Navigation – Plan du site
Articles

L’anglais de spécialité dans la presse : l’exemple du lexique des énergies renouvelables

English for science & technology in the press as epitomised by the vocabulary of renewables
George Sosin
p. 53-68

Résumés

Une formulation différente du thème du présent Cahier de l’APLIUT permet une meilleure appréhension des termes de spécialité utilisés pour véhiculer le lexique des énergies renouvelables. Une comparaison d’un corpus de la revue New Scientist avec un corpus d’articles de recherche de Renewable Energy fait ressortir les similarités et les différences dans leur utilisation des termes de spécialité.
De nombreux dictionnaires et encyclopédies spécialisées ainsi que des sites Web comblent les vides créés par le constant foisonnement de tels termes, qui sont le fruit des nouveaux concepts et notions faisant leur apparition grâce à la recherche théorique et appliquée dans ce domaine nouveau. Lorsque ces termes seront consignés dans des dictionnaires de langue anglaise, ils deviendront des vocables scientifiques et techniques et même des noms utilisés par les masses.

Haut de page

Texte intégral

Prolégomènes : justification du titre de ce travail

1Le principal mérite de la formulation du thème du présent Cahier réside dans son ambiguïté, ce qui autorise une kyrielle d’interprétations. Le connecteur qui consomme l’union des notions conceptuelles « presse » et « langage de spécialité » – du moins en surface – est-il censé adjoindre deux concepts complémentaires, disparates ou diamétralement opposés ? Les deux notions peuvent jouir d’une existence à part, certes, mais leur union ouvre la voie à un monde de possibles. L’intersection du savoir scientifique et technique avec la médiation / médiatisation journalistique met en avant la double dimension épistémologique et ontologique de la science. La presse scientifique ne saurait exister sans les découvertes scientifiques, tandis que la science resterait lettre morte sans être connue et partagée par tous (Roqueplo 1987). La découverte scientifique trouve son expression légitime dans la presse scientifique (Nelkin 1987 : 77 ; Raichvarg 1991 : 27 ; Pracontal 1982 : 64). La mission qu’elle s’assigne est celle d’expliquer aux profanes et aux autres scientifiques les dernières nouvelles en provenance des laboratoires de recherche (Jurdant 1975 : 150 ; Chalmers 1990 ; Friedman, Dunwoody & Rogers 1999 : 5, 106 ; Laszlo 1993 : 9-10 ; Latour & Woolgar 1986).

2Le titre choisi pour ce travail tente d’orienter, de préciser et de circonscrire sa portée : les deux notions entretiennent des rapports d’inclusion, voire d’appropriation. Il convient d’étudier à quel degré la presse écrite de vulgarisation scientifique s’approprie le langage des sciences, afin de s’ériger en porte-parole de la science en général, et du domaine des énergies renouvelables en particulier.

Le domaine des énergies renouvelables et l’article de vulgarisation scientifique

3L’« anglais des énergies renouvelables » est cette composante de l’anglistique qui s’inscrit dans le cadre plus large de l’anglais du génie thermique et énergie qui, à son tour, est une partie de l’anglais scientifique. Son objet d’étude est constitué par l’analyse discursive et culturelle du langage de la communauté scientifique et technique anglophone dans le domaine des sources, de la production, de la distribution et de la consommation d’énergie obtenue exclusivement à l’aide de phénomènes naturels réguliers ou récurrents, provoqués par le soleil, la lune ou la terre. Ce domaine d’étude est pour l’instant mal défini et ses frontières sont mal délimitées, puisqu’il n’est pas à proprement parler pleinement constitué. Le discours de ce domaine est, plus encore que le discours scientifique en général, un discours en constante évolution, qui se cherche, qui se forme, étant donné que les concepts eux-mêmes ne sont pas tout à fait mis en place, du fait de la relative nouveauté de ce domaine.

  • 1 […] la souplesse apportée par la formule du périodique permet sans doute une meilleure adaptation à (...)

4La forme du périodique s’est imposée d’emblée, puisque celui-ci est seul capable de suivre l’évolution permanente d’un domaine en pleine évolution. Ces livraisons hebdomadaires permettent de mesurer la place accordée à un domaine scientifique donné et de suivre son évolution à travers le temps. L’article de recherche étudie en profondeur et de façon exclusive une forme de production d’énergie. Cette mise en perspective1, fût-elle en synchronie ou en diachronie, fait défaut à l’article de recherche. L’article de vulgarisation, agréable à lire, puisqu’en fin de compte il s’agit d’un genre littéraire (Klein 1997 : 16 ; Boulanger 1997 : 22), avec un niveau de difficulté scientifique raisonnable et un anglais authentique, se prête plus volontiers à une exploitation pédagoqique, du moins en IUT.

