Navigation – Plan du site
Articles

Comment évaluer l’impact de la lingua franca en milieu professionnel ?

Assessing the effect of lingua franca on intercultural business communication
Geneviève Tréguer-Felten
p. 14-26

Résumés

La multiplication des courriers électroniques professionnels, résultat de l’évolution technologique comme de la globalisation, pose aux entreprises d’envergure internationale un problème, sinon nouveau, du moins de dimension nouvelle. Pour répondre aux défis de la communication institutionnelle (informer des publics de plus en plus différenciés linguistiquement) et opérationnelle (permettre aux salariés de tous pays de communiquer entre eux), les multinationales adoptent une langue commune. C’est l’anglais (ELF ou English as a Lingua Franca) qui joue aujourd’hui ce rôle. Nous cherchons à évaluer les effets d’une telle utilisation sur la communication interculturelle en prenant appui sur l’analyse de courriels échangés entre des locuteurs de langues maternelles différentes. Cette analyse montre qu’au delà des incompréhensions liées à l’usage d’une langue souvent mal maîtrisée, la culture des locuteurs, en renvoyant à des univers de sens différents, tend à brouiller, ou bloquer l’intercompréhension ou « commun’entente » tout en favorisant ce qui relève de la « commun’action ».

Haut de page

Texte intégral

3

1L’entreprise du 21e siècle évolue dans un monde de plus en plus technologique et international. Ces deux caractéristiques ont eu des effets sur la communication interculturelle en généralisant des rencontres (souvent à distance) entre des individus peinant à communiquer dans la langue de leurs interlocuteurs. Le recours à une langue tierce, lingua franca que les uns et les autres dominent plus ou moins bien s’est donc généralisé, entraînant des effets souvent complexes et jusqu’ici peu étudiés, sur la communication interculturelle, définie comme :

[...] un problème de communication tout court, c’est-à-dire essentiellement un problème de communication verbale. D’une façon générale, c’est le langage qui donne accès à la culture, et en particulier aux identités culturelles différentes de la nôtre. (Ladmiral & Lipansky 1989 : 21)

2Permettre à des individus de langue et de culture différentes de dialoguer aide-t-il à la communication et favorise-t-il l’action sur laquelle celle-ci débouche ? Cela peut-il, à l’inverse, masquer les différences culturelles et déclencher, en cas d’incompréhension, des jugements de valeur qui se nourrissent – et/ou alimentent – des stéréotypes réducteurs et bloquants ? Telles sont les questions auxquelles on tente d’apporter une réponse en s’appuyant sur l’analyse de documents professionnels authentiques collectés dans des entreprises multinationales, cheminement qui permet de circonscrire ce qu’on entend par « culture ».

3Un aperçu des contraintes linguistiques s’exerçant dans le milieu professionnel et des moyens développés pour y faire face sert d’introduction à l’analyse d’exemples de communication interpersonnelle en anglais lingua franca. La réflexion sur les problèmes d’ordre culturel qui s’y font jour permet de clore sur la nature de ces phénomènes et sur leur rôle dans le déroulement des processus de communication.

I. La langue de communication

  • 1 Le Monde du 10/06/08 indique que « [l]e français et l’allemand continuent de perdre du terrain à Br (...)
  • 2 « la communication « qui s’établit par le langage par des moyens autres qu’une langue maternelle év (...)
  • 3 l’acronyme de English as a Lingua Franca.

4Présenter l’entreprise à des publics de plus en plus nombreux et linguistiquement divers (via l’Internet) ou favoriser la coopération entre les personnels des multinationales imposent le choix d’une langue que tous sont censés posséder. C’est aujourd’hui l’anglais qui joue majoritairement ce rôle1. Les entreprises du monde entier (japonaises, suédoises, françaises ou autres), dès qu’elles ont atteint une certaine taille et créé un site Internet, proposent aux internautes l’accès à une version en anglais (Bargiela-Chiappini 2006 : 5). En interne aussi, le besoin d’une langue commune se fait sentir. Qu’il s’agisse des personnels impliqués dans des négociations internationales ou de ceux qui sont expatriés, des employés se retrouvant aux côtés de personnels d’autres nationalités suite à des fusions-acquisitions transnationales, ou tout simplement des membres d’équipes de projets, tous doivent pouvoir communiquer pour exercer leurs fonctions : ils se téléphonent, échangent des courriers électroniques (dorénavant courriels), participent à des réunions en situation exolingue2. C’est la langue commune qui le leur permet, cet anglais lingua franca, aujourd’hui couramment désigné par le sigle « ELF3 » et dernier-né d’une longue liste de langues créées ou adaptées pour remplir cette fonction de langue véhiculaire.

