Navigation – Plan du site
Articles

La lettre volée : l’illustration ornementale des dictionnaires français

The Purloined Letter : the Ornamental Illustration of French Dictionaries
Thora van Male
p. 22-33

Résumés

Cet article aborde un domaine jusqu’à récemment inexploré des dictionnaires français : les lettres ornées selon le principe de l’abécédaire. Après une introduction aux mots-outils nécessaires pour l’étude de ce domaine intersémiotique — notamment iconophore : image dont le premier trait pertinent est constitué par la lettre initiale du nom de son référent — l’auteur propose un panorama des étapes marquantes de son développement : origines dans l’enluminure médiévale, prémisses lexicographiques au XVIIIe siècle, montée en régime dans les années 1830, période glorieuse dans la seconde moitié du XIXe siècle, ère « Larousse » dans la première moitié du XXsiècle, apparente disparition avant le début du XXIe. Sont exposés certains des traits caractéristiques de ce type d’ornementation ainsi que des considérations sur la façon de les étudier. En conclusion est abordée la notion d'assiette culturelle, les connaissances requises chez l’observateur non seulement pour déchiffrer l’iconophore, mais pour que celui-ci retentisse en lui, réveille en lui toutes les connotations qui y sont rattachées. Nous ne sommes pas loin des « mythologies » de Roland Barthes.

Haut de page

Texte intégral

3

À la longue, mes yeux, en faisant le tour de la chambre, tombèrent sur un misérable porte- cartes, orné de clinquant, et suspendu par un ruban bleu crasseux à un petit bouton de cuivre au-dessus du manteau de la cheminée. Ce porte-cartes, qui avait trois ou quatre compartiments, contenait cinq ou six cartes de visite et une lettre unique. Cette dernière était fortement salie et chiffonnée. Elle était presque déchirée en deux par le milieu, comme si on avait eu d’abord l’intention de la déchirer entièrement, ainsi qu’on fait d’un objet sans valeur ; mais on avait vraisemblablement changé d’idée.
Elle portait un large sceau noir avec le chiffre de D... très en évidence …/…

1Vous aurez reconnu, à la lecture de cette citation, un passage clef de la nouvelle d’Edgar Poe, « La Lettre volée », traduite par Charles Baudelaire. La lettre en question – une lettre missive – est ardemment cherchée par tous, et introuvable car trop en évidence ; Dupin a su la trouver.

  • 1 Le lien entre lettre et image constitue la matière première des abécédaires, naturellement ; mais l (...)

2S’agissant d’une autre lettre – la lettre ornée du dictionnaire –, l’analogie semble s’imposer. Voici une forme d’ornementation lexicographique présente dans les dictionnaires français depuis le XVIIe siècle, une lettre souvent massive et imposante, ne serait-ce que du point de vue de la taille, qui semble avoir durablement échappé à l’observation des métalexicographes. Même les lexicographes et leurs éditeurs, tout en proposant de tels ornements dans leurs dictionnaires, évitent, le plus souvent, de commenter ce choix. Il aura fallu attendre plusieurs siècles pour qu’un autre Dupin, en l’occurrence l’auteur de ces lignes, enseignante d’anglais à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble, veuille « trouver » les lettres ornées des dictionnaires français1. Je suis heureuse de présenter mes travaux et de révéler ainsi au grand jour un aspect à la fois riche et mystérieux des dictionnaires français. Je suis heureuse de présenter mes travaux et de révéler ainsi au grand jour un aspect à la fois riche et mystérieux des dictionnaires français.

3Les lettres ornées des dictionnaires constituent un kaléidoscope à travers lequel observer la France ; elles véhiculent un discours parallèle à celui du texte lexicographique. L’objectif du présent article est d’introduire le lecteur à cet objet hybride, né du mariage intersémiotique entre lettre et image.

Mots-outils

  • 2 Cette figure se définit ainsi : « triangle entouré de rayons, dans lequel sont inscrites les lettre (...)

4Tout d’abord, quelques mots-outils nécessaires pour aborder le domaine, à commencer par un mot que j’ai dû forger, en l’absence d’un vocable adéquat : iconophore. À partir de racines grecques (eikon, phoros : image, porter), ce mot désigne une image dont le premier trait pertinent est constitué par la lettre initiale du nom de son référent. Ainsi, dans la lettre ornée ci-dessus (Figure 1), le premier trait pertinent du triangle situé au centre de la lettre majuscule réside dans le fait que le nom de son référent – delta mystique2 – commence par la lettre D. La lettre envoie à l’image, l’image à la lettre.

