Navigation – Plan du site
25 ans de Cahiers

Vingt-cinq ans de Cahiers de l’APLIUT : quelques souvenirs de la fondatrice de la revue

Anne Azam-Pradeilles
p. 9-21

Texte intégral

1Vingt-cinq ans, déjà !

2Fin octobre 1980, au cours de la réunion du conseil d’administration de l’APLIUT au Centre international d’études pédagogiques (CIEP) à Sèvres, la décision fut prise de créer les Cahiers de l’APLIUT. J’étais alors présidente de l’association – que nous avions fondée officiellement par l’assemblée générale de mai 1978, et je fus l’une des rares à freiner cette initiative de toutes mes forces : je savais combien la publication d’une revue demande de temps, d’attention, de patience et de créativité ; je semblais déjà savoir combien cette aventure allait changer ma vie.

3Nous avions, pendant près de deux ans, essayé de coopérer avec le Bulletin Pédagogique des IUT, revue périodique créée quelques années auparavant. Mais l’équipe éditoriale de cette revue n’a pas cru en l’APLIUT et nous avons dû finalement concevoir notre propre organe d’expression.

  • 1 Nous l’avions appelée ainsi pour la distinguer du Bulletin Pédagogique des IUT.

4Nous avions très tôt ressenti le besoin de rester en contact avec les APLIUTiens, répartis sur tout le territoire et isolés, linguistes dans un monde secondaire ou tertiaire, dans leurs différents IUT où ils ne constituaient que de toutes petites minorités. Même dans les grands IUT, comme celui où j’avais la chance d’enseigner, l’IUT de l’Université Paris V-René Descartes, les enseignants permanents de langue étaient moins d’une dizaine. Nous avons très vite rédigé une petite Newsletter1, diffusée depuis l’IUT de Lille par l’un de nos vice-présidents, Jean-Marie Dessaux. Ces quelques pages permettaient à nos adhérents de lire les comptes rendus des réunions du conseil d’administration et des rencontres que le bureau de l’APLIUT avait pu faire, au ministère des universités, à l’assemblée des directeurs d’IUT ou lors de rencontres de pédagogie ou de recherche.

5Très vite, à nouveau, nous nous sommes rendu compte que nous souhaitions en dire davantage, exprimer nos convictions, rédiger des notes de fond, donner des orientations pédagogiques, faire connaître nos expériences réussies, diffuser les résultats de nos recherches, etc. En ce temps-là, les enseignants-chercheurs n’étaient pas nombreux en IUT. La langue de spécialité balbutiait et n’avait pas encore trouvé ses lettres de noblesse. Le GERAS (Groupe d’étude et de recherche en anglais de spécialité) avait, lui aussi, été créé en 1977, mais les premiers grands congrès fondateurs d’une recherche nouvelle et dynamique n’auraient lieu qu’en mai 1979 et surtout en mai 1981, les deux fois à Bordeaux II, à l’invitation de Michel Perrin, qui devint plus tard président de l’association et lui donna tout son lustre. Et ce n’est qu’en 1993 qu’il fonda la revue du GERAS, ASp. Pour représenter les IUT, je devins vice-présidente du GERAS en 1982, il y a 23 ans. Cette nomination était une première reconnaissance de la qualité du travail de l’APLIUT, un accueil des linguistes anglicistes des IUT dans « la cour des grands ». L’existence des Cahiers de l’APLIUT, qui allait publier son n° 5 de juin 1982, n’y était pas pour rien.

6Revenons donc en arrière et essayons ensemble de retracer cette aventure éditoriale sans doute unique dans le monde des linguistes français. Un soir d’automne de 1980, un groupe d’enseignants décide de fonder une revue. Il s’agit d’un tout petit groupe d’enseignants, chercheurs et non chercheurs, sans doute un peu inconscients, sans soutien financier ni expérience éditoriale mais pleins de convictions fortes, de rêves pédagogiques, de visions de recherches nouvelles dans des voies encore assez peu explorées, voire même un peu méprisées, de ce que l’on appelait à l’époque la langue pour non spécialistes – et qui, par une espèce de retournement de sens ou d’effet de miroir, a fini par s’appeler « langue de spécialité ».

7Le plus surprenant, c’est que cette revue existe toujours, vingt-cinq ans après, alors que, même si le nombre des IUT a beaucoup augmenté, la base du lectorat des enseignants de langues des IUT reste un cercle assez confidentiel dans le monde de l’enseignement des langues en France en général.

