Navigation – Plan du site
Articles

La publicité comme support à l’éveil interculturel

Using advertisements to raise students’ intercultural awareness
Marie-Françoise Narcy-Combes
p. 7-24

Résumés

Dans le contexte actuel de mondialisation, il paraît utile de sensibiliser les étudiants aux différences interculturelles. À cet effet, les supports publicitaires s’avèrent particulièrement efficaces. Cet article se propose de montrer pourquoi, dans un premier temps, en examinant quelques présupposés théoriques concernant le genre publicitaire et l’interculturel. Dans un second temps, nous examinerons comment fournir aux étudiants une occasion de s’approprier ces connaissances à travers une série de tâches susceptibles de permettre la mise en pratique des savoirs.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1La réflexion exposée dans cet article part d’un constat : le développement des moyens de communication qui permet de voyager toujours plus loin et plus vite, l’Internet qui rend accessible, le temps d’un clic, les endroits les plus reculés, la mobilité de la main d’œuvre font que les causes d’incompréhension entre deux partenaires commerciaux et les conflits d’interprétation potentiels se sont multipliés.

2Il se dégage aujourd’hui un consensus pour avancer que les différents acteurs impliqués dans l’entreprise ont besoin d’acquérir une capacité à interagir efficacement dans un environnement multiculturel. Pour cela, il sera utile de sensibiliser les étudiants au fait que la connaissance des règles de fonctionnement du langage n’est pas suffisante pour assurer la compétence de communication et que cette dernière suppose des connaissances socioculturelles et interculturelles. À défaut, le locuteur aura tendance à utiliser les références issues de sa propre culture pour analyser le message produit par son interlocuteur.

3Ce constat nous a conduit à postuler qu’une formation adaptée aux besoins des étudiants de LEA, option Commerce International, avec lesquels nous travaillons devrait leur permettre de reconnaître et analyser les différences culturelles, de développer le recul nécessaire à la compréhension de l’autre, et de mettre en œuvre des capacités linguistiques et comportementales adaptées au contexte culturel de leur domaine d’expertise.

4La publicité est un outil qui peut les y aider. Genre fortement codé, elle s’appuie souvent largement sur des traits dominants d’une culture quelle qu’elle soit : culture d’un pays, d’un groupe social, d’une tranche d’âge, ou d’une profession. De ce fait, elle représente une source de documents susceptibles de servir de supports à la compréhension et à l’analyse des différences interculturelles. Pour cela, il est nécessaire dans un premier temps d’amener les étudiants à prendre conscience qu’il existe deux domaines de connaissance, liés d’une part au genre lui-même et à l’interculturel d’autre part, et qu’ils interagissent. Nous examinerons donc dans un premier temps les contraintes du genre, puis nous évoquerons quelques aspects théoriques de l’analyse interculturelle afin de clarifier nos intentions de formation. Enfin nous nous intéresserons à l’interaction des deux domaines avant d’aboutir aux exemples de tâches proposées pour la mise en pratique. Ces tâches ont été expérimentées dans le cadre des Langues Étrangères Appliquées à l’université, mais peuvent être adaptées pour d’autres publics.

2. La publicité comme genre

5Les questions ci-dessous, regroupées en trois rubriques, peuvent être utilisées en classe comme base de discussion de départ pour l’analyse du genre publicitaire, ses caractéristiques et ses règles et codes. Ce travail peut être mené avec ou sans support, sous forme de brainstorming par exemple, dans la langue cible. Elles sont présentées en français ci-dessous, de façon à pouvoir être adaptées aux différentes langues enseignées.

2.a. Quelques questions fondamentales

  • De quel type de publicité parle-t-on ?

  • Quel est le support utilisé ? À quel moment ?

  • Quelle est la cible ?

  • Quel est l’objectif de la publicité ? Promouvoir le produit, l’image de marque, modifier l’image du produit, de la marque ?

2.b. Le document

  • Quel type de visuel est utilisé ? Photographie d’art, image suggestive, dessin naïf ou humoristique ? Un spot publicitaire humoristique, romantique, suggestif ou explicite ?

