Navigation – Plan du site
Recensions

Adrian Holliday, The Struggle to Teach English as an International Language

Oxford : OUP, 2005
Marie-Françoise Narcy-Combes
p. 126-127
Référence(s) :

Holliday, Adrian. 2005. The Struggle to Teach English as an International Language, 193 p. Oxford : OUP. ISBN 0-1944-2184-8

Texte intégral

1Ce livre examine les tensions sociales et politiques qui sous-tendent l’enseignement de l’anglais comme langue internationale.

2Le premier chapitre est consacré à des sujets largement débattus ailleurs tels que la distinction locuteur natif et locuteur non-natif, les locuteurs natifs ayant seuls la légitimité pour enseigner la langue qui, en quelque sorte, leur appartient. L’auteur critique ce positionnement et prône la continuité culturelle, la reconnaissance des différentes « variétés » d’anglais, et met en garde les locuteurs natifs contre la tentation de proposer leur variété comme une norme, convoquant Jenkins et Kramsch pour soutenir ses arguments.

  • 1 En sociolinguistique, le terme « dominance » fait référence à des rapports de compétition entre les (...)

3Dans le second chapitre, il examine la notion d’altérité et s’élève contre les culturalismes, c’est-à-dire la tendance à séparer les individus en groupes culturels définis auxquels on attribue des comportements déterminés. Il montre qu’en fait cette tendance s’applique non seulement aux nationalités, ethnies et autres « étrangers », mais également aux groupes « défavorisés » d’une société, ce qui rend cette attitude suspecte du fait même qu’elle établit un rapport de dominance1 sur l’autre.

4Le chapitre trois s’intéresse à la dimension iconique des principes qui gouvernent l’enseignement de l’anglais L2, comme, par exemple, les quatre capacités. Ces points d’ancrage conceptuels fonctionnent comme des signes de ralliement et des symboles d’appartenance au sein de la communauté des anglophones chargés de l’enseignement de l’anglais L2 dans le monde. Selon l’auteur, ils sont à l’origine de méthodologies standards exportées telles quelles et inadaptées au contexte dans la plupart des cas.

5Les chapitres quatre et cinq sont consacrés à deux concepts clés en didactique des langues : la pédagogie centrée sur l’apprenant et l’autonomie. Après les avoir redéfinis, l’auteur les examine à travers le point de vue des locuteurs natifs et montre comment ces derniers tentent de modifier et de corriger « pour leur bien » les habitudes culturelles des apprenants à travers le dispositif d’apprentissage et de contrôle qu’ils mettent en place. Ainsi, l’autonomie peut se révéler un puissant facteur d’exclusion dans un contexte où ce concept entre en conflit avec les représentations des apprenants, comme en Turquie par exemple.

6Les chapitres six et sept tentent de montrer que cet impérialisme ne s’applique pas qu’aux étudiants en langue, mais également à leurs professeurs non-natifs qui doivent mettre en pratique les universaux théoriques et méthodologiques qui leur sont imposés par leur collègues locuteurs natifs, et voient ainsi leurs propres références « corrigées » ou « améliorées ». Il en résulte une série de conflits interculturels, d’incompréhensions, de luttes de pouvoir et de violences psychologiques.

7Dans le dernier chapitre, l’auteur milite pour ce qu’il nomme la continuité culturelle : abolir les distinctions entre locuteur natif ou non-natif, cesser même d’utiliser le terme, et œuvrer ensemble dans la compréhension et le respect réciproque pour comprendre comment les réalités culturelles peuvent se rejoindre et collaborer en tenant compte des spécificités de chacun.

8Ce livre peut se lire à deux niveaux. D’une part il offre au lecteur une description claire et juste des pratiques de l’enseignement de l’anglais L2 dans le monde, du béhaviorisme au modèle le plus récent de l’approche communicative, accompagnée de définitions et de tableaux intéressants pour l’étudiant en didactique des langues. L’un des tableaux, par exemple, examine les caractéristiques de la didactique des langues selon deux perspectives : l’une sociologique et l’autre psycholinguistique. D’autre part, l’auteur s’appuie sur sa propre expérience et sur un corpus de contributions sous la forme de correspondances électroniques avec d’autres enseignants en Asie et au Moyen Orient pour dénoncer la dimension impérialiste et normative, bureaucratique et techniciste de l’enseignement de l’anglais L2 à l’heure de la mondialisation. Ce faisant, il invite les chercheurs à s’interroger et à débattre sur des questions fondamentales, sans doute maintes fois abordées, mais toujours à revisiter.

Haut de page

Notes

1 En sociolinguistique, le terme « dominance » fait référence à des rapports de compétition entre les langues qui aboutissent à l’hégémonie d’une langue sur les autres et à l’éradication des langues dominées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Narcy-Combes, « Adrian Holliday, The Struggle to Teach English as an International Language », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXV N° 1 | 2006, 126-127.

Référence électronique

Marie-Françoise Narcy-Combes, « Adrian Holliday, The Struggle to Teach English as an International Language », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXV N° 1 | 2006, mis en ligne le 15 mai 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/2638

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Narcy-Combes

Université de Nantes – CERCI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page