Navigation – Plan du site

Avant-propos

Vous avez dit : « Diversité des Langues » ?
Antoine Provo
p. 9-15

Texte intégral

1Lorsque, voici 2 ou 3 ans, j’ai souhaité mettre un terme à mes fonctions de trésorier de l’APLIUT, Janet Atlan, alors présidente, me proposa de prendre un poste vacant à l’époque, celui de vice-président chargé des langues autres que l’anglais. Si les tâches de trésorier d’une association, souvent répétitives et fastidieuses, m’avaient toujours semblé clairement définies, j’avoue que je ne voyais pas vraiment ce que l’on attendait de moi à ce poste.

2De plus, l’intitulé même de cette fonction ne me plaisait guère et je n’étais pas très enclin à accepter cette proposition. En effet, j’avais eu à plusieurs reprises l’occasion de dénoncer la prédominance de l’anglais : dans les Cahiers, où les nombreux articles concernant l’anglais, quelquefois même rédigés en anglais, découragent le lecteur enseignant une autre langue, dans tel compte-rendu d’atelier TC – où l’on ne parlait plus de LV1 et LV2 mais d’anglais et de LV2 – ou encore lors de certains congrès où les conférences « d’ouverture » se faisaient en anglais (heureusement, les choses ont bien changé depuis). En définitive, Janet Atlan insista en me proposant le poste de vice-président chargé, non plus des autres langues, mais de la diversité des langues. Cette proposition me parut acceptable.

3Aujourd’hui, plutôt que de faire un bilan, qui serait forcément décevant, des 2 ou 3 années passées à cette vice-présidence, je préférerais, à l’occasion de ce numéro des Cahiers consacré aux autres langues, livrer quelques réflexions que m’inspire la « diversité des langues ».

4Le premier constat, lorsqu’on est professeur d’allemand, d’anglais, d’espagnol, d’italien, de russe, etc., est que l’on aura beau chercher dans les programmes officiels de collège ou de lycée, on ne trouvera pas, à la différence des autres matières telles que les mathématiques, le français ou l’histoire-géographie, la matière allemand, anglais, espagnol, italien, russe, etc., mais LV1, LV2 voire, en lycée, LV3 (seuls 7,3 % des élèves du second degré étudient 3 langues vivantes). Cela revient à dire que, lorsque l’on enseigne une langue étrangère en France, on évolue dans un environnement concurrentiel. En IUT, à part quelques spécialités – je pense aux départements Informatique ou STID, mais peut-être y en a-t-il d’autres – où l’anglais est une matière clairement identifiée, la situation n’est guère différente, souvent même encore moins claire. Le programme officiel de la Commission Paritaire Nationale (CPN) de TC par exemple prévoit par année 90h d’enseignement pour la matière « langue(s) », à charge pour les départements d’organiser ou non l’enseignement, obligatoire ou non, d’une deuxième langue. C’est bien là l’une des spécificités des langues dans l’enseignement en général et en IUT en particulier.

5La deuxième remarque – frustrante lorsque l’on est chargé de promouvoir la diversité des langues à l’APLIUT – c’est que le choix des langues pour les bacheliers qui arrivent en IUT est fait depuis la 6e pour la LV1, la 4e pour la LV2, et parfois la 2e pour les rares élèves qui optent pour une LV3. Or, le choix le plus courant, pour les élèves, est celui de l’anglais en LV1 (91 % des 6e) et de l’espagnol en LV2 (71 % des 4e) alors que la France offre, avec le Royaume-Uni, la plus large gamme de langues vivantes en Europe : 12 proposées en 6e contre 6 en moyenne dans les autres pays européens, selon le recensement effectué par le réseau européen d’information Eurydice. Mais cette diversité de l’offre se heurte à la liberté de choix laissée aux parents et aux élèves. La logique qui consiste à laisser faire la demande aboutit à la domination de l’anglais et de l’espagnol. Le développement de l’apprentissage des langues vivantes à l’école primaire (84 % des classes de CE2, CM1 et CM2 proposent cet enseignement) a aussi contribué au renforcement de l’anglais. En effet, on trouve plus de professeurs des écoles capables d’enseigner l’anglais que l’allemand par exemple.

6L’enseignement de l’allemand en France se trouve dans une situation « dramatique » selon le ministère. Alors qu’en 1970, 14,3 % des collégiens apprenaient l’allemand en LV1, ils ne sont plus aujourd’hui que 7,9 %. En LV2, la diminution est encore plus sensible avec seulement 13,5 % de germanistes aujourd’hui contre 36 % en 1970. Le rapport du sénateur Jacques Legendre sur l’enseignement des langues étrangères en France (novembre 2003), qui juge les moyens de l’enseignement des langues « insuffisants » et évoque l’idée qu’il faut « réconcilier l’opinion publique avec l’apprentissage des langues », souligne qu’« en France, l’allemand est en passe de devenir une langue rare et sinistrée ».

