Navigation – Plan du site
Articles

L’approche projet et la recherche en langues : quels enjeux ?

The stakes of the project approach methodology for research in language studies
Jean-Claude Bertin
p. 25-41

Résumés

Les modes de financement de la recherche s’appuient de plus en plus fortement sur ce que l’on a coutume d’appeler ‘l’approche projet’. L’auteur se propose d’en repérer les caractéristiques principales afin d’analyser la philosophie (l’idéologie ?) sous-jacente, en la comparant aux habitudes en la matière de la communauté des chercheurs en Sciences Humaines et Sociales (SHS). Après avoir pointé l’influence des sciences et techniques, en particulier, sur les représentations des financeurs, il commente la manière dont cette approche questionne nos disciplines et propose quelques pistes de réflexion pour une meilleure appropriation de cet outil imposé par la communauté des linguistes.

Haut de page

Texte intégral

3

Introduction

1Les modes de financement de la recherche universitaire se situent de plus ne plus clairement dans une perspective à laquelle peu d’enseignants-chercheurs sont formés, en particulier dans le champ des Sciences Humaines et Sociales (SHS) dont nous relevons en tant que linguistes et didacticiens. Cette ‘approche projet’ à laquelle nous sommes confrontés, notamment lors de la rédaction des programmes de recherche que nous proposons, suppose le recours à des concepts et à un langage particuliers : « lots » (Work Packages), « livrables » (deliverables), « jalons » (milestones)… Sans une maîtrise minimale de ce langage et de la réalité qu’il reflète, il devient illusoire pour le chercheur d’obtenir les contrats de recherche nécessaires pour compléter les subsides mis à disposition des laboratoires.

2Le présent article prend appui sur une formation spécifique que j’ai suivie, dans le cadre de mon UMR CNRS. L’objectif est de mettre en lumière la philosophie (l’idéologie ?) qui se cache derrière ‘l’approche projet’, d’en expliciter les méthodes à travers certains traits saillants et, dans un dernier temps, de discuter son adéquation avec la nature particulière de la recherche en langues. En me fondant sur mon expérience de coordinateur scientifique de programmes de recherche, je tenterai de faire ressortir les apports de cette approche ainsi que ses contraintes.

Financement de la recherche, contrat, projet

3Une première question pourrait être celle du lien entre les notions de ‘projet’ et de contrat de recherche, qui soulève, de fait, celle, plus large, du financement de la recherche universitaire. Si la quête de contrats n’est pas nouvelle pour une part significative des chercheurs, notamment en sciences exactes, mais également pour certains champs couverts par les SHS – aménagement, sociologie… –, elle ne s’accommode que de manière marginale à la culture littéraire des linguistes. Pourtant, les nouveaux modes de financement des universités sont en passe de changer singulièrement la donne, en accordant aux contrats de recherche une place de plus en plus marquée.

4Pour bien comprendre les raisons qui nous contraignent à nous pencher sur la question, comme le souligne justement le thème retenu pour ce 32e Congrès de l’APLIUT, nous nous livrerons tout d’abord à un rapide tour d’horizon des modes de financement de la recherche universitaire française.

5De manière générale, il est possible de distinguer quatre grands niveaux de financement :

  • Le niveau local, correspondant au laboratoire / équipe d’accueil au sein de l’université, prévoit le fonctionnement du laboratoire, les financements ponctuels des chercheurs pour des missions, les frais de bibliographie, d’équipement…

  • Le niveau régional, par le biais de la politique de recherche établie par le Conseil Régional dans le cadre du Contrat de Plan État-Région (CPER). Dans ce cadre, le schéma courant consiste pour l’État à subventionner les investissements lourds et immobiliers, la Région se concentrant plus spécifiquement sur le financement des programmes correspondant aux thématiques et objectifs déclarés.

  • Le niveau national, en large partie défini par la politique de recherche du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, mise en œuvre au travers de l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR).

  • Le niveau européen, par le biais des priorités établies par le Conseil de l’Europe, déclinées sous la forme d’une palette de programme ciblés ou blancs.

