Navigation – Plan du site
Articles

Presse et anglais de spécialité : quelques éléments de caractérisation de la presse professionnelle

The Press and ESP : towards characterizing the professional press
Hélène Laffont et Michel Petit
p. 26-41

Résumés

Cette étude présente une réflexion sur les liens qui existent entre la presse spécialisée et l’anglais de spécialité. Elle propose plus particulièrement une analyse de la presse professionnelle de façon à montrer en quoi son utilisation est pertinente tant comme objet d’enseignement que comme objet de recherche. Elle illustre cette réflexion avec des exemples de revues britanniques qui appartiennent à deux domaines spécialisés différents : celui de l’enseignement supérieur avec le Times Higher Education Supplement et celui du génie civil avec deux publications de l’Institution of Civil Engineering. Les points développés sont la caractérisation éditoriale, les thèmes récurrents et les exploitations qui peuvent être envisagées pour l’enseignement et la recherche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La presse écrite paraît toujours constituer une valeur sûre de l’enseignement des langues étrangères. Et, de fait, ses caractéristiques pratiques de ressource toujours renouvelable, facilement disponible, extrêmement maniable, etc., sont bien connues et appréciées des enseignants de langue, de même que ses avantages pédagogiques. Les mots de Jean Brossard, qui écrivait à cet égard que « [l]a coupure de presse peut en effet donner lieu à une mise en œuvre diversifiée » (1973 : 11), ne paraissent pas avoir perdu de leur actualité et l’on s’accordera sans doute aussi à reconnaître avec lui que « les occasions ne manquent pas de pratiquer une pédagogie active à partir de la presse » (14).

2Il n’est donc guère étonnant, au vu de ce constat général dont l’évidence ne nécessite pas qu’on le développe plus longuement, que la presse écrite puisse jouer un rôle non négligeable dans l’enseignement des langues étrangères aux étudiants des filières technologiques, scientifiques, juridiques, etc., comme aux autres niveaux. Outre les éléments d’ordre pratique et pédagogique qui en font l’intérêt général, elle présente en effet aussi un ensemble de caractéristiques qui lui confèrent un intérêt particulier dans ce contexte de formation. Intérêt d’ordre thématique tout d’abord, qui tient aux rapports de la presse avec la spécialité des étudiants ; intérêt d’ordre linguistico-discursif ensuite, qui tient aux rapports du discours de la presse, dans ses caractéristiques formelles, notamment lexicales, avec à la fois la langue dite générale et la langue plus spécialisée. Il faut pourtant constater que les rapports d’ordre thématique de la presse (comme objet en soi) avec la spécialité des étudiants et linguistique avec la langue ou le discours de cette spécialité peuvent être très variables. La façon de traiter cet objet comme objet d’enseignement apparaît elle-même variable selon qu’on l’envisage en termes d’anglais de spécialité (au sens large ou au sens strict), d’anglais pour spécialistes d’autres disciplines (LANSAD) voire pour non spécialistes, ou encore d’anglais sur objectifs spécifiques. Tout ceci, on le voit, conduit à une réflexion d’ordre plus général sur la presse et l’anglais de spécialité (au sens large), et c’est bien à cette réflexion que la présente étude a pour ambition de contribuer. Elle le fera essentiellement, comme l’indique son titre, en s’efforçant d’identifier quelques éléments de caractérisation d’une variété particulière de presse spécialisée, la presse professionnelle. La première partie s’attachera, au terme d’un rapide parcours des variétés de presse entretenant des rapports avec le spécialisé, à esquisser une première caractérisation de la presse professionnelle. La suite de l’étude s’efforcera de la poursuivre et la préciser à travers l’étude de publications qui nous paraissent illustrer des formes différentes de la catégorie générale. La deuxième et la troisième partie proposeront ainsi, respectivement, un ensemble de réflexions et d’observations sur le Times Higher Education Supplement, publication d’origine commerciale à destination des milieux de l’enseignement supérieur et sur les revues NCE et Civil Engineering, publications d’origine associative à destination des membres de l’Institution of Civil Engineering.

1. La presse et le spécialisé : des rapports variables

  • 1  La presse vue sous cet angle paraît surtout concerner l’enseignement de l’anglais dans les filière (...)

3Il ne paraît pas inutile d’indiquer tout d’abord que les rapports avec le spécialisé dont il sera ici question sont ceux de la presse avec les domaines spécialisés autres qu’elle-même. Autres qu’elle-même car la presse constitue évidemment un domaine spécialisé en soi, au même titre que n’importe quel autre, avec notamment ses acteurs spécialisés (les professionnels du journalisme), ses discours spécialisés (les genres journalistiques), sa langue spécialisée (le « journalese »)1. Il s’agira donc ici des rapports de la presse avec les sujets spécialisés dont elle traite, les milieux spécialisés auxquels elle s’adresse, la langue spécialisée qu’elle utilise, etc. Nous tenterons dans cette première partie d’esquisser un rapide parcours des principales catégories qui nous paraissent illustrer le degré de ces rapports.

1.1. Les articles d’intérêt spécialisé de la presse généraliste

  • 2  Malgré son titre et la place qu’y tiennent les sections consacrées à l’économie au sens large (Bus (...)
  • 3 Voir, sur ces questions du discours d’information médiatique, Charaudeau 1997.

4Les rapports les plus lâches de la presse avec le spécialisé nous paraissent être ceux des articles d’intérêt spécialisé de la presse généraliste, c’est-à-dire essentiellement les articles des sections, rubriques ou pages thématiques (économiques, scientifiques, technologiques, médicales, etc.) des quotidiens et hebdomadaires généralistes de la presse de qualité (Times, Guardian, Independent, Economist2, Observer, etc.). Il s’agit d’articles qui traitent donc, selon les orientations éditoriales de chaque publication et son propre dosage en matière d’information, d’analyse, de commentaire, etc.3, de sujets relevant de tel ou tel segment particulier de la vie du corps social.

  • 4  Plus exactement car l’appellation canonique de LANSAD paraît parfois inappropriée. Les formations (...)