  • Que montre le visuel ? Le produit ? L’emballage (packaging) ? La façon dont on l’utilise ? Est-il en relation avec le produit ou le rapport est-il plus ou moins lointain ?

2.c. La composition

  • Comment la publicité est-elle organisée ? Quelle proportion de l’espace est consacrée au visuel ? Au texte ? À l’accroche et au slogan ?

  • Quelle est la typographie utilisée ?

  • Quel style pour le texte, l’accroche et le slogan ? Informatif, technique, persuasif, ironique, humoristique ?

  • A-t-on utilisé la répétition, l’allitération, l’assonance, le jeu de mot ? Avec quel effet ?

  • Quelles couleurs sont utilisées ? Quel est le message transmis ?

  • Y a-t-il cohérence des différents éléments ? Quelle est l’image créée pour le produit ? Par quels procédés ? Quels paramètres interculturels sont pris en compte ?

6Cette dernière question, comme nous allons le voir, intervient en fait à tous les niveaux de l’analyse. Il convient ensuite de présenter aux étudiants les outils qui leur permettront d’appréhender les notions liées à l’interculturel. Nous nous intéresserons ici aux classifications établies par les ethnologues comme Hall (1976) et Hofstede (1994) car elles peuvent en effet faciliter la compréhension des phénomènes observés.

3. Les paramètres interculturels

7Hall (1976) distingue cultures à contexte fort, et cultures à contexte faible, et s’est penché sur les variations des conceptions du temps et de l’espace selon les cultures. Hofstede (1994) est à l’origine des classifications qui prennent en compte la distance hiérarchique, le degré de contrôle de l’incertitude, le degré d’individualisme ou de collectivisme et l’indice de masculinité mais il existe de nombreuses autres analyses, et d’autres tentatives de classement dont l’objectif est toujours la sensibilisation à l’existence de différences culturelles, dont la négation conduit à l’échec de la communication. Une bibliographie donnée à la fin de cet article permettra au lecteur désireux d’en savoir davantage de compléter ces données.

3.a. L’analyse de Hall

8Anthropologue, Hall a écrit, entre autres, The Silent Language (1959) et The Hidden Dimension (1966). Il distingue entre les cultures à contexte fort, pour lesquelles le contexte culturel partagé de façon implicite par les membres d’une communauté culturelle représente une part importante de la communication, et les cultures à contexte faible, pour lesquelles le contexte entre pour une part minime dans la communication qui passe essentiellement par un message explicite.

9Exemple : Touk, employé d’une entreprise américaine (contexte faible) annonce à son patron que son frère arrive de Thaïlande (contexte fort) le vendredi suivant. Le vendredi arrive, le patron lui demande de rester pour terminer un travail. Ce dernier est profondément blessé. Le patron ne comprend pas.
Pour Touk, le patron aurait dû comprendre que son frère venant de si loin, il aurait souhaité passer la soirée avec lui (contexte fort : implicite). Pour le patron, Touk aurait dû expliciter sa demande clairement : puis-je quitter l’entreprise à 17h vendredi pour profiter de la présence de mon frère (contexte faible : explicite) ?

10Contexte fort : Dans les cultures à contexte fort, le sens du message est implicite et l’information dépend du contexte externe ou internalisé dans lequel la communication a lieu. Le sens ne passe pas nécessairement par les mots, et ils sont eux-mêmes fortement dépendants du contexte de référence : au Japon, le « oui » peut signifier « oui », « peut-être », et même « non ». Le relationnel est primordial. Le raisonnement va du général, de la théorie, au particulier. C’est le cas du Japon, de la Chine, de la France, de l’Arabie Saoudite.

11Contexte faible : dans les cultures à contexte faible, le sens est explicite et l’information est indépendante du contexte dans lequel la communication a lieu. Le sens passe nécessairement par les mots. Ces cultures donnent la priorité à la tâche à accomplir plutôt qu’aux relations humaines. Le raisonnement part des cas particuliers, de l’analyse du détail, pour aller vers le général. C’est le cas des États-Unis, de la Grande Bretagne, des pays scandinaves.