8Deux questions méritent aujourd’hui d’être posées : pourquoi ce petit groupe a-t-il décidé de fonder cette revue ? Et comment expliquer que les Cahiers de l’APLIUT aient survécu si longtemps et acquis une place aujourd’hui reconnue et appréciée dans le monde des publications universitaires, y compris au plan international ? Un élément de contexte sociologique, voire politique, ne doit pas être négligé. La France des années 70 était fille de mai 68. Sous les pavés, il y a bien sûr eu la plage, et certains ont préféré retourner vers le soleil des vacances et le sable de l’insouciance. Mais beaucoup d’autres ont vu leur vision du monde, leurs aspirations, leur vie même changer. Les IUT, créés en 1966, constituaient à l’époque une filière révolutionnaire au sein d’une université restée très traditionnelle. Le monde professionnel, le monde des métiers avait trouvé droit de cité dans les enceintes académiques jusque-là réservées aux disciplines de l’intelligence de ce que l’on appelle « la recherche fondamentale ». La recherche dite « appliquée » avait encore quelque chose de trop « manuel », comme la physique par rapport à la mathématique ou la théorie par rapport à la pratique. Si, pour un enseignant du second degré, lycée ou collège, l’affectation dans un IUT constituait une sorte de promotion, pour un enseignant chercheur cette nomination était parfois considérée comme un pis-aller, un second choix, un moment d’attente avant de pénétrer dans les augustes sphères de la vraie vie universitaire. L’aristocratie de la recherche et de l’enseignement des langues, en dehors des classes préparatoires qui constituaient les antichambres de ces sphères à l’air raréfié, se limitait alors essentiellement au monde de la langue littéraire. Ce qu’on appelle aujourd’hui les études de « civilisation » étaient encore à l’état de prototype et les filières linguistiques trouvaient avec difficulté leur place dans les cursus de sélection des enseignants, notamment à l’agrégation et au CAPES.

9Dans ce contexte, imaginez comment pouvait être perçu l’enseignement des langues à des étudiants pas même linguistes ! Et, si nos collègues linguistes n’avaient pas grande considération pour le type d’enseignement que nous dispensions, imaginez l’estime dans laquelle nous tenaient nos collègues des autres matières, les vrais professionnels. Ne lisez aucune amertume dans ces lignes, plutôt un certain amusement a posteriori. La société française tout entière connaissait une incroyable mutation. Les valeurs anciennes avaient été ébranlées, de nouvelles prenaient la place et il fallait qu’elles trouvent cette place – malgré les incompréhensions et les résistances.

10Aujourd’hui, nous assistons au mouvement inverse, presque excessif sans doute comme le fut l’autre peut-être. Dans le monde de l’anglicisme français, par exemple, une grande inquiétude est très perceptible chez les enseignants-chercheurs des domaines les plus élitistes devant l’importance croissante de la demande en matière de langues à usage professionnel. Tout comme le latin, et le grec avant lui, désertent malheureusement de plus en plus les classes des collèges et des lycées, l’étude des aspects les plus littéraires des langues trouve de moins en moins de débouchés. Et donc, dans un monde où la loi du marché, de l’offre et de la demande, a envahi tous les domaines, l’étude du vieil anglais ou de l’anglo-normand se trouve aujourd’hui cantonnée à un cercle très restreint de very happy few.

11Créer les Cahiers de l’APLIUT aujourd’hui serait donc beaucoup plus facile qu’hier. En 1980, il y avait une attente forte d’un petit groupe motivé, mais l’attente était encore floue et il a fallu quelques années pour la préciser, lui donner de la consistance et la faire reconnaître par le monde extérieur.

12La relecture du sommaire du n° 1 des Cahiers de l’APLIUT est pour moi un réel moment d’émotion – ne serait-ce que parce que, vingt-cinq ans après, les progrès de la technique, d’une part, et la motivation jamais prise en défaut d’équipes éditoriales successives, d’autre part, ont permis de sauver de l’oubli ces quelques lignes tapées sur une machine à écrire mécanique et reproduites sur la photocopieuse de mon alma mater, l’ENSET, aujourd’hui ENS de Cachan.

13Comme il se doit, je commençais ce sommaire par la question de fond « Qu’est-ce-que l’APLIUT ? ». Cette page écrite il y a vingt-cinq ans a été relue par Monique Mémet, présidente à son tour plus tard, dans le numéro anniversaire des vingt-cinq ans de l’APLIUT. C’était une sorte de profession de foi. Nous nous sentions investis d’une mission et il faut croire que cela en était une puisque toute une lignée de présidents et de directeurs des Cahiers a accepté de suivre ce chemin.

14Nous avions aussi voulu affirmer haut et fort que l’enseignement des langues en IUT était totalement marginalisé, qu’il s’agisse de l’anglais, pourtant déjà assez hégémonique, de l’allemand, de l’espagnol ou de l’italien, voire du russe, malheureusement très rare. Aujourd’hui, il faudrait sans doute aussi plaider pour le chinois et pour l’arabe, voire pour le japonais. L’École nationale d’administration (ENA), par exemple, a depuis longtemps intégré dans son cursus une douzaine de langues vivantes dont les sept déjà citées, ainsi que le portugais, le polonais, le grec, le néerlandais, entre autres. Nous le savons, maintenir l’enseignement des deuxièmes langues a toujours été difficile, le budget pour les langues étant souvent globalisé pour des raisons d’économies. Et la lutte continue !

15Les pages 4 à 16 constituent des documents à conserver pour l’histoire de notre association. Elles ont servi de base au précieux n° 9, de juin 1983, « Le Mémento de l’Enseignement des Langues en IUT », rédigé par notre ami trop tôt disparu Georges Manceau de l’IUT de Grenoble II. Georges Guerrier, futur président à l’époque, en a fait une mise à jour en septembre 1994.

