Navigation – Plan du site
Articles

Une agrégée d’anglais au pays de Tintin et le Temple du Soleil

Ou du transfert des outils et méthodes d’analyse et de mise en œuvre élaborés pour une langue de spécialité, l’anglais, au service d’une efficacité professionnelle requise en espagnol pour une mission d’expertise administrative au Pérou
Una profesora de inglés en el país de Tintin y el Templo del Sol
O el transfer de herramientos y metodos de análisis y de implementación elaborados para una lengua de especialidad, el inglés, al servicio de una efica-cia profesional necesaria par una misión de peritaje administrativo en el Perú
Anne Azam-Pradeilles
p. 16-30

Résumés

Dans un monde aujourd’hui global, chacun sera un jour amené à exercer une activité professionnelle dans une autre langue que la sienne. Longtemps enseignant chercheur d’anglais informatique en IUT j’ai développé des outils et méthodes d’apprentissage d’une langue de spécialité. Devenue haut fonctionnaire français spécialiste d’administration publique, dans le contexte de l’élargissement de l’Union européenne à l’Est, comme conseillère pré-adhésion, j’ai eu à travailler en anglais en Lettonie et demain partiellement en Roumanie. Ma carrière antérieure m’y a, d’une certaine manière, bien préparée. Mais, j’ai eu récemment à relever un nouveau défi : assurer une mission en espagnol auprès du gouvernement péruvien pour le compte de l’ENA et de l’ambassade de France à Lima. Je suis ainsi redevenue apprenant et il m’a semblé intéressant de décrire cette aventure administrativo-linguistique pour essayer d’en tirer des enseignements pour nos apprenants et susciter peut-être des pistes de recherche sur le transfert d’outils et de méthodes d’apprentissage d’une langue à une autre.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est né d’une boutade à l’issue d’une conférence effectuée, en anglais, au 25e colloque du GERAS au printemps 2004. Dans cette conférence, intitulée de façon explicite « English as the language of international public administration : the professional language of millions of civil servants of all nationalities all over the world », j’avais plaidé la nécessité pour les fonctionnaires français chargés de mission d’expertise administrative internationale de maîtriser la langue anglaise. Mais j’avais conclu qu’il ne fallait pas pour autant négliger les autres grandes langues de communication, et en particulier l’espagnol. J’annonçai alors, en espagnol, que je devais peu après assurer pour le compte de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) et de l’ambassade de France au Pérou une mission d’assistance technique auprès des services du Premier ministre et du secrétariat général du gouvernement à Lima. Ma mission s’inscrivait dans un arrangement administratif de coopération franco-péruvienne et avait pour objectif précis (cf. annexe : Términos de referencia) d’aider le gouvernement du Pérou à réactiver l’ENA péruvienne supprimée au milieu des années 90 par le dictateur Fujimori au nom d’une idéologie visant à une réduction drastique du concept d’État, de service public et de fonction publique.

2L’espagnol étant ma deuxième langue vivante étrangère, accepter une mission de haut niveau exclusivement dans cette langue et sans interprète était un véritable défi, non seulement d’un point de vue langue générale mais encore et surtout d’un point de vue langue de spécialité. J’aurais pu refuser… mais j’avais toujours été fascinée par le Pérou. Une fois le défi accepté, il fallait se donner les moyens de pouvoir accomplir au mieux la mission. Je me suis donc trouvée dans la position de nos apprenants de langue de spécialité : ils ont un niveau linguistique que l’on pourrait qualifier de scolaire et doivent, en un temps plus ou moins réduit, transformer cet acquis en une compétence professionnelle.

3À partir de ce constat, il m’a paru intéressant d’essayer d’analyser comment j’ai pu atteindre mon objectif : réussir ma mission et, en prime, devenir professionnellement opérationnelle en espagnol. Sans aucune prétention à être une recherche de nature scientifique, le présent article a donc pour but de rendre compte de cette expérience et de tenter d’analyser les processus d’apprentissage que j’ai plus ou moins consciemment mis en œuvre, les mécanismes, outils et méthodes que j’ai employés et de voir comment, éventuellement, un travail comparable pourrait être utilisé dans une démarche pédagogique.

4Évidemment, par rapport à nos étudiants d’IUT ou de filières universitaires professionnelles, je me suis très vite rendue compte que j’avais un atout majeur : j’avais déjà fait ce parcours de la langue générale scolaire vers une langue de spécialité professionnelle… en anglais il y a près de trente ans. J’étais certes aujourd’hui dans la position de l’apprenant, mais je possédais déjà des outils de l’enseignant, acquis ou forgés pendant plusieurs décennies.

5C’est pourquoi, pour bien comprendre cet atout et avant de tenter une analyse plus ou moins distanciée de son contexte vécu, il est nécessaire de partir de ce vécu et de faire un retour en arrière, aux débuts de l’enseignement et de la recherche en langue de spécialité en IUT dans les années 70.

