Navigation – Plan du site
Articles

Création de films bilingues : apprentissage sur tâche et expérience interculturelle

Making bilingual movies : task-based learning and intercultural experience
Sylvie Decaux et Patrick Guédon
p. 39-56

Résumés

Cet article concerne une collaboration pédagogique entre l’IUT Paris 5 et l’antenne parisienne de la New York University. Dans le cadre de leurs cours de langue étrangère (L2), étudiants français et américains écrivent, jouent et réalisent ensemble, sur une période de trois mois, des courts métrages bilingues. Favorisant le travail collaboratif, interculturel et sur tâche, cette approche pédagogique séduit énormément étudiants et enseignants et offre des occasions d’apprentissage multiples, sur les plans langagier, culturel et personnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le cours d’anglais de Sylvie Decaux, du département Information-Communication, option Métiers du li (...)

1Cet article concerne une collaboration pédagogique et universitaire entre le département Information-Communication de l’IUT Paris 5 et l’antenne parisienne de la New York University (NYU). Depuis de nombreuses années, les deux institutions font travailler étudiants français et étudiants américains sur des projets communs, lesquels pendant longtemps ont consisté en l’écriture de nouvelles en anglais et en français. Il y a quatre ans, à la faveur de la reprise du projet par Patrick Guédon, professeur de français, côté américain, nous avons voulu changer les objectifs du cours : passer d’une production presque exclusivement écrite à une production écrite et orale1. C’est alors que, pour dynamiser le projet et le rendre plus attractif, une idée a germé : faire écrire, jouer et réaliser des courts métrages bilingues à nos étudiants. Nous nous sommes engagés dans l’aventure avec beaucoup d’enthousiasme sans avoir réellement de compétence technique. Nous pensions que l’expérience d’apprentissage serait intéressante et ne fixions aucune obligation de résultat quant à la qualité du film. Les étudiants étaient prévenus qu’il s’agissait d’une expérience et nous ont étonnés en imaginant et réalisant des œuvres poétiques, drôles, imaginatives, en améliorant leurs compétences langagières et interculturelles.

1. Le cadre

  • 2 Les premières années, un groupe de 28 étudiants de l’IUT, encadrés par deux enseignants, participai (...)

2Deux groupes d’étudiants participent à ce projet : un groupe d’une quinzaine d’étudiants de l’IUT (option « Métiers du livre » du département Information-Communication) et un groupe d’une quinzaine d’étudiants de NYU (cours « Advanced Conversation »). Ils sont encadrés par deux enseignants : une enseignante d’anglais de l’IUT – Sylvie Decaux, et un enseignant de français de NYU – Patrick Guédon2.

3Le projet se déroule d’octobre à décembre à raison d’une séance hebdomadaire de 2 heures (voir planning en annexe 3). Les étudiants se rencontrent également en dehors des cours car c’est un projet qui demande beaucoup de temps. Les premières séances ont lieu au centre de NYU et à l’IUT afin que les étudiants américains découvrent le cadre d’étude de leurs homologues français. Français et Américains organisent alors un pot de bienvenue. La plupart des autres séances se déroulent à NYU, car le cadre est très agréable. À l’automne, les étudiants travaillent volontiers dans le jardin.

New York University en France

New York University en France

4Les séances se déroulent pour moitié en anglais, et pour moitié en français. En réalité le niveau de français des étudiants américains étant dans l’ensemble supérieur au niveau d’anglais des étudiants français, et les Français étant sensiblement plus nombreux, le français a été plus utilisé dans certains groupes. Le rééquilibrage des groupes (cf. 3.4. Perspectives) a en partie résolu ce problème. Pour le film, le scénario doit être bilingue, avec un ressort narratif qui justifie le choix des langues (Américains à Paris confrontés à des Français par exemple), les rôles en anglais sont joués par les Français et les rôles en français par les Américains. Tous les étudiants doivent avoir un rôle. La durée du film est censée être de 5 minutes, en fait les étudiants réalisent des films d’une bonne dizaine de minutes.

2. Déroulement du projet

5Le projet se déroule en cinq étapes :

  • rencontre et constitution des groupes ;

  • écriture des scénarios ;

  • préparation du tournage : répétitions, costumes, lieux de tournage, planning ;

  • tournage et montage ;

  • remise des prix et debriefing.

2.1. Rencontre et constitution des groupes

  • 3 Les étudiants de l’IUT, en deuxième année, se connaissent déjà bien ; sans ce brassage des étudiant (...)

6Lors de la séance de présentation du projet, les étudiants ne sont pas regroupés. À NYU comme à l’IUT, Patrick Guédon et Sylvie Decaux font, chacun de leur côté, une séance sur le lexique (type de plans, cadrage…) et sur l’écriture cinématographique, et présentent aux étudiants des exemples de scénarios (publicités et séquences de film). Les étudiants se rencontrent lors de la deuxième séance. En début de séance, 2 ou 3 étudiants de l’IUT présentent le système universitaire français et leur filière d’études aux étudiants américains en anglais, et 2 ou 3 étudiants américains de NYU en France font de même en français pour le système universitaire américain en général et pour la New York University en particulier. Les groupes sont constitués par tirage au sort pour gagner du temps et éviter un phénomène de « clans » côté français3. Cette séance a pour objet de faire connaissance, les enseignants aidant à l’intégration des étudiants les plus réservés en amorçant les conversations. Pour beaucoup, c’est la première fois qu’ils rencontrent des Américains ou des Français de leur âge. C’est alors l’occasion de dépasser les fréquents préjugés et stéréotypes sur les Français ou les Américains et de prendre conscience qu’il y a finalement moins de différences entre eux qu’on peut le croire. Ils découvrent aussi qu’ils partagent de nombreuses références culturelles : cinéma, musique, sport, voire politique. Les Américains sont heureux de pouvoir pratiquer leur français avec des étudiants car il n’est pas facile pour eux d’en rencontrer par ailleurs (cf. annexe 4, citations 1, 2, 3).