  • 3 Il est possible de visionner cet ornement ainsi que tous ceux qui figurent dans cet article sur le (...)

Figure 13

Figure 13

Lettrine du Nouveau dictionnaire national de Louis-Nicolas Bescherelle (1887)

5Mutatis mutandis, cette situation me semblait être analogue à celle qui se constate à l’observation d’une icône orthodoxe. Le personnage sacré occupe une place centrale, et le regard de l’observateur est attiré vers le centre, vers la tête de ce personnage. Dans le même temps, les gloires qui partent de sa tête font rayonner alentour le regard du spectateur. De même, la lettre initiale constitue le point focal de l’illustration, fournissant une clef essentielle pour l’identification de l’objet représenté autour d’elle ; c’est pourquoi je l’appelle lettre-icône.

  • 4 Ce nom provient de la forme originale de l’ornement, celle d’un triangle inversé qui, à son tour, r (...)

6Dans le livre dictionnaire, les sièges de l’iconophore sont au nombre de trois : le bandeau (ornement occupant tout le large de la page), la lettrine (ornement occupant un petit carré à l’intérieur d’une colonne de texte, par exemple le D ci-dessus) et le cul-de-lampe4 (ornement qui clôt une section ou un chapitre).

7Avec ces mots-outils, abordons à présent le monde des iconophores. Après quelques repères historiques, l’iconophore sera traité du point de vue de la forme, puis du point de vue du contenu. Chemin faisant, seront mentionnées quelques-unes des approches méthodologiques qui permettent l’étude et l’analyse de ce type de paratexte.

Repères historiques

8La source des lettres ornées de l’imprimerie moderne remonte, on le sait, à l’enluminure médiévale. La fonction de l’enluminure était multiple : à la fois glorifier le texte sacré (l’illustrer, dans le sens de ‘défense et illustration…’), et offrir des repères pour le lecteur à l’intérieur d’une masse textuelle dense.

  • 5 La troisième année du règne de Joachim, roi de Juda, Nabuchodonosor, roi de Babylone, marcha contre (...)

9À la différence de l’iconophore, cependant, l’enluminure n’offre pas de lien intersémiotique entre la lettre et l’image. Prenons le cas du livre de Daniel dans la Bible ; le texte commence ainsi : « Anno tertio regni Ioakim regis Iuda, venit Nabuchodonosor rex Babylonis in Ierusalem, et obsedit eam. »5 Dans l’enluminure qui introduit le livre de Daniel, est représentée le plus souvent une des scènes marquantes du livre, la fête de Belschatsar (Daniel 5), et non pas un objet dont le nom commence par le A de Anno. Un dictionnaire ne possède pas sous la même forme des scènes marquantes, caractéristiques du chapitre ; comme matière première, si je puis dire, l’illustrateur ne dispose que des mots qui commencent par telle lettre.

10Étant donnée l’origine sacrée de l’iconophore, on ne s’étonnera pas de trouver parmi les premiers iconophores lexicographiques une certaine prépondérance d’images faisant référence à la Bible (par exemple Annonciation dans le dictionnaire de Rochefort, 1685). Rapidement, le religieux cédera la place au mythologique (Atlas, dans le dictionnaire de Moreri, 1725), puis au séculier. Cette lettrine (Figure 2) de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1751) traduit le glissement vers le séculier (Astronomes, en présence de leur muse tutélaire, Uranie).

Figure 2

Figure 2

Lettrine de Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert (1751-1772)

  • 6 Pour des détails plus en avant sur les ornements de l’Encyclopédie, se reporter au chapitre qui y e (...)
  • 7 Par exemple, l’allégorie nommée Hydrographie représente le voyage en mer, le métier de marin.

11Pour des raisons liées aux différentes technologies employées pour l’impression du texte et de l’image, l’iconophore est relativement rare dans les premiers dictionnaires, se limitant parfois à la seule lettre A. L’Encyclopédie est le premier ouvrage lexicographique qui propose des iconophores pour tout l’alphabet6 ; les lettrines déclinent le thème des métiers, par la représentation à la fois de personnes les effectuant et de figures allégoriques7.

