Navigation – Plan du site
Articles

La langue des signes française (LSF) : une langue iconique et spatiale méconnue

French Sign Language : a little known iconic and spatial language
Agnès Millet
p. 31-44

Résumés

On se propose dans cet article de rendre compte du fonctionnement général de la Langue des Signes Française (LSF). Pour ce faire, on s’appuie sur les dimensions iconiques et spatiales de la langue. On montre ainsi que l’iconicité est au cœur de la formation du lexique et de sa structuration. Cette structuration lexicale, qui crée les réseaux sémantiques propres à la LSF, est assurée conjointement par une variation du mouvement et le maintien de la configuration manuelle à partir d’un signe-base. Au plan syntaxique, c’est également l’iconicité qui fonde ce que l’on a appelé « espaces pré-sémantisés ». Ces espaces, distribués autour du corps du signeur, permettent d’organiser les relations syntaxiques en distribuant les rôles actanciels grâce au mouvement du verbe. Par ailleurs, on montre qu’un procédé morpho-syntaxique original de maintien de configuration manuelle permet d’assurer la cohérence syntaxique et discursive de certains énoncés tout en articulant lexique et syntaxe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On oppose ici « langue vocale » à « langue gestuelle » ; le terme « oral » est quant à lui opposé à (...)

1Il existe un certain nombre de langues qui n’ont été reconnues en tant que telles que tardivement, à savoir les langues gestuelles ou langues signées (LS). L’étude linguistique fondatrice est attribuée à W. Stokoe (1960) qui démontra le caractère doublement articulé de l’American Sign Language (ASL), jusque-là considéré comme du mime ou de la pantomime. Ainsi, les LS n’étaient pas un moyen d’expression laissé à la libre inventivité de chacun, mais un ensemble de structures linguistiques conventionnelles qui, telles les langues vocales1, pouvaient se décomposer en deux niveaux : le niveau des unités de sens et un niveau inférieur où l’on trouvait des unités minimales non significatives qui, tels les phonèmes des langues vocales, pouvaient se combiner entre elles pour former les unités significatives. Nous reviendrons plus loin sur ce point mais, s’agissant des quelques repères historiques qu’on souhaite mentionner en manière d’introduction, on précisera cependant que des pédagogues français, au XIX° siècle, tels A. Bébian (1825) ou R. Valade (1854) avaient déjà proposé des descriptions linguistiques assez poussées de ce que l’on n’appelait pas encore « langue des signes » mais « langage des sourds-muets » ou « langage naturel des signes ». On soulignera que ces descriptions premières reposaient également sur la description d’unités minimales non significatives avant même l’invention stricto sensu de la phonologie.

  • 2 La prise en compte de cette iconicité amène même C. Cuxac (2000) à renoncer à l’idée de double arti (...)
  • 3 Si auparavant on parlait de canal « visuo-manuel », le développement des recherches a permis de s’a (...)
  • 4 Hors la mimétique des sons : les fameuses onomatopées, balayées d’un revers de manche, du fait de l (...)
  • 5 Suivant les propositions de J. Woodward (1982), on oppose, comme la plupart des chercheurs du domai (...)
  • 6 Contrairement à une idée reçue relativement répandue, il n’existe pas une langue des signes univers (...)

2En France, les recherches ont repris dans les années quatre-vingts et l’école française se démarque de l’école anglo-saxonne en ce sens qu’elle prend davantage en compte l’iconicité2. Cette iconicité tient sans aucun doute au canal utilisé – à savoir le canal visuo-corporel3 ; pouvoir utiliser son corps pour imiter le réel est l’une des facultés qui, avec le langage, distingue l’Homme des animaux. Ainsi, si le canal audio-vocal se prête peu à la mimétique4, ce qui explique le caractère profondément arbitraire des langues vocales, le corps, inscrit dans l’espace, peut reproduire en quelque sorte tout ou partie du réel pour établir une communication avec autrui. La création – et la créativité – dans le cadre d’une communication corporelle ne saurait donc être arbitraire ; en termes simples, si l’on souhaite signifier [pleurer], par exemple, on ne se frottera vraisemblablement pas le bras avec la paume de la main, mais on trouvera une forme de main adéquate à la mimétique des larmes que l’on positionnera près des yeux. Les études sur les Sourds isolés5, autant que les travaux portant sur la gestualité des entendants (entre autres, D. McNeill 1992) en apportent les preuves : de ce point de vue, la communication gestuelle reposerait sur des matrices et des procédés communs aux Sourds et aux entendants, procédés que les Sourds ont systématisé dans les langues gestuelles (J.-M. Colletta & A. Millet 1998). On dira donc que l’iconicité est inhérente à la gestualité. C’est d’ailleurs en m’appuyant sur cette notion d’iconicité que je vais tenter de rendre compte ici des différentes dynamiques à l’œuvre dans la Langue des Signes Française (LSF) – et plus généralement sans doute dans les LS6 – tant au niveau du lexique qu’à celui de la syntaxe.

