Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Aujourd’hui, enseigner les langues étrangères est devenu un enjeu important pour les universités. En plus des compétences disciplinaires propres à leur champ d’étude, les étudiants doivent acquérir des savoir-faire linguistiques facilitant leur insertion et leur évolution ultérieure dans un contexte professionnel mobile où le monolinguisme et le monoculturalisme ont de moins en moins leur place. Dans cette perspective, l’utilisation des ressources et des méthodes de langues capables de doter l’étudiant des réflexes d’apprentissage et d’analyse qu’il pourra prolonger au-delà de sa formation initiale s’est transformée en un enjeu majeur.

2Parmi les supports pédagogiques disponibles, le cinéma en langue étrangère se présente comme l’une des entrées capables de stimuler et de soutenir l’apprentissage des langues et cultures dans toutes les filières universitaires. Outre les spécialistes en langues, littératures et civilisations étrangères, le recours aux films intéresse tout enseignant-chercheur du domaine LANSAD (LANgues pour Spécialistes d’Autres Disciplines) à la recherche des méthodes d’enseignement susceptibles de captiver et de maintenir l’intérêt des futurs médecins, biologistes, chimistes, législateurs, économistes, administrateurs, sociologues, psychologues, historiens, géographes, etc. Il faut noter également, à cette occasion, le rôle des supports filmiques dans l’éducation aux médias : un aspect qui a encore du mal à trouver sa place dans les programmes scolaires et universitaires. Dans le cadre de cette publication, l’enseignement des langues étrangères à travers les films est souvent présenté comme contexte d’acquisition de connaissances s’inscrivant dans un processus d’éducation aux médias, l’enseignement des langues par les films ne pouvant se dispenser de fournir aux apprenants les outils nécessaires à la compréhension du film.

3Multipliant les thématiques et les contenus transversaux ainsi que les voies d’accès (image, son, mouvement), le cinéma et les ressources audiovisuelles, en règle générale, offrent une diversité d’approches de « l’étranger » sur le plan linguistique comme sur le plan culturel. Compte tenu du déploiement, par les films de genres différents, d’une grande variété d’accents, de registres linguistiques, de spécificités régionales, historiques, socio-culturelles, ethniques et politiques, on serait tenté de postuler que ces supports ne peuvent que renforcer les compétences langagières, tout en sensibilisant l’apprenant aux spécificités culturelles et à la compréhension de l’« autre linguistique ». Or, la simple exposition à l’écran, petit ou grand, ne saurait suffire. L’exploitation du potentiel cinématographique à des fins éducatives ne va pas de soi, mais nécessite préparation et planification. Pour mettre en place un parcours pédagogique débouchant sur l’acquisition des compétences linguistiques dans des milieux spécifiques, l’enseignant doit non seulement réfléchir aux modalités de sélection et d’utilisation des films, mais opter également pour les moyens appropriés, capables d’impliquer les apprenants de façon à les amener à effectuer des repérages et à s’interroger face à des supports de ce type qui, malgré (ou peut-être en raison même de) leur attractivité, courent facilement le risque d’être confondus avec un simple divertissement. C’est à ce double besoin de guidage et d’accompagnement, à la fois du point de vue de l’apprenant et de l’enseignant, que cherche à répondre cet ouvrage. Par conséquent, et sans prétendre établir un état des lieux exhaustif de toutes les utilisations actuelles des ressources filmiques dans l’enseignement des langues, nous proposons ici un certain nombre de jalons et de lignes de force, en apportant, nous l’espérons, une contribution dynamique à la réflexion sur un domaine porteur, mais encore trop peu développé en France.

4Cet ouvrage, qui explore les multiples liens existant entre l’enseignement des langues et le cinéma en langue/s étrangère/s, est le résultat d’une réflexion kaléidoscopique sur ces domaines respectifs qui relève, pourrait-on dire, d’un même désir d’appréhender et de comprendre l’« autre » ou l’« étranger » – surtout si l’on accepte l’idée que ces deux domaines ont en commun l’incitation au voyage en terre inconnue ou méconnue. Cette réflexion multimodale s’est amorcée lors du colloque international intitulé « Les supports filmiques au service de l’enseignement des langues étrangères, ou quand l’université fait du/son cinéma », organisé à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines par le Laboratoire Suds d’Amériques, Espaces Atlantiques, avec le soutien de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, en septembre 2011. Nombreux furent les questionnements et les pistes d’analyse mis en évidence pendant les deux jours d’échanges animés, impulsés par les présentations sur l’utilisation des films comme supports pédagogiques (exclusifs ou partiels) dans les cours de langues vivantes destinés aux étudiants de différentes disciplines. Le colloque de l’Université de Versailles fut l’occasion de soulever une diversité de questions concernant l’emploi des films et des ressources audiovisuelles dans l’enseignement des langues, à l’université comme au lycée et au collège. Outre la pertinence et la sélection des films, séries télévisées et films téléchargeables depuis Internet en fonction des publics étudiants, les participants se sont interrogés sur l’aptitude de tel ou tel genre cinématographique à se prêter à l’enseignement des langues, mettant ainsi en avant les besoins en équipement et les modalités précises de la didactisation : compétences visées, étapes d’exploitation, exercices de préparation, de consolidation et/ou de suivi, documents annexes, dispositifs d’auto/évaluation.

5L’une des principales problématiques abordées pendant ce colloque fut l’association entre compétences langagières et dimensions inter/culturelles. On s’est demandé, par exemple, dans quelle mesure le recours aux supports cinématographiques facilite le repérage, la compréhension et la dé/construction des clichés et des schémas culturels. Ou bien si, dans le cadre de la préparation à une profession ou à un métier donné, les films parviennent à faire accéder à une meilleure connaissance et/ou à un véritable décryptage de l’histoire, de la culture et de la langue de l’autre – y compris à travers des scénarisations délibérément humoristiques ou parodiques.

