Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Une séance de feuilletage1

Chantal Lacourarie
p. 69-73

Texte intégral

  • 1 L’expression est empruntée à la terminologie du CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des M (...)

1À l’heure du haut débit, du 20 MégaMax, de la téléphonie mobile qui apporte l’information partout et à tout moment, la presse écrite a-t-elle encore droit de cité dans l’enseignement supérieur aujourd’hui, de surcroît en langue de spécialité ? S’inscrit-elle parmi les outils de la politique utilitariste vers laquelle notre enseignement semble tendre de façon inexorable ? Peut-elle enfin être un moteur de ce qui doit sous-tendre toute notre visée didactique : la motivation ?

  • 2 Je parle de presse écrite aussi bien dans sa version papier que numérisée sur Internet.

2Je répondrai oui à ces trois questions, à condition que l’on en fasse bon usage et même si l’on nous prédit la mort imminente de la presse écrite2. Elle constitue notre corpus de base et son exploitation relève d’une pratique pédagogique courante. Pour les étudiants qui en sont bien conscients, elle reste la source d’informations fiable et stimulante qui pallie la pauvreté et le sensationnalisme de l’information télévisuelle ainsi que l’absence totale de contenu analytique et de positions rédactionnelles dans la presse gratuite. Elle reste donc un outil culturel et interculturel efficace.

3Donner/redonner/exploiter le goût de la lecture de la presse est chose aisée. L’activité que j’aimerais proposer ici consiste en une initiation pour des étudiants de premier cycle qui devront pratiquer la lecture d’articles ambitieux dans leur poursuite d’études. Il s’agit de les inviter à une séance d’immersion dans le monde des journaux ou magazines anglophones avec pour objectifs l’apprentissage des stratégies de base pour appréhender la presse, l’éveil interculturel et l’acquisition de connaissances théoriques sur les systèmes médiatiques.

Présentation du feuilletage

  • 3 Ils continuent cependant à lire la presse gratuite du fait de sa gratuité et de l’accessibilité de (...)

4Un tour de table préalable semble confirmer, malgré les convictions affichées plus haut, la désaffection du lectorat étudiant qui se laisse séduire par la rapidité, l’instantanéité du monde des images à la fois plus attractif et d’une lecture plus aisée3. Ils utilisent la bibliothèque surtout comme une salle de travail et assez peu comme une base de ressources.

5Parce qu’ils n’ont eu aucun effort à fournir et que le support de presse attise leur curiosité, les étudiants apprécient qu’on leur apporte des exemplaires de journaux en cours et qu’on les invite à s’y plonger pour quelques heures pour s’imprégner des divers éléments textuels et graphiques. Passé les premiers obstacles liés à la difficulté linguistique et à la quantité de texte écrit, on parvient à les familiariser avec le support par des exercices de repérage.

6En groupes de deux ou trois, les étudiants doivent disposer d’un laps de temps suffisant pour la phase de découverte (une heure minimum) et d’un autre intervalle de temps pour produire en classe une présentation orale ou écrite pertinente (une heure également).

Le repérage

7Il est souhaitable en préambule de familiariser les étudiants avec le vocabulaire de la presse.

8J’ai souvent fait l’expérience du feuilletage à partir d’exemplaires de The Economist ou de Time/Newsweek, des hebdomadaires donc, chaque groupe ayant à sa disposition un exemplaire différent. Il s’agissait en l’occurrence de mes exemplaires personnels, dont certains ne sont pas très récents, ce qui n’a posé aucun problème. On peut se procurer des revues ou journaux en bibliothèque, même effectuer une partie de la recherche en bibliothèque. Si l’accès à un grand nombre de journaux dans leur version papier pose problème, l’activité peut tout à fait être envisagée dans sa version numérique. Il ne s’agira plus de feuilletage mais de « déroulage » ; le repérage sera quelque peu différent dans sa forme, mais similaire quant au fond, la couverture se transformant en page d’accueil par exemple.

a. La couverture

9Elle permet un travail introductif sur les titres (position, taille, typographie…), le contenu visuel (photographie, dessin, couleurs…) qui sera approfondi par la suite mais permet d’emblée d’anticiper le contenu verbal. La presse, comme la publicité, va souvent du visuel au textuel.

b. Le sommaire

  • 4 Voir la typologie des jeux de mots dans l’article de Bachschmidt (2000) et l’analyse linguistique d (...)

10Une lecture succincte du sommaire confirme et enrichit les informations fournies par la couverture. Elle permet un premier travail sur les titres : leur polysémie, ils sont autant d’énigmes à déchiffrer ; leur agrammaticalité produite par l’omission des marqueurs grammaticaux que sont les articles et les auxiliaires, par une utilisation particulière des temps avec la prépondérance du présent simple, de l’infinitif, de la forme passive4.

c. Le butinage

  • 5 Rédacteur en chef pour CBS durant les années soixante et soixante-dix.

11Il n’est évidemment pas question de tout lire, l’approche linéaire est une perte d’énergie. Je demande aux étudiants un survol rapide de la publication, « a three-minute overview » comme le conseille le journaliste américain Walter Cronkite (1965)5 : « Here’s how I tackle a paper. For starters, I take a three-minute overview of the news. (…) First I scan the front-page headlines, look at the pictures and read the captions. I do the same thing page by page front to back. Only then do I go back for the whole feast. »

12Cette étape leur permet une première approche statistique (proportion de texte écrit, de contenu iconographique – publicités, dessins humoristiques, photographies de presse, graphiques etc.).

d. Approfondissement

  • 6 Voir à ce sujet le numéro des Cahiers (Volume XXIII N° 3, octobre 2004) entièrement consacré à la p (...)