2.2. Écriture des scénarios

7Cette étape est la plus aboutie et la plus maîtrisée par l’équipe d’enseignants. Elle se déroule sur trois séances environ. Les étudiants travaillent d’abord par groupes pour trouver l’idée et le ressort narratif qui justifie le bilinguisme du film, puis établir un canevas, se répartir le travail d’écriture et de relecture. Rappelons que les étudiants français rédigent les parties en anglais, vice-versa. Au final, deux scénarios sont présentés : l’un avec les indications scéniques en français (rédigé par les Américains, corrigé et noté par le professeur de NYU), l’autre avec les indications scéniques en anglais (rédigé par les Français, corrigé et noté par l’enseignante de l’IUT). Les indications scéniques étant en général détaillées, cela constitue un véritable travail d’écriture en langue étrangère, outre bien sûr le travail sur les dialogues. À cette occasion, les étudiants apprennent beaucoup d’expressions de conversation courante, de vocabulaire ‘oral’, de jurons, et travaillent sur les niveaux de langue. Ils découvrent aussi la culture médiatique et populaire de l’autre (émissions de télévision ou animateurs vedettes, par exemple). S’assurer que les règles du jeu sont bien respectées (bilinguisme du film avec équilibre des parties en français et en anglais ; écriture en langue étrangère), échanger tantôt en anglais, tantôt en français, encourager et encadrer les étudiants pour qu’ils respectent bien les délais, poser les limites de faisabilité (combien de scénarios trop ambitieux ne génèrent que déception au final !), aplanir les difficultés de compréhension ou de communication entre les membres d’un même groupe : tel est le rôle des enseignants, véritables médiateurs (cf. en annexe 5 le synopsis des films réalisés).

8Pour les étudiants, cette étape est très positive. C’est une phase de création où tout est possible et l’occasion d’une véritable collaboration. Pourtant, à y regarder de près, on relève un certain nombre de points de discorde, la plupart relevant des habitudes de travail et de mauvaise compréhension des codes de l’Autre : « D’abord, j’ai trouvé que les Français ne faisaient pas beaucoup d’efforts pour parler anglais. (…) Ils faisaient leur travail, sans plus. On aurait dit que c’était une sorte de corvée alors que Rachael et moi on avait espéré que ce soit amusant et enrichissant. (..) Il y a aussi parfois eu des conflits au sein du groupe qui ont créé une mauvaise atmosphère. » (Elspeth). Ce commentaire, que l’on pourra trouver dur, a été écrit au moment où les étudiants finissaient leur film : il ne fait donc pas encore preuve d’un grand recul. Ceci nous encourage cependant à développer le travail sur la compétence interculturelle de nos étudiants de manière plus réfléchie, posée ; car, malgré notre bonne volonté, la méconnaissance de l’univers de l’Autre et les apparences parfois trompeuses peuvent mener à l’impasse (cf. annexe 4, citations 4 à 9).

2.3. Préparation du tournage : répétitions, costumes, lieux de tournage, planning

  • 4 « To repeat again and again my sentences from the text helped me get a better accent ».

9C’est une étape qui suscite beaucoup d’enthousiasme. Malgré les contraintes de temps, nous avons découvert l’importance d’imposer des séances de répétitions par groupe, accompagnées par un enseignant. Ces séances permettent d’améliorer la prononciation, mais aussi d’enseigner aux étudiants (notamment les Français qui en ont moins l’habitude) à projeter leur voix. Les résultats (par exemple le travail sur la première réplique) se répercutent sur l’ensemble de leur prestation dans la mesure où leur confiance s’accroît. Des étudiants se découvrent même un talent d’acteur. L’entraide entre français et américains est importante à ce stade, car ils se font répéter mutuellement. Si certains parlent peu anglais durant les séances d’écriture en raison du meilleur niveau de langue des Américains, ils peuvent progresser grâce aux répétitions : « Répéter encore et encore mon texte m’a aidée à améliorer mon accent. »4 (Sophie).

10Du point de vue des costumes, des accessoires et de la préparation matérielle, les étudiants sont très imaginatifs et sont parfaitement autonomes. Pour citer un exemple, un groupe a tourné sur les toits parisiens et, comme le film incluait un poisson, les étudiants en avaient même acheté un !

11Le planning pose davantage de problèmes : rendez-vous annulés, obligations des uns et des autres… Et il revient parfois aux enseignants de gérer la mauvaise humeur que cela engendre : « Je trouve qu’en général les étudiants français prennent leur travail moins au sérieux que leurs homologues américains. » (Jackie). (Cf. annexe 4, citations 10 et 11).

2.4. Tournage et montage

12Deux à trois séances sont réservées au tournage et au montage. Nous demandons aux étudiants de nous communiquer leur planning mais ils peuvent s’organiser comme ils l’entendent (rencontre le week-end par exemple). Ce travail, s’il est bien préparé, est très formateur en ce qui concerne l’autonomisation des apprenants.