5On note que l’appellation d’articles d’intérêt spécialisé renvoie ici à l’intérêt qu’ils paraissent présenter pour l’enseignement de l’anglais à des étudiants du secteur LANSAD ou, plus exactement, à des étudiants engagés dans une formation spécialisée4. Cet intérêt repose essentiellement sur l’existence d’un rapport thématique avec la spécialité des étudiants, c’est-à-dire sur le fait que les articles traitent de sujets pouvant être reliés à cette spécialité, ce qui permet de construire une sorte de présomption que l’article choisi pourra « intéresser » les étudiants, et donc favoriser leur désir d’expression en suscitant interrogations et débats. On conçoit que, selon le domaine spécialisé concerné, selon les caractéristiques éditoriales, etc., la relation peut être plus ou moins étroite et l’intérêt supposé plus ou moins réel.

  • 5  Le fait que certains journalistes auteurs d’articles de ces pages spécialisées puissent avoir une (...)

6Il paraît plus discutable de parler d’intérêt spécialisé dans l’ordre linguistique si l’on vise la spécialité des étudiants. Même si ces articles comportent, inévitablement, une certaine composante de vocabulaire de cette spécialité, ils ne relèvent pas en effet de son discours spécialisé mais bien du discours spécialisé de la spécialité journalisme5, avec son écriture spécifique. Ce qui explique sans doute que, comme l’expérience le montre, ces articles, à commencer par leur titre, soient souvent linguistiquement plus difficiles pour les étudiants que ne le seraient des documents plus techniques relevant directement du discours de leur spécialité.

1.2. La presse d’intérêt spécialisé

  • 6  Qui nous paraît correspondre, du point de vue de la langue de spécialité, à ce que Galisson & Cost (...)
  • 7  Il n’en sera pas autrement question ici, mais l’on sait que cette presse a fait l’objet d’un certa (...)

7Cette presse est parfois simplement appelée presse spécialisée. Il nous paraît néanmoins nécessaire, pour les raisons qui s’éclaireront dans la suite, de parler plutôt de presse d’intérêt spécialisé. Nous appellerons ainsi l’ensemble des publications, généralement hebdomadaires ou mensuelles, qui visent un public particulier défini par un intérêt commun, d’ordre citoyen ou personnel6. Il s’agit par exemple des magazines destinés aux consommateurs, contribuables, justiciables, etc., aux amateurs d’informatique, de musique, d’aviation, de voile, de philatélie, etc. On peut sans doute également rattacher à cette catégorie la presse dite de vulgarisation scientifique ou popularisation de la science7.

8Les rapports de la presse d’intérêt spécialisé avec le spécialisé sont d’évidence beaucoup plus étroits et denses que ceux des articles d’intérêt spécialisé précédemment envisagés. Dans l’ordre thématique c’est ainsi non seulement la quasi-totalité du contenu éditorial qui concerne le domaine spécialisé délimité par le titre de la publication, mais la spécialisation se traduit aussi par un traitement à la fois plus large et plus approfondi du domaine avec, par exemple, à côté du traitement de l’actualité, des dossiers de fond, des rubriques pratiques, etc. Il en résulte que, dans l’ordre linguistique, son discours tend à se rapprocher du discours spécialisé du domaine, notamment en matière de fréquence et d’intégration du vocabulaire spécialisé ainsi que d’autres caractéristiques formelles (notations scientifiques ou musicales par exemple). On peut d’ailleurs penser que, dans certains cas, il s’agit d’une sorte de discours hybride, relevant du discours journalistique parce qu’il est inclus dans une publication de presse mais relevant aussi du discours du domaine spécialisé traité parce qu’il est produit ou co-produit par des spécialistes du domaine – par exemple, des professionnels du droit ou de la santé dans le cas des magazines pour consommateurs ou des magazines traitant de la santé, etc.

9On constate que cette presse d’intérêt spécialisé ne correspond pas nécessairement aux spécialités de nos étudiants dans la mesure où ces spécialités, telles qu’elles sont reconnues et délimitées par le système éducatif, reposent essentiellement sur la formation de futurs spécialistes de telle ou telle discipline et/ou profession. Elle s’adresse en revanche, telle que nous la définissons, essentiellement à un ensemble divers de lecteurs envisagés, quelle que soit par ailleurs leur discipline ou leur profession, comme citoyens intéressés par tel ou tel aspect particulier du fonctionnement de la société ou comme amateurs que concerne tel ou tel domaine de savoir et/ou de pratique spécialisés. On peut donc y voir une sorte de discours spécialisé d’interface, ou de médiation, entre des milieux spécialisés et la partie du corps social qui est touchée, à des titres divers, par l’objet ou l’activité de ces milieux. Elle se distingue fondamentalement par là de la presse professionnelle, qui fait l’objet de la section ci-dessous et du reste de l’étude.

1.3. La presse professionnelle

10La presse professionnelle nous paraît représenter la forme de presse la plus spécialisée, c’est-à-dire celle où les rapports avec le spécialisé sont les plus étroits. Il s’agit, par exemple, des journaux et magazines pour les médecins, les ingénieurs, les enseignants, etc. Si, comme la catégorie précédente, elle vise un public particulier, c’est ici l’appartenance à une communauté professionnelle bien identifiée en tant que telle qui délimite ce public. Puisque cette communauté se définit et se construit en tant que communauté par son rapport constitutif à la spécialité à laquelle elle correspond, la presse professionnelle peut donc être considérée comme spécialisée par essence. Il apparaît en effet que ce ne sont pas les sujets dont elle traite qui la rendent spécialisée mais que ce rapport thématique avec le spécialisé n’est qu’une manifestation de son rapport fondamental à la spécialité. Ceci ne signifie pas que le discours de la presse professionnelle puisse ou doive être considéré comme du discours spécialisé primaire, au sens de discours fonctionnel de la profession dans l’exercice direct de son activité professionnelle. Mais il s’agit néanmoins d’un discours qui peut être qualifié d’interne au milieu professionnel au regard de sa diffusion ou circulation exclusive dans le milieu, parfois organisée, comme sa production, par le milieu lui-même, par exemple par des instances professionnelles associatives. Il peut également être considéré comme une forme de discours partiellement interne ou endogène au regard de l’appartenance des auteurs au milieu professionnel. Ceci se traduit donc, dans l’ordre linguistique, par des formes de spécialisation du discours plus marquées en ce qui concerne le vocabulaire spécialisé et la terminologie, mais aussi par un ensemble de caractéristiques stylistiques où la part du style journalistique paraît décroître, au contraire de celle du style de la spécialité. Ce qui rend sans doute cette presse linguistiquement plus accessible aux étudiants et mieux adaptée à une approche en termes d’anglais de spécialité, au sens de langue-culture de la spécialité des étudiants.