16L’APLIUT a été créée en s’appuyant sur deux grands axes, les régions d’une part, les spécialités d’autre part. Ainsi chaque APLIUTien a eu depuis le début une double appartenance, son territoire géographique et la spécialité de son département d’IUT. Les deux appartenances ont permis de souder les équipes de façon régionale et nationale. Pierre Oudart, secrétaire général à l’époque, a expliqué le rôle des délégués de région au sein du conseil d’administration. Alain Cuelle et Jean-Claude Sillon, tous deux vice-présidents, ont mis en place le rôle des délégués de spécialité. Ce second rôle s’est révélé particulièrement stratégique, notamment pour les départements dans lesquels le nombre d’APLIUTiens était élevé, en particulier les départements Informatique et Techniques de Commercialisation (TC) ou Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA).

17La première partie de ce premier numéro se terminait avec les outils essentiels de la diffusion de l’information, annuaires et calendriers de travail.

18La deuxième partie permettait de rendre compte, de façon plus pérenne que dans un simple bulletin de liaison, du IIe congrès de l’APLIUT, les 29-31 mai 1981 au CIEP à Sèvres. Et c’est là la deuxième raison de la création des Cahiers : au-delà de nos rencontres avec le ministère et les directeurs d’IUT, pour nous, le véritable instrument de la défense et de la promotion de l’enseignement des langues en IUT, c’était la qualité de notre enseignement et de notre recherche. Mais cette qualité n’était pas connue. La langue de spécialité n’avait pas encore réellement trouvé sa place et les outils pédagogiques pour l’enseigner étaient rares. Comme dans tous les domaines méconnus, il ne suffisait pas de faire, il fallait faire savoir que nous faisions. Et pour cela, il nous fallait un moyen de diffusion. Les Cahiers avaient trouvé leur deuxième raison d’être, celle qui leur donnerait la légitimité qui est devenue la leur dans le monde des linguistes français.

  • 2 Voir mon article « Tout a commencé en 1977… » et le « Bref historique de l’APLIUT », écrit par Geor (...)

19Une brève lecture du contenu « scientifique » de ce congrès fait tout de suite ressortir la place prépondérante tenue par les départements Informatique à l’origine de l’APLIUT. L’association est née de la réunion de quelques enseignants d’anglais des départements Informatique à l’IUT de Lyon I au printemps 19772. Ce sont ensuite les travaux des anglicistes des départements Informatique des IUT qui ont fait naître le besoin de créer Les Cahiers de l’APLIUT. Les pionniers exploraient des voies nouvelles et le groupe informatique de l’APLIUT avait répondu à mon invitation de rassembler, avec Yvette Leray et Nicole Vigouroux-Frey, des textes traitant de tous les aspects de la révolution informatique afin d’en faire une anthologie susceptible de servir de base à notre enseignement spécialisé. Nous n’avions pas encore clairement compris la spécificité syntaxique de la langue de spécialité et le recueil, This Quiet Revolution, publié à la rentrée universitaire 1980 par Armand Colin-Longman, était encore très influencé par la littérature et constituait davantage un document de civilisation qu’un recueil à analyser sous un angle linguistique. Citons ainsi le titre de la deuxième partie « The Seven Ages of Man in Computerland » ou de la troisième, « Paradise lost… or for ever regained », encore fort imprégnées de Shakespeare et de Milton !

20Fort de ce travail en cours, le groupe Informatique de l’APLIUT se réunit en un atelier de haut niveau avec, pour la partie linguistique, le professeur Janine Gallais-Hamonno, de l’Université de Metz, qui exercera une grande influence sur nos recherches, pour la partie pédagogique, notre amie et vice-présidente Y. Leray, auteur d’une importante analyse des besoins de formation en langues de nos apprenants et, pour la partie plus créative et informatique, Christian Cavada qui, au Centre Pompidou à Beaubourg, explorait les potentialités de la numérisation de dessins et les transformations qu’on pouvait ensuite leur faire subir pour créer des œuvres d’art. À ma demande, il avait conçu la couverture de notre livre, ces deux personnages, homme et femme, envoyés dans la galaxie par la capsule Voyager avec un message de paix universelle, transformés en zéro et en un, puis en ordinateur et dérouleur de bandes – dessins qu’il multiplia pour en faire un dessin animé qui connut une certaine notoriété.

21La présence à ce premier congrès de Ronald V. White, un conférencier invité par le British Council, marqua aussi le début d’une longue lignée d’intervenants anglophones.

22Le Cahier se terminait par une rubrique qui avait vocation à prendre de l’importance – même si elle a été contestée durant une période comme nuisant à la tonalité « pédagogie et recherche » du reste du recueil : la « Vie de l’association et informations ».

23Avant de quitter ce Cahier « historique », il faut rappeler sa couverture, conçue de façon artisanale : je me suis appliquée à en écrire le titre à la main, comme sur la couverture d’un cahier d’écolier. Aujourd’hui, on peut tout scanner, et ce premier titre a quelque chose de naïf qui en fait sa force.