12Cultures Polychroniques : dans ces cultures, il est possible de faire plusieurs choses à la fois, l’organisation du temps est flexible. Les dates butoirs ne sont pas nécessairement immuables, comme dans les pays d’Amérique latine, ou les pays Arabes, où changer la date d’un rendez-vous n’est pas une affaire d’état, et où les interruptions inopinées dans les réunions paraissent acceptables.

13Cultures Monochroniques : les choses se font l’une après l’autre, l’organisation du temps est rigide. Une date butoir doit être respectée, tout comme l’ordre du jour d’une réunion. C’est le cas de l’Allemagne, des pays scandinaves, des États-Unis d’Amérique. Pour ces cultures, le temps, c’est de l’argent.
Dans le cas qui nous occupe, l’étude des documents produits pour la communication publicitaire nous montre comment des documents destinés à des cultures à contexte faible seront plus explicites que ceux en direction des cultures à contexte fort, qui privilégieront l’appel à l’affectif. La presse comme la télévision foisonnent d’exemples exploitables.

3.b. L’analyse de Hofstede

14Psychologue social et ingénieur hollandais, Hofstede a écrit, entre autres, Vivre dans un monde multiculturel : comprendre nos programmations mentales (1994 Les Editions d’organisation). Il propose une classification différente de celle de Hall. Elle la complète et la recoupe en même temps.

15Distance hiérarchique : Dans les cultures où la distance hiérarchique est forte, les subordonnés attendent les ordres de leur supérieur et se réfèrent à lui pour prendre des décisions, le pouvoir des dirigeants est autocratique et centralisé et l’écart des salaires et les privilèges sont importants.
Dans les cultures où la distance hiérarchique est faible, les subordonnés s’attendent à ce que leur supérieur les consulte pour prendre des décisions, le pouvoir des dirigeants est démocratique et décentralisé, l’écart des salaires et les inégalités est faible.

16Degré de contrôle de l’incertitude : Les cultures qui ont un haut degré de contrôle de l’incertitude la perçoivent comme une menace et tentent à tout prix de l’éviter. Les individus tolèrent mal l’ambiguïté, et font preuve d’une forte résistance au changement et à la nouveauté. Ils ont besoin de règles qui les sécurisent.
Les cultures qui ont un degré de contrôle de l’incertitude peu élevé la perçoivent comme une composante familière de leur existence. Les individus acceptent l’ambiguïté, et font preuve de curiosité face au changement et à la nouveauté. Ils n’ont pas besoin de trop de règles et acceptent les défis qui les valorisent.

17Degré d’individualisme ou de collectivisme : dans les cultures individualistes, l’accent est mis sur l’épanouissement de l’individu, la communication explicite et directe, le contrat et la réalisation de la tâche priment sur le relationnel.
Dans les cultures collectivistes l’accent est mis sur le groupe auquel appartient l’individu, la communication implicite et indirecte, les relations de type patriarcal et le relationnel priment sur la réalisation de la tâche : l’harmonie doit être maintenue à tout prix.

18Indice de masculinité ou de féminité : dans les cultures à fort indice de masculinité, les hommes et les femmes ont des rôles distincts ; les hommes sont sûrs d’eux, forts, et donnent la priorité à la réussite matérielle, les femmes sont modestes, tendres et donnent la priorité à la qualité de la vie. En conséquence, c’est la réussite matérielle qui est la valeur dominante : l’accent est mis sur la compétition et la performance, le matérialisme domine et les conflits sont résolus par l’affrontement. Le domaine affectif est réservé aux femmes.
Dans les cultures à indice de masculinité faible les hommes et les femmes ont des rôles qui se confondent, les hommes et les femmes sont modestes, tendres et donnent la priorité à la qualité de la vie. En conséquence, la valeur dominante sera la relation à autrui : l’accent est mis sur l’égalité, la solidarité, la recherche du consensus, l’affectif domine et les conflits sont résolus par le compromis.
Une confusion fréquente consiste à confondre « indice de masculinité fort » et machisme, alors qu’il s’agit d’une orientation culturelle des modes d’appréciation de la réalité. Par exemple, dans les universités américaines (indice de masculinité fort) la compétition entre les étudiants existe et elle est acceptée comme un jeu et un défi. Dans les universités françaises (indice de masculinité faible) la compétition existe, mais elle est perçue comme source de stress insupportable, et l’une des revendications des étudiants est d’en diminuer l’impact.