  • 8  Voir, sur cette question, qui ne sera pas développée ici, Petit M. 2004 (14-15).

11On peut penser que cet ensemble de caractéristiques n’est pas sans rappeler, sur le plan théorique, certaines des caractéristiques éclairées, dans le cas de la fiction, par la notion de substrat, ce qui pourrait sans doute conduire à envisager de parler ici de presse à substrat professionnel8. La construction de cette réflexion d’ordre théorique suppose néanmoins que l’on connaisse mieux au préalable les diverses réalités de la presse professionnelle. Si elle présente, telle qu’elle a été définie à grands traits dans ce qui précède, un certain nombre de caractéristiques qui permettent de la distinguer globalement des autres catégories précédemment évoquées, elle n’apparaît pas pour autant totalement homogène et nous tenterons, dans ce qui suit, d’approfondir sa caractérisation à partir de l’étude de trois publications de presse professionnelle, la première concernant les milieux professionnels de l’enseignement supérieur, les deux autres ceux du génie civil.

2. Le Times Higher Education Supplement, journal des milieux universitaires

  • 9  Le journal a été fondé en 1971. Il paraît le vendredi. Il semble être surtout diffusé par abonneme (...)
  • 10  Sans doute plus connu par ses publications « généralistes » comme le Times, le Sunday Times, le Su (...)

12Le Times Higher Education Supplement ou, comme l’appellent simplement souvent ses lecteurs, le Times Higher, est un journal hebdomadaire spécialisé, qui se présente lui-même comme « the UK’s most authoritative source of information about higher education »9. Et nombreux sont ceux qui le considèrent en effet comme une autorité en matière d’information sur l’enseignement supérieur au Royaume-Uni. Il ne paraît guère faire de doute, en tout cas, que c’est un journal largement lu dans les milieux universitaires, reconnu par la profession pour sa qualité d’information et sa contribution à l’actualité de la profession, par exemple par son classement annuel des universités mondiales (Times Higher World University Rankings), les prix annuels qu’il décerne à des acteurs de l’enseignement supérieur (Times Higher Awards), etc. Le Times Higher est ainsi à la communauté universitaire ce que sont, respectivement, pour la communauté des éducateurs de la petite enfance et celle des enseignants des niveaux scolaires et du secteur post-secondaire non universitaire, Nursery World et le Times Educational Supplement, autres publications spécialisées de l’entreprise de presse, TSL Education Ltd, filiale du groupe de presse News International10.

13Nous aborderons l’étude du Times Higher en présentant quelques éléments de caractérisation éditoriale, c’est-à-dire de description du journal, sous l’angle de son organisation générale en sections et rubriques et sous celui, plus sémiotique, de sa mise en forme.

2.1. Eléments de caractérisation éditoriale du Times Higher

  • 11  Environ 37 par 29 cm. Le terme « compact » permet d’éviter la connotation péjorative associée en a (...)
  • 12  Il paraît difficile d’expliquer en quelques mots le formidable succès de cette colonne. Disons sim (...)

14Le Times Higher se présente comme un journal de format tabloïde ou compact11 en couleurs, comportant généralement environ une soixantaine de pages. La structure d’ensemble du journal répond à un schéma assez régulier de deux parties d’importance à peu près égale. Après la page de titre – sur laquelle nous reviendrons –, la première partie s’ouvre par deux premières sections, intitulées « News » et « News : International », qui traitent de l’actualité nationale (8 pages environ) et internationale (2 pages environ) de l’enseignement supérieur. Elles sont suivies d’une section intitulée « Opinion », qui inclut notamment l’éditorial du journal, divers articles d’opinion signés d’universitaires ou d’autres acteurs du domaine, ainsi que le courrier des lecteurs (ici intitulé « Letters & Opinion »). La section suivante, généralement de 4 à 6 pages, intitulée « Features », aborde, sous la signature de reporters du journal ou d’auteurs extérieurs, des sujets plus généraux, d’ordre social, politique, environnemental, etc. Elle est suivie d’une section, d’importance variable (souvent 2 à 4 pages), intitulée « Books », rendant compte, sous la plume d’auteurs universitaires, de parutions récentes de l’édition universitaire. Certains numéros comportent ensuite une section spéciale de nature thématique, de longueur variable, constituant une sorte de petit dossier sur un domaine disciplinaire particulier (géographie et science de l’environnement ; chimie ; gender studies ; etc.). La deuxième partie du journal est, pour l’essentiel, constituée d’une très longue – elle dépasse en effet souvent une vingtaine de pages – section d’offres d’emploi, composée de plusieurs rubriques correspondant aux diverses catégories d’emploi, des fonctions de direction comme celles de chef d’établissement (vice-chancellor) ou de composante (faculty dean), de chef de service administratif ou technique, aux emplois d’enseignant-chercheur, allocations de recherche, etc. La section pré-finale du journal (2 pages), intitulée « Working Knowledge », comporte diverses rubriques d’intérêt professionnel pratique. L’une des plus régulières, intitulée « Ask the Panel », apporte les réponses d’un « panel » d’experts représentant les syndicats, les responsables administratifs, etc., à une question de lecteur sur un sujet d’ordre professionnel (salaires, promotions, retraites, etc.). Quant à la première et la dernière page du journal, elles relèvent de la section « News » et remplissent par ailleurs les fonctions habituelles qui correspondent à leur position stratégique dans le journal. On y retrouve ainsi tous les procédés, bien connus, de mise en forme sémiotique caractéristiques de la presse en général, par exemple en matière de libellé et mise en forme des titres de une, de choix et présentation de la photographie de une, de graphisme et de contenu du bandeau renvoyant aux points forts du numéro dans les pages intérieures, etc. Nous signalerons pour finir que la dernière page du journal comporte une colonne simplement intitulée « Laurie Taylor » – du nom de son auteur, universitaire réputé dans sa spécialité –, qui paraît être, de l’aveu même de beaucoup de ses lecteurs, le premier texte vers lesquels ils se tournent chaque semaine dans le Times Higher12. Ce point apparemment mineur nous paraît malgré tout révélateur d’une caractéristique fondamentale du journal, la place essentielle qu’y occupent chaque semaine les textes produits par des membres de la profession, qui témoigne ainsi de son appropriation par la communauté universitaire.

