Navigation – Plan du site
Conférences plénières

Mémoriser grâce à nos sens

Memorising through our senses
Nicole Mazô-Darné
p. 28-38

Résumés

Notre mémoire dépend des apports sensoriels qui sont indispensables à la gestion cognitive. Il est probable que nous ne parviendrons jamais à découvrir la trace enregistrée d’un souvenir précis dans le cerveau. Ce qui est mémorisé, grâce à nos sens, c’est tout un ensemble de relations entre le corps et son environnement. Nos sens construisent donc nos souvenirs en les remaniant sans cesse. Mais chaque sens a-t-il la même importance ?

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans ce qui compose notre intelligence, il n’y a rien qui ne soit d’abord passé par nos sens.

2Friands des informations que nous captons constamment, notre cerveau engrange, filtre, sélectionne, classe, trie, répartit, ordonne les milliers de stimuli qui nous parviennent sans cesse afin de les rendre hautement signifiants et cohérents avec notre représentation idiosyncrasique du monde. Nos sens sont les véritables portes d’entrée de l’information indispensable à notre activité mentale. Ils sont les supports de la vie. Tout ce que nous savons de notre milieu, tous nos apprentissages sont liés à cette activité sensorielle majeure, essentielle à la gestion cognitive. Nous apprenons grâce à eux. Sans stimulation sensorielle, il n’y aurait pas de vie cérébrale.

3C’est parce que nous voyons, entendons, sentons, goûtons et touchons que nous pouvons nous adapter en permanence et, plus les sens se développent, plus le cerveau se perfectionne. Tout notre corps n’est que mémoire. Avec ses facultés sensitives et sensorielles finement réglées pour la collecte de l’information, il demeure un relais indispensable pour notre mémoire. Ce que nous percevons du monde extérieur se transforme dans notre cerveau en sensations et impressions qui vont construire nos souvenirs, mais aussi modifier sans cesse ceux que nous possédions déjà. Ils sont la base de notre personnalité, de notre imagination, de notre esprit créateur.

4En général, on parle de cinq sens : la vue, l’ouïe, l’odorat le goût et le toucher. Mais le corps possède des terminaisons nerveuses sensibles à la lumière, au son, au toucher, à la pression, à la chaleur, au froid, à la faim, à la soif, à la douleur, à la fatigue et à bien d’autres encore. La mémoire dépend de ces apports sensoriels, elle n’est pas une fonction autonome.

5Certains récepteurs sensoriels ont des performances extraordinaires. Ainsi l’homme perçoit la lueur d’une bougie à vingt-sept kilomètres dans des conditions optimales, l’enfoncement rapide de la peau d’une amplitude d’un demi-millième de millimètre est identifié.

6S’il est vrai que sans activité sensorielle, il n’y a pas de mémoire, il est vrai également que, sans mémoire, l’activité sensorielle ne serait qu’un déferlement bruyant et stérile d’informations. Avec la mémoire, cette cascade de stimulations devient souvenirs, apprentissages, culture. Soumis à ces stimulations externes continuelles, le cerveau construit ou nous fait remémorer au même moment des expériences internes. Lors de ce processus, plusieurs systèmes de représentations se mettent à fonctionner en même temps. C’est ce qu’on appelle une synesthésie. Ainsi, Marcel Proust, à partir d’une expérience gustative, au moment même où ses papilles gustatives sont en contact avec le gâteau (la fameuse petite madeleine), son cerveau part à la recherche de l’explication du plaisir soudain qui l’envahit et qui sera le déclencheur d’images et d’évocations auditives d’un souvenir heureux de son enfance. Car le souvenir d’un événement personnel a toujours une composante affective et une forte composante d’imagerie.

7Un souvenir peut revenir par différentes entrées. Nous ne nous rappelons jamais un souvenir comme nous appuyons sur une touche d’ordinateur, nous le recréons en fonction du contexte qui accompagne sa mise en mémoire, et de notre contexte présent. Le cerveau sert à rappeler le souvenir et non pas à le conserver (en termes d’informatique c’est la mémoire vive, non celle du disque dur).

