Navigation – Plan du site
Note

Image, créativité et sentiment d’efficacité personnelle

Image, creativity and self-efficacy
Véronique Hébrard
p. 118-124

Résumés

L’utilisation de l’image fixe et mobile rendue possible par les TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) peut être l’occasion d’activités pédagogiques visant à faire percevoir à des apprenants en difficulté d’apprentissage linguistique, l’étendue de leur potentiel créatif et cognitif. L’activité qui est présentée ici décrit les différentes étapes de la réalisation d’un commentaire oral de type journalistique sur un support vidéo à caractère professionnel. Cet exercice s’est avéré particulièrement bien adapté au public visé.

Haut de page

Texte intégral

1Quiconque a enseigné l’anglais dans des classes de BTS (Brevet de technicien supérieur) de l’enseignement agricole sait combien il est difficile de faire atteindre à ses étudiants le niveau B2 du Cadre européen commun de référence pour les langues, théoriquement attendu d’eux. Lorsque, à cette difficulté, s’ajoutent les contraintes liées à l’alternance entre entreprise d’apprentissage et centre de formation, il devient essentiel que la pédagogie utilisée soit adaptée au choix qu’ont fait les élèves d’une formation professionnelle par apprentissage, à leur profil cognitif ainsi qu’à leurs attentes sociales.

2En réponse à cet objectif, et dans le but de trouver de nouveaux biais motivationnels adaptés à ce profil d’apprenants, une activité a été menée dans le cours d’anglais d’une classe de BTS technico-commercial du secteur agricole. Elle fait appel aux TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) et plus spécifiquement à l’utilisation de la vidéo à caractère professionnel. C’est cette activité, basée sur l’utilisation de l’image fixe et dynamique, que nous nous proposons de décrire.

Profil des apprenants

3Il s’agit d’apprentis préparant un BTS technico-commercial, spécialisé dans la vente de végétaux d’ornement. Ces apprentis reçoivent les enseignements théoriques (dont l’anglais) tous les 15 jours. Le reste du temps, ils sont salariés de leur entreprise d’apprentissage. On verra toute l’importance de cette précision lorsqu’il sera question d’aborder l’intérêt de l’utilisation de l’image d’un point de vue mnésique.

4En ce qui concerne leur profil cognitif, ces étudiants, majoritairement issus de Baccalauréats professionnels précédés le plus souvent d’un BEPA (Brevet d’études professionnelles agricoles), ne sont pas à l’aise avec les matières générales et sont pour la plupart en difficulté d’apprentissage linguistique. Ces difficultés, ajoutées à une évaluation sociale souvent dépréciative de leur statut d’apprenti en CFA (Centre de formation par apprentissage) peuvent parfois mener à un fort sentiment d’auto-dévalorisation préjudiciable aux apprentissages quels qu’ils soient, et plus encore à l’apprentissage d’une langue étrangère. Cependant, si ces mêmes apprentis ont fait le choix d’une filière courte et de l’alternance, c’est d’abord parce que cette modalité constitue une voie d’accès plus directe au monde professionnel, mais aussi pour apprendre différemment.

Le postulat de départ

5Des observations de type empirique ont permis de constater, année après année, une nette amélioration de la motivation des apprentis pour la langue anglaise dès lors que les apprentissages se font autour d’activités reposant sur une pédagogie actionnelle (le public en question est fait de gens habitués à agir), selon des modalités d’enseignement novatrices et, par effet d’autoréférence (Matlin 2001), à partir de thèmes proches de leurs préoccupations professionnelles, à savoir les végétaux d’ornement.

6Les TICE constituent à ce titre de formidables supports d’enseignement. Parce qu’elles sont l’occasion d’un retour au premier plan des théories constructivistes (Guichon 2006) en permettant la prise de contrôle par l’apprenant d’outils technologiques, elles sont particulièrement adaptées aux profils concernés. Dans la vaste palette d’outils TICE disponibles, ceux qui semblent être efficaces, d’un point de vue mnésique et pour l’intérêt que les apprenants leur portent, sont les outils qui reposent sur l’utilisation de l’image et, dans le cas présent, de l’image dynamique.