24Presque une année s’écoula avant la parution du n° 2 des Cahiers – comme on les a tout de suite appelés, comme si on utilisait un diminutif. Dans le monde des périodiques, il y a des dizaines de « Cahiers de… ». Pour nous, ils étaient devenus « LES » Cahiers, nos Cahiers, avec un grand « C ».

25C’est à partir de ce n° 2, de septembre 1981, que la décision fut prise de transformer notre revue en un trimestriel. Produire un Cahier par trimestre, une inconscience absolue – qui, là aussi, a fait notre force !

26Les Actes du IIIe congrès de l’APLIUT, les 21-23 mai 1981 au CIEP à Sèvres, ont nourri ce numéro qui, de 100 est passé à 133 pages, mais a été tiré de la même façon artisanale, cette fois à l’IUT de Paris V et avec une « belle » couverture à la conception professionnelle et enrichie d’une publicité pour notre recueil de textes d’anglais informatique.

27Le n° 3, de décembre 1981, fut très important pour la recherche en langue de spécialité, rendant compte d’un séminaire sur « L’analyse syntaxique des langues de spécialité et implications pédagogiques » à l’ENS rue d’Ulm et fondant les bases théoriques d’une recherche en langue de spécialité qui se développa pour plusieurs spécialités, en plus des différents domaines de l’informatique, notamment le génie mécanique, la publicité et la communication. Ce n° 3 voit aussi une première tentative d’organisation des contributions par rubriques – qui peu à peu se consolideront : Le Mot du président, l’Éditorial, Pédagogie et apprentissage des Langues, EAO (Enseignement assisté par ordinateur), Langues de spécialité, Vie de l’association et Informations. Signalons dans ce numéro un article fondateur de notre ami Jean Sahal, de l’IUT de Cachan, ancien membre de l’équipe du Bulletin Pédagogique des IUT, qui a beaucoup fait pour l’utilisation des jeux didactiques en classe de langue vivante.

28Après les 125 pages du n° 3, le n° 4 est plus bref, 88 pages, mais respecte la méthode des rubriques et en ajoute une intitulée « Interdisciplinarité » – je n’arrivais pas à trouver une place pour cet article assez philosophique de notre regretté ami Guy Guionnet, qui revenait aux sources de l’« honnête homme ». Ce n° 4 permet aussi de publier un article essentiel sur le lexique économique et le discours scientifique, de celle que nous finirons par surnommer affectueusement JGH (J. Gallais-Hammono). On voit aussi les premiers ateliers de spécialité prendre leur envol et se dérouler en province, avec celui des départements TC (Techniques de Commercialisation) à Saint-Étienne.

29Le n° 5 est fortement imprégné des travaux du groupe de recherche qui s’est institutionnalisé autour de JGH : ATRIL (Analyse textuelle par la recherche informatique et linguistique).

30Le n° 6 est un ouvrage d’ouverture vers des auteurs non APLIUTiens et non anglicistes ou non IUTiens, et vers d’autres associations, UPLEGESS et EXPOLANGUES. Le IVe congrès de l’APLIUT a pour la première fois eu lieu hors du CIEP, au Havre et le chef du département de l’époque, un informaticien travaillant sur la TAO (Traduction assistée par ordinateur) a pu nous faire bénéficier du résultat de ses recherches. De même, des collègues universitaires commencent à s’intéresser à notre revue et souhaitent y apporter leur contribution. Enfin, l’analyse syntaxique de la langue de spécialité s’applique aussi à l’allemand. Michel Lericolais s’intéresse au téléphone et Albert Hamm à la vidéo.

31Le n° 7 est bâti sur le schéma devenu classique et permet à JGH de poursuivre sa série d’articles théoriques essentiels sur la langue de spécialité, avec l’article zéro. Le GERAS apparaît aussi pour la première fois dans les pages des Cahiers, après un colloque très réussi à Paris IX-Dauphine, organisé par Michèle Rivas en janvier 1983.

32Le n° 8, « classique » et riche en articles de fonds, témoigne d’une belle vitalité des APLIUTiens, qui réagissent aux textes de leurs collègues et enrichissent le dialogue par écrit.

33Le n° 9 est le fameux « Mémento de l’Enseignement des Langues en IUT » de G. Manceau, qui nous servira à tous de référence – d’autant plus que, non relié et paginé par chapitres, il a pu être enrichi de mises à jour dans les années suivantes.

34Le n° 10 innove avec une rubrique « Entretiens avec… » permettant de faire lire les propos de personnalités importantes de la pédagogie ou de la recherche qui n’ont pas le temps de rédiger un article à proprement parler. Ainsi Peter Roe, English Language Officer du British Council et Jean Auba, Inspecteur Général et Directeur du CIEP, apportent leur témoignage. Certains osent des titres accrocheurs dans la rubrique Pédagogie : « La matraque ou le bisou ? » de Jean-Pierre Bougère, d’autres affichent résolument qu’ils font de la civilisation – ce qui permet de créer une nouvelle rubrique.