7Car l’allemand connaît des difficultés spécifiques. D’abord, cette langue réputée difficile rebute certains élèves. Ensuite, le choix de l’allemand a longtemps été considéré comme un moyen efficace pour choisir les meilleures classes. En 1996 par exemple, il était choisi par seulement 11,9 % des élèves de 6e, mais par 26,7 % des enfants d’enseignants, à priori mieux informés, et 24 % des élèves possédant au moins un an d’avance. La volonté du ministère de l’éducation de mettre fin cet élitisme, pour limiter la constitution de « bonnes » et de « mauvaises » classes, a réduit l’attractivité de l’allemand auprès de parents qui pensent que, hors de l’anglais, il n’y a point de salut.

8Et pourtant, l’allemand est la première langue maternelle dans l’Union Européenne (parlée par 100 millions d’Européens) et une des trois langues officielles de l’UE, avec l’anglais et le français. C’est la langue des échanges en Europe centrale et du nord, la langue dominante en Europe de l’est (deuxième langue étrangère enseignée en Pologne) et aussi la langue du premier fournisseur de la France (pour 48 %) et de son premier client (42,5 %). Sur le plan touristique, l’Allemagne est le premier client de la France et actuellement 150 000 professionnels parlant allemand manquent à l’appel. Pour le ministère de l’éducation nationale « Lallemand est en perte de vitesse mais cela correspond à une tendance lourde et plus générale : la diversification des langues ne cesse de reculer » (Le Monde, 23 janvier 2004 : 5).

9Si le déclin de l’allemand est évident, toutes les autres langues, à l’exception de l’anglais (ne devrait-on pas dire anglo-américain, voire américain de base) et de l’espagnol LV2, sont en recul.

  • en 1965 : 4,4 % d’espagnol LV1 ; en 2000 : 0,7 % ;

  • en 1965 : 0,7 % d’italien LV1 ; en 2000 : tendance 0 % ;

  • en 1980 : toutes les autres langues réunies : 0,7 % : en 2000 : 0,2 %.
    (chiffres du Ministère de l’Éducation Nationale, La Quinzaine Universitaire N° 1203, 3 mars 2003 : 4).

10L’enseignement de l’espagnol, qui a fortement progressé ces dernières années, échappe donc à cette fatalité du tout anglais. Environ 35 % des élèves du secondaire l’étudient. « La France compte, à elle seule, 60 % des étudiants européens en espagnol, suivie de la Grande-Bretagne (15 %) et de l’Allemagne (11 %) » (Le Monde, 19 avril 2004 : 6). Ce choix semble guidé par des motivations affectives : 44 % de ceux qui choisissent l’espagnol disent le faire parce qu’ils aiment cette langue, alors qu’aux États-Unis 61 % des étudiants obéissent à des « raisons pratiques » : l’espagnol est nécessaire pour les affaires et le parler facilite la mobilité sociale et économique. Il est vrai qu’avec 35 millions de personnes recensées, la communauté des hispanophones est la communauté étrangère la plus importante aux États-Unis.

11« La globalisation, comme l’écrivent Emilio Lamo de Espinosa et Javier Noya dans le rapport 2002 de l’Institut Cervantès, est bonne pour l’espagnol, alors qu’elle est mauvaise pour d’autres langues, comme le français. » En effet,

l’existence d’une importante communauté des deux côtés de l’Atlantique assure la reproduction démographique de l’espagnol, les moyens de communication tendent à réduire le risque de fragmentation [linguistique], les émigrations latino-américaines étendent la capacité de reproduction de la langue ; le commerce et le poids de la culture en espagnol impulsent un excellent marché de l’espagnol comme langue étrangère et deux grands pays comme les États-Unis et le Brésil assurent la prédominance de l’espagnol en Amérique » (Le Monde, 19 avril 2004).