12Les mêmes progrès technologiques qui, autour des années 1830, favorisent le développement massif des imprimés illustrés (livres, journaux, magazines) conduisent à ce qui sera une véritable fougue pour l’iconophore lexicographique. Ainsi, entre 1834 et 1839 seront publiés cinq dictionnaires ornés d’iconophores ; le Dictionnaire général et grammatical de Napoléon Landais (1834), sera le premier à proposer des ornements iconophoriques sous forme de bandeaux réunissant de nombreux iconophores distincts en un seul « tableau ».

  • 8 Il ne faut pas croire pour autant que l’iconophore soit un choix majoritaire chez les éditeurs de d (...)
  • 9 Les illustrateurs en sont nombreux, ce qui donne l’impression d’un travail effectué « aux pièces »  (...)

13La mode de l’iconophore se maintiendra8 pendant tout le XIXe siècle, avec quelques cas remarquables : la série de bandeaux majestueux du Grand dictionnaire universel9 de Pierre Larousse (1865-1876) et les ornements tout en finesse (bandeaux et lettrines) d’Hercole Catenacci dans le Nouveau dictionnaire national de Louis-Nicolas Bescherelle (1887). Le Petit Larousse, né en 1905, comporte lui aussi des ornements iconophoriques, ceux-là même que vous avez compulsés dans le dictionnaire de votre grand-père. Un bestseller, le Petit Larousse contribua largement à faire connaître l’iconophore à un grand public. Mais – on se demande pourquoi – toujours personne pour étudier le phénomène !

14Pendant la première moitié du XXe siècle, le haut du pavé, en matière d’édition de dictionnaires, est tenu par la maison Larousse ; et la Maison Larousse aime l’ornement iconophorique. Cependant, vers le milieu du siècle, l’iconophore semble s’épuiser. Dans un premier temps, la lettre-icône quitte le centre de l’ornement ; ainsi, dans le Petit dictionnaire français que Larousse publie en 1956, la lettre majuscule se positionne sur le bord de l’ornement, à droite ou à gauche. De même, la lettre-icône quitte le centre du bandeau des Petit Larousse dans les années 1950 lorsque l’image dessinée cède la place à l’image photographique. On a le sentiment que cette migration de la lettre-icône est annonciatrice de la fin de l’ornement iconophorique, puisque l’étape suivante dans les dictionnaires Larousse est la disparition de l’ornement. Ainsi, dans les années 1980, il ne reste plus qu’une grande lettre d’imprimerie pour introduire chaque chapitre du Petit Larousse : l’iconophore semble être mort. À la fin des années 1990, lorsque j’entreprends mes recherches, aucun dictionnaire français pour adultes n’en comporte. Je ne savais pas, alors, que Christian Lacroix me réservait une surprise…

L’iconophore : questions de forme

15Sont abordées ici des questions relatives à la lettre-icône, à l’architecture et la scénographie de l’ensemble de l’ornement (Figure 3), et aux stratagèmes utilisés par les illustrateurs pour les lettres « difficiles », c’est-à-dire rares en position initiale.

  • 10 Les imprimeurs disposaient au XIXe siècle de « lettres fantaisie », iconophoriques.

16Combien de place, relativement à l’ensemble de l’ornement, occupe la lettre-icône ? Quelle est sa position ? Possède-t-elle un style particulier ? Ressemble-t-elle à une lettre typographique ou non ? A-t-elle été créée exprès pour l’ornement, ou provient-elle des casses de l’imprimeur10 ? L’ornement offre-t-il des avatars de la lettre-icône, permettant au lecteur de visiter diverses étapes paléographiques et historiques de l’écriture et de ses styles ? Quelle est la dynamique propre de la lettre par rapport à la scène dans son ensemble ? Semble-t-elle « vivre » dans la scène, ou est-elle comme plaquée sur elle, superposée ? Les réponses à ces questions permettent de cerner ce point focal de l’ornement qu’est la lettre.

Figure 3

Figure 3

Bandeau du Nouveau dictionnaire universel de la langue française de Prosper Poitevin (1860)

  • 11 « Rhétorique de l’image », Communications, 1964, 1, p 46.
  • 12 Les illustrateurs eux-mêmes sont les grands absents du présent article ; j’ai préféré, dans ce pano (...)

17Concernant l’architecture de l’ensemble : s’agit-il d’une seule scène, ou de plusieurs scènes ? Dans le cas de scènes multiples, ce que je nomme « capharnaüm », comment sont traitées la perspective et l’échelle relative entre les éléments ? Perçoit-on une unité entre les scènes, comment se marient-elles, comment sont traitées les transitions ? L’ornement est-il encadré ? Tenant compte de l’affirmation de Barthes selon laquelle la facture même d’un dessin constitue une connotation11, quelles remarques peut-on faire à propos du style de l’ornement ? Relève-t-il d’une école ? L’ornement est-il signé12 ?

