Navigation – Plan du site
Articles

La presse anglo-saxonne et la prédominance des faits : un constat toujours d’actualité ?

The Anglo-Saxon Press and the Predominance of Event-Centred Reporting : Still a Valid State of Affairs ?
Christophe Chambost
p. 42-52

Résumés

Cet article analyse les caractéristiques du journalisme anglo-saxon établies dès le 19e siècle pour déterminer si elles permettent toujours de définir la spécificité des périodiques de nos jours. Dans la première partie, diverses remarques viendront souligner la prédominance des faits rapportés sur les commentaires des journalistes. La deuxième section montrera quels sont les critères faisant qu’une information factuelle est publiée ou non. Enfin, malgré la factualité revendiquée par la presse anglo-saxonne, il apparaît que celle-ci tend désormais de plus en plus vers l’analyse des faits rapportés. Les raisons de ce phénomène seront abordées et l’on conclura en esquissant les dangers éventuels d’une telle évolution journalistique.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article a pour but d’une part de rappeler les spécificités de la presse anglo-saxonne mises en place dès le 19e siècle et d’autre part de voir si les caractéristiques mentionnées sont toujours inhérentes à cette écriture journalistique, ou si, la mondialisation aidant, l’uniformisation des articles de presse tend à se développer.

1. « Fact-centred journalism » : hier et aujourd’hui

2À en croire Jean Chalaby (1996), la presse anglo-saxonne confère bien plus d’importance aux événements que la presse française qui, elle, privilégie le commentaire et l’opinion. Cette prépondérance de l’événement explique l’émergence de certaines pratiques journalistiques discursives anglo-américaines :

[…] journalism is an invention of the 19th century. The profession of the journalist and the journalistic discourse is the product of the emergence [...] of a specialized and increasingly autonomous field of discursive production, the journalistic field. [...] The journalistic mode of writing became characterized by particular discursive strategies and practices, neither literary nor political in character. (1996 : 304)

  • 1 Cette idée est partagée par d’autres chercheurs, mais Michael Schudson rappelle, lui, que les premi (...)

3Dans son article, Chalaby répertorie les caractéristiques du journalisme anglo-américain et elle insiste notamment sur les conséquences qu’entraîna la prise en compte factuelle de l’information. Ainsi, c’est en Angleterre que la première agence de presse fut créée – en 1851 par Julius von Reuters. Parallèlement, le journalisme de terrain vit le jour en Amérique, lors de la guerre de Sécession avec l’envoi de correspondants de guerre1. Ces journalistes allaient familiariser les lecteurs avec la fonction de « rapporteur de faits », désormais plus connue de par le monde sous le nom de reporter. En mettant l’accent sur la collecte de données et sur l’intérêt médiatique de l’événement rapporté (soit l’idée de newsworthiness), la presse anglo-saxonne se caractérisa donc très vite par la volonté de gommer la médiation entre la réalité et le lecteur. L’utilisation d’un style télégraphique décrivant des faits (fact-centred discursive practices) permit alors de réduire les effets de style au maximum afin de condenser le message et d’arriver à un type d’écriture uniquement factuelle, que d’aucuns ont pu nommer « blanche » (Barthes 1953 : 59). L’essor de ce langage journalistique fut d’autant plus facile que la souplesse de la langue anglaise se prêtait fort bien à ces efforts de condensation (grâce à la pléthore de mots monosyllabiques, aux diverses possibilités de compositions adjectivales et nominales…).

4Chalaby remarque également que cette évolution de la langue fut facilitée aux États-Unis, le journalisme n’étant pas écrasé par le poids des traditions littéraires et la presse américaine parvenant assez vite à acquérir une certaine autonomie par rapport au monde politique du fait du rôle grandissant de la publicité (1996 : 303).

  • 2 Joseph Pulitzer fit par exemple la remarque suivante à propos des dépêches françaises : « In Americ (...)
  • 3 Ainsi Zola déclara-t-il : « Le flot déchaîné de l’information à outrance a transformé le journalism (...)

5Il est indéniable qu’à la même époque, la presse française regorgeait d’opinions, d’interprétations des faits rapportés, de chroniques diverses… Même les télégrammes des correspondants français étaient critiqués par les journalistes anglo-saxons pour leur manque de factualité2, alors que le monde de la presse hexagonale était en effet constitué d’écrivains (Balzac, Hugo, Zola…) qui n’hésitaient d’ailleurs pas à critiquer les caractéristiques du journalisme anglo-saxon3.