6Quand je suis entrée au département informatique de l’IUT en 1975 comme assistante d’anglais, je n’avais qu’une idée assez vague de ce qu’était l’informatique et je savais mal ce qu’était un ordinateur. Dès 1976, grâce à mes collègues informaticiens, j’avais pu suivre une formation à l’informatique qui m’est encore utile aujourd’hui. J’avais très vite compris qu’il me serait impossible d’enseigner l’anglais de l’informatique sans au moins comprendre de quoi il s’agissait et donc sans m’initier dans une certaine mesure à cette discipline. Au sein de la communauté enseignante de l’époque le débat était grand entre les tenants d’un enseignement limité à l’anglais général, le cours mettant l’accent sur l’importance de la communication, et ceux qui voulaient essayer d’aider leurs étudiants à progresser aussi dans la langue de leur profession. Je faisais partie de ce second groupe. Mais, à part un manuel anglo-saxon tout en anglais, intitulé Computer Programming, d’ailleurs très bien fait, il n’y avait alors aucun matériel pédagogique disponible. Tout était à faire.

7C’est sans doute – bien à son insu – à un cadre administratif « créatif » du ministère des universités de l’époque que nous devons une partie du travail de recherche qui a été fait ensuite. Une circulaire, dite RACHOU, avait, fort intelligemment, prévu, à la création des IUT, que les cours de langues s’effectueraient non pas en groupes de 24 étudiants comme pour les autres matières mais en groupes de 16. Évidemment, cela avait un coût. Et notre créatif a pris sa calculette et décrété que les petits groupes étaient donc des travaux pratiques, payés moitié prix. Grâce à lui l’APLIUT allait naître, par les départements informatiques.

  • 1 Y. Leray, A. Pradeilles, N. Vigouroux-Frey. 1980. Paris : A. Colin-Longman.

8Après une première réunion au printemps 1977 à l’IUT de Lyon, et une autre en septembre à l’IUT de Villetaneuse un groupe important d’enseignants d’anglais des départements informatiques se réunit. Ils furent à la fois les précurseurs de la naissance de l’APLIUT quelques mois plus tard (mai 1978 au CIEP à Sèvres) mais aussi les précurseurs du recueil de textes d’anglais informatique que nous publiâmes à la rentrée universitaire de 1980, This Quiet Revolution1, et précurseurs enfin des Cahiers de l’APLIUT, dont le premier numéro parut en décembre 1980.

9Ce retour dans le passé, qui peut paraître bien lointain aux plus jeunes de nos collègues – démontre combien la motivation avait été importante pour démarrer ce travail de fond. Tout d’abord purement pédagogique, comme pour parer au plus pressé, être capable d’enseigner une langue de spécialité, la démarche a de plus en plus été orientée vers la recherche pour tenter d’améliorer les « produits » à utiliser pour l’enseignement, les rendre plus adaptés et plus performants. Des DEA tout d’abord puis des thèses furent écrits sur le sujet, se traduisant à leur tour en manuels pédagogiques. Le parcours de notre collègue Arlette Dechet (IUT Paris 5) est tout à fait exemplaire à ce sujet : elle a commencé au début des années 80 par rédiger un DEA sur la terminologie des logiciels de traitement de texte, a fait sa thèse sur la langue de l’informatique à partir d’enquêtes très fournies, puis a systématisé l’enseignement que nous dispensions en un remarquable manuel et écrit de nombreux articles sur plusieurs points précis, faisant des va-et-vient fructueux entre pédagogie et recherche.

10Il est bien évident que, dans ma quête d’un apprentissage rapide de l’espagnol de l’administration publique, il n’y a pas eu tout ce cycle de travail mais un objectif impérieux : faire face, être capable d’assurer ma mission. Et cette fois mon atout était de l’autre côté : je maîtrisais parfaitement la matière, l’administration publique, mais il me manquait les mots et les tournures professionnelles pour la dire en espagnol.

11Plongeons à nouveau dans le passé, un peu moins loin cette fois.

  • 2 Mémet, M. et M. Petit (dir.) L’anglais de spécialité en France. Mélanges en l’honneur de Michel Per (...)

12J’ai quitté l’université en novembre 1992, il y a près de 12 ans, mais je n’ai jamais perdu le contact avec ce monde de la pédagogie et de la recherche qui m’a donné tant de satisfactions et surtout tant d’amis. C’est pourquoi, même au cours de mes fonctions et missions actuelles de haut fonctionnaire, la dimension linguistique de mon action n’est jamais très loin et l’esprit d’analyse et de recherche sur cette dimension reste toujours présent. Après avoir si longtemps dialogué par écrit avec mes collègues des IUT, des grandes écoles et des universités dans mes éditoriaux de directeur des Cahiers de l’APLIUT ou dans mes articles, j’ai renoué avec l’écriture sur le sujet, tout d’abord pour ma maison mère l’ENS de Cachan, puis pour les mélanges offerts au président du GERAS, Michel Perrin, lors de son départ en 20012. Ma contribution, « Les implications du choix de l’anglais comme langue de travail de l’administration publique par les pays candidats à l’Union européenne : un défi pédagogique et politique à relever » (15-22), témoignait de ma prise de conscience aigue de l’importance de la maîtrise d’une langue de spécialité à vocation universelle : l’anglais administratif, à la fois outil de pouvoir (imperium) et de puissance (postestas). Je concluais « Et c’est cette potestas, cette puissance linguistique, qui pourrait donner l’imperium, le pouvoir politique, si nous ne relevons pas le défi ».

