Navigation – Plan du site
25 fiches pédagogiques

Une reconstruction de texte

Cécile Coste
p. 88-91

Texte intégral

1Nous sommes parfois frustrés de voir que le niveau de langue de nos étudiants ne leur permet d’étudier que des textes courts : en effet, lorsqu’ils se heurtent à des problèmes de compréhension, il leur est difficile de ne pas se démotiver, et de rester concentrés suffisamment longtemps pour pouvoir lire un texte de plusieurs pages, comme un extrait de roman par exemple.

2L’activité de reconstruction de texte permet aux étudiants d’appréhender différemment la lecture d’un texte long, puisqu’ils n’effectuent un travail de compréhension fastidieux que sur un court extrait, le reste du texte leur sera raconté par leurs camarades avant qu’ils ne le lisent.

3Cette activité a été mise en pratique avec des étudiants de 2e année Informatique, option « Systèmes Industriels » et avec des 2e année Génie des Télécommunications et réseaux. Elle nécessite relativement peu de ressources et a le mérite de s’adapter à différents niveaux de groupe et d’être motivante même pour les étudiants des groupes hétérogènes, parce qu’elle est gratifiante. C’est une activité de compréhension écrite, pas très originale, mais en aucun cas rébarbative pour nos étudiants qui s’impliquent tous à un stade ou à un autre du cours…

Objectifs

4Les étudiants sont amenés à travailler la compréhension écrite (texte court dans un premier temps, puis texte long).

5Ils doivent travailler en binômes, puis en petits groupes de 4 à 6. Lors de la lecture des résumés, ils réagissent en posant des questions et en y répondant ; ils pratiquent donc l’expression orale spontanée.

6L’activité comprend également un travail d’expression écrite, mais seulement dans une moindre mesure, car l’objectif n’est pas de rédiger un résumé rigoureux, mais d’expliquer aux camarades, ce qui se passe/ce que l’on apprend dans leur passage.

Nombre d’étudiants

7Le nombre d’étudiants minimum est égal au double du nombre de parties du texte.

  • 1 Le but de cette lecture, dans le cadre de mon cours, est d’ouvrir les étudiants à l’idée que la sci (...)

8Cas pratique : je travaille sur le début de romans comme 1984 de George Orwell, ou Le meilleur des mondes de Aldous Huxley1, que je divise en 6 parties, le nombre d’étudiants minimum est donc 12.

9Le nombre d’étudiants maximum est d’une trentaine environ, au delà le bruit de leurs échanges est probablement trop fort.

Matériel, équipement nécessaire

10Il faut un extrait de texte par étudiant, au verso duquel l’enseignant peut copier les instructions pour que les étudiants puissent s’y référer si nécessaire.

11Une copie du texte complet leur sera distribuée en fin de reconstruction.

12Des transparents pour la ‘mise en bouche’ et les instructions, puis pour le travail de suite.

Temps de préparation de l’activité par l’enseignant(e)

13Le temps de préparation est d’environ 1 heure si vous savez quel texte vous voulez travailler. Votre travail de préparation consiste à :

  • découper votre texte en parties logiques du point de vue du sens (les étudiants devront le reconstituer, encore faut-il que cela soit possible !). Si vos parties sont légèrement inégales en taille et en difficulté, cela vous permettra de les distribuer en fonction du niveau de vos binômes d’étudiants ;

  • préparer des pistes de recherche pour vos étudiants afin de les intéresser à leur passage, et à l’ensemble de l’extrait, lors de la ‘mise en bouche’ ;

  • préparer une activité de ‘suite’, ou un ‘after’ comme disent nos étudiants, car si le travail ne consiste qu’à reconstituer le texte, une fois qu’ils ont le bon ordre, ils ne prennent pas la peine de le lire, puisqu’il n’y a plus de but ;

  • faire les photocopies.

Durée moyenne de l’activité

14Elle varie selon la longueur du texte et de ses extraits.

15Cas pratique : je programme 1 séance de 1h30 pour cette activité. Ma séance d’après consiste en une exploitation du texte dans son ensemble pour vérifier la compréhension plus approfondie et intégrer ce texte dans le thème qu’il illustre, par exemple, pour 1984, ‘éthique et usage des technologies de l’information’.

Rapide description du déroulement de l’activité

Mise en bouche (5 à 10 minutes)

16La mise en bouche permet de donner un but à la lecture parcellaire puis globale du texte qui suivront ; elle contribue à l’effet de suspense qui motive les étudiants.

17Cas pratique : je donne une question ouverte en ‘brainstorming’, je note leurs réponses au tableau, en les organisant, et en les regroupant, avec leur accord. La question qui correspond à l’extrait que je propose est : Quelles informations peut-on s’attendre à trouver au début d’un roman ?

Explications et distribution des extraits (environ 10 minutes)

18Ensuite, à l’aide d’un transparent, l’enseignant donne les instructions globales de la reconstruction de texte. On explique qu’ils vont recevoir un passage du début d’un roman qu’ils doivent reconstituer tous ensemble.