5Le choix s’est assez vite porté sur New Scientist, revue scientifique hebdomadaire, généraliste, qui couvre des domaines variés de la science et de la technique. Cette revue a l’avantage de fournir un champ de données observables puisqu’elle est entièrement consacrée à la découverte scientifique et à ses applications pratiques (voir sa présentation dans Sosin 2006 : 8-12). Ce choix s’est fait suivant des critères primordiaux de cohérence et d’accessibilité. Il s’agit tout d’abord de constituer un corpus qui puisse être utilisé par la suite en cours de langue en IUT dans la spécialité « Génie thermique et énergie ». La décision d’élaborer un corpus de textes de vulgarisation scientifique plutôt qu’un corpus d’articles de recherche a été prise pour plusieurs raisons. Tout d’abord parce que les articles de vulgarisation sont plus « encyclopédiques », moins pointus (Trimble 1985 : 49), et qu’ils se focalisent moins sur un seul procédé ou technique. Ensuite, l’article de vulgarisation explique davantage les phénomènes et les procédés de production d’énergie à partir de sources renouvelables, avec un souci pédagogique évident, ce qui a été souligné par de nombreux chercheurs (Jurdant 1973 : 56 ; de Pracontal 1982 : 50-51 ; Jacobi 1982 : 87 ; Duchet. 1991 : 37).

Dialogisme du discours de vulgarisation scientifique

6L’article de vulgarisation scientifique se situe à mi-chemin entre l’article de recherche et celui de la grande presse. La science n’est en fin de compte qu’un prétexte pour des développements sociaux, économiques et politiques dans l’article des grands quotidiens. L’article de recherche, une démonstration rigide (Miller 1996 : 29 ; Laszlo 1993 : 94 ; Lerat 1995 : 109), appuyée par de nombreuses équations, des graphiques et des tableaux, présente une réalité morcelée, d’où la visée pédagogique manque le plus souvent.

7La constitution du corpus devait répondre à un critère de langue authentique, écrite par des anglophones, à un niveau de difficulté scientifique et technique moyen, accessible à des étudiants d’IUT. Les articles de New Scientist ne s’adressent pas à des spécialistes, mais à un public ayant une formation scientifique, curieux des dernières découvertes. Donald Hayes (cité par Laszlo 1993 : 68) a classé les périodiques d’après leur degré de lisibilité sur une échelle allant de 0 à 32. Entre International Herald Tribune et Nature, qui se situent respectivement aux extrêmes inférieurs et supérieurs de cette échelle, New Scientist présente un degré de lisibilité plutôt raisonnable, avec une note de 4. Le choix des articles s’est fait à partir des mots clés des titres et des textes. La présence du vocable « energy », véritable élément isotopique (Hénault. 1993 : 81), sa famille de mots et ses synonymes, a servi comme critère de sélection des articles de New Scientist.

8Le message y est transmis par des émetteurs hétérogènes tels que journalistes scientifiques, chercheurs, conseillers scientifiques du gouvernement britannique ou américain, parlementaires, responsables des ressources humaines et lecteurs. L’émetteur et le récepteur peuvent à l’occasion changer de place, ce qui est inconcevable dans un article de recherche. Il résulte un discours d’une extrême complexité, un « dialogue permanent et public nourri par les événements » (Roqueplo 1993 : 366). Ce dialogisme, ou discours polyphonique, (Bakhtine), fomenté, facilité et parfaitement maîtrisé par la rédaction de New Scientist, s’inscrit dans la stratégie de pérennisation de cette revue, et permet, par ricochet, au domaine étudié – et au lexique qui le constitue – de prendre forme et d’évoluer au gré de ses livraisons hebdomadaires.

9L’étude de l’anglais de spécialité du domaine des énergies renouvelables passe par une étude contrastive lexico-sémantique à partir d’un corpus d’articles de vulgarisation scientifique, opposé à un corpus de taille équivalente d’une revue de recherche. Renewable Energy a été choisi comme corpus de contrôle puisque les articles qui y sont publiés traitent exclusivement de la recherche fondamentale et appliquée sur les énergies renouvelables. La revue de recherche a permis de déceler les écarts et les éléments de convergence entre le texte de vulgarisation scientifique et celui de recherche. Face à la variété des émetteurs de la revue de vulgarisation, doués d’une voix qui leur est propre, le discours de la revue de recherche a une voix monocorde, qui véhicule un monologue sobre et précis.