35Le n° 11 marque un petit événement, c’est véritablement le premier numéro spécial construit autour d’un thème unique : l’évaluation, sujet sensible et central dans le monde de l’enseignement et de la formation puisqu’il conditionne la validation des connaissances et des acquis et permet la délivrance des diplômes. C’est aussi la première fois qu’un congrès de l’APLIUT a réellement été construit autour d’un seul et même thème, toutes les contributions apportant chacune un éclairage complémentaire par des conférences, des ateliers et une table ronde – qui constituent autant de rubriques pour la revue.

  • 3 Je continue d’arborer de temps en temps un chignon… même si je ne dirige plus le département Inform (...)

36Ce numéro 11 voit également apparaître dans le « Courrier des lecteurs » un titre dont notre ami hispaniste Michel Gauthier se fera une spécialité, commençant dans ce volume de décembre 1983 par « De la marmite à vapeur à… la propulsion à photons » pour poursuivre dans le n° 38 de septembre 1990 avec « Le chignon et l’ordinateur »3 et bien d’autres expressions aussi pédagogiquement mystérieuses par lesquelles il explique sa méthode d’« expression libre » et de grammaire implicite.

37Le n° 12, de mars 1984, est bâti sur le schéma devenu maintenant classique.

38Le n° 13, de juin 1984, est riche d’une seule grande rubrique de contenu « Informatique et Langues vivantes ». JGH y apporte encore une contribution essentielle, complétée par des travaux britanniques et des comptes rendus d’ateliers d’EAO. On voit aussi apparaître le nouveau rôle reconnu pour l’APLIUT de conseiller en matière de programme d’enseignement pour les Commissions pédagogiques nationales (CPN) des IUT.

39Le n° 14, de septembre 1984, innove en plaçant la Vie de l’association en tête, notamment avec la création de l’Observatoire des langues vivantes, installé l’année suivante par le Ministre de l’Éducation nationale, J.-P. Chevènement qui, en retenant l’APLIUT comme l’une des quatre associations représentatives des enseignants de langues en France, a constitué pour notre association une très belle reconnaissance officielle. Que de chemin parcouru !

40Le n° 15, de décembre 1984, est le troisième véritable numéro spécial autour d’un thème, le VIe congrès de l’APLIUT sur « L’enseignement des langues vivantes dans l’enseignement supérieur court dans les pays autres que la France ».

41Le n° 16, de mars 1985, est un numéro « classique ». Soulignons qu’on y voit apparaître pour la première fois le nom d’Andy Arleo, qui deviendra plus tard président de l’APLIUT.

42Le n° 17, de juin 1985, donne la parole non seulement à un hispaniste mais encore à une italianisante, elle aussi future présidente de l’APLIUT, Mireille Vallée. Les articles sont très diversifiés, de « Informatisation de la société et emploi féminin » à « Une analyse syntaxique des nombres cardinaux en anglais de la mécanique des sols », produit dérivé de l’atelier ATRIL.

43Le n° 18, de septembre 1985, marque le passage d’une présidence à l’autre dans un « Mot des présidents » devenu traditionnel. Le choix d’un germaniste, Daniel Jugnet, pour succéder à G. Guerrier, consacre l’affirmation plurilingue de l’APLIUT depuis sa création.

44Le n° 19, de décembre 1985, retrace les « Échanges pédagogiques » du VIIe congrès de l’APLIUT à Sèvres en mai 1985. Les Ateliers par département complètent les Ateliers pédagogiques. Le nombre de contributeurs augmente et plusieurs nouveaux noms apparaissent, faisant ressortir la consolidation de l’APLIUT et son expansion.

45Le n° 20, de mars 1986, voit la création d’une nouvelle rubrique, « Échanges », qui rend compte brièvement des nombreuses revues qui commencent à souhaiter être échangées avec les Cahiers de l’APLIUT. Dans la Vie de l’association, le président Jugnet et moi-même rendons fidèlement compte des travaux de l’Observatoire des langues (OBL), dont le résultat le plus marquant sera l’officialisation des efforts en faveur de l’enseignement obligatoire d’une deuxième langue vivante dans un maximum de filières – combat encourageant pour la diversification des langues enseignées en IUT.

46Le n° 21 est un numéro classique. Mais on peut y signaler que l’article de J.-C. Sillon sur les sigles de la presse britannique est né du livre qu’il venait de publier à ce sujet. C’était là une de mes techniques de prospection pour récolter des articles susceptibles d’intéresser les collègues et d’avoir une application immédiate en pédagogie ou recherche. Quand je détectais un ouvrage nouveau dans notre champ d’intérêt, je contactais l’auteur et lui suggérais l’écriture d’un article. Je n’ai pratiquement jamais eu de refus et cette méthode a permis aux Cahiers de s’enrichir de nombreux textes originaux et utiles.

47Le n° 22, de septembre 1986, est de format classique. Signalons la première apparition du nom d’Arlette Dechet. Là aussi, mentionnons la méthode de prospection : Arlette venait de soutenir son DEA sur « La langue des commandes de traitement de texte », j’ai profité de l’opportunité. Elle prolongera ce travail dans une belle thèse, puis un manuel pédagogique et des articles que je lui suggérerai, parfois de façon insistante.

