Navigation – Plan du site
Articles

L’erreur fondamentale d’attribution dans la classe de langue

Fundamental attribution errors in the foreign language classroom
Bernd Müller-Jacquier
p. 27-44

Résumés

Dans la classe de langue étrangère, les étudiants apprennent les conventions d’usage de la langue-cible (L2) et passent des tests dans les domaines suivants : lexique, phonétique, grammaire, stylistique, composition, etc. Mais dans la situation de communication authentique et interculturelle, tout le monde fait des erreurs qui résultent de deux ou plusieurs jeux de conventions superposées et utilisées simultanément. Les tâches des co-participants s’avèrent difficiles car il faut, en même temps, d’une part, communiquer en utilisant des expressions (non-, para-) linguistiques adéquates, compréhensibles pour l’autre et, d’autre part, interpréter des signes, tout en sachant que l’interlocuteur peut se baser sur des conventions qui peuvent être communes ou « déviantes ».
Dans cette contribution, l’auteur veut élaborer des catégories linguistiques et interactionnelles importantes pour maîtriser des situations interculturelles non enseignées dans la classe de langue. L’accent sera mis sur la tendance observée à interpréter les conventions non congruentes comme l’expression d’un état psychologique de l’autre. Dans ces cas d’erreur fondamentale d’attribution, les co-participants négligent la dimension linguistique en attribuant toute expression inattendue à un « fait » psychologique individuel, situationnel ou culturel.

Haut de page

Texte intégral

4

  • 1 La fonction explicative de tels « incidents critiques », dans le cadre des manuels, est traitée dan (...)

1Bien que la communication interculturelle soit une discipline jeune, elle s’est déjà pourvue d’une terminologie spécifique et abondante, que je présenterai succinctement ici. Ce qui me semble être important avant tout, c’est de bien faire apparaître la différence entre deux approches relatives à la communication interculturelle, celle qui est dite « contrastive » et celle que je qualifie d’« interactionniste » (cf. troisième partie). Pour illustrer ces deux approches, je prendrai un cas de communication finlando-allemande1, mais la « logique » du malentendu est transférable à nombre de communications franco-allemandes.

2Ensuite, je présenterai des recherches personnelles qui mettent en contraste des comportements verbaux français et allemand (cf. les exemples collectés dans Helmolt & Müller 1991). Sans négliger la vaste littérature traitant le sujet (cf., entre autres, Seul, Zielinski & Dupuy 2003), ils constituent un premier pas dans mes intentions de proposer une classification des types de malentendus en communication interculturelle et interpersonnelle (illustrée par des rencontres franco-allemandes). J’en proposerai une synthèse dans le tableau 2, qui montre de quelle façon dans des situations interculturelles et interpersonnelles, ces malentendus sont co-construits.

3Mais auparavant, je souhaite éclairer le lecteur sur le concept de communication interculturelle.

Communication en situation interculturelle

4À l’origine, les définitions de « communication interculturelle » supposaient le simple fait de rencontres entre représentants de différentes cultures :

Pour Samovar et ses collaborateurs, la communication interculturelle est une forme particulière de communication où le producteur d’un message appartient à une culture et le récepteur à une autre. (Ouellet 1991 : 117).

  • 2 Günthner parle de « cultural specific repertoires of communicative genres » (2007).

5Ces définitions mettent en avant la confrontation de deux langues et de deux contextes culturels différents (démarche contrastive) sans qu’il soit établi comment deux langues (au sens linguistique) ou cultures (au sens sociologique) arrivent à se rencontrer. Ainsi, pour analyser ce genre de situation2 – et contrairement à la linguistique contrastive qui met en opposition des conventions en L1 et L2 – la pierre d’achoppement se situe dans les modalités de perception des signes linguistiques, dans la façon de les sélectionner, de les évaluer et de les agencer :

Les problèmes de communication interculturelle découlent principalement de différences dans la perception sociale chez les membres de ces groupes. C’est pourquoi on peut également définir la communication interculturelle comme une variante culturelle dans la perception des objets et des ’événements sociaux’. (Ouellet 1991 : 118, citant Samovar 1981).

6C’est en toute conscience du caractère vacillant de la perception sociale que les interlocuteurs choisissent une des langues en présence comme médiation. Ceci suppose que, dans une situation de communication interculturelle, un ou plusieurs participants s’expriment dans une langue étrangère. En guise d’éclaircissement, le concept de communication interculturelle, tel que je l’envisage, peut être illustré par l’exemple vécu décrit ci-dessous.