6Dans les cas les plus fréquents, l’obtention de crédits de recherche s’effectue par le montage de dossiers en réponse aux appels à projets. S’il était coutumier de considérer que plus on monte vers le niveau européen, plus les procédures de réponse aux appels à projets sont complexes ou lourdes, on pourra regretter que cette distinction s’avère de moins en moins pertinente.

7D’une manière globale, les financements récurrents en matière de recherche dans les universités françaises, qui alimentent le fonctionnement des laboratoires / équipes d’accueil sont au mieux stagnants, s’ils ne sont pas en baisse. L’incitation est de plus en forte de la part des tutelles de rechercher des compléments de financements par la réponse à des appels à projets et à la quête de contrats individuels ou collectifs.

8Il est donc important pour l’enseignant-chercheur de savoir situer le niveau auquel s’adresser lorsqu’il aborde la question du financement de son projet de recherche. Il devra en particulier identifier la pertinence de ce projet par rapport aux éléments suivants :

9L’un des éléments de la complexité du montage d’un projet est lié à la nécessité :

10On gardera à l’esprit, afin d’éviter de désagréables surprises, qu’il convient de repérer si le financement recherché sera ou non fléché sur une action de recherche particulière :

Un changement de paradigme

11Le passage institutionnel d’une logique thématique à une logique projet constitue un changement profond de paradigme, passé pourtant largement inaperçu lorsqu’il fut introduit à l’occasion du dernier Contrat de Plan État-Région.

12Une approche thématique de la recherche se traduit par une politique de recherche définie en termes de thématiques privilégiées. Celle-ci sous-entend un mode de financement pouvant être pérenne pour une période donnée (le plan quadriennal, par exemple) et susceptible d’intéresser des chercheurs individuels, des équipes ou des réseaux de recherche de taille variable.

13Cette perspective, sur laquelle s’appuyait une large partie de la recherche en Sciences Humaines et Sociales, était en adéquation avec l’orientation la plus courante des laboratoires, orientés sur un objet particulier selon des thématiques variables.

14À l’inverse, le financement sur projet se définit de manière uniquement ponctuelle : si le projet peut effectivement s’insérer dans une thématique donnée, son financement ne concerne que l’action de recherche particulière qui constitue l’essence même du projet. Celui-ci est strictement défini dans le temps et dans l’espace : pour une durée déterminée – généralement comprise entre 1 et 4 ans – et par rapport à une équipe mobilisée explicitement pour la circonstance.

15Le changement fondamental entre les deux approches tient d’abord au fait que le financement de la structure de recherche dans laquelle s’intègrent les chercheurs qui constituent l’équipe n’est plus assuré au-delà des limites du projet. En outre, la pérennité de la (des) thématique(s) autour de laquelle (desquelles) s’organise la vie du laboratoire n’est plus garantie dans la mesure où aucun engagement n’existe en matière de renouvellement de contrat. Seule la dotation du laboratoire (financements récurrents) permet alors de gérer son fonctionnement et son évolution.

‘Approche projet’ : présentation d’un programme de recherche

Rappels

16Avant d’aborder la définition de la notion de projet, rappelons rapidement les éléments habituellement requis pour la présentation d’un programme de recherche. Notons en préliminaire que les éléments cités ci-après ressortent plus d’habitudes culturelles d’une communauté scientifique que de normes à proprement parler :

17L’ensemble du dossier de présentation reste relativement souple et d’une longueur modeste (une dizaine de pages en moyenne).

L’approche projet : quelques définitions

18À l’inverse, l’approche projet se définit par un ensemble de normes identifiées auxquelles le concepteur est censé se conformer de manière très précise. La description que j’en donnerai dans ces pages ne vise pas à l’exhaustivité, mais uniquement à en présenter la philosophie générale pour en discuter l’application dans le champ de la recherche menée par des enseignants-chercheurs linguistes de formation. Les références bibliographiques proposées permettront au lecteur d’approfondir ces notions plus en détails.

19Comment définir un ‘projet’ ?

