Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Comment aider les étudiants à lire la presse scientifique en anglais

Nicole Joye
p. 77-79

Texte intégral

1. Introduction

1L’activité pédagogique proposée ici a été présentée en juin 2004 sous forme d’atelier au XXVIe Congrès de l’APLIUT à Aix-en-Provence, dont le thème était « La motivation ». L’atelier s’intitulait « ‘Art for words’ sake ou dessiner pour comprendre ».

2L’accent était mis sur le fait que le recours au dessin pouvait beaucoup aider à la compréhension d’un document à caractère technique et/ou scientifique. Cette idée m’était venue un jour, alors que, surprise par l’incompréhension des étudiants devant le petit article du New Scientist qui leur était proposé, je m’étais exclamée : make a drawing !

3Il apparaissait que l’intérêt pour le document s’en était trouvé renouvelé ainsi que la concentration sur la lecture. Au fil des séances, je constatai que les petits groupes constitués de 3 ou 4 étudiants avaient choisi un dessinateur (ou qu’il s’était imposé de lui-même). La compréhension du document devenait un enjeu car le dessin, pourtant rapide, se faisait plus précis. Une compétition pour le dessin le plus clair s’était instaurée, expliquer le document voulait dire justifier son dessin. En même temps, l’écoute des autres s’affinait. On revenait la semaine suivante avec l’espoir que le dessin du groupe serait affiché au mur de la salle…

4Aujourd’hui, les choses ont évolué : lors des exposés ou des présentations orales de fin de deuxième année, PowerPoint a souvent remplacé le transparent et le rétroprojecteur.

5Cette activité est adaptée aux étudiants de première et de deuxième année, avec une évolution dans la difficulté et la longueur des articles. L’hebdomadaire New Scientist est le support de ce travail puisque j’enseigne à des étudiants de Chimie et de Génie Thermique et Energies, mais tout article de presse peut être utilisé selon les spécialités enseignées.

2. Comment procéder ?

2.1. Recherche de documents

6Avant le cours, faire la recherche de documents. Les petits articles u début de la revue sont parfaits pour les premières années. Pour les collègues qui n’ont pas d’abonnement, ces articles courts sont proposés gratuitement sur www.newscientist.com. Les premières années travaillent sur quatre petits articles différents, cela crée une dynamique dans la présentation. En deuxième année, choisir un article long, le découper en quatre parties et faire le montage (c’est-à-dire reporter le titre sur chaque partie du document donné aux étudiants et parfois faire un petit résumé du début de l’article). On peut diviser l’article en trois et ajouter un deuxième article, plus court, qui vient compléter le thème abordé, voire le contredire. Dans les deux cas, il est important que les articles soient récents. Préparer une feuille de vocabulaire. Les mots ou expressions en gras sont à apprendre par tout le groupe, les autres sont destinés à aider la lecture. Les mots ou expressions de la liste sont soulignés dans le document à lire.

2.2. Préparation matérielle

7Avant l’arrivée des étudiants, arranger les tables de façon à ce qu’ils se placent par groupes de 3 ou 4. Cette activité est parfaite pour un cours de deux heures avec 16 étudiants. Mettre un transparent pour trace manuelle sur la table ainsi que des feutres de couleur. Disposer également l’article à travailler ainsi que la fiche de vocabulaire. Le fait que la salle soit prête à leur arrivée conditionne les étudiants : ils savent qu’ils doivent se mettre immédiatement à lire. (En Chimie, je ne dispose que de 1h30. Il ne faut donc pas perdre de temps).