I. Le lexique : une dynamique iconique interne

3Au plan lexical, l’iconicité est au cœur de la création du vocabulaire – dont l’unité est appelée « signe » – ainsi que de la structuration lexicale puisque, comme toute langue, la LSF organise son lexique en familles de mots.

1) Iconicité et création du lexique

a) Les paramètres de formation du signe

  • 7 Dans sa description de ASL, Stokoe retient trois types d’unités ainsi désignés :
    *Designator (DEZ), (...)
  • 8 En 1973, un autre chercheur américain, R. Battison, introduit un quatrième paramètre, à savoir l’or (...)
  • 9 Certains signes un peu atypiques privilégient un paramètre au détriment des autres : par exemple le (...)

4Depuis les premières descriptions de Stokoe évoquées plus haut, on s’accorde sur le fait que les signes sont formés par un ensemble de paramètres exécutés simultanément. Ces paramètres sont des classes d’unités minimales ou, si l’on préfère, des types d’éléments non significatifs entrant dans la composition d’un signe. Stokoe en retenait trois7 ; aujourd’hui, la très grande majorité des chercheurs, que l’on suivra ici, en retient quatre8 : la configuration (ou forme des mains) ; l’emplacement (ou le lieu où le signe va être exécuté dans sa forme de citation) ; l’orientation (ou orientation des paumes de la main par rapport au signeur) ; le mouvement dont les caractéristiques sont diverses : forme de la trajectoire, intensité par exemple. Ces « paramètres » nous permettent de décrire la plupart des éléments du lexique9. Ainsi le signe [bateau], sur lequel nous reviendrons plus loin, pourra-t-il être décrit comme suit :

  • configuration = deux mains plates ;

  • emplacement = devant le signeur, niveau de l’abdomen ;

  • orientation = les mains l’une vers l’autre, tranchants vers le sol ;

  • mouvement = ondulé, vers l’avant.

  • 10 Voir, entre autres, F. Grosjean (1980), E. Klima et U. Bellugi (1979), L.A. Petitto et P.F. Marente (...)

5On précisera que, si dans les langues vocales, on trouve des mots qui ne s’opposent que par une seule de leurs unités, formant alors ce que l’on appelle une « paire minimale » – par exemple, en français « pain » / « bain », où seule l’opposition des sons [p] et [b] fait qu’il y a deux unités de sens différentes –, de même, l’ensemble de ces paramètres permet de dégager des paires minimales en LSF. Ainsi, les signes [travailler] [ah bon !] [refuser] ne diffèrent que par la configuration manuelle, les signes [bête] et [chef] par l’emplacement, les signes [maison] et [demander] par l’orientation et les signes [punir] et [travailler] par le mouvement. À ce point de la description, il nous paraît intéressant de souligner que, de même que dans les langues vocales, les recherches psycholinguistiques valident la notion de phonèmes – puisque l’on sait que, lorsqu’il acquiert une langue vocale, le petit enfant construit son système phonologique à travers les réseaux d’oppositions propres à sa langue – ; de même, les données actuelles de la psycholinguistique valident ces « paramètres de formation du signe ». En effet, en étudiant l’acquisition des LS par de jeunes enfants sourds, en observant les lapsus produits par des adultes, en travaillant sur la mémorisation de listes de signes, bien des recherches ont montré que le traitement psycholinguistique des signes était un traitement de type paramétrique10. Ceci étant, il convient de s’attarder un peu sur le paramètre mouvement dont le fonctionnement n’est pas tout à fait identique à celui des trois autres, ce qui nous permettra ensuite d’expliquer la façon dont se créent les familles lexicales en LSF.

b) Le double statut du mouvement

6En fait, deux éléments méritent d’être soulignés dans cette description paramétrique des signes. Le premier, qui rejoint ce que l’on disait plus haut sur la nature du canal utilisé, est que les unités représentant les trois premiers paramètres ne sont pas choisies au hasard, elles sont conditionnées par la visée iconique du signe. Autrement dit, le principe d’iconicité du signe rend parfaitement explicable le choix de telle ou telle forme de main, le choix de l’orientation des paumes, ainsi que, lorsqu’il est sur le corps du signeur, le choix de l’emplacement. Par exemple, de nombreux noms d’animaux trouvent un emplacement sur les tempes du signeur, car le code de reconnaissance retenu – code qui fonde la saillance perceptive – renvoie très souvent aux oreilles ou aux cornes. Le second concerne le paramètre « mouvement », dont on s’aperçoit qu’il peut être iconique ou non, et qu’il n’a, selon le cas, pas tout à fait le même fonctionnement linguistique.