12Pour autant, la situation de l’enseignement de l’espagnol en France est loin d’être idéale. La progression a été rapide et le manque de professeurs dans le secondaire, malgré l’accélération du recrutement, est évident, et cela n’est pas sans conséquence sur la qualité de l’enseignement de l’espagnol et sans doute aussi sur celle de l’encadrement. Et le recrutement d’assistants de langue espagnole ne saurait constituer une solution, au moins dans les conditions actuelles de recrutement, d’autant que, depuis quelques années, la durée des contrats des assistants de langues a été réduite et ne va plus que d’octobre à fin avril. De plus, les effectifs des classes sont souvent pléthoriques. En IUT, on éprouve également souvent des difficultés à trouver des vacataires disponibles lorsqu’il n’y a pas de postes d’enseignants permanents d’espagnol – et la tendance n’est pas au recrutement. Alors, les groupes s’alourdissent et les horaires proposés, souvent en fin de journée, ne sont guère satisfaisants. Enfin, l’espagnol qui n’est souvent enseigné qu’en deuxième langue, souffre comme toutes les autres LV2, italien, russe, portugais, arabe, etc., de la réduction des horaires en lycée (2 heures seulement dès la 1e en S, en ES et en L) ou d’un coefficient ridiculement bas et dissuasif (2) au bac en STT, où, paradoxalement, l’horaire de 3 heures sans dédoublement a été maintenu.

13Le salut pour la promotion de la diversité des langues pourrait venir de l’Union Européenne. Depuis le 1e mai dernier, l’Europe élargie ne compte pas moins de 20 langues officielles et, depuis l’adhésion de 10 nouveaux états, l’Europe doit désormais travailler en vingt idiomes différents. Le Parlement européen a prévu d’interpréter les débats dans les 20 langues différentes de l’Europe élargie, mais on voit bien les difficultés. Les questions des eurodéputés ne sont pas traduites directement de langue à langue, ce qui impliquerait 380 combinaisons, mais par l’intermédiaire d’une langue « pivot », généralement l’anglais ou le français. Alors, au fil des débats et devant les difficultés de traduction sur des sujets souvent techniques, la tentation (faut-il dire le risque) est forte de passer à une espèce d’espéranto appauvri qui n’a plus grand chose à voir avec la langue de Shakespeare. Peut-être faudra-t-il se limiter à 5 ou 6 langues ? À la Commission Européenne, les langues de travail sont au nombre de 3 : l’allemand, l’anglais et le français. Ce régime trilingue qui est aussi celui qui prévaut lors des rencontres informelles des ministres européens, semble être en sursis. A la Commission, l’élargissement est en passe de faire tomber les derniers bastions non anglophones. L’allemand, pourtant parlé par 100 millions d’Européens, est trop difficile pour être véhiculaire ; le français est en perte de vitesse depuis le départ de Jacques Delors de la Commission et l’élargissement de l’Union, en 1995, à la Suède, à l’Autriche et à la Finlande. Le taux de documents rédigés originellement en français est passé de 40 % en 1997 à moins de 30 % aujourd’hui. Les Français de la Commission ont leur part de responsabilité dans ce déclin. Une partie d’entre eux, persuadée que la position dominante du français serait éternelle, s’est permis pendant des années de parler, en réunion, dans une langue familière et à un débit rapide, difficile à comprendre, sans faire la moindre place à l’italien ou à l’espagnol. Enfin, des 10 nouveaux commissaires européens, seul le Hongrois Peter Balazas déclare parler français. Dans ce contexte, il y a fort à parier que la formule d’Umberto Eco, « La langue officielle de l’Europe, c’est la traduction », perde de son actualité et que la langue de l’Europe élargie devienne l’anglais.

14Dans une interview parue dans Le Monde du 17 février 2004, Philippe Van Parijs, professeur à l’Université catholique de Louvain en arrive à la même conclusion après avoir expliqué que « au cœur de toute la dynamique linguistique se trouve l’interaction de deux micromécanismes, qui se renforcent l’un l’autre. Le premier est le principe du « maximin » ou maximisation du minimum communicationnel », ce qui signifie que, « lorsque plusieurs personnes de langues différentes sont appelées à communiquer, la langue choisie est celle pour laquelle la connaissance minimale de tous est la meilleure. […] Choisir l’anglais, c’est choisir l’exclusion minimale ». Le deuxième principe, c’est

celui de l’apprentissage différentiel en fonction de la probabilité de l’usage de la langue. On aura tendance à investir davantage dans l’apprentissage d’une langue si on sait qu’on aura plus d’occasions de la pratiquer. Les deux mécanismes sont liés par une dynamique explosive. Plus on a recours à l’anglais, en vertu du principe du maximin, plus on anticipe cette situation au moment de choisir une seconde langue ; et plus on choisit l’anglais, plus il devient la langue du maximin, puisque tout le monde finit par la connaître. En Belgique, selon une enquête menée il y a quatre ans, les jeunes de 15-34 ans sont 21 % à connaître leur seconde langue nationale, le français pour les néerlandophones, le néerlandais pour les francophones) et 36 % à connaître l’anglais. Ce qui veut dire que la connaissance moyenne de l’anglais par les jeunes Belges est plus forte que n’a jamais été la connaissance moyenne de la seconde langue nationale.

