Navigation – Plan du site
25 fiches pédagogiques

Créer le produit du futur

Anne Penso
p. 134-136

Texte intégral

Objectif de l’activité et public visé

1Il s’agit d’une activité pédagogique destinée à des étudiants de deuxième année du département Techniques de Commercialisation, mais qui pourrait être adaptée pour d’autres départements. Elle peut fonctionner avec un groupe de 15-20 étudiants ; au-delà, la gestion des groupes et du temps devient difficile pour l’enseignant. L’objectif est de faire travailler la compréhension et l’expression orales tout en utilisant les connaissances acquises par les étudiants dans d’autres disciplines et en particulier en marketing ; il s’agit donc d’une activité transversale.

Description de l’activité et commentaires

1. Une étape d’anticipation en laboratoire multimédia (ou en salle vidéo)

2La séquence commence par une activité de compréhension orale à partir d’un document vidéo portant sur des inventions récentes ou futures. Pour cette première phase d’anticipation, il existe diverses possibilités pour trouver une ressource vidéo : la première est d’utiliser la vidéo Alfred Mann’s House, disponible sur le site http://opus.grenet.fr/​onlineenglish/​pages/​listening.htm (site Web créé par Dan Frost, enseignant dans le Département Informatique, IUT 2 de Grenoble), qui comporte des liens vers de nombreuses ressources pédagogiques pour l’enseignement des langues. Cette vidéo s’accompagne d’exercices de compréhension fabriqués par Dan Frost et moi-même à l’aide de Hot Potatoes. Deux niveaux de difficulté sont proposés, ce qui permet une pédagogie différenciée à l’intérieur d’un même groupe d’étudiants. Cependant, il est facile de trouver d’autres documents vidéo pour travailler sur ce thème : l’émission Click on Line diffusée sur BBC World tous les jeudi à 19h30 (GMT) et les lundi à 16h30 (GMT) est une véritable mine pour ce type de documents. Pour cette première étape, l’idéal est de travailler en laboratoire multimédia (l’utilisation de cet outil devient indispensable si l’on souhaite utiliser des ressources en ligne) car cela permet à chaque étudiant de progresser à son rythme et ainsi d’éviter que certains ne restent passifs. De manière plus générale, le laboratoire multimédia est un outil très efficace pour le travail de compréhension orale car l’on constate que tous les étudiants fournissent de véritables efforts, chacun à son niveau.

3Cette première étape permet d’anticiper le thème de la séquence et de fournir du vocabulaire utile pour la suite.

2. Le produit du futur et son marketing mix

4Les étudiants sont ensuite séparés en groupes de 3 ou 4 avec pour mission de créer le « produit du futur » : ils doivent inventer un produit « révolutionnaire » et, surtout, convaincre un groupe d’investisseurs (rôle joué par le reste de la classe lors du passage à l’oral) d’investir dans leur produit. Les étudiants sont souvent un peu décontenancés au départ lorsqu’on leur demande de créer un produit et ils ont l’impression de ne pas avoir d’idées. Très rapidement, cependant, après un brainstorming de l’équipe, les idées fusent, certaines tout à fait réalistes, d’autres beaucoup moins (par exemple, l’invention d’une pilule qui permet une maîtrise parfaite de toutes les langues vivantes dès qu’elle est avalée…). Le rôle de l’enseignant est alors de s’assurer que chaque groupe parvient à se mettre d’accord sur le choix du produit et de valider ce choix. Il faut, dès le départ, donner un temps limité pour cette recherche afin d’éviter que les étudiants ne se dispersent.

5Une fois le produit choisi, ils doivent préparer le marketing mix :

    • 1 Institut national de la propriété industrielle : www.inpi.fr

    product : description détaillée du produit et de son packaging. Ils doivent aussi indiquer à quelle étape de la production ils se situent (le produit est-il prêt à être commercialisé ou en est-il au stade de la recherche et du développement ?). On peut aussi leur demander de réfléchir au nom du produit et leur demander d’aller vérifier sur le site de l’INPI1 que ce nom n’est pas déjà déposé.

