce documentaire sur une corporation, réalisé et produit par Alex Gibney, est fondé sur l’ouvrage de (...)

25Le lien avec le documentaire Enron : The Smartest Guys in the Room20 est basé sur le concept de la négociation de la réduction de peine, ce qui était le cas de Fastow dans l’histoire vraie d’Enron. Le film est un exemple excellent de crime industriel et de primauté de la justice, comme le fonctionnement du plea bargaining. Bien que le contenu soit trop complexe pour les groupes de niveau peu avancé, il est conseillé pour les apprenants en Master 2, en anglais fiscal ou en anglais juridique, en droit des affaires.

  • Par écrit, les apprenants doivent préparer un compte-rendu des anomalies fiscales de la comptabilité qui ont mené à la chute de l’entreprise.

  • À l’oral, ils préparent un jeu de rôles (Lay, Fastow ou Skilling, ou les avocats/juges dans le procès, ou le rôle de Fastow qui négocie la durée de son emprisonnement avec les autorités).

b) Autre Matériel

26Ayant étudié les branches du droit privé telles que la responsabilité civile (Tort), la propriété intellectuelle et la concurrence, les apprenants doivent rédiger une note de synthèse des scénarios basés sur les simulations (voir Annexe IV). D’autre part, pour maîtriser des articles ou des textes juridiques de haut niveau dans leur spécialité, les étudiants remplissent des questionnaires.

II.2.ii. Micro-tâches

27Les micro-tâches sont des exercices classiques pour aider ceux qui, par manque d’aptitude ou de compétences linguistiques, n’arrivent pas à accomplir des tâches exigeantes. Pour surmonter ces obstacles, j’ai créé un programme de lecture de thèmes spécifiques établis sur les concepts du droit. Pour les apprenants de niveau faible, il existe un English support programme grâce auquel ils ont la possibilité d’améliorer leurs compétences en L2. Ce programme s’appuie sur des devoirs supplémentaires et des projets autonomes : « Practice makes perfect ». Les apprenants le suivent pour améliorer leurs compétences en lecture et pour apprendre les définitions et phrases juridiques.

  • 21 Dans un texte donné.

28En déterminant les concepts du droit21, il faut préciser la portée des termes en anglais juridique dans un contexte international et fournir aux apprenants une vue d’ensemble sommaire et actuelle du droit dans un système juridique bien défini. On se focalise, par exemple, sur les articles de presse qui comprennent des concepts juridiques, pour en définir les termes. Dans l’article à propos d’un conflit concernant l’infraction à la propriété intellectuelle dans le cyberespace (voir annexe V), on trouve des concepts juridiques tels que : ruling, defamation, jurisdiction, amendment, appeals court, settled law, plaintiff, criminal law, lawsuits and libel. En même temps, à partir des suites de la décision de la cour dont on parle dans cet article, il existe une possibilité de traiter le principe de precedence (stare decisis), qui est un des principes du Common law.

29Pour les termes juridiques, il faut préparer quelques micro-tâches de vocabulaire, afin que les apprenants puissent reconnaître ces termes dans un contexte général. Dans les films, par exemple, les apprenants doivent définir des concepts tels que anti-trust, copyright, damages, restraining order, settlement, summons et wrongful termination (voir Annexe I B). Quand les apprenants sont familiarisés avec l’anglais juridique de base, on peut aborder les textes juridiques. Il faut garder à l’esprit qu’il ne leur est pas nécessairement demandé d’analyser les textes entièrement. Il s’agit plutôt de les aider à l’avenir à analyser des extraits d’un tel texte, dans leur profession juridique.