7Imaginons qu’un groupe d’analystes programmeurs originaires de France, du Québec, d’Angleterre et d’Allemagne, se rencontrent à Francfort pour un colloque d’affaires. Les participants choisissent l’anglais comme moyen de communiquer. Divers ’systèmes culturels’ interfèrent dans cette situation, systèmes qui sont consciemment ou inconsciemment refoulés, mais dont les composants peuvent être rendus explicites si nécessaire. Dans une telle situation, les habitudes d’interprétation des signes linguistiques et de comportement de chacun jouent un rôle déterminant, et les « cultures » suivantes peuvent s’établir (tableau 1) :

Tableau 1 : Les co-créations d’espaces culturels

Tableau 1 : Les co-créations d’espaces culturels

8Ce tableau présente plusieurs points de repère culturels éligibles pour les participants afin de créer leur espace interculturel commun : même dans le cas de l’utilisation d’une langue dite commune, on est toujours à la merci du fait que les différentes conceptualisations de la situation et l’interprétation des schémas de comportements et des expressions d’intention se basent sur des systèmes interprétatifs différents. Donc, l’automatisme du lien entre « langue étrangère (L2) » et « culture étrangère (C2) » est en principe suspendu.

Les blocages créés par l’expérience interculturelle

9Dans la classe de langue étrangère, l’enseignement d’une compétence linguistique est souvent séparé du « culturel ». Mais dans des situations interculturelles, on peut observer que les interactants utilisent « la culture » comme ressource pour expliquer ce qu’ils vivent dans le déroulement de la rencontre. Afin d’illustrer ce phénomène, il faut distinguer les données initiales d’une rencontre interculturelle (A), son déroulement influencé par les interlocuteurs (B) et son résultat (C) qui va certainement influencer les données initiales des situations qui suivent (A). Ce cercle vicieux est illustré dans le tableau 2.

Tableau 2 : Déroulement de la communication interculturelle et ses éléments perturbateurs

Tableau 2 : Déroulement de la communication interculturelle et ses éléments perturbateurs

10Ce tableau synoptique vient en illustration de constatations peu encourageantes. Il indique la nécessité et l’importance d’études sur les fausses conclusions induites par des situations interculturelles et correspond aux positions d’un certain nombre de socio-psychologues (Demorgon 1989), qui indiquent que des contacts directs provoquent trop souvent la création des stéréotypes que l’on souhaitait justement corriger dans le cadre de l’échange :

Celles-ci [les situations interculturelles authentiques] ne font que renforcer, par leur caractère d’étrangeté et d’éloignement, les distorsions observées dans tout processus de connaissance d’autrui… (Cohen-Emerique 1989 : 36).

11Une explication à ce phénomène est évoquée par le titre de cette contribution : une erreur fondamentale d’attribution. Dans la psychologie sociale, cette erreur

…concerne l’étonnante tendance qu’ont les gens à en appeler aux facteurs internes ou dispositionnels pour expliquer des comportements qui relèvent tout aussi bien des stimulus, des circonstances, des conventions sociales… (Dubois 1994 : 15).

12Dans notre contexte, ce phénomène s’explique par le fait que les interlocuteurs indiquent de fortes tendances à attribuer toute « déviance » de leurs C1/L1-expériences interactionnelles comme un indice de spécificité culturelle de C2. Il en résulte que l’on ne parviendra pas à résoudre un problème de niveau linguistico-interactionnel en le posant dans un cadre psycho-culturel. Sans médiateur interculturel ou « interlinguistique », les personnes profitant d’un grand nombre d’échanges internationaux en tirent des conclusions contre-productives.

13Illustrons maintenant cette dernière position par deux malentendus interculturels enregistrés dans des interactions en milieu naturel.

14Le premier cas présente un malentendu dans une agence de voyage : la vendeuse N. (L1/C1) ne comprend pas son interlocuteur marocain, A., car celui-ci ne s’exprime pas dans un français standard.
1 A. : je partir à casablanca, maroc
2 N. : par quoi vous voulez partir
3 A. : beaucoup de problèmes là-bas papa malade je partir tout de suite
4 N. : je comprends pas là qu’est ce que vous voulez où vous voulez aller

15Selon Bremer/Roberts et al. (1996 : 12-13), le malentendu, exprimé en ligne 4, peut, à première vue, s’interpréter comme linguistique par une confusion par quoi/pourquoi. En effet, dans sa réponse en ligne 3, le locuteur donne une justification ou une explication à son acte d’achat, alors qu’on lui demande par quel moyen de locomotion ou par quelle compagnie, il désire se rendre à Casablanca. En réalité, à y regarder de plus près, le malentendu est plus profond, car la réponse du client étranger ne correspond pas à un comportement attendu. Il ne viendrait pas à l’idée d’un client du même groupe linguistique d’indiquer les raisons de son déplacement. Le client étranger, en revanche, a davantage réagi qu’agi, en attribuant la question indiscrète de la vendeuse à une requête à laquelle il a pu avoir été confronté, en tant qu’étranger d’origine marocaine en France. Le malentendu provient de la relation interpersonnelle, où l’un des interlocuteurs réagit en fonction, non pas de l’énoncé, mais de ce qu’il croit être une production verbale correspondant à une norme sociale, tirée de son expérience propre ou d’une représentation sociale.

16Deuxième étude de cas : dans le cadre d’un projet LEONARDO, 13 apprentis allemands de l’aéroport de Munich ont participé à un échange avec des apprentis de l’aéroport de Dublin. L’objectif était d’acquérir des compétences professionnelles et culturelles authentiques sur place. Avant le départ et à leur retour, ils ont répondu à un questionnaire (tableaux 3 et 4).