  • 5 Un film n’a pas réussi à se faire.

13Les questions techniques peuvent poser problème, surtout si les enseignants n’ont pas de compétences dans ce domaine, ce qui était notre cas. Du point de vue matériel, nous ne disposions que d’une caméra numérique à NYU, plus les caméras de certains étudiants. L’IUT a bien du matériel, mais, pour des questions d’organisation, les étudiants ne pouvaient en disposer. Les deux premières années, nous avons bénéficié d’une sorte d’état de grâce : les étudiants ont souvent tourné en analogique, avec un montage élémentaire consistant à relier deux magnétoscopes ; la moitié des groupes possédait une caméra en propre, limitant les problèmes de planning ; de nombreux étudiants connaissaient quelqu’un capable de les aider. Puis, avec les avancées technologiques, les problèmes de format, de compatibilité entre systèmes et standards (Mac / I movie et PC) se sont multipliés et les attentes des étudiants étaient plus grandes, générant stress, frustrations, et même un échec5.

14La phase de tournage a toujours été une expérience très positive, malgré les difficultés (par exemple, batterie de la caméra non rechargée, ou météo peu clémente). Le mot fun est celui qui revient le plus souvent, et cela se voit dans les films ! Les étudiants ajoutent volontiers un making of à la fin de leur court métrage où ils montrent leurs ratés et leurs fous rires. En revanche, le montage est vécu comme une épreuve car il prend un temps considérable et le cours n’est pas un cours de cinéma. Les groupes qui ont bien fonctionné sur le plan technique reposaient en général sur un étudiant passionné par le montage ; ce système, basé sur la bonne volonté, a des limites évidentes. NYU en France a cette année résolu la question en faisant appel à un étudiant en cinéma français, parfaitement bilingue (il a profité d’un échange entre l’université de Paris et NYU) et expert en montage de films en numérique. Il est devenu la référence technique du projet et a dispensé ses conseils aux étudiants avant et pendant le tournage avant de prendre en main le montage numérique : il était donc au service des étudiants pour atténuer les tensions liées à l’aspect technique du projet. Cette solution très efficace sera reconduite (cf. annexe 4, citations 12 à 16).

2.5. Remise des prix et debriefing

15Un jury composé d’enseignants de NYU et de l’IUT se réunit pour juger de la qualité des productions. Pour clore le projet, on organise une séance publique où les films sont projetés et des prix remis solennellement. Tout le monde est étonné et ravi de la qualité des courts métrages. Les étudiants français réalisent aussi une jaquette pour leur DVD, avec un visuel de couverture et un texte promotionnel bilingue. Chaque équipe présente succinctement son film et les détails croustillants de la réalisation. C’est également la séance des adieux, même si certains étudiants restent en contact après cette aventure partagée.

16Parallèlement les enseignants demandent aux étudiants un compte rendu écrit (rédigé en L2) de leur expérience. Cela donne lieu à un échange en classe, pour faire évoluer le projet, d’année en année.

3. Bilan et perspectives

17Dans l’ensemble, ce projet, malgré les problèmes évoqués, nous semble extrêmement enrichissant.

3.1. Un travail collaboratif interculturel

18On l’a souvent noté, le fait de réaliser quelque chose, d’avoir un objectif concret, stimule énormément les étudiants et les rend plus actifs. Le travail collaboratif sur tâche les enrichit non seulement sur le plan de la discipline enseignée mais les aide aussi à se découvrir d’autres talents, ce qui leur donne confiance en eux. Ils apprennent à s’organiser, à accepter la critique, à être patients, à écouter mais aussi à proposer et à travailler en équipe. Ils trouvent chacun leur rôle au sein de l’équipe : le leader, celui ou celle qui résout les difficultés, la diplomate, le bricoleur, etc. Des dons insoupçonnés se révèlent parfois. Travailler entre jeunes d’une culture différente sur un projet ambitieux commun procure une ouverture d’esprit indéniable et une grande satisfaction quand le projet réussit. Les étudiants sont amenés à développer des stratégies de communication, par exemple l’humour, et à dépasser leurs difficultés (cf. annexe 4, citations 17 à 22).

3.2. Bilan sur le plan langagier

19Le fait de pratiquer la langue cible dans un contexte différent, non « scolaire », est vécu comme une libération par certains. Ils ne se sentent pas jugés et apprennent à parler la L2 sans avoir peur des conséquences. Ils se rendent surtout compte que, même si leurs compétences langagières sont limitées, ils peuvent communiquer. Ce « déblocage » permet de faire des progrès puisque c’est en pratiquant que l’on avance. L’authenticité de l’interlocuteur est également un élément important : la tâche à réaliser est réelle.

20Cependant, la différence de niveau de langue a été un handicap, tout comme, durant les premières années du moins, le déséquilibre en nombre (pratiquement le double d’étudiants français). Bien des étudiants français se sont découragés et le français a été la langue dominante dans certains groupes. Malgré tout, ils notent unanimement des progrès en compréhension orale, en élargissement du lexique et en amélioration de la prononciation. Il faudrait être en mesure de faire des tests pour évaluer objectivement les progrès. Par ailleurs, il semble qu’un des facteurs déterminants soit les personnalités dans les groupes. Un ou deux étudiants moteurs dans des groupes peuvent changer complètement la dynamique – que ce soit du côté français ou du côté américain (cf. annexe 4, citations 23 à 28).

