Navigation – Plan du site

Présentation de la revue

Historique1

Les Cahiers de l'APLIUT

    La revue Les Cahiers de l’APLIUT a été créée en décembre 1980 par Anne Pradeilles, fondatrice, en 1977, de l’Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie (APLIUT).

  • 2 Pradeilles, Anne. 1980. « Éditorial. » Les Cahiers de l’APLIUT, n° 1 décembre.

Dans son premier éditorial2, Anne Pradeilles rappelle les raisons qui ont présidé à la création de la revue : les congrès montraient que les informations à diffuser auprès des collègues ne pouvaient plus l’être par des moyens artisanaux comme les « photocopies plus ou moins nettes à force d’être reproduites ». Les membres devaient pouvoir « faire entendre leur voix dans une publication qui serait la leur, publication indépendante ou numéro spécial d’une revue existante ». Dans le même éditorial, Anne Pradeilles souligne que l’APLIUT est

à la fois un lieu de rencontres et d’échanges, un moyen de regroupement et une société savante qui a un objectif double :
- diffuser les résultats des nombreuses recherches pédagogiques entreprises par tant de collègues, de façon ponctuelle ou sur l’année entière, mais qui, faute d’être diffusées, restent méconnues au lieu de permettre à tous de faire profiter leurs étudiants de ces découvertes et de faire progresser à leur tour les méthodes d’enseignement,
- baser la recherche appliquée sur des recherches plus spécifiques par département en étudiant le rôle enrichissant de l’interdisciplinarité sur la langue de chaque spécialité.

Anne Pradeilles a dirigé les Cahiers et en a été l’unique Rédacteur en chef jusqu’en 1987, date à laquelle elle a été secondée par Leo M. Carruthers. À partir du numéro n° 34-35 (septembre 1989), Michel Prum a pris en charge toute la rédaction. Monique Mémet est devenue Rédacteur en chef adjoint en 1992. Peu à peu, une équipe éditoriale s’est constituée (voir en annexe 1 la liste des responsables qui ont assumé les responsabilités au sein de l’équipe éditoriale de la revue). Lorsqu’A. Pradeilles a quitté l’enseignement en 1995, M. Prum a pris sa succession suivi de Mireille Hardy en 2001. Pendant ses 14 années de mandat, Mireille Hardy a notamment assuré la transition de la revue vers le numérique, dont notamment la mise en ligne de tous les numéros (1980 à 2015). En 2016, la revue est passée au tout-numérique.

Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT

Depuis octobre 2011, la revue est en ligne sur revues.org, sous le titre Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité. Cahiers de l’APLIUT devient le sous-titre.

Les volumes de janvier 2001 à juin 2011 ont été progressivement mis en ligne par Mireille Hardy, Rédactrice en chef de la revue de 2001 à 2014. Les volumes antérieurs à 2001 seront bientôt disponibles sur le site de Persée.

Cette évolution vers le numérique c’est accompagné d’une évolution de l’organisation même de la revue qui tend vers un effort de mutualisation à toutes les associations impliquées dans l’enseignement-apprentissage des langues dans l’enseignement supérieur. En 2014, deux associations de langues ont accepté de participer avec l’Apliut à la revue : l’Association pour la recherche en didactique de l’anglais et en acquisition (Ardaa)3 et le Rassemblement national des centres de langues de l’enseignement supérieur (Ranacles)4. En 2019, l’Association des linguistes oralistes de l’enseignement supérieur (Aloes) participera à son tour à cette mutualisation. À tour de rôle, chacune des associations-amies de l’Apliut est responsable d’un volume de janvier.

Le processus de mutualisation a entraîné une refonte de l’organisation de la publication. Désormais, le comité de rédaction de la revue est désormais secondé par un comité de rédaction du numéro, spécifique à chaque numéro.

La fréquence de publication passe à deux volumes annuels avec, à partir de 2016, un numéro d’octobre ponctuel préparé par des comités de rédaction mixtes comprenant des associations et chercheurs impliqués dans les recherches sur l’enseignement / apprentissage des langues dans l’Enseignement Supérieur.

Impression de la revue

  • 5 Pradeilles, Anne. 1990. « Compte rendu de l’Atelier Cahiers de l’APLIUT. » Cahiers de l’APLIUT vol. (...)

