Navigation – Plan du site
Fiche pédagogique

Antitrust délie les langues

Fiche pédagogique
Nadia Yassine-Diab
p. 112-115

Texte intégral

12

1Qui ne se souvient pas de sa peur de parler en public ? Les étudiants spécialistes d’autres disciplines ont en commun une piètre opinion de leur capacité à communiquer en langue étrangère. Il faut donc leur redonner confiance en eux.

Matériel

2Téléviseur, lecteur DVD, télécommande.

Objectifs

  • 1 Suite à la semestrialisation, nous voyons les étudiants de 2e année uniquement au Semestre 3, deux (...)
  • 2 Le DVD a été acheté par l’IUT.

3La fiche pédagogique proposée ici est le tout premier TD de la deuxième année (semestre 3)1. Elle s’appuie sur trois très courts extraits vidéo (2 minutes en tout) du film Antitrust de 20012. Le fait que les étudiants aient vu le film ou non est, contrairement à ce qu’ils pensent, sans importance. Ils seront entraînés à l’expression orale et à la prise de parole en continu. Ils devront travailler seuls, puis en petits groupes. Cette activité nécessite peu de ressources et a le mérite de pouvoir être facilement adaptée à différents groupes de niveau. Elle pourrait être développée avec, par exemple, un travail d’expression écrite dans le prolongement de ce qui aura été fait en cours.

4Ce film raconte l’histoire d’un génie de l’informatique, Milo Hoffman, qui a créé sa propre entreprise dans son garage avec un ami, avant d’être engagé comme programmeur dans une grande société de la Silicon Valley, NURV, spécialisée dans l’informatique. Mais lorsqu’un de ses proches est victime d’un crime étrange, il comprend que NURV est prête à tout pour parvenir à ses fins, quitte à employer les méthodes les plus inavouables, et se retrouve directement impliqué. L’intérêt de ce film est le sujet en lui-même, même si l’enseignant n’utilise que de courts extraits ; il s’adresse en priorité aux étudiants d’informatique.

5L’enseignant pourra adapter la longueur de la fiche en fonction du temps imparti et du niveau du groupe. Les activités seront panachées suivant les objectifs pédagogiques du cours. Cette fiche fonctionne bien de par le choix du support vidéo, du thème du film, mais aussi du fait que les activités proposées sont progressives, ce qui doit permettre à tous les étudiants de participer. L’idée principale est à la fois une prise de contact entre les étudiants et l’enseignant, mais surtout et d’abord entre eux, pour qu’ils puissent reprendre un peu confiance dans leur « voix » avant d’aller plus loin.

Description du déroulement de l’activité

1. Premier extrait : le générique (environ 5 à 10 minutes)

6L’activité commence par le visionnage du générique seul (les 28 premières secondes du film). L’enseignant demande aux étudiants d’anticiper sur le sujet du film, ce qui permet de réactiver l’expression de l’opinion, de l’hypothèse, du doute.

7Le générique se déroule comme une page de code informatique, ce qui en général intrigue les étudiants (car il n’y a pas énormément de films qui parlent de programmation) et ils arrivent assez facilement à la conclusion que le film traite d’informatique. La mise en confiance est progressive : description, compréhension de situation et/ou un peu d’imagination, premiers maillons de la prise de parole en continu et de l’expression orale dite « libre ».

2. Deuxième extrait sans le son : le discours (environ 15 à 20 minutes)

8Le deuxième extrait est alors visionné (de 0’28 minute à 1 minute 01) sans le son. Il s’agit du discours d’un des personnages principaux, Gary Winston, le patron millionnaire de l’entreprise d’informatique NURV. Les étudiants doivent décrire ce qu’ils voient, quelles impressions cet homme leur donne, pourquoi, où ils pensent que cela se passe et enfin qui ce personnage peut bien être. Il s’agit de répondre ici succinctement aux questions en WH- (what, where, who, why, how), de manière à « déblayer » le terrain. Ils y parviennent assez bien en général et arrivent à décrire les mouvements et le regard de Winston, pour mieux en déduire le fait qu’il est très sûr de lui. Des hypothèses sont émises sur l’identité mystérieuse de ce personnage et il arrive très souvent qu’ils ne soient pas d’accord. Ils cherchent parfois même à se convaincre mutuellement.

3. Deuxième extrait avec le son (15 à 20 minutes)

9Le même extrait est joué une deuxième fois, avec le son cette fois, et les étudiants doivent dire ce qu’ils ont compris de la situation. Les groupes les plus faibles peuvent éventuellement écrire les mots qu’ils ont entendus, puis l’ensemble du groupe émet des hypothèses. La deuxième écoute permet de confirmer ou d’infirmer leur hypothèse et de gagner en précision. On peut notamment utiliser un exercice de type lacunaire pour les aider dans un deuxième temps (exemple en Annexe 1). Ont été ici enlevés les mots qui sont d’une part les plus porteurs de sens, et d’autre part les plus susceptibles d’être compris. Il serait possible d’adapter ce petit exercice en fonction du niveau des étudiants quand on le connaît, ou de proposer deux « textes à trous » différents pour mettre en place une pédagogie différenciée.