3.3. Bilan sur le plan interculturel

21C’est sans doute le point le plus positif de l’échange. Les étudiants dépassent leurs préjugés et les stéréotypes. Ainsi, durant les dernières élections américaines, ils ont pu découvrir à quel point les Américains étaient divisés et les discussions politiques sont allées bon train. Un groupe a mis en scène sur le mode comique une conférence de presse avec les présidents Bush et Chirac. Sur le plan des découvertes spécifiques, voici ce qu’ils notent : les cultures culinaires (le beurre de cacahouète, la baguette, les fromages…), la conduite automatique, Thanksgiving, la Toussaint, les groupes de rap, l’âge légal pour la consommation d’alcool, celui du permis de conduire, les systèmes éducatifs. Ils apprécient ces aperçus de la culture de l’Autre, en marge de l’image véhiculée par les médias.

22Dans les scripts et les films, les représentations que donnent les étudiants des Français et des Américains est souvent caricaturale : « MacDo » et « mal bouffe », béret, vin rouge et camembert. Les Français sont très « franchouillards » comme en témoignent les personnages de policiers mous et inefficaces et les Américaines riches, belles et superficielles. Ce travail sur le stéréotype est essentiel pour concrétiser ses craintes et sa méconnaissance de l’Autre afin d’arriver à détruire ces clichés et construire de nouvelles bases. « Les représentations de l’étranger renvoient à l’identité du groupe qui les produit. (…) [Elles] ne se côtoient pas dans une relation de simple juxtaposition, mais dans un espace concurrentiel où les enjeux sont ceux d’une lutte symbolique pour la conquête d’une reconnaissance sociale et parfois politique » (Zarate 1995 : 30-31).

23Nous l’avons déjà évoqué, les différences de culture face au travail que les étudiants vivent sans être forcément capables de l’exprimer ou de le formaliser, peuvent être source de conflit. La médiation des enseignants par le dialogue est alors décisive. On note ainsi que les Français ont tendance à parler beaucoup, à passer du temps à dire ce qu’il faudrait ou ce qu’ils pourraient faire, alors que les Américains sont davantage pragmatiques, tournés vers l’action, avec une culture de l’efficacité (cf. annexe 4, citations 29 à 33).

3.4. Perspectives

24Cette année, le projet a bénéficié d’améliorations certaines. Nous avons tout d’abord amélioré la prise en charge technique en faisant appel à un étudiant en cinéma pour l’aide au tournage et assurer le montage. Les étudiants étaient ainsi totalement déchargés de ces soucis et ont pu profiter de son expérience. Une des faiblesses reste cependant le son, notamment lorsque les étudiants tournent en extérieur. Nous les encourageons à accrocher un micro à un manche à balai ou, lorsqu’ils adoptent le style du reportage, à utiliser de vrais micros, ou encore à recourir au procédé de la « voix off ».

25Nous avons aussi rééquilibré les groupes en n’ouvrant le projet qu’à une quinzaine d’étudiants de l’IUT et en sélectionnant les participants en fonction de leur compétence langagière. L’autre demi-groupe a suivi un cours d’anglais classique qui comprenait malgré tout des échanges (sous forme de débats et échanges de conversation) avec des étudiants américains (il s’agit du cours « Spoken contemporary French », d’un niveau de français plus faible), pour les intéresser et les faire également bénéficier de la rencontre interculturelle, mais à un rythme moins soutenu : les rencontres ont eu lieu une fois par mois. L’impact a été très bénéfique.

26Enfin, nous avons incité les étudiants à tenir un journal de bord dans lequel ils ont consigné leurs apprentissages. Encore rudimentaire, cet exercice a été l’occasion de formaliser l’échange et d’amener les étudiants à réfléchir sur leur pratique, avant d’écrire un compte-rendu final peut-être plus objectif…

Haut de page

Bibliographie

1. Didactique des langues : apprentissage d’une langue étrangère et vidéo
Compte, C. 1993. La vidéo en classe de langue. Paris : Hachette Français langue étrangère.

2. Environnement bilingue
Duverger, J. 2005. L’enseignement en classe bilingue. Paris : Hachette Français langue étrangère.

3. Situation d’apprentissage interculturelle
Zarate, G. Représentation de l’étranger et didactique des langues. Paris : Didier.
De Carlo, M. 1998. L’interculturel. Paris : CLE International.

4. Cinéma

4a.Scénario bilingue
Almodovar, P. 1999. Todo sobre mi madre. Paris : Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma.
von Triers, L. 1999. Breaking the waves. Paris : Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma.

4b. Scénario unilingue
Auster, P. 1995. Smoke and Blue in the face. Londres : Faber & Faber.

4c. Scénario et storyboard
Storyboard, n° 1 (sept. / oct. / nov. 2002). « Les fabuleux dessins d’Amélie Poulain. »
Auiler, D. 1999. Les cahiers de Hitchcock. Paris : J.-C. Lattès.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. IUT Paris 5, département Info-Com Métiers du livre »
Cours d’anglais (English : professional project)

Objectives
Learning to work in a multicultural context
Learning to communicate with native speakers of English
Improving oral and written skills in English
Learning to produce a professional product effectively.

Project
Making a 5-minute video (either a short film or a sequence from a feature film)
Working in a team composed of French students and American students from New York University.

