Navigation – Plan du site
Articles
7

Traduction spécialisée ou spécialistes de traduction ?

Specialised Translation or Specialists in Translation ?
Thomas Lenzen
p. 60-68

Résumés

La traduction occupe une place non négligeable dans les programmes de formation de type LEA ainsi que dans les diverses publications émanant d’enseignants intervenant dans la filière. Quant aux travaux portant sur la traduction, on ne peut en conclure à une recherche spécifique à la filière. Une telle recherche devrait, outre son objet, présenter un cadre épistémologique cohérent, ce qui reste à démontrer.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les divers travaux présentés lors des journées d’études « LEA/LANSAD : Convergences/Divergences », organisées par le CERCI les 13 et 14 janvier 2006 à l’Université de Nantes montrent, s’il en était besoin, qu’il existe une activité de recherche au sein de la filière LEA. Cela ne veut pourtant pas dire ipso facto qu’il y ait une recherche spécifique à LEA.

2En tant que traducteur indépendant et expert judiciaire d’allemand près la Cour d’Appel de Rennes, j’ai été naturellement attiré par le volet « traduction » des journées d’études, même si le libellé « Traduction spécialisée ou spécialistes de traduction », suggéré dans l’appel à communication, n’était pas sans me poser quelques soucis. Les idées qui suivent peuvent se comprendre comme tentative de me positionner face à cet intitulé et, ce faisant, de répondre à la question de savoir s’il existe une recherche spécifique à LEA dans le domaine de la traduction.

3J’ai décliné mes réflexions en quatre interrogations pour revenir finalement à cet intitulé qui nous était proposé. Voici les quatre interrogations :

  1. Qu’est-ce que « la » traduction spécialisée ?

  2. Qu’entendons-nous par « spécialistes de traduction » ?

  3. Quel est le positionnement de la filière LEA face aux professionnels de la traduction ?

  4. Quelle recherche y a-t-il ou devrait-il y avoir en LEA ?

1. « La » traduction spécialisée

4On le sait, l’article défini renvoie, soit à un référent précis (exemple : la traduction luthérienne de la Bible), soit à une catégorie de référents dont on suppose alors une certaine homogénéité. C’est ce deuxième cas de figure auquel nous sommes confrontés avec les discours sur « la » traduction, fût-elle spécialisée. Comme toute catégorisation, celle-ci repose sur un présupposé qui reste (trop) souvent implicite, présupposé que l’on pourrait paraphraser de la manière suivante : « Lorsque je parle de « la » traduction spécialisée, mes remarques, nécessairement générales, s’appliquent à tous les cas d’espèces ». Or, au moins trois acceptions du terme peuvent être distinguées :

1.1. Le groupe socio-professionnel des traducteurs indépendants, leur statut juridique

5Dans le cas de la traduction professionnelle, la démarche est de bon sens lorsqu’il est question du statut juridique ; un exemple en est fourni par l’Annuaire Professionnel des Entreprises (APE) qui répertorie la catégorie des seuls traducteurs indépendants sous le code APE 746 E. En France, il y en a actuellement environ 8 000 dont 3 000 exerceraient la traduction en tant qu’activité accessoire (Gouadec 2002 : 79). Malheureusement, la nomenclature de l’APE ne distingue pas entre traducteurs et interprètes alors qu’il s’agit sans aucun doute de deux métiers à part. Le profane est alors conforté dans une représentation indûment indifférenciée.

1.2. La traduction en tant qu’activité traduisante

6L’amalgame nous guette davantage lorsque nous envisageons, non pas le statut juridique des prestataires, mais l’activité professionnelle qu’ils exercent. Tout d’abord, le code APE néglige les traducteurs salariés. Mais, même si nous voulions cantonner nos remarques aux seuls indépendants, il faut savoir que les différents segments du marché de la traduction (Schmitt 1998 : 5-13) ne permettraient pas à un traducteur non-spécialisé de (sur)vivre.

7La spécialisation se définit en fonction des langues proposées ainsi que de la qualification des domaines d’intervention ; celle-ci correspond non pas au statut mais au positionnement respectif des prestataires en sachant que ce sont essentiellement le choix du domaine et le degré de spécialisation qui déterminent le niveau de rémunération du traducteur (Gouadec 2002).

1.3. La traduction en tant qu’activité de formation au sein de l’Université de Nantes

8Quant à la traduction en tant qu’activité de formation, l’emploi d’un terme générique paraît également assez commode. On « traduit » désormais au lycée, dans les premiers cycles et, bien entendu, dans les formations destinées aux futurs professionnels de la branche. Or, la ressemblance entre les différentes variantes de l’exercice est assez lointaine. Quoi de commun entre « la » traduction en tant que modalité de contrôle de connaissances (au lycée), en tant que technique d’apprentissage (premier cycle universitaire) et initiation à une activité professionnelle qui fait de plus en plus massivement appel à des compétences non-linguistiques (formation des traducteurs professionnels) ?