20Pour l’AFNOR, un projet est une démarche spécifique qui permet de structurer méthodiquement une réalité à venir et implique un objectif à atteindre avec des ressources données (AFITEP-AFNOR 1991). Robert K. Wysocki complète cette définition en précisant qu’il s’agit d’une séquence d’activités complexes et connectées, avec pour but d’atteindre un objectif, ceci devant être réalisé à l’intérieur d’un cadre temporel, d’un budget et en respect de spécifications (Wysocki 2000).

21Il est ainsi courant de représenter la notion de projet comme délimité à l’intérieur du triangle ‘Objectif-Coûts-Délais’ (OCD).

Fig. 1 : le triangle OCD

Fig. 1 : le triangle OCD

22Un projet comprend un objectif clairement défini devant être livré dans un délai et à un coût convenus. Le triangle OCD constitue un système dynamique devant être maintenu en équilibre : si l’un des pôles n’est pas tenu, le projet ne répond plus à sa définition préalable et devra, le cas échéant, être renégocié.

23Cette représentation met également en évidence la notion essentielle de frontière : ce qui sera réalisé (l’objectif) et ce qui ne sera pas réalisé (les limites) constituent la base du projet.

24Les délais définissent la fenêtre temporelle à l’intérieur de laquelle le projet doit être réalisé, et qui ne devrait pas être dépassée. Le calcul des coûts détermine le budget globalement disponible pour toutes les actions projetées qui devront, par conséquent, être clairement repérées. On pensera en particulier à y inclure le coût de l’ensemble des ressources, tant humaines que matérielles (investissements et équipements spécifiques liés à la réalisation du projet).

Structuration du projet

25On attend d’un projet qu’il se déroule en plusieurs phases :

Phase de conception

26La conception du projet s’appuie sur les trois fondements que sont l’idée, les enjeux et les objectifs. On retrouve à ce stade les éléments essentiels de la présentation traditionnelle évoquée précédemment. La différence introduite par l’approche projet tient à une volonté de normalisation et d’objectivation des procédures, liée au concept connexe de ‘démarche qualité’. Chacune des étapes prescrites se définit à la fois par rapport à son agencement relatif dans l’ensemble et par les normes attendues d’écriture. Ce dernier point n’est pas sans effet sur l’évaluation des dossiers par des évaluateurs censément au fait de ces normes attendues : ne pas répondre à ces attentes constitue un risque sur l’acceptation finale du projet.

27L’idée se définit ainsi en termes de résultats attendus et de différence par rapport à la situation actuelle. Le changement (le quoi) est à ce stade privilégié par rapport au comment.

28Les enjeux correspondent à l’intérêt supposé du projet : apports économiques, apports en compétences, retombées sociales ou politiques… Les enjeux se situent logiquement en relation avec la politique de recherche du financeur et les priorités qu’il affiche : il s’agit de susciter son intérêt à s’impliquer dans le projet.

29Bien que j’y reviendrai ultérieurement, notons que se pose ici la question des liens qui peuvent exister entre le chercheur et le financeur… et de la liberté même de l’orientation de toute recherche. Il convient également de noter que la question se pose différemment selon les disciplines et le type de recherche : recherche fondamentale, recherche théorique, recherche appliquée, recherche et développement, recherche-action. Cette relation peut être envisagée de deux manières :

30Les objectifs décrivent la manière dont vont se conjuguer l’idée de départ et les enjeux. Ils sont traduits non pas uniquement en termes de résultats attendus, mais aussi d’actions à mener et de résultats à atteindre. La formulation des objectifs vise à une perception claire et convergente du projet en expliquant en quoi les objectifs et les actions à mener sont les mieux adaptés pour répondre aux enjeux.

31Il est généralement admis qu’un objectif répond à quatre caractéristiques principales :

32On distinguera ici deux types d’objectifs :

Fig. 2 : exemple d’objectif général

Fig. 2 : exemple d’objectif général

Fig. 3 : exemple d’objectif opérationnel

Fig. 3 : exemple d’objectif opérationnel

33Ce découpage hiérarchique ne constitue pas une réelle nouveauté pour le chercheur, habitué à organiser son travail à partir d’une question de recherche initiale, déclinée en étapes intermédiaires. Ce qui peut l’être toutefois est la manière de l’exprimer sous une forme nécessairement quantitative et mesurable, chose parfois malaisée dans les domaines qui nous touchent au premier chef en tant que linguistes.