2.3. Préparation des dessins

8Passer de groupe en groupe, répondre aux questions et donner des conseils de présentation pour que le transparent soit clair. Le dessin n’est pas obligatoire, il faut que cela vienne naturellement. Parfois le transparent ne comporte que le plan de l’exposé, mais il faut qu’il soit assorti d’un choix d’expressions et de mots de vocabulaire. Les étudiants faisant la présentation lisent ces mots tout en parlant et enrichissent leur vocabulaire. Ces mêmes mots aident à la compréhension du public. L’échange entre le professeur et les étudiants est bien sûr en anglais. Il faut aussi les encourager à communiquer en anglais entre eux pendant la préparation Les étudiants aiment jouer le jeu. Même s’ils ont tendance à retourner au français à la moindre difficulté, on arrive à obtenir des échanges de phrases intéressants.

2.4. Exposés

9Durant l’exposé, tous les étudiants prennent la parole. Ils ont préalablement décidé de leur ordre de passage. Prendre des notes.

2.5. Discussion

10En première année, comme les thèmes sont différents, chaque petit exposé est suivi d’une courte discussion à la fin de l’intervention de chaque groupe d’étudiants, afin de vérifier la compréhension et de donner éventuellement quelques informations supplémentaires. En deuxième année, le ou les documents couvrent un même thème, donc la discussion a lieu à la fin de toutes les présentations.

2.6. Retour sur la langue

11En dernier lieu, il faut revenir sur la langue, insister sur un point de grammaire et donner un ou deux exercices grammaticaux pour la semaine suivante.

3. Remarques et conclusion

12L’objectif de l’activité est que les étudiants acquièrent une facilité de lecture ainsi qu’une confiance en soi à l’oral (ils aiment que tout le monde parle), il est donc nécessaire de répéter l’activité plusieurs fois durant l’année.

13En première année, je propose cette activité une fois par mois durant le premier semestre, puis encore deux fois au début du deuxième semestre. Ensuite, les étudiants font leur propre présentation orale (également par groupes de trois ou quatre). Ils choisissent leur article et me le soumettent. Le document peut provenir du New Scientist ou d’une autre revue anglaise ou américaine mais obligatoirement de la presse (leur donner une liste de revues et en profiter pour leur parler des différents points de vue). L’objectif est qu’ils apprennent à faire un tri dans la masse d’informations dont ils disposent sur Internet. L’exposé est noté. Une semaine avant la présentation, le groupe distribue son document ainsi qu’une feuille avec le vocabulaire. Le jour de l’exposé, ils amènent également leur document visuel, qu’ils projetteront sur rétro- ou vidéo-projecteur.

14En deuxième année, l’activité est proposée avec le même rythme durant le premier semestre. Le deuxième semestre étant très court à cause du stage, il faut commencer les exposés dès la reprise des activités pédagogiques et demander aux étudiants un document plus conséquent et forcément à caractère scientifique. L’exposé n’est pas noté. Il est une préparation à l’examen oral de fin de S4, où ils sont convoqués individuellement. Là encore, l’étudiant doit trouver un document, préparer son support visuel et sa liste de vocabulaire (il faut accepter qu’elle soit plus courte puisque le vocabulaire est maintenant connu). En revanche, l’exposé se fait plus fourni et les étudiants font souvent la démarche d’acheter le New Scientist, le Scientific American, Time Magazine ou The Gardian eux-mêmes !

15Cette façon de procéder prépare bien aux exposés oraux avec visuels. Il est important d’inculquer aux étudiants scientifiques qu’un support visuel très clair les soutiendra si leur expression orale est défaillante. Le côté pratique – langue de spécialité et actualité de l’information – séduit les étudiants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Joye, « Comment aider les étudiants à lire la presse scientifique en anglais », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVI N° 3 | 2007, 77-79.

Référence électronique

Nicole Joye, « Comment aider les étudiants à lire la presse scientifique en anglais », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVI N° 3 | 2007, mis en ligne le 20 novembre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/1960 ; DOI : 10.4000/apliut.1960

Haut de page

Auteur

Nicole Joye

Nicole Joye enseigne l’anglais dans les départements Chimie et Génie Thermique et Energies de l’IUT 1 Grenoble.
Nicole.Joye@ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page