9Comme dans d’autres universités, à Nantes, une variante assez scolaire de la traduction (anciennement « thème » et « version ») se pratique dès la première année de Licence. En troisième année de Licence, les étudiants peuvent choisir un enseignement optionnel qui se compose comme suit :

Enseignement optionnel en LEA semestres 1 et 2

1e semestre

CM Initiation à la Traductologie. I. Textes littéraires
(cours transversal, commun aux étudiants des filières LEA et LLCE ayant choisi l’option traduction)

TD de Traduction écrite
Au choix dans une des trois langues allemande, anglaise ou espagnole

TD de Traduction orale
Au choix dans une des trois langues allemande, anglaise ou espagnole

2e semestre

CM Initiation à la Traductologie. II. Textes pragmatiques
(cours transversal, commun aux étudiants des filières LEA et LLCE ayant choisi l’option traduction)

TD Informatique de la traduction
(initiation aux aides à la traduction, notamment au logiciel TRADOS)

TD de Traduction écrite
Au choix dans une des trois langues allemande, anglaise ou espagnole

TD de Traduction orale
Au choix dans une des trois langues allemande, anglaise ou espagnole

10Au sein de cette option, l’activité traduisante est une initiation à la traduction spécialisée, et cela dans les seuls domaines couverts par les matières non-linguistiques (également appelées « matières d’application »), notamment l’économie, le commerce et le droit.

11Sans vouloir entrer ici dans les arcanes du métier, soulignons l’intérêt des documents contractuels pour ce type d’enseignement.

12Il va sans dire que cette initiation ne peut ni ne veut prétendre à faire de nos étudiants des traducteurs opérationnels. Seule une formation en Master peut viser un objectif aussi ambitieux. Un suivi statistique sur l’insertion professionnelle à 5 ans de l’obtention du diplôme serait – à mon sens – le seul moyen permettant de vérifier dans quelle mesure cette ambition est justifiée.

13Soulignons également que cette offre de formation est un compromis dont la seule finalité consiste à construire une passerelle pour les étudiants souhaitant poursuivre leurs études dans une des très nombreuses universités proposant un Master en traduction.

2. « Spécialistes de traduction »

14Qu’est-ce qu’un « spécialiste de la traduction » ? Deux hypothèses semblent être envisageables :

2.1. Spécialiste de la traduction pure

15Selon la première hypothèse, celui-ci serait un spécialiste de la traduction pure. À l’instar du « spécialiste en culture générale » ce serait, pour ainsi dire, un spécialiste de la non-spécialisation dans la mesure où le seul bagage linguistique est une condition nécessaire mais insuffisante à définir le traducteur professionnel de nos jours.

2.2. Spécialiste d’une activité pluridisciplinaire

16Ou s’agit-il d’un spécialiste d’une activité foncièrement pluridisciplinaire et ouverte sur le changement ? Les travaux à caractère sociologique (basés sur l’enquête, l’économétrie, la statistique, etc.) comme ceux de Daniel Gouadec pointent en ce sens. D’un point de vue sociologique, il existe une corrélation étroite entre le degré de spécialisation et l’urgence des transferts, corrélation qui se traduit en partie (seulement) par le niveau de rémunération du traducteur.

2.3. Le cas particulier du traducteur expert judiciaire

17Une troisième hypothèse pourrait venir à l’esprit. Le traducteur expert judiciaire ne rentre-t-il pas partiellement dans le premier cas de figure ? Certes, les experts judiciaires sont censés traduire tout type de texte ; cependant,

  • l’expertise judiciaire n’est pas un métier, mais une fonction ponctuelle d’auxiliaire de justice ;

  • les experts judiciaires sont des professionnels à un autre titre (par exemple en tant que traducteurs indépendants) ;

  • ils doivent compléter leurs connaissances linguistiques notamment par des connaissances des institutions judiciaires, de la procédure et des techniques de recherche documentaire en droit afin d’être en mesure de faire face à des demandes souvent très spécifiques.

18En dépit des particularités de l’expertise judiciaire en matière de traduction, les remarques qui précèdent confirment finalement notre deuxième hypothèse.

3. Le positionnement de la filière LEA face aux professionnels et à l’activité traduisante

3.1. Des prestataires de service relativement isolés

19Sous notre premier point, nous avons déjà fait référence aux traducteurs professionnels en précisant que ceux-ci sont majoritairement des prestataires de service indépendants. Ils sont nombreux à être relativement isolés, ce qui revient à dire que leur réalité professionnelle tend à se dérober à l’observation directe. Il existe, cependant, certains organismes professionnels qui, eux, remplissent un rôle d’interface entre ces professionnels et leurs différents partenaires.