  • 3 Jumelage institutionnel LV00/IB/OT-01 (3/2002-11/2003) entre la DATAR et le ministère des finances (...)

13Mon expérience de conseillère pré-adhésion à Riga (Lettonie)3 m’a permis de comprendre très vite que le défi n’avait pas été relevé à temps ou pas avec assez d’énergie – s’il avait été perçu. C’est ce témoignage que j’ai essayé de faire passer au congrès du GERAS en mars 2004.

  • 4 Jumelage institutionnel RO02/IB/OT-01 (6/2004-12/2005) entre les ministères de l’intérieur et des f (...)

14Certes, la cause de la francophonie est perdue dans l’Europe élargie en matière de langue de travail pour l’administration publique. Le jumelage institutionnel d’administration publique sur lequel je vais partir en Roumanie pour les 18 prochains mois4 est le dernier à avoir été accepté en français, mais devra fonctionner effectivement en multilingue, notamment en anglais et partiellement en allemand.

15L’espoir peut donc venir… des autres langues. En Europe, l’allemand est la langue de 100 millions d’Allemands et d’Autrichiens, mais aussi de Suisses, d’Italiens, de Tchèques, de Slovaques, de Polonais, de Hongrois et même de Roumains. Et si l’espagnol n’est parlé en Europe que par 38 millions d’Espagnols et compris par leurs voisins portugais, il est non seulement devenu la deuxième langue, très puissante, des États-Unis d’Amérique au Nord, avec une population latino de plus en plus nombreuse et affirmée, mais surtout c’est la langue de presque toute l’Amérique Latine, langue aussi comprise au Brésil – où le « portugnol » se développe très rapidement.

16Quand on a vu lors des négociations d’adhésion ou au cours des travaux de la convention préparatoire à la première constitution de l’Union Européenne combien les petits pays candidats se sont battus pour leur identité et donc leur langue – le letton (2,4 millions d’habitants, dont un gros tiers de russophones, parfois exclusivement), l’estonien (1,5 million) ou le maltais (heureusement pour la plupart anglophones par ailleurs) – on comprend réellement la portée des enjeux. Dans un monde global, il ne faut plus combattre dans des batailles d’arrière-garde, il faut aller de l’avant et, aller de l’avant, c’est être multilingue.

17Les Péruviens, quand ils ont proposé à la France cette mission ayant pour objectif de les aider à faire renaître leur école nationale d’administration publique auraient pu accepter un haut fonctionnaire français s’exprimant en anglais. Mais s’ils sont assez sensibles sur leurs relations avec leur ancienne mère patrie, car libérés maintenant depuis près de 200 ans, ils en ont gardé la langue et n’ont aucune envie de s’inféoder aux États-Unis d’Amérique du Nord, qu’ils regardent avec méfiance, même s’ils en apprécient l’argent et l’aide financière. Deux relations un peu complexes. La relation avec la France est plus lointaine et donc plus neutre et de ce fait plus recherchée. Et la France, c’est encore au Pérou le symbole de la belle administration.

18C’est dans ce contexte que j’ai accepté de partir en sachant que j’aurais à assumer un travail continuellement en espagnol, une présentation dans cette langue devant le comité interministériel des vice-ministres et un rapport en espagnol destiné au secrétaire général de la présidence du conseil des ministres.

19Je voudrais maintenant décrire comment, telle une sportive de haut niveau, je me suis préparée à ce défi et ensuite essayer d’énumérer les enseignements qui pourraient en être tirés pour nos apprenants et les pistes de recherche qui pourraient aussi peut-être en résulter.

20J’ai commencé, comme il se doit, par une sorte de test d’évaluation : au cours d’une mission en décembre 2003 à Athènes où je devais parler, en français, de mon expérience lettone, j’ai pu convaincre un de mes collègues, un universitaire espagnol, d’accepter que nous communiquions dans cette langue. Le dialogue était un peu malaisé au départ car la qualité de son français rendait l’exercice artificiel et il avait tendance à devancer, en français, ce que je voulais dire en espagnol. C’est là le premier écueil de l’apprentissage d’une langue en classe, c’est-à-dire dans une situation non authentique. Avec un effort de part et d’autre, moi pour m’exprimer, lui pour m’écouter et me corriger si nécessaire, j’ai beaucoup progressé. J’ai donc décidé d’aller passer quelques jours à Madrid en janvier 2004 pour pratiquer cette fois dans un contexte non artificiel.

