Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

De l’utilisation du cinéma en anglais de spécialité « Carrières juridiques »

Muriel Bourdon
p. 108-111

Texte intégral

1Le cinéma américain constitue une source précieuse et inépuisable pour l’enseignant en Carrières juridiques : il met en scène pléthore de procès et présente l’univers judiciaire avec ses valeurs et ses contradictions. L’étudiant en droit est fortement imprégné de cette culture. Ainsi apparaissent au sein des universités américaines de droit un nombre croissant de cours consacrés à l’étude des « lawyer films ». L’objectif de cette fiche pédagogique est de présenter une introduction au droit américain à travers un montage de deux films ainsi que deux prolongements possibles : la réalisation d’un procès et la présentation d’un film de droit par les étudiants.

1. Sur le choix du 7e art en anglais de spécialité

2Ce média, très apprécié des étudiants, permet à la fois une approche civilisationnelle et linguistique. Aux États-Unis, les procès sont basés sur une mise en scène et un rituel très différents de notre système judiciaire français : sélection des jurés, joutes d’avocats lors des contre-interrogatoires… Nombreuses sont les différences qui justifient une approche comparative. En regardant des extraits de film, l’étudiant se familiarise également avec un vocabulaire spécialisé dont le sous-titrage en anglais facilite la compréhension.

2. Le choix des œuvres

  • 1 « Anatomy of a murder is probably the finest pure trial movie ever made. » Mickael Asimow, The “Lec (...)
  • 2 Collection "cinévoice", Michel Viel (Dir.), Paris : Hatier. Le coffret Justice pour tous est paru e (...)

3Il s’agit de Anatomy of a murder (1959) d’Otto Preminger et de And Justice for all (1979) de Norman Jewison. Les deux films choisis présentent un double avantage. Tout d’abord, ils sont reconnus comme étant des œuvres de référence parmi les films de droit. L’universitaire américain Michael Asimow écrit en effet qu’Anatomy of a murder est probablement le film à procès le plus pur et le plus remarquable jamais réalisé »1. Enfin, la collection Le cinéma anglais en V.O en offre une version originale sous-titrée2.

3. Leur exploitation en cours

4Elle se fait auprès d’étudiants de deuxième année que nous avons en petits groupes et se déroule tout au long du premier semestre. J’ai réalisé, à l’aide du logiciel Screenplay, un montage dont le but est de montrer les différents protagonistes d’un procès : le juge, les jurés, l’inculpé, le témoin… S’ajoutent également le serment, la notion d’outrage à magistrat ainsi que deux séquences sur le conflit entre le droit et la recherche de la justice, thème central de And Justice for all à travers l’exemple d’une erreur judiciaire et du procès d’un juge corrompu. La prestation d’Al Pacino fascine beaucoup les étudiants.

5Lors de la projection de ces scènes, les étudiants ont un dossier qui comporte des questions de compréhension, du vocabulaire juridique, un petit complément d’informations civilisationnelles et un script à trous. Le livre de J. Feldis-Withers et S. Matthews, Language for law, donne de nombreux repères sur le système judiciaire américain, notamment à travers ses « fact sheets ». Par ailleurs, à la fin du dossier se trouvent des textes en relation avec les thèmes traités. Certains d’entre eux sont cités dans Language for law, d’autres proviennent de la presse. Parmi les thèmes traités figurent le principe de la justice pour tous, l’erreur judiciaire, les mineurs et la justice, le rôle des jurés…

4. Les prolongements

4.1. Le « mock trial »

6Le « mock trial » ou simulation de procès fait partie intégrante des enseignements juridiques anglo-saxons et nos étudiants s’y prêtent avec beaucoup de plaisir. À partir d’un scénario ou d’un article de presse, comme le suggère Anne Péchou dans ses jeux de rôle (1997), ils choisissent chacun un protagoniste, préparent son intervention et l’interprètent de façon à reconstituer le procès. Ils auront eu en amont le vocabulaire juridique nécessaire ainsi que les informations relatives au déroulement d’un procès. La préparation s’étale sur 5 ou 6 séances durant lesquelles les apprenants étudient le texte, s’imprègnent de leur rôle et préparent l’interrogatoire. Une première répétition générale se fait, sans contre-interrogatoire, afin de les familiariser avec le protocole et d’améliorer la qualité des dialogues (travail sur la cohérence des propos et sur la langue). Enfin le procès a lieu dans son intégralité avec, souvent, des étudiants déguisés dont la prestation dure entre 40 et 50 minutes.