8Cette mémoire sensorielle ultracourte de l’ordre de quelques millisecondes est essentielle au temps perceptif. Elle correspond à la mémoire immédiate de ce que nous percevons c’est-à-dire de ce que captent en permanence nos cinq sens. Elle est particulièrement sensible aux interférences qui perturbent l’attention. Fragile, elle s’efface devant toute distraction empêchant la répétition mentale des données. Et c’est pourtant de la qualité de cette mémoire sensorielle que dépend la possibilité de consolider ou non le processus de mémorisation.

9Nous ne sommes pas conscients du traitement des informations que fournit notre mémoire sensorielle immédiate au cerveau qui va la confronter à des expériences passées et faire naître ainsi la perception, processus actif et construit. De plus, le plaisir, l’idée que l’on en a, modifie considérablement cette perception.

10Ensuite, les sélections, les choix opérés par la perception seront fonction des motivations, des besoins, des intérêts de la personne. Toute une chaîne d’opérations mentales déclenchée par nos cinq sens entraîne donc des représentations.

11Notre cerveau, toujours appréciant, jugeant et comparant, nous pousse parfois à voir ce que nos yeux ne voient pas. Nos processus de perception sont largement subjectifs. De nombreuses expériences faites en psychologie l’indiquent. Ne dit-on pas couramment que « l’on ne voit, l’on entend que ce que l’on veut bien voir ou entendre ». Tout ce que nous percevons et pensons, tout ce qui nous apparaît vrai ou important est nécessairement médiatisé par les caractéristiques propres à notre cerveau, aux cinq sens dont nous disposons, à la culture dans laquelle nous sommes immergés ainsi qu’à notre propre histoire : ce que nous ont légués nos parents, les conclusions que nous en avons tirées sur la vie, et les mille et une expériences qui nous ont façonnés.

12La plus grande partie de cette masse d’information est stockée hors de notre champ de conscience. Ce dont nous sommes conscients maintenant n’est que le sommet d’une pyramide dont la plus large partie nous échappe. Heureusement, car nous serions d’instant en instant submergés par une masse d’informations non pertinentes.

13Pour Diderot : de tous les sens, l’œil est le plus superficiel, l’oreille le plus orgueilleux, l’odorat le plus voluptueux, le goût le plus superstitieux et le plus inconstant, le toucher le plus profond et le plus philosophe. Pour Emmanuel Kant : « l’odorat est le sens le plus ingrat et le plus indispensable », il le trouve moins social que le goût et contraire à la liberté car la perception olfactive se fait de façon involontaire, alors que l’absorption orale est délibérée. Pour Saint Thomas d’Aquin : la vue est le sens le plus parfait, le plus universel, suivie de l’odorat. Quant à Gaston Bachelard : l’odeur, dans une enfance, dans une vie, est, si l’on ose dire, un détail immense.

14Tous les sens n’ont donc pas la même valeur, nous ne sommes jamais soumis à une seule stimulation mais à un ensemble qui concerne divers récepteurs sensoriels.

15Il existe une loi en embryologie qui veut que, plus une fonction se développe tôt, plus il est probable qu’elle sera fondamentale. Le toucher est le premier-né de nos organes et le plus sensible, c’est notre premier mode de communication et la plus efficace des protections. « Un être humain peut vivre aveugle, sourd et manquer totalement de goût et d’odorat, mais il ne saurait survivre un instant sans les fonctions assurées par la peau » (Ashley Montagu).

Avec lui, nous dit Yves Ledanseurs, nous remontons aux sources de la mémoire. En effet, c’est vers le troisième mois de la vie utérine que l’on repère les premiers signes d’une activité tactile. Chaque fois que l’enfant bouge dans le ventre de sa mère, il trouve à la fois ses limites et sa sécurité. Sa vie mentale s’éveille, sa mémoire aussi. La mémoire de ces moments d’intense rencontre s’enracine dans les profondeurs de nos désirs, de notre inconscient. Elle ne nous quittera jamais. Si on peut vivre sans voir ni entendre, on ne peut vivre sans toucher ni être touché : autrement dit sans relation à l’autre. L’absence du toucher est la pauvreté la plus grande. Elle est la solitude la plus profonde. Elle crée une sorte d’état de manque d’une très grande violence.