Tableau 3 : Intentions de travailler dans C2

Tableau 3 : Intentions de travailler dans C2

17Dans l’interaction Irlandais-Allemands, les deux parties ont sans doute surestimé les causes internes, telles que la mentalité et la culture, par rapport aux causes externes, c’est-à-dire les conventions d’interaction interpersonnelles. Les jugements portent sur une « mentalité culturelle » composée d’attributions psychologiques.

Tableau 4 : Modifications des jugements

Tableau 4 : Modifications des jugements

18Pour expliquer un tel changement radical d’habitude, l’hypothèse d’erreurs fondamentales répétitives semble adéquate. Pour la recherche il est donc nécessaire de s’orienter vers les unités linguistiques qui déclenchent ces attributions erronées :

  • 3 « Être d’accord sur le type d’activité linguistique réalisé à un moment donné […] implique l’accept (...)

Agreement on what activity type is being enacted at any given time [...] implies agreement on culturally grounded inferences such as what the likely communicative outcomes are, what range of topics can be brought up, what information can be expressed in words, and what interpretations should be alluded to indirectly by building on shared understanding. (Gumperz & Gumperz-Cook 2007 : 16)3.

Les outils de ’déblocage linguistique’

19Knapp/Knapp-Potthoff (1990) réclament avant tout, en plus de l’analyse des différences culturelles, une recherche sur les erreurs d’attribution commises dans des situations concrètes. Il est donc nécessaire d’intégrer le concept de communication interculturelle dans une théorie sur les processus cognitifs d’interprétation en situation interculturelle. Ces processus, comme celui de notre interaction dans l’agence de voyage, ne sont malheureusement pas « lisibles » ouvertement, et les expériences de conceptualisation de situations données par chaque participant, issu chacun d’une culture spécifique, ne sont que rarement communiquées par un métalangage adéquat. Au contraire, les créations d’espaces interculturels, avec leurs catégorisations du réel, interprétations ou présuppositions diverses, ne sont le plus souvent indiquées qu’indirectement par le participant. Et les chercheurs en communication interculturelle n’ont pas d’autre choix que d’utiliser les données du comportement langagier des coparticipants, afin de faire ressortir la spécificité des valeurs culturelles des interlocuteurs, leurs intentions situationnelles et les malentendus linguistiques en cours.

20Avant de faire une analyse différentielle du comportement de personnes originaires de différentes cultures, avec leurs mentalités, rites, et autres critères de différenciation, une analyse contrastive accompagné d’une évaluation interactionnelle devrait permettre en premier lieu de proposer une classification de malentendus possibles ayant leur source dans « l’expression verbale » (en y associant les facteurs non-verbaux et para-verbaux) et qui soit par ailleurs spécifique à la rencontre de cultures données.

21Une étude de ce type est présentée ci-après. Elle illustre les premières tentatives visant à analyser des situations authentiques, dans le cas présent des négociations, grâce à l’utilisation d’enregistrements vidéo.
Exemple :

  • 4 dirigé par Liisa Tiittula (Helsinki, maintenant Tampere) et Hartmut Schröder (Vaasa).

En 1987, un groupe de spécialistes de la communication finlando-allemand4 a obtenu l’autorisation de filmer d’authentiques négociations entre des hommes d’affaires finlandais et allemands.
L’une de ces négociations se déroula à Hambourg. Les représentants finlandais d’une grande compagnie se réunirent avec leurs homologues allemands et commencèrent à élaborer un contrat. Étant donné que les Finlandais maîtrisent parfaitement l’allemand, ils communiquèrent en utilisant cette langue.
Au bout d’environ une heure, les Finlandais se sentirent de plus en plus mal à l’aise et demandèrent une pause. Ils firent remarquer au spécialiste de la communication assistant aux négociations que les Allemands étaient plutôt impolis voire agressifs, qu’ils semblaient pour vendre vouloir à tout prix maintenir une certaine tension sans tenir compte du fait que les Finlandais étaient leurs invités et s’exprimaient dans une langue étrangère.
Les négociations reprirent néanmoins et un contrat fut enfin signé. Malgré tout, les Finlandais partirent très contrariés par cette réunion et regrettèrent de ne pas avoir pu choisir une autre compagnie allemande. Deux d’entre eux se moquèrent des Allemands en les traitant de gros rouleaux compresseurs et évoquèrent des stérérotypes du temps d’après guerre qu’ils pensaient avoir oubliés depuis longtemps. (Communication orale de Zenkner, Helsinki)

22La première remarque à tirer de ce cas est que les protagonistes attribuent trop facilement « le mal » à des traits de caractère individuels ou nationaux (cf. tableau 2). Dans la recherche sur les facteurs constituant une compétence interculturelle, on constate cette tendance générale, voire stratégie inconsciente, à réduire les points critiques de l’interaction à des différences de mentalité sans prendre en considération les causes linguistiques à l’origine du problème. La cause est souvent une déformation venant du « programme caché » de l’enseignement des langues étrangères : des influences linguistiques qui, dans des situations interculturelles, échappent systématiquement à l’attention des participants :