4.2. La présentation PowerPoint d’un film à caractère juridique

7L’autre prolongement possible, plus axé sur le cinéma, est de demander aux étudiants de présenter un film à thématique juridique. Le site Internet mentalsoup3 du professeur américain de droit J. Elkins constitue une source précieuse : elle offre non seulement une liste très complète de films de droit (intitulés « lawyer films ») ainsi que de nombreux liens vers des articles critiques, le plus souvent rédigés par des universitaires de droit. Essentiellement basé sur un travail de recherche à partir du Web, cet exposé se décline en deux volets : la présentation du film (metteur en scène, acteurs, scénario) et son prolongement juridique (spécificité du système américain, approche comparative droit français / droit américain...) Par exemple, un étudiant choisira d’illustrer le thème de la peine de mort à travers l’étude de La Ligne Verte ou La vie de David Gale, un autre, celui de la présomption d’innocence à partir du film The Client. Bien que très générale, cette deuxième partie incite l’étudiant à trouver des sites pertinents, à lire des articles en anglais et à en extraire les éléments nécessaires à sa présentation. La préparation s’effectue en laboratoire multimédia sur 5 ou 6 séances et nécessite beaucoup de travail personnel de la part des étudiants qui doivent également se familiariser avec le logiciel Powerpoint. La présentation orale, limitée au départ à 10 minutes, dure en général plus longtemps et fait place ensuite à une petite discussion entre les étudiants lorsque le temps le permet. L’évaluation porte sur la mise en forme, le contenu juridique et la qualité linguistique de leur exposé.

5. Bilan

5.1. Points positifs

8L’introduction du 7e art dans l’enseignement de l’anglais de spécialité juridique apporte un nouveau souffle dans une discipline réputée assez difficile d’approche. Les étudiants adhèrent à ce langage qui leur parle et dépassent leurs difficultés linguistiques pour mettre l’accent sur le sens. La langue devient vraiment un outil, que ce soit à travers la présentation PowerPoint ou l’interprétation d’un rôle pour le procès. L’enseignant est fortement sollicité dans la correction linguistique permanente et individualisée. Souvent lors d’une plaidoirie, l’urgence de dire, de répondre à un argument incite même les étudiants ayant le plus de lacunes à vouloir répondre et à progresser à l’oral.

5.2. Points à améliorer

9Ce projet global d’introduction au droit américain demande néanmoins à l’enseignant de faire appel à de solides connaissances juridiques et jurisprudentielles qu’il n’a pas toujours. Plus linguiste que juriste, il a une « double casquette » parfois difficile à porter. Par exemple, lors du procès, les étudiants voulaient savoir s’ils pouvaient convoquer des témoins surprise, des pièces à conviction de dernière minute… ou si le juge pouvait s’opposer à telle objection. Autant de questions posées sur le vif auxquelles il me fut difficile de répondre. L’autre dilemme, pour le linguiste cette fois-ci, est la correction de la prononciation et de l’intonation. Malgré un travail de lecture de dialogues et de répétition des premiers interrogatoires, les contre-interrogatoires étaient improvisés et l’anglais moins précis. J’ai donc choisi de privilégier le sens et me suis contentée d’un compte-rendu individuel. En effet, une fois le procès joué dans son intégralité, il était difficile de le reprendre, au risque de perdre du sens.

Haut de page

Bibliographie

Elkins, J.R. 2004. « Reading/Teaching lawyer films ». Vermont Law Review, vol. 28, 2004 : 813-879.

Péchou, A. 1997. « Devising role plays for students of Law and Economics at intermediate to advanced level. » Symposium on Language for Special Purposes. Copenhagen, August 1997.

J. Feldis-Withers & S. Matthews. 1995. Language for Law. Introduction à l’anglais juridique. Paris : Ellipses.

Haut de page

Notes

1 « Anatomy of a murder is probably the finest pure trial movie ever made. » Mickael Asimow, The “Lecture” UCLA Law School (février 1998). http://www.usfca.edu/pj/articles/anatomy.htm.

2 Collection "cinévoice", Michel Viel (Dir.), Paris : Hatier. Le coffret Justice pour tous est paru en janvier 1991. ISBN 2-218-03134-5.

3 http://mentalsoup.net/jelkins/lawyersfilm.shtml

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Bourdon, « De l’utilisation du cinéma en anglais de spécialité « Carrières juridiques » », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXV N° 1 | 2006, 108-111.

Référence électronique

Muriel Bourdon, « De l’utilisation du cinéma en anglais de spécialité « Carrières juridiques » », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXV N° 1 | 2006, mis en ligne le 14 mai 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/2629 ; DOI : 10.4000/apliut.2629

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page