  • 11 Quand le mouvement n’a que ce statut d’articulateur geste / sens, il est soit ample et unique comme (...)

7Lorsqu’il n’est pas porteur d’iconicité, le mouvement est ce qui différencie la simple posture du signe linguistique. En effet, jusqu’à l’introduction du mouvement, avec la combinaison des trois premiers paramètres qui restent pour ainsi dire en suspens dans l’espace, le sens n’est pas actualisé. En l’absence de mouvement, nous sommes dans une spatialité exclusive d’où toute temporalité est exclue. Or, tout discours nécessite une inscription dans le temps : le mouvement réalise donc, dans les langues gestuelles, le lien nécessaire entre spatialité et temporalité. Ce faisant, le mouvement articule le signe et actualise le sens. On appellera cette première fonction du mouvement « fonction d’articulateur geste / sens »11.

8Face à cette fonction très générale, le mouvement peut trouver une autre forme de pertinence linguistique. Ainsi, tous les corpus de langues gestuelles mettent en évidence des paires minimales qui s’opposent par le mouvement, tant au niveau syntaxique – comme nous le verrons plus loin – qu’au niveau lexical, ce que nous discutons ici. Si l’on demande, par exemple, une traduction des couples antonymes français, « augmenter / diminuer » et « ouvrir (une porte) / fermer (une porte) », on obtiendra en LSF deux paires minimales qui ne s’opposent que par le mouvement :

  • [ouvrir (une porte)] = mouvement vers l’extérieur du corps

  • [fermer (une porte)] = mouvement vers le corps

  • [augmenter] = mouvement vers le haut

  • [diminuer] = mouvement vers le bas.

9Ce qui rend ici le mouvement pertinent, et qui fonde la distinction sémantique, c’est l’inversion de son point de départ et de son point d’arrivée. Cette inversion stricte est évidemment liée à l’antonymie, relation rendue de manière iconique en LSF. On peut mettre cette observation en parallèle avec le fait qu’il existe de nombreux cas où une différence de mouvement, dans le point d’arrivée du signe notamment, oblige à rajouter, dans les opérations de traduction LSF / français, des unités significatives. Prenons deux exemples sur des modifications possibles à partir des bases [ecrire] et [regarder] :

    • 12 La configuration manuelle est celle qui mime la préhension d’un stylo, l’orientation de la paume es (...)

    [Écrire] = mouvement ondulé de gauche à droite12

  • [Écrire vers le haut] = mouvement ondulé de gauche à droite vers le haut

  • [Écrire vers le bas] = mouvement ondulé de gauche à droite vers le bas.

    • 13 La configuration manuelle est en forme de V, l’orientation de la paume est vers le sol et l’emplace (...)

    [regarder] = mouvement vers l’extérieur droit devant le signeur13

  • [regarder en haut] = mouvement vers l’extérieur vers le haut

  • [regarder en bas] = mouvement vers l’extérieur vers le bas.

  • 14 C’est-à-dire, une unité pas tout à fait dépourvue de sens, mais n’assumant cependant pas la totalit (...)

10Ces exemples montrent, de façon évidente, comment le mouvement du signe-base peut subir des modifications qui sont porteuses de sens. Ceci nous incite à poser l’hypothèse que le mouvement, outre son statut d’articulateur geste / sens, peut avoir le statut d’une unité linguistique de type intermédiaire14, laquelle va pouvoir assumer tout un jeu de substitutions qui vont permettre de créer les séries lexicales de la LSF.

11On peut, avant de rendre compte de cette structuration lexicale, résumer l’ensemble de ces premières réflexions sur la formation du signe et le double statut du mouvement, sous la forme d’un schéma (figure 1).

Figure 1. Formation du signe

Figure 1. Formation du signe

2) Iconicité et structuration lexicale

  • 15 Il existe en LSF de nombreux termes dont on ne peut, dans la forme de citation, spécifier s’il s’ag (...)

12Suivant ce schéma, si l’on prend l’exemple du signe [avancer (pour un bateau)]15, on obtient la description suivante (figure 2)

Figure 2. Structuration lexicale

Figure 2. Structuration lexicale

13À partir de cette base, on peut observer comment les variations du mouvement vont construire le champ lexical par substitution et adjonction de traits (figure 3).