18Comment le traitement des lettres « difficiles » (K, Q, U, W, X, Y, Z) se traduit-il dans la forme même de l’ornement ? Certaines lettres sont-elles regroupées dans un seul ornement (cela arrive pour J et K, T et U, U et V, W, X et Y, parfois X, Y et Z) ? Certains éléments sont-ils surdimensionnés, histoire de les faire occuper beaucoup de place dans l’ornement (par exemple l’usine dans l’ornement du U du Nouveau dictionnaire illustré Simon, 1937, qui remplit plus de la moitié de l’ornement) ? L’illustrateur a-t-il ajouté des détails superfétatoires (la scène de knout du Petit Larousse de 1910, comporte non seulement le bourreau, le supplicié et l’instrument de torture, mais également de nombreux observateurs) ou bien des vignetures et entrelacs à n’en plus finir (stratégie de rupture : pour l’ornement du W du Petit dictionnaire français de Napoléon Landais, 1856, on ne trouve aucun iconophore, seulement de jolies fioritures, alors que toutes les autres lettres du dictionnaire possèdent leurs nombreux iconophores) ? L’illustrateur a-t-il eu recours à l’étiquetage, histoire de mettre le lecteur sur la piste d’une identification autrement malaisée (exemple à U dans le Larousse Classique de 1925 : deux minuscules cartes géographiques où se lisent difficilement les mots Uri, Unterwald et Uruguay ; ou bien ce paysage vu de loin dans le bandeau du U du Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse où, à l’aide d’une loupe, on lit le mot Upsalla, dissimulé parmi les hachures) ?

L’iconophore : questions de fond

19Sur le plan du contenu, le point de départ pour l’analyse de l’iconophore réside dans son identification. Ce n’est pas une mince affaire ! Voici quelques-unes de mes réflexions et stratégies à ce propos.

20Il faut pouvoir distinguer le pertinent du non-pertinent. Cette question est particulièrement aigüe s’agissant des ornements comportant plusieurs scènes. Dans une scène d’extérieur, par exemple, où se situe la ligne entre l’élément iconophorique et sa toile de fond, son contexte ? L’arbre dans une scène de chasse (Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse, 1865-1876) est-il chêne, châtaignier ? Ou bien tout simplement l’arbre qui cache la forêt permettant de situer le chasseur dans son milieu typique ?

21Ceci conduit à un deuxième point, essentiel : éviter la compulsion iconophorique. Les illustrateurs se sont souvent amusés à combiner des éléments iconophoriques (dans le Petit Larousse de 1926 (Figure 4), le Chinois joue des cymbales, et un chapeau chinois est suspendu au-dessus de sa tête), mais porte-t-il une calotte ? Ses cils sont-ils pertinents ?

Figure 4

Figure 4

Bandeau du Petit Larousse illustré de Claude et Paul Augé (1926)

  • 13 Vous désirez connaître le nom de ce petit « bitonio » ? C’est une cannelle.

22Troisième point : identifier n’est pas nécessairement nommer. Comment trouver le nom d’un objet que l’on peut définir ? Par exemple, comment se nomme – en C – ce petit robinet en bois qui permet de tirer du vin dans un tonneau (juste derrière le Chinois du Petit Larousse 1926) ? On en voit dans toutes les brocantes. La nature semasiologique du dictionnaire empêche d’y chercher son nom, car le dictionnaire va du mot à l’idée. Et rares sont les ouvrages onomasiologiques (procédant de l’idée au mot) ; s’ils permettent de diriger la recherche, ils ne m’ont pas été d’un grand secours13. Je dois reconnaître, cependant, que compulser certains chapitres « courts » (justement, ceux des lettres « difficiles ») était une stratégie à la fois envisageable et fructueuse ; mais ce qui est possible pour W ne l’est pas du tout pour C (trois volumes dans le Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse, par exemple). Mes recherches m’ont appris, par ailleurs, que la présence d’un iconophore dans l’ornement d’un dictionnaire n’implique pas pour autant celle de son nom dans le texte de l’ouvrage (exemple : la sabelle, qui figure dans le bandeau du Petit dictionnaire français, 1956, ne possède pas d’entrée dans le texte). Autres ouvrages dont le feuilletage s’est révélé très profitable, les magazines et journaux illustrés du XIXe siècle : les illustrations de ces ouvrages – en certains cas contemporains des dictionnaires que j’étudiais – permettaient une perception de l’air du temps d’alors. Ces publications se sont avérées particulièrement riches dans le domaine des noms propres (toponymie, anthroponymie, allusions littéraires et culturelles). C’est par ce biais que j’ai pu identifier et nommer le puits de Grenelle, structure jusqu’alors incompréhensible dans l’ornement du Grand dictionnaire universel (elle avait érigée à Paris en 1841 et détruite en 1904).