15En conclusion, à la question de savoir si l’on pourra préserver la diversité linguistique des institutions européennes, Philippe Van Parijs répond :

Comme rien ne remplace la communication directe, sans la lourdeur des systèmes de traduction simultanée, à partir du moment où il y aura plus de vingt langues, la convergence vers une seule d’entre elles, qui sera l’anglais sera inévitable. Ceux qui persisteront à vouloir s’exprimer dans leur langue ne seront pas entendus.

16Vous avez dit « diversité des langues » ?

17Alors, que faire ? Inutile de ressasser d’éternels regrets du genre « Ah, si les États-Unis avaient choisi l’allemand plutôt que l’anglais comme langue officielle, à un moment de leur histoire où, semble-t-il, les deux aient été en concurrence et qu’il s’en fallût de peu pour que… Ah, si Napoléon n’avait pas vendu la Louisiane… Ah, si Lafayette… Inutile aussi de mener des combats d’arrière-garde pour faire revenir telle ou telle « langue autre que l’anglais » » (on y revient) à la première place.

18Il faut plutôt lutter pour le plurilinguisme, faire en sorte que les autres langues soient bien placées en tant que deuxième langue, créer des poches de résistance, un peu comme Astérix et Obélix, au niveau régional, au nord-est pour l’allemand (Sarlorlux), au sud-ouest pour l’espagnol, au sud-est pour l’italien… À cet égard, il est intéressant de remarquer que dans les départements limitrophes de l’Italie, de Nice à Annecy, les élèves de 6° suivent une LV1bis obligatoire, qui est l’italien, à raison de 3 h par semaine.

19Il faut également rappeler régulièrement à nos hommes politiques, à nos élus, leurs belles déclarations d’intention qui, si souvent, ne sont guère suivies d’effets par manque de moyens (uniformisation = moindre coût), ou de réelle volonté politique, ou des deux. Un seul exemple : le Traité entre la République française et la République Fédérale d’Allemagne sur la coopération franco-allemande, dit Traité de l’Élysée du 22 janvier 1963 stipule (§ II. c. 1) :

Les deux gouvernements reconnaissent l’importance essentielle que revêt pour la coopération franco-allemande la connaissance dans chacun de ces deux pays de la langue de l’autre. Ils s’efforceront à cette fin, de prendre des mesures concrètes afin d’accroître le nombre d’élèves allemands apprenant le français et celui d’élèves français apprenant l’allemand.

20Or, depuis plus de quarante ans, le nombre d’élèves français apprenant l’allemand et celui d’élèves allemands apprenant le français ne cessent de baisser.

21Il faut aussi se battre au quotidien, dans son département, dans son IUT, dans son Université, dans les différents conseils, que ce soit de département, d’IUT ou d’Université (Conseil d’Administration, Conseil Scientifique et Conseil des Études et de la Vie Universitaire), en étant candidat ou, à défaut, en interpellant les élus. Par ailleurs, il faut constamment être en état de « veille linguistique », c’est-à-dire prêt à réagir à chaque fois que la diversité des langues est mise à mal ou menacée de l’être.

22Je terminerai en citant deux expériences vécues personnellement, susceptibles d’intéresser les jeunes collègues qui arrivent en IUT et à qui on présente souvent les choses comme étant définies et immuables. Dans les deux situations évoquées, on constate pourtant que les faits ne sont pas écrits d’avance et qu’en réagissant, on arrive à faire évoluer les choses.