4. Les paramètres interculturels dans la publicité

19Bien que l’ambition des annonceurs soit de concevoir une campagne publicitaire internationale autour d’un concept universel, la plupart du temps les différents éléments de la campagne exigent des adaptations locales. L’exemple d’Impulse, le déodorant parfumé lancé sur le marché international, ne fait que confirmer ce fait. L’idée fondamentale était de proposer un même produit, un déodorant, qui est en même temps un parfum, dans un même conditionnement, et d’appuyer la campagne de communication sur un concept universel : la rencontre d’un homme et d’une femme. Or les relations entre les hommes et les femmes sont régies par des conditionnements culturels. La campagne telle qu’elle est apparue en France : « Tout à coup un inconnu vous offre des fleurs, c’est l’effet magique d’Impulse » a exigé un grand nombre d’adaptations aux contextes culturels dans lesquels elle était montrée. La femme y apparaissait plus ou moins habillée, le couple se regardait ou au contraire leurs yeux ne se rencontraient pas, ils partaient ensemble ou la femme s’éloignait seule. Quant aux fleurs (« tout à coup un inconnu vous offre des fleurs ») elles ont disparu dans les cultures où on n’offre pas de fleurs. Dans certaines versions, le jeune homme les prenait spontanément sur la table du restaurant où il se trouvait pour les offrir à la belle, dans d’autres il les achetait à une fleuriste placée là fort à propos, car le fait d’offrir les fleurs du restaurant aurait été perçu comme un vol. 

20De même, les spots publicitaires de McDonald’s offraient des différences sensibles en fonction des publics visés. En France, l’accent était mis sur la chaleur et la complicité des relations familiales, tandis qu’au Royaume Uni le produit occupait une place de choix. Ainsi il apparaissait clairement que les annonceurs s’appuyaient sur les paramètres interculturels, la masculinité moyenne des français, l’implicite des pays à contexte fort, alors que la publicité en direction des Britanniques était explicite, comme il convient aux pays à contexte faible, et s’appuyait sur leur pragmatisme.

21La classification d’Hofstede peut aider les annonceurs à segmenter le marché. Kale propose la classification suivante pour l’Europe.

4.a. Catégorie 1

Autriche, Allemagne, Suisse, Italie, Royaume Uni, République d’Irlande

22Distance hiérarchique : faible
Degré de contrôle de l’incertitude : moyen
Degré d’individualisme : plutôt fort
Indice de masculinité : fort
Pour être efficace, la publicité dans ces pays devrait mettre l’accent sur la performance, la réussite, la compétition de haut niveau.

4.b. Catégorie 2

Belgique, France, Grèce, Portugal, Espagne, Turquie

23Distance hiérarchique : plutôt forte
Degré de contrôle de l’incertitude : fort
Degré d’individualisme : variable
Indice de masculinité : plutôt faible
Pour atteindre son but, la publicité dans ces pays devrait s’appuyer sur le consommateur, sa vie affective, son statut, mettre l’accent sur les avantages du produit pour le consommateur et souligner les aspects protecteurs tels que les garanties ou la possibilité de retourner l’objet en cas de problème.

4.c. Catégorie 3

Danemark, Suède, Finlande, Pays Bas, Norvège

24Distance hiérarchique : faible
Degré de contrôle de l’incertitude : faible
Degré d’individualisme : fort
Indice de masculinité : plutôt faible
On peut s’attendre ici à de l’engouement pour les produits nouveaux, la créativité, l’invention, la variété. Un argument de vente extrêmement fort : des produits du commerce équitable, ou respectueux de l’environnement. Les entreprises qui affichent une conscience éthique et écologique ont un avantage concurrentiel certain.

