Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Auggie Wren’s Christmas Story : signes visuels, sonores et verbaux

Chantal Lacourarie
p. 119-122

Texte intégral

1Voici un exemple d’activité alliant le visuel, le sonore et le verbal, le tout emballé dans un beau papier cadeau puisqu’il s’agit d’un conte de Noël : Auggie Wren’s Christmas Story. Le support est à la fois écrit puisque le conte est basé sur une nouvelle éponyme de Paul Auster publiée le jour de Noël 1990 dans le New York Times, et cinématographique du fait qu’un film intitulé Smoke et réalisé aux États-Unis par Wayne Wang en a été tiré en 1995. Le scénario est de Paul Auster et est interprété principalement par Harvey Keitel et William Hurt. Il s’agit donc d’une œuvre fonctionnant sur l’intertextualité, sur un tissage de mots et d’images qui se prête aisément à la didactisation.

2L’activité proposée, d’environ deux heures, est une occasion de stimuler la motivation des étudiants par le truchement du cinéma contemporain. Le support est original, les compétences sollicitées restent traditionnelles : compréhension orale avant tout, mais également entraînement à la lecture rapide, expression orale, la production écrite pouvant faire l’objet d’une prolongation. Elle peut être effectuée par n’importe quel public ; je l’utilise pour ma part en 2° année de Techniques de Commercialisation.

3Smoke est une chronique citadine. Le point focal en est une boutique de cigares à Brooklyn dont le gérant Auggie / Harvey Keitel nous livre peu à peu son secret : depuis 13 ans, il prend, tous les jours à la même heure, la photo d’un même endroit, le coin de Atlantic Avenue et Clinton Street, dans une démarche qui rappelle celle des peintres impressionnistes et de leurs études chromatiques. Auggie est donc passionné par l’image, le signe visuel, par tout ce qu’il révèle et tout ce qu’il cache. Paul / William Hurt est écrivain ; il a choisi les mots pour exprimer sa difficulté à vivre depuis la mort de sa femme. Le destin des deux hommes se croise (grâce aux cigares) et s’enchevêtre plus avant à cause d’une photo. Un sentiment d’amitié à la fois intense et pudique naît entre eux.

4L’extrait proposé, d’une durée inférieure à dix minutes est, comme le film, à la fois touchant et drôle, léger et grave. Et c’est un texte miroir sur l’art de conter, de raconter une histoire, d’affabuler, de mentir. Qu’importe la vérité si l’intrigue est bonne, nous disent le romancier et le cinéaste. Et l’on se perd dans les volutes de la fumée de ces cigarettes qui dessinent des formes inattendues.

5Les scènes choisies constituent la cinquième partie et la clôture du film. L’écrivain doit affronter le passionnant défi d’écrire un conte de Noël pour le New York Times. C’est Auggie qui va lui donner le script du conte et par là même révéler comment il s’est procuré l’appareil photo dont l’usage et les résultats constituent le fil conducteur du film.

6La première scène est un court prologue qui présente les deux protagonistes et fournit l’élément principal de l’intrigue. Paul a quatre jours pour écrire un conte de Noël et n’a aucune inspiration : « You don’t know any Christmas stories, do you ? ». Ce à quoi Auggie répond sans hésiter : « Sure, I know a ton of them ». D’où le « deal » qui ferme cette scène introductrice : « Buy me lunch my friend, and I’ll tell you the best Christmas story you ever heard ».

7Ce premier morceau se prête à un jeu de questions / réponses ou au remplissage d’un tableau simple pour fixer les éléments de l’intrigue (annexe 1). Notons que le lieu de l’action est un magasin et que l’on peut, comme dans tout le travail présenté ici, axer le champ lexical sur l’anglais commercial.

8La scène 2 est plus longue et plus complexe. C’est la scène du restaurant où Auggie raconte son histoire à Paul. La difficulté naît du fait que la caméra ne quitte jamais le visage du locuteur. On doit donc visualiser l’action par l’intermédiaire des mots, les images faisant défaut pour étayer la compréhension. Autant écouter cette histoire avec le visage d’Auggie en plan rapproché est un pur plaisir pour l’enseignant, autant les étudiants peuvent décrocher rapidement s’ils ne sont pas guidés par des activités qui facilitent la compréhension.

9Dans un premier temps, on peut leur fournir un extrait du texte de Paul Auster (annexe 2). Malgré quelques modifications minimes, le script est très fidèle à la nouvelle. Je m’en sers pour pratiquer un exercice à trous qui force les étudiants à une écoute active et à une lecture rapide (grâce à l’ordinateur, on peut aisément varier cet exercice en fonction du type et du niveau du groupe). L’intrigue de cette partie peut se résumer ainsi : dans la boutique, Auggie surprend un voleur à la tire et le poursuit dans la rue jusqu’à ce que ce dernier laisse tomber son portefeuille.

10Dans le second mouvement, quelques mois plus tard, le jour de Noël, Auggie décide de ramener le portefeuille à son propriétaire. Mais les choses ne se passent pas comme il l’avait prévu. C’est la grand-mère du jeune homme qui lui ouvre la porte, et cette rencontre se révèle à la fois comique et très touchante. Et c’est à ce moment-là que Auggie se procure son premier appareil photo…

11Cet épisode étant toujours un récit privé d’image, il est bon d’en vérifier la compréhension (annexe 3).