6De nos jours, la centralité du fait dans l’information anglo-saxonne est toujours d’actualité… et nul ne songerait à nier que la presse française tend elle aussi vers ce désir de factualité. Cependant, l’étude comparative menée par Rodney Benson est intéressante à plus d’un titre (2004 : 85-112). Avec l’aide de Mauro Porto, le chercheur a analysé 626 articles de journaux français (Le Figaro et Le Monde) et 358 articles d’un périodique américain (The New York Times) en 1995. De cette étude, il ressort que 19 % des paragraphes français étudiés contiennent une interprétation ou une opinion, contre seulement 5 % dans The New York Times. Parallèlement, il y a toujours une forte critique de nombre d’intellectuels français sur l’importance démesurée conférée à l’événement par les divers moyens d’information ; il n’est que de prendre l’exemple de Pierre Bourdieu qui, dans Sur la télévision, affirme que « les faits divers, ce sont aussi des faits qui font diversion » (1996 : 16).

  • 4 « [It is] a downgrading of hard news and an upgrading of sex, scandal and infotainment. » (1999 : 2 (...)

7Cette volonté de mettre en avant l’événement de la plus sensationnelle des manières qui soit se retrouve bien sûr dans tout un pan de la presse anglo-saxonne avec les tabloids. Dans ce type d’information, tout élément banal est exclu et l’intérêt humain qui est mis en scène n’est envisagé que de manière « boursouflée », exagérée. La primauté des sujets humains n’a lieu d’être que s’il s’agit de faits spectaculaires (faits divers, désastres, scandales, mais encore divertissements, sports…) qui, a fortiori, contiennent un élément de spectacle – ceci ayant permis le néologisme désormais reconnu : « infotainment ». Dans son article sur le développement des tabloids en Grande-Bretagne, Frank Esser souligne la tendance générale de l’information à s’orienter vers ce qu’il appelle « the tabloidization of news » et qu’il définit comme un « rabaissement de l’information sérieuse et une promotion de l’info-spectacle, du sexe et des scandales »4. Avec les tabloids, la frontière entre l’information et le spectacle devient floue, et ce d’autant plus que de l’autre côté de cette frontière, de purs divertissements reprennent des sujets spectaculaires de l’actualité du moment – Michael Schudson parle de « newsification of popular culture » à ce sujet (1995 : 179).

8Ce besoin de spectaculaire n’est pas nouveau et, reprenant une étude britannique nationale de 1934, Jeremy Tunstall montre bien que, dans tous les journaux alors disponibles, les rubriques consultées en premier étaient celles relatant les accidents, délits et autres divorces5 (1996 : 216). De nos jours toutefois, l’on est en droit de se demander si la recherche du sensationnalisme ne risque pas de s’accroître avec une utilisation discutable d’Internet. Bien sûr, la Toile peut également être considérée comme un formidable moyen de transmettre des nouvelles qui auraient pu, sinon, être passées sous silence. Mais la baisse des critères de déontologie semble difficilement contestable lorsque certains sites n’hésitent pas à divulguer des rumeurs plus que des faits. Ces rumeurs sont ensuite reprises par une partie de la presse sans que celle-ci ait à endosser la responsabilité desdits commérages – de telles pratiques eurent lieu notamment lors du Monicagate alors que Matt Drudge et son site permirent aux journaux de répandre les pires outrances6. Mais la recherche du sensationnalisme n’est plus l’apanage des tabloids britanniques ou américains et dans son étude sur le journalisme dans 21 pays, David H. Weaver se montre bien pessimiste. Il y souligne en effet la forte proportion à l’échelle mondiale de journalistes désireux de divertir leur lectorat, même par des moyens que l’éthique journalistique réprouve (1998 : 479).

9La présente étude portant plus spécifiquement sur l’anglais du journalisme, il convient donc de voir désormais comment l’information est choisie et présentée dans la presse anglo-saxonne.

2. Médiatisation anglo-saxonne de l’événement : sélection et fragmentation de l’information

  • 7 « News is a product of reality-making activities, and not simply reality-describing ones. » (1980 : (...)