Les spécialistes en communication sont intervenus comme médiateur dans la discussion entre les Finlandais et les Allemands. Après leurs analyses contrastives, ils ont expliqué aux Allemands que la plupart des Finlandais ont l’habitude d’infléchir l’intonation après chaque unité sémantique (sans l’avoir finie). Les Allemands prenant cela pour une « invitation » à la prise de parole, cela explique pourquoi les Finlandais se sentaient constamment interrompus.
Cette explication linguistique du problème était loin de satisfaire les Finlandais. Ils trouvaient que la simple observation de leur structure argumentaire pouvait déjà permettre à quiconque d’en conclure qu’ils n’avaient pas fini de parler.
Après des analyses plus poussées des enregistrements vidéo, les spécialistes ont en effet remarqué, que les Finlandais – en plus d’infléchir l’intonation – faisaient de longues pauses après certaines unités sémantiques, ce qui représentait pour leurs homologues allemands une sorte de « confirmation » de leur impression initiale issue de l’interprétation de l’intonation et leur laissaient supposer que les Finlandais avaient fini de parler (Lenz 1990).

23Suite à cet incident critique, il a fallu analyser des situations semblables pour en tirer des critères linguistiques déterminant l’interprétation inadéquate des actions des interlocuteurs C2 dans des situations interculturelles.

Études de cas et problèmes de communication types

24Entre 1991 et 1993, j’ai interrogé des personnes possédant une large expérience professionnelle des contextes interculturels (dont 16 Français, 6 Canadiens francophones, 3 Turcs, 6 Grecs, 5 Espagnols) pour déterminer une typologie des problèmes de communication interculturelle rencontrés avec les Allemands. Ces entretiens d’une heure chacun ont été partiellement transcrits sous forme de mini-épisodes récapitulatifs. Une sélection de quatre domaines de problèmes de communication types relevés a donné lieu aux rubriques suivantes.

Les unités lexicales renvoyant à une catégorisation du réel particulière à la culture (représentations sociales)

  • 5 Ce sont des abstractions cognitives, appelées aussi représentations notionnelles conventionnelles ( (...)
  • 6 Ils sont souvent en cause dans des quiproquos, comme nous l’ont démontré Thomas (1989) par l’exempl (...)

25Au niveau dit lexical, les différences dans le comportement verbal se manifestent directement par une diversité de dénominations et cognitivement dans des représentations sociales5 divergentes d’objets, d’idées ou d’actions communément considérés à tort comme équivalents en C1 et C26. Dans la classe de langue, il est donc nécessaire d’enseigner l’aptitude à observer la diversité/l’absence et l’utilisation des données lexicales et les considérer comme le résultat d’expérience humaine de la réalité, spécifique à une culture.

Les actes de parole

26La cause la plus fréquente des problèmes survenant en situation de communication interculturelle est la réalisation inadéquate des intentions dans les actes de parole. Les apprenants-interactants éprouvent des difficultés à déduire les intentions de l’interlocuteur à partir de ses énoncés. C’est pourquoi il nous est nécessaire de faire la différence entre ce qui est exprimé, les illocutions, et les perlocutions.

Exemple 1 : Le voyage d’affaires

Exemple 1 : Le voyage d’affaires
  • 7 Le cas cité est authentique et confirmé par d’autres enquêtes sur les problèmes de communication en (...)

27L’échange s’achève par des interprétations mutuelles erronées des intentions de l’autre (aspect illocutif) et par des effets peu transparents (aspect perlocutif). Ceci peut s’expliquer par les interférences suivantes : en français, une affirmation exprimée par « si vous voulez » relève d’une attitude complaisante (même si elle peut être modifiée par les gestes ou l’intonation) ; en allemand par contre, la formulation « si vous voulez » est plutôt l’affirmation d’une certaine indifférence, l’expression d’une distanciation, caractérisant une situation que l’on accepte sans pour autant s’y sentir totalement impliqué7. Ceci nous permet de comprendre l’étonnement de l’Allemand vis-à-vis de la réaction peu enthousiaste du Français à l’égard de son invitation.

Exemple 2 : Situation de travail (en Allemagne)

Exemple 2 : Situation de travail (en Allemagne)
  • 8 En général, les Français utilisent un spectre plus large et surtout des sons aigus, interprété par (...)

28À cause du double « oui », exprimé rapidement et accompagné par une intonation descendante, D a l’impression que F ne le prend pas au sérieux. Ici, la catégorie « acte de parole » est en question, ainsi que les problèmes de conventions d’intonation (cf. le domaine paralinguistique ci-dessous)8.

29Dans la classe de langue, il est donc nécessaire d’enseigner l’aptitude à observer les différents contextes d’utilisation d’actes de parole, leurs formes et leurs fonctions (en tenant compte des séquences ou des segmentations spécifiques à L1 ou L2).

