Navigation – Plan du site

Éditorial

Mireille Hardy
p. 6-8

Texte intégral

1Ce numéro des Cahiers de l’APLIUT est consacré aux autres langues, c’est-à-dire – tout le monde l’aura compris – aux langues autres que l’anglais.

  • 1 Breton, Roland. 2003. Atlas des langues du Monde. Paris : Éditions Autrement, 75.
  • 2 Sur les paradoxes de la domination de l’anglais et le devenir des autres langues, voir le n° hors-s (...)

2L’Union Européenne tente courageusement d’imiter l’Inde qui s’est donné pour devise « Unité dans la diversité », mais combien de temps résistera-t-elle aux difficultés matérielles et aux contraintes budgétaires ? « La loi du marché semble appelée à régir seule les options linguistiques individuelles ou communautaires »1. La langue de la plus grande puissance économique au XXe siècle s’est imposée comme langue véhiculaire à la faveur de la mondialisation. McDonald et Microsoft ont facilité ce que Zamenhof n’avait pas réussi à faire avec l’esperanto. La « maîtrise » (on peut s’interroger sur ce terme) de l’anglais est en passe de devenir aussi banale et indispensable que le permis de conduire. Cependant, les avantages apportés par cette domination de l’anglais – rapprochement entre les nations, facilité des échanges, etc. – se doublent des effets pervers de l’uniformisation : un appauvrissement culturel et linguistique, que d’aucuns qualifient de « pizzaïsation »2.

  • 3 Parlez Globish. 1998. Paris : Eyrolles. Selon Nerrière, le globish ne contient que 1500 mots…
  • 4 Sénateur du Nord, rapporteur de la loi Toubon sur l’usage de la langue française. L’Express, 24 mai (...)
  • 5 l’Express, 24 mai 2004. La citation est attribuée à Maurice Contal, directeur de World Executives, (...)

3Le Business English, ou Globish comme l’a appelé Jean-Paul Nerrière3, est devenu le plus petit dénominateur commun entre deux interlocuteurs de nationalité différente. S’il permet incontestablement de désinhiber les Français vis-à-vis des langues étrangères et que s’instaure une meilleure communication aux niveaux professionnel et personnel, il s’avère très insuffisant dans de multiples situations. Après une période d’euphorie, les entreprises déchantent quelque peu : « Penser que l’anglais suffit à se comprendre en tous lieux est un raisonnement à courte vue. Pour faciliter les échanges, y compris commerciaux, il faut s’exprimer dans la langue de l’autre », rappelle Jacques Legendre4. En outre, même dans des échanges avec des anglophones, la compétence linguistique ne suffit pas : « Une chose est de baragouiner, une autre de comprendre finement l’interlocuteur. "Les gens pensent se comprendre parce qu’ils utilisent les mêmes mots […] Ils oublient que les termes recouvrent des réalités différentes selon les pays." »5

  • 6 Cf. la prise de position de l’APLIUT sur ce point (Les Cahiers de l’APLIUT, XXII (3) : 104-106) et, (...)

4À l’heure où les horaires de langues sont menacés dans les nouvelles maquettes de licences professionnelles, l’APLIUT continue à souligner la nécessité du plurilinguisme et à se battre pour le maintien, ou l’introduction, des LV2 et LV3 avec des horaires décents dans toutes les filières6. D’un IUT à l’autre, les variations (volumes horaires, offre de LV2 et de LV3, caractère obligatoire ou non de la LV2) sont énormes à l’intérieur d’une même spécialité. Les contraintes budgétaires se faisant de plus en plus rigoureuses, il est à craindre que ces écarts se creusent.

5Nous aurions aimé publier dans ce numéro des contributions sur des langues enseignées (aujourd’hui ou hier) dans certains IUT : l’italien, l’arabe, le portugais, le japonais, le corse... Les expériences novatrices ne manquent pas, par exemple une initiation au suédois en prélude à des stages en Suède doit se mettre prochainement en place à l’IUT de Valenciennes. Malheureusement, ces tentatives d’élargissement de l’offre linguistique restent rares et reposent souvent sur la volonté d’une seule personne. En outre, ces enseignements sont presque toujours assurés par des vacataires qui n’ont pas de temps à consacrer à la rédaction d’un article.

6Antoine Provo, vice-président de l’APLIUT chargé de la diversité des langues, ouvre le dossier avec ses réflexions sur la situation de plus en plus difficile de l’enseignement de l’allemand, de l’espagnol et des autres langues, et sur l’avenir du multilinguisme dans l’Union Européenne.