10Toute médiatisation est une médiation, ce qui implique une construction délibérée. Marilyn Lester souligne fort justement dans son article (1980) le besoin de créer les nouvelles, de les fabriquer, plutôt que de les décrire7. L’événement quotidien n’a donc pas de statut spécial au préalable mais il va acquérir ce statut par l’action du journaliste. Aucune description journalistique ne peut être neutre : il y a forcément une mise en scène du monde, une transformation d’un fait (« an occurrence ») en un événement intéressant. Pour ce faire, le journaliste va organiser une sélection, un filtrage des informations aussi connu sous le nom de « gatekeeping ».

11Les choix retenus pour la sélection et la création d’une nouvelle digne d’intérêt médiatique sont forcément dépendants de plusieurs facteurs (l’histoire, le contexte politique et/ou social, les autres informations ce jour là…). Les événements de tous les jours doivent alors passer des « news gates » afin de voir s’ils sont véritablement susceptibles de susciter l’attention des lecteurs. Dans cette évaluation de l’information, l’opinion des autres journalistes travaillant dans la même rubrique (beat) est considérable, mais elle ne constitue en aucun cas une donnée suffisante pour permettre ou non à une nouvelle d’être reconnue comme « événement médiatique ». Daniel C. Hallin considère, par exemple, que la sélection des faits dépend de deux facteurs importants et souvent conflictuels : d’une part, la volonté des journalistes d’atteindre un réalisme désintéressé, une objectivité quasi-scientifique et, d’autre part, la nécessité de gérer les faits rapportés en fonction du public visé, le chercheur parlant respectivement de « scientization of journalism » et de « commercialization of the press » (1994 : 26). Mais ces remarques, pour fondées qu’elles soient, n’en demeurent pas moins partielles. Les critères de sélection (news norms) sont en effet nombreux et fluctuants : le contexte peut aussi jouer un rôle primordial, tout comme la succession de faits qui peut primer autant, voire plus, que le fait rapporté en lui-même…

  • 8 En 1995, 81 % des lecteurs de la presse américaine étaient abonnés, contre seulement 28 % en France
  • 9 Toujours en 1995, le revenu de la publicité constituait 79 % du revenu total d’un périodique améric (...)

12Dans son étude comparative, Rodney Benson remarque que la sélection d’un événement est peut-être plus souple aux États-Unis qu’en France, et ce, pour une raison économique non négligeable : les journaux américains dépendent beaucoup moins de l’opinion à court terme des acheteurs que ceux de l’Hexagone. Deux raisons viennent en effet corroborer ce constat : contrairement à ce qui se passe en France, la majorité des lecteurs de presse américaine est abonnée et ne peut donc cesser l’achat d’un périodique du jour au lendemain suite à une politique éditoriale jugée subitement de mauvais aloi8. De plus, le revenu publicitaire étant plus conséquent aux États-Unis, les journaux sont plus à même de résister aux fluctuations ponctuelles de leurs ventes9 (2004 : 89-92).

13Lorsque la nouvelle est finalement retenue, les processus de fragmentation de l’événement et de condensation du message sont effectués pour ne garder que l’essentiel de l’information. L’anglais du journalisme peut alors contribuer pleinement à l’impression de factualité liée à l’information transmise, et ce n’est jamais aussi vrai que dans les dépêches des agences de presse anglo-saxonnes. Il ne faut toutefois pas perdre de vue que, malgré leur brièveté et leur aspect brut, ces dépêches purement factuelles ne font qu’approcher une objectivité qui reste sujette à caution puisque l’information donnée est avant tout fournie pour des clients généralement américains ou européens… ce qui crée inévitablement une vision occidentale des faits rapportés. Dans son article sur l’agence Reuters, Michael Palmer parle alors « d’occidentalocentrisme » (1996 : 98).

14La sélection puis la fragmentation des faits rapportés par la presse sont des étapes incontournables et il convient désormais de voir si la concision et la factualité, recherchées plus particulièrement dans la presse anglo-saxonne, ne sont pas en fin de compte de simples effets de surface permettant parfois de mieux déguiser l’expression d’opinions diverses.

3. De l’événement à la généralisation de l’analyse

15Dans un article très convaincant, Kevin Barnhurst & Diana Mutz prennent pour point de départ ce qui pourrait être la conclusion de l’article de Chalaby, à savoir la plus grande factualité de la presse anglo-saxonne par rapport au journalisme français. Le titre explicite qu’ont choisi les deux chercheurs (« American Journalism and the Decline in Event-Centered Reporting ») enlève toute ambiguïté à leur propos. Selon eux, la description des faits est désormais suivie par une analyse de l’événement en question, et cette analyse devient même plus importante que l’événement en soi (1997 : 27) – en cela, le journalisme américain se rapprocherait donc du style journalistique typiquement français décrit par Chalaby.

