Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Introduction de cours de LV2 facultative dans les départements GEII et GIM

Jean-Marie Ciamporciero, Anne-Marie Dugreez, Mireille Hardy, Laurence Libine, François Proriol et Peter Reichmuth
p. 101-103

Texte intégral

Constat

1Dans les départements secondaires de l’IUT Cherbourg Manche, site d’Octeville, seul l’anglais était enseigné. Or, nous savions qu’un bon niveau en LV2 pour les étudiants des départements secondaires pouvait présenter de nombreux intérêts. En effet, tous les industriels s’accordent à dire que, non seulement l’anglais est indispensable pour un technicien supérieur, mais que l’espagnol est en train de le devenir ; et l’Allemagne est notre premier partenaire commercial. Beaucoup d’entreprises ont des partenaires ou des clients étrangers et, à qualification égale, une compétence dans une langue autre que l’anglais fera la différence entre 2 personnes, surtout dans de petites entreprises. La documentation technique n’est pas forcément écrite en français ; certaines machines, notamment les anciennes, peuvent n’avoir qu’une notice dans la langue du constructeur – anglais, allemand, espagnol, italien ou autre. Dernier argument, et non des moindres, dans le cadre des poursuites d’études, la LV2 est à nouveau demandée en École d’Ingénieurs ; il est donc dommage d’en interrompre l’étude pendant 2 ans – dernièrement, un étudiant de GEII a pu intégrer un IUP grâce à l’allemand, et deux (GEII et GIM) ont fait une poursuite d’études en Espagne.

Genèse du projet

2A son arrivée en IUT, Anne-Marie Dugreez fut étonnée de découvrir que les étudiants des départements tertiaires avaient la possibilité, voire l’obligation, d’étudier une LV2 mais pas ceux des départements secondaires, alors que la connaissance de 2 langues est pré-requise pour l’entrée en IUP, par exemple. Une enquête auprès des étudiants ayant fait ressortir un besoin, elle fit une demande auprès du chef de département GEII et de la direction de l’IUT. Les réponses furent positives : 20 heures/année attribuées à chaque langue avec un minimum de 6 étudiants. Le choix de l’horaire fut un obstacle difficile à surmonter pour les directeurs d’études : le seul créneau commun disponible dans les emplois du temps des 2 années des 2 départements était le jeudi de 13h30 à 14h30, avant les autres activités proposées habituellement. Mais ni l’administration ni les collègues des 2 départements n’ont marqué d’opposition.

Format du cours

3L’expérience a commencé en GEII et en GIM, à la rentrée 2000, avec entre 15 et 20 étudiants en espagnol et 6 étudiants en allemand. Puis 5 heures supplémentaires ont été obtenues pour permettre aux étudiants de 2e année de rattraper ce qui s’était fait avec les étudiants de 1e année alors qu’ils étaient en stage (de janvier à avril).

4Le niveau requis est différent selon les langues. Les débutants sont admis en espagnol, alors qu’en allemand, il faut justifier de bonnes bases. Rappelons que le but de cet enseignement de la LV2 est aussi d’obtenir des stages en entreprise ou de continuer des études dans les pays concernés.

  • Volume horaire : 20 h / an, à raison d’1 h / semaine.

  • Langues proposées : allemand et espagnol ; l’italien a été ajouté à partir de la rentrée 2003, avec l’ouverture de l’option en TC.

  • Répartition : un seul groupe d’espagnol et un seul groupe d’allemand pour les étudiants des 2 années des 2 départements, tous niveaux confondus – même débutant. Le cas échéant, ils sont regroupés avec des étudiants de l’École d’Ingénieurs (EIC) située sur le même site, ou avec des étudiants TC.

  • Financement : sur heures complémentaires GEII/GIM.

  • Présence aux cours : la matière est optionnelle mais, si les étudiants volontaires décident de continuer à l’issue du premier cours, ils s’engagent pour l’année comme pour tous les enseignements dispensés au sein du département, avec vérification de l’assiduité.

  • Évaluation : les 2 premières années, les étudiants n’ont reçu qu’une attestation. À partir de 2003, une évaluation est prévue pour les étudiants de GEII, et la note figurera sur leur bulletin.

Bilan

Le point de vue de l’enseignant d’espagnol

5Cette année, les étudiants inscrits au cours d’espagnol étaient au nombre de 8 (GEII, GIM et EIC). Ils étaient très motivés car le choix de l’horaire en aurait découragé plus d’un. Malgré, ou grâce à l’hétérogénéité du groupe, nous avons eu tout au long de l’année des échanges intéressants sur la vision du monde hispanique. Ainsi, chaque fin de séance s’est terminée par des questions pertinentes sur ce que nous avions vu ensemble. Le départ d’un étudiant à Alicante pour un stage a été aussi source de motivation.