Assessment
1/4 Final product (group grade)
1/4 Script : originality, language (group grade)
1/4 Oral presentation (group/individual grade)
1/4 Communication skills : motivation, capacity to interact with foreign students, team spirit (individual grade)

Annexe 2. Programme du cours de NYU – « Advanced conversation »

Objectifs
Ce cours de niveau avancé est destiné à vous aider à développer et perfectionner vos compétences en communication orale (en compréhension et en production) en travaillant sur une langue vivante et moderne, dans des environnements et des situations déterminés :
- L’environnement social (les codes culturels, la langue en contexte, la politique…)
- L’environnement professionnel (entretien d’embauche, présentation d’un projet, travail en équipe…)
- L’environnement universitaire (faire un exposé, résumer, argumenter…).

Tout au long du semestre nous aborderons les points linguistiques suivants :
- Les registres de langue (langue familière, langue standard, langue soutenue)
- Les expressions idiomatiques
- L’enrichissement du vocabulaire
- Les formes grammaticales et syntaxiques propres à l’oral
- La correction phonétique (accentuation, prononciation, rythme, intonation).

Documents utilisés
Nous travaillerons à partir de différents supports :
- Documents sonores (enregistrements radio, chansons…)
- Documents vidéo (reportages, extraits de films…)
- Documents écrits (article de journaux, extraits de livre, exercices…).

Structure du cours
Nous aborderons ensemble plusieurs thèmes :
- Les codes de l’amour
- Les Français vus par les étrangers
- La situation du français en France
La situation des femmes dans la vie politique (et professionnelle)
Le monde du travail
- Les problèmes actuels de la société française.
Nous nous intéresserons naturellement à l’élection présidentielle américaine, tout au long du semestre et particulièrement lors de la première semaine de novembre.
À travers l’étude de ces thèmes, nous travaillerons grammaire, lexique, syntaxe et expression.

Types d’activités orales
Pour mettre en place des stratégies langagières propres à l’oral, réemployer les structures et le lexique étudiés lors des activités de compréhension orale, ce cours accordera une large place à l’expression orale au travers des activités suivantes :
- Discussions
- Débats
- Exposés oraux.
Une participation active en classe est donc indispensable et déterminante pour l’évaluation finale.

Projet avec l’Université de Paris 5
Nous travaillerons régulièrement avec un groupe d’étudiants de l’IUT de Paris 5 (cf. calendrier). Ensemble (étudiants français et américains, professeurs d’anglais pour francophones et de français pour anglophones), nous allons monter un projet qui mettra en œuvre vos compétences de communication, d’expression orale et écrite, d’enseignement, de transfert des savoirs, de création et de travail d’équipe. Cette collaboration inter-universitaire donnera lieu à des séances supplémentaires. Ce projet faisant partie du cours « Advanced Conversation » votre participation y est obligatoire (son évaluation représente 20 % de la note finale).

Évaluation
Présentation orale suivie d’un débat à animer : 15 %
Participation en classe et assiduité : 15 %
Quiz : 10 %
Transcriptions (2) : 10 %
Projet : 20 %
Midterm exam : 15 %
Final exam : 15 %

Annexe 3. Contenu des séances de travail NYU/IUT (automne 2005)

Séances

Objectifs

Séance (1)
Jeudi 29/09
à 10h45

Présentation du projet
Objectifs / travail demandé / moyens /modalité d’évaluation
Approches théorique et pratique du travail vidéo (Qu’est-ce qu’un scénario ? / Qu’est-ce qu’un dialogue ? / Qu’est-ce qu’un plan et un cadrage ? / Comment créer un effet ? / Découverte de la caméra numérique / Présentation des travaux de l’année dernière)

Séance (2)
Jeudi 06/10
à 14h15
à NYU

Rencontre des étudiants français
Présentation de NYU
Présentation de l’IUT
Présentation des professeurs et des méthodes de travail
Constitution des groupes de travail par tirage au sort

Séance (3)
Jeudi 13/10
à 14h00
à l’IUT,
143 av. de Versailles

Travail en commun sur des idées
Remue-méninges : histoire / lieux / personnages / ambiance / message(s) / style / type de film (scène de film, publicités, court métrage…) / articulation entre l’anglais et le français.
Répartition des tâches dans le groupe : réalisateur / caméraman / costumiers / accessoiriste / monteur ? (auteurs / scénaristes / dialoguistes / acteurs = tous les membres du groupe)

Séance (4)
Jeudi 20/10
à 14h15
à NYU

Présentation des résultats du travail de remue-méninges
Choix des dates et des lieux de tournage
Réservation du caméscope
Ébauche des scénarios (en français et en anglais)

Séance (5)
Jeudi 10/11
à NYU

Travail approfondi des dialogues et indications scéniques
Remise des dialogues en français

Séance (6)
Jeudi 17/11
à NYU

Retour des dialogues corrigés
Répétitions des dialogues, corrections phonétiques

Hors des cours
Du 8/11 au 12/12

Tournage et montage (prévoir plusieurs jours pour les deux étapes et prendre rendez-vous avec Matthieu)

Mardi 13/12

Remise des travaux (sur support informatique)
Réunion du jury constitué de professeurs

Séance (7)
jeudi 15/12
à NYU

Présentation orale en français : chaque groupe parle de son expérience et présente son travail.
Visionnage des travaux
Remise des prix