Les registres

30Le registre présente probablement la catégorie la plus complexe dans l’interaction interculturelle. Lorsqu’on parle de registre, on signifie par-là les possibilités d’expression qu’un interlocuteur choisit en fonction de sa perception

  • de la situation (à caractère officiel, rituel jusqu’à familier) ;

  • de l’âge du ou des participant/s ;

  • du statut du ou des interlocuteur/s ;

  • du pouvoir du ou des participant/s ;

  • du sexe du ou des participant/s ;

  • du niveau linguistique choisi par les autres (formel-informel-familier).

31Les interlocuteurs tiennent en règle générale compte de ces six critères. A travers ce choix, on détermine souvent la façon dont on se doit d’envisager la situation et les relations entre les participants.

Exemples de registres

Exemples de registres

32Dans la classe de langue, il est donc nécessaire d’enseigner l’aptitude à observer la façon dont les interlocuteurs définissent la situation et leurs relations interpersonnelles au travers de choix linguistiques prenant en considération l’âge, le statut, l’importance sociale, le sexe des protagonistes.

Le domaine paralinguistique

33Comme l’énonciation est modulée voire « contextualisée » par le rythme, l’intensité sonore de la voix, la mélodie de la phrase, les gestes, la mimique, ou bien encore la proxémique (utilisation corporelle de l’espace) et comme ces moyens sont spécifiques à chaque langue/culture, les interlocuteurs doivent dans des situations interculturelles faire un effort particulier pour en interpréter correctement le sens.

Exemples dans le domaine paralinguistique

Exemples dans le domaine paralinguistique

34Dans la classe de langue, il faut donc apprendre à observer la prosodie, le rythme, le volume, la gestion des silences (pauses, longueur des pauses) et le spectre vocal convenables dans des situations spécifiques.

35Cette liste illustrant des domaines critiques dans la communication interculturelle est loin d’être exhaustive. Entre autres, on peut facilement ajouter les différences dans le domaine non verbal, dans les styles de conversation ou des actes rituels (cf. Kerbrat-Orrecchioni, 2004).

Applications – une mise en perspective selon une approche interactionniste

36L’application du tableau 2 et des ’outils de déblocage linguistique’ dans des situations réelles est un des pas importants à franchir pour arriver à une compétence interculturelle. Celle-ci sera en effet basée sur l’acquisition d’une stratégie permettant d’analyser les formes multiples d’expressions linguistiques de l’autre en les opposant aux expressions dans sa propre langue. L’interactant concerné sera alors apte à chercher les problèmes de « discompréhension » là où ils apparaissent avant tout : à savoir dans les manifestations verbales et/ou non verbales des personnes auxquelles il est confronté et qui selon leurs règles culturelles expriment leurs intentions.

37Aujourd’hui, cette compétence qui inclut une capacité, en ce qui concerne les différences culturelles entre C1 et C2, à éviter des attributions inadéquates envers des caractères individuels ou même nationaux, représente déjà un grand pas en avant (voir, entre autres, Magakian & Barmeyer et al. 2003).

38Grâce aux critères exposés dans le tableau synoptique (cf. tableau 2), les partenaires disposent d’un guide pour chercher eux-mêmes des causes probables et des solutions aux problèmes d’interaction rencontrés.

39Toute personne apte à différencier les manifestations linguistiques et comportementales spécifiques à la socialisation culturelle de l’autre – par exemple en se servant des critères du tableau 2 – sans adopter les attributions simplificatrices langagières, de mentalité ou d’ignorance, décrites plus haut, devient ce que l’on pourrait appeler un « chercheur de sens » dans toute situation interculturelle rencontrée. Ce chercheur sera à la longue mieux placé pour qualifier des situations interculturelles que ceux qui cherchent des réponses « toutes faites » (cf. les solutions aux critical incidents dans un certain nombre de Culture Assimilators (Fiedler, Mitchell & Triandis 1971 ; Brislin, Cushner et al 1986) sans trop se poser de questions et en omettant de formuler et reformuler constamment des hypothèses.

40Knapp & Knapp-Potthoff (1990) s’appuient sur les remarques faites à la fin de la partie précédente lorsqu’ils réclament avant tout, en plus de l’analyse comparative des différences culturelles, une recherche sur les effets des différences constatées lors des situations concrètes. Et il est vrai qu’on est obligé de situer les différences évaluées par des études contrastives à différents niveaux. Ainsi remarque-t-on par exemple que des différences considérées comme négligeables peuvent avoir des conséquences importantes et que, inversement, de grandes différences peuvent avoir des effets négligeables.

41L’approche interactionniste se base sur l’idée de constitution mutuelle de sens au cours d’un processus de mise en situation en commun d’un contexte, d’un thème ou d’une relation interpersonnelle donnée. Pendant ce processus, les individus « travaillent » les différences culturelles rencontrées. Ils les mettent en relation avec leurs expériences antérieures et leurs hypothèses actuelles sur le contenu des intentions et des représentations sociales, exprimées par l’autre. Ainsi, les différences culturelles exprimées et interprétées, comme les processus de prise de conscience des particularités interculturelles de la situation sont à la base des significations que j’associe au préfixe « inter- », utilisé pour faire ressortir le caractère exclusif de communauté situationnelle créée par les protagonistes.