2.2. Le Times Higher, objet discursif spécialisé

15Il résulte de ce qui a été dit précédemment de la presse professionnelle et de l’appartenance du Times Higher à cette catégorie que l’objet discursif qu’il constitue peut être considéré comme comportant a priori une dimension ou un caractère spécialisé. Il doit, s’il souhaite pouvoir toucher l’ensemble de la communauté universitaire, faire la plus large place, dans son contenu comme dans sa forme, à la dimension commune, professionnelle, sans renoncer pour autant à présenter aussi, de façon moins systématique, des éléments d’intérêt plus disciplinaire. C’est ce que nous paraît révéler et à quoi nous paraît correspondre la structure d’ensemble du journal présentée plus haut, avec la nature, l’importance et l’ordre de ses différentes sections. On peut ainsi constater, en suivant dans le temps les sections d’information et d’opinion du journal, la part considérable qui y est consacrée aux grands sujets de débat de l’ensemble de la communauté universitaire, tels que l’introduction des droits d’inscription variables (top-up fees) en septembre 2006, la préparation de la campagne 2008 d’évaluation de la recherche (Research Assessment Exercise ou RAE), la fusion des deux principaux syndicats d’enseignants du supérieur, etc. C’est bien également l’ensemble de la communauté qui est visé par la longue section des offres d’emploi. La part du journal qui vise plus précisément les intérêts disciplinaires apparaît en revanche naturellement plus restreinte et moins systématique puisque les intérêts auxquels elle correspond sont plus catégoriels. On note que ces articles, ou ces contributions d’universitaires, rappellent un peu, dans leur principe, les articles d’intérêt spécialisé de la presse généraliste. Ils traduisent la conception que le journal se fait de ce qui peut susciter l’intérêt de son lectorat en termes, disons, de culture générale.

  • 13  Les travaux existants paraissent en effet surtout porter sur certains genres spécialisés envisagés (...)

16La caractérisation linguistico-discursive du Times Higher apparaît, comme on le comprendra au vu de ce qui vient d’être dit, peu significative à ce stade de l’étude. On peut en effet montrer qu’une grande partie du contenu éditorial du journal se présente sous la forme de genres relevant pour l’essentiel du discours journalistique commun (éditorial ; nouvelles brèves ; dossiers ; tribune libre ; etc.) tel qu’il est pratiqué dans les publications visant un lectorat de haut niveau culturel. Il serait sans doute plus significatif de chercher à identifier les marqueurs linguistiques du style universitaire dans les contributions signées d’universitaires et à les distinguer des marqueurs du style journalistique. Il semble toutefois que le style universitaire en général, c’est-à-dire dans ses manifestations communes, moins dépendantes de la variable disciplinaire, soit encore mal connu en tant que style spécialisé, ce qui offre sans doute une piste de recherche13. L’étude du Times Higher permet, en revanche, de constater que, comme les professionnels de l’enseignement supérieur eux-mêmes, le discours de la presse professionnelle qui leur est destinée use largement de désignations abrégées sous forme de sigles et acronymes. Il s’agit là, on le sait, d’un élément important de caractérisation des discours spécialisés et donc d’un élément contribuant à établir le discours de cette presse en tant que discours spécialisé. 

2.3. Le Times Higher, objet d’enseignement et/ou de recherche

17Avant d’en venir aux perspectives de recherche, dont certaines auront pu transparaître dans ce qui précède, nous évoquerons brièvement l’utilisation du Times Higher comme objet d’enseignement. Il nous semble tout d’abord que, par son contenu largement indépendant de la variable disciplinaire, la section d’information du journal peut être utilement exploitée avec des étudiants de toutes spécialités, y compris l’anglais, dans le cadre de séances de préparation à la mobilité étudiante, pour les conduire à mieux comprendre à la fois le fonctionnement du système britannique d’enseignement supérieur et la terminologie correspondante. Ceci devrait aussi permettre de limiter les occasions d’incompréhension ou de malentendus si fréquentes, par exemple, dans la traduction en anglais du CV de nos étudiants. Les sections plus disciplinaires du journal peuvent bien sûr être exploitées comme n’importe quel autre texte de presse d’intérêt spécialisé.

18Pour les étudiants spécialistes d’anglais, le Times Higher paraît pouvoir être utilement exploité comme objet d’enseignement en civilisation britannique, en traduction dite journalistique ou non littéraire, ainsi que, et c’est là l’aspect qui nous paraît le plus intéressant, comme objet d’initiation à l’anglais de spécialité, ici conçu au sens strict comme la branche de l’anglistique qui a pour objet l’étude des milieux spécialisés anglophones et de leurs discours. Cet intérêt particulier réside, pour nous, dans le fait que, en tant que presse professionnelle de la communauté universitaire, ce journal illustre le réseau complexe des rapports que le discours journalistique d’une part et la communauté universitaire d’autre part entretiennent l’un avec l’autre et avec les autres spécialités. On voit que le passage de l’objet d’enseignement à l’objet de recherche se fait tout naturellement ici et l’on aura aussi mesuré le chemin qui reste à parcourir dans le sens de sa caractérisation précise pour contribuer à une meilleure compréhension de ce réseau.

