Navigation – Plan du site
Articles

La langue de spécialité au service de la civilisation en LEA : « Wall Street and the Making of America : 1792-2000 »

Understanding civilization thanks to ESP : “Wall Street and the Making of America : 1792-2000”
Michel Van der Yeught
p. 51-59

Résumés

Les sections LEA proposent un enseignement de langues appliquées à des activités professionnelles et comportent de nombreux modules de civilisation. Cet article examine à quelles conditions les langues de spécialité peuvent donner accès à la civilisation d’un pays et donc se prêter à des travaux de recherche et d’enseignement en civilisation adaptés au LEA. Une définition de la civilisation dans le cadre des enseignements de langue est préalablement proposée. Elle est suivie de trois règles de pertinence qui déterminent les conditions épistémologiques et pédagogiques pour qu’une intersection « langue de spécialité-civilisation » se révèle pertinente et fructueuse pour le LEA. Le compte rendu d’une expérience d’enseignement est ensuite présenté. À partir de la langue de spécialité de la bourse, un cours de civilisation américaine a été élaboré en LEA sur la thématique Wall Street and the Making of America. L’article montre comment les règles de pertinence adoptées ont été respectées, souligne la valeur et la richesse de l’intersection « Wall Street-civilisation américaine » et conclut que les langues de spécialité peuvent donner accès à des travaux en civilisation si les trois conditions proposées sont observées.

Haut de page

Texte intégral

6

Introduction

1L’objectif des formations LEA est d’enseigner des compétences linguistiques qui puissent être appliquées à des activités professionnelles. Leurs programmes comportent de nombreux modules de civilisation dont on peut également se demander s’ils doivent être « appliqués ». Dans cette perspective, il est intéressant de s’interroger sur le rôle que les langues de spécialité pourraient jouer afin de proposer aux filières LEA une approche de la civilisation qui réponde à leurs exigences spécifiques de professionnalisation.

2Dans le contexte de ces journées d’études consacrées aux convergences et aux divergences entre LEA et le secteur LANSAD, la question « Quelle civilisation pour LEA ? » pourrait donc être, à mon avis, reformulée comme suit : « Les langues de spécialité sont-elles porteuses de civilisation et peuvent-elles constituer un point de départ pertinent pour la recherche et l’enseignement dans le cadre du LEA ? ».

3Je tenterai de répondre à cette question de façon théorique puis de façon pratique. D’abord, en examinant à quelles conditions les langues de spécialité peuvent être porteuses d’éléments de civilisation susceptibles d’intéresser le LEA. Ensuite, en présentant l’exemple d’un cours de civilisation « appliquée » construit à partir d’un domaine de l’anglais de spécialité. Cet enseignement a figuré pendant six ans au programme de la maîtrise LEA de l’université du Sud Toulon-Var avant la réforme LMD.

1. Approche théorique de la question

4Il me paraît impossible de répondre à la question sans poser préalablement une définition des termes en présence. En ce qui concerne les langues de spécialité, le GERAS, le Groupe de Recherche et d’Enseignement en Anglais de Spécialité, a proposé en 2002, par la voix de son président, Michel Petit, la définition suivante : « L’anglais de spécialité est la branche de l’anglistique qui traite de la langue, du discours et de la culture des communautés professionnelles et groupes sociaux spécialisés anglophones et de l’enseignement de cet objet » (Petit 2002 : 2-3).

5En ce qui concerne la civilisation, en revanche, il n’existe pas à ma connaissance de définition de ce domaine, ni de la discipline qui l’étudie, dans le contexte spécifique des enseignements de langue. Cette absence explique en grande partie le malaise épistémologique et pédagogique des linguistes spécialistes de civilisation qui craignent de travailler sur ce qui n’existe pas (Guerlain 2000 : 29 ; Debouzy 2000 ; Rossignol 2000 : 13-14 ; Leydier 2004 : 7-16). Il me semble pourtant nécessaire de réfléchir à partir d’une définition minimale de la civilisation telle que nous la concevons dans le cadre de notre pratique de linguistes, quitte à l’améliorer ensuite par nos efforts communs.

6Je propose donc la définition suivante et je tenterai ensuite de la justifier : la civilisation d’une nation est la partie de son expérience qui lui donne une identité durable et distincte de celles des autres. C’est plus particulièrement ce qui, dans son passé, contribue à éclairer son présent. En tant que discipline, la civilisation est l’étude de cet objet.