II.3. Évaluation finale

30Le programme annuel est de 30 heures par groupe (15 heures par semestre). Les étudiants commencent par une auto-évaluation avec le Portfolio Européen des Langues (PEL) ; suivent un questionnaire en anglais, des tâches et un contrôle. À la fin d’un semestre, les apprenants passent un partiel écrit dans lequel ils peuvent mettre en pratique ce qu’ils ont appris dans le programme. On exige d’eux de faire quelques tâches dont les principes sont similaires à ceux appliqués dans les cours : un traitement de texte obligatoire suivi du choix d’une parmi trois sections comprenant une formulation des définitions des principes juridiques, un précis ou un passage écrit d’un principe du droit et une rédaction concernant un sujet d’actualité ou de droit international. Une comparaison entre la première évaluation et les partiels permet de juger des acquis. Ce partiel est donc une combinaison d’un test « system-based » et « performance-referenced » (Ellis 2003 : 283) parce que, d’une part, il s’agit d’obtenir un aperçu des compétences linguistiques de l’apprenant, sans référence à une situation spécifique, d’autre part, c’est une évaluation de sa performance, de son habileté à mettre ces compétences en pratique dans un contexte professionnel.

  • 22 Augmentation de 2 points sur 20.
  • 23 Les plus faibles ≤10/20.
  • 24 Augmentation de ≤2 points sur 20.

31Après la première année (2005-06) j’ai fait les observations suivantes. Dans les groupes de droit privé, il y a eu amélioration22 de 50 % pour les apprenants de niveau le plus faible23. Par contre, l’amélioration dans le groupe de droit public était de 75 %24. Pour tous les groupes, il y a eu une bonne relation entre l’auto-évaluation européenne et la performance du premier semestre. La note du deuxième semestre a, en général, été meilleure que celle du premier semestre.

32L’année suivante (2006-07), bien que les groupes aient changé, il n’y pas eu de grandes différences entre les résultats des deux années. Pourtant cette année (2007-08), je me suis rendu compte que le portfolio n’est pas toujours fiable pour connaître le niveau des apprenants. Il a fallu ajouter des QCM grammaticaux pour mieux confirmer les résultats dans la Phase A (Murphy : 2005).

Conclusion

33Dans cet article, j’ai proposé une méthode d’enseignement intégrative pour établir un rapprochement entre l’enseignement d’une langue étrangère et celui d’une discipline spécifique et pointue. Ayant illustré les difficultés que les apprenants peuvent rencontrer dans un tel apprentissage, j’ai expliqué comment je mets ma structure à trois étapes en pratique pour les former à appliquer leurs connaissances d’anglais du droit dans le domaine du travail juridique.

34Il est évident que des groupes différents auront des résultats différents. C’est pour cette raison que je travaille par étapes en adaptant le programme selon les compétences d’un groupe. Ainsi, après avoir constaté le manque de fiabilité de l’auto-évaluation et avoir ajouté des QCM grammaticaux, j’ai proposé à ceux qui ont obtenu une note faible d’assister au English Support Programme (supra).

35J’envisage de développer et d’améliorer mon programme de macro-tâches et de micro-tâches de nouveau, surtout à l’aide de projets médiatisés dans un laboratoire multimédia. Prenant en compte qu’il ne faut pas confondre partiel et test international de langue, je vise à développer le système d’évaluation. Le premier est une épreuve destinée à mesurer les acquis de l’apprenant après un programme d’apprentissage pointu. Le dernier est une certification. D’un point de vue culturel, il est évident qu’il y a plusieurs types d’évaluation. Les francophones exigent un type d’évaluation visant à évaluer la compétence de communication en langue professionnelle en prenant en compte la totalité de l’acte de langage, par exemple, le Diplôme de Compétence en Langue (DCL). Du côté anglophone, en revanche, les tests du type TOEIC ou TOEFL correspondent à une vérification des connaissances de l’apprenant, évaluées par un test de type QCM ou de réponses vrai/faux. Par conséquent, il convient de trouver le juste milieu pour préparer les étudiants à se distinguer dans le domaine du travail juridique.

Petit lexique de droit.

Private Finance Initiative (PFI)

Le partenariat public-privé (PPP) est un mode de financement par lequel le secteur public fait appel au secteur privé pour financer et gérer un projet contribuant au service public

Law of Tort

La responsabilité civile

Jurisprudence

Dans le système juridique du Common Law, il s’agit de l’ensemble des décisions juridiques (des jugements et des arrêts) par les Hautes Cours nationales, conformément à règle du précédent.