  • 10 On peut malgré tout penser qu’une partie de la presse américaine locale conserve son attachement au (...)

16À partir d’une étude comparative de The New York Times, The Chicago Tribune et The Oregonian en 1894 et en 1994, Barnhurst & Mutz concluent que, de nos jours, les articles de presse sont moins descriptifs mais, en règle générale, plus analytiques et plus longs qu’au 19e siècle, et ce, qu’il s’agisse d’informations rapportant des faits sensationnels ou des problèmes économiques et sociaux (1997 : 43-46). Selon ces chercheurs, l’individu en soi est moins important et laisse désormais de plus en plus la place à un type abstrait de personne qui représente une catégorie sociale spécifique, ceci permettant alors au journaliste de commenter des faits de société en fonction des groupes démographiques concernés. Ainsi, ces développements analytiques impliquent un gommage de la particularité des faits rapportés (les noms, les adresses ou les lieux disparaissent souvent, contrairement au journalisme factuel américain du 19e siècle)10. Les victimes, notamment, étant moins individualisées, les journalistes préfèrent souvent se tourner vers les figures de l’autorité, figures vues aussi de manière abstraite avec le succès médiatique grandissant des experts en tous genres. Cette évolution des données transmises explique également un changement dans le style journalistique puisque l’on s’éloigne du style sténographique d’antan – le fameux « degré zéro » de l’écriture journalistique (Barthes 1953 : 60). Parallèlement, l’accent est mis sur le contexte socio-historique dans un article qui ne se contente plus de rapporter le seul moment présent mais qui prend désormais aussi en compte l’avenir et surtout le passé lié à l’événement conté. Toutes ces modifications accentuent la longueur de l’article alors même que la teneur événementielle diminue.

17La recherche d’un événement isolé fait alors place à une construction thématique de l’information où l’on privilégiera le contexte social général. Ainsi, l’incendie d’un immeuble est le moyen d’aborder le problème de l’insalubrité des bâtiments en centre ville. Dans ce genre d’article, seulement deux des six questions de la rhétorique des circonstances sont véritablement développées (les questions « Pourquoi ? » et « Comment ? », plutôt que « Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? »). Pour Barnhurst & Mutz, cette structuration de l’information s’applique plus à certains sujets qu’à d’autres (plus aux problèmes sociaux qu’à tout événement lié à la criminalité). On est cependant en droit de se demander si la limitation imposée à ce constat a vraiment lieu d’être. En effet, en s’appuyant sur l’article de Francis James, « La métamorphose du fait divers », il paraît possible et même logique de considérer tout fait divers comme un « fait de société ». Le fait divers, si souvent critiqué par les partisans d’un journalisme de réflexion et d’opinion, peut aussi s’analyser comme le « signe d’une réalité toujours à dévoiler » (2000 : 135). Le compte rendu d’un accident de la route sera en règle générale moins analytique qu’un article sur une décision politique majeure. Il n’est toutefois pas impossible d’envisager les problèmes d’alcool au volant par rapport à une série de décisions du gouvernement ou de considérer un acte de criminalité en fonction de fortes tensions sociales.

18Que l’on adopte le point de vue de Barnhurst & Mutz ou celui, plus « radical » de James, il demeure incontestable qu’au fil du temps une redéfinition de l’écriture du reportage s’est effectuée, tant dans les pays anglo-saxons qu’en France. Bien sûr, ces modifications varient toujours selon plusieurs facteurs (l’histoire nationale du journalisme, la politique éditoriale du journal, le sujet traité, le contexte social…), mais le désir de rédiger un article analytique implique des procédures récurrentes, telle par exemple, la présentation de possibilités contradictoires grâce à deux avis divergents rapportés directement ou non. Ces méthodes participent à une sorte de rituel qui donne l’impression de s’approcher de l’objectivité, comme le constate Gaye Tuchman dans son article « Objectivity as a Strategic Ritual : An Examination of Newsmen’s Notions of Objectivity » (1972 : 665-666).