21Au cœur de la capitale espagnole, je me suis imprégnée de la langue omniprésente autour de moi et me suis concentrée sur tout ce qui pouvait m’apporter du contenu linguistique : les affiches, les conversations, la télévision, les journaux, les achats dans les magasins, etc. J’en ai même profité, grâce à l’ordinateur de l’hôtel qui me permettait de me connecter à Internet, pour essayer de retenir en espagnol toutes les commandes de Windows et de Word : ordenador (ou computer prononcé à l’espagnole), teclado, archivo, mensaje, buzón, etc. n’ont plus de secrets pour moi ! Et, dans un milieu hispanophone, mon collègue a poursuivi son « enseignement ». Il m’a fait visiter sa célèbre université, Complutense, m’a présentée à des collègues et là, « I had to deliver » comme diraient les anglicistes. Il fallait que je comprenne et que je parle parce que la question de la langue ne se posait même pas.

  • 5 Ruano de la Fuente José Manuel. 2001. El control de gestion en las organizaciones publicas Madrid : (...)

22Professeur d’administration publique, mon collègue est l’auteur de nombreux livres et articles et notamment co-auteur d’un recueil intitulé « La Nueva Gestión Pública »5. Ce livre fut pour moi une source inestimable de mots et de tournures de cette langue de l’administration publique que j’essayais d’acquérir.

23Comme dans tout processus d’apprentissage, je suis longtemps restée à la phase où je comprenais tout, la langue de l’administration publique étant essentiellement d’origine latine – comme j’ai pu aussi le vérifier en polonais comme en letton et bien sûr en roumain (cf. plus loin) – mais où je n’arrivais pas toujours à mémoriser les mots avec exactitude. Je vivais la frustration de nos étudiants ! Et comme le processus d’apprentissage s’effectuait en accéléré, avec moins de 4 mois pour préparer ma mission, je pouvais mesurer les progrès. En fait, je n’osais réutiliser un mot qu’une fois testé.

24Il est bien connu que nous avons des stratégies d’apprentissage, voire même des capacités d’apprentissage différentes : pour moi, tout passe d’abord par l’écrit, je dois d’abord écrire et lire ou l’inverse. J’écoute et je prends en note et, en fait, je mémorise ce que je vois écrit – je le photographie dans ma mémoire, essentiellement visuelle, et j’y associe une oralisation. Je ne retiens pas ce que je ne peux écrire. Je suis aussi ce qu’on pourrait appeler une analytique : je ne retiens que ce que je comprends et donc que je valide et accepte. Une méthode globale suscite chez moi un rejet violent. Les méthodes d’apprentissage des langues des années 70 basées sur l’oral sans possibilité d’écrire auraient été pour moi une catastrophe. Heureusement en sixième en 1957 j’ai appris l’anglais par l’écrit et deux ans plus tard j’ai appris l’espagnol à travers le latin. Dans mon manuel d’espagnol de la fin des années 50, Por buen camino, que j’ai précieusement conservé jusqu’à aujourd’hui et que j’utilise toujours quand je dois aller dans un pays hispanophone, les conjugaisons et le vocabulaire sont présentés par référence à leur équivalent latin. Cet apprentissage en parallèle était extrêmement efficace. Il ne serait plus possible aujourd’hui étant donné la quasi-disparition de l’enseignement du latin et la mobilisation presque exclusive de la mémoire auditive, voire globale.

25Plutôt matheuse de goût et de formation, j’aimais la mécanique des conjugaisons et des déclinaisons et quand il fallait accorder un nom et un adjectif ou un groupe nominal avec son verbe, je voyais dans ma tête se dérouler la liste des personnes pour les verbes et des cas pour les noms et adjectifs. Et, comme dans un calculateur, s’il fallait un accusatif féminin pluriel les trois roues tournaient pour se mettre en face du résultat voulu – en fait comme les roulettes modernes des machines à sous des casinos ! En décrivant ceci de façon imagée, je n’ai aucune prétention scientifique, j’essaie d’expliquer pourquoi j’ai eu beaucoup de mal à apprendre l’allemand, une fois adulte, en cours du soir avec des méthodes dites modernes. Il me manquait toujours ma table des conjugaisons et mes tableaux de mots déclinés à tous les cas, toujours dans le même ordre, auxquels j’aurais pu me raccrocher. Ce que je décris là, certains apprenants le vivent pour les mots et, quand ils formulent en langue étrangère, ils procèdent en fait à une traduction simultanée alors qu’un bilingue pense directement dans l’une ou l’autre langue. Il est donc essentiel d’adapter le processus d’apprentissage aux mécanismes d’apprentissage à la disposition, personnelle, de l’apprenant. Il serait sans doute utile d’effectuer cette analyse sur nos apprenants en début de formation et de les laisser ensuite adopter leurs propres stratégies.

26Afin de ne pas me sentir perdue à plus de 10 000 kilomètres de chez moi et dans une autre langue, j’avais demandé à mon collègue de me fournir un contact à Lima. Il adressa un mél à un de ses anciens étudiants devenu conseiller technique au cabinet du ministre de l’éducation péruvien, en lui expliquant l’objectif de ma mission et les documents dont j’avais besoin pour la préparer.