Common Law

Le droit coutumier est un système juridique, d’origine anglaise qui est fondé sur la jurisprudence.

Ruling

Décision juridique (jugement) de la cour

Defamation

Une imputation d’un fait qui porte atteinte à la bonne réputation d’une personne.

Jurisdiction

La compétence territoriale d’un tribunal.

Amendment

Une modification apportée à une loi.

Appeals court

La Cour d’appel

Settled law

Le droit complémentaire au Common Law, mais sur lequel prévaut le droit statutaire.

Plaintiff

Le plaignant.

Criminal law

Le droit pénal (criminel) qui est un ensemble des règles de droit ayant pour but la sanction des infractions.

Lawsuit

Procès ; difficulté de fait soumise à l’examen d’un juge.

Libel

La diffamation par écrit

Precedence (stare decisis)

Adhérer aux jugements précédents des Hautes cours. La maxime latine signifie decisis de regard fixe ; c’est-à-dire rester sur la décision.

Anti-trust

Le droit de la concurrence est un ensemble des règles juridiques pour la conservation du libre jeu de la concurrence et abattre les monopoles.

Copyright

Droit d’auteur, qui est la prérogative attribuée à l’auteur d’une œuvre de l’esprit.

Damages

Dommages et intérêts, qui est une somme d’argent compensatoire du dommage subi par une personne en raison de la négligence.

Restraining order

Une injonction, qui est un ordre de faire adressé par un juge à une personne publique.

Settlement

Un arrangement amiable pour cesser les poursuites et éviter le tribunal.

Summons

Une citation par laquelle on somme une personne ou un témoin de comparaître devant un tribunal.

Wrongful termination

Licenciement abusif

Pro bono

Représenter les droits d’une personne défavorisée gratuitement devant le tribunal.

Landmark

Une décision juridique importante qui établit un précédent ou la nouvelle jurisprudence concernant une question juridique particulière.

Habeas corpus

Le droit de toute personne emprisonnée d’être présentée à un juge pour qu’il statue sur la validité de l’arrestation.

Estoppel

Objection péremptoire qui s’oppose à ce qu’un État partie à un procès puisse contredire une position qu’il a prise antérieurement.

District Attorney

Le procureur de la République

Court clerk

La personne qui exerce les fonctions de greffier auprès d’un tribunal.

Plea bargaining

Négocier une réduite de la sentence.

Voir dire

La procédure par laquelle les jurés sont sélectionnés, notamment aux États-Unis.

Haut de page

Bibliographie

Apelbaum, R. 2004. « Les PPP et le développement du droit public français à l’étranger ». L’Actualité Juridique, Droit Administratif AJDA, 27 septembre 2004 : 1759-1766.

Azam-Pradeilles, A. 2001. « Le Choix de l’anglais comme langue de travail de l’administration publique par les pays candidats à l’Union européenne : un défi pédagogique et politique à relever ». ASp, la revue du GERAS – Mélanges en l’honneur de Michel Perrin : 15-22.

Conseil de l’Europe. 2001. Cadre européen commun de références pour les langues. Apprendre. Enseigner. Évaluer. http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/CADRE_FR.asp.

Doucet, P. 2001. « Pour un test utile ». ASp, la revue du GERAS, 34 : 13-33.

Ellis, R. 2003. Task-based Language Learning and teaching. Oxford : OUP.

Gajo, L. 2005. « L’enseignant en section bilingue : un nouvel enseignant ? ». Rencontres de l’enseignement bilingue francophone en Europe. Prague, novembre 2005.

Graddol, D. 2005. « Spoken everywhere, but at what cost ». Learning English, The Guardian Weekly, 8 April 2005 : 1-8.

Greenstein, R. 2002. « Language Acquisition, Language Diversity and the Borderless University ». Université Paris I (Panthéon-Sorbonne), Europaeum Conference, 27-28 September 2002.