19Cas pratique : toujours pour ménager un peu de suspens et susciter une certaine curiosité, je ne leur dis pas quel est ce roman.

20Les étudiants travaillent par paires. Ils reçoivent une partie de l’extrait de texte (A, B, C, D, E ou F). Dans un binôme, ils reçoivent la même partie. Ils ne connaissent pas le nombre de parties, et ne savent donc pas que d’autres binômes ont reçu la même partie qu’eux.

Lecture individuelle, mutualisation de la compréhension et rédaction (environ 10 minutes)

21Ils doivent lire leur extrait, puis travailler avec leur binôme pour rédiger un résumé de leur passage. Ils ont le droit de donner en français le sens d’un mot que leur binôme ne comprend pas, sinon, ils parlent en anglais. Le but de leur résumé est de faire ressortir ce qui se passe dans leur extrait, notamment par rapport à la question de départ (Quelles informations peut-on s’attendre à trouver au début d’un roman ?).

22Cas pratique : à ce stade, je circule beaucoup dans les rangs, je les aide pour ce qui est du sens global de leur extrait, mais je donne peu de vocabulaire ; je leur explique que s’ils ne comprennent pas un mot qu’ils lisent, leurs camarades ne pourront pas le comprendre en l’entendant, et que donc ils ne doivent pas l’intégrer à leur résumé et doivent se contenter du sens global de la phrase. Si c’est un mot capital à la compréhension du passage je l’explique, mais cela reste l’exception.

23Je passe aussi dans les rangs pour corriger les grosses erreurs de rédaction (syntaxe, faux amis…), mais je n’interviens pas sur le contenu.

Regroupement des résumés (5 à 10 minutes)

24Lorsqu’ils ont terminé la rédaction de leur résumé, on regroupe les binômes qui ont travaillé sur le même passage afin qu’ils n’en présentent qu’un. Cela permet d’éviter les contresens ou les omissions d’informations importantes.

Lecture des résumés (environ 30 minutes)

25Ensuite, chaque groupe doit lire son résumé au reste de la classe. Ils doivent s’exprimer clairement, distinctement et lentement pour permettre aux autres de prendre quelques notes.

26Le reste du groupe a le droit de poser des questions. Pour garder un peu l’extrait en tête, je demande à ce que le groupe classe donne ensemble un titre à chaque partie, et je le note au tableau avec la lettre qui correspond à cette partie.

Reconstruction (une dizaine de minutes)

27Quand tous les groupes ont explicité leur partie, on passe à la reconstruction : l’enseignant demande qu’elle est à leur avis la première partie, quelqu’un lève la main et les propositions commencent. Elles doivent être justifiées. Si quelqu’un n’est pas d’accord il doit dire pourquoi. S’ils ont du mal à tomber d’accord, on vote (c’est rare, certains savent trouver les bons arguments pour convaincre leurs camarades). À la fin, on vérifie l’ordre, en général il est juste.

Lecture entière et récapitulation des éléments principaux (environ 15 minutes)

28Une fois que le texte est reconstitué, on distribue l’extrait complet, on reprend ensemble les éléments de réponse du brainstorming, et on relit le texte dans son ensemble pour glaner tout ce qui y est relatif.

29Cas pratique : je demande aussi si certains ont reconnu le roman.

30Facultatif : comme l’extrait que je choisis est particulièrement riche en vocabulaire, je fais un exercice de vrai/faux sur la séance suivante afin d’expliciter le vocabulaire qui leur manque, et de débattre de la situation décrite par le texte.

Commentaires

31Cette reconstruction peut-être adaptée pour tous les textes, toutes les tailles de groupes, toutes les langues et toutes les spécialisations.

32On peut penser à des variantes si l’on dispose de plus de temps, comme faire jouer aux étudiants leur partie du texte, ou procéder à une phase de compréhension détaillée des parties découpées en mettant des dictionnaires à leur disposition.

33Cette activité a une retombée positive : avec cet extrait, les étudiants sont tentés de lire le roman – certains acharnés l’ont fait.

Haut de page

Notes

1 Le but de cette lecture, dans le cadre de mon cours, est d’ouvrir les étudiants à l’idée que la science, et notamment les nouvelles technologies ne mènent pas nécessairement au meilleur, mais peuvent aussi entraîner le pire (’science sans conscience n’est que ruine de l’âme’). Cependant, cette technique de reconstitution est adaptable à n’importe quel thème et n’importe quel ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Coste, « Une reconstruction de texte », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIV N° 3 | 2005, 88-91.

Référence électronique

Cécile Coste, « Une reconstruction de texte », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIV N° 3 | 2005, mis en ligne le 16 juillet 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/2820 ; DOI : 10.4000/apliut.2820

Haut de page

Auteur

Cécile Coste

Cécile Coste enseigne l’anglais à l’IUT de Valence, dans les départements Informatique et Génie des Télécommunications et Réseaux, option « Systèmes industriels ».
Cecile.Coste@iut-valence.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page