Navigation – Plan du site
25 fiches pédagogiques

I Hear/I Say (J’entends/Je dis)

Cathie-Anne Schneider
p. 115-119

Entrées d’index

Mots-clés :

exercice oral
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Exercice oral suggéré par un des vacataires canadiens de mon département, qui travaille en formatio (...)

1Activité pédagogique : exercice oral qui peut être adapté à de nombreuses situations en modifiant simplement les « cartes »1. Je présente deux exemples dans cette fiche : un travail sur la prononciation des chiffres, fractions, prix, adresses mél, etc. (annexe 1), et un travail sur la prononciation de mots techniques courants en informatique qui sont fréquemment mal prononcés (annexe 2). Ces activités font suite à un cours où l’on a abordé spécifiquement ces points.

2Public : tous niveaux, toutes langues.

3Objectif de l’activité : entraînement oral rapide (en général révisions ou remédiation).

4Nombre d’étudiants : s’adapte idéalement au TP : j’ai fabriqué 7 cartes, donc 7 est le nombre minimum, mais il suffit d’en fabriquer plus ou moins selon les besoins. Je les utilise en TP de 11 à 14 étudiants, j’en donne donc une pour deux étudiants, et si je n’ai pas 14 étudiants, je donne une carte à ceux qui ont plus de difficultés, et une carte pour deux à ceux qui sont plus à l’aise. L’exercice pourrait se faire en TD dans une grande salle, en divisant les étudiants en 2 groupes qui utilisent des cartes différentes. Mais cela risque d’être assez bruyant…

5Matériel : créer un tableau de « cartes » (voir annexes pour les exemples) , le photocopier sur papier cartonné de couleur (plus solide que du papier, peut être réutilisé à l’infini dans d’autres groupes ou à un autre moment), puis le découper en 7 « cartes » pour que chacune ait une colonne ‘I hear’ et une ‘I say’ (voir exemples ci-dessous). Distribuer ensuite ces 7 cartes aux élèves, qui ne doivent pas écrire dessus et les restituent à l’enseignant en fin d’exercice.

6Temps de préparation : environ 2h pour faire un nouveau tableau de « cartes », mais, une fois prêtes, elles peuvent être réutilisées autant de fois que nécessaire.

7Durée moyenne de l’exercice : 15 à 20 minutes, mais on peut doubler la durée en redistribuant les cartes aux étudiants sans leur donner deux fois la même.

Description du déroulement

8Distribuer les cartes. L’étudiant qui a la case ‘start here’ sur sa carte commence en lisant à haute voix l’élément contenu dans la case située sous ce mot dans la colonne ‘I say’. Celui, parmi les étudiants, qui a dans la case de sa partie ‘I hear’ l’élément que son camarade vient de lire, doit réagir rapidement, ne pas répéter ce qu’il vient d’entendre mais lire à haute voix l’élément inscrit sur la même ligne dans la colonne ‘I say’.

9Exemple : tableau d’exercices sur les chiffres et adresses mél ci-dessous (voir le tableau complet en annexe 1) : l’étudiant qui a la carte 1 commence à dire ‘year 1203’ (sous ‘start here’, colonne ‘I say’ ), celui qui entend cet élément (colonne ‘I hear’) est le porteur de la carte 3 ; il doit alors dire ce qui est noté dans ‘I say’ à la même ligne, soit ‘phone 03.88.79.85.33’ ; puis l’étudiant qui entend ce numéro lit ce qui correspond dans sa partie ‘I say’, etc., jusqu’à ce que tous les éléments soient dits et qu’on se retrouve à nouveau au début sous ’start here’.

Figure 1. Début de l’exercice

Figure 1. Début de l’exercice

Commentaires

10L’enseignant anime en relançant quand il se produit un blocage, en faisant répéter si nécessaire et en corrigeant (ou en faisant signe qu’il y a erreur et en demandant aux autres étudiants de corriger).

11Cet exercice nécessite en général 2-3 minutes d’adaptation la première fois, avant que tous aient compris son fonctionnement (on peut faire un petit essai juste sur la première ligne par exemple), mais ensuite l’activité se déroule sans problème. Idéalement, chacun doit être très attentif et il ne devrait pas y avoir d’interruption.

12C’est un excellent exercice, très modulable, parfaitement adapté à nos publics puisqu’il peut être totalement personnalisé en fonction des buts à atteindre. Il est à la fois ludique et très efficace, fait travailler en même temps la compréhension et l’expression, oblige à se concentrer, à réagir rapidement, et développe la vigilance par rapport à des difficultés spécifiques. Il entraîne une très nette amélioration des réflexes, en particulier en ce qui concerne la prononciation. On peut parfaitement refaire le même exercice à plusieurs séances d’intervalle pour activer la mémorisation.

13Autre exemple ci-dessous avec un exercice de prononciation de vocabulaire technique informatique (le ‘best of’ des erreurs de prononciation les plus fréquentes…). Après un travail en cours sur les difficultés de prononciation de ces mots en 1e année, les étudiants jouent à ‘I hear/I say’ : pour la première fois, j’ajoute les accents toniques sur les cartes ; au cours d’après, ou quelques semaines plus tard, ou même en 2e année, on refait le même exercice sans que les accents soient indiqués.

14Chacun peut imaginer de nombreuses variations de cet exercice avec ses propres données.

15Petite remarque pratique pour la fabrication des tableaux de « cartes » : ne pas essayer de trop mélanger les éléments sur les colonnes verticales car les étudiants perdent beaucoup de temps à chercher dans la liste. Idéalement, rester sur la même ligne horizontale ou, à la rigueur, sur la suivante.

16On pourrait imaginer de faire des tableaux à 8 colonnes de « cartes », mais cela risque d’être très petit à déchiffrer.

17Les documents ci-joints ayant été créés par moi-même, ils sont photocopiables et je peux faire parvenir le fichier électronique sur simple demande à mon adresse mél. Tous retours, améliorations ou suggestions seront les bienvenus !

Haut de page

Annexe

Annexe 1 – ‘I hear/I say’ (prononciation des chiffres, fractions, prix, numéros de téléphone, etc.)

Annexe 1 – ‘I hear/I say’ (prononciation des chiffres, fractions, prix, numéros de téléphone, etc.)

Annexe 2 – ‘I hear/I say’ (prononciation de mots techniques courants en informatique)

Annexe 2 – ‘I hear/I say’ (prononciation de mots techniques courants en informatique)
Haut de page

Notes

1 Exercice oral suggéré par un des vacataires canadiens de mon département, qui travaille en formation en entreprise depuis des années. Je le pratique maintenant très régulièrement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Début de l’exercice
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2836/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Titre Annexe 1 – ‘I hear/I say’ (prononciation des chiffres, fractions, prix, numéros de téléphone, etc.)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2836/img-2.png
Fichier image/png, 124k
Titre Annexe 2 – ‘I hear/I say’ (prononciation de mots techniques courants en informatique)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2836/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cathie-Anne Schneider, « I Hear/I Say (J’entends/Je dis) », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIV N° 3 | 2005, 115-119.

Référence électronique

Cathie-Anne Schneider, « I Hear/I Say (J’entends/Je dis) », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIV N° 3 | 2005, mis en ligne le 28 juillet 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://apliut.revues.org/2836 ; DOI : 10.4000/apliut.2836

Haut de page

Auteur

Cathie-Anne Schneider

Cathie-Anne Schneider enseigne l’anglais à l’IUT Robert Schuman de Strasbourg, sans le département Informatique.
cathiean.schneider@urs.u-strasbg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page