Annexe 4. Paroles d’étudiants6

1. « Malheureusement j’avais des préjugés contre les Américains. Je pensais que les Américains n’avaient pas la même vision de la vie que les Français. J’ai découvert que nous avions souvent les mêmes références culturelles, et même si nous n’avions pas la même culture, nous n’étions pas si différents (…) Pour ma part, ma vision des Américains a changé, je n’aurai plus de parti pris contre les Américains. » (Nathalie)7
2. « J’étais aussi heureux d’avoir l’occasion de communiquer avec des étudiants français avec qui je pouvais parler en français, surtout quand on pense qu’il est vraiment difficile de rencontrer des étudiants français. » (Jason)
3. « Nous avons vite découvert que nous n’étions pas très différents les uns des autres, par rapport à la vie en dehors de nos études » (Dana)
4. « L’écriture du scénario était très amusante. Je me souviens de ce moment comme d’un moment de détente. Les idées fusaient de toute part. Tout allait très vite. Nous nous sommes bien amusés »8 (Aurélien)
5. « Je me souviendrai toujours que j’ai appris la différence entre ‘bend over’ et ‘lean’ grâce à Damon, et ce sont maintenant des mots que je n’oublierai pas »9 (Guillaume)
6. « C’était un agréable interlude dans la charge de travail que nous avons »10 (Laetitia)
7. « Chaque fois que quelqu’un avait une idée, celle-ci était modifiée par des suggestions de tous les membres du groupe.(…) Je pense que ce projet est un véritable trésor de NYU en France parce qu’il donne aux étudiants une expérience unique. » (Mary)
8. « C’était aussi un test de patience que faire un projet qui semblait impossible avec des gens qui ont des conceptions différentes du travail. » (Jackie).
9. « Les plus grands problèmes de notre groupe trouve ses origines dans nos éthiques de travail très différentes. » (Rachael)
10. « Je crois que travailler sur ce film m’a beaucoup aidée à améliorer mes compétences orales et écrites en anglais (et aussi à être moins timide). Surtout mes compétences orales. Je devais prononcer de manière à être comprise. Alors j’ai appris en répétant après Mary Ann et Jason. J’ai appris du vocabulaire nouveau, commun comme ‘handkerchief’, et plus inhabituel comme ‘cut the crap’« 11 (Sandra)
11. « C’est une vraie occasion d’améliorer mon français familier et ma confiance à parler français. » (Jackie)
12. « Ce qui m’a fait le plus mal, c’était l’échec de notre équipe, plus que celui du film. Nous avons eu des problèmes à filmer en numérique et il serait difficile de blâmer une seule personne. » (Ari)
13. « La facette la plus difficile du projet était la communication et la coopération en dehors des séances. » (Marc)
14. « La partie la plus excitante de ce projet a été le tournage, nous nous sommes beaucoup amusés à le faire »12 (Claire)
15. « Tourner ce film a été pour moi la chose la plus fantastique (…) Nous avons eu beaucoup de fous rires, qui seront inoubliables. Jouer les différentes scènes nous a rapprochés. Ce fut un moment magique. L’entente entre nous, le jeu, était très simple »13 (Anne)
16. « J’ai beaucoup appris au niveau de la langue, au niveau personnel avec les étudiants et le jour où nous avons tourné a été très amusant parce que nous avons beaucoup rigolé et beaucoup travaillé en même temps. » (Mary)
17. « Durant le tournage, j’ai mis en lumière ma capacité à mener certaines opérations. J’étais le principal caméraman, j’ai organisé l’ordre de tournage des scènes, et comment nous devions jouer nos rôles. C’était très stimulant ! »14 (Loïc)
18. « J’ai appris à mieux connaître les gens et j’ai découvert que certains que j’avais jugés hâtivement étaient différents de ce que je pensais »15 (Vanessa)
19. « Ce film m’a permis d’accepter les critiques des autres, et de les considérer comme constructives et non comme négatives (…) J’ai appris à être patiente et à écouter les autres. Travailler avec des étrangers me semblait difficile, mais j’ai changé d’avis »16 (Frédérique)
20. « On apprend beaucoup sur nous-mêmes et sur les autres membres du groupe. Par exemple, dans notre groupe, Jackie démontre les caractéristiques d’un leader (…), par contre Dana est prête à répondre aux questions et à résoudre les difficultés. (…) Cette expérience m’a fait découvrir un domaine différent du mien (sciences politiques) et je peux mieux apprécier le processus de création d’un film. » (Leslie)
21. « D’un point de vue personnel, j’ai compris qu’il est important d’être ouvert pour aller à la rencontre des idées des autres »17 (Marie)
22. « Au début, j’étais hésitant par rapport au projet, parce que je ne pensais pas que c’était réalisable. Mais j’ai été très surpris par notre imagination et notre créativité »18 (Matthieu)
23. « J’ai parlé plus facilement. Dans une salle de classe avec un professeur c’est plus difficile. Avec les Américains nous savons qu’ils ne nous jugent pas. »19 (Adeline)
24. « J’ai appris à parler anglais sans avoir peur de faire des fautes. Damon et Robin m’ont beaucoup aidé en ce sens. »20 (Guillaume)
25. « Personnellement cela m’a appris à oser parler en anglais »21 (Léa).
26. « Le projet m’a obligé à parler anglais et m’a donné confiance en moi »22 (Aude)
27. « Je ne suis pas bon en langues, c’est pourquoi je ne les aime pas. Cette manière d’apprendre a été plus efficace qu’étudier en classe avec des livres, pour moi (…) Ce que j’ai le plus apprécié c’est de travailler avec de vrais étudiants américains »23 (Thomas)
28. « En ce qui me concerne, ce film m’a stressée à cause de mes difficultés à parler cette langue. Et mes camarades avaient le même problème que moi, nous avions le handicap de la langue »24 (Vanessa)
29. « Nous avons découvert le beurre de cacahouète, c’est dégoûtant »25 (Elisabeth)
30. « J’étais content de savoir que Mya écoute la même musique que moi et connaît les groupes de rap américains que je connais. Elle m’en a fait découvrir d’autres et je lui ai fait découvrir un groupe de rap français »26 (Romain).
31. « Pour mon sujet sur la cuisine, les références ne sont pas les mêmes en Amérique et en France, et pour moi, je pensais que mes références françaises étaient meilleures – c’est faux. J’ai découvert une vraie culture de la cuisine (bonne ou mauvaise, là n’est pas la question) »27 (Aurélie).
32. « Ils nous considèrent comme des gens paresseux et nous les considérons comme des fous de travail, nous n’avons pas la même mentalité qu’eux et ce sont les raisons pour lesquelles nous avons des difficultés à nous comprendre »28 (Aurélien).
33. « Les relations avec les étudiants américains étaient trop ‘professionnelles (…) J’ai aussi remarqué que leur méthode de travail est stricte, régulée et qu’ils veulent avancer rapidement (…) Les Français étaient certainement motivés, mais avant tout ils souhaitaient établir des contacts amicaux avec les Américains qui, au contraire, étaient surtout concernés par l’avancement du projet »29 (Emmanuelle).