34Ainsi, dans les exemples ci-dessus, l’objectif général (fig. 2) pourra être aisément mesuré par la comparaison, dans le dispositif de formation, entre les taux d’abandon avant et après la mise en œuvre des actions définies. La chose est moins claire pour l’objectif opérationnel retenu comme exemple (fig. 3) : si l’on peut estimer mesurer le succès de l’action par la présence ou l’absence de l’interface graphique visée (orientation produit), il est plus délicat de définir les critères permettant d’établir que cette interface répond ou non à la fonction souhaitée (orientation process).

35On gardera à l’esprit que le but de la formulation attendue des objectifs dans le cadre de l’approche projet est de mesurer l’écart entre l’existant, le visé et l’atteint, d’une manière qui devra être explicitée (quantitative ou qualitative). Le projet pourra éventuellement prévoir les processus de remédiation au cas où subsisterait un écart significatif.

Phase de planification

36Cette phase constitue un exemple fort de la volonté de procéduralisation qui sous-tend l’approche projet. Il s’agit ici de déterminer la meilleure manière d’atteindre l’objectif défini, afin de garantir l’efficacité de l’ensemble. Ce découpage a priori du projet en actions concrètes identifiées et articulées les unes aux autres peut sembler une tâche ingrate, particulièrement dans des disciplines plus littéraires. L’expérience de pilotage de programmes de recherche montre toutefois qu’il s’agit là d’une opération à la fois nécessaire et utile car elle facilite grandement le travail de conduite et d’évaluation du projet, sous réserve sans doute d’être adaptée à chaque situation.

37Planifier revient à identifier précisément les différentes tâches à réaliser et les ressources nécessaires pour y parvenir. La précision du repérage effectué lors de cette première étape conditionne en large partie la manière dont le chef de projet conduira par la suite le travail collectif.

38Lors de cette phase de planification, le projet global sera découpé en unités identifiées à plusieurs niveaux :

39Réaliser la planification générale du projet revient à décrire la manière dont actions et lots s’organisent dans le temps les uns par rapport aux autres. Cette phase du travail donne lieu à l’établissement de plusieurs documents qui serviront à l’expertise du dossier et constitueront un tableau de bord utile pour la conduite et l’évaluation finale du projet. J’en mentionnerai ici quelques-uns parmi les plus significatifs.

40Le tableau des tâches, aussi nommé Work Breakdown Structure (WBS), illustre l’architecture organisationnelle du projet (fig. 4).

Fig. 4 : Exemple de Work Breakdown Structure (WBS)

Fig. 4 : Exemple de Work Breakdown Structure (WBS)

41Ce document est à la base de l’ensemble des opérations de planification. La codification de chaque élément (référencement par code) sera un atout précieux pour le suivi et l’archivage, notamment en matière d’ordonnancement des tâches, d’affectation de ressources et de préparation du budget.

42On notera dans l’exemple ci-dessus la présence d’un « Lot/WP 0 » affecté par convention à la gestion du projet, depuis sa préparation jusqu’à sa terminaison. Ceci suppose que les frais de préparation et de conception soient intégrés dans le budget global, bien qu’ils correspondent à des opérations menées avant même l’acceptation du projet.

43Le WBS sert de base à l’élaboration d’un second document, qui le reprend et le complète, intitulé Organization Breakdown Structure (OBS) (fig. 5).

44L’OBS établit les responsabilités à chaque niveau opérationnel (Lot/WP) et dresse la liste des acteurs affectés à chacune des actions spécifiques.