10L’émetteur des articles du corpus de contrôle est constamment un ou des chercheurs provenant d’horizons très divers, majoritairement des pays en voie de développement. Ces articles ne sauraient donc répondre à l’exigence d’une langue authentique. Si l’émetteur anonyme ou unique est le plus fréquent dans l’article de vulgarisation scientifique, dans le corpus de contrôle les articles sont écrits en collaboration le plus souvent. 47 % des articles sont écrits par deux co-auteurs et 30 % sont publiés par un auteur unique (Voir Sosin 2006 : Volume II, Annexe XII, 52-53).

  • 2 Par « vocables scientifiques et techniques », il faut comprendre les termes utilisés afin de nommer (...)

11La taille du­ corpus doit permettre l’actualisation d’un nombre relativement conséquent de vocables scientifiques et techniques ainsi que de termes de spécialités2. La « linguistique de corpus » (Martin 1997 : 75) permet dans un premier temps le dépouillement des articles retenus. Après la collecte des données brutes, il a été procédé au dénombrement et au tri alphabétique de tous les vocables de chaque corpus pris séparément par le truchement du logiciel Winconcord. L’attestation de chaque vocable a été vérifiée dans un dictionnaire général de langue des années ’80, puisque c’est à cette époque que les énergies renouvelables ont pris leur essor. Si les vocables scientifiques sont attestés dans ce dictionnaire, cela signifie qu’ils ne devraient pas appartenir au vocabulaire de spécialité des énergies renouvelables. Si les articles de vulgarisation ou les articles de recherche les utilisent pour ce domaine en tant que termes de spécialité, il s’agit d’emprunts lexicaux. Et si les emprunts lexicaux faits aux domaines avoisinants sont nombreux, cela peut signifier deux choses : soit le langage de spécialité du domaine des énergies renouvelables est pauvre, soit le domaine des énergies renouvelables lui-même ne peut fonctionner sans le vocabulaire des autres domaines. Parmi les domaines avec lesquels il entretient des rapports très étroits, mais dont il se sépare, il convient de rappeler la physique des solides et nucléaire, la chimie et la combustion, la mécanique des fluides ainsi que les mathématiques.

Vocables scientifiques et techniques et termes de spécialité dans le corpus d’étude

12Lors de la recherche d’attestation des vocables scientifiques et techniques, cinq cas de figure se sont détachés nettement :

13Le vocable est attesté dans le dictionnaire Harrap’s New Standard en deux volumes de 1980 (1994) avec le sens connu aujourd’hui, ce qui a été symbolisé par « D ». 697 vocables scientifiques et techniques du corpus New Scientist sont attestés dans un dictionnaire de langue, pour un vocabulaire de 13 194 mots ; 577 vocables du corpus Renewable Energy sont également attestés pour un vocabulaire de 18 267 mots.

14Le sens donné en contexte diffère de celui attesté dans le dictionnaire. Il s’agit dans ce cas de néologie de sens. Parmi ces vocables on peut citer « Torus » et « wafer ». Un vocable du corpus New Scientist et sept de Renewable Energy sont concernés, symbolisés par « D ! ».

15En dépit de l’attestation des affixes et des bases, les mots composés et dérivés créés ne sont pas attestés. Même si toutes les conditions sont remplies pour que les vocables soient attestés dans le dictionnaire, la forme elle-même n’est pas attestée. Des vocables comme « microelectromechanical », « cryogenically », « epitaxially » ne sont pas attestés, même si le préfixe « micro » est attesté, de même que les vocables « mechanical ». « Cryogenic » et « epitaxial » sont attestés, en revanche l’adverbe qui leur correspond est absent des dictionnaires. Parmi les noms composés non attestés, on peut citer « airmass » ou « bandgap ». Les 147 vocables de ce type ont été symbolisés par « ?D ».

16Les vocables ne sont attestés que dans une encyclopédie en ligne comme Wikipedia ou sur un site spécialisé, ou les deux. Si les vocables sont attestés dans l’encyclopédie libre Wikipedia cela a été symbolisé par « W ». 65 vocables du corpus New Scientist et 150 vocables du corpus Renewable Energy sont attestés dans Wikipedia et 107 et 252 vocables respectivement sont attestés dans New Scientist et Renewable Energy.

17Aucune attestation n’a été retrouvée pour 18 vocables du corpus Renewable Energy et pour un vocable de New Scientist. Ces vocables ont été symbolisés par « ? ».