3. NCE (New Civil Engineer) et Civil Engineering, revues des professionnels du génie civil

19NCE et Civil Engineering sont toutes deux des revues publiées par l’Institution of Civil Engineering, le premier des organes représentant une spécialité d’ingénierie en Grande-Bretagne à voir le jour, en 1818. La revue NCE (New Civil Engineer), est hebdomadaire et envoyée gratuitement à l’ensemble des adhérents, soit environ 80 000 personnes dans le monde. Elle rend compte de l’actualité internationale du Génie Civil et se compose exclusivement d’articles écrits par des journalistes. La revue Civil Engineering, est trimestrielle et payante (£ 84 pour quatre parutions annuelles et deux numéros spéciaux par an). C’est un document de synthèse, qui comporte à la fois des articles écrits par des journalistes et des articles de recherche, écrits par des ingénieurs.

  • 14 On notera que l’appellation Structural Engineer correspond sensiblement à ce que l’on appelle l’ori (...)

20Ces deux revues appartiennent à ce que l’on peut appeler la presse spécialisée professionnelle puisqu’elles sont produites et diffusées par des instances professionnelles. Dans le domaine du Génie Civil, on pourrait également citer d’autres revues, britanniques comme The Structural Engineer14, revue bi-mensuelle publiée par l’Institution of Structural Engineers, ou américaines comme Concrete International, revue mensuelle publiée par The American Concrete Institute.

3.1. Éléments de caractérisation éditoriale des revues NCE et Civil Engineering

21La revue NCE comporte une section « News », composée de textes courts (entre 300 et 500 mots), qui traitent des événements du moment, et d’une cover story, article de fond de 800 à 1000 mots dont le thème est annoncé par l’illustration et le titre qui figurent sur la première de couverture. Le courrier des lecteurs s’insère entre ces deux rubriques. Il comprend généralement deux pages rassemblant entre sept et neuf lettres, certaines accompagnées de photos. La longueur des lettres est limitée à 200 mots par l’éditeur et les sujets abordés renvoient aux articles publiés dans les deux derniers magazines, apportant généralement un commentaire ou une information complémentaire. L’éditeur peut participer à l’échange en fournissant parfois une réponse succincte. Le dernier tiers du magazine (une quinzaine de pages en moyenne) est consacré aux pages de publicité et aux offres d’emploi.

22La revue Civil Engineering est composée de trois sections : « Briefing », « Monitor » et « Technical papers ». La première comprend un certain nombre (sept en moyenne) de textes courts (700 mots au plus) d’information sur l’actualité britannique mais aussi européenne et mondiale du domaine. Il est précisé par l’éditeur que ces textes ne sont pas soumis à relecture afin de ne prendre aucun retard dans la publication et de rendre compte immédiatement de l’actualité. Dans la deuxième section, « Monitor », on trouve en premier lieu le courrier des lecteurs rassemblé sous le titre de « Discussion ». Les messages, publiés en réaction à un article, sont systématiquement suivis de la réponse de l’auteur de l’article, ce qui offre une vision contradictoire du sujet. Dans la même section, la rubrique « Proceedings » présente le sommaire des derniers numéros des périodiques spécialisés (Specialist Journals), revues spécifiques des sept grands domaines du génie civil mais aussi le recensement des meilleures publications du trimestre écoulé et l’annonce des conférences et réunions à venir. L’ensemble de ces informations est présenté de façon très succincte, dans la plupart des cas sous forme de tableaux. La troisième section, « Technical papers », est consacrée aux articles de chercheurs (un à deux articles par revue comptant un maximum de 2 000 mots chacun), dont le contenu a été soumis à relecture.

23Une analyse sémiotique détaillée de ces revues (Laffont 2005) permet de dégager un certain nombre de conclusions. La revue NCE tout d’abord paraît chercher à répondre au double objectif de concilier les impératifs d’image de la profession avec les contraintes de coût de revient du magazine pour l’association. La revue, imprimée sur du papier ordinaire, offre une présentation variée (riche iconographie), ces deux éléments étant en accord avec sa périodicité hebdomadaire et sa diffusion gratuite. La large place consacrée à l’image facilite la visualisation et la mémorisation de l’événement et donne un accès rapide à l’information. Les articles sont présentés en quatre colonnes de texte, dans une présentation serrée qui rappelle celle des quotidiens. L’aspect et l’organisation de la revue paraissent en tout cas en cohérence avec sa visée informationnelle.

24La revue Civil Engineering offre quant à elle une présentation soignée sur un papier de qualité, qui paraît mieux à même de satisfaire les attentes des lecteurs qui ont choisi de s’y abonner. On notera que les quatre publications de l’année présentent une numérotation continue, qui souligne la valeur de synthèse des informations et de la recherche qui ont marqué la période. Par l’usage qui en est fait, l’iconographie dépasse la seule fonction d’illustration et assure à la fois celle de repère et de matérialisation du concept. Ainsi, la photographie qui figure en première de couverture est reprise sur la page comportant les résumés des articles du numéro. Il ne s’agit pas toutefois d’une reprise en format réduit mais d’une partie seulement de la photographie, recadrée autour de ce qui constitue l’essentiel du message, de même que le résumé présente l’essentiel du message véhiculé par l’article. Les illustrations photographiques, les tableaux, les graphiques ou les schémas sont également nombreux dans les articles de recherche, contribuant à la lisibilité et la cohérence de l’ensemble. Presque tous les articles qui composent la revue sont organisés sur trois colonnes, présentation uniforme qui confère aux écrits de la section « Briefing » le même statut que celui des articles de recherche. Par ses caractéristiques sémiotiques et textuelles, la revue nous paraît donc être en accord avec le statut référentiel que l’on attend d’une parution trimestrielle.

3.2. NCE et Civil Engineering, objet discursif spécialisé

25Comme nous l’avons indiqué dans l’étude du Times Higher, le caractère spécialisé des revues paraît pouvoir être envisagé au regard des thèmes, de l’organisation rhétorique des productions langagières et des caractéristiques linguistiques.