27Nous avons commencé à correspondre par courriel fin décembre 2003. Je lui expliquais ma mission, il me décrivait l’administration publique péruvienne, m’envoyait en fichier attaché tous les documents qui lui semblaient pertinents et m’indiquait les sites Internet intéressants. Je lisais ces messages très attentivement. Dans un premier temps – période plagiat – j’en recopiais des extraits dans mes réponses, puis je m’en inspirais et enfin m’appropriais les tournures et mots nouveaux – vers une certaine autonomie. J’ai effectué là un travail passionnant de recherche de synonymes. Je vivais chaque soir avec un dictionnaire de poche pour parvenir à formuler ce que je voulais exprimer. Il me manquait souvent un mot ou un autre et j’en choisissais un pour le tester. En retour, le mot était repris ou un synonyme apparaissait. Et j’en notais aussi les collocations. Parfois, il y avait une remarque sur mon choix avec des explications si le terme n’était pas adapté. Mon jeune collègue péruvien était à son tour devenu mon professeur d’espagnol de l’administration publique.

28À l’arrivée à Lima, une voiture de l’ambassade de France m’attendait et j’ai pu tester favorablement l’opérationnalité de mon espagnol mais je me faisais du souci pour ma semaine de travail, avec un emploi du temps très chargé. Sans le savoir, dès le lundi matin, le secrétaire général du gouvernement m’a littéralement jetée dans le grand bain en me demandant soudain au bout d’une heure et demie de réunion devant une grande tablée attentive : expliquez-nous le modèle ENA en France…

29Ma longue carrière d’enseignante… d’anglais me fut là extrêmement utile. J’avais besoin d’un support matériel et de pouvoir utiliser le langage corporel. Je me suis donc levée – cela permet de dominer l’auditoire – et j’ai demandé à utiliser le grand tableau blanc. J’ai fait une présentation, finalement plutôt bonne, parce que je l’avais raccrochée à ce que je sais faire : écrire. Et le temps d’écrire me permettait de réfléchir, d’anticiper la phrase suivante, de lister les points à développer ensuite, bref de structurer un exposé impromptu, de ne pas perdre le fil et en écrivant un mot à moitié connu de le faire valider ou modifier si quelqu’un me soufflait le mot exact. Ce fut un baptême du feu intéressant ! Mais, grâce à cette première présentation, j’avais passé l’examen de contrôle. D’une part, j’étais adoptée par l’équipe – avec qui j’ai travaillé pendant 5 jours intensifs, et, d’autre part, je m’étais donnée à moi-même la confiance de pouvoir continuer et progresser chaque jour.

  • 6 Institution de coordination et contrôle, accent (focus en anglais), expertise, appel d’offres, cadr (...)

30Le dimanche de mon arrivée, au supermarché – très intéressant d’un point de vue civilisation –, je m’étais acheté un cahier d’écolier pour pouvoir prendre des notes tout au long de ma mission. Ces notes avaient deux objectifs : préparer l’écriture de mon rapport et fixer dans ma mémoire (visuelle, je le rappelle) tout ce que mes interlocuteurs disaient et surtout comment ils le disaient. À la fin du cahier je notais les mots de vocabulaire qui me paraissaient importants. J’ai ainsi noté, parmi beacoup d’autres, « ente rector, enfoque, peritaje, licitación, ámbito, respaldo, manejo, herramienta, becas, vínculo, tramite, meta, gerencia, informe, borrador etc. »6.

31Dans l’autre sens, il a fallu que je trouve le mot pour exprimer certains concepts et ma jeune collègue de l’ambassade, une volontaire internationale, excellente hispanisante mais ne connaissant pas encore bien l’administration publique, ne pouvait pas toujours m’aider. Je suis donc passée par… l’anglais : par exemple, la SWOT analysis (Strengths, Weaknesses, Opportunities and Threats) se dit FODA : Fortalezas, Oportunidades, Debilidades y Amenazas.

  • 7 Plusieurs de mes interlocuteurs m’ont remis des publications, fort utiles pour ma formation... ling (...)
  • 8 Compras = achats, mercado = marché, almuerzo = déjeuner. J’en profite pour recommander la visite de (...)

32Au cours des cinq journées de travail, en plus de l’équipe du secrétariat général du gouvernement, j’ai eu des réunions avec les anciens directeurs de l’ESAP avant qu’elle ne soit fermée par Fujimori et rencontré d‘anciens élèves péruviens de l’IIAP français (Institut International d’Administration Publique) aujourd’hui fusionné avec l’ENA, un ancien élève péruvien de l’ENA, devenu directeur du cabinet du ministre des affaires étrangères ; dans un des plus beaux palais de l’époque coloniale du vieux Lima, j’ai écouté la présentation de toute l’offre de formation péruvienne en matière d’administration publique, les instituts et écoles publiques, les universités publiques et privées7 ; je leur ai posé des questions et j’ai répondu aux leurs ; j’ai visité deux écoles fameuses ; j’ai eu un entretien avec les deux candidats pour une admission à l’ENA, ai rencontré le comité interministériel des vice-ministres et enfin fait une présentation de mes propositions en avant-première de mon rapport. Je n’oublie pas la visite au fameux Museo de Oro, mis compras en el mercado indiano, mis almuerzos en la Rosa Nautica, magnifique restaurant sur une jetée construite au début du vingtième siècle sur le modèle de Brighton ou à La Costa Verde sur une avancée dans la mer, la visite de la vieille ville, y compris à l’intérieur du Palais Présidentiel sur la Plaza de Armas, un opéra péruvien en plein air dans les ruines incas de Huaca Pucllana à Miraflorès, le quartier résidentiel chic et la fin de nuit dans le café Juanita du quartier bohême de Lima8.