3.2. Leurs partenaires

20Parmi les différents partenaires des traducteurs, il convient de mentionner :

  • l’État, détenteur de la puissance régulatrice. C’est l’État qui fixe les exigences légales et/ou réglementaires en matière de statuts, qui définit les régimes fiscaux, le droit contractuel, etc. ;

  • les organismes nationaux et internationaux en tant qu’employeurs pour les traducteurs salariés et en tant que donneurs d’ordre pour les indépendants ;

  • les organismes de la Sécurité Sociale (URSSAF) ainsi que les différentes compagnies d’assurances obligatoires ou facultatives (vieillesse, maladie, responsabilité civile professionnelle, etc.) ;

  • les clients, réels et/ou potentiels, notamment les intermédiaires, c’est-à-dire les divers cabinets et agences de traduction ;

  • les organismes de recherche.

3.3. Organismes professionnels

21Parmi ces organismes, on peut citer :

  • la Fédération Internationale des Traducteurs (FIT) ;

  • la Société Française des Traducteurs (SFT) ;

  • l’Union Nationale des Experts Judiciaires près les Cours d’Appel (UNETICA).

3.4. L’intérêt des organismes professionnels

22Quelles sont les propositions offertes par ces organismes ?

  • la représentation de la profession auprès des divers interlocuteurs indiqués plus haut, donc du lobbying ;

  • des interventions ponctuelles dans le cadre de la formation initiale. A Nantes, par exemple, des intervenants appartenant à des organismes professionnels de traducteurs apportent des éléments de formation portant sur la traduction assistée par ordinateur, le fonctionnement d’un cabinet de traduction, l’expertise judiciaire en traduction ou encore le sous-titrage ;

  • des aides au lancement destinées aux professionnels débutants (conseils, contacts, inscription sur la liste des adhérents, etc.) ;

  • la formation continue pour les traducteurs en exercice, formation continue désormais statutairement obligatoire pour les experts judiciaires et indispensable pour tous ;

  • des codes de déontologie qui reflètent des exigences a minima sur un marché fortement déréglementé.

23Voilà une liste ouverte de quelques pistes qui demandent à être explorées davantage par une recherche sur la traduction de documents pragmatiques.

4. Quelle recherche en LEA ?

4.1. L’objet de la traduction/traductologie

24Jusqu’ici, nous avons caractérisé le spécialiste de la traduction comme agent pour qui l’activité traduisante est son (principal) moyen de subsistance, qu’il soit salarié ou indépendant. Admettons qu’il y a d’autres personnels qui traduisent et qui sont également des professionnels, à commencer par les enseignants, les critiques de traduction, etc. Mais ceux-ci sont professionnels non pas de la traduction mais de l’enseignement, fût-ce l’enseignement de la traduction.

25De surcroît, certains courants de la traductologie s’enferment dans une circularité qui témoigne à la fois d’une méconnaissance de la réalité professionnelle des traducteurs et d’une surestimation concomitante de leurs propres édifices théoriques. Il ne suffit point de revendiquer une prétendue « scientificité » (voir, par exemple, Gerzymisch-Arbogast 1998 et Vaerenberg 2003) de la méthodologie prônée et d’affirmer qu’« il est reconnu »), que traduire n’est pas une compétence qu’on apprend en l’exerçant » (Vaerenberg 2003 : 24) pour emporter l’adhésion du lecteur averti.

26Lorsque des établissements universitaires promettent des formations « professionnalisantes » à défaut d’être professionnelles comme c’est le cas en LEA, il me semble impératif qu’ils (re)connaissent comme repère primordial le marché sur lequel leurs étudiants souhaitent se lancer, et cela sans faire naufrage pour cause de formation inadaptée. Une telle prise en compte des conditions d’exercice du métier n’a strictement rien à voir avec une quelconque docilité vis-à-vis de certains acteurs du marché, elle découle des engagements – en partie malheureusement assez évasifs, il est vrai – pris vis-à-vis des étudiants. Disons-le très clairement : rares sont les auteurs (et donc aussi : les enseignants) qui thématisent des sujets aussi indispensables que le financement du lancement d’une entreprise, l’acquisition d’une clientèle, la fixation des prix, les démarches à entreprendre en cas d’impayés, etc. A mon sens, ces carences posent un sérieux problème de déontologie. La pérennité de notre activité d’enseignement est tributaire de l’insertion professionnelle de nos étudiants, même si notre responsabilité se limite à les y préparer.