19Quel qu’il soit, l’événement initialement considéré de façon isolée est désormais le cœur révélateur d’une vision englobant la société, et ce n’est donc pas la moindre des ironies que de citer deux penseurs français pour étayer cette conception « moderne » de l’événement. Ainsi, Maurice Merleau-Ponty déclara-t-il dans Signes : « Les faits vrais ne sont pas les débris de la vie, mais des signes, des emblèmes, des appels » (1960 : 390). Quant à Jean-Paul Sartre, il fut on ne peut plus clair lorsque, pour le lancement du périodique Le Nouvel Observateur en 1964, il affirma : « L’analyse d’un fait divers peut être bien plus révélatrice de la nature de la société qu’un commentaire sur le chef du gouvernement » (1964 : 2).

20Ce besoin d’analyser les données brutes de l’information ne surprend pas outre mesure si l’on se rappelle la tendance initiale du journalisme français à privilégier le commentaire. Cette même tendance est, par contre, beaucoup plus surprenante dans le contexte anglo-saxon. Cette évolution de la presse britannique et américaine n’est cependant pas le fruit du hasard ; elle s’explique en effet par l’essor du marché de l’information tout au long du 20e siècle. Si l’écrit journalistique a progressivement délaissé les faits pour se rapprocher de l’étude sociologique, c’est en grande partie dû au développement de la radio et de la télévision qui, toutes deux, permettent de rendre compte plus rapidement des événements les plus frappants. A contrario, une information écrite livrée « abruptement » mais qui est publiée après maints journaux télévisés, va immanquablement perdre de sa force et de son potentiel de stupéfaction… « L’effet choc » qui saisissait le lecteur au début du 20e siècle est devenu télévisuel et la teneur analytique des articles de presse n’est que la conséquence logique de cette évolution médiatique. Parfois, quand même, un certain type de presse tente de concurrencer radio et télévision et au poids des mots s’ajoute souvent le « choc des photos »… et de la mise en page (avec l’utilisation de la couleur, le travail sur la forme des titres et sous-titres…).

21Des facteurs culturels ont également favorisé le développement analytique de l’information aux États-Unis : dans les années 1930 à 1950, de nombreuses écoles de journalisme furent créées. Dans ces formations, l’accent fut mis sur l’enseignement des sciences sociales, ce qui fournit un bagage analytique considérable aux futurs reporters. À la même époque, les indicateurs sociaux (statistiques, données quantitatives…) se développèrent de manière significative, ce qui vint renforcer le travail d’analyse mis en place dans lesdites écoles de journalisme. En 1947, qui plus est, la commission sur la liberté de la presse (the Hutchins Commission) publia un rapport préconisant aux journalistes d’aller au-delà de la simple description des faits et de ne plus hésiter à les interpréter (Barnhurst & Mutz 1997 : 49). Enfin, il convient également de ne pas oublier qu’historiquement un pan de la presse américaine a toujours été caractérisé par un journalisme d’investigation. Ce désir d’aller creuser sous la surface des choses afin de livrer une vérité cachée et d’en tirer des conséquences concrètes pour le bon fonctionnement de la société parcourt l’histoire du journalisme américain, depuis les muckrackers du 19e siècle (qui dénoncèrent de nombreux scandales financiers ou politiques) jusqu’à l’enquête de Carl Bernstein et Bob Woodward pour le Washington Post qui mena au scandale du Watergate et à la démission du Président Richard Nixon.

22De toutes ces considérations, il ressort que le commentaire tendant vers l’objectivité s’est développé aux dépens de la description neutre des événements. Cette assertion doit cependant être mitigée car elle n’explique pas le succès et l’essor parallèle des tabloids, peu connus pour leur rigueur déontologique. Si l’on s’en tient à la presse de qualité, force est de constater que le développement du commentaire a eu comme contrepartie un affaiblissement du dynamisme narratif qui constituait une caractéristique essentielle du journalisme anglo-saxon d’antan. Alors, il n’était en effet pas rare pour un journaliste d’élaborer son article à la manière d’une intrigue qui reprenait tous les éléments de l’événement rapporté (souvent, le journaliste rendait compte des faits dans une chronologie précise et concise qui rendait la lecture pleine de suspense).

  • 11 « [The new long] journalism then becomes a reference tool, and consumers use the paper not by readi (...)