I.1. L’ELF et la culture

  • 4 Par exemple, « He has a wide face » pour dire « He is well known ».

5Si la dénomination lingua franca renvoie aux temps reculés où les échanges commerciaux autour de la méditerranée se faisaient dans un sabir reposant sur la langue des Francs, nombreux et divers sont les moyens qui ont été développés au fil des âges pour permettre aux hommes de communiquer. La version la plus récente, l’ELF, avec à son actif 80 % des échanges quotidiens dans le monde des affaires entre non-natifs (Louhiala-Salminen & Charles 2006 : 27), porte la trace d’usages propres à ceux-ci. Ces caractéristiques justifient son statut de « langue de communication » (House 2003 : 560) par opposition à celui de « langue identitaire » qu’a la langue maternelle (Ladmiral & Lipiansky 1989 : 17). L’ELF n’est pas pour autant exempt de traces culturelles mais elles proviennent de ses locuteurs non-natifs, telles les expressions métaphoriques4 inspirées du japonais que cite Honna (2000 : 8). De tels usages, calques issus de la langue maternelle de l’Autre, peuvent engendrer des difficultés de compréhension dont on peine à déterminer l’origine – linguistique ou culturelle – parce que, bien souvent, « [...] le mot ou l’expression transférés constituent à la fois une erreur au niveau linguistique et une manifestation d’a priori culturels différents [...] » (Béal 2000 : 22).

I.2. L’arrière-plan conceptuel

  • 5 Pour reprendre le terme de l’ethnologie de la communication.

6On a rassemblé quelques courriels représentatifs de telles difficultés de compréhension. Élucider les causes de ces « ratés5 » impose, comme dans toutes les analyses contrastives, de recourir à « des approches méthodologiques variées » (Béal 2000 : 13).

7De fait, si notre démarche relève de la pragmatique, en ce sens qu’elle s’intéresse aux effets des discours analysés, elle s’appuie aussi sur la rhétorique, tout en recourant aux univers socioculturels des locuteurs pour éclairer la lecture des différences constatées (Véniard & Tréguer-Felten 2006). La démarche elle-même adopte les principes de l’analyse du discours, prenant en compte les traces laissées en surface des textes par les locuteurs ainsi que tous les paramètres des situations de communication ; notre approche peut finalement se résumer comme la mise en relation du discours :

avec quelque référentiel social, psychologique, historique…, le considérant comme l’activité de sujets qui interagissent dans des situations déterminées. (Maingueneau 1995 : 6)

8Le milieu professionnel dans lequel ces courriers ont été échangés a par ailleurs incité à considérer la communication sous deux angles complémentaires, pour lesquels on a créé les mots-valises : « commun’action » et « commun’entente ». Commun’action, parce qu’une des spécificités de la communication professionnelle réside dans l’objectif opérationnel immédiat qui la caractérise (Glady 1996 : 16). Juger de l’efficacité de l’ELF ne peut, en conséquence, se faire qu’en référence à cette donnée. Toutefois, « communiquer » s’entend aussi comme un échange faisant appel aux compétences culturelles et encyclopédiques des locuteurs (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 17-19) et aux représentations qu’ils partagent avec les autres membres de leurs communautés respectives. C’est ce que nous entendons par « commun’entente », entente qui ne s’apparente ni à la « bonne » ni à la « mauvaise » entente, pour lesquelles bien d’autres facteurs interviennent, mais à l’intercompréhension. En un mot, il peut y avoir commun’action sans commun’entente puisqu’on réfère par là aux niveaux différents auxquels s’opère la communication.

9Quant à la culture, les multiples acceptions du terme imposent de spécifier comment on l’entend. Sont souvent qualifiées de culturelles des pratiques par lesquelles, dans une même situation, les individus d’une société donnée se distinguent de ceux d’autres sociétés : leur façon de remercier, de s’adresser à autrui, de le saluer, etc. Toutefois, ces pratiques apparaissent comme variables dans le temps – nos parents usaient plus volontiers du « Monsieur » ou « Madame » que nous – et versatiles au plan individuel dans la mesure où ces usages peuvent s’apprendre – un Français, en milieu américain ou japonais, abandonnera vraisemblablement le serrement de mains qui lui est (plus ou moins) coutumier pour un Hi ! ou, plus formellement, pour la « courbette » de ses hôtes. On inclut aussi souvent sous « culture » des valeurs qui n’ont, là encore, ni diffusion homogène au sein d’une population, ni pérennité absolue : il suffit pour s’en convaincre de considérer la conception de la famille au sein de la société française sur les cinquante dernières années. La culture à laquelle on se réfère ici se situe à un niveau plus profond et moins volatile ; elle renvoie à un système de sens opaque dont l’individu lui-même n’a, le plus souvent, pas conscience et qu’il assimile généralement à des « évidences partagées », ce dont témoignent les courriels ci-dessous.