16C’est par notre peau que nous ressentons, aimons, détestons. Le langage exprime d’ailleurs l’importance de la peau et du toucher : on entre dans la peau de quelqu’un, on est bien dans sa peau, on a quelqu’un dans la peau…

17Les capteurs du toucher sont répartis sur toute la surface de notre corps. La perception par le toucher a une résonance profonde en nous, car contrairement à la vue et à l’ouïe, le toucher nous fait ressentir les choses à l’intérieur de nous-mêmes.

18L’enfant construit sa réalité du monde extérieur par les perceptions de tous ses sens, mais toujours avec la suprématie du toucher, organe déterminant dans le développement du comportement humain. À chaque fois qu’il combine le toucher aux autres sens, plus la partie du cerveau activée est importante, plus les réseaux de neurones qui se forment sont complexes et plus le potentiel d’apprentissage augmente.

19Quant à la proprioception, qui est la perception que le corps a de lui-même dans l’espace, c’est l’une de nos sources de connaissance les plus importantes. Ce sont des outils d’apprentissage fantastiques. Car on ne pense pas seulement avec notre cerveau, mais aussi avec notre corps. Les arts et les sports ne sont pas accessoires, ce sont de puissants moyens de pensée et de communication avec le monde.

20Notre culture a tendance à considérer l’esprit et le corps comme des entités séparées. Pourtant les systèmes sensoriels et moteurs font partie à la fois du cerveau et du corps et leur bon développement est indispensable à la gestion cognitive.

21Mais la mémoire sensorielle la mieux connue est la mémoire visuelle dite « iconique ». L’homme apprend en voyant et ce qu’il apprend retentit à son tour sur ce qu’il voit.

2280 % des informations qui s’imposent à nous au cours d’une journée nous parviennent par la vue, et les yeux fournissent au système nerveux beaucoup plus d’informations que le toucher ou l’ouïe, avec un débit beaucoup plus rapide. L’information recueillie par un aveugle à l’extérieur est limitée à un champ d’un rayon de six à trente mètres. Avec la vision, il atteindrait les étoiles.

23L’œil diffère de tous les autres organes sensoriels par le fait qu’il est une véritable excroissance du cerveau. C’est déjà un centre d’intégration. Et pourtant la vue est le sens qui s’est développé chez l’homme le plus tardivement, mais c’est le plus spécialisé et le plus complexe. Aucun autre sens ne fait intervenir autant de cellules nerveuses. Environ 20 % des messages venant des yeux, de la rétine et des muscles extra-oculaires vont vers des régions du cerveau concernées par les mécanismes de l’équilibre. Le nerf optique contient dix-huit fois plus de neurones que le nerf auditif. Peut-on en conclure qu’il transmet au moins dix-huit fois plus d’informations même si la différence entre la quantité d’information fournie respectivement par les yeux et les oreilles n’a pas été calculée avec précision ?

24Si notre rétine n’a besoin que d’un dixième de seconde pour photographier mentalement un visage, une grande partie de la vision n’est pas innée.

25Si 10 % se passent dans les yeux, les 90 % restants ont lieu dans le cerveau, en association avec le toucher et la proprioception. Nous nous entraînons sans cesse à voir en trois dimensions dans un espace bidimensionnel (livres, peintures, films). En Australie ou en Afrique, des individus qui n’avaient jamais tenu de livres entre les mains étaient tout simplement incapables de voir un paysage de montagnes sur une page à deux dimensions. C’était comme une sorte d’illettrisme visuel. Ils percevaient les traits, les contours, la couleur, mais étaient dans l’incapacité de voir la perspective, parce que dans la réalité, sur le papier, il n’y en a pas. Sans éducation, sans expérience et sans apprentissage, l’œil voit, mais le cerveau est aveugle.