23En 1987 a été créé au département TC de l’IUT de Metz un DTA « Commerce Européen » devenu plus tard DNTS, aujourd’hui malheureusement mis en veille. Le recrutement se faisait au niveau Bac + 2 sur entretien face à un jury constitué par un enseignant de marketing ou de commerce international et de professeurs de langues. L’entretien se déroulait en français et dans les deux langues choisies par l’étudiant (anglais, allemand, espagnol, italien). Au début des années 1990, lors du premier conseil de département de l’année, le chef de département, faisant le bilan de la rentrée, s’étonna de l’absence d’étudiants de TC Metz dans cette formation et mit en cause la qualité de l’enseignement des langues dans notre département, en d’autres termes la compétence des enseignants. Or, à cette époque-là, il y avait une langue obligatoire, allemand ou anglais, et la deuxième langue n’était que facultative, c’est-à-dire qu’en début d’année il avait un groupe d’allemand et un groupe d’anglais LV2 dont les effectifs, au fur et à mesure qu’on avançait dans l’année, fondaient comme neige au soleil pour la simple raison que l’investissement en travail de ces étudiants n’était absolument pas pris en compte dans l’évaluation en fin d’année. Comme je faisais remarquer que nos étudiants n’étaient pas plus mauvais que d’autres en langue, mais qu’ils avaient un gros handicap car on ne leur proposait, à la différence d’autres formations, qu’une langue obligatoire, mon chef de département prit conscience de la nécessité d’une deuxième langue obligatoire. Depuis cette date, en 1e et en 2e année, les étudiants suivent un enseignement de LV1 (allemand ou anglais) de 96 h par an (4 h par semaine sur 24 semaines) et de LV2 (allemand, anglais, espagnol ou italien) de 48 h par an (2 h par semaine sur 24 semaines), tous les deux à coefficient 1. Les étudiants ayant une autre LV2, arabe, portugais, etc., suivent les cours du CNED, les notes obtenues étant prises en compte au même titre. Depuis plus de 10 ans maintenant, ce système fonctionne à la satisfaction générale, une partie des heures de langue étant prise sur l’adaptation locale.

24Autre exemple, plus récent celui-là. A la rentrée 2002 a été créé à l’IUT de Metz un deuxième département TC délocalisé à Thionville, à 30 km au nord de Metz, à 15 km de l’Allemagne et du Luxembourg. Fortuitement, après la « journée portes ouvertes », c’est-à-dire fin mars 2002, j’ai découvert en salle des professeurs la plaquette de présentation du futur département TC de Thionville, où celui-ci était décrit comme spécialisé en mercatique des produits industriels avec anglais renforcé (business to business) et une partie des cours en langue anglaise. Comme je demandais des précisions à ce sujet auprès du chef et du directeur des études du futur département (tous deux enseignants en poste au département TC de Metz), on m’expliqua qu’en fait, il n’était prévu qu’une seule langue, l’anglais. Il me fallut intervenir auprès du directeur de l’IUT en lui faisant remarquer l’absurdité de cette situation qui n’offrait pas la possibilité à des bacheliers s’inscrivant en TC à Thionville – à 15 km de l’Allemagne – de continuer à étudier l’allemand ou une autre langue. Et, comble de l’incohérence, sur la même page du même document de présentation du nouveau département, étaient mentionnées comme première possibilité de poursuite d’études les filières franco-allemandes de l’Université de Metz. On me rétorqua alors qu’il y avait des contraintes budgétaires et que ce qui valait à Metz ne valait pas forcément à Thionville. Finalement en mai, lors du jury d’admission en 1e année TC, commun pour Metz et Thionville, je demandai à ce que, pour des raisons de justice et d’égalité des chances, de surcroît dans un même IUT, soient prioritairement affectés à Metz tous les candidats ayant opté pour l’allemand LV1 au bac et tous ceux qui souhaitaient poursuivre l’étude d’une autre langue en plus de l’anglais et que soient affectés à Thionville ceux qui, après information, avaient choisi de ne faire que de l’anglais. Suite à cela, on m’annonça, quelques jours plus tard, que, réflexion faite, il y aurait à Thionville pour chaque étudiant 2 modules obligatoires de langue de 60 h chacun, l’un d’anglais et l’autre à choisir entre allemand, italien et espagnol. La notion de LV1 et LV2 avait disparu en même temps que les contraintes budgétaires. On me sollicita même pour trouver un vacataire d’italien. Une fois de plus, la diversité des langues était sauvée, du moins à Thionville.

25Enfin, je voudrais terminer en disant qu’au sein de l’APLIUT, il y a de la place pour tous, y compris pour ceux qui enseignent une langue autre que l’anglais. A l’heure où se met en place le LMD, à moyens constants voire réduits, il nous faudra certes défendre la diversité des langues mais surtout, comme aux premiers jours de l’APLIUT, rester vigilants et défendre, tous ensemble, la place des langues dans les IUT.

Haut de page

Bibliographie

La Quinzaine Universitaire, N° 1185, 1203, 1211, 1212, 1214, 1215 et 1220.

Le Monde, 27 janvier 2004, 17 février 2004 et 18-19 avril 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Provo, « Avant-propos », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 2 | 2004, 9-15.

Référence électronique

Antoine Provo, « Avant-propos », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 2 | 2004, mis en ligne le 14 décembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://apliut.revues.org/3310 ; DOI : 10.4000/apliut.3310

Haut de page

Auteur

Antoine Provo

Antoine Provo enseigne l’allemand à l’IUT de Metz. Il est Vice-président de l’APLIUT, chargé de la diversité des langues.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page