II. L’ELF en situation

10Afin de montrer l’intrication du linguistique – ce qui relève du « parler la même langue » – et du culturel – ce qui relève de « l’intraduisible » – on expose trois exemples prélevés dans un ensemble d’échanges interpersonnels entre les employés chinois et français de la filiale chinoise d’une multinationale (cas n° 1 et 3) ; et dans les échanges entre un partenaire chinois et son correspondant au siège français d’une autre multinationale (cas n° 2). Ces deux entreprises appartiennent au secteur industriel. Si les deux premiers exemples pointent la difficulté à distinguer les niveaux auxquels se manifeste la culture, incitant à s’interroger sur la versatilité de ses manifestations, le troisième exemple mène au cœur de la problématique : évaluer l’impact de l’ELF sur la commun’action comme sur la commun’entente. Une brève présentation de la situation précède chaque cas.

II.1. ELF et culture, des responsabilités partagées

11Les exemples ci-dessous montrent qu’un message dont la langue est maladroite n’est pas nécessairement incompris et qu’à l’inverse, le bon anglais ne suffit pas toujours pour se faire comprendre.

Cas n° 1 : une langue « basique » pour une requête élaborée

12Situation : Monsieur X, le Directeur français de MMGZ, usine de fabrication d’un équipementier automobile en Chine, reçoit un courrier de Janet (Chinoise), chef de l’équipe chargée de la fabrication d’outils dont les plans arrivent d’Europe, légendés et annotés en anglais. En dépit d’une syntaxe fantaisiste, la teneur du message se laisse appréhender : il s’agit d’obtenir des cours d’anglais pour l’un des techniciens, dont on comprend qu’il a déjà postulé auparavant, sans succès.

  • 6 Traduction d’un Wo juede qui permet en mandarin d’introduire son opinion.

13La structure du document retient l’attention. Après une brève introduction, Janet explique sa façon de voir les choses : From my point of view6 introduit des items numérotés – pratique extrêmement fréquente dans les documents chinois (y compris dans les discours officiels). Les arguments ainsi présentés vont du général – la nécessité de bien comprendre pour bien travailler – au particulier – la jeunesse du technicien et l’aptitude à apprendre qui en découle – en passant par le rôle clé que son collègue et lui jouent dans le fonctionnement de l’entreprise. Rien de très exceptionnel dans cette construction hormis l’appel au bon cœur – faisant écho à l’évocation en préambule de son (ses ?) échec(s) précédent(s) – qu’on croit percevoir derrière la demande répétée de lui donner cette chance : I hope also the company can provide him the chance, et surtout l’apparition de la petite phrase : Better understand is good to work.

  • 7 Cet aspect a été traité en détail dans (Veniard & Tréguer-Felten 2006).

14L’évidence ainsi exprimée rappelle une construction de type proverbial couramment utilisée en Chine (dans les écrits comme dans les propos quotidiens7) qui est à rapprocher soit de chengyu, sortes de maximes issues de la littérature traditionnelle, soit de suyu, expressions « qui résument la sagesse de la vie quotidienne, tels les proverbes, les dictons » (Chang 2003 : 176). Du fait de la forme particulière que revêtent ces expressions – une combinaison de quatre caractères idéographiques –, les autochtones les reconnaissent et sont en mesure de les resituer dans le contexte politique, temporel, etc. (Hodge & Louie 1998 : 103). Y recourir, selon P. Serres, consiste à utiliser

l’immense fonds culturel de l’antiquité chinoise pour créer […] des codes de conduite qui […] deviendront des symboles ou des images avant de se transformer en catachrèse ou de s’annihiler en pures ’expressions idiomatiques’ (1999 : 10).

  • 8 Par exemple : The client is highest, the quality is foremost ; Industry and Sincerity establish Hig (...)
  • 9 “As Soon As Possible”.