26Ces millions d’informations nouvelles quotidiennes envoyées au cerveau pour traitement entraînent une stimulation permanente par l’image et déclenchent une intense activité cérébrale. Elle est l’occasion d’une augmentation de notre oxygénation mentale et d’un échange constant des synapses, qui, du même coup, entretiennent leurs capacités.

27L’information visuelle est en général moins ambiguë et mieux centrée que l’information auditive. Une exception majeure : l’activité auditive de l’aveugle qui apprend à sélectionner les hautes fréquences acoustiques pour localiser les objets qui l’entourent.

28L’importance de la vision dans l’évaluation sensorielle des produits alimentaires est étonnante. Michel Montaigne ne disait-il pas : « que vos yeux y tâtent avant d’y goûter » ? Elle compte pour beaucoup dans l’identification, constate Jean-Marie Bourre, Directeur de recherches à l’INSERM,

comme s’il y avait une hiérarchie ou une priorité, les informations visuelles semblent dominer les informations gustatives et olfactives comme facteurs déterminants dans la perception de l’odeur par exemple. Ce qui peut aboutir à une perception erronée, connue sous le nom d’erreur d’attente, car le sujet extrapole certaines propriétés visuelles à d’autres sensibilités.

29La saveur de la menthe n’est bien perçue que si le liquide est vert, un bonbon au cassis doit être violet.

30La lecture des vieux traités culinaires médiévaux nous apprend qu’il était rarement question de goût, mais le plus souvent des qualités visuelles d’une préparation.

31L’ouïe a été également très étudiée, c’est un de nos systèmes les plus précoces. C’est elle qui alerte le cerveau, que ce soit pour des besoins de protection ou de compréhension. Dès le quatrième mois de sa vie intra-utérine, le bébé commence à entendre. Il reconnaît des voix, se familiarise avec les musiques entendues et vit ses émotions au rythme des échos de la vie extérieure qui lui parviennent.

32L’ouïe, après le toucher, est le deuxième sens à s’éveiller de telle façon qu’au jour de sa naissance l’enfant a déjà une expérience de la communication.

33La mémoire des voix est très fidèle et de longue durée puisque nous pouvons identifier des voix non entendues depuis de longues années (30 % des voix entendues il y a cinquante ans contre 60 % des voix entendues plus récemment). Les sons ont la particularité de faire résonner le crâne et cette résonance masse et stimule le cerveau. Ainsi, la musique baroque grâce à sa symétrie et à ses harmonies parfaites facilite la mémorisation. On devrait en écouter plus souvent.

34Sans odeur, la vie n’a plus de goût, car ce n’est pas par la papille gustative que passe l’essentiel du goût mais par le nez.

35C’est notre sens le plus archaïque et probablement le plus en relation avec notre inconscient. Les odeurs mettent nos sens en alerte car toutes les expériences sensorielles qui lui sont liées sont gravées en nous. Une fois fixées, elles sont peu susceptibles d’être modifiées par notre pensée ou notre imagination. Elles jouent un rôle majeur dans les mécanismes de nos émotions et de nos comportements. Cette mémoire olfactive diffère des mémoires visuelle ou auditive parce qu’elle résiste mieux à l’épreuve du temps et que son mode d’apprentissage est unique. Elle a le pouvoir d’évoquer des souvenirs beaucoup plus profonds que les images ou les sons, car des connexions de neurones relient étroitement l’odorat à l’ouïe et à la vue ; aussi la mémoire olfactive enregistre-t-elle en même temps que l’odeur tout son contexte émotionnel.

36De surcroît, les neurones de la muqueuse se reproduisent constamment puisqu’en trente à quarante jours, la totalité des récepteurs est renouvelée. Hormis quelques maladies exceptionnelles (l’anosmie, par exemple, qui est la perte de l’odorat et dont l’origine est inconnue) nous conservons donc intact le sens de l’odorat au fil des années.