  • 14 Cette observation s’applique tout particulièrement aux séries réalisées par un seul illustrateur. S (...)
  • 15 Les bandeaux déclinent – légendes à l’appui – le thème des régions françaises : Alsace, Bretagne, C (...)

23Il est essentiel de tenir compte, dans la quête d’identification des iconophores, des principes généraux régissant l’ensemble des ornements d’un ouvrage, renseignements que l’on est à même de synthétiser au vu de l’ensemble, mais non repérables au vu d’un seul ornement14. Dans le Dictionnaire général et grammatical de Napoléon Landais, par exemple, les bandeaux comportent souvent de grands éléments d’ornementation architecturale (frontons, colonnes, cartouches, entablements, enroulements) : du point de vue de l’iconophore, ils ne sont pas pertinents, constituant une simple toile de fond. Dans le Larousse ménager (1926) de Chancrin & Faideau, la nature iconophorique des lettrines15 n’est compréhensible qu’en tenant compte du fait qu’il s’agit là de méta-iconophores, c’est-à-dire que l’on doit chercher la connotation de l’illustration, et non pas ce qu’elle dénote. Par exemple, la lettrine du A présente une cigogne… A comme Alsace. C’est seulement une vision d’ensemble qui permet d’orienter la quête.

  • 16 Ceci s’explique par l’ancienneté des dictionnaires ornés d’iconophores, et le relatif désintérêt de (...)

24L’idéal pour le chercheur en iconophores serait de disposer du cahier des charges établi par un éditeur, explicitant la demande d’ornements pour un dictionnaire donné. De quelle marge de liberté l’illustrateur disposait-il ? Malheureusement, je n’ai pas encore réussi à mettre la main sur un tel document16. À défaut d’instructions pour l’illustrateur, j’ai tout de même découvert une petite mine de renseignements sur les iconophores du Dictionnaire général et grammatical de Napoléon Landais dans l’Alphabet illustré publié par ce dernier quatre ans après la sortie du dictionnaire. Ce petit abécédaire reprend des versions simplifiées des ornements du Dictionnaire général et grammatical, mais, surtout, il en offre l’explication. Ainsi, s’agissant de l’ornement du R (Figure 5), dispose-t-on grâce à cet abécédaire d’informations utiles pour l’identification d’un oiseau (« ramier : ainsi nommé parce qu’il se perche sur les rameaux ou branches d’arbre ») et d’un instrument agricole (« ratissoire : petit instrument de jardinier dont on se sert pour arracher les mauvaises herbes des allées et pour nettoyer les plates-bandes »).

Figure 5

Figure 5

Bandeau du Dictionnaire général et grammatical de Napoléon Landais (1834)

25Enfin, à force de visiter les ornements iconophoriques des dictionnaires, on observe un certain nombre d’éléments prévisibles, particulièrement lorsqu’il s’agit de dictionnaires contemporains les uns des autres. Le lion est un abonné au L, le zèbre au Z ; au XIXe siècle, Napoléon émarge à la fois à B et à N ; la chose militaire (armes, costumes) occupe une place importante entre 1850 et 1950.

  • 17 En 1925, le téléphone ne ressemble en rien à ce que nous appellerions de ce nom ; avant de réussir (...)

26S’il est incontestable que l’ornement iconophorique du dictionnaire possède – surtout vu d’aujourd’hui – son côté passéiste, on y décèle à l’occasion une modernité certaine, une fois resitué le contexte contemporain. Quelques exemples technologiques : le wagon figure dans le bandeau du W de plusieurs dictionnaires à peine quelques années après l’arrivée de ce même mot dans la langue française ; situation similaire pour le tank et le téléphone17. Seulement treize ans après l’installation dans le jardin des Tuileries du groupe de Carpeaux, Ugolin et ses enfants, le voilà dans l’ornement du U du Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse (1876). Vingt ans après l’arrivée du mot jiu jitsu en français, en voici une représentation dans le Petit Larousse de 1926. À peine quinze ans après le feuilleton d’Eugène Sue, Le Juif errant, il apparaît dans l’ornement du Grand dictionnaire universel, volume 9.