15Cette particularité de la langue chinoise se retrouve occasionnellement dans l’écriture en anglais comme on a pu le constater dans les textes anglais de brochures8 d’entreprises chinoises. Finalement, derrière ce qui dans le discours de Janet apparaissait comme une maladresse, se profile un argument d’autorité : la volonté de renforcer ses dires par une autre voix, celle de la sagesse, prônée et reconnue par l’ensemble de la société chinoise. On est face à un transfert de particularités linguistiques de la langue maternelle vers l’anglais dont la lecture n’est, cependant, possible qu’en prenant appui sur des phénomènes qui relèvent de la culture. On pourrait proposer une lecture similaire de la phrase de clôture : Would you please take into account and feedback to me ASAP9 ? réclamant une réponse rapide de celui qui est le supérieur hiérarchique de Janet et admettre que les normes socioculturelles étant différentes, en Chine, un subordonné peut « exiger » une réponse rapide de son supérieur. Rien n’est moins sûr. Il est plus vraisemblable que Janet, dont la connaissance de la langue, on l’a vu, est assez sommaire, reproduit, sans en prendre toute la mesure, une formule apparaissant fréquemment dans les courriers qui lui sont adressés.

16En conclusion, en dépit de toutes ses maladresses, la requête formulée dans ce courrier est parfaitement compréhensible pour le Directeur de l’usine. Rien ne vient entraver la compréhension du message et donc la commun’action ; l’ELF a donc bien rempli sa mission : permettre le passage de l’information. En matière de commun’entente, en revanche, le Directeur, à moins de connaître un peu la langue chinoise et la culture du pays, n’a pu saisir la référence à la sagesse censée donner au courrier toute sa solennité ; c’est l’ignorance culturelle et non l’ELF qui est directement en cause, sauf à considérer que le recours à la lingua franca a privé le message de l’argument d’autorité qui lui conférait sa force.

Cas n° 2 : une langue plus élaborée ne facilitant pas l’échange

  • 10 ou JV, entreprise commune, créée par deux partenaires.

17Situation : MM, Directeur chez Chengdu Metal Group, entreprise chinoise partenaire de STG (entreprise française), adresse un courrier à Monsieur X, Directeur chez STG. En préambule, MM accuse réception du dernier courrier de son correspondant et évoque la nécessité – qu’il approuve – de modifier le planning d’arrêt du four dans la Joint Venture10 qui unit les deux sociétés pour procéder à des réparations et obtenir du métal de meilleure qualité. L’arrêt du four a entraîné des modifications en matière d’organisation du travail dont le courrier se fait l’écho. Les lignes qui suivent révèlent l’existence d’un problème.

18Aucune information précise sur celui-ci, sinon quelques indications susceptibles de mettre sur la voie : the oral message from Jean W. has difference with the fax from Mr. D. On comprend que sont parvenues des informations contradictoires, les unes par voie orale, les autres par écrit en provenance d’un certain Mr. D. Et l’information sur le problème s’arrête là. Au destinataire de le reconstruire ! Le fait que MM réitère son soutien de principe à la JV – we do our best to support the JV Company – et renvoie la résolution du problème au niveau supérieur – Chengdu Metal Group and STG Co. may solve the problem concerned by friendly discussion – et surtout à une discussion amicale, montre que c’est sérieux. Le courriel se termine sur la suggestion faite au partenaire français d’agir et dans les meilleurs délais – Please think it over and give us your opinion in the shortest time – et, dans ce cas précis, la référence à l’urgence ne peut guère être attribuée à une piètre connaissance de l’anglais !

  • 11 « The aim of such a style [indirect] is to protect the relationship and allow the parties to the co (...)

19De fait, la qualité de l’anglais n’est pas responsable de la nature sibylline du message ; on y reconnaît plutôt le discours allusif récurrent en Chine. Pour M. Harris Bond (1991 : 53), cette tendance « vise à protéger la relation [interpersonnelle] et permettre aux deux parties de préserver une liberté de manœuvre maximale11 » tout en laissant à la relation la possibilité de continuer à se développer harmonieusement. En effet,

« [n]ommer » directement, c’est rendre les choses irréversibles, fermer toutes les portes, […] ce peut être, en d’autres cas, heurter trop vivement la susceptibilité, faire « perdre la face » à son interlocuteur [...]. (Piques 1996 : 34).

