Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Breaking the Ice : quelques idées pour motiver dès le premier cours

Breaking the Ice: A few ideas for motivating from the outset
Dan Frost
p. 136-143

Résumés

Cette fiche pédagogique est la partie pratique du compte rendu d’un atelier donné au XXVIe congrès annuel de l’APLIUT. Il s’agit de la présentation de quelques idées pour les deux ou trois premières heures de cours de langue avec une classe. Les documents en annexe sont en anglais, et destinés aux étudiants en IUT, mais les principes sont applicables à tous les niveaux et à tous les publics.
La méthodologie qui sous-tend ces idées pédagogiques est une approche communicative et un enseignement des langues par les tâches.

Haut de page

Texte intégral

1Dans une classe de langues, surtout dans une classe de langues pour non-spécialistes de l’enseignement supérieur en France, la motivation des étudiants dès la première rencontre entre enseignant et apprenants est primordiale. Les activités proposées dans cette fiche représentent une approche ludique et communicative fondée sur une pédagogie solide. Faire parler les étudiants dans les deux premières heures de cours vise un double objectif : premièrement, briser la glace et, deuxièmement, préparer le terrain pour une pédagogie nouvelle pour la plupart des étudiants français, l’apprentissage par les tâches et une approche communicative.

1. Le premier contact

2Les présentations (nom, prénom etc.) au début de l’année sont attendues et peuvent être rassurantes pour certains apprenants. Elles peuvent aussi être traumatisantes pour d’autres et elles sont souvent répétitives. Mettez-vous à la place d’un étudiant en première année de DUT, qui sort d’un Baccalauréat où il a à peine ouvert la bouche en cours de langue et qui, dès le premier jour, doit parler devant une salle remplie d’inconnus… Il est peut-être plus prudent de se contenter de faire l’appel, de vérifier la prononciation des noms etc. et, éventuellement, de poser une ou deux questions aux étudiants les moins timides.

3Pendant ce temps-là, faire circuler des fiches de bristol (format A6) et quelques gros feutres. Les étudiants les plient en deux et y écrivent leur prénom. Il me semble que la plupart des enseignants de langue sont d’accord pour dire que l’utilisation des prénoms est un des éléments qui favorise une bonne ambiance. Les étudiants peuvent garder ces cartes pendant un mois, en attendant que l’enseignant mémorise tous les prénoms.

4La place de la langue cible dans la salle de langue est un sujet qui provoque souvent des discussions entre enseignants : la plupart disent qu’ils ne parlent que la langue cible en classe, mais rares sont ceux qui y arrivent en réalité. Je pense que la langue cible devrait être utilisée exclusivement, à quelques dérogations près, à la discrétion de l’enseignant (renseignements administratifs, explications très complexes, blagues, discipline…). Pour les cours d’une heure ou d’une heure et demie, si le cours est assez varié, les apprenants devraient pouvoir se concentrer et se limiter à parler anglais. Pour les cours de deux heures, une pause de cinq à dix minutes leur donnera l’occasion de parler français et de se détendre.

  • 1 i) Parler anglais ii) Ne pas tout comprendre iii) Faire des erreurs.

5Le premier cours comporte d’habitude un petit discours composé de deux grandes parties : les attentes administratives (le programme, les notes, les examens etc.) et les attentes de l’enseignant (les attentes des apprenants seront traitées dans la prochaine partie). En ce qui concerne la deuxième partie, il me semble qu’il y a trois principes à communiquer aux apprenants, trois principes qu’ils doivent comprendre et retenir :
i) Speak English
ii) Don’t understand everything
iii) Make mistakes1

6Premièrement, il faut profiter de toute occasion pour parler et écouter la langue cible (non seulement dans la salle de langue, mais aussi sur Internet, les films et DVD sous-titrés etc.). Deuxièmement, s’ils comprennent tout, ils n’ont plus rien à apprendre ! Troisièmement, on apprend à partir de ses erreurs, dans la vie comme dans une salle de langue ; une erreur peut même aider toute la classe à apprendre, il faut absolument en faire !

2. L’analyse des besoins

7Il est peut-être vrai que nous, en tant qu’enseignants exerçant souvent dans le même établissement depuis des années, avons l’impression de connaître les besoins de notre public. Pourtant il est probable que nous ne savons pas tout ! En tout cas, l’analyse des besoins est une bonne façon de faire parler les apprenants (en binômes, en petits groupes ou en classe) et de valoriser leurs opinions. Le document proposé en annexe 1 peut être traité en partie, selon le temps disponible. En ce qui concerne, par exemple, la formation continue ou les cours d’anglais commercial, cette étape est essentielle.

