Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’usage largement démocratisé des TICE a modifié en profondeur l’enseignement/apprentissage des langues étrangères de spécialité. Loin d’avoir éliminé le texte de la salle de classe, le multimédia l’a rendu omniprésent, mais sous des formes nouvelles qui impliquent une redéfinition et un repositionnement à l’intérieur des schémas de communication modernes. Ce volume des Cahiers traite en particulier des nouvelles formes d’écriture et de lecture générées par le blog, le traitement de texte, le « iTexte », etc. La relation au texte change et modifie les rapports entre les apprenants, entre l’apprenant et le texte, entre l’enseignant et l’apprenant. Des difficultés inédites surgissent car les étudiants n’ont pas toujours les compétences nécessaires pour travailler dans un environnement multimodal, et car les techniques d’enseignement et les stratégies d’apprentissage, en cours de modification, ne sont pas stabilisées.

2Alfredo Alvarez nous offre une introduction aux nouvelles formes d’écriture et de lecture avec un bref texte présentant le potentiel didactique du blog, et une bibliographie très riche. Simple outil de communication apparu il y a une douzaine d’années à peine, le blog connaît une croissance exponentielle et certains enseignants ont commencé à exploiter ses nombreuses possibilités d’application, dans les domaines de la pédagogie comme de la recherche.

3Bien que travaillant dans des contextes différents et sur des tâches différentes, le double objectif des quatre auteurs suivants est sensiblement le même : évaluer le potentiel des nouvelles technologies dans le développement des compétences écrites, et comparer leur coût cognitif, les atouts et les difficultés qu’elles présentent dans l’apprentissage d’une langue étrangère par rapport aux méthodes traditionnelles d’écriture.

4Michèle Catroux détaille et analyse les résultats d’une expérience menée avec de jeunes apprenants d’anglais (enseignement primaire) pour mesurer les apports et les limites respectifs du traitement de texte et du « papier-crayon » dans une tâche collaborative d’écriture. Il n’est pas étonnant d’apprendre que chacun des deux modes de rédaction induit des effets positifs et négatifs sur la qualité de la production finale, sur la collaboration et sur le comportement des élèves, et les résultats demanderont évidemment à être vérifiés avec des apprenants plus âgés.

5Nicolas Guichon et Julie Nwosu se sont intéressés à l’évolution des pratiques et des stratégies d’apprentissage de l’écriture dans un environnement multimédia. Leur travail de recherche est fondé sur l’observation d’un groupe d’étudiants confrontés à une tâche d’écriture (la production d’une note de synthèse en anglais) à partir d’un dispositif d’apprentissage médiatisé. L’étude des stratégies mises en œuvre par les étudiants lors des différentes phases – prise de notes, brouillon sur papier/espace d’écriture inclus dans le logiciel, rédaction – permettent aux deux auteurs de faire un certain nombre de remarques sur le traitement de l’information, la construction du sens, la surcharge mentale induite par les différentes stratégies.

6Isabelle Bonnassies a mené une recherche-action afin de mesurer l’appropriation des techniques d’écriture d’un compte rendu réalisé selon un schéma collaboratif, dans le cadre d’un apprentissage médiatisé par des outils informatiques. La comparaison de deux situations d’apprentissage permet de voir le taux d’appropriation de la technique d’écriture lors une tâche médiatisée par l’ordinateur, ainsi que la transférabilité du savoir-faire acquis à d’autres supports.

7Dacia Dressen-Hammouda s’intéresse aux problèmes posés par le phénomène de l’« iTextualisation ». Dans le cadre d’un enseignement de la rédaction technique en anglais, elle évalue les difficultés rencontrées par les apprenants devant le texte informatisé. Le iTexte s’appuie sur des techniques traditionnelles d’écriture, mais il est conçu dans un environnement multimodal et rendu simultanément sous forme textuelle, électronique et visuelle. Pour faire face à la généralisation du iTexte dans le monde de l’entreprise, quelles compétences (anciennes / nouvelles) faut-il faire acquérir à l’étudiant, et comment enseigner les nouvelles formes d’écriture ?

8Les deux derniers articles de la partie « recherche » de ce Cahier traitent de la lecture, mais sous des formes bien différentes.

9Danielle Joulia présente un programme de lecture assistée par ordinateur. Afin de réduire la surcharge cognitive induite par la lecture en langue étrangère, elle a conçu un logiciel d’aide à la compréhension de textes professionnels en anglais, avec trois types d’aide destinés à faciliter la compréhension du texte. Son approche didactique prend appui sur les théories cognitives de la lecture et s’inscrit dans la perspective actionnelle en proposant une entrée par les tâches, susceptible de motiver les apprenants.

  • 1 Petit, Michel. 1999. « La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de (...)
  • 2 « Revisiting Cinematic FASP and English for Legal Purposes in a Self-learning Environment ». Les Ca (...)

10L’article de Shaeda Isani traite de la FASP (Fiction à substrat professionnel). Ce genre, mis en lumière par Michel Petit en 19991, a fait l’objet de nombreuses publications dans la revue ASp mais d’une seule étude dans les Cahiers, sur la FASP du film juridique2. Le présent article analyse l’apport du genre comme outil pédagogique dans la didactique des langues de spécialité, notamment parce qu’il permet de sensibiliser aux notions de compétence culturelle et de culture discursive sans lesquelles la compétence langagière est quasiment inopérante.

11Je vous souhaite une bonne « nouvelle » lecture.

Haut de page

Notes

1 Petit, Michel. 1999. « La fiction à substrat professionnel : une autre voie d’accès à l’anglais de spécialité ». Asp, la revue du GERAS, 23/26 : 57-81.

2 « Revisiting Cinematic FASP and English for Legal Purposes in a Self-learning Environment ». Les Cahiers de l’APLIUT, vol. XXV N° 1 (février 2006) : 27-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXV N° 3 | 2006, 6-7.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXV N° 3 | 2006, mis en ligne le 14 mars 2012, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/2349

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Mireille Hardy est Rédactrice en chef des Cahiers de l’APLIUT
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page