Navigation – Plan du site
25 fiches pédagogiques

Changer l’angle d’une information télévisée en anglais

Alex Frame
p. 99-102

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les étudiants d’un département Services et Réseaux de Communication retravaillent une information télévisée en anglais pour changer l’angle sous lequel sont présentés les faits.

Objectifs de l’activité

  • Acquisition du vocabulaire lié à la production audiovisuelle (écriture, tournage, montage).

  • Développement d’une distance critique par rapport aux informations télévisées (françaises ou étrangères).

  • Développement de la sensibilité envers le langage employé (la prise en compte de stratégies manipulatrices du sens à travers les jeux de connotations associés à certains mots ou phrases).

  • Présentation orale.

Déroulement de l’activité

2La classe est divisée en petits groupes de quatre étudiants environ. Chaque groupe choisit une information télévisée en langue anglaise (provenant de CNN, de BBC World, etc.), préalablement enregistrée sur support numérique (voir infra). Les étudiants visionnent plusieurs fois l’information pour déterminer les faits et identifier l’angle que la rédaction a voulu donner aux faits ainsi que les différentes techniques (filmiques, rhétoriques, etc.) utilisées pour mettre en avant le point de vue choisi. Ils décident ensuite d’un nouvel angle qu’ils souhaitent donner à l’information (les faits rapportés et le ton de l’extrait original doivent rester les mêmes) et ils réécrivent le story-board et le script de l’extrait. Ils conservent un certain nombre des éléments d’origine (plans, séquences, extraits de la bande sonore) tout en en ajoutant d’autres en fonction de l’angle retenu. Les nouveaux éléments peuvent être existants (des images ou des cartes géographiques, par exemple, provenant d’Internet ou d’autres sources numériques) ou des illustrations graphiques, que les étudiants réalisent eux-mêmes, et des images tournées à l’aide de caméscopes numériques. La bande sonore doit également être intégralement ou en partie réécrite et réenregistrée.

3Une fois la phase de recherche d’images et de tournage terminée, les étudiants importent les différents éléments dans un logiciel de montage virtuel (Adobe Première™, par exemple). Ils réalisent le montage de leur nouvel extrait et l’exportent ensuite sur un support (voir infra) à partir duquel ils peuvent le montrer au groupe classe.

4La dernière étape de l’activité est la présentation orale du travail réalisé. Le groupe montre à la classe (groupe de TD) la version originale de l’information et détaille son analyse de l’angle retenu par la rédaction. Il explique comment il a cherché à changer l’angle grâce aux modifications de contenu et de forme, avant de montrer l’extrait retravaillé. L’activité peut donner lieu à une évaluation, à la fois de la présentation et de la qualité du travail d’adaptation.

Considérations pratiques

Pré-requis

5Grâce à une séquence sur la presse anglo-saxonne, les étudiants sont familiarisés avec les notions de faits et d’angle, et capables de les identifier dans une information télévisée. À la fin de leur première année, ils ont également acquis de l’expérience technique dans le domaine audiovisuel, ce qui leur permet de manier des caméscopes DV, de faire des prises de son et de se servir du logiciel de montage Adobe Première™ sur Macintosh™.

Taille du groupe

6L’activité se fait idéalement en groupes de TP (de 12 à 16 étudiants). Nous avons été contraints de la réaliser en groupes de TD de 28 étudiants environ (donc sept groupes de quatre étudiants pour l’activité). Pour des raisons matérielles (le département ne possède que trois caméscopes numériques), le groupe a dû être dédoublé pendant la phase de tournage (deux fois deux séances de TD). Ainsi, une moitié des étudiants s’est penchée sur une étude de texte associée à un point de grammaire, alors que l’autre moitié de la classe a filmé ses séquences, en parallèle.

Matériel nécessaire

7L’activité exige beaucoup de matériel, bien que d’autres solutions techniques que celles retenues soient possibles (voir infra). Ce matériel devrait être disponible dans la plupart des départements dont les enseignements comprennent la production audiovisuelle :

  • des caméscopes (numériques) et plusieurs cassettes (autant que de groupes, si possible) ;

  • des ordinateurs avec connexion à Internet, et un logiciel permettant l’acquisition, le montage, et l’exportation des images (et une quantité de mémoire disponible suffisante pour ce genre de travail) ;

  • le matériel nécessaire à l’acquisition d’images depuis un caméscope (carte d’acquisition, connectique) ;

  • un ordinateur branché sur un vidéoprojecteur, ou un lecteur DVD et un téléviseur pour la présentation finale (voir infra) ;

  • (optionnellement – voir infra) un magnétoscope VHS et un poste de numérisation permettant de convertir des données analogiques en données numériques (transférer le contenu d’une cassette VHS sur une cassette DV).

Préparation

8L’enseignant doit préparer des sources numériques (voir infra), ce qui consiste à enregistrer une sélection d’informations télévisées et, le cas échéant, à les convertir en format numérique. L’aspect le plus pesant de l’activité n’est pas la préparation mais la gestion du matériel et des salles, car les étudiants sont amenés à demander beaucoup de ressources (ordinateurs, caméscopes, matériel d’acquisition) en même temps. Une organisation infaillible s’impose !