12La troisième scène est l’aboutissement, la récompense, et constitue les dernières images du film. Alors que défile le générique, on découvre l’intégralité de l’histoire d’Auggie en images mais, cette fois, vide de mots, ponctuée seulement par une chanson qui la colore à nouveau. Ces images muettes sont évidemment l’occasion pour nos apprenants d’y apposer un commentaire, une « voix off », ou de faire parler les personnages, bref, de réutiliser tout ce qui a été entendu ou lu auparavant. Si le temps vient à manquer, les images viennent donc simplement habiller les mots pour le plus grand plaisir des étudiants.

13C’est un exercice qui marche, et ce à plusieurs niveaux. Les étudiants revoient ou apprennent du vocabulaire, font un véritable effort pour comprendre les acteurs et ils se prennent au jeu. Deux axes de réflexion sont ouverts à la fin de la séance de travail : « Is it a good story ? » Qu’est-ce qu’une bonne intrigue ? Quels en sont les ingrédients ? Auggie est-il bon conteur ? Dit-il la vérité ? D’autre part, « Is it a good Christmas story ? » Là, la dimension morale abordée dans la discussion entre les deux acteurs intéresse les étudiants. Comment peut-on qualifier les actes de Auggie de « good deed » ?

14Finalement, ils quittent le cours en réfléchissant à ces notions, ce qui est déjà une réussite pour occuper au mieux une séance avant les vacances de Noël, quand les étudiants ont envie d’apprendre autre chose, et autrement.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. « In the shop »

Give as many elements as possible to fill the table
1. Setting :
2. Characters :
3. Plot :
4. Main ideas :

Annexe 2. « In the restaurant »

I got nowhere. On Thursday I went out for a long walk, hoping the air would clear my head. Just past noon, I stopped in at the cigar store to replenish my stock, and there was Auggie, standing behind the counter as always. He asked me how I was. Without really meaning to, I found myself unburdening my troubles to him. “A Christmas story ?” he said after I had finished. “Is that all ? If you buy me lunch, my friend, I’ll tell you the best Christmas story you ever heard. And I guarantee that every word of it is true.”

We walked down the block to Jack’s, a cramped and boisterous delicatessen with good pastrami sandwiches and photographs of old Dodger teams hanging on the walls. We found a table at the back, ordered our food, and then Auggie launched into his story.

“It was the summer of ’72,” he said. “A kid came in one morning and started stealing things from the store. He must have been about 19 or 20, and I don’t think I’ve ever seen a more pathetic shoplifter in my life. He’s standing by the racks of paperbacks along the far wall, and stuffing books into the pockets of his raincoat. It was crowded around the counter just then so I didn’t see him at first. But once I noticed what he was up to, I started to shout. He took off like a jackrabbit, and by the time I managed to get out from behind the counter, he was already tearing down Atlantic Avenue. I chased him for about half a block, and then I gave up. He’d dropped something along the way, and since I didn’t feel like running anymore, I bent down to see what it was.

“It turned out to be his wallet. There wasn’t any money inside, but his driver’s licence was there along with three or four snapshots. I suppose I could have called the cops and had him arrested. I had his name and address from the licence, but I kind of felt sorry for him. He was just a measly little punk, and once I looked at those pictures in his wallet, I couldn’t bring myself to feel very angry at him. Robert Goodwin. That was his name. In one of the pictures, I remember, he was standing with his arm around his mother or grandmother. In another one, he was sitting there at age nine or ten dressed in a baseball uniform with a big smile on his face. I just didn’t have the heart. He was probably on dope now I figured. A poor kid from Brooklyn without much going for him, and who cared about a couple of trashy paperbacks anyway ?

“So I held on to the wallet. Every once in a while I’d get a little urge to send it back to him, but I kept delaying and never did. Then Christmas rolls around and I’m stuck with nothing to do. The boss usually invites me over to his house to spend the day, but that year he and his family were down in Florida visiting relatives. So I’m sitting in my apartment that morning feeling a little sorry for myself, and then I see Robert Goodwin’s wallet lying on a shelf in the kitchen. I figure what the hell, why not do something nice for once, and I put on my coat and go out to return the wallet in person.”
Paul Auster
Auggie Wren’s Christmas story, 1990

Annexe 3. « The visit to Grannie »

Use the following words to rebuild the story :
blind - pretend - invites - Christmas lunch - wine - asleep - camera

Annexe 4. « In the restaurant, Paul’s reaction »

Was there a sequel to Auggie’s story ? Provide the details
What conclusions does Paul draw from Auggie’s act ?
Does Auggie agree ?
Do you ?
Is it a good Christmas story ? Why ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Lacourarie, « Auggie Wren’s Christmas Story : signes visuels, sonores et verbaux », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXV N° 1 | 2006, 119-122.

Référence électronique

Chantal Lacourarie, « Auggie Wren’s Christmas Story : signes visuels, sonores et verbaux », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXV N° 1 | 2006, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/2634 ; DOI : 10.4000/apliut.2634

Haut de page

Auteur

Chantal Lacourarie

Chantal Lacourarie est Maître de conférences en anglais dans le département Techniques de commercialisation de l’IUT Paris 5. Sa recherche porte sur les interférences entre écriture et peinture, le mot et l’image, le verbal et le visuel. Elle est Rédactrice en chef adjointe des Cahiers de l’APLIUT.
lacourarie@iut.univ-paris5.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page