  • 18 Le thème des ornements de ce dictionnaire commence de façon botanique, mais connaît quelques écarts (...)

27Parfois un thème est imposé aux ornements d’un dictionnaire, thème lié ou non au contenu de l’ouvrage. L’illustrateur se trouve devant une contrainte double : offrir non seulement un élément dont le nom commence par telle lettre mais qui corresponde également à tel thème ou programme. Le thème botanique/floral est un thème généraliste : le Dictionnaire national18 (Louis-Nicolas Bescherelle, 1845), le Vocabulaire blésois (Paul Eudel, 1905) ou le Larousse classique (Claude Augé, 1910) en sont des exemples. L’identification n’est pas toujours aisée – l’hémérocalle du Bescherelle a requis un certain effort – mais le champ des possibles est relativement restreint.

  • 19 En l’absence de légende – le cas du Petit dictionnaire français (Commelin & Rittier, 1912) – le déf (...)

28De même, le thème géographique (toponymie) peut être qualifié de généraliste puisque, comme le thème floral, il n’est pas nécessairement en lien avec le contenu du dictionnaire lui-même : Nouveau dictionnaire universel (Maurice La Châtre, 1865-1870), Dictionnaire français illustré des mots et des choses (Larive & Fleury, 1888-1889) et, traditionnellement, la partie ‘noms propres’ du Petit Larousse. Sauf exception, les ornements de ce type sont légendés19. À travers les choix exercés ici, l’observateur lira, en creux, certaines perceptions du monde et de la France. La vision du monde offerte par un dictionnaire déclinant des noms de lieu français sera à distinguer de celle véhiculée par une série offrant uniquement des noms de lieu étrangers (Saint-Étienne contre Séville ; Versailles contre Venise). De même, le colonialisme français se lira aisément à travers des comparaisons telles que Toulouse et Tlemcen, Orléans et Oran.

29L’affaire se corse, si je puis dire, quand l’illustrateur doit faire concorder le thème des ornements au thème de l’ouvrage : dictionnaires de cuisine (Dictionnaire de cuisine et d’économie ménagère, Burnet, 1836 ; Larousse ménager, Chancrin & Faideau, 1926), d’héraldique (Le Blason, Foras, 1883 ; Dictionnaire historique et héraldique, Mailhol, 1895-1896), de métiers (Dictionnaire pittoresque de marine, Jules Lecomte, 1835 ; Dictionnaire des armées de mer et de terre, Chesnel, 1860 ; Argot de l’X, Albert-Lévy, 1894), de la Bible (Dictionnaire encyclopédique de la Bible, Westphal, 1932-1935). Il arrive régulièrement, dans les ornements des « lettres difficiles » de ces dictionnaires à thème, que l’illustrateur soit conduit à utiliser des subterfuges qui peuvent induire l’interprète en erreur, le troubler, parfois l’amuser. Exemples : Le bandeau du Q du Dictionnaire encyclopédique de la Bible offre un bouquetin et un léopard… des quadrupèdes. Le Dictionnaire historique et héraldique propose un yak à Y ; on doute, cependant, qu’il existe en France de nombreuses familles possédant un yak dans leurs armes. Le Larousse ménager offre des approximations : après I comme Île de France et J comme Josas, voilà K comme Limousin (et non, il n’y a pas d’erreur, car les bandeaux sont légendés). Si l’on peut comprendre et accepter cette approximation par effet de voisinage, que penser du fait qu’à la lettre U est offerte une scène de… Province (T : Touraine ; V : Vendée) ? Le métier d’iconophoriste n’est pas toujours aisé !

  • 20 Voir mon article « Dessins et desseins, l’illustration ornementale du Grand dictionnaire universel (...)
  • 21 … et ses Rêveries. Porte-t-il une redingote ?
  • 22 Mon Roland est celui-ci : j’avais longtemps remarqué, au hasard de mes lectures du dictionnaire, qu (...)