Figure 3. Construction du champ lexical

Figure 3. Construction du champ lexical

14Depuis la date à laquelle ce premier exemple est paru (Millet 1997), on a pu mener d’autres recherches sur d’autres champs lexicaux, et il est apparu que, conjointement aux variations affectant le mouvement, le champ se structurait également grâce à la permanence de la configuration manuelle. On donnera ici un second exemple (non exhaustif) à partir du signe-base [regarder], l’orientation du signe étant toujours la paume de la main vers le sol (figure 4).

Figure 4. Exemple de variations à partir du signe [regarder]

Figure 4. Exemple de variations à partir du signe [regarder]
  • 16 On peut exprimer ceci en termes plus techniques en disant que, au plan lexical, la permanence du pa (...)

15Ainsi, tous ces termes qui ne sont pas reliés en français, se trouvent, en LSF, inscrits, avec d’autres d’ailleurs, dans la même famille lexicale16. On peut donc dire, finalement, que le fondement iconique des paramètres de formation du signe peut être réactivé à tout moment pour permettre de créer des séries lexicales cohérentes. Il peut également être réactivé, comme nous allons le voir maintenant, pour, au plan cette fois-ci syntaxique, assurer la cohérence grammaticale des énoncés.

II. La syntaxe : une dynamique iconique spatiale

16La dynamique iconique s’exerce de deux façons au niveau syntaxique : tout d’abord par une pré-sémantisation tout à fait originale de l’espace du signeur et ensuite par un procédé de reprise de type pronominal du lexique, également très original, qui, tous deux, fondent la structure des phrases en LSF.

1) Spatialisation des relations syntaxiques

17De même qu’au niveau du lexique le mouvement actualise le sens, au niveau syntaxique, le mouvement va actualiser les relations entre les éléments lexicaux. Sous l’effet du mouvement, les signes vont être déplacés en fonction de leur rôle syntaxique. C’est ce que l’on nomme généralement la spatialisation, phénomène par lequel le mouvement inscrit le paramètre « emplacement » dans la logique des relations internes à la phrase.

18Pour accueillir ces relations, l’espace du signeur – ou espace de signation – est divisé, selon mes observations, en six zones pré-sémantisées, qui permettent de sélectionner des relations actancielles tout en distribuant les marques personnelles. Par les termes « relations actancielles », on veut préciser que l’on a toujours privilégié un point de vue plus « sémantico-syntaxique », que strictement syntaxique. Autrement dit, on se base sur les schémas actanciels plus que sur les schémas syntaxiques et ainsi, on ne parle pas de « sujet » mais d’« agent » (celui qui fait l’action), ni de « complément », mais de « but » (le but – inanimé – de l’action) ou de « bénéficiaire » (personne – ou plus généralement animé – qui « bénéficie » – à son avantage ou à son détriment – de l’action exprimée par le verbe). Ces concepts sémantico-syntaxiques paraissent en effet beaucoup plus adéquats à la description des LS, vraisemblablement parce que l’iconicité de ces langues permet de figurer dans l’espace ces relations universelles. On peut schématiser ces espaces pré-sémantisés comme suit (Figure 5).

Figure 5. Les six zones pré-sémantisées

Figure 5. Les six zones pré-sémantisées

a) Espace 1 (petit carré devant le signeur) : espace neutre

19Il s’agit d’un espace qui ne détermine aucune relation. C’est l’espace où vont être exécutés les éléments du lexique en forme de citation – quand ils n’ont pas un emplacement sur le corps. C’est également l’espace qui va recevoir les énumérations ou la réponse à une question, le rôle actanciel de l’élément ayant été clairement défini dans la question. On peut remarquer que, bien souvent, les entendants apprenant la LSF font une utilisation exclusive de cet « espace neutre » et s’interrogent ensuite, en toute bonne foi, sur la grammaire de la LSF... C’est que la grammaire s’organise très précisément dans les autres espaces.

b) Espace 2 (à gauche et à droite du signeur un peu plus haut que la taille) : espace de la troisième personne animé en rôle d’agent ou de bénéficiaire

  • 17 On pourrait très bien situer [pierre] à gauche et [jacques] à droite, mais il faudrait exécuter le (...)