En ce qui concerne une théorie interactionniste [...], la sélection et l’alternance des codes donnent accès à l’activité culturelle du sujet qui caractérise les situations de communication et détermine ses conduites (dont les conduites langagières) en relation.
En ce qui concerne une théorie en « traits » de la culture, en revanche, la sélection et l’alternance des codes sont signes de dysfonctions comme le sont plus généralement les « maniements » auxquels le sujet s’autorise à l’égard des codes qui devraient l’« envelopper ». Une telle théorie n’admet pas les jeux du sujet, elle les conceptualise comme infraction ou comme malheur. (Henry-Lorcerie 1986 : 414, cité par Ouellet 1991 : 128)

  • 9 L’approche interactionniste relativise aussi l’idée préconçue de « cultures éloignées » et de « cul (...)

42Une des conclusions à tirer de cet état de fait est qu’il vaudrait mieux, avant tout, observer les effets des formes expressives des différences culturelles. Ceci fait partie des objectifs de tous les travaux dialectiques sur la compréhension de l’autre (y compris dans l’enseignement des langues). En suivant cette voie, il serait souhaitable de compléter la connaissance linguistique sur les différences (approche contrastive) par des stratégies adaptées pour l’interprétation de celles-ci, pour leurs effets au cours de l’interaction (approche interactionniste)9.

43En ce qui concerne l’étude de cas sur le problème de communication finlando-allemand, l’approche contrastive choisie initialement a été prolongée par une analyse interactionniste dans l’espoir de recueillir des résultats complémentaires. Ainsi, d’autres observations faites à partir de l’enregistrement vidéo ont révélé une interaction, que l’on ne peut guère expliquer en recourant exclusivement à des habitudes de communication allemandes ou finlandaises :

Autres observations

Autres observations

44La démarche interactive a pour but d’intégrer ces effets inductifs mutuels dans l’analyse conversationnelle, car ils occasionnent des modifications adaptatives au niveau du comportement des personnes participant à une situation interculturelle ; ainsi, cette démarche arrive à prendre en considération le phénomène d’accumulation de « discompréhensions », à la différence de la démarche contrastive qui a pour but de lister des différences en choisissant la perspective d’une culture donnée.

  • 10 En effet, un incident critique, où une Brésilienne décrit ses sentiments vis-à-vis des manières de (...)

45Les procédés d’apprentissage et de recherche se réfèrent souvent seulement aux démarches contrastives, suivant en cela une école linguistique ou anthropologique établie. Mais force est d’admettre que les variables régulatrices lors des échanges interculturels (Baumgratz-Gangl 1993) sont multiformes et innombrables10. Les conséquences importantes pour la recherche, ceci vaut également pour la recherche en didactique des langues, sont que toutes les différences culturelles déterminables par opposition, n’entrent pas en jeu dans l’interaction. C’est pour cela que l’on ne s’attachera qu’à celles révélées par l’échange interculturel.

46En fait, ce qui est mis à jour dans les situations interculturelles, ce sont donc les effets des différences sur l’interprétation mutuelle dans une situation donnée. Cette approche détermine une typologie d’analyse spécifique : d’abord, les interactants ne sont plus considérés, par exemple, comme Allemand ou Français en tant que sociotype culturel, mais on considère l’ensemble : « Allemand négociant avec un Français » et vice versa pour indiquer que ceux-ci adaptent leurs comportements aux aléas d’une situation interculturelle. C’est pour cela que certains comportements verbaux doivent être considérés exclusivement comme un produit (commun) de négociation de sens sous l’influence de différences culturelles et non pas comme expression type de la socialisation d’un individu. Un tel « comportement entre les cultures » devrait a priori émaner d’un ensemble de qualités spécifiques, et devrait faire front à toute interprétation par les seules normes comportementales ou communicatives d’une culture donnée.

47Pour mettre l’approche contrastive et l’approche interactionniste en valeur, il est impératif de prendre en compte la nécessité d’un recoupement entre des analyses interactionnistes approfondies de situations interculturelles et des analyses contrastives, afin de déterminer clairement ce qui s’établit lors du processus de négociation du sens et de quelle façon.

Conclusion

48Si on prend les revendications ci-dessus au sérieux, il devient nécessaire de définir les implications pratiques de ces nouvelles exigences linguistiques interculturelles. Il faut mettre l’accent en outre sur des compétences interculturelles d’ordre général dans des situations internationales, telles qu’elles se manifestent sur le plan linguistique au cours d’actes de communication concrets. C’est à cet effet que des propositions précises sont présentées ci-dessous. Je fournis ici à titre provisoire, en marge des compétences à fondement psychologique, un récapitulatif de ce que recouvrent pour moi des compétences interculturelles en étroite relation avec des compétences propre en langues étrangères :

49La plupart des compétences évoquées ici n’ont pas encore fait l’objet de recherches linguistiques approfondies. Actuellement, seul le tableau 2 et ses critères linguistiques ainsi que des indications sur leurs interprétations (démarche interactive), peut fournir un modèle d’orientation pour ceux qui cherchent à acquérir une compétence linguistique interculturelle. Il illustre une compétence stratégique analytique in situ et demeure ouvert aux savoir-faire spécifiques (cf. Council of Europe 2008) dans des situations interculturelles.