20Dans cet exemple, la difficulté à comprendre le message n’est pas liée à l’expression en ELF, mais à l’absence d’information. Il est à peu près certain que, si les interlocuteurs avaient pu communiquer dans la langue maternelle de MM, celui-ci n’aurait pas été plus précis : c’est bien d’un comportement propre à la culture du locuteur qu’il s’agit et le rôle de l’ELF se résume à indiquer l’existence d’un problème. On voit combien l’évaluation d’une situation linguistique est inséparable de son contexte.

La nature des phénomènes à l’œuvre

21Chercher à distinguer ici l’impact respectif des phénomènes linguistiques et des phénomènes culturels sur la commun’action apparaît illusoire. Dans le cas n° 1, en dépit du calque en anglais d’une pratique discursive chinoise, la teneur du message est accessible. Le cas n° 2 qui, lui, ne présente pas de difficultés spécifiquement linguistiques, n’autorise pourtant pas une compréhension immédiate, si bien que ni la commun’action ni la commun’entente ne se réalisent.

22Ces deux cas étant individuels, on ne se posera pas la question de la variabilité interindividuelle des pratiques mises au jour ; on peut, en revanche, s’interroger sur leur versatilité. Les deux locuteurs mis en scène sont-ils susceptibles de modifier, avec le temps ou une formation spécifique, leurs manières de formuler, l’un sa requête, l’autre sa suggestion ? On répondra prudemment « Peut-être » pour Janet qui, à l’issue d’une formation linguistique et de nombreuses lectures de textes anglais, prendra peut-être conscience de l’originalité de son discours.

23Pour MM, en revanche, il n’en sera rien : ce comportement – s’exprimer de manière allusive – inculqué dès le plus jeune âge par l’exemple et qu’on peut rattacher à un objectif socialement partagé – préserver une relation harmonieuse – a peu de chances d’évoluer. À supposer qu’il ait conscience de sa différence, il considère vraisemblablement son comportement comme normal et le discours explicite des étrangers, comme choquant. Ceci nous conduit vers les niveaux plus profonds de la culture.

II.2. L’ELF « catalyseur » d’un problème culturel

24Le cas n° 3 révèle un autre type d’imbrication des phénomènes linguistiques et culturels. Contrairement aux deux premiers exemples, il repose sur une chaîne de messages entre deux interlocuteurs : un chef de projet français (localisé en France) et son homologue chinois de l’usine MMGZ (cf. supra) en Chine. Pour faciliter la compréhension, les courriers ont été numérotés (1 à 5) et les interlocuteurs désignés par les lettres C (Chinois) et F (Français). Tout tourne autour de la production des pièces nécessaires pour le nouveau modèle de voiture d’un client chinois.

25Courrier 1 – F envoie à C un planning à compléter. Y sont résumées toutes les étapes à franchir pour mener à bien la fabrication des pièces.

  • 12 La forme originale a été systématiquement respectée.

26Courrier 2 – Réponse brève mais claire : le planning ne convient pas. C veut repousser à mars 2006 la finalisation du composant électronique (MASK), lequel, une fois réalisé, ne tolère plus aucune modification.
(C) I have checked your planning Rev006 ; And found that you want to launch MASK in Jan 06. I think it is impossible.
so I want to cahnge
12 MASK time to March 06. Do you agree ?

  • 13 Software

27Courrier 3 – F démontre le bien-fondé du planning initial par un décompte précis des semaines nécessaires à chaque étape et conclut que le report demandé ne laisserait plus aucune marge de sécurité. Alors, seulement, s’enquiert-il des raisons de la demande de report :
(F) Why do you think it could not be possible ? We have enough time to validate the SW [logiciel13] before end 2005. Please explain.

  • 14 Out Tooling Samples
  • 15 souligné par nos soins.

28Courrier 4 – C s’appuie sur son expérience (usually) et fait état de possibles demandes de modifications de la part du client :
(C) I think that the problem will come from customer, not from our SW. Customer usually modify requirement after OTS14 [la mise en place des outillages pour la production en série].
I know that we can ask customer pay for
 a modification. But we don’t like to do some futile15 work.
OTS is in Aug 06. There are 20 Weeks between March and Augest. We have enough time to launch MASK.
Of course
I will do my best to push customer to confirm before Jan 06.

29Le délai supplémentaire vise donc à se prémunir contre des changements d’avis tardifs qui auraient de graves effets (after OTS). Comme en témoigne le contre-discours, C prévoit une réaction de F mais justifie le fait de ne pas imposer de pénalité au client retardataire par l’inutilité (futile work) de la démarche.