18Il résulte des données obtenues (voir annexe I) que le vocabulaire scientifique et technique de la revue de vulgarisation est plus varié et moins répétitif que celui de la revue de recherche, même s’il est moins pointu. Des termes comme « aeolian », « downwind », « upwind » ou encore « Kaplan » ne posent aucun problème de compréhension pour un public averti ; il est par conséquent tout à fait normal de les retrouver dans les pages de la revue de recherche. La fréquence relativement plus élevée de certains termes de spécialité dans Renewable Energy montre à quel point l’article de recherche répète le mot-clé. Quelques exemples pour le prouver : « biomass », actualisé 30 fois dans New Scientist contre 106 fois dans la revue de recherche ; « farm », avec 32 occurrences dans la revue de vulgarisation contre 75 dans celle de recherche ; ou encore « photovoltaic », avec l’acronyme « PV », utilisé respectivement 17 et 24 fois contre 100 et 200 fois dans Renewable Energy.

19Comme il résulte de l’annexe II, les termes de spécialité du domaine des énergies renouvelables se réduisent en fin de compte à 86 termes, avec un vocabulaire de 1 595 mots, ou tokens pour New Scientist et 112 termes, avec un vocabulaire de 4 439 mots pour Renewable Energy. 42 termes de spécialité sont communs aux deux corpus, ce qui signifie que la revue de vulgarisation utilise un vocabulaire de haute tenue scientifique, en adéquation avec l’objet technique présenté et avec les concepts introduits. La différence entre les deux corpus devient réellement significative lorsqu’on prend en compte la façon dont ces termes sont utilisés. Ainsi les termes de spécialité sont légèrement plus nombreux dans la revue de recherche, mais ils sont répétés deux fois plus que dans le corpus de New Scientist. Cette répétition des termes de spécialité sert la démonstration scientifique. Dans le corpus de la revue de vulgarisation, les termes de spécialité sont plus éparpillés dans le texte, les abréviations sont développées lors de la première utilisation, et les termes sont définis de façon discrète, par des syntagmes antéposés au terme à définir. L’utilisation des définitions de type classique, à l’aide de relatives déterminatives dans des phrases matrices semble un procédé rébarbatif, puisqu’il est systématiquement exclu de l’article de vulgarisation scientifique. La rédaction semble se baser sur les inférences que le récepteur est susceptible de faire sur la base de son bagage de connaissances scientifiques. Les explications scientifiques se retrouvent côte à côte avec des procédés journalistiques, des considérations d’ordre politique, éthique et économique. Si les termes de spécialité confèrent aux articles de recherche une certaine « richesse » toute relative, le vocabulaire utilisé dans New Scientist est plus varié, ce qui fait que le texte de vulgarisation est plus lisible et plus agréable à lire.

20Une politique éditoriale concertée resurgit, qui produit un mimétisme factice avec le langage de tous les jours, ce qui s’avère en fin de compte illusoire puisque sous l’apparence d’un discours familier sont véhiculées des connaissances scientifiques et techniques assez pointues dans un langage qui favorise la dénotation au détriment de toute connotation ou prise de position explicite ou implicite. Subrepticement, la curiosité du récepteur est avivée, ce qui permet de faire consommer ce produit qu’est l’information scientifique et technique, et de faire vendre la revue.

À la recherche d’un lexique propre

21L’avancée des sciences et des techniques crée un écart qui ne cesse de s’accroître entre le vocabulaire général et les objets scientifiques et techniques (Bensaude-Vincent & Rasmussen 1997 : 28). Le manque de réactivité efficace des auteurs des dictionnaires de langue et des encyclopédies occasionne un besoin, un vide qui doivent être comblés. Le dictionnaire format papier, trop vite dépassé, de même que l’encyclopédie sous sa forme traditionnelle, sont désormais obsolètes. Ils perdent du terrain en faveur d’encyclopédies en ligne dont la meilleure illustration est Wikipedia, encyclopédie collaborative qui ne cesse de s’accroître. Mais on peut mettre en doute la pertinence de certains articles puisqu’il ne s’agit pas de contributions de spécialistes des domaines traités. La spécialisation extrême et accélérée des différents domaines de recherche à la pointe de la science et de la technologie (la nanotechnologie et l’astrophysique, par exemple) appelle la création d’encyclopédies spécialisées (voir références bibliographiques c).

  • 3 Voir à ce propos le site de International Energy Agency, qui s’intitule « IEA Bioenergy. An Interna (...)
  • 4 A titre d’exemple, le glossaire du site de l’Etat de Californie, http://www.energy.ca.gov/glossary, (...)
  • 5 Des organismes fédéraux américains réservent une partie de leur site aux enfants. U.S. Environmenta (...)