33À la fin du séjour, j’avais vraiment l’impression d’être devenue parfaitement opérationnelle. Mais il ne faut jamais s’endormir sur ses lauriers comme le montre l’anecdote suivante : j’étais devenue très libre avec le jeune fils de mon collègue âgé de 7 ans. Il avait fini par oublier que j’étais très blanche, « como tu piel es blanca ! » m’avait-il dit en me voyant pour la première fois, lui le petit Inca à la peau si joliment cuivrée. Je lui ai offert Tintin et le Temple du Soleil en français, avec une belle dédicace sur ce monument littéraire de ce que j’avais qualifié de « coopération franco-péruvienne » et il a demandé à son père s’il pouvait aller au collège franco-péruvien pour pouvoir le comprendre ! Le dernier jour, totalement apprivoisé et à l’aise avec moi, il s’est tourné vers son père et il lui a demandé : pourquoi Anne parle-t-elle un peu différemment de nous ? Cela vaut toutes les procédures d’évaluation !

34Au début de la mission j’avais, une fois pour toutes, pour mes collègues de la Presidencia del Consejo de Ministros, présenté mes excuses pour la qualité de mon espagnol. Ils s’en étaient tous parfaitement accommodés parce que, petit à petit, j’avais appris à maîtriser l’espagnol de l’administration publique et que, dans notre sujet, j’étais parfaitement opérationnelle. J’avais de nouveau présenté des excuses au comité interministériel des vice-ministres, mais, en fait, j’avais eu des retours sur… la qualité de mon espagnol ! Les collègues recherchaient le fond, le petit garçon entendait une différence dans la forme. Heureusement, ce n’était pas mon objectif… Mais cela montre le chemin qui reste à parcourir.

35Quels enseignements tirer de cette aventure administrativo-linguistique assez originale ?

36Tout d’abord, pour apprendre une langue étrangère, vite et bien, il faut être motivé, avoir un objectif précis et, dans le cas présent, une compétence professionnelle indispensable à acquérir. Certes, dans le processus éducatif classique, il y a les jeux de rôle, les mises en situation, mais rien ne vaut la situation authentique et donc peut-être pour nos étudiants les stages professionnels à l’étranger ou des échanges avec des homologues étudiants de la langue cible. Quand j’étais à l’ENSET, nous devions effectuer dans le pays de notre langue cible ce qu’à l’époque on appelait un « stage ouvrier ». J’ai fait le mien au printemps 1969 pendant trois mois au mail order department du rayon tissus du grand magasin Liberty’s à Regent’s Street à Londres. A posteriori je me rends compte combien j’y ai appris.

37À Riga, en Lettonie, en 2002-2003, quand j’étais conseillère pré-adhésion auprès du ministère des finances, je n’avais pas le temps d’apprendre le letton. Mais il me fallait en savoir suffisamment pour pouvoir vivre confortablement : boire et manger et savoir quand un magasin était ouvert ou fermé, ou le prix de quelque chose. Au début, pour la vie de tous les jours, j’ai donc analysé de très près mes tickets de supermarché pour apprendre les mots des aliments et ingrédients utiles et les ai consignés dans un petit carnet. Dans la vie professionnelle, j’écoutais très attentivement ce que disait mon interprète quand elle traduisait en letton la formation que je dispensais sur la politique régionale. J’avais fini par être capable d’appréhender globalement ce que disaient mes interlocuteurs quand nous traitions de notre sujet professionnel précis. J’étais très motivée, le filtre de l’interprétation nous faisait perdre du temps et j’aurais aimé pouvoir m’en passer. Pour les questions évidentes, j’ai pu le faire. Je ne pense pas que j’en serais encore capable aujourd’hui car je ne suis plus dans le même contexte motivant qui décuplait mes capacités d’attention et de décodage.

38Ensuite, il faut que le bain linguistique soit intense et prolongé car il peut y avoir une phase de « rodage » plus ou moins longue. Chez un bilingue les connexions neuronales doivent être complètement automatiques, chez l’apprenant nous en sommes encore à l’ère de ces demoiselles des PTT qui connectent manuellement les abonnés du téléphone avec des fiches. Et le travail de connexion exige beaucoup de concentration et un effort réel. Cela peut se comparer à ce que l’on appelle la mémoire morte dans un ordinateur : le câblage est fait et les transferts de données sont ultrarapides. Dans la mémoire vive, le programme va chercher les données dont il a besoin au fur et à mesure là où elles se trouvent, sur le disque dur ou un périphérique et il y a un temps de latence et un échauffement des circuits. C’est sans doute une vision très mécaniste des processus de connexion neuronale mais c’est ainsi que j’ai ressenti l’effort que j’ai dû faire pour parvenir à gérer mon utilisation professionnelle d’un espagnol ancien, un peu « rouillé ».