20Cet espace sert à distribuer les rôles actanciels agent / bénéficiaire – animés donc – pour la troisième personne. Le pluriel est exprimé par un balayage de la zone, le singulier par un simple pointage. La distribution des rôles actanciels est faite par le mouvement du verbe : le point de départ du verbe distribuera le rôle « agent », son point d’arrivée le rôle « bénéficiaire ». Ainsi, si l’on veut exprimer « Pierre dit à Jacques », il convient de situer, par exemple, le signe [pierre] à droite du signeur, puis de situer le signe [jacques] à gauche et de faire partir le verbe [dire] de l’espace où l’on a situé [pierre] pour le faire arriver dans l’espace où l’on a situé [jacques]17.

c) Espace 3 (près du corps du signeur) : espace de la première personne animé en rôle d’agent ou de bénéficiaire

21Comme la zone précédente, cet emplacement sert à distribuer les rôles actanciels agent / bénéficiaire, mais pour la première personne. Les signes référant au locuteur seront en général exécutés avec un léger point d’impact sur le corps du signeur. Si l’impact est en fin de mouvement le « je » sera interprété comme « bénéficiaire » ; s’il est en début de mouvement, il sera interprété comme « agent ». Ainsi la phrase « je lui dis » sera exprimée par le départ du verbe [dire] dans cet espace 3 et par son arrivée dans l’espace 2.

d) Espace 4 (assez loin du corps du signeur) : espace de la troisième personne inanimé en rôle de but

22C’est dans cet espace que s’exécutent les signes renvoyant à un inanimé assumant un rôle actanciel de but. Le tracé réalisé par le verbe s’exécutera toujours des espaces 2 ou 3 vers l’espace 4. Ainsi si l’on veut exprimer « Je regarde la télévision », le signe [télévision] sera positionné sur l’espace 4 et le verbe partira de l’espace 3 (« je ») pour aller vers l’espace 4. On notera que, si l’on ne veut plus exprimer « je regarde quelque chose », mais « je regarde quelqu’un », le point d’arrivée du verbe sera alors l’espace 2 et non plus l’espace 4. Cette différenciation des espaces 2 et 4 permet d’établir clairement une distinction entre animé et inanimé qui n’est pas nécessairement structurée au niveau lexical. Par exemple, « il paye le chauffage » et « il paye le chauffagiste » seront distincts par le point d’arrivée du mouvement du verbe, en zone 4 pour « chauffage », en zone 2 pour « chauffagiste », alors que, en forme de citation nous ne trouvons qu’un seul signe [chauffage] pour les deux termes.

e) Espace 5 (à gauche et à droite du signeur au niveau des tempes) : espace de l’agent indéfini (« on »)

23Si l’on reprend l’exemple du verbe [dire] et que l’on veuille exprimer un agent indéfini, comme dans « on m’a dit », le point de départ du verbe se situera nécessairement dans cet espace 5. L’iconicité de cet espace est claire : on ne sait pas (ou on ne souhaite pas révéler) qui est l’agent... cela tombe en quelque sorte du ciel.

f) Espace 6 (à gauche et à droite du signeur au niveau des épaules) : espace du locatif

  • 18 Parfois, c’est au niveau du lexique même que l’on trouve cette opposition puisque j’ai pu observer (...)

24Cet espace est destiné à recevoir les termes exprimant le lieu dans le schéma actanciel. Il s’agit donc de l’expression des lieux fortement liés au verbe et non de tous les locatifs de type circonstanciel qui ont un emplacement moins contraint. Ainsi si je veux dire « je vais à la maison », le signe [maison] sera situé dans cet espace 6, le point de départ du verbe [aller] sera dans l’espace 3 (« je ») tandis que son point d’arrivée sera dans l’espace 6, à l’endroit où le signe [maison] aura été placé. Cette spatialisation seule permet la cohérence syntaxique rendue en français par la préposition « à ». On notera que, comme c’était le cas pour l’espace 4 qui permettait de trancher entre une valeur animée ou inanimée d’un élément lexical, cet espace permet, en discours, de sélectionner la valeur locative d’une base lexicale ne distinguant pas entre la valeur « lieu » et la valeur « personne », tel le signe [boucher], qui, hors contexte, peut renvoyer à « boucher » ou à « boucherie »18.

g) Espace construit par le regard : la seconde personne

25Nous n’avons jusqu’ici envisagé que les personnes 1 et 3, quel est donc l’espace assigné à la deuxième personne ? En fait, cette personne n’a pas d’espace en propre, c’est la ligne du regard – quelle que soit la position des interlocuteurs – qui indique sa place. Si, parce que son interlocuteur est à sa droite, le signeur doit faire pivoter son buste à droite, l’ensemble des espaces pré-sémantisés que l’on vient de définir pivotera avec lui, et son regard créera la ligne de seconde personne. Ainsi, dans une phrase comme « tu me l’as dit », l’accroche appuyée sur le regard de l’interlocuteur est nécessaire pour interpréter le point de départ du verbe (éloigné du signeur) comme n’étant pas dans l’espace 2, mais comme référant à l’interlocuteur ; le verbe terminera ensuite son tracé dans l’espace 3 (« je »).