Le premier numéro des Cahiers a été imprimé au service de reprographie de l’ENSET de Cachan avec les moyens du bord5. Les numéros 2 et 3 de 1981 ont été réalisés au service de reprographie de l’IUT de Paris 5. À partir du numéro de mars 1981, les Cahiers ont été imprimés à l’IUT B de Lille 3. En 1994, ils ont suivi les services de l’imprimerie qui se déplaçaient à l’IUT de Tourcoing (du vol. XIV/1 [n° 54] au vol. XIX/4). Depuis le numéro de septembre 2000, le tirage est effectué chez un imprimeur privé.

Le premier numéro des Cahiers de l’APLIUT était relié de façon totalement artisanale et sa couverture écrite de façon manuscrite (à la façon d’un cahier). Dès le numéro suivant, la couverture a pris un aspect plus professionnel, mais les tirages des documents étaient hétérogènes, certains numéros comprenant même des pages bis ! À cette époque, les ordinateurs personnels étaient rares, les auteurs dactylographiaient leur travail et le résultat avait souvent un aspect « amateur ». Jusqu’en 1996, les délégués de région recevaient les Cahiers et les distribuaient aux abonnés de leur région après avoir apposé une bande adhésive pour maintenir la reliure. La bande, plus esthétique, a été ensuite mise automatiquement à l’imprimerie.

Progressivement, la revue est passée du stade artisanal à un stade quasi-professionnel. À partir de 1993, la fabrication des Cahiers est presque totalement informatisée : les documents à publier, qui parvenaient à la rédaction sous forme de disquettes, étaient revus et mis en page. Les transformations accomplies ensuite ont été rapides.

La revue a été mise en ligne sur le site Revue.org en 2011. Jusqu’en 2015, la revue a continué d’exister sous forme papier. En 2016, la revue est devenue entièrement numérique.

Publications

Les Cahiers ont d’abord répondu à la nécessité et aux ambitions de départ : publier les actes des congrès annuels et diffuser les comptes rendus des expériences pédagogiques et des recherches entreprises au cours de l’année écoulée. À partir du volume XV (septembre 1995), elle s’est dotée d’un comité de lecture. Depuis le numéro de février 2011, la mention « actes de congrès » ne figure plus sur la couverture car les contributions issues de communications au congrès annuel sont soumises à une double évaluation anonyme, comme toutes les propositions reçues par la revue.

Dès la seconde année de parution, à partir du n° 2 de septembre 1981, les Cahiers sont devenus une publication trimestrielle régulière, chaque volume correspondant à une année universitaire avec des numéros en septembre, décembre, mars et juin. Depuis février 2003, la revue paraît trois fois par an et les volumes correspondent à l’année civile.

  • 6 Mémet, Monique. 1995. « Treize années de publication ». Cahiers de l’APLIUT vol. X/2-3 (n° 39-40).

La parution des numéros a parfois été irrégulière, en particulier au cours de la première décennie. Mais depuis le n° 41, tous les numéros ont paru régulièrement. Le n° 39-40, qui était resté en souffrance, a finalement été publié avec quelques années de retard6. Il s’agit d’un index des 50 premiers numéros des Cahiers de l’APLIUT. Il comprend les sommaires des numéros publiés de 1980 à 1993, des index des auteurs, de leurs articles et des mots-clés : un vaste panorama des langues de spécialité.

Des numéros spéciaux ont également paru au cours de ces années :

  • Fichiers périodiques des langues de spécialité, supplément au XI/3 (n° 44) mars 1992 (1e éd.) et XII/3 (n° 48) mars 1993 (2e éd.), réalisé par M. Mémet ;

  • Mémento, supplément au Cahiers XIV/1 sept. 1994, réalisé par Georges Guerrier, une mise à jour du premier Mémento de l’enseignement des langues en IUT (Cahiers n° 9 juin 1983), réalisé par Georges Manceau ;

  • Afin de passer à 3 publications annuelles à partir de février 2003, un numéro spécial (le cinquième du volume XXI) a été publié en octobre 2002 ;

  • L’APLIUT, Histoire, Mémoire, un numéro spécial consacré à l’histoire de l’APLIUT et de sa revue, supplément au volume XXIII n° 3 (octobre 2004) ;

  • 25 ans de Cahiers, 25 fiches pédagogiques, vol. XXIV/3 qui marque l’anniversaire de la revue - ce numéro a été habillé d’une couverture bleue.