22L’enrichissement de ce lexique est une œuvre de longue haleine, contribution collective d’universitaires et de chercheurs des différents domaines connexes3. Parmi les glossaires les plus réputés qui traitent des énergies renouvelables, Renewable Research Data Center (RReDC), National Renewable Energy Laboratory (NREL) et Energy Information Administration du Department of Energy américain présentent un intérêt certain. Les glossaires sont constamment mis à jour et de nouvelles versions augmentées et corrigées apparaissent. A titre d’exemple le NREL a publié entre 2004 et 2005 cinq versions différentes. En dépit du fait que ces glossaires se concentrent sur une seule forme d’énergie renouvelable, ils sont extrêmement incomplets. Les collocations prédominent, à forte connotation civilisationnelle : ces glossaires contiennent de nombreux particularismes politiques, institutionnels et économiques, au détriment des définitions des termes de spécialité dans le domaine scientifique4. Les définitions de ces termes sont relativement accessibles, puisque la cible de ces sites est le grand public5. Il s’agit dans ce cas d’une forme de vulgarisation, de dissémination de l’information scientifique et technique, mais à connotation politique.

  • 6 Par exemple des acronymes et des termes de spécialités comme « BTU », « CPC », « bioclimatic » ou « (...)

23Le passage de certains vocables réputés difficiles ou rares de la langue de spécialité d’une minorité de chercheurs, dans « le domaine public », se fait par l’intermédiaire de dictionnaires, encyclopédies et glossaires hybrides entre la langue générale et celle spécialisée. Le mérite de tous ces dictionnaires en ligne est de démocratiser ces termes de spécialité ou vocables scientifiques et techniques, d’enrichir la langue en se livrant à ce travail de dissémination scientifique. Telle est l’ambition de Tiscali Reference ou de The Free Dictionary6.

24Le foisonnement de ces sources d’information, qui contribuent chacune à la création et à la dissémination de ce lexique spécialisé dans le domaine des énergies renouvelables, est un symptôme d’une accélération sans précédent de la recherche, mais aussi de son éclatement entre les différents laboratoires de recherche. Ce morcellement est certes source de richesse et de variété, mais aussi, et en même temps, ce phénomène constitue un réel problème dans la maîtrise de la terminologie et l’unité dans l’adéquation entre l’objet technique et son référent, tout du moins pour le récepteur néophyte. La toile est un facteur de vulgarisation sans précédent, qui permettra probablement aux termes de spécialité d’être adoptés et utilisés par de nombreux utilisateurs.

25Les frontières entre le domaine des énergies renouvelables proprement dit et les domaines connexes sont perméables, et une grande partie du vocabulaire est commun à plusieurs domaines. Les notions des énergies renouvelables ne sauraient s’expliquer sans le recours à des vocables comme « absorbance », « absorptivity », « backscattered », « becquerel » (physique), « airflow », « transverse », (mécanique), « beaker », « pyran », « reactance » (chimie), « Beale conjecture », « sequence », « Simplex » (mathématiques). L’emprunt ou le transfert est pour l’instant à sens unique car le domaine des énergies renouvelables s’approprie des vocables qui lui sont étrangers. Le domaine des énergies renouvelables sera pleinement constitué lorsqu’il prêtera, à son tour, des termes comme « bioreactor », « biofuels », « geoheat », « ITER », ou « microelectromechanical » aux domaines voisins. Le corpus de New Scientist véhicule les concepts scientifiques à l’aide d’un vocabulaire qui présente moins de spécialisation que la revue de recherche. L’utilisation des procédés journalistiques comme la citation et les tournures spécifiques de la presse à sensation, comblent les vides et permet de « paraphraser » le discours scientifique d’une manière qui le différencie du message scientifique proprement dit.

26Les signifiés et les signifiants – sans qu’il y ait prééminence des uns par rapport aux autres – évoluent conjointement pour enrichir, en fin de compte, le langage de spécialité ainsi que la langue elle-même. Le signifiant peut à l’occasion se « moderniser », faire peau neuve, voire se « démocratiser ». Ainsi, au syntagme nominal originel, « Renewable energy (sources) », se substitue, surtout dans New Scientist, pour des raisons évidentes de convenance, le terme « renewables ». Si la plupart des dictionnaires et des glossaires électroniques consultés ignorent de facto le terme « renewables », il y en a d’autres qui l’utilisent sans fournir de définition (par exemple : Webopedia, The Free Online Dictionary, The National Renewable Energy Laboratory). Le glossaire du site de l’État de Montana (voir références bibliographiques c) est le seul à en fournir une courte définition fort utile : « Renewables : shorthand for renewable energy or material sources ». Puisque les chercheurs de Renewable Energy ont une préférence nette pour la première forme, et que les journalistes scientifiques de New Scientist ont tendance à utiliser la seconde (voir Annexe II), on peut déduire que l’apocope « renewables » est en quelque sorte la forme « vulgarisée » du premier.