30Courrier 5 – Prenant appui sur le vocable futile, qu’il lit probablement comme un refus de s’abaisser à de basses tâches, F expose à C pourquoi il doit « faire payer » le client : c’est le moyen de le rendre plus « responsable ». Et cette démarche fait partie du rôle qui incombe à un ingénieur : « éduquer » le client, attitude dont F reconnaît qu’elle n’a pas cours en Chine, mais son affirmation s’appuie sur un argument à tendance ethnocentriste :
That’s the way we proceed in Europe
impliquant que ces usages sont les bons. Puis, il re-confirme le bien-fondé du planning par un argument pragmatique (par les conséquences) : le moindre grain de sable dans les rouages et plus rien ne va !

31Deux points de vue complémentaires permettent d’éclairer les positions respectives des protagonistes : l’un sémantique, l’autre culturel.

L’élément linguistique déclencheur : futile

  • 16 « Qui est dépourvu de sérieux, qui ne mérite pas qu’on s’y arrête » (Le Petit Robert 1977 : 840).
    «  (...)
  • 17 « Incapable of producing any result ; useless ; vain » (The New Oxford Dictionary 1993 : 1048) ; « (...)

32On distingue trois niveaux différents dans le processus de communication exolingue en cours : 1) l’interprétation par un Français du vocable anglais futile, aussitôt assimilé au français futile16, axiologique négatif ; 2) l’actualisation en anglais – futile17 renvoyant à « l’incapacité à produire un résultat » ; 3) sa production par un Chinois pour traduire l’une ou l’autre des expressions suivantes : Wu Yong, dont la construction évoque celle de useless, « sans utilité » ; suo sui ou xizhimojie, qui, par leur référence aux petits détails, se rapprocheraient plutôt de l’anglais trivial, et donc du français « insignifiant ». Pas plus que pour l’anglais futile, les définitions de ces expressions n’impliquent de jugement de valeur sur l’action à accomplir, contrairement au terme français qui déclenche l’exposé de F sur le rôle incombant à C.

L’arrière-plan culturel sur lequel s’inscrivent les discours

33Se positionner en prescripteur envers le client, c’est, aux yeux de F, la bonne manière de se comporter, la seule acceptable. Ce comportement qu’il présente comme européen apparaît plutôt comme une marque de fabrique très française. À titre d’exemple, Ph. d’Iribarne (Iribarne 2006 : 115) rapporte les propos d’un ingénieur français se voyant comme « le médecin généraliste » appelé à résoudre les problèmes de ses clients et non comme un fournisseur à leur service (référence à son homologue américain). À l’inverse, deux éléments interviennent dans le système de référence de C : d’une part, perdre son temps à des tâches inutiles dans un pays qui prône résolument le pragmatisme n’apparaît guère professionnel (derrière le we don’t like to do some futile work – courrier 4 –, se profilent, outre lui-même et ses collègues, l’ombre de ses compatriotes) ; d’autre part, cette relation commerciale s’inscrit sur fond de recherche systématique d’harmonie dans la relation à autrui, et de sens commercial aigu (spécialité chinoise reconnue). Il serait difficilement envisageable, et très certainement peu productif, dans un tel contexte de « faire payer » le client pour lui « apprendre » comment se comporter. En revanche, lui octroyer la faveur d’un changement de dernière minute auquel il n’a pas droit contribuera à cimenter les liens qui les unit. C’est à la lumière de ces caractéristiques que se comprend le passage à un planning accordant au client deux mois de sursis supplémentaire. Ainsi, à la faveur d’un malentendu d’ordre sémantique (donc lié à l’ELF), une différence beaucoup plus profonde se fait jour. Chacun des protagonistes voit la situation à la lumière de l’univers qui est le sien. Toutefois, n’ayant pas accès à la vision du monde dans laquelle s’inscrivent les vues de l’autre, il va les attribuer à d’autres facteurs. Dans le meilleur des cas, le Français aura conclu à l’absence de professionnalisme de C – et peut-être des Chinois ; le Chinois, à l’arrogance de ce Français qui croit tout savoir et risque de faire perdre le client. Au pire, cet épisode viendra alimenter le ressentiment chinois (encore vivace aujourd’hui) face à l’humiliation du pays lors des « traités inégaux18 » avec les puissances occidentales au 19e siècle !