7Anne Azam-Pradeilles, longtemps enseignante d’anglais en IUT et fondatrice de l’APLIUT et des Cahiers, maintenant administratrice civile du ministère de l’intérieur et conseillère pré-adhésion en Roumanie, analyse la manière dont elle a appris l’espagnol en quelques mois pour une mission d’expertise administrative au Pérou. Devenue apprenante, elle dissèque les stratégies d’apprentissage mises en œuvre et les transferts opérés pour atteindre rapidement l’efficacité opérationnelle exigée à ce niveau de responsabilité.

8Agnès Millet présente un système linguistique qui se distingue de tous les autres : la Langue des Signes Française. À partir de nombreux exemples, l’auteure illustre le fonctionnement de cette langue dont la structuration lexicale et syntaxique repose sur l’iconicité et sur une sémantisation de l’espace.

9Patrice Charlemagne expose le contexte historique et économique dans lequel le néerlandais est enseigné dans le nord de la France et plus particulièrement les conditions dans lesquelles il enseigne cette langue dans deux départements de l’IUT Saint-Omer Dunkerque.

10Hélène Gasc et Pedro Hernandez del Pino décrivent le système très ouvert et souple mis en place dans le département TC2 de l’IUT de Sceaux pour permettre aux étudiants d’étudier la LV2 et/ou la LV3 de leur choix.

11Dans un texte collectif, plusieurs enseignants de l’IUT Cherbourg Manche expliquent comment un enseignement de LV2 optionnelle a été introduit dans deux départements secondaires et quel bilan peut être fait de l’expérience quatre ans plus tard.

12Annie Hervé présente l’enseignement des LV2, espagnol et italien, à l’IUT de Nice Sophia Antipolis, qui se concrétise par de nombreux stages à l’étranger et des échanges Erasmus réussis, particulièrement avec l’Espagne.

13Jean-Marie Ciamporciero, enseignant d’espagnol récemment nommé en IUT, donne ses premières impressions et sa méthode pour motiver des étudiants qui ont trop souvent tendance à « consommer » du cours.

14Trois articles hors thèmes complètent ce volume des Cahiers.

15Constatant que les métaphores représentent une difficulté particulière pour la compréhension des textes écrits, Jeannette Littlemore a observé les stratégies d’interprétation de cette figure de rhétorique chez quatre étudiants japonais en classe d’anglais langue étrangère. Après avoir confronté ces stratégies aux théories actuelles sur l’interprétation de la métaphore, elle avance quelques pistes pour aider les apprenants à surmonter les difficultés.

16Jean-Marc Mangiante s’est intéressé à un autre type d’obstacle à la compréhension : l’usage du lexique courant dans la démonstration mathématique. Il montre que l’ambiguïté de termes communs rend problématique la compréhension, par des apprenants étrangers, du langage mathématique, pourtant réputé précis et monosémique.

17Faisant également appel à la rigueur mathématique, l’informaticien Georges Antoniadis présente le TAL (Traitement Automatique de la Langue), un moyen de remédier à un défaut majeur des logiciels d’apprentissage de langue. En effet, ceux-ci considèrent la langue comme une simple suite de caractères et ne prennent pas en compte les propriétés de la forme langagière – d’où leur intolérance à toute solution autre que celle qui a été prévue par le concepteur.

18Outre les rubriques habituelles (comptes rendus de lectures et de colloques), vous trouverez dans ce volume le compte rendu d’une réunion de la région 6 APLIUT sur le thème de la grammaire.

19Le comité de rédaction vous souhaite une bonne lecture.

Haut de page

Notes

1 Breton, Roland. 2003. Atlas des langues du Monde. Paris : Éditions Autrement, 75.

2 Sur les paradoxes de la domination de l’anglais et le devenir des autres langues, voir le n° hors-série Culture de Courrier International sous-titré Cause toujours ! À la découverte des 6700 langues de la planète. Mars-avril-mai 2003.

3 Parlez Globish. 1998. Paris : Eyrolles. Selon Nerrière, le globish ne contient que 1500 mots…

4 Sénateur du Nord, rapporteur de la loi Toubon sur l’usage de la langue française. L’Express, 24 mai 2004. http://www.lexpress.fr/reussir/dossier/langues/dossier.asp.

5 l’Express, 24 mai 2004. La citation est attribuée à Maurice Contal, directeur de World Executives, un cabinet de sensibilisation aux enjeux interculturels.

6 Cf. la prise de position de l’APLIUT sur ce point (Les Cahiers de l’APLIUT, XXII (3) : 104-106) et, dans ce numéro, le texte de Jean-Michel Tholliez, « Les IUT et le LMD. La situation en juin 2004 », page 119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 2 | 2004, 6-8.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 2 | 2004, mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/3299

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Rédactrice en chef des Cahiers de l’APLIUT
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page