Description de l’activité

  • 1 Le logiciel utilisé pour le captage de la vidéo est Video Download Helper.

7L’enseignant capture sur Internet une vidéo à caractère professionnel décrivant les différentes étapes de la réalisation d’une jardinière1. Dans un premier temps, la vidéo est diffusée sans le son et l’enseignant fait des arrêts sur image afin d’interroger les apprenants sur le nom des différents objets aperçus : window-box (jardinière), gravel (gravier), compost, slow-release fertilizer (engrais à diffusion lente). Au cours de cette activité s’effectue un premier encodage dans la mémoire des informations sur la base d’une association mots-images. C’est aussi l’occasion de passer en revue les verbes utiles à la description des actions : to cover (recouvrir), to add (ajouter), to mix (mélanger), to water (arroser)...

8De nombreux exercices sont ensuite proposés, visant à faire passer les items de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme :

  • présentation multimodale des mots-clés à retenir : visuelle (images), auditive (bande sonore de la vidéo). La multi-modalité permet une approche de type kinesthésique adaptée à tous les profils d’apprentissage de la classe (on pourrait aussi dire, en référence aux travaux menés sur les fonctions des deux hémisphères du cerveau, qu’elle s’adresse au cerveau tout entier) ; et elle semble être particulièrement adaptée aux apprentis qui, dans leur entreprise, sont principalement soumis à des supports d’apprentissage visuels ;

  • répétition des mêmes items, mais sous forme d’exercices différents (traduction, appariement photos-mots…) pour assurer un traitement sémantique des informations et, de ce fait, un encodage plus en profondeur, le tout menant à une meilleure mémorisation.

  • 2 L’alternance a ceci de positif pour les enseignements que la période en entreprise permet aux appre (...)
  • 3 C’est le logiciel Free HI-Q Recorder qui permet l’enregistrement de la voix (mais certaines salles (...)

9Dans un troisième temps – qui peut s’étaler sur un peu plus d’un mois du fait de l’alternance2 – les apprenants, en binôme, prennent la place du journaliste, rédigent leur propre script, le font valider par l’enseignant, et enregistrent leur voix sur le document vidéo dont le son a préalablement été supprimé3.

10Afin de mener à bien cet exercice, il faut visionner les images mobiles et repérer les actions sur lesquelles il conviendra de faire des commentaires, puis s’essayer à la synchronisation du commentaire et des images. Ces étapes sont des obstacles à franchir, mais elles ne sont pas pour autant insurmontables. L’effort exigé pour mener à bien la tâche est formateur en ce sens qu’il requiert de la part des apprentis de la persévérance face à l’obstacle. L’objectif pour l’enseignant est de faire naître, chez ces derniers, une capacité de résilience face à l’adversité cognitive.

11En ce qui concerne la rédaction du script, les étudiants ont le choix de la façon dont ils vont traiter la consigne. Certains choisiront l’humour, d’autres la présenteront sous forme d’interview, par exemple. Accorder aux apprenants une grande liberté d’action vise à libérer leur créativité (Rogers 1972).

12Pendant les enregistrements, les échecs répétés de synchronisation contraignent les apprentis à s’y reprendre à plusieurs fois avant d’arriver à un résultat satisfaisant. Chemin faisant, l’encodage des mots dans la mémoire à long terme se fait presque de façon inconsciente, et l’attention portée à la difficulté technique a pour effet de désactiver momentanément tout mécanisme d’inhibition cognitive (pendant que l’on est occupé aux aspects techniques, on a moins le temps de penser à ses difficultés langagières !) (Lubart 2003).

  • 4 Il s’agit du logiciel Windows Movie Maker.

13Un dernier logiciel permet d’ajouter un titre ou des effets visuels à la composition, ou encore de sous-titrer la vidéo ainsi obtenue4.