6Parmi les autres aspects linguistico-culturels discutés figuraient ceux spécifiques aux FASP (Fictions/Films à Substrat Professionnel). Les FASP ont été présentées comme des moyens de sensibilisation à des environnements microcosmiques et à leurs spécificités, habitudes langagières et sociales, ainsi qu’à leurs problématiques structurelles et relationnelles (telles les relations hommes-femmes). L’un des exemples les plus frappants fut la richesse représentationnelle des « films d’avocats » (« lawyer films », « courtroom dramas »), notamment compte tenu de leur capacité à illustrer mais aussi à instruire sur les pratiques professionnelles propres aux systèmes juridiques américain et britannique. Il aurait été tout aussi possible de poursuivre ces échanges en étayant une réflexion déjà bien entamée dans d’autres publications sur les « hospital films » et leur rôle dans l’acquisition de l’anglais médical et, plus généralement, de la culture médicale. Nous aurions également pu développer la recherche didactique existante sur les films catastrophe, les « thrillers scientifiques » et les films de science-fiction qui participent au développement des connaissances lexicales, grammaticales et plus fonctionnelles et/ou professionnelles comme la biologie et d’autres domaines disciplinaires tels que la chimie, la génétique, la géographie, la physique, la gouvernance de risques, l’informatique ou les mathématiques. Cependant, le temps d’un colloque ne suffit pas à aborder toutes les réflexions théoriques et pratiques pédagogiques qui se développent dans le domaine de l’enseignement des langues par les films.

7Sur un plan plus technique, nous nous sommes demandé quel pourrait être le rôle des supports filmiques et des vidéos dans un contexte universitaire marqué par l’émergence progressive des dispositifs d’enseignement hybrides entre le « présentiel » et le « distanciel ». Les Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) se sont retrouvées au cœur des réflexions lors de la discussion sur les pratiques formatives filmiques, surtout à travers les questions relatives à la propriété intellectuelle.

8Bon nombre des concepts et des pistes de réflexion abordés pendant le colloque de Versailles se trouvent élaborés, sous une forme enrichie et étoffée, par les auteurs d’articles et de notes pédagogiques présentés dans cette publication. En alternant concepts théoriques et approches pratiques, points de vue des enseignants et expérience des apprenants, ces textes mettent en évidence, à travers des dispositifs précis, le potentiel des supports filmiques au bénéfice de l’innovation dans l’enseignement des langues étrangères. Ce qui ressort de ces contributions, c’est le potentiel motivant et dynamisant des dispositifs, autant sur le plan des activités langagières et culturelles qui découlent de l’analyse filmique que sur celui des réinvestissements de la langue cible lors des échanges et des situations de communication ultérieurs permettant l’évaluation des connaissances linguistico-culturelles acquises grâce à ces dispositifs innovants.

9Impulsée par le recours, de plus en plus fréquent, au cinéma étranger dans le cadre des cours de langues, la recherche sur la didactique des langues par le cinéma ne semble qu’à ses débuts. Elle se poursuivra, sans le moindre doute, avec l’évolution des pratiques pédagogiques d’enseignement des langues, pour mieux rendre compte des procédés de transmission, de communication et de projection que représentent les praxis filmiques. En attendant l’émergence de nouvelles études démontrant, avec d’autres preuves à l’appui, les bénéfices du cinéma dans l’acquisition des savoir-dire et des savoir-faire en matière d’apprentissage des langues, le présent ouvrage souligne le potentiel déjà prouvé des rapports féconds entre le cinéma et l’enseignement des langues. En vous le proposant, nous espérons éveiller ou réactiver l’intérêt, chez les enseignants/chercheurs, des langues étrangères pour l’objet filmique – qui s’offre non seulement comme un objet d’étude artistique et esthétique, mais aussi comme un objet pédagogique à multiples facettes.

10Nous remercions chaleureusement tous les contributeurs à ce volume collectif, de même que toute l’équipe de la revue de l’APLIUT, et en particulier sa rédactrice en chef, Mireille Hardy, pour l’important travail éditorial réalisé. Nos remerciements vont également, pour son soutien scientifique et financier, au Laboratoire Suds d’Amériques, Espaces Atlantiques (SUDS) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, et plus particulièrement à son directeur Jacques Pothier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Croisy et Taïna Tuhkunen, « Avant-propos », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité, Vol. XXXI N° 2 | 2012, 1-4.

Référence électronique

Sophie Croisy et Taïna Tuhkunen, « Avant-propos », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité [En ligne], Vol. XXXI N° 2 | 2012, mis en ligne le 18 mai 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/2647

Haut de page

Auteurs

Sophie Croisy

Sophie Croisy est Maître de conférences 11e section à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du Laboratoire Suds d’Amériques, Espaces Atlantiques (SUDS). Elle a co-organisé le colloque international intitulé « Les supports filmiques au service de l’enseignement des langues étrangères, ou quand l’université fait du/son cinéma » en septembre 2011.
sophie.croisy@uvsq.fr

Taïna Tuhkunen

Taïna Tuhkunen est Maître de conférences 11e section à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du Laboratoire Suds d’Amériques, Espaces Atlantiques (SUDS). Elle a co-organisé le colloque international intitulé « Les supports filmiques au service de l’enseignement des langues étrangères, ou quand l’université fait du/son cinéma » en septembre 2011.
taina.tuhkunen@uvsq.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page