34On voit là combien la compréhension entre des protagonistes communiquant en ELF est fragile. Outre les difficultés liées à l’usage de la langue et les risques de glissement dans la phase de production (rend-on avec justesse le terme de la langue maternelle auquel on pense ?) comme de la réception (cf. supra), le discours qui s’instaure masque des différences profondes. Faut-il dès lors, dans un cas comme celui-ci, imputer à l’ELF la responsabilité de la réussite ou de l’échec de la communication ? On ne peut répondre qu’en distinguant les niveaux de la commun’action et de la commun’entente : pour le premier niveau, un résultat positif étant envisageable – avec une négociation supplémentaire peut-être, mais le planning sera adapté –, l’ELF a rempli sa mission. En revanche, chacun des protagonistes a construit une image de l’autre qui ne peut que freiner leur compréhension future et fait, en conséquence, obstacle à la commun’entente.

Conclusion

35On a montré au travers de ces exemples que l’ELF pouvait concomitamment jouer un rôle positif et faire obstacle à la communication interculturelle selon la définition donnée à celle-ci dans le monde professionnel où elle prend place – définition qui intègre d’une part l’objectif opérationnel à court terme de la communication, d’autre part ce qu’on entend par culture. S’il n’apparaît guère envisageable de se passer de l’ELF dans un monde où les situations de communication exolingue abondent, on ne peut que souhaiter que les protagonistes, comme les équipes dirigeantes, aient conscience de l’importance à accorder aux courants culturels sous-jacents susceptibles de se faire jour lors des échanges. Le plus grand danger de la communication en lingua franca réside en effet dans sa propension à :

  • 19 The use of lingua francas creates an illusion of mutual understanding and a false satisfaction that (...)

crée[r] une illusion de compréhension mutuelle et entret[enir] une fausse impression satisfaisante que le discours s’appuie sur une base linguistique commune19. (Dolinina & Cecchetto 1998 : 168),

36faisant oublier aux protagonistes que chacun d’eux y importe des points de vue s’appuyant sur la doxa propre à sa culture, laquelle apparaît non plus comme des pratiques diversement répandues dans la population et susceptibles d’évoluer (aux niveaux collectif et individuel), ou des valeurs collectives dictant les comportements individuels, mais comme « un référentiel permettant aux acteurs de donner un sens au monde où ils vivent et à leurs propres actions » (Iribarne 1994 : 111).

Haut de page

Bibliographie

Bargiela-Chiappini, F. 2006. « (Whose) English(es) for Asian Business Discourse(s) ? ». Journal of Asian Pacific Communication 16. 1 : 1-23.

Beal, C. 2000. « Les interactions verbales interculturelles : quel corpus ? quelle méthodologie ? ». Perspectives interculturelles sur l’interaction. Lyon : Presses Universitaires de Lyon : 13-32.

Bond, M. Harris. 1991. Beyond the Chinese Face. Hong-Kong : Oxford University Press.

Chang, H.-C. 2003. « Chinese Artistry in Verbal Communication ». Journal of Asian Pacific Communication 13. 2 : 165-195.

Claudel, C. & G. Tréguer-Felten. 2006. « Rendre compte d’analyses comparatives sur des corpus issus de langues/cultures éloignées ». Carnets du CEDISCOR 9 : 23-37.

d’Iribarne, P. 1994. « Cultures nationales et conceptions du travail ». Traité de sociologie du travail. Bruxelles : De Boeck Université : 103-113.

d’Iribarne, P. 2006. L’étrangeté française. Paris : Seuil.

Dolinina, I. & V. Cecchetto. 1998. « Facework and Rhetorical Strategies in Intercultural Argumentative Discourse ». Argumentation 12 : 167-181.

Glady, M. 1996. Communication d’entreprise et identités d’acteurs : pour une théorie discursive des représentations sociales. Thèse en Sociologie du travail. Aix-en-Provence : Faculté des lettres Aix-Marseille.

Hodge, B. & K. Louie. 1998. The Politics of Chinese Language and Culture ; The art of reading dragons. Londres, New York : Routledge.

Honna, N. 2000. « English as a Multicultural Language and Intercultural Literacy ». http://www.k0001.jp/user/sr/sr_no18/kan_1.htm (consult. 21-02-2005).

House, J. 2003. « English as a lingua franca : A threat to multilingualism ? ». Journal of Sociolinguistics 7. 4 : 556-578.

Kerbrat-Orecchioni, C. 1980. L’énonciation de la subjectivité dans le langage. Paris : Armand Colin.

Ladmiral, J.-R. & E. M. Lipiansky. 1989. La communication interculturelle. Paris : Armand Colin.

