Navigation – Plan du site
Articles

La mise en place d’un centre de langues pour redynamiser le secteur LANSAD

The “University of Avignon language project” and the teaching of languages for special purposes
Nathalie Hascoët
p. 72-82

Résumés

Cet article présente la mise en place de la Mission Langues de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, destinée au secteur Langues pour spécialistes d’autres disciplines (LANSAD). La Mission sera également associée au projet de création d’une Maison des Arts, Lettres et Langues. Face à la concurrence, notre Université souhaite encourager les efforts de modernisation des enseignements de langues pour le secteur LANSAD grâce à une restructuration des moyens pédagogiques et par le biais de l’acquisition de Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE). De plus, depuis la Réforme des Universités, la coopération entre secteurs et le développement des partenariats, y compris avec le privé sont encouragés. Ceci amène à envisager de nouvelles formes de pédagogie et de collaboration entre enseignants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 LLCE : Langues, Littératures, Civilisations Étrangères ; LEA : Langues Étrangères Appliquées ; DUT  (...)

1Cet article montrera comment une proposition de créer un centre de langues est devenue moteur de restructuration de l’enseignement des langues à l’Université d’Avignon tout en permettant une réflexion sur la place et l’introduction des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement (TICE) dans le dispositif. La Présidence de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) a souhaité la création d’un centre de langues pour le secteur LAngues pour Spécialistes d’Autres Disciplines (LANSAD) et a chargé un enseignant chercheur de sa mise en œuvre. La mission comprend une partie administrative, consistant à recenser les besoins en langues de l’Université et une partie pédagogique visant à proposer l’introduction de nouvelles formes d’enseignement telles que l’utilisation des TICE en vue de la labellisation des enseignements et la formation à distance. Un centre de langues proprement dit sera donc créé ainsi qu’un service de « Gestion LANSAD ». Il a été proposé que la création d’un centre de langues soit également l’occasion de doter les cours en présentiel de matériel multimédia mis à disposition de l’ensemble des filières de l’Université (LLCE, LEA, DUT1) et non exclusivement au secteur LANSAD. De plus, en concertation avec d’autres chargés de mission, une proposition de créer une Maison des Arts, Lettres et Langues (ALL) a été faite.

2La première partie de cet article sera consacrée à la création du centre de langues et du service Gestion LANSAD ainsi qu’à leur insertion comme Pôle Langues dans la future Maison des ALL. La seconde partie abordera le contexte actuel de l’enseignement en LANSAD et apportera quelques réflexions sur l’enseignement en LANSAD par le biais des TICE.

I. Une mission langues pour répondre aux nouveaux besoins

1. Recensement des besoins

3La première tâche de la mission est de rédiger un état des lieux concernant les langues pour chaque composante de l’Université et de décrire les besoins actuels et futurs. Le secteur LANSAD concerne environ 6 000 étudiants sur les 7 000 que compte l’ensemble de l’Université. Les premiers éléments montrent qu’il n’y a actuellement aucun Professeur des Universités qui enseigne en LANSAD, qu’il y a deux Maîtres de Conférences dans le secteur et dix PRAG et PRCE qui n’assurent pas tous la totalité de leur enseignement en LANSAD. Enfin, le nombre de vacataires est beaucoup plus important que celui des titulaires, dont certaines Unités de Formation et de Recherche (UFR) sont dépourvues.

4Les besoins en termes d’équipement à acquérir, de maintenance, le nombre d’enseignants pour l’encadrement dans le centre de langues, la formation de formateurs, ainsi que la masse salariale et les coûts de restructuration restent actuellement à chiffrer. Un recensement des salles destinées aux langues sera également effectué afin de déterminer leur taux d’occupation et d’élaborer un plan de réhabilitation des locaux. Il va sans dire qu’une aide de la direction générale des services est nécessaire pour cette partie de la mission.

5Finalement, un cahier des charges sera élaboré en concertation avec les collègues pour déterminer le type d’équipement à acquérir. Il en sera de même pour la création d’un modèle de fonctionnement pour le centre de langues (enregistrement des présences, conseil, système de consultation sur place du matériel, etc.).