26En ce qui concerne les thèmes traités, nous avons indiqué que les deux revues ici étudiées se distinguent par leur périodicité, par leur mode de diffusion, et par leur organisation interne. On remarque toutefois que les thèmes qui y sont abordés sont communs et récurrents dans l’une et l’autre. On peut donc en déduire qu’ils sont révélateurs des axes de réflexion de l’institution représentant la profession, à une période donnée. Cette réflexion porte à la fois sur le présent et sur l’avenir, sur les succès mais aussi les échecs, et sur les réalisations matérielles mais également sur la place des hommes et des femmes au sein de la profession. Le lecteur est ainsi informé de l’évolution des grands chantiers internationaux tels que celui du Terminal 5 de l’aéroport d’Heathrow qui devrait pouvoir accueillir les voyageurs du monde entier qui viendront assister aux jeux olympiques au printemps 2008, celui du port de pêche de Killybegs en Irlande, du métro d’Amsterdam, du centre financier de Dubaï, ou d’une nouvelle ligne de chemin de fer à Hong Kong. Il est également tenu au courant des investigations qui portent sur les accidents survenus sur de grandes infrastructures (l’effondrement d’un parking de 12 étages aux États-Unis ou celui des digues qui protégent la côte en Hollande) et informé des conséquences juridiques de ces accidents ou incidents. Ces points d’information sont faits avec un éclairage qui renseigne sur les préoccupations majeures de nos jours. Le respect de l’environnement semble ainsi tenir une place particulièrement importante. On trouve par exemple un article qui présente le pont de Lower Bann en Irlande et indique comment les ingénieurs ont intégré à toutes les étapes de sa conception et de sa réalisation la problématique liée à la spécificité de la faune et de la flore sur le site. De nombreux articles portent sur les problèmes liés au transport et à la pollution qu’il engendre et l’on trouve aussi la présentation de nombreux travaux effectués afin de préserver la qualité de l’eau. Enfin la reconnaissance des hommes et des femmes par la profession est explicite avec de nombreux articles présentant les lauréats de concours qui récompensent des ingénieurs. On trouve aussi une réflexion sur l’évolution de la profession en termes de positionnement à l’étranger et de formation. Autant de sujets qui informent le lecteur sur l’actualité, les enjeux et les problématiques de la profession à une période donnée.

27L’examen de l’organisation rhétorique des productions langagières qui figurent dans les revues fait ressortir des caractéristiques communes, que ces écrits soient ceux de journalistes ou d’ingénieurs. On remarque que, dans un premier temps, l’auteur annonce implicitement ou explicitement les objectifs généraux de son discours, les journalistes privilégiant généralement la mention implicite alors que les ingénieurs semblent préférer une mention explicite de ces objectifs. Sans doute peut-on voir là une influence des conventions du genre journalistique qui veut que l’on favorise l’accroche de façon à capter l’attention du lecteur en suscitant sa curiosité. On note que le discours, ensuite, est structuré autour de la présentation des faits, des informations permettant de situer les événements dans le temps et géographiquement mais aussi d’apprécier leur importance. Cette quantification peut être d’ordre financier et informer par exemple sur le coût d’un projet, sur son dimensionnement avec des informations concernant la taille des infrastructures, la durée attendue du chantier ou le nombre de personnes concernées. Il est ainsi possible de visualiser les étapes d’une construction ou l’ampleur d’un effondrement. Le recours à de nombreuses illustrations sous la forme de photographies, de schémas, de tableaux facilite cette visualisation. On remarque que l’illustration photographique est largement présente dans l’ensemble des revues. Elle fonctionne comme une accroche, et met en scène les hommes tout autant que les chantiers, confirmant l’importance de la place qui est faite à ceux qui sont les acteurs de la profession. On note que les schémas, fréquemment utilisés tant par les journalistes que par les ingénieurs, permettent de faire apparaître clairement un enchaînement de processus ou la composition d’une structure. Quant aux tableaux, qui facilitent la présentation de données chiffrées détaillées, précises et organisées, ils sont donc plus fréquents dans les productions des ingénieurs, notamment dans les articles de recherche, que dans celles des journalistes. Si, de façon générale, la relation entre le texte et le support visuel participe de la spécificité du discours spécialisé, on note toutefois une différence dans la façon dont est exprimé le lien entre le visuel et le verbal. Ainsi, dans les articles des journalistes la mention d’un renvoi au schéma est rare tandis qu’elle est systématique dans les articles de recherche. Une fois encore, on peut sans doute voir là l’influence de la convention du genre journalistique qui veut que le lecteur puise spontanément et à son gré dans les différentes sources d’information mises à disposition dans la page.

28En ce qui concerne enfin les caractéristiques linguistiques, l’analyse grammaticale des textes de NCE et Civil Engineering permet d’établir que les caractéristiques du groupe nominal, du groupe verbal et des énoncés complexes sont celles qui sont rapportées par les chercheurs qui se sont penchés sur le discours spécialisé des sciences et techniques. On note qu’il ne semble pas que l’on puisse déterminer à cet égard de différence sensible entre les écrits des journalistes et ceux des ingénieurs, contrairement à ce que nous avons noté au paragraphe précédent. L’analyse du lexique des articles de ces revues permet de faire ressortir les liens avec l’organisation conceptuelle du domaine. On sait que, dans le Génie Civil, la matière fait l’objet d’une grande attention et il n’est donc pas outre mesure étonnant que des termes tels que concrete, steel, aggregate fassent partie des occurrences de noms les plus fréquentes. On trouve également parmi les occurrences de fréquence élevée les termes construction, project, site, build, qui renvoient à l’activité d’une façon générale, ainsi que le terme bridge(s) qui renvoie à la réalisation la plus emblématique de la profession. Il semble en revanche que les constructions de tours et de tunnels n’éveillent pas un aussi grand intérêt : les termes tower(s) et tunnel(s) sont peu fréquents dans l’ensemble des documents. Le lexique paraît également révélateur des grandes orientations de la communauté des ingénieurs. Conformément à ce que l’on a pu noter dans l’analyse des thèmes abordés, les termes engineer, environment(s/tal) sont aussi parmi les plus usités. D’une façon générale, on note que la variété du vocabulaire utilisé est relativement importante. Cette constatation est en accord les conclusions tirées par Biber et al (1999) après analyse de la catégorie de discours appelée Academic prose.