30La puissance évocatrice des iconophores est considérablement accrue lorsqu’ils représentent des noms propres. Ce que je cherche à démontrer ici est la diversité des accès offerts par l’iconophore proprionymique20. Prenons comme exemple cet ornement du Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse (Figure 6). Le Radeau de la Méduse, la Révolution française, le Rheinstein, Rome, Rousseau21, Roland à Roncevaux, Richelieu à La Rochelle : on dirait une leçon de culture générale sur la France et son histoire à travers les siècles. Mais, au-delà de cette vision panoramique dont l’ensemble véhicule une forte francité – aisément lisible à la manière des mythologies de Roland Barthes –, on remarquera que chacun d’entre nous possède sa propre Révolution française, son propre Roland à Roncevaux22. Ici vient en jeu puissamment ce que j’appelle l’assiette culturelle du lecteur : les connaissances dont il doit disposer pour déchiffrer l’iconophore, pour que celui-ci retentisse en lui, pour que soient éveillées toutes les connotations de cette image.

Figure 6

Figure 6

Bandeau du Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse (1865-1876)

31À travers l’étude diachronique des iconophores des dictionnaires français, il est aisé d’observer les évolutions de cette assiette culturelle, des connaissances présumées du lecteur, et de mettre en exergue le discours spécifique d’un jeu d’ornements donné. Pour schématiser – mais ceci nous conduirait à un ensemble d’autres réflexions qui mériteraient une autre intervention dans votre association, un autre article dans vos Cahiers – on peut affirmer qu’à partir des années 1940, se restreint le champ culturel supposé et nécessaire chez le lecteur, pour saisir l’iconophore dans toutes ses dimensions. Se remarque une baisse du religieux, du mythologique, de la toponymie et de l’anthroponymie. Les allusions culturelles (littéraires, artistiques, historiques) se réduisent dramatiquement ; en un mot, le subjectif le cède à l’objectif. Au lieu de faire appel à une connaissance du monde, l’iconophore fait appel à la connaissance du livre dictionnaire. Que de secrets sont véhiculés par ces ornements lexicographiques si longtemps inexplorés.

Haut de page

Notes

1 Le lien entre lettre et image constitue la matière première des abécédaires, naturellement ; mais le but pédagogique de ces ouvrages (l’apprentissage de la langue) ne caractérise pas l’ornement du dictionnaire pour adultes.

2 Cette figure se définit ainsi : « triangle entouré de rayons, dans lequel sont inscrites les lettres hébraïques qui composent le nom de Jéhovah ». On pourrait également dire, ici, Dieu.

3 Il est possible de visionner cet ornement ainsi que tous ceux qui figurent dans cet article sur le site ART DICO : http://artdico.upmf-grenoble.fr/.

4 Ce nom provient de la forme originale de l’ornement, celle d’un triangle inversé qui, à son tour, rappelait la forme de la partie inférieure des lampes d’église.

5 La troisième année du règne de Joachim, roi de Juda, Nabuchodonosor, roi de Babylone, marcha contre Jérusalem et l’assiégea.

6 Pour des détails plus en avant sur les ornements de l’Encyclopédie, se reporter au chapitre qui y est consacré dans Art Dico (p. 24), et à l’article « Art Dico » du Magazine du bibliophile (n° 55, juillet 2006, p. 46).

7 Par exemple, l’allégorie nommée Hydrographie représente le voyage en mer, le métier de marin.

8 Il ne faut pas croire pour autant que l’iconophore soit un choix majoritaire chez les éditeurs de dictionnaires français : le phénomène reste mineur, sur le plan quantitatif tout au moins.

9 Les illustrateurs en sont nombreux, ce qui donne l’impression d’un travail effectué « aux pièces » ; les signatures disparaissent, cependant, à partir de la lettre N.

10 Les imprimeurs disposaient au XIXe siècle de « lettres fantaisie », iconophoriques.

11 « Rhétorique de l’image », Communications, 1964, 1, p 46.

12 Les illustrateurs eux-mêmes sont les grands absents du présent article ; j’ai préféré, dans ce panorama de l’iconophore pour l’APLIUT, me focaliser davantage sur leur travail que sur eux-mêmes. Une poignée de remarques rapides à leur propos, cependant. Les illustrateurs des ornements lexicographiques ne semblent pas avoir bénéficié de grande renommée liée à ce travail. Ils ne sont pas toujours très connus ; leur objectif semble davantage avoir été de se faire reconnaître dans les Salons. L’ornementation des dictionnaires ne représentait, bien souvent, qu’un travail alimentaire.