Conclusion

  • 7 Quelques exemples : « aeroelectric », « airfoil », « airmass », « airwaves », « bandgap », « blackb (...)
  • 8 Par exemple le préfixe « thermo- » est très productif puisqu’il permet l’actualisation de 21 termes (...)
  • 9 Voir, par exemple, « cryocoolers », « cis-trans », « eutrophication », « exergetic », « exergy », « (...)
  • 10 Par exemple, « chill », « dew », « clogged » ou encore « collector ».

27La transformation des vocables scientifiques et techniques d’autres domaines en termes de spécialité pour le domaine des énergies renouvelables se fait par emprunt lexical. L’enrichissement lexical dans le domaine des énergies renouvelables est réalisé par composition7 et surtout par dérivation8. Le langage de spécialité contient également quelques néologismes de forme9 et de sens10. Leur attestation pose pour l’instant problème, puisqu’ils se retrouvent éparpillés dans des sources qui ne sont pas toutes dignes de confiance. D’un site à l’autre la définition de ces termes peut varier, et ce n’est pas à l’enseignant en langue de spécialité de trancher. Les termes de spécialité sont dispersés dans le corpus d’étude, et le contexte permet sinon d’inférer, du moins d’approximer leur sens. Cette approximation de sens suffit largement au récepteur d’un article de vulgarisation, qui ne fait pas les distinctions opérées par les spécialistes du domaine. Bon nombre de termes de spécialité sont lexicalisés dans le corpus d’étude et dans le corpus de contrôle, ce qui signifie que New Scientist utilise un lexique précis et efficace.

28Le corpus des textes portant sur le domaine des énergies renouvelables de New Scientist met à jour un double mouvement contradictoire qui génère une dynamique intra- et intertextuelle. D’un côté, les textes se rangent selon différents axes, tendant à s’éloigner du centre imaginaire occupé par la rédaction de la revue de vulgarisation scientifique qui contrôle le message et tout ce qui se rapporte à celui-ci. D’un autre côté, la dispersion des textes reste cependant ordonnée autour du thème commun qui est celui des énergies renouvelables.

29L’article de recherche n’a pas un besoin primordial de véhiculer des concepts scientifiques à l’aide de termes de spécialité dans le domaine des énergies renouvelables. La modélisation dans l’analyse des phénomènes réels afin de prévoir des résultats avant de passer à la fabrication en série du produit utilise les termes de spécialité des mathématiques, des graphiques, des équations. Autant dire qu’elle peut se passer des termes de spécialité dans le domaine des énergies renouvelables, même si l’article en question traite de l’optimisation des éoliennes. L’article de vulgarisation préfère utiliser des vocables scientifiques avec une portée plus générale, pour qu’ils soient compris de la plupart des récepteurs. Les quelques termes de spécialité sont soit transparents, soit éclairés par le contexte. Un terme de spécialité, mot-clé de l’article, sera utilisé jusqu’à saturation dans l’article de recherche.

30Le domaine des énergies renouvelables aura droit de cité lorsque les vocables qu’il utilise seront assimilés par le récepteur néophyte, dès qu’une partie de ces vocables passeront dans la langue de tous les jours, suite à leur attestation dans le dictionnaire général de langue. Le domaine des énergies renouvelables sera constitué pleinement lorsque, grâce à son vocabulaire spécifique, il enrichira et approfondira à son tour les domaines autour desquels il gravite à présent.

Haut de page

Bibliographie

a. Corpus

New Scientist. 2297 (30 juin 2001) -2452 (19 juin 2004). Londres : Reed Business Information Ltd. http://www.newscientist.com.

Renewable Energy. 30 (2005). Amsterdam : Elsevier. http://www.sciencedirect.com/science/journal/09601481.

b. Articles, ouvrages et thèses

Bedin, V. 1997 « La vulgarisation scientifique dans l’édition française contemporaine ». In Bensaude-Vincent, B. & A .Ramussen (dir.). La science populaire dans la presse et l’édition : XIXe et XXe siècles. Paris : CNRS, 259-263.