48Le n° 23, de décembre 1986, est un numéro spécial qui aura fait date. « La grammaire, comment l’enseigner vraiment ? » fut le thème du VIIIe congrès de l’APLIUT à Sèvres en mai 1986. Les grands noms de la linguistique française sont au rendez-vous, Henri Adamczewski, Pierre Cotte, Jean-Marie Zemb. Pour la Grande-Bretagne, Michael Lewis, que nous inviterons à nouveau. Les ateliers sont riches et un programme spécial pour germanistes, avec cinq orateurs différents, souligne le dynamisme de cette langue au sein de l’APLIUT, sous l’impulsion du président bien sûr, mais aussi de Gerhard Kammerer.

49Le n° 24, de mars 1987, est le premier numéro spécial germanistes. Il met en évidence les efforts de nos collègues pour faire reconnaître l’importance de cette langue, parlée par plus de cent millions de personnes en Europe et pourtant relativement peu étudiée en France malgré les relations très étroites entre nos deux pays.

50Le n° 25, de juin 1987, est un volume classique, qui voit apparaître le premier article de Jean-Paul Teytaud, en EAO.

51Le n° 26, de septembre 1987, marque l’arrivée d’un nouveau président, Michel Hiscock, et la première signature de Janet Atlan, qui deviendra à son tour présidente de l’APLIUT.

52Le n° 27, de décembre 1987, rend compte du IXe congrès de l’APLIUT à Sèvres en mai 1987 sur un thème original : « Du théâtre à l’ordinateur ».

53Le n° 28-29, de mars-juin 1988, marque le début d’une série de numéros doubles destinés à rattraper des retards de rédaction et d’impression. Il contient donc deux sommaires. Il marque aussi l’arrivée de Leo Carruthers pour me seconder comme rédacteur en chef adjoint. Je me souviens avec plaisir de ces matinées du mardi où nous passions chaque semaine trois ou quatre heures pour organiser les numéros, lire les articles, en susciter de nouveau, dialoguer par écrit ou au téléphone avec les auteurs, etc. C’est aussi dans ce numéro qu’apparaît pour la première fois le nom de M. Mémet, qui fut ensuite présidente de l’APLIUT. Elle est entrée dans les Cahiers… en passant par les labos de langues ! Le numéro double rend compte aussi des ateliers de spécialité qui, de plus en plus, se tiennent en province, Nancy pour les départements Informatique, Annecy pour les TC. Dans la partie correspondant au n° 29, on trouve de très nombreux contacts avec les associations et revues amies. L’Europe et la perspective de 1992 commencent à se faire très présentes.

54Le n° 30-31, de septembre-décembre 1988, est à nouveau un numéro double. Il rend compte des actes du IXe colloque du GERAS qui, pour la première fois, s’est déroulé dans un IUT, à Paris V. Dans un programme de belle tenue, signalons la présence d’enseignants et d’étudiants d’informatique de mon département, associés au congrès avec un projet pluridisciplinaire, « Création d’un système intégré d’analyse et d’apprentissage en anglais informatique ». Les ateliers parlent beaucoup d’EAO.

55Le n° 32-33, de mars-juin 1989, rend compte dans la partie n° 32 des actes du Xe congrès de l’APLIUT en mai 1988 sur le thème : « Horizon 92 : les langues vivantes dans le monde professionnel », avec des conférences et des ateliers, suivis d’une soirée théâtrale. Il rend aussi compte du XIe congrès de 1989 et des « États généraux des langues vivantes ». À cette occasion, l’APLIUT s’est associée à toutes les autres associations d’enseignants de langues, et c’est une très grande fête à la Villette : 1400 participants, des conférences, des tables rondes, des ateliers, pour fêter le bicentenaire de la Révolution française. Dans la partie n° 33, les rubriques classiques sont au rendez-vous.

56Le n° 34-35, de septembre-décembre 1989, regroupe en un seul sommaire les rubriques habituelles, auxquelles s’est ajoutée une nouvelle, « Linguistique appliquée ». « Notes de lecture » se précise. On salue l’arrivée de la nouvelle présidente, M. Vallée, et du nouveau rédacteur en chef adjoint, Michel Prum – avec qui je passerai aussi de longues journées pour préparer des numéros de qualité. En effet, avec les années, nous sommes devenus plus exigeants en matière de présentation et de qualité de rédaction. Commencé avec Leo, le professionnalisme de ce travail éditorial se poursuit avec Michel.

57Le n° 36-37, de mars-juin 1990, retrace les actes du XIIe congrès de l’APLIUT sur le thème très porteur de « Lexiques et dictionnaires : outils pédagogiques et méthodes de travail ». C’est la première fois que les éditeurs, fidèles depuis la création de l’APLIUT, dans la somptueuse grande bibliothèque XVIIIe siècle blanche et or du CIEP, sont directement associés au travail de fond du congrès. Dans la rubrique « Vie de l’association », mon compte rendu des Xe et XIe congrès du GERAS pose la question d’un DEA d’anglais de spécialité. Ce DEA sera créé l’année suivante !