Annexe 5. Synopsis de quelques films réalisés30

Fishing into nothingness (2002)
Un poisson mythique de l’antiquité refait surface mystérieusement. Cette légende vivante est recherchée par un grand nombre de scientifiques. Le poisson est localisé dans la Seine. Le cousin américain d’un des scientifiques arrive des Etats-Unis et raconte la légende et les aventures de ce poisson. Le poisson, qui a été pêché, se retrouve sur l’étalage d’une poissonnerie avant de disparaître à nouveau après que la femme qui vient de l’acheter est renversée par une voiture. Presque au même moment, un homme assis sur les toits de Paris pêche dans le vide. Le poisson légendaire mord à l’hameçon, le pêcheur le remonte et on apprend alors que le secret du poisson est de posséder dans son estomac un dictionnaire bilingue anglais/français absolument parfait.

American Idols (2003)
Une compétition télévisée rassemble dans un appartement parisien quatre participants – deux Américains et deux Français – lesquels sont filmés 24h/24. Le but de la compétition est de devenir une star de l’autre culture. Les Français doivent donc essayer de se comporter comme des stars américaines, en parlant leur langue et en imitant leur apparence et leur style. Les compétiteurs américains font la même chose à l’envers. Le gagnant est celui qui allie le mieux talent artistique et adaptation culturelle.

Ces bêtes que nous aimons (2003)
Deux scientifiques (un Français et un Américain) font une conférence. Ils présentent une étude portant sur deux « espèces » : l’Américain et le Français.

Scène 1 : La nourriture
- Des Français qui boivent du vin rouge et mangent du camembert
- Des Américains qui mangent chez McDonald’s

Scène 2 : La parade nuptiale
- Un Français drague une Française et ils partent ensemble
- Un Américain drague une Américaine mais il repart seul

Scène 3 : Interaction entre Américains et Français
Des Américaines sortent du métro, elles marchent dans la rue en slalomant entre les crottes des chiens et se perdent. Elles demandent leur chemin mais n’arrivent pas à se faire comprendre des Français.

On revient sur les deux scientifiques. Ils font une conclusion théorique au reportage puis ils se mettent à enlever leur blouse de laboratoire et on voit qu’ils ressemblent traits pour traits à l’image stéréotypée traitée dans le film.

The risk (2004)
Le soir de Halloween cinq amies organisent une « pyjama party » chez l’une d’elles. Le frère de celle-ci n’est pas convié et passe la soirée dans sa chambre. Les filles décident de faire une séance de spiritisme mais abandonnent face au manque de résultats. Tout à coup l’une d’entre elles se lève et se met à parler en anglais. On apprend que l’esprit d’une des prostituées assassinées par Jack l’éventreur est en elle. C’est rapidement au tour d’une autre des filles puis au tour de chacune d’être possédée de la même façon. La jeune fille qui organise la soirée arrive à s’échapper et se rend dans la chambre de son frère afin qu’il l’aide mais lui aussi est possédé par … l’esprit de Jack l’éventreur lui-même !

Cinq plus deux (2004)
Un couple de Français cherche un appartement à Brooklyn. Il se rend dans un appartement en collocation et les cinq habitants américains – tous plus bizarres les uns que les autres – leur font passer des tests pour voir s’ils pourraient vivre ensemble.

Les boules (2005)
La finale du championnat mondial de pétanque opposant un Français et une Américaine est retransmise à la télévision. Contre toute attente, l’Américaine gagne !