5. Langue et culture

  • 1 Scratchy : rêche, qui gratte.

25Quel nom donner au produit ? Comment les noms voyagent-ils ? La Citroën « Évasion » ou la Wolkswagen « Sharan » ont posé problème sur le marché Britannique pour des raisons de références culturelles : Évasion évoque tax evasion, c’est-à-dire la fraude fiscale et Sharan (bien que le nom signifie en persan « la voiture des rois ») évoque le prénom féminin Sharon, à tel point que les britanniques ne pouvaient prononcer sans sourire la phrase « I bought myself a new Sharan ». Toujours pour les voitures, « Pajero » (Mitsubishi) est une insulte en espagnol, « Dedra » (Lancia) est associé avec la mort en Grande Bretagne, « Uno » (Fiat) signifie « idiot » en Finlande. Des étudiants francophones ont également suscité l’hilarité des enseignants anglophones en proposant comme nom pour un jean évolutif « Scratchy1 Jeans » (de scratch, le dispositif auto adhésif). « I would never buy scratchy jeans ! » s’est exclamé l’un d’eux, au grand désarroi des étudiants. Les pâtes Barilla ont dû adapter leurs noms au marché britannique car les acheteurs n’arrivaient pas à prononcer les noms italiens comme « farfalles » et « tagliatelles ». Ces noms ont dû être modifiés en « bows » et « noodles ». Bahlsen a fait de même en France en renommant « Croissant de Lune » ses « Kipferl » que personne n’achetait faute de pouvoir prononcer le nom.

26Il en va de même en ce qui concerne la rhétorique des publicités. Comment est rédigé le slogan ? Comment le texte est-il organisé ? Quel langage est utilisé ? L’étude des publicités permet ainsi de réfléchir sur les variations linguistiques, et les diverses implications des choix opérés. Il ne suffit pas de produire un document dans une langue, puis de le traduire dans une autre langue. Dans l’exemple des deux publicités pour IBM (cf. annexes 4 et 5), le discours dans le texte britannique s’adresse clairement à un individu, alors qu’il est général et abstrait dans le texte français, comme il convient si l’individualisme de la culture britannique et le collectivisme à la française sont bien pris en compte.

27D’autres éléments sont à prendre en compte : la longueur des textes varie d’une langue à l’autre, l’importance des mots et des images varie selon les cultures : un texte clair sera indispensable dans une culture explicite, un visuel sera plus efficace qu’un long discours dans une culture implicite.

6. Exemples de tâches possibles

28Les tâches proposées ci-dessous ont été mises en œuvre dans le cadre de la formation LEA. Elles ont pour objectif, en proposant aux étudiants un support appartenant à l’univers du marketing, de faire utiliser les outils d’analyse présentés en vue de leur appropriation.

  • Comparaison de deux publicités ciblant des publics appartenant à des cultures différentes pour un même produit (Exemple des publicités pour SEAT et LEXUS, cf. annexes 1 et 2).

  • Trouver une publicité adressée à un public d’une culture à contexte faible présentant des caractéristiques culturelles appartenant aux cultures à contexte fort. Analyser les variations (Exemple de la publicité pour Kellogg’s Special K, cf. annexe 3).

  • Trouver une publicité adaptée à une culture à contexte fort. Faire proposer les adaptations nécessaires pour qu’elle soit efficace dans un pays à contexte faible (Exemple d’American Express, cf. annexe 6). Ou le contraire : publicité pour pays à contexte faible à adapter pour une culture à contexte fort.

  • Trouver une campagne de publicité internationale. Faire analyser les variations culturelles (Exemple de Impulse, de McDonald’s).