37La quantité de corps odorants nécessaires pour faire apparaître la sensation est de l’ordre du milliardième de milligramme. Si un peu d’odeur alerte le nez, il en faut en revanche beaucoup pour l’identifier. Se souvenir d’une odeur est une chose, pouvoir la nommer en est une autre. Déroutante pauvreté des possibilités de description des odeurs qui sont pourtant des forteresses de la mémoire car, quand on a tout oublié d’un événement donné, seule la réminiscence d’une odeur est capable de faire ressurgir ce pan de vie apparemment effacé.

38Et pourtant nous traquons les odeurs et n’avons de cesse de les faire disparaître : de notre corps, de nos maisons, de nos villes. Dans l’usage de leur appareil olfactif,

les Américains, dit l’anthropologue Hall, sont culturellement sous-développés. L’usage intensif de désodorisants, l’habitude de désodoriser les lieux publics, ont fait des U.S.A. un pays olfactivement neutre et uniforme dont on chercherait en vain un équivalent ailleurs.

39Sans odorat et sans odeur, pas de vie. D’où la nécessité d’en reconstituer quand on en a trop supprimé et les odeurs nous mènent par le bout du nez. Les revendeurs de vieilles voitures n’utilisent-ils pas des parfums imitant ceux des voitures neuves ?

40Même si toutes les odeurs sont manifestement des combinaisons formées à partir de sept odeurs primaires, il n’existe pas universellement de bonnes ou de mauvaises odeurs. La sensation agréable ou non associée à une odeur est intégralement apprise en fonction des normes du groupe et des expériences personnelles.

41Les recherches sur l’olfaction ont montré que les femmes dans la vingtaine utilisent les odeurs pour se rendre attirantes, dans la trentaine, elles en usent pour délimiter leur territoire, dans la cinquantaine comme anti-dépresseur, et dans la soixantaine comme stimulant.

42Notre sens du goût est beaucoup moins développé que celui de l’odorat. Nous avons besoin de vingt-cinq mille fois plus d’un composé chimique pour le goûter que pour le sentir.

43La langue ne distingue que quatre goûts principaux, le salé, le sucré, l’aigre et l’amer, qui vont permettre les combinaisons de l’éventail de toutes les saveurs que nous connaissons. La saveur est génétiquement fixée : le sucre est recherché par tous, l’amer est unanimement rejeté. La saveur d’un mets est, en fait, une donnée complexe, explique J.-M. Bourre.

44L’ensemble des sensations liées par exemple à l’alimentation constitue un système d’attraction et de sélection si fondamental qu’un nutriment dépourvu de tonus émotif n’est pas un aliment.

45Le domaine olfactif et le goût, longtemps négligés au profit des autres sens par les anthropologues, n’ont pas encore révélé tous leurs secrets, ainsi le rôle cognitif dans la construction des souvenirs si tenaces est-il très peu exploité.

46Il y a concurrence entre les sens quant à leur capacité à représenter ce qui est extérieur au corps. Ceux de la défense, du toucher, de la vue, de l’ouïe, ont pris le dessus sur la sensibilité du besoin comme le goût et l’odorat.

47L’homme en effet, est bien plus fortement structuré pour percevoir la douleur que pour détecter les sources de plaisir comme le montre l’analyse de très nombreux récepteurs. Prévenir un danger fut-il plus vital que de se faire plaisir ? Cela reste-il toujours vrai ?

48La mémoire se vit donc à l’intérieur de chaque sens. Chaque perception du monde extérieur entraîne en nous une impression d’intensité variable, agréable ou pas, chargée d’affect. Nos sens ne sont pas seulement indispensables au traitement de l’information et à notre autodéfense, ils nous donnent les moyens de jouir de l’existence.