7Je justifie cette définition comme suit. Je choisis de placer notre étude de la civilisation dans le cadre de la nation parce que l’expérience déjà accumulée en la matière et les cadres institutionnels de notre fonctionnement tendent à retenir l’État-nation comme l’aire la plus clairement identifiable où peuvent se développer les phénomènes de civilisation qui nous intéressent : nous parlons ainsi de civilisation britannique ou américaine. Il est à remarquer toutefois que le terme nation ne fait pas obstacle à l’étude d’entités telles que l’Écosse ou le pays de Galles puisque certains États comportent plusieurs nations ainsi que plusieurs langues. Le terme nation me paraît également se justifier dans le cadre de nos pratiques afin de nous démarquer de nos collègues ethnologues et anthropologues qui traitent d’aires de civilisation beaucoup plus larges et souvent multinationales. Ils étudient par exemple la civilisation du riz, celle du renne, celle de l’arc ou celle du fer. Ces vastes ensembles sont identifiés par des traits caractéristiques qui me semblent inadaptés à nos travaux (Godelier 1977 : 12-13).

8De plus, je choisis comme critère civilisationnel d’un phénomène sa contribution à l’identité durable et distincte de la nation parce qu’il me semble qu’au fond de toute démarche de civilisationniste se trouve le souci de cerner au mieux le propre d’une nation et tout particulièrement sa capacité à se différencier des autres. Par ailleurs, l’adjectif « durable » et la référence à l’expérience passée susceptible d’éclairer le présent répondent à mon souci de différencier l’étude de la civilisation des cultural studies et des social studies qui me paraissent avoir une vocation plus contemporaine. Ces éléments de définition consacrent également le poids institutionnel de l’histoire dans notre travail de civilisationnistes : l’histoire des idées ou l’histoire des institutions, par exemple (Guerlain 2000 : 30-34 ; Leydier 2004 : 10-11). En revanche, le va-et-vient entre le passé et le présent me paraît être l’un des traits spécifiques de la démarche civilisationniste car elle ne s’intéresse pas au passé en tant que tel, mais en tant qu’héritage vivant et signifiant au présent (Godelier 1977 : 12). Dans le cadre de ces limites, la définition accueille une infinité de phénomènes sociaux, culturels, institutionnels et linguistiques et elle accepte que, dans les perspectives retenues, ils soient facteurs de civilisation et objets d’étude en tant que tels.

9Ces définitions posées, j’examine à présent dans quelles conditions les langues de spécialité peuvent être porteuses de civilisation et pertinentes pour son étude. J’observe d’abord que la définition proposée par Michel Petit comporte le mot culture, mot fréquemment employé comme synonyme de civilisation. Par ailleurs, Ferdinand de Saussure dans son Cours de linguistique générale établit un lien intéressant entre civilisation et langue de spécialité. Il remarque en effet qu’« un degré de civilisation avancé favorise le développement de certaines langues spéciales (langues juridiques, terminologie scientifique, etc.) » (Saussure 1975 : 41).

10Ces signes encourageants sont cependant insuffisants car une culture professionnelle, aussi riche soit-elle, ne peut a priori être porteuse de civilisation. Par ailleurs, Saussure observe que les « langues spéciales » sont la conséquence d’un niveau avancé de civilisation mais il ne dit pas qu’elles peuvent en être la cause, ce que nous devons démontrer ici. Nous pouvons sans doute convenir que toute activité professionnelle participe d’une certaine manière à construire la civilisation d’une nation. Mais d’après la définition que j’ai retenue, il nous faut également expliquer qu’elle contribue sur le long terme à lui donner une identité durable et distincte. Afin de décider si oui ou non un domaine de spécialité est porteur de civilisation, je propose deux règles d’évaluation que l’on pourrait nommer règles de pertinence.

11La première règle est la suivante : la valeur civilisationnelle d’un domaine de spécialité et de sa langue est inversement proportionnelle à leur universalité. En d’autres termes, les domaines professionnels qui font appel à des techniques universellement pratiquées, à des sciences exactes et à des terminologies symétriques d’une langue à l’autre, me semblent a priori peu porteurs de la civilisation d’un groupe national. En effet, les langues spécialisées fondées sur des lexiques de type wüsterien dont les termes sont à la fois totalement arbitraires et universellement univoques ont été expressément conçues pour fonctionner synchroniquement, en dehors des contingences de l’histoire (Setti 2000 : 148). Par conséquent, plus un domaine de spécialité et sa langue ont une vocation universelle et donc nationalement indifférenciée moins ils sont pertinents pour accéder à la civilisation d’une nation particulière puisque celle-ci émane, d’après notre définition, d’une expérience historique. En revanche, plus un domaine de spécialité est marqué par l’histoire de son aire géographique nationale, plus il est porteur de civilisation.