3.3. NCE et Civil Engineering, objet d’enseignement et/ou de recherche

29H. Harter (2001) rappelle que les revues professionnelles favorisent la circulation de l’information dans le monde, au-delà de la barrière de la langue, et que ces échanges concourent à l’uniformisation des pratiques. Elles permettent ainsi de suivre l’évolution technologique de « l’art de l’ingénieur ».

30Nous avons vu que les publications à visée informationnelle, telles que NCE, relatent l’actualité internationale du domaine : le déroulement d’un chantier ou l’annonce de nouveaux projets. Elles donnent également des informations à caractère plus événementiel, tels que les échecs ou réussites de la profession. Les revues à visée référentielle, telles que Civil Engineering, offrent ainsi une réflexion sur le champ disciplinaire et sur les recherches en cours et à venir et représentent donc une source précise et sans cesse actualisée de renseignements.

31En cela elles constituent, comme nous l’avons noté pour le Times Higher, à la fois un support pour l’acquisition de la culture du domaine par les étudiants, et un objet de recherche pour les anglicistes civilisationnistes et les anglicistes en anglais de spécialité. Pour les revues NCE et Civil Engineering, une analyse diachronique de la table des matières permettra, par exemple, de travailler sur l’évolution des préoccupations des ingénieurs, en lien avec l’évolution technologique et politique du monde. L’analyse contrastive des discours produits dans diverses revues permettra au chercheur en anglais de spécialité de mener une réflexion sur les spécificités du discours spécialisé en fonction des domaines ou de l’objet de la revue (Laffont 2005).

32Le chercheur d’anglais de spécialité pourra aussi, à travers ou à partir de l’étude de cette presse, s’interroger sur la distinction entre discours disciplinaire et discours professionnel, selon les professionnels. La question se pose en effet, dans le cas des écrits publiés dans des revues professionnelles, de savoir si le discours disciplinaire pour l’ingénieur n’est pas le discours professionnel pour le journaliste. Son discours disciplinaire serait alors le discours « méta » portant sur ses pratiques professionnelles.

  • 15 On peut, par exemple, envisager la rédaction d’un court article sur une innovation dans le domaine (...)

33La presse professionnelle constitue également, outre une ressource authentique pour l’acquisition de la culture du domaine, un support utile pour un travail diversifié en matière de compréhension écrite et de production écrite15. Les productions langagières peuvent ainsi être analysées selon leur schéma rhétorique de façon à faire ressortir la structure du texte et les techniques rhétoriques utilisées par l’auteur pour véhiculer son message. Un travail de ce type, qui, on le sait, permet de faciliter la compréhension du message, pourrait également constituer un modèle de trame à adopter pour la production de messages spécialisés. On pourrait aussi faire porter l’attention des étudiants sur la pertinence du lexique auquel ils ont recours, en faisant usage d’un concordancier.

Conclusion

34Notre ambition était, à travers l’étude de ces trois publications de la presse professionnelle, de mettre en évidence quelques éléments de caractérisation de cette catégorie au sein de l’ensemble plus vaste de la presse spécialisée. Il nous semble que l’ensemble de ces observations et de ces réflexions confirment l’idée, formulée en introduction, que la presse écrite constitue une valeur sûre de l’enseignement des langues étrangères, y compris en matière d’enseignement de l’anglais à des publics d’étudiants engagés dans des formations spécialisées. Elles auront aussi cherché à démontrer que la valeur de la presse écrite ne se réduit pas à ces motifs, certes bien réels, d’opportunité pédagogique mais conduit nécessairement à des interrogations plus fondamentales sur la presse dans ses relations avec le spécialisé, c’est-à-dire aussi sur la nature et les formes du spécialisé.

  • 16  C’est cette même optique de recherche qui a présidé à l’organisation de deux rencontres dans ce do (...)

35Il nous semble que ces interrogations, qui conduisent au cœur même de la recherche en anglais de spécialité, ne peuvent être abordées, et en tout cas traitées de façon suffisante, au seul niveau de la réflexion théorique, mais doivent se nourrir de l’analyse objectale qui permet de confronter la théorie aux données16. De ce point de vue, il nous paraît donc que l’étude doit être poursuivie pour faire apparaître d’autres données, par exemple en l’élargissant à d’autres publications relevant d’autres domaines spécialisés que celui de l’enseignement supérieur – même s’il apparaît, comme on l’a dit, particulièrement riche – et celui du génie civil, ou à d’autres formes de discours journalistique spécialisé – autres que la forme écrite au sens traditionnel (journaux et magazines imprimés et distribués sous cette forme). Il n’a en effet été question ici que de presse écrite dans cette acception traditionnelle, mais l’on sait que les journaux proposent aussi aujourd’hui des versions en ligne, plus ou moins proches de la version écrite, qui élargissent considérablement, en introduisant une dimension contrastive, l’intérêt de l’objet comme objet d’enseignement et/ou de recherche. Il en va de même des productions d’autres médias, comme la radio ou la télévision. La presse, ressource inépuisable pour l’enseignement de la langue et de la culture, générales ou spécialisées, apparaît donc aussi, comme nous espérons que la présente étude aura contribué à le montrer, comme un riche et vaste domaine de recherche en anglais de spécialité.

Haut de page

Bibliographie

Biber, D. et al. 1999. Longman Grammar of Spoken and Written English. Londres : Longman.

Brossard, J. 1973. La presse et la classe d’anglais. Paris : Armand Colin Longman.

Charaudeau, P. 1997. Le discours d’information médiatique. Paris : Nathan.

Dubois, J. et al.1994. Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage. Paris : Larousse.

Galisson, D. & R. Coste (dir.). 1976. Dictionnaire de didactique des langues. Paris : Hachette.