Fig. 5 : Exemple de Organization Breakdown Structure (OBS)

Fig. 5 : Exemple de Organization Breakdown Structure (OBS)

45L’étape suivante consiste à estimer le temps nécessaire à l’accomplissement de chaque tâche identifiée dans le WBS. On déterminera ainsi, par voie de conséquence, la durée totale du projet et sa date de terminaison, ainsi que les besoins en ressources humaines et matérielles. On rappellera qu’à ce stade, la présence d’un ingénieur de recherche au sein de l’équipe constitue un apport essentiel.

46L’ensemble de ces données sera réuni dans une fiche de lot (fig. 6) récapitulant les éléments d’information suivants :

Fig. 6 : Exemple de Fiche de Lot

Fig. 6 : Exemple de Fiche de Lot

47L’ordonnancement des actions permet au chef de projet d’organiser les tâches, les acteurs, l’utilisation de l’équipement et des finances. En offrant une vision claire de l’affectation des ressources dans le temps, il permet de suivre l’avancement du projet. Il se présente le plus communément sous la forme d’un diagramme de Gantt (fig. 7) ou de Pert.

Fig. 7 : Exemple de diagramme de Gantt

Fig. 7 : Exemple de diagramme de Gantt

48Chaque action est déterminée par son début, sa durée, sa fin, ainsi que par son articulation éventuelle avec les autres actions. S’il s’agit là d’un tableau de bord effectivement utile pour le pilotage des actions, sa réalisation est rendue difficile par la nature spécifique de la recherche en SHS, rarement organisée selon des procédures établies, codifiées et prévisibles dans le détail.

Terminaison du projet

49Pour terminer cette rapide et synthétique description de l’approche projet, signalons que la phase de terminaison, trop souvent omise par les chefs de projet, consiste à rendre compte des résultats de l’ensemble du travail, pour ce qui touche tant aux résultats qu’aux aspects organisationnels. Elle intègre la compilation des données, la conversion de ces données en informations utilisables, une évaluation des performances et, en dernier ressort, la documentation et les recommandations pour de futurs projets.

L’approche projet et les SHS : quelques questionnements

50Comme je l’ai indiqué en introduction, il ne s’agissait pas ici de détailler l’intégralité de l’approche projet qu’il nous est désormais demandé d’adopter, à des niveaux plus ou moins élaborés. Les éléments que j’ai mis en valeur dans ce qui précède me semblent de nature à refléter à la fois ce qui peut constituer un réel apport pour le responsable d’un programme de recherche, et les contraintes qui en résultent, qui en limitent l’appropriation par les linguistes que nous sommes.

51À l’aune de mon expérience de coordination scientifique sur une bonne dizaine d’années, il me semble que les principaux apports de l’approche projet se situent à trois niveaux :

52L’approche projet reflète étroitement les caractéristiques des domaines dont elle est issue, marqués par une forte technicité, des équipes de recherche à la culture différente de celle, traditionnellement plus individuelle, des SHS, et des projets d’une complexité structurelle et organisationnelle souvent plus marquée. Pour ces raisons, le but de la démarche est, comme j’ai tenté de le souligner dans les pages précédentes, une recherche de l’objectivation des procédures menant à une forme de normalisation peu adaptée à nombre de travaux menés dans nos disciplines.

53Les fortes contraintes générées par l’identification nécessaire des phases du projet et par les normes de rédaction attendues résultent de l’approche algorithmique et des méthodes de travail des sciences exactes : tenue systématique d’un cahier de laboratoire, nature des opérations, en lien avec la culture du travail en équipe et la présence physique plus forte au sein des laboratoires.

54Du fait d’un objet de nature totalement différent (l’Homme), les SHS recourent à des procédure souvent plus souples (mais non moins rigoureuses) fondées sur une différence essentielle dans les conditions de l’observation et de la mesure des phénomènes : là où les premières tentent de mesurer des phénomènes plus aisément observables, les secondes ne peuvent observer que des comportements et des représentations, et doivent conduire un travail d’inférence et d’interprétation pour tenter de cerner leur objet.

  • 2 Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur.