58Avec le n° 38, de septembre 1990, les Cahiers retrouvent enfin un rythme trimestriel et une taille normale, 133 pages, avec les rubriques habituelles. Soulignons l’apparition d’un nouveau nom, Michel Petit, alors enseignant à l’ENS de Cachan, aujourd’hui successeur de M. Perrin à Bordeaux II et comme président du GERAS.

59Le n° 39-40, publié avec beaucoup de retard, en 1995, est un numéro spécial qui reprend les sommaires des cinquante premiers numéros des Cahiers. Il comprend des index par thèmes et par auteurs, et divers documents récapitulatifs. Je remercie chaleureusement M. Mémet pour ce travail énorme qui a contribué à construire la pérennité de la revue et me permet, aujourd’hui, d’écrire cet article de rétrospective.

60Le n° 41, de juin 1991, est un de mes numéros favoris, dont je me souviens précisément quatorze ans après. Il fait écho au n° 23, de décembre 1986, sur l’enseignement de la grammaire. J’ai voulu, avec M. Prum, aller un peu plus loin et faire un « Numéro spécial Grammaires », grammaires avec un « s », au pluriel – pour bien souligner la multiplicité des façons d’aborder cette partie fondamentale d’une langue. Nous avons élaboré un questionnaire et interrogé plusieurs auteurs de grammaires, dont H. Adamczewski de nouveau, mais aussi André Joly et Dairine O’Kelly, Paul Boucher, Annie Lhérété et Jean-Michel Ploton, Jean-Pierre Attal, Denis Girard, etc. Dans ce numéro, M. Petit traite de sa langue de spécialité, le discours mathématique.

61De nouveau un numéro double pour tenir le rythme trimestriel, le n° 42-43, de septembre-décembre 1991. Les rubriques habituelles sont au rendez-vous au fil des 173 pages, mais il faut surtout noter la présence maintenant renouvelée de plusieurs fidèles parmi les fidèles depuis le n° 1, comme M. Gauthier.

62Le n° 44, de mars 1992, rend compte du XIIIe congrès de l’APLIUT sur un sujet original « Psychopédagogie et acquisition des langues étrangères », fortement inspiré par la présence à l’IUT de La Rochelle de Jacques Alliaume et Hélène Trocmé, nos spécialistes APLIUTiens de ces sujets.

63Le n° 45, de juin 1992, est un spécial EAO (1e partie). Il voit apparaître une rubrique qui se développe, « Nous avons reçu ».

64Le n° 46, de septembre 1992, est consacré à la 2e partie du spécial EAO. M. Vallée passe le flambeau à Gilles Pons à la présidence de l’association – ce qui me donne l’occasion de faire, déjà, un petit historique intitulé « De 1 à 7 : une déjà longue histoire ». La partie EAO s’ouvre sur un article d’Evelyn Perry, notre amie trop tôt disparue. A. Dechet est bien sûr au rendez-vous, développant une partie de sa thèse.

65Le n° 47, de décembre 1992, est un numéro spécial Vidéo. En plus des contributions de fond, les rubriques annexes, « Notes de Lecture » et « Nous avons reçu », sont progressivement structurées et rationalisées. Dans les « Informations », je lance trois futurs numéros spéciaux.

66Le n° 48, de mars 1993, rend compte des actes du XIVe congrès de l’APLIUT en mai 1992 à l’IUT de Metz, le dernier auquel j’ai vraiment participé en tant qu’universitaire – mais je ne le savais pas à l’époque, bien que déjà en préparation au cycle préparatoire à l’ENA. Le sujet « Pédagogie multimédia et enseignement à distance » a beaucoup de succès. Les conférences et les ateliers sont nombreux. M. Mémet tisse sa toile méthodologique avec une nouvelle rubrique « Question de méthode » dans laquelle elle livre des « Fiches pratique pour chercheur novice » qu’il n’est pas mauvais de relire de temps à autre. Christine Vaillant commence son parcours d’enseignement multimédia.

67Le n° 49, de juin 1993, est un numéro classique avec encore une rubrique à l’appellation nouvelle pour arriver à classer un article de J.-P. Teytaud : « Culture technique ».

68Le n° 50, de septembre 1993, est le dernier auquel j’ai participé, en signant l’éditorial d’un numéro spécial « Langues de spécialité » avec la participation de nombreux doctorants venant de réussir la première session du nouveau DEA d’anglais de spécialité créé en réseau entre les universités de Bordeaux II, Toulouse I et Montpellier III. J’ai été associée à ce DEA depuis le début (Paris V) ainsi que M. Rivas (Paris IX), M. Mémet, A. Dechet, puis M. Petit, Jean-Claude Bertin. Quelques autres, qui ont fait leurs premières armes dans les Cahiers, y participeront ensuite en tant qu’enseignants. J’ai aussi suscité pour ce numéro des articles de personnes dont j’ai pu lire les travaux en tant que membre du CNU (Conseil national des universités), 11e section.