26L’ensemble de ces espaces permet de rendre compte d’un grand nombre de phénomènes syntaxiques en LSF, et nous souhaiterions terminer cette présentation par un dernier procédé propre aux LS qui permet d’articuler lexique et syntaxe afin d’assurer la cohérence des phrases.

2) Le rôle des configurations manuelles dans la cohérence syntaxique

27Dans une structure de phrase qui met en jeu, au plan sémantique des rapports de localisation (dessus, dessous, à côté, devant, derrière, etc.), la configuration manuelle d’un élément lexical va être utilisée, seule, dans le segment verbal pour renvoyer à ce signe, comme le ferait, dans une langue vocale, un pronom. Prenons par exemple le signe [maison]. On peut le décrire de la manière suivante : emplacement neutre (espace 1) ; configuration des mains : mains plates ; orientation : paumes vers le bas, avant-bras obliques parallèles au corps ; mouvement : deux mouvements brefs faisant se rejoindre les deux mains. On retrouve ici la visée iconique qui conditionne le choix des paramètres : aucun de ces paramètres n’a en soi – et a priori – un sens quelconque, mais l’ensemble est combiné de manière à figurer le toit d’une maison. On reconnaît bien la figure synecdotique où la partie figure le tout. Là où va intervenir la dynamique iconique, c’est lorsque le paramètre « configuration manuelle », subissant des variations dans l’emplacement, va être repris seul dans le discours. Il va alors s’intégrer au segment verbal, pour assurer, visuellement, la cohérence syntaxique et discursive.

28Ainsi, si le signe [maison] doit, dans le discours, devenir le terme d’une localisation – par exemple, « il y a un arbre derrière la maison » – la configuration manuelle « main plate » va se maintenir dans le discours gestuel, pour permettre la localisation du signe [arbre] par rapport à [maison]. De même, la configuration manuelle de [arbre] sera conservée pour permettre – de façon simultanée – la localisation du signe [maison] par rapport à [arbre]. La configuration manuelle acquiert alors, comme un pronom, un statut de type morpho-syntaxique, que l’on nomme en général dans la littérature spécialisée « classificateur » ou « proforme » – ce dernier terme ayant notre préférence.

29On prendra pour terminer un second exemple qui montre comment les deux aspects syntaxiques que l’on vient d’examiner interagissent. Supposons que l’on veuille exprimer « l’oiseau se pose sur la maison », le signe [oiseau] ayant une configuration en forme de bec, un emplacement sur la bouche. Le signe [maison] va tout d’abord être réalisé dans l’espace neutre (espace 1), la configuration manuelle « main plate » va être conservée – comme « proforme » – et déplacée dans l’espace locatif (espace 6). Parallèlement [oiseau] va être signé, puis la configuration manuelle de [oiseau], avec le statut de proforme, va être incorporée au mouvement du verbe. Le point d’arrivée du verbe [se poser sur] sera alors la configuration « main plate » – proforme de [maison] – et réalisera, de façon iconique, la relation spatiale « sur ».

30Cette séquence peut être rendue sous la forme du schéma suivant (figure 6), où l’abréviation [PR] signifie « proforme ».

Figure 6. Expression schématisée de « l’oiseau se pose sur la maison »

Figure 6. Expression schématisée de « l’oiseau se pose sur la maison »
  • 19 Ce que l’on peut exprimer en termes plus techniques en disant que, au plan syntaxique, la permanenc (...)

31Dans ce type de structures, il nous semble que l’iconicité joue sur deux plans, celui de la formation lexicale, d’une part, et celui de l’expression des relations spatiales, d’autre part, puisque en LSF, les relations spatiales sont exprimées par une spatialisation des signes les uns par rapport aux autres. Par ailleurs, la dynamique et la cohérence entre lexique et syntaxe sont assurées par la permanence, à l’un et l’autre plan, de la configuration manuelle. L’inscription dans les espaces pré-sémantisés achève la cohérence du dispositif linguistique19.

32Au terme de cette brève présentation nous espérons avoir pu montrer que les LS étaient des systèmes linguistiques en tant que tels, présentant des caractéristiques tout à fait originales par rapport aux langues vocales dont les fondements s’ancrent dans l’iconicité et la spatialité, ce qui permet d’articuler lexique et syntaxe pour assurer la cohérence phrastique et discursive.

Haut de page

Bibliographie

Bébian, A. 1825. Mimographie ou essai d’écriture mimique propre à régulariser le langage des sourds-muets. Paris : L. Colas.

Bouvet, D. 1996. Approche polyphonique d’un récit produit en langue des signes française. Lyon : PUL.