2. Création d’un service de Gestion LANSAD

6Une fois effectué le recensement évoqué au paragraphe précédent, la Mission Langues sera chargée de la création d’un service transversal de langues (service de Gestion LANSAD) La création d’un service de Gestion LANSAD permet d’accorder une reconnaissance au secteur et de répondre plus spécifiquement aux besoins de l’Université. Ce service, à l’instar d’autres Universités (Paris VI, par exemple), s’occupera du recrutement des enseignants et de la mise en place de stages de formation LANSAD à leur intention. Il aura également pour fonction de constituer et de suivre la coordination des équipes pédagogiques pour développer le travail collaboratif. Promouvoir la concertation avec les composantes sera une autre priorité afin de développer une plus grande lisibilité des formations en langues. Par ailleurs, les acteurs de la formation participeront à l’élaboration d’une maquette de contenus d’enseignement afin de définir les grandes lignes d'un cadre d'évaluation.

7Le service transversal de langues aura aussi pour tâche de veiller à l’intégration des offres du centre de langues dans les formations. En effet, ce centre proposera différents types de formations en semi-autonomie : par exemple, des stages lors des semestres sans cours destinés aux étudiants en difficulté, qui donneront lieu à un véritable contrat de renforcement pour lequel des enseignants assureront un suivi pédagogique. Un autre type de stage concernera des formations en « langues rares » en semi-autonomie, elles aussi encadrées par des enseignants. Ces stages devraient pouvoir être validés par des ECTS.

8Par ailleurs, il prendra en charge la mise en place de la certification en langues pour les candidats aux CAPES des autres disciplines. La mutualisation évoquée plus haut, la formation de formateurs et la concertation sont facilitées si les enseignants d’une même discipline sont regroupés.

9Le responsable du service LANSAD veillera à la bonne marche du service. Il aura également pour mission de promouvoir les initiatives et les innovations en matière de pédagogie et de fédérer des liens avec les autres secteurs. Enfin, il encouragera la création d’un groupe de recherche en didactique des langues.

3. Participation à la création d’une Maison des Arts, Lettres, Langues

10La Présidence de l’UAPV mène une politique visant à la placer comme « la première université de la culture » selon les déclarations du premier ministre François Fillon, lors du forum d’Avignon en novembre 2008. C’est pourquoi, depuis 2008, quatre équipes de collègues ont été missionnées par la Présidence pour promouvoir l’Art contemporain et les relations avec le Centre National des Écritures de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon et l’édition de rencontres universitaires. Depuis cette année, s’ajoute la Mission pour les langues dont il est question ici.

11Pour accroître leur efficacité et donner une cohérence plus visible à leurs projets, les équipes missionnées ont proposé la création d’une Maison des ALL comprenant quatre Pôles : 1) « Langues », 2) « Traduction littéraire et traductologie » ; 3) « Éditions universitaires de l’UAPV » ; 4) « Création artistique et enjeux de la représentation ». Réunir ces pôles contribue à créer une synergie entre eux et à structurer le domaine des ALL, tant pour la recherche que pour la formation. Une maison des ALL rassemblant des compétences pluridisciplinaires peut jouer un rôle majeur dans le projet d’établissement de l’Université : au service de l’Université, elle mutualise les équipements et les innovations pédagogiques ainsi que les coopérations et les partenariats extérieurs. De plus, elle place le secteur LANSAD au cœur du projet de développement du rayonnement de l’Université. En raison du thème de cet article, seul le Pôle Langues sera exposé ici.

4. Le Pôle Langues : équipement TICE et service de Gestion LANSAD

  • 2 IUT : Institut Universitaire de Technologie ; INRA : INstitut de Recherche en Agronomie.

12En raison de la vétusté des locaux qu’elle occupe, l’UFR des Sciences doit rejoindre extra-muros le pôle Sciences de l’Université (l’IUT et l’INRA2). Le bâtiment qu’elle libère, une fois réhabilité, pourra accueillir la Maison des ALL et ses quatre pôles.

13Selon le projet en cours, le Pôle Langues se répartit de la façon suivante : un premier site intra-muros accueillera la formation initiale en Sciences Humaines et Sociales et Humanités ; un deuxième site extra-muros regroupera les langues pour les Sciences et l’IUT ; un troisième site, déjà dédié à la Formation Continue, restera dans les locaux actuels. Chaque site sera constitué au minimum de laboratoires multimédia, dont le nombre et la taille restent à définir, et de son propre centre de langues. Cet équipement sera mutualisé entre les différents secteurs et les UFR.