13 Vous désirez connaître le nom de ce petit « bitonio » ? C’est une cannelle.

14 Cette observation s’applique tout particulièrement aux séries réalisées par un seul illustrateur. S’agissant de la gravure sur bois de bout, très usitée au cours du XIXe siècle, l’illustration était fréquemment l’objet d’un travail en partenariat, d’où deux signatures dans l’ornement, celles du concepteur et du graveur.

15 Les bandeaux déclinent – légendes à l’appui – le thème des régions françaises : Alsace, Bretagne, Champagne, etc.

16 Ceci s’explique par l’ancienneté des dictionnaires ornés d’iconophores, et le relatif désintérêt de tous par rapport aux ornements lexicographiques. Lors de la publication du Petit Larousse du centenaire (2005), la vénérable Maison a demandé à Christian Lacroix d’en créer les bandeaux, ce qu’il fit avec des iconophores. J’ai pu échanger avec le styliste et glaner quelques renseignements sur son approche, ses méthodes. Il subsiste malgré tout une distinction essentielle entre Christian Lacroix et ses prédécesseurs dans l’iconophore : question de marketing, le styliste fut choisi, entre d’autres raisons, parce qu’il est une star ; les illustrateurs de dictionnaire au XIXe siècle n’avaient guère de prestige. (Mon échange de correspondance avec Monsieur Lacroix fait partie de l’exposition ART DICO : http://www.culture-commune.org/Expositions/exposition-220-04.html/).

17 En 1925, le téléphone ne ressemble en rien à ce que nous appellerions de ce nom ; avant de réussir à déchiffrer cette image, je la prenais pour un instrument de musique !

18 Le thème des ornements de ce dictionnaire commence de façon botanique, mais connaît quelques écarts, particulièrement s’agissant des lettres « difficiles ».

19 En l’absence de légende – le cas du Petit dictionnaire français (Commelin & Rittier, 1912) – le défi pour l’interprète peut être extrêmement difficile à relever.

20 Voir mon article « Dessins et desseins, l’illustration ornementale du Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse » (Michaela Heinz, éd., Le dictionnaire, Maître de langue, Frank & Timme, 2009, pp. 307-319).

21 … et ses Rêveries. Porte-t-il une redingote ?

22 Mon Roland est celui-ci : j’avais longtemps remarqué, au hasard de mes lectures du dictionnaire, que la datation de très nombreux mots en français est l’an 1080. Cela me semblait curieux : à quel événement était dû ce fort arrivage de mots ? À La Chanson de Roland. Voilà mon Roland. Le vôtre est peut-être lié à l’oliphant, ou à quelque événement notoire qui est raconté dans ce poème. Ou bien à un tableau. Pendant que vous observez cet ornement, je vous invite à porter votre regard sur la scène dans la partie inférieure gauche : la reconnaissez-vous ? Pouvez-vous la nommer en « R » ? Si oui, j’attends ardemment vos lumières !

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 13
Crédits Lettrine du Nouveau dictionnaire national de Louis-Nicolas Bescherelle (1887)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3138/img-1.png
Fichier image/png, 127k
Titre Figure 2
Crédits Lettrine de Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert (1751-1772)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3138/img-2.png
Fichier image/png, 106k
Titre Figure 3
Crédits Bandeau du Nouveau dictionnaire universel de la langue française de Prosper Poitevin (1860)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3138/img-3.png
Fichier image/png, 322k
Titre Figure 4
Crédits Bandeau du Petit Larousse illustré de Claude et Paul Augé (1926)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3138/img-4.png
Fichier image/png, 297k
Titre Figure 5
Crédits Bandeau du Dictionnaire général et grammatical de Napoléon Landais (1834)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3138/img-5.png
Fichier image/png, 377k
Titre Figure 6
Crédits Bandeau du Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse (1865-1876)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3138/img-6.png
Fichier image/png, 651k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thora van Male, « La lettre volée : l’illustration ornementale des dictionnaires français », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIX N° 1 | 2010, 22-33.

Référence électronique

Thora van Male, « La lettre volée : l’illustration ornementale des dictionnaires français », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIX N° 1 | 2010, mis en ligne le 10 novembre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/3138 ; DOI : 10.4000/apliut.3138

Haut de page

Auteur

Thora van Male

Thora van Male est maître de conférence en anglais à l’Institut d’Études Politiques de Grenoble. Elle travaille sur l’ornementation des dictionnaires français et a révélé une curiosité qui leur est propre : l’illustration ornementale sur le principe de l’abécédaire, ce qu’elle nomme « iconophore ». (Art Dico, éditions Alternatives).
thora.van.male@iep-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page