14En toute fin de l’activité, toutes les créations sont visionnées en classe, et l’intensité des rires et des manifestations de surprise permet de décider quelle vidéo remporte le plus de succès.

Une activité qui porte ses fruits

15L’observation de l’attitude des apprenants pendant le processus de création du script, de l’enregistrement de la voix off et du visionnage du produit fini, permet de faire un certain nombre de constats.

  1. Lors de cet exercice, les apprentis sont en situation actionnelle constante : il leur faut faire le choix de la façon dont ils vont traiter la vidéo, créer leur script, faire de nombreux arrêts sur image, manier l’outil d’enregistrement de la voix puis greffer leur enregistrement sur la vidéo. Cette approche semble correspondre au profil d’apprentissage de ces apprenants habitués à l’action.

  2. Parce que le travail se fait à deux, se co-construit, il permet une approche socioconstructiviste de l’apprentissage de la langue, et favorise la poursuite de buts de maîtrise plutôt que de performance : puisque l’autre m’aide à élaborer le produit attendu, il n’entre pas en concurrence avec moi (Dweck 1999). Selon l’auteur, la poursuite de buts orientés vers l’apprentissage joue un rôle important dans le maintien de la motivation chez les apprenants.

  3. La réalisation de la tâche génère du plaisir chez les étudiants, pour qui l’exercice est souvent inattendu. Il crée ainsi un état émotionnel positif favorable au déploiement de leur potentiel créatif (Nuttin 1996) et fédère, dans un moment de plaisir partagé, enseignant et apprenants. De nombreuses études ont montré toute l’importance d’un relationnel enseignant / élèves chaleureux dans l’amorce et la poursuite des apprentissages par ces derniers (Wentzel 1999).

  4. Comme nous l’avons déjà vu, la valence positive induite par l’exercice, ainsi que la dimension actionnelle de l’activité, détournent l’attention des étudiants de la difficulté langagière, leur permettant ainsi de percevoir leur capacité à réaliser la tâche. On peut supposer qu’un traitement plus traditionnel de la consigne (i.e : interroger les apprenants individuellement) aurait inhibé leur potentiel et n’aurait pas permis de franchir cet obstacle majeur.

  5. Si le degré de rétention des items clés n’a pas encore été testé, du fait du caractère récent de l’exercice, on peut espérer que la présentation multimodale des informations à retenir – notamment l’utilisation des images fixes et mobiles – permettra un meilleur rappel de ces informations à l’occasion d’éventuelles mises en pratique dans le domaine professionnel.

  6. On ne peut conclure ce bilan sans mentionner l’heureuse conséquence que la réussite de la tâche a eu sur les apprentis eux-mêmes : certains ont fait preuve d’une grande fierté d’avoir dépassé les obstacles (rappelons que la tâche présentait quelques difficultés langagières et techniques). Il semble également que cette réussite ait agi sur leur sentiment d’auto-efficacité personnelle (Bandura 2003), sentiment qui, selon l’auteur, sera déterminant dans l’amorce, puis la persévérance face aux difficultés des apprentissages à venir. Comme le fait remarquer Bandura, c’est aussi par la succession de petites expériences réussies (mastery experiences) que se construit le sentiment d’efficacité personnelle.

Conclusion

16Dans cette note de pédagogie, nous avons montré comment une activité faisant appel aux TICE et ayant pour support l’image fixe et mobile a agi comme un formidable biais motivationnel pour des apprenants en difficulté d’apprentissage linguistique. L’activité proposée, adaptée à leur profil cognitif et en adéquation avec leurs préoccupations professionnelles, leur a permis de développer leur potentiel créatif, et c’est en cela que se justifie pleinement cet effort d’adaptation des moyens technologiques et pédagogiques à ce public particulier. De plus, ces apprenants ont réalisé que, grâce à leur persévérance, et malgré la difficulté de l’exercice, ils ont pu jeter un regard nouveau sur leur croyance personnelle en leur capacité de réussite.