L’annexe 2 présente une liste complète des numéros publiés depuis la création de la revue en 1980. Un tableau complet des articles publiés depuis la création de la revue figure en annexe 3.

La revue a évolué au cours des années. Le système de numérotation a été modifié ainsi que son identité visuelle et sa présentation.

Numérotation

La numérotation des Cahiers a évolué au cours du temps : les premières publications comportaient uniquement un chiffre arabe (n° 1 à 26). À partir de 1987, la numérotation est devenue celle des revues universitaires, c’est-à-dire que le numéro de volume y figure (par ex., n° 27 vol. VII/2). Pour faciliter la transition, les deux numérotations ont été gardées jusqu’en 1994. Sur le volume de mars 1995 et les suivants ne figure plus que le numéro du volume (par ex., vol. XIV/3).

Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité s’inscrivant à la suite des Cahiers de l’APLIUT, il a été décidé, lors du changement de titre, de continuer la numérotation des volumes.

En 2016, la numérotation est conservée avec le passage au tout-numérique mais change de forme : le numéro des volumes est exprimé en chiffres arabes et non plus en chiffres romains et reprend donc sa forme de départ !

Identité visuelle et présentation

L’identité visuelle et la présentation de la revue ont aussi été améliorées au fil des années. Le logo, créé en 1977 par un APLIUTien, Jean-Marie Dessaux, a été dessiné en police de caractères Stop de la société Letraset ; les polices qui venaient alors d’être inventées exprimaient la nouveauté technologique.

Une refonte de l’identité visuelle a été réalisée avec le numéro XVII/3 de mars 1998, qui a bénéficié d’un façonnage amélioré – couverture en quadrichromie en dos carré collé – et d’un logo rajeuni et plus lisible, grâce à une meilleure combinaison des capitales et des bas de casse – le « a » de APLIUT a été modifié et l’espace entre les lettres corrigé. La couverture des Cahiers a aussi subi une grande transformation, réalisée par l’agence Graphir Design. Le titre de la revue (auparavant également en lettre Stop) est dissocié du logo, tout en tenant compte des impératifs de publication, c’est-à-dire le format A4 et le mode de reliure comportant une bande noire. Les polices The Mix et Frutiger, récemment dessinées, ont été choisies pour conserver l’impact visuel du titre. La lettrine rappelle la bande noire et l’ensemble (en couleurs pour le numéro XVII/3), qui fait penser à Mondrian, accentue l’impact. Des variations dans les gammes de couleurs ont été prévues ; cependant, pour des raisons techniques et budgétaires, la couverture doit rester imprimée en monochromie pendant un certain temps.

En septembre 2000, le changement de format, qui avait été envisagé depuis longtemps, a été effectué : la revue a désormais un format standard (16,5 cm x 24,5 cm). La couverture est réalisée avec un pelliculage brillant, passage d’une couleur (noir) et gamme de gris, et un dos carré collé.

L’identité visuelle a été à nouveau modifiée à l’occasion de la mise en ligne sur Revues.org et du changement de titre. Marie Blanchard a conçu le nouveau logo, la maquette pour le site et la nouvelle couverture en essayant de respecter les valeurs de l’Apliut. La couverture du volume papier reste en nuances de gris.

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Nous sommes redevables, pour une grande partie de cet historique, à deux articles parus dans le numéro spécial « Histoire, Mémoire » des Cahiers de l’APLIUT, supplément au vol. XXIII n° 3, octobre 2004 : l’article d’Anne Azam-Pradeilles, « Tout a commencé en 1977... », pp. 7-18 ; et celui de Monique Mémet, « Les Cahiers de l’APLIUT - Bref historique et présentation », pp. 31-41.

2 Pradeilles, Anne. 1980. « Éditorial. » Les Cahiers de l’APLIUT, n° 1 décembre.

3 www.ardaa.fr

4 www.ranacles.org

5 Pradeilles, Anne. 1990. « Compte rendu de l’Atelier Cahiers de l’APLIUT. » Cahiers de l’APLIUT vol. IX/3-4 (n° 36-37) : 44 - 50.

6 Mémet, Monique. 1995. « Treize années de publication ». Cahiers de l’APLIUT vol. X/2-3 (n° 39-40).

Haut de page