14Pour les cours en présentiel, chaque laboratoire multimédia (insonorisé) disposera d’environ trente postes, d’un poste professeur et d’un logiciel réseau. Des salles de langues attenantes, également insonorisées, seront équipées plus légèrement(vidéoprojecteur, caméra numérique, armoire blindée, lecteur CD/DVD/audio, mobilier pour 30 utilisateurs), ce qui permettra de consacrer une partir du cours au laboratoire de langue sans changement de lieux important.

15Le centre de langues sera dédié au travail en semi-autonomie et doté d’une vidéothèque et d’un centre de ressources. Une équipe de techniciens, personnel administratif et enseignants en assurera le fonctionnement. Une salle insonorisée « audio-langue » destinée aux petits groupes (sur le site 1 uniquement), sera dédiée à la production/compréhension orale. Elle sera équipée d’ordinateurs, d’un vidéoprojecteur, d’une caméra et d’un enregistreur numérique, d’un téléviseur et d’un magnétoscope. Une salle, destinée à la « communication scientifique » pour les Masters 2 et les collègues, disposera d’ouvrages de référence, d’ordinateurs et d’un vidéoprojecteur. Ce lieu sera dédié à la formation et à la présentation scientifique d’une communication, à la rédaction d’un article ou d’un projet de recherche, à la compréhension et à l’interaction en langue étrangère, etc. En fonction des demandes, on y proposera la formation à l’Enseignement d’une Matière Intégrée à une Langue Étrangère (EMILE).

16Le service de Gestion du Secteur LANSAD sera implanté dans la Maison des ALL, ce qui facilitera aussi l’un des objectifs de la mission consistant à promouvoir les pédagogies innovantes. Une réflexion menée pour le LANSAD sur l’utilisation de salles multimédia en présentiel sera également mise à profit pour les cours de compréhension et de production orale en LLCE et LEA, mais aussi pour les cours sur le cinéma ou le théâtre. Les cours de civilisation pourront aussi tirer grand avantage de l’outil, notamment en familiarisant les étudiants avec les ressources disponibles en ligne. Il ne s’agit pas de faire tous les cours dans ce type de salle, mais de montrer que les TICE à destination des cours de langues sont un atout supplémentaire pour la diffusion du savoir.

II Les enjeux pour le secteur LANSAD

1. Quelle place pour LANSAD ?

17Comme mentionné plus haut, notre université ne dispose actuellement ni de service Gestion LANSAD ni de lieu de rencontre pour mener une réflexion sur la spécificité de son enseignement. Une enquête informelle menée auprès des collègues révèle que l’on parle toujours d’étudiants « non spécialistes » ou « non spé », sans utiliser le terme LANSAD (proposé par Michel Perrin en 1993), désignation qui permet pourtant de porter un regard positif sur ce public et reflète mieux la réalité de terrain. De plus, des contraintes structurelles et une sous-dotation en titulaires spécialistes LANSAD conduisent souvent à opter pour des solutions peu satisfaisantes pour la formation des étudiants de ce domaine. Par exemple, l’emploi du temps d’un PRAG en LLCE est complété, selon les besoins, par des cours en LANSAD dans d’autres UFR de l’Université. Dans certains départements, seuls des vacataires dispensent les cours de langue aux étudiants non spécialistes. Par ailleurs, les enseignements pour LANSAD ont lieu dans des salles banalisées dotées d’un équipement classique (téléviseur et magnétoscope uniquement). Elles ne sont pas insonorisées, et certaines sont plutôt des amphithéâtres que des salles de travaux dirigés. À cela s’ajoute que certains cours de langues regroupent jusqu’à quarante étudiants.

18En fin de compte, on se trouve devant le paradoxe suivant : toutes les instances s’accordent pour dire que les langues sont primordiales, et les décrets mentionnent la nécessité d’évaluer les compétences en langues au niveau Licence et au niveau Master. Cependant, à l’occasion des réformes, les volumes horaires et les ECTS en LANSAD diminuent.