Louhiala-Salminen, L. & M. Charles. 2006. « English as the Lingua franca of International Business Communication : Whose English ? What English ? ». Intercultural and International Business Communication. Bern : Peter Lang, 27-54.

Maingueneau, D. 1995. « Présentation ». Langages mars 95. 117 : 5-11.

Piques, M. C. 1996. L’art des affaires en Chine. Arles, Paris : Philippe Picquier et Librairie le Phénix.

Porquier, R. 1984. « Communication exolingue et apprentissage des langues ». Acquisition d’une langue étrangère III. Paris : Presses de l’université Paris VII, Vincennes et Centre de linguistique Appliquée de Neuchâtel, 17-47.

Serres, P. 1999. Le grand livre des proverbes chinois. Paris : Presses du Châtelet.

Tréguer-Felten, G. 2002. Une étude de l’ethos dans des brochures institutionnelles d’entreprise. Mémoire DEA en Didactologie des langues et des cultures. Paris 3 - Sorbonne Nouvelle.

Véniard, M. & G. Tréguer-Felten. 2006. « Quand hétérogénéité sémiotique et hétérogénéité énonciative se conjuguent. Le cas de brochures d’entreprises ». La jungle des discours : genres de discours et discours rapporté. Cadix : Presses de l’université de Cadix : 297-306.

Haut de page

Notes

1 Le Monde du 10/06/08 indique que « [l]e français et l’allemand continuent de perdre du terrain à Bruxelles, au profit de l’anglais ». Les documents à traduire qui se répartissaient en 1996, entre anglais (50 %), français (38 %), allemand (5 %) et les autres langues (12 %), sont respectivement passés, en 2007, à 73,5 % pour l’anglais, 12,3 %, pour le français et 2,4 % pour l’allemand.

2 « la communication « qui s’établit par le langage par des moyens autres qu’une langue maternelle éventuellement commune aux participants » (Porquier 1984 : 18).

3 l’acronyme de English as a Lingua Franca.

4 Par exemple, « He has a wide face » pour dire « He is well known ».

5 Pour reprendre le terme de l’ethnologie de la communication.

6 Traduction d’un Wo juede qui permet en mandarin d’introduire son opinion.

7 Cet aspect a été traité en détail dans (Veniard & Tréguer-Felten 2006).

8 Par exemple : The client is highest, the quality is foremost ; Industry and Sincerity establish High Reputation, cf. Tréguer-Felten (2002) pour une présentation plus complète de ce phénomène.

9 “As Soon As Possible”.

10 ou JV, entreprise commune, créée par deux partenaires.

11 « The aim of such a style [indirect] is to protect the relationship and allow the parties to the conversation maximum freedom of manoeuvre ».

12 La forme originale a été systématiquement respectée.

13 Software

14 Out Tooling Samples

15 souligné par nos soins.

16 « Qui est dépourvu de sérieux, qui ne mérite pas qu’on s’y arrête » (Le Petit Robert 1977 : 840).
« Se dit d’une chose dénuée de valeur, d’intérêt, d’importance » (GDLF 1992 : 2115).

17 « Incapable of producing any result ; useless ; vain » (The New Oxford Dictionary 1993 : 1048) ; « Incapable of producing any useful result ; pointless » (The New Oxford American Dictionary 2001 : 690).

18 On en trouve une brève présentation sur le site http://french.china.org.cn/fa-book/menu20-4.htm, encyclopédie que propose la Chine sur elle-même à destination des étrangers.

19 The use of lingua francas creates an illusion of mutual understanding and a false satisfaction that there is a common linguistic basis for discourse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Tréguer-Felten, « Comment évaluer l’impact de la lingua franca en milieu professionnel ? », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 1 | 2009, 14-26.

Référence électronique

Geneviève Tréguer-Felten, « Comment évaluer l’impact de la lingua franca en milieu professionnel ? », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 1 | 2009, mis en ligne le 10 novembre 2012, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/3169 ; DOI : 10.4000/apliut.3169

Haut de page

Auteur

Geneviève Tréguer-Felten

Après une carrière partagée entre l’enseignement (FLE, ESL) et la communication d’entreprise aux U.S.A., en France, Chine et Japon, Geneviève Tréguer-Felten a entrepris des recherches en sciences du langage, portant sur des documents professionnels et visant à montrer l’importance de la culture dans toute production discursive, fût-elle dans une lingua franca. G. Treguer-felten est chercheure associée aux laboratoires Gestion et Société et CEDISCOR Paris 3 Sorbonne Nouvelle.
genfelten@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page