Guichon, N. 2006. Langues et TICE. Méthodologie de conception multimédia. Paris : Ophrys. 2006.

Lange, G. 2000. « TIE-CLIL Newsletter ». http://www.tieclil.org/html/products/newsletter/newsletter_F.html.

Murphy, R. 2005. English Grammar in Use, Third Edition. Cambridge : Cambridge University Press.

Narcy-Combes, J.-P. 1990. Apprendre une langue étrangère. Paris : Ophrys.

Narcy-Combes, J.-P. 2005. Didactique des Langues et TIC : Vers une recherche-action responsable. Paris : Ophrys.

Smith, K, Dr. 2005. « Learning English or Learning in English : will we have a choice ? ». Guardian Weekly, 21 June 2005 : 1-3.

Wolff, D. 2003. « Integrating language and content in the language classroom : Are transfer of knowledge and of the language ensured ? ». ASp, la revue du GERAS, 41/42 : 35-46.

Haut de page

Annexe

Annexe I

A. Les macro-tâches écrites :

1. Philadelphia
1.1. Summarise the opening statement of
1.1.i Counsel for the plaintiff
1.1.ii Counsel for the defendant
1.2.i. Do you think that this was a fair statement or not ; that it was true ?
1.2.ii. Do you agree with Counsel Miller that the company were breaking the law when they fired Beckett ?
1.2.iii. Why did the Counsel for the defendant try to prove that Beckett’s lesions could not be seen (mirror) ?

2. Evelyn
2.1. Explain in five (5) sentences why “ruling in favour of the plaintiff would change future legislation” regarding similar cases.
2.2. Why could Mr. Beattie not defend Mr Doyle in a higher court ?
2.3. Why did the judges of the high court not rule in favour of the plaintiff ?

B. Les micro-tâches écrites : vocabulaire de spécialité

Les apprenants doivent définir les concepts juridiques, par exemple : anti-trust, copyright, damages, restraining order, settlement, summons et wrongful termination, dans Philadelphia, pro bono, landmark, habeas corpus et estoppel, dans Evelyn et District Attorney, court clerk et plea bargaining, dans Criminal Justice.

Annexe II. How does a case usually start ?25

Reshuffle the following sentences in order to describe the logical order of events

1. The trial begins with an opening statement from the plaintiff, during which he will present his testimony and other evidence in support of his case.
2. The parties will appear before the judge to report on the status of the case.
3. The trial is called before a jury or before a single judge.
4. The plaintiff files a summons and a complaint with the clerk of the court.
5. The summons and complaint will be served personally on the defendant by a bailiff or a « process server ».
6. The defendant’s attorney will file an appearance on behalf of the defendant, unless he denies that the court has personal jurisdiction.
7. The parties will engage in a period of producing documents and other evidence.
8. The defendant will provide responsive pleading to the plaintiff’s complaint.
9. When the plaintiff has finished presenting his case, the defence will present his own testimony and evidence.
10. After both sides have made their closing arguments and the members of the jury have reached a verdict, the judge will enter a judgement based thereupon. The losing side may decide to appeal to a higher court.

Annexe III. Criminal Justice - Order of appearance26

Court clerk27 introduces the case, then the judge, then the counsels for the prosecution28 and the defence29, the accused, and, as they are called by the two adversaries, swears in the witnesses.
The Prosecution (district attorney, deputy attorney general) brings in the prosecution witnesses one by one and examines each to substantiate the people’s claims30.
The Defence cross-examines prosecution witnesses if it so chooses and tries to undermine their testimony.
When both sides have finished examining or cross-examining a witness, the judge tells him or her that he or she may step down from the witness stand31.
The Defence presents its case. The lawyers bring in their witnesses and the accused, if it is deemed wise to put the accused on the stand.
The Prosecution cross-examines any of the witnesses of the Defence that it chooses.
The two adversaries present their closing arguments32 in the case, the defence presenting its side last.
The Judge instructs the jury on technical, legal matters and sends them out to deliberate and return a verdict.
The jurors, after deliberation behind closed doors, return their verdict.
The Judge pronounces sentence33.