49Comment faisons-nous pour ne pas être submergés par le déferlement incessant d’informations, des stimuli que nous envoient nos cinq sens ? Par la distinction entre les stimulations signifiantes et celles qui sont sans intérêt. La sélection des données sensorielles consistant à admettre certains éléments tout en en éliminant d’autres fera que l’expérience sera perçue de façon très différente d’un individu à l’autre. S’ils appartiennent à des cultures différentes, non seulement ils parlent des langues différentes, mais ce qui est sans doute le plus important, ils habitent des mondes sensoriels différents. Ce que nous appelons nos goûts, nos préférences constituent en quelque sorte notre mode personnel de relation avec le monde extérieur.

50Les environnements créés par l’homme nous permettent de repérer comment les différentes cultures font usage de leur sens. Les observations de Hall démontrent qu’Américains et Arabes vivent dans des mondes sensoriels différents, ne font pas appel aux mêmes sens, les Arabes utilisant l’olfaction et le toucher de façon préférentielle par rapport aux Américains. Ils interprètent et combinent différemment leurs données sensorielles. Même l’expérience que l’Arabe a de son corps par rapport à son Moi est différente de la nôtre. Une des différences majeures entre l’Orient et l’Occident tient entre autre, au fait que l’espace lui-même est perçu de façon radicalement différente par chacune des deux cultures. L’Occident perçoit les objets, mais non les espaces qui les séparent. Au Japon, en revanche, ces espaces sont perçus et nommés.

51Tous les hommes n’entretiennent donc pas les mêmes rapports avec le monde environnant. Reconnaître cette donnée est essentiel, sinon il devient impossible de comprendre comment traduire les données d’un monde de perception dans un autre.

52Les conséquences de ce constat sont grandes. Elles concernent la pédagogie et l’apprentissage.

53Les neurosciences nous apprennent que répéter la même information plusieurs fois de la même façon peut bloquer son acquisition. Il est effectivement préférable de varier la communication en jouant avec la gamme des multimodalités sensorielles et en utilisant tous les systèmes de perception et de représentation : visuels, évocations auditives, kinesthésies tactiles, gestuelles, ou émotionnels.

54Si 40 % sont des visuels, 40 % des auditifs et 20 % des kinesthésiques parmi nous, cela implique que chacun a son canal de communication préférentiel et que nous captons les informations de façon très différente. Nous ne les stockons pas dans notre cerveau et n’y accédons pas non plus de la même manière.

55Que l’on communique dans un autre canal et l’on diminuera les chances de se faire comprendre.

56Si les représentations qu’une personne utilise pour construire son expérience de la réalité sont, par exemple, surtout visuelles, elle aura du mal à répondre à une question qui présuppose une représentation kinesthésique. Cela n’indique pas qu’elle soit résistante, c’est simplement une indication que ce que sont les limites sensorielles de son modèle du monde.

57Le visuel, quand il est face à un auditif, peut avoir l’impression que celui-ci n’est pas en contact avec lui parce qu’il ne le regarde pas. L’auditif, lui, reprochera au kinesthésique de ne pas l’écouter. Quant à ce dernier, lui-même se plaint de l’insensibilité des auditifs et des visuels, etc.

58Pour celui qui n’est pas au fait de ces différences sensorielles, il n’est que trop tentant de conclure qu’un interlocuteur est négatif ou résistant. Bien sûr, à moins d’un handicap physique, chacun de nous utilise ces trois systèmes, mais, comme pour les courses, il existe un ordre d’arrivée.

59Certains privilégient le regard pour apprendre : ils se représentent des images abstraites ou concrètes. Les forts en orthographe voient les mots dans leur tête sans en avoir conscience. Celui qui lève les yeux avant de répondre à votre question vérifie en fait l’information dans son réservoir d’images intérieures. « Ne cherche pas la réponse au plafond, elle n’y est pas », déclarons-nous impatiemment alors que, pour le visuel, c’est justement là qu’elle se trouve !

60D’autres privilégient l’ouïe pour apprendre. La personne, qui tourne la tête du côté de sa meilleure oreille pendant que vous parlez au lieu de vous regarder, vous fait la politesse de vous donner toute son attention.