  • Jeu : trouver l’erreur. Sélectionner un nombre quelconque de publicités bien typées. Pour chacune, choisir de l’attribuer à un marché à travers une situation ; par exemple, SEAT a décidé d’étendre sa campagne aux USA en utilisant le même support : quels problèmes pensez-vous que cela puisse créer ? L’idée pour chaque publicité est de trouver ce qui la rend inadaptée à un marché différent de celui pour lequel elle a été élaborée.

  • Créer une publicité pour un pays donné en prenant en compte les paramètres interculturels qui s’appliquent à ce pays, et justifier les choix opérés.

  • Les campagnes publicitaires pour HSBC, la banque internationale (cf. annexe 7), permettent de proposer des tâches de composition « à la manière de », par exemple, à partir de la fiche conseil pour l’Arabie Saoudite, composer une fiche pour un homme d’affaires de ce pays se rendant aux États-Unis. Une telle tâche permet un travail d’observation, de déconstruction et de reconstruction pour que l’apprentissage ait lieu.

7. Deux exemples développés

Comparaison de deux publicités pour un même produit : SEAT et Lexus

29Un traitement différent pour un même produit.

30SEAT. Publicité ciblant le marché français, c’est-à-dire un pays à contexte fort. Le message est implicite, et fait fortement appel à l’affectif (indice de masculinité faible). On ne voit ni la cible (les femmes), ni le produit. Les qualités du produit sont simplement suggérées, et il y a une grande économie de mots.

31Lexus. Publicité ciblant le marché britannique, c’est-à-dire un pays à contexte faible, selon Hall. Le message est explicite : le produit est montré, il est accompagné d’un texte qui donne des informations techniques sur le produit, et une adresse pour en savoir davantage. Le visuel et le produit font appel au statut (indice de masculinité fort) comme le montrent le costume, le lieu où est prise la photo, et la position dominante du personnage. (Big is beautiful).

Analyser la spécificité de la publicité pour Kellogg’s Special K en direction du marché Britannique

32Le concept est universel : la vie de couple, l’amour entre un homme et une femme. Mais il est inscrit dans la culture occidentale : l’homme et la femme partagent la salle de bains (ce qui n’est pas acceptable au Japon par exemple), et ils sont fort peu vêtus (ce qui n’est pas acceptable dans les pays musulmans). Ce qui s’oppose ici aux conventions du domaine en Grande-Bretagne est lié au fait que la Grande-Bretagne étant une culture à contexte faible il serait nécessaire d’être explicite, mais :

  • le produit n’apparaît pas sur le visuel,

  • la scène a lieu dans la salle de bains, le lien avec le produit est donc indirect,

  • la publicité cible les femmes, mais c’est l’homme qui se trouve au premier plan.

33La Grande-Bretagne est un pays à fort indice de masculinité, où l’on privilégie l’ostentation et le concret, mais

34Cependant, l’annonceur a dû faire quelques concessions au « contexte faible » :

  • on voit tout de même le produit en bas et à droite,

  • le lien est explicitement établi entre la cause ( = le produit) et l’effet ( = les courbes de la dame) ce qui n’est pas le cas dans la version française, où l’homme se dit que sa femme a dû rencontrer « quelqu’un de spécial ».

35Peut-être peut-on voir un certain degré d’ostentation dans le confort de la salle de bains et la jeunesse d’un couple agréable à regarder. Ajoutons que le texte révèle une perception monochronique du temps, typique de la culture britannique : « how can I concentrate when she walks around like that ? »

36La signature STAY SPECIAL est bien le reflet de la culture britannique par le jeu de mots qu’elle contient. On peut y voir un double sens : l’injonction de rester fidèle à la marque Kellogg d’une part, et d’autre part la valorisation de l’individualisme.