2. Incidences des nouvelles donnes sur le secteur LANSAD

19En raison de la loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités (LRU), les plus petites universités souffrent de la réduction de leurs moyens, même si certains présidents ont réussi à maintenir leurs budgets pour l’année qui vient. De plus, elles risquent d’être absorbées par de plus grandes structures, ce qui les contraint à mener une politique de logique d’excellence autour de niches en lien avec leur région. Elles se fixent pour objectif d’attirer de nouveaux publics estudiantins, mais aussi des chercheurs et s’efforcent d’accroître la lisibilité de l'ensemble de l'offre. Le pan de la mission concernant les TICE pour les langues en fait partie.

20Cette réorganisation structurelle a lieu au moment où les maquettes de la licence rénovée sont mises en place. Le plan « Réussite en Licence » donne l’occasion de redéfinir l’enseignement des langues en mettant en place le dispositif de remédiation pour étudiants en difficulté mentionné plus haut. Lorsque le centre de langues sera créé, l’étudiant se verra proposer un contrat d’auto-formation préalable au semestre, au cours du semestre d’enseignement, voire au cours des semestres dépourvus de cours de langues. Un lieu où l’étudiant se rend pour parfaire ses savoirs et savoir-faire en langue et culture est une des réponses qui lui sera donnée.

21La mastérisation du CAPES laisse envisager une augmentation de la place des langues dans les formations. En effet, à partir de 2012, les candidats au CAPES d’une autre spécialité que les langues devront obtenir une certification en langues de type Certificat de Compétences en Langues de l’Enseignement Supérieur (CLES). Il faudra donc proposer des formations en langues et un travail en semi-autonomie. L’afflux de candidats à une certification en langues contraindra les composantes à trouver des solutions en devenant centre certificateur et/ou partenaire dans l’élaboration des sujets. Les nouvelles modalités pour le CAPES laissent présager que la certification en langues, à l’instar du Certificat Informatique et Internet (C2i), sera aussi proposée au niveau licence. Pour les enseignants-chercheurs souhaitant bénéficier du Droit Individuel à la Formation (DIF), disposer d’un équipement performant pour les langues facilite la formation à la communication scientifique et enrichit la qualité des offres de la formation continue. Disposer de salles multimédias ne peut que faciliter cette évolution.

22De même, sachant que la recherche doit renforcer ses liens avec le monde économique, des partenariats scientifiques avec l’Asie et certains pays d’Amérique du Sud ou du Maghreb sont mis en œuvre. Or, les langues de ces zones géographiques ne sont pas toutes enseignées dans notre université. Ou encore, certaines langues ne sont proposées qu’au niveau licence (arabe ou roumain, par exemple) tandis que d’autres, comme l’allemand, ont disparu des maquettes en raison de la faible demande. Renforcer les langues dites « rares » devra constituer un point fort de la Mission Langues, dans un premier temps, puis du service de Gestion LANSAD.

3. Mutualisation et travail collaboratif

23Un des atouts de la création d’un service Gestion LANSAD est qu’elle nous donne l’occasion de créer de nouvelles formes de collaboration entre enseignants et entre composantes de l’Université. Lors de nos démarches de structuration du secteur LANSAD à Avignon et de celles pour l’acquisition d’un équipement technologique, on s’interrogera également sur la pertinence du cloisonnement LLCE, LEA, LANSAD. Un étudiant de Master Mathématiques ne pourrait-il pas avoir accès à un cours de littérature comme cela se pratique depuis plusieurs années à Paris VII, sur niveau pré-requis (Bénayoun & Hascoët 2006) ? À titre d’essai, notre université va mettre en place ce système. En effet, suite à la convention de partenariat qui vient d’être signée, certains cours de LLCE en histoire de l’art du monde anglo-saxon seront ouverts aux étudiants de l’École d’Art d’Avignon dès la rentrée 2010. Dans un premier temps, cette offre fonctionnera sur la base du volontariat et concernera un public sélectionné par un test de niveau. Ceci nous amène à envisager de mettre à la disposition d’étudiants LANSAD des ressources provenant de cours LEA et LLCE.