12Par exemple, bien que la langue de l’informatique représente au sein de l’anglais de spécialité un domaine très important, celui-ci me paraît peu porteur de civilisation dans sa dimension purement technique. En revanche dans sa dimension socio-historique, bon nombre de ses développements peuvent illustrer d’importantes facettes de la civilisation américaine (la Silicon Valley ou le développement de l’Internet par exemple). De même, l’économie formelle, qui conçoit des modèles mathématisables dont la validité ne dépend ni de l’époque ni du lieu où ils sont appliqués, n’exprime aucune civilisation particulière. En revanche, l’histoire économique est une source féconde de substance civilisationnelle (Saussure 1975 : 114-115).

13La deuxième règle de pertinence que je propose est la suivante : la valeur civilisationnelle d’un domaine de spécialité et de sa langue est proportionnelle à leur rôle dans l’expérience de la nation. En d’autres termes, pour être porteur de civilisation, le domaine de spécialité et sa langue doivent rayonner bien au-delà de leur communauté professionnelle et contribuer de façon significative à l’expérience de la nation. Plus l’intersection entre domaine de spécialité et l’expérience nationale est importante, plus le domaine est porteur de civilisation et plus son étude est pertinente dans ce cadre.

14Par exemple, dans son ouvrage The Bakers of Paris and the Bread Question (1996), l’universitaire américain, Steve Kaplan, étudie le rôle joué par les boulangers et le pain sous Louis XV. Il montre combien ce métier et son produit ont durablement marqué l’expérience de la nation française au point de participer à la plupart des grands événements de son histoire. À partir d’une communauté professionnelle, les boulangers, qui a largement rayonné au-delà d’elle-même, cet historien révèle une facette importante de la civilisation française. Une démarche de même type peut être entreprise à partir d’une langue de spécialité si cette deuxième règle de pertinence est respectée.

15Aux deux règles déjà proposées, nous pouvons en rajouter une troisième concernant particulièrement le LEA : le domaine de spécialité choisi comme voie d’accès à une civilisation doit correspondre à un champ d’application de la langue étrangère en LEA : droit, langue des affaires, traduction spécialisée...

16Le but recherché est évidemment d’enrichir l’application professionnelle des filières LEA en tirant avantage d’une transversalité bien maîtrisée. Le morcellement des connaissances est dommageable à maints égards et de multiples entreprises, notamment la mise en regard LANSAD/LEA de ces journées d’études, tentent de retrouver l’homogénéité du savoir et les correspondances qui le traversent. En rapprochant civilisation et langue de spécialité, la démarche entrelace deux maillages signifiants, différents mais complémentaires : l’un vaste et englobant, la civilisation ; l’autre plus étroit et plus spécialisé, la langue professionnelle. L’objectif est de situer un même phénomène de civilisation sur ces deux réseaux afin que leurs logiques croisées en densifient le sens et en expriment la richesse prégnante. Dans un article récent consacré aux moyens d’éviter l’« atomisation » des enseignements, notre collègue de Paris-IV, Jacques Carré, utilise l’expression « mise en résonance ». Afin de redonner sa cohérence au savoir, il appelle de ses vœux une « mise en résonance de la littérature, de la civilisation et de la traduction » (Carré 2004 : 126 et 128). Cette expression traduit bien mon propos et dans les conditions exposées ci-dessus, j’y ajouterai volontiers les langues de spécialité. En effet, quand d’un côté je regarde Liar Liar (1997), un film comique contemporain dans lequel Jim Carey joue le rôle d’un avocat qui ne peut plus mentir, et quand, par ailleurs, je lis dans le Poor Richard’s Almanack de Benjamin Franklin « A country man between two lawyers, is like a fish between two cats », je perçois dans ces deux images du lawyer américain le type même de ces résonances signifiantes qui traversent les siècles et qui signalent les caractéristiques durables d’un groupe national. Un spécialiste de l’anglais juridique serait donc bien placé pour approfondir cette résonance et pour étudier la représentation des hommes de loi en Amérique, des origines à nos jours. Il respecterait à la lettre nos trois règles de pertinence et réaliserait ainsi un travail de civilisationniste parfaitement adapté aux exigences professionnalisantes des filières LEA appliquées au droit.