Bensaude-Vincent, B. & A .Rasmussen. 1997. La science populaire dans la presse et l’édition : XIXe et XXe siècles. Paris : CNRS.

Boulanger, P. « Est-il possible de vulgariser la science ? » In Centre Interdisciplinaire d’étude de l’évolution des idées, des sciences et des techniques. 1997. Nécessité et pièges de la vulgarisation. Orsay : Paris onze, 21-23.

Chalmers, A. 1990. Science and its Fabrication. Milton Keynes : Open University.

Duchet, B. 1991. « Vulgarisation scientifique et divulgation du savoir ». Mémoire DEA. Paris 2.

Friedman, S. M., S .Dunwoody & C. L. Rogers (dir.). 1999. Communicating Uncertainty : Media Coverage of New and Controversial Science. Londres : Lawrence Erlbaum Associates.

Hénault, A. 1993. Les enjeux de la sémiotique. Paris : Presses Universitaires de France.

Jacobi, D. 1982 « La diffusion des connaissances scientifiques : stratégie des chercheurs-auteurs d’articles dans une revue de vulgarisation ». Thèse 3e cycle. Université de Besançon.

Jurdant, B. 1975. « La vulgarisation scientifique ». La recherche 53 : 141-155.

Klein, E. 1997. « Science, société et vulgarisation ». In Centre Interdisciplinaire d’étude de l’évolution des idées, des sciences et des techniques. 1997. Nécessité et pièges de la vulgarisation. Orsay : Paris onze, 15-19.

Laszlo, P. 1993. La vulgarisation scientifique. Paris : Presses Universitaires de France.

Latour, B. & S. Woolgar. 1986. Laboratory Life : The Construction of Scientific Facts. Princeton : Princeton University Press.

Lerat, P. 1995. Les langues spécialisées. Paris : Presses Universitaires de France.

Martin, J. 1997. « Du bon usage des corpus dans la recherche sur le discours spécifique ». ASp 15-18 : 75-83.

Miller, T. 1996. « Visual persuasion : The role of visuals in academic articles and popularisations ». Les Cahiers de l’APLIUT 15-3 : 22-35.

Nelkin, D. 1987. Selling Science. How the Press Covers Science and Technology. New York : Freeman and Company.

Pracontal, M. (de). 1982. « L’émetteur en vulgarisation scientifique : étude du système Sciences et vie ». Thèse 3e cycle. Université de Paris 7.

Raichvarg, D. & J. Jean. 1991 [2003]. Savants et ignorants : une histoire de la vulgarisation des sciences. Paris : Seuil.

Roqueplo, P. 1987. Le Partage du savoir : science, culture, vulgarisation. Paris : Seuil.

Roqueplo, P. 1993. Climats sous surveillance. Limites et conditions de l’expertise scientifique. Paris : Economica.

Sosin, G. 2006. « Contribution à une caractérisation de l’anglais des énergies renouvelables médiatisé par l’article de vulgarisation scientifique ». Mémoire de Master. Bordeaux II.

Trimble, L. 1985. English for Science and Technology. Cambridge : Cambridge University Press.

c. Sites utiles pour le lexique de spécialité des énergies renouvelables

www.Wikipedia.org

http://www.webopedia.com

http://www.wordnet.princeton.edu/

www.tiscali.co.uk/reference

www.thefreedictionary.com

http://eea.iop.org

www.daviddarling.info/encyclopedia

http://www.photonics.com/dictHome.aspx

www.pa.msu.edu/cmp/csc/nanotech/

www.nanotech-now.com

www.ieabioenergy.com

http://www.montanagreenpower.com/renewables/glossary.html

http://rredc.nrel.gov/

http://www.nrel.gov/

www.eia.doe.gov/

www.mse.berkeley.edu

https://engineering.purdue.edu

www3.imperial.ac.uk

http://eeru.open.ac.uk

www.lancs.ac.uk

www.defra.gov.uk

www.CHPA.co.uk

www.iaia.org

http://www.iaea.or.at/Publications/Booklets/Development/

www.doi.gov

http://amsglossary.allenpress.com/

www.ne.doe.gov

www.eere.energy.gov

http://www.nasa.gov/

www.epa.gov

www.nrc.gov

www.awea.org

http://www.iupac.org/

www.m-w.com/cgi-bin/dictionary

Haut de page

Annexe

Annexe I - Distribution du vocabulaire dans le corpus New Scientist et Renewable Energy

Annexe I - Distribution du vocabulaire dans le corpus New Scientist et Renewable Energy

Annexe II - Lexique de spécialité du domaine des énergies renouvelables actualisé dans New Scientist et de Renewable Energy

Annexe II - Lexique de spécialité du domaine des énergies renouvelables actualisé dans New Scientist et de Renewable Energy

Haut de page

Notes

1 […] la souplesse apportée par la formule du périodique permet sans doute une meilleure adaptation à l’évolution rapide des sciences contemporaines, ainsi qu’une mise en valeur de la nouveauté et du spectaculaire […] (Bedin 1997 In Bensaude-Vincent & Rasmussen 1997 : 260).