Durée de l’activité

9Lorsque nous l’avons mise en œuvre, l’activité a duré en tout neuf heures. Cinq séances de TD d’une durée d’une heure trente ont été consacrées à la réalisation de la nouvelle version de l’information et à la préparation de la présentation finale. Certains groupes ont travaillé également en dehors de ces séances, soit avec le matériel de l’IUT, soit avec leur propre matériel audiovisuel/informatique. La sixième séance était réservée aux présentations (sept présentations d’une durée de dix à quinze minutes).

Commentaires

Numérisation des supports vidéo

10Notre idée à l’origine était de travailler à partir de supports numériques trouvés en ligne, par exemple sur les sites Internet de CNN, BBC World, ou Fox News. Or, il s’est avéré presque impossible techniquement pour les étudiants de capturer la vidéo (présente en « streaming » uniquement) sur les sites. Cela devrait être possible à l’aide d’une version récente du logiciel QuickTime™, qui peut être paramétré pour conserver une copie de la vidéo dans la mémoire cache de l’ordinateur, mais la configuration des droits des étudiants sur le réseau de l’IUT ne leur permettait pas d’accéder à ces fonctionnalités de QuickTime™. Une autre possibilité pour trouver directement des supports numériques est de passer par un site d’archives comme « British Pathé » (http://www.britishpathe.com/​). Ces sites peuvent être payants ou non (avec parfois un système de licence pour des établissements d’enseignement), mais leur inconvénient majeur est leur manque d’actualité.

11La solution que nous avons retenue était de montrer aux étudiants un enregistrement VHS de plusieurs informations télévisées et de transférer sur support numérique les vidéos qu’ils ont choisies. Cela nécessite un matériel spécial d’acquisition numérique (ou un caméscope avec une prise « DV-in », mais une solution alternative serait d’enregistrer les sources directement sur support numérique, par exemple à l’aide d’un graveur DVD de salon ou d’un ordinateur équipé d’une carte tuner.

Support de présentation

12La salle de montage au département SRC à Dijon n’étant pas connectée, l’an dernier, au réseau interne du département il était impossible de lancer les vidéos directement à partir des postes de montage. Depuis la mise à jour de cette salle, un tel fonctionnement est envisageable, selon la capacité de la bande passante disponible. Pour la présentation finale l’an dernier, qui s’est déroulée à l’aide d’un vidéoprojecteur dans une salle de TD ordinaire, les vidéos étaient gravées sur un support DVD sous forme de données, et lues par un ordinateur portable équipé d’un lecteur de DVD. Un groupe d’étudiants a également créé un support DVD vidéo qu’il a montré à l’aide d’un téléviseur et d’un lecteur DVD de salon.

Modalités d’évaluation

13La présentation orale donne lieu à une évaluation portant sur les qualités de l’oral (clarté, richesse et justesse de l’expression, structuration des contenus de façon compréhensible) et sur le travail d’adaptation (à la fois l’analyse de l’original et la pertinence des changements effectués). Les qualités techniques (qualité de l’image, du son, des transitions, etc.) de la version finale ne sont pas prises en compte. Si cela s’avère nécessaire, une note peut également refléter la participation ou la prise de parole en anglais, afin de motiver les étudiants à communiquer uniquement en anglais entre eux pendant les phases pratiques du projet.

Nouveau Programme Pédagogique National (PPN) SRC

14Par rapport au nouveau PPN SRC, entré en vigueur à la rentrée de septembre 2005, cette activité pourrait se trouver en prolongement du module M2.11 (suite au travail sur la presse et les médias) ou au sein du module M3.11 (qui traite du « vocabulaire de la technique cinématographique » avec comme indications de mise en œuvre : « rédaction d’un scénario » et « réalisation d’une maquette vidéo »).

15Cette activité, bien que relativement lourde à gérer d’un point de vue technique, permet de faire travailler les étudiants sur de la « matière première » qu’ils s’approprient réellement à travers l’analyse détaillée qu’ils en font. Les diverses activités dans les différentes phases font appel aux quatre compétences de communication au service d’un vrai projet de production audiovisuel. Le vocabulaire spécifique au domaine est non seulement appris mais mobilisé lors des travaux de tournage et de montage qui se déroulent, bien entendu, entièrement en anglais. En dépassant le cadre strict du cours de langue, cette activité pourrait être menée conjointement par l’enseignant de langue et un enseignant dans le domaine de l’audiovisuel. Une telle collaboration permettrait de partager en deux le volume horaire associé à l’activité, et de souligner l’interdépendance et la cohérence des différentes matières dans le programme SRC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alex Frame, « Changer l’angle d’une information télévisée en anglais », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIV N° 3 | 2005, 99-102.

Référence électronique

Alex Frame, « Changer l’angle d’une information télévisée en anglais », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIV N° 3 | 2005, mis en ligne le 21 juillet 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/2825 ; DOI : 10.4000/apliut.2825

Haut de page

Auteur

Alex Frame

Alex Frame enseigne l’anglais à l’IUT de Dijon, dans le département Services et Réseaux de Communication
aframe@u-bourgogne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page