10Notre objectif à ce stade est qu’ils arrivent progressivement à expliquer, à commenter ce que « you are one or zero, alive or dead » peut signifier. Cela débouche en général sur le capitalisme et le fonctionnement des entreprises, le manque d’humanité du monde des affaires, etc.

11Un des étudiants répète tout ce qui a été dit et résume le message principal de Winston. Il s’agit de bien mettre l’accent sur le côté disproportionné et le style stakhanoviste du discours de Winston.

4. Troisième extrait sans le son : le mini-jeu de rôles (environ 30 à 35 minutes)

12Le troisième extrait (1 minute 08 à 1 minute 43) est ensuite passé sans le son. Les étudiants doivent à nouveau imaginer ce dont il peut être question. La classe est divisée en quatre sous-groupes, deux par « scène » car il y a deux parties distinctes : une avec Winston et une journaliste au journal TV, et une autre lors du procès de Winston. Les étudiants arrivent en général à émettre des hypothèses car les scénettes sont très brèves ce qui laisse libre cours à leur imagination à partir du peu d’indices dont ils disposent.

13Puis ils doivent imaginer un court dialogue illustrant ce qu’ils pensent. Pour la scène de l’interview par la journaliste, par exemple, ils imaginent ce que Winston pense et ce qu’il s’apprête à répondre (on ne le voit pas répondre), et ils viennent jouer la scène devant les autres. Au début, ils sont intimidés. Soit un dictionnaire est à leur disposition, soit ils doivent demander au reste du groupe les mots de vocabulaire manquants et l’enseignant les note au tableau. Le résultat est souvent amusant et varié et ils s’étonnent eux-mêmes. Bon nombre d’étudiants se prennent au jeu, et comme tout le monde doit participer, même les étudiants les plus faibles ou les plus timides trouvent une manière de « contribuer ». Chaque groupe est systématiquement applaudi par le reste de la classe : ils en tirent une certaine fierté.

14On peut ensuite repasser l’extrait avec le son, et demander de confirmer/ d’infirmer les hypothèses. Un travail plus approfondi peut être fait en fonction du temps disponible et des objectifs de la séance. Par exemple, on peut demander de :

  • Noter les mots entendus

  • Essayer de les « relier » entre eux, de faire du sens, d’émettre une hypothèse sur ce qui se passe

  • Ré-écouter pour confirmer ou infirmer les hypothèses

  • Terminer éventuellement par un exercice lacunaire (Annexe 2) avant ou après l’étape précédente en fonction des difficultés du groupe, ce qui peut également servir de trace écrite.

5. Conclusion de la séance : mini-débat (temps restant)

15En fonction du temps imparti, il est possible de terminer, au regard de tout ce qui a été dit, par un mini-débat sur la concurrence en général, en le liant à un sujet d’actualité. Cette dernière étape n’est pas encore suffisamment aboutie, faute de temps, et ne peut donc pas être présentée dans cette fiche.

16L’objectif principal de cette première séance est généralement atteint, au sens où après plusieurs mois « d’abstinence langagière », ces étudiants réussissent, pour la plupart, à communiquer. Bien entendu, c’est un travail de longue haleine, mais cette prise de contact se fait en général dans la bonne humeur, ce qui contribue grandement à la mise en confiance et à l’instauration de l’ambiance de travail pour la suite.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Script complet du deuxième extrait3

Script complet du deuxième extrait3

Annexe 2

Script complet du troisième extrait

Script complet du troisième extrait
Haut de page

Notes

1 Suite à la semestrialisation, nous voyons les étudiants de 2e année uniquement au Semestre 3, deux fois par semaine. Dans mon département, un système de « barrette » est en place ; nous prenons les étudiants en demi groupe pendant 1h30 et nous partageons tous les groupes de manière à ce que tous les étudiants reçoivent le même enseignement. Chaque enseignante les voit une à deux fois par semaine tous les quinze jours. Personnellement, je vois chaque groupe deux fois par semaine et ai choisi de dédier un de ces deux cours à l’entraînement à la compréhension de l’oral en laboratoire de langues, et l’autre à l’expression orale en priorité, de manière à harmoniser mon enseignement avec le reste de l’équipe pédagogique. C’est dans ce contexte que se situe ce premier TD.

2 Le DVD a été acheté par l’IUT.

3 C’est la fiche professeur qui est reproduite ici. Dans l’exercice lacunaire, les expressions et mots soulignés sont occultés (idem pour l’annexe 2). Je reste à la disposition des collègues qui le souhaitent pour leur envoyer la fiche élève et la fiche professeur au format Word.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Script complet du deuxième extrait3
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3207/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Titre Script complet du troisième extrait
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3207/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Yassine-Diab, « Antitrust délie les langues », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXVII N° 1 | 2008, 112-115.

Référence électronique

Nadia Yassine-Diab, « Antitrust délie les langues », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXVII N° 1 | 2008, mis en ligne le 09 septembre 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/3207 ; DOI : 10.4000/apliut.3207

Haut de page

Auteur

Nadia Yassine-Diab

Nadia Yassine-Diab enseigne l’anglais dans le département Informatique de l’IUT Paul Sabatier.
nadia.yassine-diab@iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page