Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il y a bien longtemps que le cinéma est entré dans les cours de langue mais il y a toujours sa place. Avec le numéro XXV/1 des Cahiers de l’APLIUT, nous souhaitons donner de nouveaux exemples d’utilisation de films dans l’enseignement / apprentissage des langues de spécialité. La partie thématique du volume comprend trois articles et quatre fiches pédagogiques.

2Trois de ces contributions concernent l’exploitation de films juridiques.

3James Elkins enseigne le droit aux États-Unis à partir de films mettant en scène des avocats. Bien que l’objet de son enseignement soit radicalement différent de celui d’un enseignant de langue dans le secteur LANSAD, sa vision humaniste de l’intérêt didactique du film juridique nous a semblé originale et convaincante. Par le biais de la genèse de sa passion pour le cinéma, il explique pourquoi un film est le vecteur idéal de tout apprentissage et suggère des principes de base pour le lire.

4Dans le cadre de son cours d’anglais en Carrières juridiques, Muriel Bourdon utilise précisément des films américains mettant en scène des procès et des avocats. Sa fiche pédagogique démontre ainsi que l’approche de James Elkins est applicable à l’enseignement des langues de spécialité.

5Shaeda Isani s’intéresse à l’exploitation de la FASP (fiction à substrat professionnel) cinématographique comme support pédagogique dans le cadre de cours d’anglais juridique. Elle attire l’attention sur un effet pervers, le « paradoxe français » – phénomène de substitution de la culture professionnelle cible pour la culture professionnelle source lorsque la culture disciplinaire de l’étudiant est insuffisante. C’est pourquoi elle situe sa réflexion sur la didactique dans une perspective d’anthropologie culturelle à l’origine d’un programme d’apprentissage en autonomie guidée.

6Quittons le domaine de la justice. À partir des technologies futuristes présentées dans le film Minority report, Claudine Gardey a élaboré une cyberquête qui demande aux étudiants d’explorer la Toile à la recherche d’informations sur des innovations technologiques.

7La fiche de Marie-Annick Mattioli détourne les variations du tout début de Manhattan en les proposant à ses étudiants comme modèle pour la conception d’une publicité. Elle montre ainsi comment adapter pour un public d’IUT un film très éloigné des discours de la vente et du marketing.

8Chantal Lacourarie présente une série d’exercices de décryptage des signes visuels, verbaux et sonores dans le film Smoke, de Wayne Wang, dont Paul Auster a écrit le scénario à partir de sa nouvelle Auggie Wren’s Christmas Story. Pas de langue de spécialité dans cette dernière fiche sur l’utilisation du cinéma en cours de langue, mais l’expérience a montré que les étudiants apprécient, à l’occasion, de sortir du strict cadre disciplinaire.

9Avec l’article de Sylvie Decaux et Patrick Guédon, il ne s’agit plus d’utilisation mais de réalisation de film. Ils détaillent et font le bilan d’un travail réalisé dans le cadre d’une collaboration pédagogique entre l’IUT Paris 5 et l’antenne parisienne de la New York University. Les étudiants français et américains écrivent, jouent et réalisent ensemble des courts métrages bilingues qui se révèlent riches en apprentissages collaboratif, interculturel et langagier.

10Ce volume comprend également trois articles hors thème.

11C’est par le théâtre que Roger Baines a choisi d’enseigner le français langue étrangère. Son programme, qui s’adresse principalement à des étudiants des filières Gestion et Droit, repose sur l’acquisition des techniques de l’art dramatique et sur l’étude de textes du théâtre français. Il décrit les activités visant à développer les compétences et l’assurance en langue française à l’oral devant un public : improvisation, écriture, répétitions, représentation. L’art dramatique permet d’améliorer les compétences de communication et, comme le cinéma, il ouvre la porte de l’imaginaire et développe la motivation des apprenants.

12C’est justement à la motivation que se sont intéressées Françoise Lavinal, Nicole Décuré et Aimée Blois. Elles ont réalisé une étude sur l’évolution de la motivation des étudiants entre la première et la deuxième année d’IUT, ainsi que sur les facteurs méthodologiques, psychologiques et institutionnels susceptibles d’expliquer cette évolution. Les résultats obtenus leur permettent de recommander des orientations susceptibles d’encourager la motivation chez les apprenants en IUT.

13Alex Frame se demande pourquoi les Français sont les mauvais élèves de la classe de langue. Constatant que le discours social hexagonal a tendance à sacraliser la langue française comme objet culturel à fort symbolisme social et national, il étudie les conséquences de ce rapport à la langue maternelle pour l’étudiant français d’une langue étrangère. Il souligne l’intérêt d’une vision de la langue comme outil de communication mis au service de l’intercompréhension et examine la posture que l’enseignant doit adopter vis-à-vis de la langue cible dans le cadre de cette approche, avant de terminer par un exemple d’application pratique en IUT.

14L’équipe des Cahiers vous souhaite une bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXV N° 1 | 2006, 6-7.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXV N° 1 | 2006, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/2554

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Mireille Hardy est Rédactrice en chef des Cahiers de l’APLIUT.
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page