Annexe IV

During the past month we have dealt with the legal terminology and vocabulary in three different areas of the law : Tort law (product liability) Law of Competition (Antitrust) and the protection of copyright, Intellectual Property Law.

First of all say which of the above areas of the law covers the scenario, which you have chosen.
Then decide whether the plaintiff had any right to sue and on which grounds.
Conclusion : Would you have accepted the plaintiff or the defendant as a client ? Would you appeal if you were not satisfied with the ruling ?

a. Mrs. Fay O’ Feu, who smoked 60 cigarettes a day for 40 years, sued an American tobacco company for damages when she discovered that she had lung cancer. She complained that the company had provided insufficient information about the health risks of smoking.
b. In 1990, Mr Flam Boyante bought a painting by a famous 20th century French artist. It was rather colourful with light shades of green. Ten years later, Mr Boyante decided to sell the painting to an American art collector, but before doing so, he changed the green to a darker shade. The French artist sued Mr Boyante for violating his right to maintain the integrity of his work.
c. Ms Will O’ Wisp, an eighty-year old lady, who was a famous professional ballet dancer, sued a well-known pharmaceutical company for the weakening of her muscles after having used one of the company’s products for 15 years.
d. An American television set producer sued 21 Japanese makers of consumer electronic products (CEP’s), alleging that these Japanese companies illegally acted together to drive the American producers out of the television manufacturing business. The Americans alleged :
- that the Japanese firms asked artificially high prices for television sets in Japan, which decreased demand there and increased exports ;
- that they priced their TVs below cost in the US market, with the purpose of driving the US manufacturers out of business ;
- that once the Japanese firms got monopoly power, they would increase the prices on their products.
This pricing, if proved, would violate §1 of the Sherman Act. The American company sued the Japanese company.

Annexe V

Un extrait de « A Jurisdictional Tangle », dans The Economist du 10 décembre 2002

A ruling by Australia’s high court […] in a […] libel case, […] would set an important precedent which could make all Internet publishers open to lawsuits in any of the 190 countries where the Internet can be accessed.
The Australian high court has now confirmed the earlier ruling. […] This is just the latest in a string of cases in which courts worldwide have struggled to cope with the question of who has jurisdiction in the borderless domain of cyberspace. These have involved not just defamation, but criminal law as well. The most celebrated has been a case brought against Yahoo !, […] It has won its case in an American federal court on the grounds of America’s first amendment free-speech protections, but French civil-rights campaigners have appealed, and the case [was] heard by a federal appeals court. […]
Settled law in most countries has long allowed defamation suits to be brought against publishers wherever their publication is circulated, irrespective of where they based their operations or did their printing. For example, Britain, where libel laws have long favoured the plaintiff, has always been a favourite forum for such suits. […]
(December 2002, The Economist)

Haut de page

Notes

1 Le Cadre européen commun de références pour les langues. Apprendre. Enseigner. Évaluer, ainsi que le Portfolio.

2 « Le Choix de l’anglais comme langue de travail de l’administration publique par les pays candidats à l’Union européenne : un défi pédagogique et politique à relever. »

3 Raphaël Apelbaum est avocat à la Cour/au Barreau de Paris et également Conseiller juridique auprès des Nations Unies, UNOPS, New York.

4 Le projet TIE-CLIL vise premièrement à développer des programmes de formation initiale et continue CLIL basés sur la connaissance de ce terrain, et destinés aux professeurs de langue étrangère, comme aux professeurs de disciplines non linguistiques. Deuxièmement, il a pour but de diffuser des informations sur l’état actuel de la théorie et de la pratique (Gisela Lange, Coordinatrice du Projet).

5 Cependant, on trouve en France de nombreux exemples de cette pratique destinés à « économiser » sur l’enseignement en langues.

6 Lors de sa conférence plénière au 26e Colloque du GERAS 2005, Alice Coda-Irurueta, juriste-linguiste à la Cour de Justice de l’Union européenne a fait une réflexion sur la complexité de la traduction juridique, notamment à cause du multilinguisme et sur la demande croissante de traductions.