2 Par « vocables scientifiques et techniques », il faut comprendre les termes utilisés afin de nommer, décrire ou expliciter les concepts scientifiques et / ou techniques. Les termes de spécialité d’un domaine scientifique ou technique donné, méronymes des précédents, servent à délimiter les contours flous appartenant à un domaine scientifique et / ou technique particulier. Il n’y a évidemment pas de division nette entre la « langue générale », la « langue scientifique et technique » et la « langue de spécialité ». Il s’agit d’un continuum dont les limites se chevauchent. C’est le contexte, dans la plupart des cas, qui impose l’appartenance d’un lexème à un domaine précis. Ainsi, les corpus étudiés mettent en évidence les emprunts faits à la langue courante (« farm »), à la science (« silicon »). Voir l’Annexe II pour la liste des termes de spécialité qui appartiennent exclusivement au domaine des énergies renouvelables.

3 Voir à ce propos le site de International Energy Agency, qui s’intitule « IEA Bioenergy. An International Collaboration in Bioenergy ».

4 A titre d’exemple, le glossaire du site de l’Etat de Californie, http://www.energy.ca.gov/glossary, définit des termes comme « Building Energy Efficiency Standards », ou des acronymes comme « ACOP », « Adjusted Coefficient of Performance » ou « BPA » (« Bonneville Power Administration »), qui ne présentent d’intérêt scientifique si ce n’est dans le contexte américain.

5 Des organismes fédéraux américains réservent une partie de leur site aux enfants. U.S. Environmental Protection Agency, EIA, et Renewable Resource Data Center contiennent une rubrique intitulée « For Kids » et « Energy Kid’s Page » ou encore « Kidz Links » et la NASA propose des activités ludiques et pédagogiques en relation avec les énergies renouvelables.

6 Par exemple des acronymes et des termes de spécialités comme « BTU », « CPC », « bioclimatic » ou « hydrofluorocarbon », attestés dans Renewable Energy font leur entrée dans ces dictionnaires.

7 Quelques exemples : « aeroelectric », « airfoil », « airmass », « airwaves », « bandgap », « blackbody », « dewpoint », « electronvolts », « firebox », « gasworks », « powerstation », « Shimadzuspectrophotometer », « sidewall », « solarsail », « suntower », « waveform », « wavelength », « wavepower », « windfarm », « windmill », « windpower », voire « nanonukes ».

8 Par exemple le préfixe « thermo- » est très productif puisqu’il permet l’actualisation de 21 termes de spécialité dans le domaine des énergies renouvelables, dont « thermodegradation », « thermionic », « thermophotovoltaic ».

9 Voir, par exemple, « cryocoolers », « cis-trans », « eutrophication », « exergetic », « exergy », « hygrothermal », « micromeritics », « neutronics », « psychrometric », « synchrotron ».

10 Par exemple, « chill », « dew », « clogged » ou encore « collector ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe I - Distribution du vocabulaire dans le corpus New Scientist et Renewable Energy
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1950/img-1.png
Fichier image/png, 90k
Titre Annexe II - Lexique de spécialité du domaine des énergies renouvelables actualisé dans New Scientist et de Renewable Energy
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1950/img-2.png
Fichier image/png, 138k
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/1950/img-3.png
Fichier image/png, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

George Sosin, « L’anglais de spécialité dans la presse : l’exemple du lexique des énergies renouvelables », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVI N° 3 | 2007, 53-68.

Référence électronique

George Sosin, « L’anglais de spécialité dans la presse : l’exemple du lexique des énergies renouvelables », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVI N° 3 | 2007, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://apliut.revues.org/1950 ; DOI : 10.4000/apliut.1950

Haut de page

Auteur

George Sosin

George Sosin est enseignant d’anglais au département GTE (Génie Thermique et Energie) à l’IUT Henri Poincaré de Longwy. Sa recherche porte sur la terminologie et le discours de l’anglais scientifique et technique, sur le traitement statistique des grands corpus scientifiques et sur les petites annonces pour l’emploi.

sosin@iut-longwy.uhp-nancy.frHaut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page