55La culture institutionnelle étant en France largement (sinon exclusivement ?) influencée par les représentations issues des sciences exactes, l’application immodérée de la démarche projet au champ des SHS pose tout à la fois le problème de la reconnaissance de ces dernières, de leur financement et des conditions formelles qui le déterminent. Le débat n’est d’ailleurs pas uniquement national, et les témoignages de chercheurs étrangers sur les listes de diffusion professionnelles (SAES2 notamment) montrent à quel point la place des SHS au sein de la recherche universitaire est menacée.

56La difficulté à laquelle nous sommes confrontés de répondre aux critères formels de présentation des projets, hors desquels les financements ne sont que rarement accordés, se révèle par exemple par le faible pourcentage de projets SHS retenus dans les ANR, notamment.

57Cette inadaptation implicite des contraintes formelles inhérentes à la démarche projet à la spécificité des champs disciplinaires se trouve renforcée par une évolution notable dans les procédures de soumission définies par les financeurs aux différents niveaux.

58Il y a encore peu de temps, la présentation d’un dossier suivait communément deux phases distinctes :

59De plus en plus d’appels à projets réclament désormais un dossier complet dès l’étape initiale de pré-sélection. Cette tendance, initialement limitée au seul niveau européen, semble se généraliser, sous le prétexte de garantie de la qualité scientifique. L’investissement en temps et en personnes nécessaire à la rédaction de ces dossiers devient dans certains cas rédhibitoires, particulièrement pour de petites équipes ou des équipes non rompues à cet exercice de style. Le faible taux de réponse aux appels à projets des chercheurs issus des SHS trouve ici une explication partielle.

60Cette question soulève aussi celle des critères d’expertise et d’évaluation des projets, qui trahissent à nouveau de poids des sciences exactes dans les représentations, transférés tels quels au champ des sciences humaines et sociales.

61Relayés par les financeurs (institutionnels ou privés), ces critères révèlent une interface entre le politique et le scientifique. Tout projet déposé s’inscrit idéalement dans les priorités explicitées par l’initiateur de l’appel à projets – le bailleur de fonds –, auxquelles doivent se conformer les objectifs/les résultats attendus du projet. Parmi ces critères ‘politiques’, on notera par exemple le nombre d’emplois générés, le nombre d’entreprises créées, le nombre de brevets déposés.

62Se pose alors la question des contraintes introduites par le politique sur l’orientation de la recherche scientifique. La recherche universitaire, pour ce qui nous concerne plus particulièrement, se définit par l’accroissement des savoirs (si l’on se situe dans une perspective analytique qui parcellise les objets) ou de la connaissance (dans une approche systémique telle que Morin (1990 ; 1999) la conçoit, intégrant les interactions entre les savoirs particuliers). L’objectif de développement de la connaissance implique qu’il est impossible de fixer des orientations à l’avance, à la distinction d’autres types de recherche explicitement orientés ‘process’ ou ‘produit’, et liés à des contraintes de rentabilisation ou de commercialisation. La recherche qui nous occupe majoritairement dans nos domaines est, il me semble, avant tout heuristique.

63La question à laquelle nous sommes actuellement confrontés est celle du découplage entre la visée de recherche et les moyens qui lui sont affectés (ou, d’une manière plus implicite, les critères d’attribution de ces financements). C’est une question de nature politique, au sens noble du terme, qui engage l’ensemble de notre société.

64Comment, en l’état, valoriser nos recherches afin d’en assurer le financement et les moyens d’exister et de se développer ?

65Il ne s’agit pas dans mon propos de ‘se vendre’, au sens où on chercherait à restreindre / contraindre / orienter nos travaux en fonction des seules décisions des instances de financement, mais à faire preuve de pédagogie pour mieux faire comprendre la nature même de ces travaux. Il nous faut, entres autres choses, mieux expliciter nos critères (plus qualitatifs, par exemple, que quantitatifs).