39Il faut aussi développer une stratégie de « veille technologique » comparable à l’intelligence économique, à l’écrit comme à l’oral : il faut être en éveil, adopter une attitude d’apprentissage constante, écouter avec attention, identifier les mots nouveaux pour exprimer les concepts que l’on comprend mais qu’on ne savait pas exprimer, prendre des notes, capter les éléments attendus, les tester ensuite en les réutilisant puis les adopter et les mémoriser. Et il faut avoir au préalable fait l’analyse de son mode personnel d’apprentissage : est-on analogique comme le violon ou digital comme le piano, va-t-on mieux retenir les mots dans un contexte ou dans une liste, aime-t-on mieux les lire dans un dictionnaire, qui indique aussi le genre, le pluriel, des synonymes, etc., ou préfère-t-on les entendre, ou les deux à la fois ? À l’écrit, il faut lire les textes authentiques disponibles sur le sujet à traiter ou à comprendre et il faut progresser par étapes, du plagiat pur et simple à la lente appropriation débouchant sur une autonomie d’écriture.

  • 9 De l’experte française, alors...

40De retour en France, il a fallu développer les premières propositions remises au secrétaire général en un rapport en espagnol devant servir de base de travail au gouvernement péruvien. Cela m’a permis d’apprendre de nombreux mots de la langue administrative, informe (rapport), indice (table des matières), etc. Afin que ce rapport soit vraiment utile, je l’ai rédigé par étapes en le soumettant pour commentaires tous les soirs par courriel au haut fonctionnaire péruvien chargé du dossier. Cela lui permettait aussi de faire passer par ma plume des éléments qui n’auraient pas forcément été retenus s’ils n’étaient venus que de lui. Mais de la experta francesa, entonces…9

41Ce fut une aventure passionnante que d’écrire ce rapport, sur le fond ET sur la forme. Quand je le relis, je m’étonne moi-même d’avoir été capable d’écrire tout cela. Afin de ne plus hésiter sur les terminaisons des verbes, aussi complexes en espagnol qu’ils le sont en français, j’ai acheté un manuel de conjugaisons – qui ne me quitte plus, et une petite grammaire maniable afin de pouvoir vérifier les déclinaisons des pronoms personnels, les adverbes (présentés en listes), les accords, la concordance des temps, etc. On ne conseille peut-être pas assez à nos étudiants ces outils traditionnels. Certes, tout cela est maintenant sur Internet, mais les petits livres au format de poche peuvent s’emporter partout et être consultés sans délais.

42En résumé, être motivé et se donner un objectif authentique, consacrer des périodes d’apprentissage à la fois intenses et assez longues dans la durée, développer une vigilance linguistique et prendre des notes, pratiquer et ne pas négliger les outils de vérification et d’apprentissage (dictionnaires, grammaire, manuels de conjugaison).

43En conclusion, je voudrais formuler le vœu que ma boutade et mon expérience limena (adjectif pour dire de Lima ou « limanienne » ?) permettent à ceux qui apprennent et à ceux qui enseignent un espagnol de spécialité ou tout autre langue de spécialité de trouver dans ce témoignage sans prétention scientifique quelques raisons de réconcilier les Français avec l’apprentissage et la pratique des langues étrangères, notamment dans le monde professionnel.

44Dans le monde global où nous vivons, tout professionnel sera un jour ou l’autre amené à exercer sa profession de façon passagère ou permanente dans une langue autre que la sienne. Donnons-nous les moyens de le faire.

45Dans quelques jours, je prendrai mon poste de conseillère pré-adhésion à Bucarest. En décembre 2003, j’ai eu à présenter le jumelage devant les représentants des administrations centrales et des élus locaux qui auront à mettre en œuvre tout ce que nos experts vont leur présenter. Je devais proposer mes diapositives en roumain. Je n’avais pas le temps de faire deux versions, en français puis une traduction en roumain. J’ai donc pris la traduction en roumain des 40 premières pages de notre convention et j’en ai extrait de quoi faire la vingtaine de diapositives dont j’avais besoin. Prudente, je n’ai jamais coupé une phrase de crainte d’en rompre la syntaxe. J’ai donc importé du logiciel de traitement de texte dans les diapositives des phrases ou morceaux entiers de phrase. À l’oral, je n’ai pas lu ce qu’il y avait à l’écran mais j’en comprenais le sens et faisais la présentation en français. À la sortie, plusieurs personnes sont venues me demander le texte de mon exposé en français ou en anglais. Il n’y en avait pas ! C’était la première phase de mon apprentissage du roumain de l’administration publique. Depuis, j’ai acheté plusieurs méthodes d’apprentissage, un dictionnaire, un manuel de vocabulaire et je recherche une grammaire.