24À cette ouverture des cours aux différents secteurs s’ajoute la notion de travail collaboratif entre enseignants. Préconisé depuis de nombreuses années, il n’a pas toujours eu l’occasion de prendre forme. Aujourd’hui, les moyens technologiques facilitent le partage et la collaboration. À ce propos, le site Educnet donne une définition du Web 2.0 pour les langues :

[…] réseau dynamique et interactif qui permet une large participation des usagers à la création de contenus. ex : blogs, wiki, Facebook, etc. dans lesquels l’usager gère ses propres contenus.
Il faudra former les [utilisateurs] au savoir, savoir-faire, savoir-être lié à la fois à l’autonomie et à la co-construction de connaissances.

25Parler de « co-construction » renvoie au « knowledge management », c’est-à-dire à la mise en commun de données placées sur une base alimentée par les usagers, à destination d’autres usagers. L’information ainsi stockée se transforme en un corpus mis à la disposition d’une équipe d’enseignants. Le travail collaboratif entre étudiants est aussi envisageable. Par exemple, la constitution de glossaires ou de lexiques en langue cible peut faire l’objet d’un travail en groupes en présentiel, grâce à l’utilisation de « wiki ». L’utilisation d’un Espace Numérique de Travail (ENT) permet aussi que la tâche soit poursuivie hors du cours.

26En bref, le travail collaboratif incite à fédérer des liens entre enseignants d’une même discipline (ici les langues), entre enseignés spécialistes d’une autre discipline et leur enseignant de langue. Le même schéma est possible entre enseignants de langues et enseignants des autres disciplines.

4. Quels moyens techniques pour LANSAD ?

27Lorsqu’est évoquée la question de l’acquisition de matériel multimédia pour les langues, surgit la question de l’utilité des équipements : permettent-ils vraiment d’améliorer de façon significative les compétences des étudiants ? Cette interrogation semble légitime puisqu’elle sous-tend l’idée qu’un investissement financier doit se justifier par un retour (ici, la progression significative du niveau de compétence en langues des étudiants). De plus, les enseignants expriment, bien souvent, la crainte de se voir imposer, par une équipe non enseignante (de techniciens, par exemple), un équipement dont les fonctionnalités ne répondraient pas à leurs besoins.

28Cependant, l’équipement multimédia ouvre des possibilités qui ont fait l’objet d’études depuis de nombreuses années (Bertin 1996). Par exemple, il permet de mieux mettre en place les recommandations du CECRL (2001), pour développer chez les apprenants les compétences communicatives. En effet, non seulement l’enseignant peut diffuser un fichier son qu’il a choisi, mais les étudiants peuvent aussi partager des documents qu’ils auront conçus ou trouvés. Il permet l’archivage des travaux effectués en cours et leur réutilisation hors du cadre institutionnel. De plus, le travail en groupes et/ou par niveaux devient possible. Favoriser d’autres formes de pédagogie comme l’approche actionnelle par les tâches, le travail sur projet individualisé ou en groupes (Narcy-Combes 2005) ne vise plus seulement l’apprentissage de la communication, mais la prise en charge par l’apprenant de sa propre formation. Il s’agit de préconiser, à la suite de Brown et al. (2007), que l’enseigné est acteur de sa formation, plaçant par conséquent l’enseignant comme accompagnateur de formation plutôt que transmetteur de savoirs.

29Les collègues seront donc incités à « former les apprenants à mieux se servir des outils dont ils auront besoin ultérieurement » (Landure & Boulton 2010 : 12). En d’autres termes, plutôt que d’axer l’apprentissage de la langue sur un domaine spécifique, il convient de donner aux étudiants les moyens de trouver les ressources qui les aideront, plus tard, à se spécialiser dans divers domaines, répondant ainsi aux nouvelles demandes du marché du travail. Cette démarche d’apprentissage invite à utiliser les ressources en ligne et à développer chez l’apprenant sa capacité à reconnaître la fiabilité de l’information trouvée sur la toile, ainsi qu’à la trier. Elle préconise aussi, entre autre, le DDL (« Data Driven Learning »), comme le montre l’expérience de Landure et Boulton (2010 : 11) menée en IUT à propos de l’utilisation du corpus de référence britannique British National Corpus. En s’appuyant sur la démarche de la linguistique de corpus, les auteurs proposent de constituer des corpus de référence. Le caractère novateur de la démarche réside dans le fait que la technologie d’aujourd’hui permet d’accéder rapidement à des textes authentiques, de les stocker et de les trier. De plus, un traitement informatique permet d’interroger des occurrences pour définir des récurrences d’emploi.