61D’autres encore privilégient leur corps pour apprendre : ils ont besoin de toucher, de jouer avec ce qu’ils sont en train d’étudier pour que leurs muscles se souviennent de la sensation communiquée. La personne qui bouge quand on lui parle travaille l’information avec ses muscles. L’individu kinesthésique vérifiera l’information à travers ses impressions en regardant la main avec laquelle il écrit.

62L’apprentissage est simplement un processus d’intégration de l’information au travers des cinq sens et de son classement.

63Ce dont nous nous souvenons le mieux est ce qui est le mieux inscrit dans notre système nerveux ou, autrement dit, ce que nous avons appris en mettant la totalité de notre système nerveux à contribution : nous pouvons toujours voir les images, entendre les sons, revivre les impressions, goûter la saveur et sentir les odeurs qui y sont liées.

64À un niveau inconscient, nous percevons de façon simultanée les informations venues du monde extérieur par tous nos sens, mais nous ne sommes conscients de percevoir qu’une seule information sensorielle à la fois.

65L’enseignant, en prenant compte de chacune des composantes de l’expérience sensorielle et en les nommant, augmente d’autant le nombre de clefs d’enregistrement en mémoire consciente.

66Un abîme sépare encore de nos connaissances la structure du cerveau et les fonctions cognitives. Je conclurai par une réflexion empruntée à Jean-Yves et Marc Tadié :

La mémoire est un sens : celui dans lequel se fondent tous les autres pour nous rendre heureux ou malheureux, gais ou tristes, entreprenants ou apathiques. On peut sentir sans mémoire, mais on ne peut ressentir sans elle. Ce sont nos souvenirs qui nous permettent d’interpréter nos sensations, de les lier entre elles, de les fondre en seul sens qui est celui de la mémoire.

67Notre mémoire est un concert de sensations.

Haut de page

Bibliographie

Quelques ouvrages parmi d’autres :

Ackerman, D. 1991. Le livre des sens. Paris : Grasset.

Augé, M. 1994. Le sens des autres. Paris : Fayard.

Baddeley, A. 1992. La mémoire humaine. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble.

Bourre, J.-M. 1995. La diététique du cerveau. Paris : Odile Jacob.

Changeux, J.-P. 1983. L’Homme neuronal. Paris : Fayard. [1995. Paris : Hachette].

Damasio, A. 1994. L’erreur de Descartes, la raison des émotions. Paris : Odile Jacob.

Hall, E. 1975, 1978. La dimension cachée. Paris : Seuil.

Ledanseurs, Y. 1997. La mémoire au fil de l’âge. Paris ; Bayard.

Le Guérer, A. 1988. Les pouvoirs de l’odeur. Paris : François Bourin.

Montagu, A. 1971. La peau et le toucher. Paris : Seuil.

Ninio, J. 1989, 1991, 1996. L’empreinte des sens. Paris : Odile Jacob.

Rosenfield, I. 1994. L’invention de la mémoire. Paris : Flammarion.

Tadié, J.-Y. et M. 1999. Le sens de la mémoire. Paris : Gallimard.

Université d’Oxford. 1993. Dictionnaire encyclopédique : Le cerveau, un inconnu. Paris : Robert Laffont.

Vincent, J.-D. [1986] 1994. Biologie des passions. Paris : Odile Jacob.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Mazô-Darné, « Mémoriser grâce à nos sens », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXV N° 2 | 2006, 28-38.

Référence électronique

Nicole Mazô-Darné, « Mémoriser grâce à nos sens », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXV N° 2 | 2006, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/2456 ; DOI : 10.4000/apliut.2456

Haut de page

Auteur

Nicole Mazô-Darné

Nicole Mazô-Darné est consultante en Entreprises et Administrations, plus particulièrement sur le module « Efficacité personnelle et communication » ; elle anime aussi un atelier sur la mémoire ouvert à tout public. Titulaire d’un doctorat d’état en histoire moderne, elle est Auditrice à l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale et, depuis 1992, Maître de conférences associée dans le département TC de l’IUT Toulon-Var. Elle est également romancière.

ndarne@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page