2. Réponse pratique : compte rendu d’une expérience pédagogique

17En anglais de spécialité, mon champ de recherche est l’anglais de la bourse, particulièrement dans le contexte américain. Il y a quelques années, j’ai souhaité construire un cours de civilisation de maîtrise LEA option anglais des affaires à partir de ce domaine. La première règle de pertinence me dissuadait de construire mon enseignement sur la partie technicienne de l’anglais de la bourse puisque son internationalisation réduit à rien sa valeur civilisationnelle. En revanche, le phénomène socio-économique de Wall Street envisagé dans une perspective historique pouvait constituer une voie d’accès originale et prometteuse à la civilisation américaine. J’ai donc proposé comme thématique Wall Street and the Making of America et elle fut acceptée par les responsables de la filière.

18La deuxième règle de pertinence impose que le domaine de spécialité rayonne largement au-delà de sa communauté professionnelle et participe à l’identité du groupe national. Cette exigence est plus que satisfaite dans le cas de Wall Street. Non seulement le quartier financier et la Bourse de New York sont emblématiques de l’image des États-Unis, mais la rue elle-même est au cœur de l’histoire américaine depuis la présence des Hollandais à Manhattan au XVIIe siècle. L’intersection Wall Street-Amérique est riche et durable. La communauté boursière de New York a efficacement financé toutes les entreprises qui ont bâti le pays : les canaux, les chemins de fer, les mines, les trusts pétroliers et sidérurgiques, l’automobile, l’aéronautique, l’informatique. En période de conflit, Wall Street a aidé toutes les administrations à financer l’effort militaire du pays. En se développant, Wall Street a imprégné la culture américaine de ses grands hommes : des héros comme le banquier John Pierpont Morgan ou des anti-héros comme les Robber Barons, les « Barons Voleurs » de sinistre mémoire. Sa langue, qui nomme les optimistes bulls et les pessimistes bears, imprime chaque jour davantage sa marque sur le lexique quotidien et les deux animaux mascottes de Wall Street font régulièrement la une des journaux en cas de bulle spéculative ou de crise boursière. Jadis à la remorque d’une jeune nation en pleine expansion, Wall Street a acquis sa propre dynamique au point que sa logique économique bouscule désormais le pays : pour le meilleur quand elle contribue à la prospérité générale, et pour le pire lorsque ses excès spéculatifs en ruinent l’économie comme lors du krach de 1929. Enfin, Wall Street est devenue un authentique phénomène de civilisation parce qu’elle a envahi le quotidien puis l’imaginaire de millions d’Américains. La récente bulle Internet, que mes étudiants ont pu observer en temps réel, a illustré à merveille la continuité du rêve spéculatif américain tel qu’il s’est épanoui pendant l’Âge doré, les Roaring Twenties et les années 1980. Au fur et à mesure que se déroulait notre programme, le passé illuminait davantage le présent et leur conjonction peignait un portrait durable de l’Amérique, c’est-à-dire qu’elle contribuait par le truchement de Wall Street à en comprendre la civilisation particulière.

19Ce portrait a également été enrichi par la FASP de Wall Street. La FASP, ou Fiction à Substrat Professionnel, est une approche de la langue de spécialité initiée par Michel Petit en 1999 et largement adoptée depuis par les membres du GERAS (Petit 1999 et 2005). De nombreuses œuvres de fiction sont inspirées par certains milieux professionnels et sont porteuses de leur culture et de leur langue spécialisée. Leur étude constitue une voie d’accès privilégiée à ces communautés professionnelles. Depuis le début du XXe siècle, Wall Street suscite une FASP romanesque abondante parfois appelée Wall Street novel (Westbrook 1980 : 5-15). Mon cours de civilisation a profité de cette abondante production culturelle pour accorder une large place à une FASP cinématographique de qualité, le film Wall Street d’Oliver Stone tourné en 1986. Non seulement ce long métrage propose une excellente initiation au monde professionnel de la bourse de New York et à son lexique, mais il montre également les représentations sociales contradictoires que Wall Street suscite parmi les différentes couches sociales américaines et dans leur imaginaire. J’ai mis en évidence dans un autre article toutes les résonances historiques et linguistiques que ce film recèle et qui en font à la fois un magnifique document d’anglais de spécialité et de civilisation américaine (Van der Yeught 2004 : 33-37). Il est certain que les FASP sont tout autant porteuses de technique professionnelle que de culture et de symboles. Il est certain qu’un riche corpus de FASP accroît significativement la légitimité d’un domaine de spécialité comme voie d’accès à une civilisation donnée.