23À en croire certains chercheurs, cette évolution de la presse a également eu pour conséquence regrettable une certaine « marchandisation » de l’information qui dévalue le travail du journaliste. Barnhurst & Mutz pensent ainsi qu’aujourd’hui, les articles ne sont plus lus avec la même attention qu’auparavant ; ils ne sont plus que parcourus du regard à la recherche d’un élément informatif partiel qui permettra au lecteur de faire référence à un fait sans pour autant l’avoir assimilé11. De même, Schudson se méfie de l’excès d’information créé par la société de consommation et il différencie deux types de citoyens : celui qui sait digérer l’information qu’il reçoit (the informed citizen) et celui qui subit l’information et ne parvient pas à s’approprier toutes les données qui lui sont transmises (the informational citizen) (1995 : 27). Cette méfiance se retrouve en France dans les propos de Pierre Bourdieu pour qui la concurrence exacerbée que se livrent les médias est loin d’être automatiquement génératrice d’originalité et de diversité. Elle tendrait au contraire à favoriser l’uniformité de la demande. Le sociologue français souligne aussi le caractère néfaste de la vitesse qui régit le monde de l’information : pour lui, les nouvelles se succèdent à toute allure et provoquent « l’amnésie permanente » du spectateur (1994 : 5). Ce constat peut aussi s’appliquer à la presse avec, notamment, l’éclosion des journaux distribués gratuitement matin et soir (qui sont sitôt lus et… sitôt oubliés). Enfin, Pierre Bourdieu fait aussi état d’une autre contrainte non négligeable : la « censure structurale » qui régit les informations télévisées et qui se caractérise par des contraintes temporelles empêchant les journalistes d’aller plus en avant dans leur enquête (1994 : 5). Ce type de censure se retrouve également dans la presse puisque les contraintes spatiales limitent la longueur des commentaires ou des entretiens de façon similaire.

4. Conclusion

  • 12 Il suffira de prendre comme exemple le scandale de « l’affaire Enron », ou les élections présidenti (...)

24En réduisant la factualité des informations rapportées dans les journaux anglo-saxons notamment, la presse a voulu gagner en profondeur et en analyse. Il n’est cependant pas dit que l’interruption de la capacité humaine à s’étonner soit bénéfique car l’histoire a prouvé en effet que c’est souvent l’étonnement et l’indignation qui permettent aux journalistes d’obtenir des résultats dans leurs investigations (ce fut le cas par exemple lorsque les muckrakers américains du 19e siècle dénoncèrent avec véhémence les scandales financiers liés à l’industrie ferroviaire et qu’ils parvinrent à faire en sorte que les magnats du chemin de fer n’échappent pas à de lourdes sanctions financières). Le développement d’un journalisme analytique stéréotypé et fait « à la chaîne » est peut-être la meilleure solution pour flatter les egos, endormir les consciences et faire en sorte que la couverture médiatique serve finalement plus à relativiser les aspects choquants de certains scandales majeurs12 qu’à confronter le public à ce qui ne devrait pas être et à agir véritablement afin d’influer sur l’événement rapporté.

Haut de page

Bibliographie

Barnhurst, K. & D. Mutz. 1997. « American Journalism and the Decline of Event-Centered Reporting ». Journal of Communication vol. 47 n° 4 : 27-43.

Barthes, R. 1953. « L’écriture et le silence ». Le degré zéro de l’écriture. Paris : Éditions du Seuil, 58-61.

Benson, R. & E. Neveu. (eds.). 2004. Bourdieu and the Journalistic Field. Londres : Polity.

Benson, R. 2004. « Mapping Field Variation : Journalism in France and the United States ». Bourdieu and the Journalistic Field. Londres : Polity, 85-112.

Bourdieu, P. 1994. « L’emprise du journalisme ». Actes de la recherche en sciences sociales : l’emprise du journalisme n° 101-102. Paris : Seuil. 3-9.

Bourdieu, P. 1996. Sur la télévision. Paris : Liber.

Chalaby, J. 1996. « Journalism as an Anglo-American Invention. A Comparison of the Development of French and Anglo-American Journalism ». European Journal of Communication vol. 11 n° 3 : 303-326.

Esser, F. 1999. « Tabloidization of News : A Comparative Analysis ». European Journal of Communication vol. 14 n° 3 : 291-324.

Hallin, D. 1994. We Keep America on Top of the World. Television Journalism and the Public Sphere. Londres : Routledge.