  • place : quel marché est visé ? Pourquoi ce choix ?

  • price : à quel prix ils envisagent de vendre le produit (ceci implique une réflexion sur le coût de production, les marges…). Cet aspect doit particulièrement intéresser les investisseurs qui pourront poser des questions pour s’assurer qu’ils ont bien compris toutes les données chiffrées. Cette partie permet de faire manier des chiffres aux étudiants et de s’assurer de la maîtrise de leur emploi.

  • promotion : quels sont les moyens envisagés pour promouvoir le produit et pourquoi ces choix ?

6Les étudiants de Techniques de Commercialisation ont travaillé sur le marketing mix d’un produit en cours de marketing, en première année, et possèdent donc un certain nombre d’outils qui leur permettent de traiter ce genre de cas. En général, ils apprécient la possibilité de mettre en œuvre en cours de langue des connaissances acquises dans d’autres disciplines. Bien entendu, ils se heurtent souvent à des difficultés linguistiques mais, en travaillant en équipe, en utilisant des dictionnaires en ligne (si l’on travaille en laboratoire multimédia) et, bien entendu, en sollicitant l’enseignant, les résultats sont souvent de bonne qualité. Il est important, lors de la formation des équipes de veiller à ce que les étudiants les plus faibles ne se regroupent pas mais s’intègrent dans des groupes avec des étudiants dont les compétences en langue sont meilleures. L’enseignant veillera aussi à ce que tous les membres de l’équipe travaillent.

3. La présentation orale

7Une fois que cette phase est terminée, chaque groupe présente son projet au groupe d’investisseurs (Board of Investors) constitué par les autres étudiants. La présentation doit être aussi professionnelle que possible car le but est de convaincre son auditoire de financer le projet. Les investisseurs écoutent la présentation et, par la suite, posent des questions ou demandent au groupe de reprendre certains points qui soit n’ont pas été mentionnés, soit n’ont pas été compris. Pour s’assurer que tous les étudiants participent à cette phase, l’enseignant peut demander au groupe des investisseurs de prendre des notes pendant la présentation. Ensuite, une fois la présentation terminée, l’enseignant donnera du temps pour formuler par écrit ce qui a été compris de la présentation, d’indiquer si oui ou non le groupe souhaite financer le projet, et de justifier ce choix. Les fiches seront collectées et corrigées par l’enseignant.

8Cette activité est l’occasion, en outre, de re-travailler certains points de langue. Elle se prête, en particulier, à un retour sur l’utilisation en contexte des modaux. En effet, les étudiants manipulent obligatoirement un certain nombre de modaux lors de la présentation : will bien sûr mais aussi can (notamment quand les investisseurs demandent des précisions sur le produit : « Can your product be used everywhere ? », may… En effet, on constate que certains étudiants ont encore de grosses difficultés (avec, par exemple, des « my product will can ») et l’enseignant peut profiter des problèmes rencontrés pour reprendre ce point grammatical.

9Cette activité pédagogique est relativement complète puisqu’elle permet aux étudiants de travailler la compréhension orale, l’expression orale et, dans une certaine mesure, l’expression écrite à travers la fiche remise à l’enseignant. Elle permet aussi de placer les étudiants dans une situation professionnelle, aspect qu’ils apprécient en général tout particulièrement. Les résultats obtenus sont souvent très satisfaisants, à la fois pour les étudiants et les enseignants.

Haut de page

Notes

1 Institut national de la propriété industrielle : www.inpi.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Penso, « Créer le produit du futur », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIV N° 3 | 2005, 134-136.

Référence électronique

Anne Penso, « Créer le produit du futur », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIV N° 3 | 2005, mis en ligne le 30 juillet 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/2849 ; DOI : 10.4000/apliut.2849

Haut de page

Auteur

Anne Penso

Anne Penso enseigne l’anglais à l’IUT 2 de Grenoble, dans le département Techniques de Commercialisation.
penso@iut2.upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page