Conclusion

20Il me semble, en conclusion, que ce cours de civilisation américaine servi par Wall Street a permis à des étudiants de LEA de découvrir à la fois la civilisation des États-Unis et de s’initier à un milieu professionnel important pour l’anglais des affaires. Les deux univers signifiants se sont éclairés mutuellement, comme par fertilisation croisée, et la résultante explicative y a gagné en densité et en cohérence. À la question « Quelle civilisation pour LEA ? », je réponds donc qu’une synergie LEA/LANSAD peut présenter des solutions séduisantes si certaines conditions épistémologiques sont respectées. Les domaines et les langues spécialisées, particulièrement ceux qui s’inscrivent dans une logique historique et qui sont riches en FASP, peuvent être vecteurs de civilisation et fort pertinents pour son étude.

Haut de page

Bibliographie

Carré, J. 2004. « Le champ angliciste et l’histoire culturelle ». In Leydier, G. (éd.). La civilisation : objet, enjeux, méthodes, collection « Babel », 9. Toulon : Université du Sud, Faculté des Lettres et Sciences Humaines : 121-131.

Debouzy, M. 2000. « Introduction : les études de civilisation en débat ». Revue française d’études américaines, n° 83, janvier 2000 : 3-12.

Franklin, B. 1980. Poor Richard’s Almanack., Mount Vernon, New York : Peter Pauper Press.

Godelier, M. 1977. « Sur la notion de civilisation ». Revue française d’études américaines, n° 3, avril 1977 : 11-25.

Guerlain, P. 2000. « Malaise dans la civilisation ? Les études américaines en France ». Revue française d’études américaines, n° 83, janvier 2000 : 28-46.

Kaplan, S. L. 1996. The Bakers of Paris and the Bread Question. Durham, North Carolina : Duke University Press.

Leydier, G. 2004. « Introduction : the Jack of all trades, the master of one ». In Leydier, G. (éd.). La civilisation : objet, enjeux, méthodes, collection « Babel », 9. Toulon : Université du Sud, Faculté des Lettres et Sciences Humaines : 7-20.

Petit, M. 1999. « La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité ». ASp, 23/26 : 57-81.

Petit, M. 2002. « Éditorial ». ASp, 35/36 : 1-3.

Petit, M. (dir.). 2004 « Quelques réflexions sur la fiction à substrat professionnel : du général au particulier ». Aspects de la fiction à substrat professionnel, Travaux 20.25 ASp/Ddl, Bordeaux : Université Victor Ségalen Bordeaux 2 : 3-23.

Rossignol, M.-J. 2000. « Quelle(s) discipline(s) pour la civilisation ? ». Revue française d’études américaines, n° 83, janvier 2000 : 13-27.

Saussure (de), F. 1975. Cours de linguistique générale. Paris : Payot.

Setti, S. 2000. La relation concept-objet autour des définitions de termes. Vienne : TermNet Publishers.

Van der Yeught, M. 2004. « Le substrat professionnel dans Wall Street, le film d’Oliver Stone ». ASp, 45/46 : 21-42.

Westbrook, W. 1980. Wall Street in the American Novel. New York : New York University Press.

Filmographie

Liar Liar. 1997. Réalisateur : Tom Shadyac. Acteurs : Jim Carey, Maura Tierney, Justin Cooper. Universal Pictures. Version DVD par MCA Home Video, 1998.

Wall Street. 1987, Réalisateur : Oliver Stone. Acteurs : Michael Douglas, Charlie Sheen, Martin Sheen, Daryl Hannah, Terence Stamp. 20th Century Fox, Version DVD par 20th Century Fox Entertainment, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Van der Yeught, « La langue de spécialité au service de la civilisation en LEA : « Wall Street and the Making of America : 1792-2000 » », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVII N° 1 | 2008, 51-59.

Référence électronique

Michel Van der Yeught, « La langue de spécialité au service de la civilisation en LEA : « Wall Street and the Making of America : 1792-2000 » », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVII N° 1 | 2008, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://apliut.revues.org/1535 ; DOI : 10.4000/apliut.1535

Haut de page

Auteur

Michel Van der Yeught

Michel Van der Yeught est Maître de conférences au département GEA de l’IUT de Toulon. Son objet de recherche est l’anglais de la finance et de la bourse et il s’est spécialisé dans l’étude de Wall Street (langue, histoire, civilisation). Il est membre de l’EA 4140 LACES (ASPDA) de l’Université Bordeaux-2.

mvdy@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page