46Et, une nouvelle fois, je vais utiliser toutes les méthodes forgées au fil des années pour l’anglais informatique, récemment validées au Pérou pour l’espagnol de l’administration publique, et les appliquer au roumain de la réforme de l’État. Je pourrai alors raconter les aventures linguistiques d’un sous-préfet au pays de Dracula !

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : TÉRMINOS DE REFERENCIA

Annexe 1 : TÉRMINOS DE REFERENCIA

Annexe 2 : Extraits du rapport en espagnol remis au secrétaire général de la présidence du conseil des ministres du Pérou, mission AAP 22-26 mars 2004

Annexe 2 : Extraits du rapport en espagnol remis au secrétaire général de la présidence du conseil des ministres du Pérou, mission AAP 22-26 mars 2004
Haut de page

Notes

1 Y. Leray, A. Pradeilles, N. Vigouroux-Frey. 1980. Paris : A. Colin-Longman.

2 Mémet, M. et M. Petit (dir.) L’anglais de spécialité en France. Mélanges en l’honneur de Michel Perrin. Bordeaux : Éditions du GERAS, collection ASp.

3 Jumelage institutionnel LV00/IB/OT-01 (3/2002-11/2003) entre la DATAR et le ministère des finances letton, sur fonds PHARE, 1,125 Meuros, une soixantaine d’experts de 10 nationalités différentes, langue de travail : anglais.

4 Jumelage institutionnel RO02/IB/OT-01 (6/2004-12/2005) entre les ministères de l’intérieur et des finances français et les ministères de l’administration et de l’intérieur et des finances roumains, sur fonds PHARE, 1,2 Meuros, une quarantaine d’experts, français, allemands, britanniques, espagnols et roumains, langue de travail principale : français, langues secondes : allemand et anglais, traduction de tous les documents importants en roumain.

5 Ruano de la Fuente José Manuel. 2001. El control de gestion en las organizaciones publicas Madrid : Prentice Hall.

6 Institution de coordination et contrôle, accent (focus en anglais), expertise, appel d’offres, cadre (framework en anglais), appui / soutien (cf. espalda = épaule), maniement, outil (cf. hierro = fer), bourses, lien, procédure, but / objectif, management, rapport, brouillon / projet.

7 Plusieurs de mes interlocuteurs m’ont remis des publications, fort utiles pour ma formation... linguistique : Vera La Torre, José Carlos. 2003. Economia social de mercado en los sectores sociales : una propuesta de reforma del Estado. Lima : ESAN (Escuela de Administracion de Negocios para Graduados) Ediciones ; ou Tantaleon Javier & Pierre Vigier. 2003. Gobernabilidad : Democratica, Economica y Social. Lima : Universidad de San Martin de Porres, Instituto de Gobierno.

8 Compras = achats, mercado = marché, almuerzo = déjeuner. J’en profite pour recommander la visite de Lima. Le Pérou, ce n’est pas seulement le Machu Pichu et Cuzco.

9 De l’experte française, alors...

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1 : TÉRMINOS DE REFERENCIA
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3312/img-1.png
Fichier image/png, 99k
Titre Annexe 2 : Extraits du rapport en espagnol remis au secrétaire général de la présidence du conseil des ministres du Pérou, mission AAP 22-26 mars 2004
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3312/img-2.png
Fichier image/png, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Azam-Pradeilles, « Une agrégée d’anglais au pays de Tintin et le Temple du Soleil », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 2 | 2004, 16-30.

Référence électronique

Anne Azam-Pradeilles, « Une agrégée d’anglais au pays de Tintin et le Temple du Soleil », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 2 | 2004, mis en ligne le 29 décembre 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/3312 ; DOI : 10.4000/apliut.3312

Haut de page

Auteur

Anne Azam-Pradeilles

Anne Azam-Pradeilles, ancienne élève de l’ENS de Cachan, a été agrégée d’anglais, assistante puis maître assistante et maître de conférences au département informatique de l’IUT de l’université Paris 5-René Descartes (1975-92), chef du département informatique (1987-92), présidente fondatrice de l’APLIUT, fondatrice des Cahiers de l’APLIUT (1980), vice-présidente du GERAS et de la SAES (1982-92), admise au cycle préparatoire à l’ENA puis à l’ENA (1994-96, promotion Victor Schoelcher), sous-préfet d’Argeles-Gazost (1996-98), chargée de mission auprès Haut Fonctionnaire de Défense du ministère de l’intérieur (1998-2000), conseillère pour les services publics et la réforme de l’État à la DATAR (2000-02), conseillère pré-adhésion auprès du gouvernement letton pour la politique régionale (2002-03), chargée de mission auprès du secrétariat général du ministère de l’intérieur (2003-04), conseillère pré-adhésion auprès du gouvernement roumain en matière de réforme de l’État (2004-2005)
anne.azampradeilles@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page