James, F. 2000. « Ces crimes qu’on rapporte, ou la métamorphose du fait divers ». In Huchet, B. & E. Payen (eds.). Figures de l’événement. Paris : Centre Pompidou, 135-140.

Lester, M. 1980. « Generating Newsworthiness : the Interpretive Construction of Public Events ». American Sociological Review vol. 45 : 984-994.

Merleau-Ponty, M. 1960. Signes. Paris : Gallimard.

Neveu, E. 2004. Sociologie du journalisme. Paris : La Découverte.

Palmer, M. 1996. « L’information agencée fin de siècle ? Visions du monde et discours en fragments ». Réseaux n° 75 : 87-110.

Sartre, J.-P. 1964. « Sartre : l’alibi ». Le Nouvel Observateur n° 1, 19 novembre 1964 : 1-2.

Schudson, M. 1978. Discovering the News, A Social History of American Newspapers. New York : Basic Books.

Schudson, M. 1995. The Power of News. Harvard : Harvard University Press.

Tuchman, G. 1972. « Objectivity as Strategic Ritual : An Examination of Newsmen’s Notions of Objectivity ». American Journal of Sociology, vol. 77 n° 4 : 660-678.

Tunstall, J. 1996. Newspaper Power, the New National Press in Britain. Londres : Clarendon Press.

Weaver, D. (ed.). 1998. The Global Journalist. News People around the World. Cresskill, New Jersey : Hampton Press.

Haut de page

Notes

1 Cette idée est partagée par d’autres chercheurs, mais Michael Schudson rappelle, lui, que les premiers envoyés spéciaux à rendre compte de combats se trouvèrent sur les champs de bataille de la guerre de Crimée, en 1854-1855. Selon lui, cette pratique journalistique ne fit que se développer lors de la guerre de Sécession (1978 : 67).

2 Joseph Pulitzer fit par exemple la remarque suivante à propos des dépêches françaises : « In America, we want facts. Who cares about the philosophical speculations of our correspondents ? » (Chalaby 1996 : 311).

3 Ainsi Zola déclara-t-il : « Le flot déchaîné de l’information à outrance a transformé le journalisme, tué les grands articles de discussion, tué la critique littéraire, donné chaque jour plus de place aux dépêches, aux nouvelles grandes et petites, aux procès verbaux des reporters et des interviewers » (Neveu 2004 : 13).

4 « [It is] a downgrading of hard news and an upgrading of sex, scandal and infotainment. » (1999 : 292).

5 Il est bon de rappeler que le premier tabloid britannique, The World, fut publié dès 1901. Son slogan était on ne peut plus limpide : « All the news in sixty seconds ».

6 http://www.drudgereport.com/

7 « News is a product of reality-making activities, and not simply reality-describing ones. » (1980 : 984).

8 En 1995, 81 % des lecteurs de la presse américaine étaient abonnés, contre seulement 28 % en France.

9 Toujours en 1995, le revenu de la publicité constituait 79 % du revenu total d’un périodique américain, alors qu’en France il ne dépassait pas 50 %.

10 On peut malgré tout penser qu’une partie de la presse américaine locale conserve son attachement aux données factuelles liées à l’information rapportée.

11 « [The new long] journalism then becomes a reference tool, and consumers use the paper not by reading entire narratives but by scanning and collecting bits of information. [...] The market thus produces news meant to be referred to, not read. » (48).

12 Il suffira de prendre comme exemple le scandale de « l’affaire Enron », ou les élections présidentielles américaines de l’an 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Chambost, « La presse anglo-saxonne et la prédominance des faits : un constat toujours d’actualité ? », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVI N° 3 | 2007, 42-52.

Référence électronique

Christophe Chambost, « La presse anglo-saxonne et la prédominance des faits : un constat toujours d’actualité ? », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVI N° 3 | 2007, mis en ligne le 20 novembre 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://apliut.revues.org/1928 ; DOI : 10.4000/apliut.1928

Haut de page

Auteur

Christophe Chambost

Christophe Chambost est Maître de Conférences à l’Université Victor Segalen Bordeaux 2 où il enseigne au Département des Langues Vivantes Pratiques (DLVP). Ses domaines de recherche sont les langues-cultures de spécialité (journalisme) et la Fiction À Substrat Professionnel (FASP).
christophe.chambost@u-bordeaux2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page