Colletta, J.-M. & A. Millet. 1998. « Gestualité référentielle des entendants et LSF : des matrices communes ». Actes du Colloque International des Linguistes, 20-25 juillet 1997. Paris : CD-ROM, Pergamon / Elsevier éd.

Cuxac, C. 2000. La langue des signes française – Les voies de l’iconicité, Faits de Langues N° 15-16. Paris-Gap : Ophrys.

Grosjean, F. 1980. Recent Perspectives on American Sign Language. Hillsdale, N.J. : Lawrence Erlbaum Associates.

Klima, E. & U. Bellugi. 1979. « Remembering without Words : Manual Memory ». In Klima, E. & U. Bellugi (eds). The signs of language. Cambridge : Harvard University Press, 88-124.

McNeill, D. 1992. Hand and Mind. What Gesture Reveals about Thought. Chicago : University of Chicago Press.

Millet, A. 1997. « Réflexions sur le statut du mouvement dans les langues gestuelles : aspects lexicaux et syntaxiques ». Lidil N° 15. Lidilem, Grenoble 3 : 11-30.

Millet, A. 1998. « Typologie des signes et structuration du lexique en LSF – réflexions autour de la notion d’Unité Linguistique Intermédiaire ». In Santi, S., I. Guaïatella, C. Cavé et G. Konopczynski (dir.). Colloque Orage ’98, 9-11 décembre 98, « Oralité et gestualité, communication multimodale, interaction ». Paris : L’Harmattan.

Millet, A. 2002. « Les dynamiques iconiques et corporelles en LSF ». Lidil N° 26, « Gestualité et syntaxe ». Lidilem, Grenoble 3 : 27-44.

Nève, F.X. 1992. « "Phonologie" ou gestématique des langues des signes des sourds : gestèmes, allogestes et neutralisations ? ». La linguistique N° 28-1992-1, 69-93.

Petitto, L.A. & P.F. Marentette. 1991. « Babbling in the Manual Mode : Evidence for the Ontogeny of Language ». Science, Vol 251 : 1493-1496.

Saussure (de), F. 1972. Cours de linguistique générale. Payot.

Stokoe, W. 1960. « Sign Language Structure ». Studies in linguistics, Occasional Paper N° 8. Silver Spring : Linstok Press.

Valade, R. 1854. Études sur la lexicologie et la grammaire du langage naturel des signes. Paris : Librairie philosophique de Ladrange.

Woodward, J. 1982. How you Gonna Get to Heaven if you Can’t Talk to Jesus : on Depathologizing Deafness. Silver Spring, Md : T.J. Publishers Co.

Haut de page

Notes

1 On oppose ici « langue vocale » à « langue gestuelle » ; le terme « oral » est quant à lui opposé à « écrit ». Les langues gestuelles n’ayant pour le moment pas d’écriture, même si de nombreux chercheurs se sont dotés d’outils de transcription assez disparates – tels W. Stokoe (1960), F.X. Neve (1992), D. Bouvet (1996), C. Cuxac (2000) – on dira qu’elles n’ont qu’une dimension orale.

2 La prise en compte de cette iconicité amène même C. Cuxac (2000) à renoncer à l’idée de double articulation, une position que j’ai critiquée ailleurs (Millet 2002).

3 Si auparavant on parlait de canal « visuo-manuel », le développement des recherches a permis de s’apercevoir que les mains n’étaient pas les seules parties du corps engagées dans les langues gestuelles, loin s’en faut. On sait aujourd’hui que les mimiques faciales et les mouvements du buste – spécialement des épaules – ont un rôle fondamental et grammaticalement pertinent dans les discours en LS. C’est pourquoi on parle de canal « visuo-corporel ».

4 Hors la mimétique des sons : les fameuses onomatopées, balayées d’un revers de manche, du fait de leur extrême marginalité, par F. de Saussure (1972 : 100-102) alors qu’il théorisait la notion d’arbitraire du signe.

5 Suivant les propositions de J. Woodward (1982), on oppose, comme la plupart des chercheurs du domaine, « sourd », renvoyant à la dimension médicale de la surdité, à « Sourd », renvoyant à sa dimension anthropologique.

6 Contrairement à une idée reçue relativement répandue, il n’existe pas une langue des signes universelle, mais des langues signées que, par commodité, on nomme en référence au territoire national où elles sont utilisées : ASL, LSF, comme on l’a vu, LSQ pour la langue des signes québécoise, etc. Néanmoins les dynamiques iconiques sont semblables dans toutes les LS : ce sont les mêmes procédés de création lexicale et de grammaticalisation qui semblent être exploités.