Haut de page

Bibliographie

Baumgratz-Gangl, G. 1993. Compétence transculturelle et échanges éducatifs. Paris : Hachette.

Bremer, K., C. Roberts, M. Vasseur, M. Simonot & P. Broeder. 1996. Achieving Understanding : Discourse in intercultural encounters. Londres : Longman.

Breuer, J.-P. & P. de Bartha. 1993. « Vive la différence ». Manager Magazin vol. 5.

Brislin, R., K. Cushner et al. 1986. Intercultural Interactions. A Practical Guide. Beverly Hills : Sage.

Byram, M. 1988. « Foreign Language Education and Cultural Studies ». Language, Culture and Curriculum, vol. 1 : 15-31.

Carroll, R. 1987. Évidences invisibles. Américains et Français au quotidien. Paris : Seuil.

Cohen-Emerique, M. 1989. « Connaissance d’autrui et processus d’attribution en situations interculturelles ». In Retschitzky, J., M. Bossel-Lagos & P. Dasen (éd.). La recherche interculturelle. Tome 1. Paris : L’Harmattan. 26-46.

Council of Europe (preliminary version 2008). Autobiography of Intercultural Encounters. Notes for Facilitators. AIE P2-1 Strasbourg : Council of Europe .

Demorgon, J. 1989. L’exploration interculturelle. Pour une pédagogie internationale. Paris : Armand Colin.

Dubois, N. 1994. La norme d’internalité et le libéralisme. Grenoble : PUG.

Fiedler, F. E., T. Mitchell & H. C. Triandis. 1971. « The culture assimilator : an approach to cross-cultural training ». Journal of Applied Psychology vol. 55/2 : 95-102.

Günthner, S. 2007. « Intercultural communication and the relevance of cultural specific repertoires of communicative genres ». 2007. In Kotthoff, H. & H. Spencer-Oatey (eds). Handbook of intercultural communication. Berlin/New York : Mouton de Gruyter, 127-151.

Gumperz, J. J. & J. Gumperz-Cook. « Discourse, cultural diversity and communication : a linguistic anthropological perspective ». 2007. In Kotthoff, H. & H. Spencer-Oatey (eds). Handbook of intercultural communication. Berlin/New York : Mouton de Gruyter, 13-29.

Helmolt, K. v. & Bernd-D. Müller. 1991. Französisch-deutsche Kommunikation im Management-Alltag. Manuscrit, Bayreuth.

Henry-Lorcerie, F. 1986. « Les dessous d’une crise ». Nouveaux enjeux culturels au Maghreb : 339-425. Paris : Editiond du CNRS.

Hieber, W. 1983. « Vom Eigenkulturellen zum Fremdkulturellen – Vorschläge für eine Progression der Fremdheiten aus der Erfahrung des Deutschunterrichts in der Volksrepublik China ». Jahrbuch Deutsch als Fremdsprache 9 : 181-193.

Kerbrat-Orrecchioni, C. 2004. « Que peut-on « faire » avec du dire ? » Cahiers de Linguistique Française 26 : 27-43.

Knapp, K. & A. Knapp-Potthoff. 1990. « Interkulturelle Kommunikation ». Zeitschrift für Fremdsprachenforschung 1 : 62-93.

Lenz, F. 1990. « Der wortkarge Finne und der beredte Deutsche ? Oder : Die Angst des Geschäftsmanns vor dem Muttersprachler ». Working Papers. Helsinki : Helsinki School of Economics.

Müller, B.-D. 1983. « Begriffe und Bilder. Bedeutungscollagen zur Landeskunde ». Zielsprache Deutsch 2 : 5-14.

Müller, B.-D. 1992. « Grundpositionen einer interkulturellen Didaktik des Deutschen als Fremd­sprache ». In Krause, B., U. Scheck & P. O’Neill (ed.). Präludien. Kanadisch-deutsche Dialoge. Vorträge des 1. Kingstoner Symposi­ums zur interkulturellen Germanistik. Munich : iudicium, 133-156.

Müller, B.-D. 1995. « Sekundärerfahrung und Fremdverstehen ». In Bolten, J. Sternenfels. Cross Culture – Interkulturelles Handeln in der Wirtschaft. Berlin : Wissenschaft&Praxis, 43-58.

Ouellet, F. 1991. L’éducation interculturelle. Essai sur le contenu de la formation des maîtres. Paris : L’Harmattan.