7 Par rapport aux disciplines de soft core, comme l’art ou la musique, selon Gillian Rosner, Directrice et professeur de langues au CERAM, Sophia-Antipolis, Nice, où les professeurs de langues travaillent en collaboration avec les spécialistes.

8 C’est une épreuve de diagnostic de langue selon le Portfolio Européen des langues qui s’appuie sur le Cadre Commun Européen de référence pour les langues. Ce dernier fournit non seulement un barème pour l’évaluation de la « compétence générale » dans une langue donnée, mais aussi une analyse de l’utilisation de la langue et des compétences langagières. Cette analyse facilitera, pour les praticiens, la définition des objectifs et la description des niveaux atteints dans toutes les capacités possibles, en fonction des besoins variés, des caractéristiques et des ressources des apprenants.

9 Ce questionnaire est similaire à celui de Cambridge, qui fournit des informations utiles notamment pour assurer les pré-requis de la formation en L2.

10 Il s’agit de l’anglais non spécifique.

11 Réalisé par Sidney Lumet et produit par Martin Ransohoff, États-Unis, 1993.

12 « Attorney » dans le système juridique américain.

13 Réalisé par Jonathan Demme, États-Unis, 1993.

14 « Precedent », fondé sur le licenciement abusif et la discrimination, dans l’affaire Arline.

15 Réalisé par Bruce Beresford et produit par Pierre Brosnan, États-Unis, 2003.

16 Ces maisons de redressement (« industrial schools »), créées en Angleterre au XIXe siècle, étaient destinées à éduquer mais aussi loger et nourrir les enfants abandonnés. Elles ont été institutionnalisées par le Children Act de 1908.

17 Le but : aux fins de la loi (for the purpose of the law).

18 Réalisé par Andy Wolk, États-Unis, 1990.

19 La procédure par laquelle les jurés sont sélectionnés, notamment aux États-Unis (voir petit lexique).

20 Ce documentaire sur une corporation, réalisé et produit par Alex Gibney, est fondé sur l’ouvrage de Bethany McLean et Peter Elkind, The Smartest Guys in the Room : The Amazing Rise and Scandalous Fall of Enron. Il présente l’histoire vraie du scandale du géant de l’énergie, Enron, aux États-Unis en 2005.

21 Dans un texte donné.

22 Augmentation de 2 points sur 20.

23 Les plus faibles ≤10/20.

24 Augmentation de ≤2 points sur 20.

25 Wojcik, M. E. 1998. « How does a case usually start ? ». Introduction to Legal English : An Introduction to Legal Terminology, Reasoning, and Writing in Plain English. The John Marshall Law School, Chicago, Illinois, International Law Institute, Washington, D.C.

26 D’après un cours de Jacquie Berben-Masi, MCF, UFR-Droit, Nice, qui est adapté à l’enseignement de l’anglais juridique aux apprenants du droit en Master 1.

27 Greffier

28 Procureur

29 Avocat de la défense

30 Demandes/réclamations

31 Barre des témoins

32 Closing address (U.K.) = plaidoirie de clôture

33 Rendre jugement

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Liebenberg, « Comment allier l’enseignement d’une langue étrangère à celui d’une discipline spécifique et pointue », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVII N° 2 | 2008, 125-141.

Référence électronique

Elsa Liebenberg, « Comment allier l’enseignement d’une langue étrangère à celui d’une discipline spécifique et pointue », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVII N° 2 | 2008, mis en ligne le 19 août 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/1445 ; DOI : 10.4000/apliut.1445

Haut de page

Auteur

Elsa Liebenberg

Elsa Liebenberg est professeur contractuel à l’Université de Nice. Diplômée en Master of Business Administration et en droit, elle assure des cours d’anglais de spécialité (anglais juridique et anglais fiscal) à la Faculté de droit. Elle fait de la recherche en didactique en établissant un rapprochement entre l’enseignement de l’anglais par un anglophone et les notions du droit.
eliebenberg@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page