3. Find Someone Who… (Trouvez quelqu’un qui…)

8Cette activité est un grand classique et peut être recyclée à d’autres moments de l’année. En guise d’introduction, souligner l’importance pour un apprenant de langues en salle de classe (ou un non-natif en général) de poser des questions. Puis réviser les questions fermées (yes/no questions) ; le degré de complexité de l’explication peut varier beaucoup selon la classe. On peut y ajouter une explication et/ou une démonstration de l’activité, une limite de temps et/ou un nombre minimum/maximum de noms à chercher. L’annexe 2 s’adresse aux apprenants à qui on enseigne pour la première fois. L’annexe 3 est destinée aux étudiants en 2e année ou en licence d’informatique : chacun peut en créer selon ses spécialités…

4. Classroom English

9Pendant l’activité précédente (ou à n’importe quel moment où tout le monde parle), circuler discrètement dans la salle en notant les mots français que les apprenants utilisent. Très souvent, ils posent les questions et donnent les réponses en anglais, mais ils se parlent aussi en français. Après l’activité, leur demander de traduire les énoncés français en anglais. La plupart du temps, il s’agit d’anglais facile, ou d’anglais qui sera très utile dans les cours suivants. Tandis que, pour des classes d’un niveau plus avancé, un support écrit n’est pas toujours nécessaire, certains apprenants dans la plupart des classes en ont besoin, surtout en 1e année. Un exemple de lexique se trouve dans l’annexe 4.

5. Questions/réponses en binôme : Interview your Neighbour/Holidays

10Cette fois, il s’agit de questions ouvertes (WH-word questions). Après un récapitulatif plus ou moins détaillé, demander aux apprenants de se mettre en binômes et de remplir des cases (cf. annexes 5 et 6). Il est important de signaler qu’il ne s’agit pas de noter un ou deux mots dans chaque case, mais de trouver un sujet qui intéresse la personne en face, et de remplir des cases en posant beaucoup de questions. Après l’activité, si le temps le permet, on peut demander à quelques étudiants de parler de leur binôme devant la classe. Quant aux deux exemples d’activités dans les annexes, tout comme le « Find someone who… » la première s’adresse aux étudiants de 1e année, et la deuxième aux 2e et 3e année.

11Une autre possibilité pour travailler les questions ouvertes et pour briser la glace est de demander à la classe de vous poser des questions personnelles (pas trop !), après avoir dressé au tableau une liste de mots en WH-. Cette activité donne aux apprenants l’occasion de connaître un peu l’enseignant, et elle peut être très intéressante. Le plus important, avec cette activité comme avec toutes les autres présentées ici, est de l’adapter selon la classe.

Conclusion

12Les idées présentées dans cette fiche résultent d’une formation en Angleterre et en France et de dix ans d’expérience dans l’enseignement privé, secondaire et supérieur. L’approche adoptée est surtout communicative, ce qui déstabilisera souvent des étudiants en France : j’estime que ceci est une chose positive, et qu’avant de changer certaines habitudes des étudiants, il faut les déstabiliser. Bien que ces activités constituent une séquence complète, rien n’empêche l’enseignant de les adapter ou de faire un tri selon son public et selon sa pédagogie personnelle : ce qui fonctionne bien avec un enseignant et un public donné ne fonctionnera peut-être pas avec un autre enseignant et un autre public. Si nous arrivons à faire parler les étudiants dès les premières minutes du premier cours et si, en plus, cela leur plaît, nous réussissons sur deux niveaux. Au niveau de la motivation extrinsèque, les étudiants voient l’utilité d’une telle approche, et sur le plan de la motivation intrinsèque, ils voient que cela peut être divertissant.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 - Analyse des besoins

Annexe 1 - Analyse des besoins

Annexes 2 et 3 - Find someone who

Annexes 2 et 3 - Find someone who…

Annexe 4 - Classroom English

Annexe 4 - Classroom English

Annexe 5 - Interview Your Neighbour

Annexe 5 - Interview Your Neighbour

Annexe 6 – Holidays

Annexe 6 – Holidays
Haut de page

Notes

1 i) Parler anglais ii) Ne pas tout comprendre iii) Faire des erreurs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1 - Analyse des besoins
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2952/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Titre Annexes 2 et 3 - Find someone who
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2952/img-2.png
Fichier image/png, 90k
Titre Annexe 4 - Classroom English
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2952/img-3.png
Fichier image/png, 72k
Titre Annexe 5 - Interview Your Neighbour
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2952/img-4.png
Fichier image/png, 28k
Titre Annexe 6 – Holidays
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/2952/img-5.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dan Frost, « Breaking the Ice : quelques idées pour motiver dès le premier cours », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIV N° 2 | 2005, 136-143.

Référence électronique

Dan Frost, « Breaking the Ice : quelques idées pour motiver dès le premier cours », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIV N° 2 | 2005, mis en ligne le 05 septembre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/2952 ; DOI : 10.4000/apliut.2952

Haut de page

Auteur

Dan Frost

Dan Frost est professeur agrégé à l’IUT 2 de Grenoble, où il enseigne l’anglais dans le département d’Informatique. Il a un BA en Langues et Sciences du Langage de l’Université de York, une Maîtrise en Phonétique de l’Université de Provence et un DEA en Anglais de spécialité de Bordeaux. Il est actuellement inscrit en thèse à Bordeaux, et ses domaines de recherche sont la phonétique, l’EAO et la motivation.
dan.frost@iut2.upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page