27Les remarques qui suivent se limitent, comme le reste du présent article, au domaine circonscrit par les deux termes de traduction (activité traduisante ainsi que le produit résultant de celle-ci) et de traductologie (théorisation de la traduction, activité et/ou résultat).

4.2. La question des méthodes

28L’objet de celle-ci est le domaine dans lequel s’effectue l’activité traduisante au sens large. Mais ce n’est pas l’objet qui détermine le caractère spécifique d’une discipline. L’astrologie et l’astronomie, par exemple, ont bien le même objet, en l’occurrence les astres, mais elles l’approchent avec un intérêt et un outillage conceptuel tout à fait différents, ce qui les amène à des conclusions fort éloignées les unes des autres.

29Ce qui singularise une discipline, c’est donc plutôt un ensemble cohérent de méthodes ; le choix de celles-ci procède de présupposés extradisciplinaires (pragmatiques, philosophiques, etc.) qui conditionnent partiellement, à travers les méthodes employées, les résultats des recherches effectuées.

4.3. Une recherche spécifique à la filière LEA ?

30Au lieu de répondre à cette question, je me bornerai, dans le cadre de la présente communication, à poser trois questions dont la discussion s’impose pour l’avenir :

31Quels seraient les présupposés d’une recherche spécifique à la filière LEA ?

32Quelles seraient les méthodes à employer dans une telle recherche ? Pour quelle(s) raison(s) ?

33A quel type de résultats voudrait-on aboutir et à quel type de résultats faudrait-il s’attendre ?

Conclusions

341. La traduction spécialisée est très présente en LEA, et cela à plusieurs titres :

  • en tant qu’activité d’enseignement et d’apprentissage ;

  • en tant qu’activité professionnelle des intervenants appartenant à la profession ;

  • en tant que sujet de recherche.

352. On ne peut en conclure à une recherche spécifique à LEA.

36Cependant, l’importance de la traduction au sein de notre filière reflète, dans un premier temps, des choix didactiques, que ceux-ci soient ou non pertinents. Surtout, elle ne suffit pas à faire état d’une recherche spécifique à LEA Une telle recherche devrait présenter, outre le sujet, des approches méthodologiques communes. Il n’est pas sûr que cela soit déjà le cas en ce qui concerne la traduction.

373. L’opposition entre « traduction spécialisée » et « spécialistes de traduction » est doublement erronée.

38Premièrement, les deux termes n’étant pas de même nature, on ne peut les opposer l’un à l’autre (comme deux pommes et deux poires ne font jamais quatre, à moins que, moyennant un changement du niveau d’abstraction, le résultat de l’addition soit exprimé à l’aide d’un hyperonyme comme « fruit »).

39Deuxièmement, les deux termes s’inscrivent dans une logique transitive : la traduction spécialisée est le travail (au sens juridique du terme) des seuls spécialistes de traduction, et cela même si elle existe aussi en tant qu’initiation dans notre filière et si le profil du spécialiste de la traduction moderne comporte d’autres compétences que celle qui le rend apte à traduire des documents spécialisés (compétences informatiques, commerciales, administratives, etc.).

40Ce qui caractérise plus que tout autre facteur notre filière, c’est sa pluridisciplinarité. Elle est source de richesse comme elle peut être source d’erreur, notamment lorsqu’il y a peu de dialogue entre les différentes composantes et leurs intervenants respectifs. D’où l’intérêt des échanges comme celui de ces journées d’étude.

Haut de page

Bibliographie

Gerzymisch-Arbogast, H. & K. Mudersbach. 1998. Methoden des wissenschaftlichen Übersetzens. Tübingen : Francke Verlag.

Gouadec, D. 2002. Profession : Traducteur. Paris : La Maison du Dictionnaire.

Schmitt, P. 1998. « Marktsituation der Übersetzer » In Snell-Hornby et al. 1998. Handbuch Translation. Tübingen : Stauffenburg.

Vaerenberg van, L. 2003. « Lingustique et théorie(s) de la traduction : Réfléxion(s) théorique(s) au profit du traducteur » In Peeters, J. (dir.). La traduction. De la théorie à la pratique et retour. Rennes : PUR.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Lenzen, « Traduction spécialisée ou spécialistes de traduction ? », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVII N° 1 | 2008, 60-68.

Référence électronique

Thomas Lenzen, « Traduction spécialisée ou spécialistes de traduction ? », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVII N° 1 | 2008, document 7, mis en ligne le 08 septembre 2011, consulté le 22 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/1546 ; DOI : 10.4000/apliut.1546

Haut de page

Auteur

Thomas Lenzen

Thomas Lenzen est Maître de Conférences à l’Université de Nantes. Spécialiste de traduction, il est aussi traducteur indépendant et expert judiciaire près la Cour d’Appel de Rennes.
Thomas.Lenzen@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page