Haut de page

Notes

1 Le cours d’anglais de Sylvie Decaux, du département Information-Communication, option Métiers du livre a pour objectif la réalisation d’une tâche professionnelle en anglais et celui de Patrick Guédon, « Advanced conversation », le développement des compétences de production et de compréhension orales (cf. le programme de ces cours, annexes 1 et 2).

2 Les premières années, un groupe de 28 étudiants de l’IUT, encadrés par deux enseignants, participaient à ce projet, mais il nous a semblé plus judicieux de le limiter à 15 pour des raisons d’équilibre avec le nombre d’étudiants américains.

3 Les étudiants de l’IUT, en deuxième année, se connaissent déjà bien ; sans ce brassage des étudiants, l’intégration des étudiants américains serait plus difficile.

4 « To repeat again and again my sentences from the text helped me get a better accent ».

5 Un film n’a pas réussi à se faire.

6 Ces « paroles d’étudiants » proviennent du debriefing écrit final. Fidèles à l’esprit du projet, les témoignages des étudiants français sont donc rédigés en anglais (traduits dans les encadrés, mais dans leur version originale en note de bas de page) et les témoignages des étudiants américains sont en français.

7 « Unfortunately, I was prejudiced against American people. I thought that American people had not the same vision of life as French people. I discovered we often had the same cultural references, and even if we had not the same culture, we were not so different (…) For my part, my vision of American people has changed, I don’t be biased against Americans anymore. »

8 « The writing of the script was very amusing. I remembered this moment as a moment who could relax or unwind. Ideas came from all sides. All went very quickly. We had a lot of fun together. »

9 « I will always remember that I’ve learned the difference between ‘bend over’ and ‘lean’ thanks to Damon, and there are now some words that I will not forget. »

10 « It was a pleasant interlude in the load of work we have. »

11 « I think that working on that film helped me a lot to improve oral and written skills in English (and also to be less shy). Especially oral skills. I had to pronounce the right way to be understood. So I learned by repeating after Mary Ann and Jason. I learned new vocabulary, usual as ‘handkerchief’, and more unusual as ‘cut the crap’. »

12 « The most exciting part of this project was the shooting, we had a lot of fun doing it. »

13 « Shooting this movie was for me the most terrific thing to do (…) We had a lot of giggles, which will be unforgettable. Acting the different scenes got us closer on top of that. That was a magical moment. The understanding between us, acting, was very simple. »

14 « During the shooting, I bring to light my capacity to lead some operations : I was the main cameraman, I organized the order of filming of the scenes, and how we had to play our parts. It was very stimulating ! »

15 « I have learnt to know people better and I discovered some of those I judged hastily were different of what I thought. »"

16 « This project allowed me to accept the criticisms of others, and to consider it like constructive and not like negative (…) I have learned to be patient and to listen to the others. Working with foreigners seemed to me difficult, but I’ve changed my mind. »

17 « From a personal point of view, I have understood it’s important to be open to meet another’s idea »

18 « At the beginning, I was hesitant for this project, because I didn’t think that it was feasible. But I have been very surprised by our imagination and our creativity »

19 « I talked more easily. In a classroom with a teacher it’s more difficult. With Americans we know that they don’t judge us. »

20 « I’ve learned to speak in English without fear of the mistake. Damon and Robin helped me a lot for that. »

21 « Personally, it teached me to dare speak in English »

22 « It obliges me to speak English and it gave me self confidence. »

23 « I’m not good in foreign languages, that’s why I don’t like them. This way of learning had been more efficient than studying in classroom with books, for me (…) What I enjoyed most was working with real American students. »

24 « As far as I’m concerned, this film has brought stress to me because of my difficulties to speak this language. And my comrades had the same problem than me, so we had a ‘tongue’s handicap’. »

25 « We have discovered peanut butter, it’s nauseating ! »

26 « I was happy to know that Mya listens to the same music than me and know American rap groups I know. She made me discover others and I made her discover a French rap group. »

27 « For my subject on cooking, the references are not the same in America and in France, and for me, I thought that my French references are better - it’s false. I discovered a real culture of cooking (bad or good is not a problem). »

28 « They see us like lazy people and we see them like ‘crazy working women and men’, we don’t have the same mentality as them and these are the reasons why we have difficulties to understand each other. »

29 « The relations with the American students were too ‘professional’." "I also noticed that their method of work is strict, regulated and that they wanted to advance quickly (…) French were, certainly motivated, but above all wished to tie up a friendly contact with the Americans which, on the contrary, cared above all about the progress of the project. »

30 Certains des films devraient à terme être sur le site web de NYU en France et sur celui de l’IUT. Pour plus d’informations contacter les auteurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre New York University en France
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2581/img-1.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Decaux et Patrick Guédon, « Création de films bilingues : apprentissage sur tâche et expérience interculturelle », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXV N° 1 | 2006, 39-56.

Référence électronique

Sylvie Decaux et Patrick Guédon, « Création de films bilingues : apprentissage sur tâche et expérience interculturelle », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXV N° 1 | 2006, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/2581 ; DOI : 10.4000/apliut.2581

Haut de page

Auteurs

Sylvie Decaux

Sylvie Decaux est maître de conférences en anglais à l’IUT Paris 5. Elle s’intéresse aux relations internationales et aux aspects interculturels des échanges. Elle mène également des recherches en histoire du livre.
sylvie.decaux@univ-paris5.fr

Patrick Guédon

Patrick Guédon enseigne le français à l'antenne parisienne de New York University en France.
patrick.guedon@nyu.edu

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page