69Mais ce n° 50 marque pour moi la fin d’une aventure – cette aventure des Cahiers en tant que directeur fondateur et rédacteur en chef. Une autre aventure commence : en septembre 1993 je passe le concours de l’ENA, fin décembre je suis reçue et, début janvier 1994, je pars pour Strasbourg, puis Bruxelles, Cahors, Varsovie (Pologne), Strasbourg à nouveau, Paris, Argelès-Gazost, Asnières, Paris, Riga (Lettonie), Paris, Bucarest (Roumanie) où je suis encore pour quelques mois. Et demain ? Je n’ai cité que les lieux où j’ai vécu quelques mois. Je suis aussi allée en mission, par ordre chronologique, à Belfast, Madrid, Berlin, Washington, Stockholm, Tallinn, Bonn, Vilnius, Bratislava, Nairobi, Pékin, Lima, Athènes et Lahore.

70De Lima, j’ai rapporté un article que certains ont pu lire dans les Cahiers de juin 2004 « Une agrégée d’anglais au pays de Tintin et le Temple du Soleil », où j’explique comment j’ai transposé à l’espagnol ma méthodologie de la langue de spécialité développée pour l’anglais.

71Aujourd’hui, j’essaie d’améliorer… mon roumain : je comprends maintenant à peu près tout dans ma langue de spécialité, la décentralisation financière et fiscale sur ma mission actuelle, mais je n’arrive pas encore à m’exprimer parce que je n’ai pas le temps d’effectuer un apprentissage systématique des conjugaisons et déclinaisons. Il me reste quatre mois. Si j’y parviens, cela confirmera ce que j’ai déjà écrit pour l’espagnol : la langue de spécialité comporte en elle une spécificité qui ne tient pas de la langue dans laquelle elle est exprimée mais de la spécialité qu’elle exprime. Je n’ai pas eu le temps d’acquérir suffisamment de letton pour apporter une pierre de plus à ma démonstration mais, dans le cercle restreint du vocabulaire technique spécialisé de la politique régionale, qui était l’objet de ma mission lettone, je pouvais à l’oral suivre globalement le sujet qui était traité. Cela mériterait sans doute une recherche plus approfondie – que je mènerai peut-être un jour.

72Au terme de ce voyage APLIUTien au fil de 50 numéros et près de 13 ans sur les 25 qu’en comptera en décembre 2005 notre chère revue, je peux tirer un certain nombre de conclusions.

73Au fil des ces années, il y a bien sûr eu des numéros plus inspirés que d’autres, des auteurs plus connus que d’autres, mais tous les numéros ont apporté – chacun à son tour – une pierre à l’édifice général. Et, quand on regarde en arrière les étapes de cette aventure éditoriale hors du commun, on reste étonné et assez émerveillé de la vitalité d’une revue qui repose – on le sait – sur une toute petite équipe de collègues et d’amis, convaincus, militants. Leurs qualités humaines et professionnelles en font des modèles pour nos jeunes collègues… qui venaient à peine de naître quand un groupe d’inconscients, peut-être un peu visionnaires, a créé Les Cahiers de l’APLIUT il y a vingt-cinq ans.

74Dans vingt-cinq ans, en 2030, pour le cinquantième anniversaire de la revue, j’aurai 83 ans – si Dieu m’a prêté vie. Alors, si les Cahiers ont survécu, ce que je souhaite de tout cœur, il me plaira d’y apporter une modeste contribution pour retracer, beaucoup plus brièvement qu’aujourd’hui, les étapes de cette époque artisanale et maladroite mais pionnière et porteuse d’espoir que furent les premières années de nos chers Cahiers.

75Bucarest, le 16 octobre 2005

Haut de page

Notes

1 Nous l’avions appelée ainsi pour la distinguer du Bulletin Pédagogique des IUT.

2 Voir mon article « Tout a commencé en 1977… » et le « Bref historique de l’APLIUT », écrit par Georges Guerrier, Michel Hiscock et Mireille Vallée dans le recueil L’APLIUT, histoire, mémoire, supplément au vol. XXIII n° 3, d’octobre 2004 des Cahiers.

3 Je continue d’arborer de temps en temps un chignon… même si je ne dirige plus le département Informatique de l’IUT de Paris V depuis 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Azam-Pradeilles, « Vingt-cinq ans de Cahiers de l’APLIUT : quelques souvenirs de la fondatrice de la revue », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIV N° 3 | 2005, 9-21.

Référence électronique

Anne Azam-Pradeilles, « Vingt-cinq ans de Cahiers de l’APLIUT : quelques souvenirs de la fondatrice de la revue », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIV N° 3 | 2005, mis en ligne le 23 juin 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/2772 ; DOI : 10.4000/apliut.2772

Haut de page

Auteur

Anne Azam-Pradeilles

D’abord Maître de conférences en anglais à l’IUT Paris V, Anne Azam-Pradeilles fonde l’APLIUT en 1977 et les Cahiers de l’APLIUT en 1980. Au début des années 1990, elle passe le concours de l’ENA et entame une deuxième carrière. Elle est actuellement Conseillère pré-adhésion auprès du gouvernement roumain en matière de décentralisation financière et fiscale.
anne.azam-pradeilles@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page