13- Le travail sur la publicité peut consister à répertorier les entreprises et marques représentées : dans le cas de The Economist, mais également Time et Newsweek, ce sont surtout des banques, quelques produits de luxe comme des montres, des compagnies aériennes, l’industrie pétrochimique et les télécommunications. Les logos, les slogans, les accroches peuvent ensuite faire l’objet d’un travail plus approfondi6.

14- Je demande aux étudiants de ne pas se plonger dans les articles mais de s’attacher à toute l’information périphérique qui est d’un accès plus facile et qui explicite l’écrit : images, légendes, dessins humoristiques, titres, sous-titres, divisions et subdivisions, cartes. Ils se rendent alors compte que le visuel participe à la construction du verbal et font l’expérience de la redondance de certaines informations.

15Les photographies de Time ou Newsweek peuvent faire l’objet d’une analyse plus poussée du but fixé (informatif, provocateur…) et des moyens mis en œuvre : organisation de l’espace, dynamique de l’image, tout en utilisant le vocabulaire du repérage spatial.

16- On aborde les articles en répertoriant les différentes rubriques (politique, économie, science, culture…), la proportion d’informations nationales et internationales et quels pays en particulier. L’éditorial, dont ils connaissent peu la fonction, offre une bonne synthèse du contenu.

e. Prolongement

17Il est intéressant de finaliser cette activité de compréhension par un exercice de production écrite ou orale qui présente les résultats de leurs recherches. Pour ma part, je favorise les présentations orales qui sont ici facilitées par la présence du support qu’offre le magazine et l’interactivité liée à la nécessité de montrer les pages de la publication.

Évaluation de l’activité

18L’exercice de lecture de l’écrit et du visuel de presse stimule la production. Il permet de se livrer à une comparaison interculturelle fructueuse. L’étude comparative de différentes sources permet en outre d’aiguiser un regard critique. On peut alors fournir des repères qualitatifs sur la presse et donner des exemples de « Quality Press » ou « Popular Press » au Royaume-Uni (The Times, The Guardian, The Daily Telegraph d’une part et The Daily Mail, The Sun ou The Daily Mirror de l’autre et respectivement).

Conclusion : le feuilletage comme voie d’entrée vers l’écrit

19Même si je vante les mérites d’une certaine forme de butinage, cette approche centrée sur la découverte et la sensibilisation est conçue pour familiariser les étudiants et leur rendre la presse écrite accessible. Leur méconnaissance et leur méfiance font peu à peu place à la confiance et à la fierté. Bien entendu, cette activité toute en surface ne saurait éclipser le travail rigoureux qu’ils devront fournir par la suite. La didactique des langues de spécialité doit maintenir vivante et stimulante la place de l’écrit et le feuilletage peut s’avérer être une bonne entrée en matière et une invitation à l’approfondissement.

Haut de page

Bibliographie

Bachschmidt, P. 2000. « Étude de quelques jeux de mots dans les titres d’articles d’une décennie de numéros de The Economist ». Les Cahiers de l’APIUT, 19(4) : 62-69.

Bomsel, O. 2007. Gratuit ! Du déploiement de l’économie numérique. Paris : Gallimard.

Hardy, M. (ed). 2004. « Publicité et interculturel ». Les Cahiers de l’APlIUT, 23(3).

Cronkite, W. 1965. « How to read a newspaper ». Power of the Printed Word, International Paper.

Fowler, R. 1991. Language in the News. London : Routledge.

Gonnet, J. 1999. Éducation et médias. Paris : PUF, collection « Que sais-je ».

Legalery, J.-L. 2000. « Vers une pragmatique de la titrologie de presse ». Les Cahiers de l’APLIUT, 26(1) : 8-21.

Pessel-Markovits, F. 2007. C’est gratuit ! Que nous coûte ce qui ne coûte rien ? Paris : Albin Michel.

Porcher, L. 2006. Les médias entre éducation et communication. Paris : Vuibert.

Haut de page

Notes

1 L’expression est empruntée à la terminologie du CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Moyens d’Information). www.ac-nantes.fr.

2 Je parle de presse écrite aussi bien dans sa version papier que numérisée sur Internet.

3 Ils continuent cependant à lire la presse gratuite du fait de sa gratuité et de l’accessibilité de ces journaux sur le site universitaire même. Si la version anglaise de Metro était mise à leur disposition, ils la liraient sans aucun doute. Deux essais récents donnent des repères intéressants sur la génération « gratuit » : Bomsel (2007) et Pessel-Markovits (2007).

4 Voir la typologie des jeux de mots dans l’article de Bachschmidt (2000) et l’analyse linguistique dans celui de Legalery (2000).

5 Rédacteur en chef pour CBS durant les années soixante et soixante-dix.

6 Voir à ce sujet le numéro des Cahiers (Volume XXIII N° 3, octobre 2004) entièrement consacré à la publicité et l’interculturel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Lacourarie, « Une séance de feuilletage », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVI N° 3 | 2007, 69-73.

Référence électronique

Chantal Lacourarie, « Une séance de feuilletage », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVI N° 3 | 2007, mis en ligne le 18 novembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/1958 ; DOI : 10.4000/apliut.1958

Haut de page

Auteur

Chantal Lacourarie

Chantal Lacourarie est Maître de conférences en anglais dans le département Techniques de commercialisation de l’IUT Paris Descartes. Sa recherche porte sur les interférences entre écriture et peinture, le mot et l’image, le verbal et le visuel. Elle est Rédactrice adjointe des Cahiers de l’APLIUT.
lacourarie@iut.univ-paris5.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page