Conclusion

37Ces quelques exemples montrent comment il est possible de sensibiliser les étudiants aux différences culturelles à travers l’étude de documents publicitaires. Il paraît important de préciser en conclusion que ces supports ne sont pas la seule source disponible dans ce domaine, et que la presse et le cinéma par exemple offrent eux aussi une mine de ressources. De plus, il convient de souligner que les supports ont été choisis en raison des différences facilement repérables qu’ils présentent, et que les outils d’analyse proposés ne sont que des outils perfectibles, qui doivent garder leur rôle d’outils. Gardons-nous de tomber dans le piège que nous cherchons à faire éviter, celui des généralisations hâtives et des stéréotypes. Les catégories proposées sont utiles et nécessaires, mais interprétées de façon trop rigide elles peuvent en fin de compte faire obstacle à une bonne communication interculturelle.

Haut de page

Bibliographie

Bourguignon, C. 1998. La Communication professionnelle Internationale. Paris : L’Harmattan.

Byram, M. & M. Flemming. 1998. Language Learning in Intercultural Perspective. Cambridge : CUP.

Carroll R. 1988. Cultural misunderstandings, The French-American experience. The University of Chicago Press.

Dudley-Evans, T. & M.J. St John. 1998. Developments in English for Specific Purposes. Cambridge : CUP.

Geoffroy, C. 2001. La Mésentente Cordiale. Paris : Grasset / Le Monde

Hall, E. 1976. Beyond Culture. New York : Doubleday.

Hinkel, E. (ed) 1999. Culture in Second language Teaching and Learning. Cambridge : CUP.

Hofstede, G. 1994. Vivre dans un monde multiculturel. Comprendre nos programmations mentales. Les Éditions d’organisation.

Kale, S.H. 1995. « Grouping Euroconsumers : a culture-based clustering approach ». Journal of International Marketing 3 :1.

Narcy, J.-P. 1998. Le Monde anglo-saxon. Cours de l’Université de Technologie de Compiègne.

Platt, P. 2000. French or Foe ? (Revised and expanded edition). Lillington, NC : Edwards Brothers Inc.

Stewart, E. & B. Milton. 1995. American Cultural Patterns. Paris : Masson.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Publicité pour SEAT

Annexe 1. Publicité pour SEAT

Annexe 2. Publicité pour Lexus

Annexe 2. Publicité pour Lexus

Annexe 3. Publicité pour Kellog’s Special K

Annexe 3. Publicité pour Kellog’s Special K

Annexe 4. Publicité en français pour IBM

Annexe 4. Publicité en français pour IBM

Annexe 5. Publicité en anglais pour IBM

Annexe 5. Publicité en anglais pour IBM

Annexe 6. Publicité pour American Express

Annexe 6. Publicité pour American Express

Annexe 7. Publicité pour HSBC

Annexe 7. Publicité pour HSBC
Haut de page

Notes

1 Scratchy : rêche, qui gratte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1. Publicité pour SEAT
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3115/img-1.png
Fichier image/png, 330k
Titre Annexe 2. Publicité pour Lexus
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3115/img-2.png
Fichier image/png, 326k
Titre Annexe 3. Publicité pour Kellog’s Special K
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3115/img-3.png
Fichier image/png, 366k
Titre Annexe 4. Publicité en français pour IBM
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3115/img-4.png
Fichier image/png, 403k
Titre Annexe 5. Publicité en anglais pour IBM
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3115/img-5.png
Fichier image/png, 372k
Titre Annexe 6. Publicité pour American Express
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3115/img-6.png
Fichier image/png, 367k
Titre Annexe 7. Publicité pour HSBC
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3115/img-7.png
Fichier image/png, 222k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Françoise Narcy-Combes, « La publicité comme support à l’éveil interculturel », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 3 | 2004, 7-24.

Référence électronique

Marie-Françoise Narcy-Combes, « La publicité comme support à l’éveil interculturel », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 3 | 2004, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 22 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/3115 ; DOI : 10.4000/apliut.3115

Haut de page

Auteur

Marie-Françoise Narcy-Combes

Marie-Françoise Narcy-Combes est maître de conférences à l’université de Nantes. Ses enseignements concernent les Langues Étrangères Appliquées et la didactique des langues et sont en relation avec son domaine de recherche : didactique du secteur LANSAD, didactique de l’interculturel.
marie.narcycombes@netcourrier.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page