66Il nous faut aussi rappeler notre rôle au sein de l’institution : ce rôle ne consiste pas à prendre des décisions, mais à créer de la connaissance, de l’expertise. Ce faisant, nos travaux revêtent une réelle utilité sociale (une ‘valeur’ diraient les matérialistes), dans la mesure où c’est sur cette expertise que se fondent – devraient se fonder ? – les décideurs pour orienter les politiques qu’il leur incombe d’élaborer. En ce sens, le chercheur en SHS est bien pleinement acteur de la chose publique (la res publica), en offrant au décideur les moyens d’une politique éclairée, c’est-à-dire orientée par une vision objectivée, raisonnée, des retombées potentielles de la décision finale.

67Les changements induits par l’adoption quasi-généralisée de la démarche projet signifient pour nos disciplines un changement de culture : non pas un reniement de notre identité, mais la prise en compte pragmatique des nouvelles données pouvant, malgré les contraintes imposées, déboucher sur une forme de reconnaissance sociétale et institutionnelle actuellement en danger.

68Cette vision volontariste et résolument optimiste reste cependant conditionnée – et largement tempérée ! – par la nécessité d’accompagner la nouveauté (je ne dirai pas ici ‘l’innovation’) que constitue pour nous l’approche projet par une formation qui reste encore parcellaire. Celle dont j’ai personnellement bénéficié résulte de la reconnaissance de mon laboratoire par le CNRS, qui propose de telles opportunités à ses chercheurs. Une meilleure coordination, une plus grande cohérence entre les deux grands acteurs de la recherche que sont l’Université et le CNRS pourrait conduire à la prise en compte de l’ensemble de ces paramètres, dans le respect des identités, pour une évolution maîtrisée du métier d’enseignant-chercheur.

Haut de page

Bibliographie

Cette conférence s’appuie sur la formation CNRS Concevoir un projet de recherche, dispensée par le Cabinet TrajectoireS, Bordeaux.

AFITEP-AFNOR. 1991. Le Management de Projet, Principes et Pratique. Afnor Gestion.

Morin, E. 1990. Introduction à la pensée complexe, Paris : ESF.

Morin, E. & J.-L. Lemoigne. 1999. Introduction à la pensée complexe. Paris : L’Harmattan

Wysocki, R. K. 2000. Effective Project Management, 2nd Edition. New York : Wiley and Sons.

Haut de page

Notes

2 Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : le triangle OCD
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3128/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Fig. 2 : exemple d’objectif général
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3128/img-2.png
Fichier image/png, 41k
Titre Fig. 3 : exemple d’objectif opérationnel
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3128/img-3.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 4 : Exemple de Work Breakdown Structure (WBS)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3128/img-4.png
Fichier image/png, 82k
Titre Fig. 5 : Exemple de Organization Breakdown Structure (OBS)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3128/img-5.png
Fichier image/png, 66k
Titre Fig. 6 : Exemple de Fiche de Lot
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3128/img-6.png
Fichier image/png, 119k
Titre Fig. 7 : Exemple de diagramme de Gantt
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3128/img-7.png
Fichier image/png, 269k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Bertin, « L’approche projet et la recherche en langues : quels enjeux ? », Cahiers de l’APLIUT, Vol.XXX N° 1 | 2011, 25-41.

Référence électronique

Jean-Claude Bertin, « L’approche projet et la recherche en langues : quels enjeux ? », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol.XXX N° 1 | 2011, mis en ligne le 06 avril 2011, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://apliut.revues.org/3128 ; DOI : 10.4000/apliut.3128

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Bertin

Jean-Claude Bertin est Professeur des Universités en didactique de l’anglais à l’université du Havre. Il est membre de l’UMR CNRS 6266 IDEES-CIRTAI, où il coordonne des recherches sur les formations à distance médiatisées et le tutorat. Il a publié des rapports de recherche et des articles dans de nombreuses revues nationales et internationales. Il est notamment l’auteur de l’ouvrage Des Outils pour des Langues – multimedia et apprentissage (2001) et co-auteur en 2010 avec P. Gravé et J.-P. Narcy-Combes de Second Language Distance Learning and Teaching : Theoretical perspectives and Didactic Ergonomics (IGI Global, USA). Il est Président du GERAS (Groupe d’Etude et de Recherche en Anglais de Spécialité.
jean-claude.bertin@univ-lehavre.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page