Harter, H. 2001. Les ingénieurs des travaux publics et la transformation des métropoles américaines, 1870-1910. Paris : Publications de la Sorbonne.

Laffont, H. 2005. Contribution à la caractérisation de l’anglais pour l’ingénieur. Thèse de doctorat, Université Bordeaux 2.

Petit, M. 2004. « Quelques réflexions sur la fiction à substrat professionnel : du général au particulier », In Petit, M. & S. Isani (dir.). Aspects de la fiction à substrat professionnel. Bordeaux : EA 2025/Université Bordeaux 2, 3-23.

Sites-toiles

www.thes.co.uk

www.ice.org.uk

Haut de page

Notes

1  La presse vue sous cet angle paraît surtout concerner l’enseignement de l’anglais dans les filières de formation de journalistes.

2  Malgré son titre et la place qu’y tiennent les sections consacrées à l’économie au sens large (Business, Finance and economics, Economic and financial indicators, Emerging-market indicators), cet hebdomadaire paraît pouvoir être, pour le reste, inclus dans la catégorie généraliste.

3 Voir, sur ces questions du discours d’information médiatique, Charaudeau 1997.

4  Plus exactement car l’appellation canonique de LANSAD paraît parfois inappropriée. Les formations concernées ne sont pas toutes disciplinaires – certaines sont professionnelles, d’autres mixtes – et les étudiants concernés ne sont pas encore de vrais spécialistes mais seulement des spécialistes en formation.

5  Le fait que certains journalistes auteurs d’articles de ces pages spécialisées puissent avoir une « double casquette » de journaliste et spécialiste du domaine dont il traite ne nous paraît pas invalider ce principe fondamental, même s’il peut nécessiter des distinctions plus fines, par exemple entre journaliste médical et médecin auteur de rubriques régulières dans un journal.

6  Qui nous paraît correspondre, du point de vue de la langue de spécialité, à ce que Galisson & Coste appellent « les situations de communication […] relevant d’un champ d’expérience particulier » (1976 : 512) et, du point de vue du spécialisé lui-même, à ce que nous appelons spécialisé du troisième type, c’est-à-dire autre que strictement professionnel ou disciplinaire.

7  Il n’en sera pas autrement question ici, mais l’on sait que cette presse a fait l’objet d’un certain nombre de travaux de recherche en anglais de spécialité.

8  Voir, sur cette question, qui ne sera pas développée ici, Petit M. 2004 (14-15).

9  Le journal a été fondé en 1971. Il paraît le vendredi. Il semble être surtout diffusé par abonnement. Son prix au numéro est de £ 1,40.

10  Sans doute plus connu par ses publications « généralistes » comme le Times, le Sunday Times, le Sun, ou News of the World.

11  Environ 37 par 29 cm. Le terme « compact » permet d’éviter la connotation péjorative associée en anglais au terme tabloid, dans l’opposition tabloid / broadsheets.

12  Il paraît difficile d’expliquer en quelques mots le formidable succès de cette colonne. Disons simplement qu’il s’agit, à travers la chronique d’une université fictive, de ses acteurs et de leurs discours parodiques, d’une critique assez dévastatrice et cruellement drôle des travers de l’enseignement supérieur et de ses évolutions.

13  Les travaux existants paraissent en effet surtout porter sur certains genres spécialisés envisagés dans une perspective plutôt disciplinaire (article de recherche scientifique par exemple).

14 On notera que l’appellation Structural Engineer correspond sensiblement à ce que l’on appelle l’orientation « bâtiment » du Génie Civil en France.

15 On peut, par exemple, envisager la rédaction d’un court article sur une innovation dans le domaine du Génie Civil, à partir d’un dossier technique, ce qui permet de mettre en œuvre des capacités de reformulation et de synthèse.

16  C’est cette même optique de recherche qui a présidé à l’organisation de deux rencontres dans ce domaine général, en juin 2005 à Bordeaux (« Le statut de l’anglais du journalisme en anglais de spécialité », EA 2025, université Bordeaux 2) et juin 2006 à Nice (« Langue, discours, culture des médias : outils et modèles d’analyse », UMR 6039, université de Nice & EA 2025, université Bordeaux 2). Une publication de synthèse de ces travaux est en préparation sous la direction de L. Rouveyrol dans les Cahiers de CORPUS, publication de l’UMR 6039 « bases, Corpus et Langages » (CNRS/Université de Nice-Sophia Antipolis), à paraître fin 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Laffont et Michel Petit, « Presse et anglais de spécialité : quelques éléments de caractérisation de la presse professionnelle », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVI N° 3 | 2007, 26-41.

Référence électronique

Hélène Laffont et Michel Petit, « Presse et anglais de spécialité : quelques éléments de caractérisation de la presse professionnelle », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVI N° 3 | 2007, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 27 février 2017. URL : http://apliut.revues.org/1904 ; DOI : 10.4000/apliut.1904

Haut de page

Auteurs

Hélène Laffont

Hélène Laffont est Maître de Conférences à l’INSA de Toulouse où elle dirige le Centre des Sciences Humaines. Elle a soutenu en 2005 une thèse portant sur la caractérisation de l’anglais pour l’ingénieur sous la direction de Michel Petit. Elle est membre de l’équipe interne ASPDA (Anglais de spécialité, politique et didactique de l’anglais) du laboratoire EA 4140 LACES (Laboratoire Cultures, Education, Sociétés) de l’Université Victor Segalen Bordeaux 2.

helene.laffont@insa-toulouse.fr

Articles du même auteur

Michel Petit

Michel Petit est professeur à l’université Victor Segalen Bordeaux 2 où il dirige jusqu’en janvier 2008 le département-centre de langues ; il est directeur de l’école doctorale des sciences sociales de Bordeaux 2 ainsi que de l’équipe de recherche en anglais de spécialité, politique et didactique de l’anglais (ASPDA). Il a terminé en 2007 son troisième mandat de président du GERAS, groupe d’étude et de recherche en anglais de spécialité.

michel.petit@lv.u-bordeaux2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page