Seul, O., B. Zielinski, U. Dupuy. (éd.) 2003. De la communication interculturelle dans les relations franco-allemandes : Institutions Enseignement et formation professionnelle Entreprises. Bern : Lang

Spillner, B. 1978. « Methoden der kontrastiven Linguistik in der Frankreichkunde ». In Arndt H., F.-R. Weller (ed.). Landeskunde und Fremdsprachenunterricht. Francfort/M : Diesterweg, 151-178.

Thomas, A. 1989. « An Action Approach to Cross-Cultural Understanding ». In P. Funke (ed). Understanding in the USA. A Cross Cultural Perspective. Tübingen : Gunter Narr Verlag.

Haut de page

Notes

1 La fonction explicative de tels « incidents critiques », dans le cadre des manuels, est traitée dans Müller 1995. Pour éviter des stéréotypes et pour ré-évaluer la différence entre pratiques collectives et individuelles, la référence à des membres d’un pays particulier se fait par des évaluateurs/relativisateurs : quelques-uns, beaucoup de, un grand nombre de, etc. L’exemple cité ici et ceux qui suivent font partie de recherches sur la communication interculturelle entre Français et Allemands (Helmolt & Müller 1991). Dans un souci d’anonymat, les noms des personnes en cause ont été changés.

2 Günthner parle de « cultural specific repertoires of communicative genres » (2007).

3 « Être d’accord sur le type d’activité linguistique réalisé à un moment donné […] implique l’acceptation des inférences culturelles comme : quelles en sont les probables résultats communicatifs, quels genres de sujets peuvent être abordés, quelle sorte d’information peut être échangée par expressions verbales, et quelles interprétations découlent des allusions liées à des expériences communes » (c’est nous qui traduisons).

4 dirigé par Liisa Tiittula (Helsinki, maintenant Tampere) et Hartmut Schröder (Vaasa).

5 Ce sont des abstractions cognitives, appelées aussi représentations notionnelles conventionnelles (G. List).

6 Ils sont souvent en cause dans des quiproquos, comme nous l’ont démontré Thomas (1989) par l’exemple FRIEND-FREUND, moi même (1983) par une recherche ethnographique sur CAFE ou Spillner (1978) à travers la description des objets de la vie quotidienne et des lieux de vacances.

7 Le cas cité est authentique et confirmé par d’autres enquêtes sur les problèmes de communication entre Allemands et Français (Helmolt & Müller 1991). L’interprétation dépend des contextualisateurs, notamment de l’intonation. Ainsi Breuer & de Bartha (1993) présentent une autre interprétation. D’après eux, le « Si vous voulez » indique qu’un Français ne veut plus argumenter, tandis que beaucoup d’Allemands y voient un début de consentement.

8 En général, les Français utilisent un spectre plus large et surtout des sons aigus, interprété par des interlocuteurs allemands soit comme un accent de mise en relief soit comme un signe d’énervement.

9 L’approche interactionniste relativise aussi l’idée préconçue de « cultures éloignées » et de « cultures proches » car les deux données contraires (éloignement et proximité) peuvent entraîner des accrochages de niveau tout à fait équivalent. Cf., entre autres, Hieber 1983 : 184sv.

10 En effet, un incident critique, où une Brésilienne décrit ses sentiments vis-à-vis des manières de se saluer en Allemagne, illustre à quel point les interférences avec sa culture propre sont nombreuses et influencent non seulement le résultat des perceptions et des évaluations, mais également la constitution de l’ensemble situationnel où l’individu fixe, de manière subjective, les composantes qui lui semblent porteuses de significations (Müller 1992).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Les co-créations d’espaces culturels
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-1.png
Fichier image/png, 74k
Titre Tableau 2 : Déroulement de la communication interculturelle et ses éléments perturbateurs
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-2.png
Fichier image/png, 80k
Titre Tableau 3 : Intentions de travailler dans C2
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-3.png
Fichier image/png, 203k
Titre Tableau 4 : Modifications des jugements
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-4.png
Fichier image/png, 91k
Titre Exemple 1 : Le voyage d’affaires
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-5.png
Fichier image/png, 141k
Titre Exemple 2 : Situation de travail (en Allemagne)
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-6.png
Fichier image/png, 48k
Titre Exemples de registres
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-7.png
Fichier image/png, 111k
Titre Exemples dans le domaine paralinguistique
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-8.png
Fichier image/png, 72k
Titre Autres observations
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3175/img-9.png
Fichier image/png, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernd Müller-Jacquier, « L’erreur fondamentale d’attribution dans la classe de langue », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVIII N° 1 | 2009, 27-44.

Référence électronique

Bernd Müller-Jacquier, « L’erreur fondamentale d’attribution dans la classe de langue », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVIII N° 1 | 2009, mis en ligne le 10 novembre 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/3175 ; DOI : 10.4000/apliut.3175

Haut de page

Auteur

Bernd Müller-Jacquier

Bernd Müller-Jacquier est Professeur d’études allemandes interculturelles à l’Université de Bayreuth.
mue-jac@uni-bayreuth.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page