7 Dans sa description de ASL, Stokoe retient trois types d’unités ainsi désignés :
*Designator (DEZ), c’est-à-dire la forme de la main, ce qu’on nommera « configuration » ;
*Tabula (TAB), c’est-à-dire le lieu d’articulation du signe ou, si l’on préfère, l’endroit où les mains vont se placer dans l’espace, ce qu’on nommera « emplacement » ;
*Signation (SIG), c’est-à-dire le mouvement.
Dans ses premières recherches, W. Stokoe répertorie 12 TAB, 19 DEZ et 24 SIG – un nombre d’unités qui est apparu par la suite comme étant en dessous de la réalité.

8 En 1973, un autre chercheur américain, R. Battison, introduit un quatrième paramètre, à savoir l’orientation des mains, c’est-à-dire l’orientation des paumes de la main par rapport au corps du signeur.

9 Certains signes un peu atypiques privilégient un paramètre au détriment des autres : par exemple le signe [Annuler], qui s’exécute en traçant une croix dans l’espace, privilégie le paramètre mouvement au détriment des autres, puisque c’est en fait la trace mémorielle du tracé dessiné dans l’espace qui fait sens (sur ce point voir A. Millet 1998).

10 Voir, entre autres, F. Grosjean (1980), E. Klima et U. Bellugi (1979), L.A. Petitto et P.F. Marentette (1991).

11 Quand le mouvement n’a que ce statut d’articulateur geste / sens, il est soit ample et unique comme dans [punir], soit répété et bref comme dans [travailler].

12 La configuration manuelle est celle qui mime la préhension d’un stylo, l’orientation de la paume est vers l’extérieur et l’emplacement est devant le signeur.

13 La configuration manuelle est en forme de V, l’orientation de la paume est vers le sol et l’emplacement est sous les yeux.

14 C’est-à-dire, une unité pas tout à fait dépourvue de sens, mais n’assumant cependant pas la totalité du sens de l’unité linguistique (sur ce thème et les résolutions théoriques de cette question, voir Millet 1997, 1998).

15 Il existe en LSF de nombreux termes dont on ne peut, dans la forme de citation, spécifier s’il s’agit d’un nom ou d’un verbe. On parle alors de « base verbo-nominale » dont les valeurs, soit verbale soit nominale, seront actualisées en discours par des procédés grammaticaux spécifiques. L’exemple donné ici est une de ces bases verbo-nominales.

16 On peut exprimer ceci en termes plus techniques en disant que, au plan lexical, la permanence du paramètre « configuration manuelle » joue, dans la dynamique iconique, le rôle de nœud associatif de la structuration du champ. Le paramètre « mouvement » est la source du paradigme lexical tandis que le paramètre « configuration » est le garant de sa cohérence morphologique.

17 On pourrait très bien situer [pierre] à gauche et [jacques] à droite, mais il faudrait exécuter le mouvement du verbe de la gauche vers la droite.

18 Parfois, c’est au niveau du lexique même que l’on trouve cette opposition puisque j’ai pu observer une opposition entre [paris] et [parisien], [paris] étant exécuté plus haut (espace 6) que [parisien] (espace 2).

19 Ce que l’on peut exprimer en termes plus techniques en disant que, au plan syntaxique, la permanence du paramètre « forme de main » joue, dans la dynamique iconique, le rôle de « nœud de la cohérence syntaxique » : il est, combiné avec la spatialisation, la source et le garant de la cohésion morpho-syntaxique de l’énoncé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Formation du signe
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3326/img-1.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 2. Structuration lexicale
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3326/img-2.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 3. Construction du champ lexical
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3326/img-3.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 4. Exemple de variations à partir du signe [regarder]
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3326/img-4.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 5. Les six zones pré-sémantisées
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3326/img-5.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 6. Expression schématisée de « l’oiseau se pose sur la maison »
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3326/img-6.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Millet, « La langue des signes française (LSF) : une langue iconique et spatiale méconnue », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 2 | 2004, 31-44.

Référence électronique

Agnès Millet, « La langue des signes française (LSF) : une langue iconique et spatiale méconnue », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 2 | 2004, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://apliut.revues.org/3326 ; DOI : 10.4000/apliut.3326

Haut de page

Auteur

Agnès Millet

Agnès Millet, professeur en Sciences du Langage, s’intéresse depuis 15 ans à la très vaste problématique « langage et surdité ». Elle a publié une vingtaine d’articles portant sur les aspects linguistiques, sociolinguistiques et sociodidactiques liés à ce thème et prépare actuellement, en collaboration avec des Sourds, une grammaire de la LSF. Université Stendhal, UFR des Sciences du Langage, Laboratoire LInguistique et DIdactique des Langues Étrangères et Maternelles (LIDILEM).
Agnes.Millet@u-grenoble3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page