  • 3 Terme utilisé par Morel et Danon-Boileau (1998) pour désigner la phrase de l’oral.

30L’utilisation de corpus en cours de langues peut s’appliquer aussi à l’oral (Hascoët 2007), même si l’objectif est différent. À partir d’une typologie de productions orales, il s’agit de sensibiliser l’apprenant à la spécificité des constituants du paragraphe oral3.

31En traduction spécialisée notamment, l’utilisation de corpus est aussi préconisée pour la constitution de corpus de textes parallèles écrits/oraux (textes authentiques traitant des mêmes domaines dans les deux langues) (Muller 2007). Ces recueils de données permettent de procéder à une étude contrastive des collocations propres à un domaine. Cette méthodologie est utilisée depuis de nombreuses années en traduction spécialisée LEA à Paris VII et a été plus récemment adaptée aux étudiants du secteur LANSAD. De même, rédiger des glossaires et des lexiques, à partir d’informations trouvées sur des sites spécialisés (dans la langue cible, mais aussi dans la langue source) est rendue possible par la technologie. Sachant que les traducteurs automatiques sont en expansion, il serait peut-être pertinent de les utiliser en cours de langues pour en évaluer les atouts et les limites.

5. Développer la recherche et la formation des enseignants dans le secteur LANSAD

32Les recherches en LANSAD sont très dynamiques et variées. L’Internet permet de les consulter facilement. Les sites des associations telles que l’ARDA4 ou l’ACEDLE5, par exemple, informent des colloques dans le domaine. Le site de la revue ALSIC6 propose des travaux en didactique des langues, sciences de l’information, etc. Brudermann (2010), par exemple, y publie une recherche-action menée en IUFM sur l’enseignement à distance en LANSAD. EUROCALL7 organise des colloques sur la recherche en matière d’enseignement des langues assisté par ordinateur. Celui de 2010 avait pour thème « Languages, cultures and virtual communities ». Enfin, un site comme celui de l’APLV8 recense régulièrement des supports exploitables en cours de langue. Par exemple, des fichiers pour la compréhension de l’oral libres de droit (Audio-Lingua, fichiers mp3) ont été mis en ligne par Katrin Goldman en 2010, dans diverses langues.

33Les enseignants PRAG ou PRCE n’ont pas toujours connaissance de ces recherches en raison de leur charge de travail, de la diversité des publics à laquelle on les confronte, bien souvent avec un délai très court. Les universités qui ne disposent pas de gros moyens financiers refusent parfois de dédommager les collègues qui se rendent à des congrès sans communiquer. Désormais, le DIF devrait permettre une prise en charge financière de ces déplacements. Il en est de même pour les stages-ateliers, forums, ou rencontres de spécialistes du domaine, ou encore pour la formation aux TICE appliquées au cours de langues, afin de mettre en application les propositions faites dans les colloques tels que celui du GERAS9.

Conclusion

34Cet article illustre l’évolution du métier d’enseignant en secteur LANSAD qui réclame de plus en plus de compétences, comme cela a été démontré au 29e Congrès de l’APLIUT (Nîmes, 2007, « L’évolution du métier d’enseignant de langue de spécialité »).

  • 10 Offre de parcours : offre en matière de formation ; l’étudiant suit les enseignements d’un tronc co (...)

35Le projet, en cours décrit ci-dessus répond à la tendance des « offres de parcours10 » qui placent l'étudiant à la tête de sa propre formation. Il contribue à ce que les formations en langues soient plus en phase avec la réalité du monde du travail. Il promeut les initiatives en matière de pédagogie appliquée au secteur LANSAD, mais aussi aux secteurs LLCE et LEA. Il permet de préparer l’avenir, notamment par l'introduction du « e-porfolio ». Il participe à la réflexion en matière de certification, de l’enseignement par niveaux, entre autres. Les actions menées dans le cadre de la mission décrite ci-dessus engendreront des modifications dans les pratiques des collègues. Elles modifieront la représentation de l’enseignement des langues à l’Université et la place de l’enseignant face à celle de l’étudiant spécialiste d’une autre discipline. Le projet permet aussi de développer les formations de formateurs et l’élaboration de matériels pédagogiques.