17L’article a aussi souligné le caractère essentiel d’autrui dans cette réalisation : selon la théorie vygotskienne (Vygotski 1997), grâce au binôme complémentaire, l’exercice devient une activité socio-constructive et l’enseignant est initiateur de proche développement.

18Nous laisserons à Bandura les mots de la conclusion, tellement ces derniers semblent avoir été écrits pour ce profil d’apprenants :

Quand l’auto-dévalorisation provient de multiples sources, des mesures correctrices sont nécessaires, pour non seulement favoriser la fierté relative à ses propres caractéristiques, mais aussi cultiver ses compétences qui entraînent un sentiment élevé et résilient d’efficacité personnelle (2003 : 27).

Haut de page

Bibliographie

Bandura, A. 2003. Auto-efficacité : le sentiment d’efficacité personnelle. Paris : De Boeck.

Dempster, F. N. 1988. « The spacing effect : A case study in the failure to apply the results ». American Psychologist, vol. 4. n° 8 : 627-634.

Dweck, C. S. 1999. Self-Theories : Their role in motivation, personality, and development. Philadelphia, PA : The Psychology Press.

Guichon, N. 2006. Langues et TICE. Méthodologie de conception multimédia. Paris : Éditions Ophrys.

Lubart, T. 2003. Psychologie de la créativité. Paris : Armand Colin.

Matlin, M. 2001. La cognition. Une introduction à la psychologie cognitive. Paris : De Boeck Université.

Nuttin, J. 1996. Théorie de la motivation humaine. Paris : Presses Universitaires de France.

Rogers, K. 1972. Liberté pour apprendre. Paris : Dunod.

Rogers, T. B., N. Kuiper & W. S. Kirker. 1977. « Self-reference and the encoding of personal information ». Journal of Personality and Social Psychology, n° 35 : 677- 688.

Vygotski, L. S. [1934] 1997. Pensée et langage, 3e éd. Paris : La Dispute.

Wentzel, K. R. 1999. « Social-motivational processes and interpersonal relationships : implications for understanding motivation at school ». Journal of Educational Psychology, vol. 91, n° 1 : 76-97.

Haut de page

Notes

1 Le logiciel utilisé pour le captage de la vidéo est Video Download Helper.

2 L’alternance a ceci de positif pour les enseignements que la période en entreprise permet aux apprenants de « digérer » les informations. La théorie de l’effet d’espacement (Dempster 1988) confirme cet aspect positif de la distribution dans le temps des acquis de connaissances.

3 C’est le logiciel Free HI-Q Recorder qui permet l’enregistrement de la voix (mais certaines salles multimédia sont équipées du matériel permettant de visionner et d’enregistrer du son sur une vidéo). On peut utiliser Camstudio pour obtenir une vidéo sans son.

4 Il s’agit du logiciel Windows Movie Maker.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Hébrard, « Image, créativité et sentiment d’efficacité personnelle », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXI N° 1 | 2012, 118-124.

Référence électronique

Véronique Hébrard, « Image, créativité et sentiment d’efficacité personnelle », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXI N° 1 | 2012, mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/2299 ; DOI : 10.4000/apliut.2299

Haut de page

Auteur

Véronique Hébrard

Véronique Hébrard est professeur d’anglais et coordinatrice pédagogique à l’École Supérieure d’Agriculture d’Angers. Elle est aussi rédactrice de supports d’enseignement de l’anglais en e-learning et formatrice de formateurs sur les outils TICE et la pédagogie qui leur est associée. Elle est actuellement doctorante en sciences de l’éducation à l’Institut Supérieur de Sciences de l’Éducation d’Angers (ISCEA) ; sa thèse porte sur l’utilisation des TICE pour développer la compétence expression orale chez des apprenants en difficulté d’apprentissage linguistique.

v.hebrard@groupe-esa.com

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page