Navigation – Plan du site

Vol. XXXII N° 3 | 2013
La pédagogie de l’EMILE en questions : modalités et enjeux pour le secteur LANSAD

Ce Cahier est consacré à l’Enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère, plus connu sous son acronyme (EMILE). Il contient cinq articles et notes de recherche, deux notes de pédagogie, et une fiche pédagogique sur le thème, ainsi qu’une fiche pédagogique hors thème et deux recensions.
Avec un certain recul depuis l’introduction d’EMILE dans les universités européennes (notamment à cause du programme ERASMUS, démarré en 1987), les didacticiens et les pédagogues commencent à pouvoir évaluer le concept et les opportunités qu’il offre pour l’enseignement/apprentissage des langues dans les formations professionnalisantes. Deux questions, en particulier, parcourent les différentes contributions de ce volume : le concept d’intégration, et le recrutement des enseignants.
L’EMILE est fondé sur une approche méthodologique double : une discipline non linguistique est enseignée à travers une langue étrangère. Le concept d’intégration, central dans cette approche, met l’accent sur le fait que la langue et la matière non linguistique sont toutes deux objets d’enseignement/apprentissage, sans qu’il y ait préséance de l’une par rapport à l’autre. Cet équilibre délicat semble si difficile à atteindre que plusieurs auteurs se demandent s’il est véritablement possible de parler d’EMILE dans les dispositifs des cursus en anglais qui se sont multipliés ces dernières années.
La question de la formation et du recrutement des enseignants disciplinaires et des enseignants de langue est également cruciale. La réalisation du double objectif (apprentissage simultané de la discipline et de la langue) implique la mise en œuvre d’une approche particulière, transversale et collaboratrice, de l’enseignement et exige, de la part des établissements comme des enseignants de la discipline et des enseignants de langue, une réflexion spécifique, non plus exclusivement sur l’enseignement des langues, mais sur le processus d’enseignement en général.