36Enfin, structurer le secteur LANSAD conduit à la mise en œuvre d’une réelle politique des langues. En réhabilitant ce secteur, nous proposons également de dynamiser les filières LEA et LLCE par l’intégration de TICE dans leurs formations.

Haut de page

Bibliographie

Bénayoun, J.-M. & N. Hascoët. 2006. « Langues appliquées et langues pour tous : stratégies de la convergence », communication à la journée d’études « LEA / LANSAD : convergences / Divergences », 13-14 janvier 2006, Centre de Recherche sur les Conflits d’Interprétation, au Centre International des Langues, Université de Nantes.

Bertin, J.-C. 1996. « L’intérêt pédagogique du multimédia, bilan et perspectives ». Les Cahiers de l’APLIUT, Vol. XVI n° 2 : 4-29.

Brown, H. et al. 2007. « Forty years of language teaching ». Language Teaching 40 : 1-15.

Brudermann, C. 2010. « Analyse de l’efficacité des stratégies de travail d’étudiants LANSAD à distance dans un dispositif hybride – Étape d’une recherche-action ». ALSIC, vol. 13 http://alsic.revues.org/index1348.html.

Conseil de l’Europe. 2001. 1e éd. 1996, 2e éd. corr. 1998. Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues : apprendre, enseigner, évaluer. Paris : Didier.

EDUCNET. www.educnet.education.fr.

Goldman, K. 2010. Fiches de travail pour la compréhension orale. http://www.aplv-languesmodernes.org/spip.php?article2346.

Hascoët, N. 2007. « Spécificité de l’oral dans l’enseignement LANSAD ». Communication à la journée d’études « Spécificité LANSAD » du 10 Mars 2007, organisée par Paris VI- Diltec Paris III. (À paraître en ligne).

Landure, C. & A. Boulton. 2010. « Corpus et autocorrection pour l’apprentissage des langues ». ASP, Revue du Géras, 57 : 11-30.

Morel, M.-A. & L. Danon-Boileau. 1998. Grammaire de l’intonation. Paris : Ophrys.

Muller, E. et al. 2007. La traduction spécialisée et les nouvelles technologies. Paris : PUF.

Narcy-Combes, J.-P. 2005. Didactique des langues et TIC, vers une recherche-action responsable. AEM, Paris : Ophrys.

Haut de page

Notes

1 LLCE : Langues, Littératures, Civilisations Étrangères ; LEA : Langues Étrangères Appliquées ; DUT : Diplôme Universitaire de Technologie.

2 IUT : Institut Universitaire de Technologie ; INRA : INstitut de Recherche en Agronomie.

3 Terme utilisé par Morel et Danon-Boileau (1998) pour désigner la phrase de l’oral.

4 Association pour la Recherche en Didactique de l’Anglais. http://ardaarda.canalblog.com/.

5 Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères. http://acedle.org.

6 Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication. http://alsic.revues.org.

7 European Association for Computer Assisted Language Learning (association européenne pour l’apprentissage des langues assistées par ordinateur). http://www.eurocall-languages.org.

8 Association des Professeurs de Langues Vivantes. http://www.aplv-languesmodernes.org.

9 Groupe d’Étude et de Recherche en Anglais de Spécialité http://www.geras.fr.

10 Offre de parcours : offre en matière de formation ; l’étudiant suit les enseignements d’un tronc commun puis, au cours de son cursus, choisit une spécialisation dans un domaine précis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Hascoët, « La mise en place d’un centre de langues pour redynamiser le secteur LANSAD », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXX N° 1 | 2011, 72-82.

Référence électronique

Nathalie Hascoët, « La mise en place d’un centre de langues pour redynamiser le secteur LANSAD », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXX N° 1 | 2011, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/300 ; DOI : 10.4000/apliut.300

Haut de page

Auteur

Nathalie Hascoët

Maître de conférences à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Nathalie Hascoët a été nommée en janvier 2010 pour piloter le projet « Mission Langues » de la Présidence. Auparavant, elle a été co-responsable du développement du multimédia au sein de l’UFR EILA (Paris VII) en lien avec les métiers de l’Industrie des Langues et Traduction Spécialisée.
hascoetn@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page