Le point de vue de l’enseignant d’allemand

6Le professeur d’allemand propose un cours qui s’adapte aux besoins de formation de chacun et il est à leur disposition pour conseiller individuellement les étudiants (rédaction d’une lettre de motivation, d’un CV…). Ce type de cours « ouvert » est efficace pour des étudiants qui ont l’intention de faire un stage à l’étranger. Un étudiant de l’EIC a d’ailleurs obtenu un stage dans une entreprise allemande. Néanmoins, avec ce petit nombre d’étudiants, la réussite de l’enseignement dépend beaucoup de leur volonté et de leur motivation. Cette année, le cours a malheureusement été interrompu faute d’un nombre suffisant de participants : des étudiants de l’EIC ayant profité du « service » de correction de CV et de lettre de motivation, n’avaient « plus le temps » ensuite. Malheureusement, dans notre pays, la qualité d’une formation se mesure au nombre d’heures de cours/semaine : plus il y en a et plus cela fait sérieux. Or, ce qui compte, c’est la compétence réellement acquise. Et pour s’approprier une langue ou une compétence, il faut beaucoup de temps « libre » pour les lectures et le transfert réel des savoirs et du vocabulaire. Une langue sert avant tout à faire entendre sa propre voix – qui peut être différente de celle du professeur.

Le point de vue des étudiants

7Aucune évaluation formelle n’a été faite, mais les échos ont été et sont positifs. Même les difficultés ont du bon : les étudiants qui ont suivi les cours d’espagnol avec des TC en 2002-2003 ont apprécié le fait de se retrouver dans une classe plus équilibrée filles / garçons, et d’une façon générale, de côtoyer des personnes qui ne sont ni en GIM ni en GEII est intéressant.

Conclusion

8Au final, le nombre d’étudiants varie selon les années : en GEII, en moyenne une quinzaine en espagnol et 6 en allemand ; en GIM, sur des promotions de 25 étudiants, 3 en espagnol, aucun en allemand (de par leur formation au lycée, leur intérêt se porte sur l’espagnol plutôt que sur l’allemand et, jusqu’à présent, aucun ne s’est inscrit comme débutant). Il arrive qu’un nombre important d’étudiants se présente au premier ou au second cours, cependant les abandons sont nombreux. Parmi les multiples raisons, on peut mettre en avant le fait que nos étudiants ont beaucoup de travail par ailleurs et hésitent à s’ajouter une « contrainte » supplémentaire. Ce sont en majorité des étudiants de 2e année qui suivent la totalité des cours. Comme il s’agit d’une matière optionnelle, le dynamisme et la compréhension du professeur jouent un rôle primordial dans l’intérêt porté au cours en 1e année, dans l’absentéisme ou encore dans le fait de poursuivre en 2e année avec la même motivation.

9Cependant, même si le nombre d’étudiants n’est pas très élevé dans les cours de LV2 proposés, cette initiative d’introduction d’une deuxième langue dans les départements secondaires à l’IUT Cherbourg Manche remporte un succès certain auprès de ceux, de plus en plus nombreux, qui désirent effectuer des poursuites d’études. Nous espérons que cette expérience permettra à des collègues, dans d’autres IUT de mettre en place ce type d’enseignement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Ciamporciero, Anne-Marie Dugreez, Mireille Hardy, Laurence Libine, François Proriol et Peter Reichmuth, « Introduction de cours de LV2 facultative dans les départements GEII et GIM », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 2 | 2004, 101-103.

Référence électronique

Jean-Marie Ciamporciero, Anne-Marie Dugreez, Mireille Hardy, Laurence Libine, François Proriol et Peter Reichmuth, « Introduction de cours de LV2 facultative dans les départements GEII et GIM », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 2 | 2004, mis en ligne le 25 décembre 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/3377 ; DOI : 10.4000/apliut.3377

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Ciamporciero

Enseignant d’espagnol à l’IUT Cherbourg Manche depuis 2001. Directeur des études de 1e année dans le département TC et responsable des stages à l’étranger de l’IUT depuis la rentrée 2003.

Articles du même auteur

Anne-Marie Dugreez

Enseignante d’anglais, directrice des études et responsable des RI dans le département GEII de l’IUT Cherbourg Manche jusqu’en 2003, maintenant en poste à l’IUT de Toulon.

Mireille Hardy

Enseignante d’anglais dans le département TC et responsable des RI de l’IUT Cherbourg Manche jusqu’en juin 2003.

Articles du même auteur

Laurence Libine

Enseignante de mécanique, directrice des études et responsable des RI dans le département GIM de l’IUT Cherbourg Manche.

François Proriol

Enseignant en électronique et directeur des études dans le département GEII de l’IUT Cherbourg Manche.

Peter Reichmuth

Enseignant d’allemand en DEUG LEA et à l’IUT Cherbourg Manche.

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page