Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Un regard sur mon enseignement à l’IUT

Jean-Marie Ciamporciero
p. 107-110

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1J’ai pris mes fonctions d’enseignant d’espagnol à l’IUT Cherbourg Manche en septembre 2002, après avoir enseigné en collège et au lycée pendant 20 ans. Ces quelques lignes ne sont qu’un regard personnel sur l’enseignement de ma discipline à l’IUT.

Spécificité du public des IUT

2Les étudiants qui arrivent du lycée ont évolué jusqu’alors dans une configuration classique où l’échange se fait entre le professeur et des élèves qui s’efforcent tant bien que mal de l’imiter. À l’IUT, on privilégie la communication, l’échange entre les différents acteurs du cours.

3Au lycée, le cours ne permettait pas aux élèves d’envisager d’autres échanges qu’avec leur professeur puisque c’est lui qui pose les questions, qui évalue et qui note, et l’échange avec les autres est totalement artificiel. À l’IUT, les groupes d’étudiants sont hétérogènes, mais leur nombre peu élevé laisse augurer de bonnes conditions de travail et donc une participation active.

Difficultés

4Or, nous avons affaire à des publics de plus en plus variés et donc à des représentations et à des attentes différentes : nous avons des étudiants qui ont des projets (poursuite d’études à l’étranger, stage en entreprise à l’étranger) auxquels le cours est censé préparer ; à l’inverse, pour d’autres, le cours est très éloigné des problèmes qu’ils rencontrent dans leur vie quotidienne.

5Certains étudiants se comportent dans leurs études comme des consommateurs de biens, se lassant vite d’un produit et sans cesse à la recherche de nouveaux. D’aucuns, ne se considérant pas bons en langue, ont développé une conception de l’apprentissage qui exclut la communication et donc le besoin, pour exprimer un point de vue personnel, d’aller chercher les moyens de dire, de persuader, de convaincre. Certes, le plaisir peut naître chez ceux qui réussissent. L’obtention de bonnes notes procurant toujours la même jouissance, ils sont capables d’anticipation, savent ce que l’on attend d’eux et s’adaptent. Mais là où se posent les problèmes, c’est avec ceux qui ne participent pas, qui subissent le cours ; l’apathie de l’étudiant peut s’expliquer par la perception négative qu’il a des activités qui lui sont proposées. Après des années d’école, la motivation, la curiosité initiale se sont estompées.

Quelles solutions ?

6La perception qu’ils ont du contexte du cours est déterminante. Et la motivation prend son origine dans la représentation et les attentes d’une personne à l’égard des événements qui lui arrivent. Ce que nous prenons le plus souvent pour de la passivité ou de l’indifférence n’est peut-être que l’expression de l’image que l’étudiant a de lui-même. Si nous parvenons à prendre conscience de ses compétences, alors nous pouvons jouer notre rôle d’enseignant et l’aider à apprendre une langue. Pour déclencher la motivation, il faut déployer des efforts d’imagination, débarrasser la classe de la tutelle du professeur, faire trouver la réponse à la question essentielle « Apprendre une langue oui, mais pourquoi ? ».

7Les étudiants d’IUT souhaitent du concret, situer leur apprentissage dans leur quotidien, communiquer avec d’autres, mais lorsque des activités de communication sont proposées, ils ne jouent pas toujours le jeu. Pour qu’ils s’impliquent, il faut mettre en place une pluralité de moyens, d’activités, qui leur permettront de s’approprier de nouveaux savoirs. À l’IUT, la réalisation de travaux personnels, conduire des recherches, établir des stratégies de discours et donner un sens au verbe communiquer sont autant de défis qui touchent les étudiants et permettent à chacun d’entre eux de construire son savoir en situation. Vouloir imposer un apprentissage essentiellement livresque ne peut conduire qu’à l’échec et les renforcer dans leur mutisme. Leur proposer d’autres approches fait naître la curiosité, suscite des relations personnelles et s’avère plus positif parce que la perception de la valeur de l’activité va changer et l’étudiant se découvrira des compétences souvent ignorées.

8Il faut individualiser l’apprentissage et faire en sorte qu’il prenne du sens pour l’étudiant et corresponde à un projet personnel. C’est là que peuvent intervenir des outils de cours nouveaux dans l’apprentissage d’une langue, qui permettent une nouvelle approche et une reconnaissance du travail personnel, une activité autonome. Il faut un support qui serve de déclencheur et crée des conditions de l’acquisition (lexicale, syntaxique, phonologique, culturelle), et là, le professeur garde un rôle fondamental. L’utilisation de l’ordinateur, de la vidéo et du labo permet d’aider l’étudiant à se documenter et à se préparer ainsi à prendre la parole devant un groupe. L’espace langue que nous possédons à l’IUT nous permet, tout en laissant une certaine autonomie à l’étudiant, d’exercer un contrôle sur son activité car il a besoin du professeur pour acquérir savoirs et savoir-faire fondamentaux. D’une part, il est indispensable qu’il y ait une rupture entre le travail en groupe et l’effort individuel pour que l’étudiant se rende compte qu’il est dans une situation nouvelle où l’on privilégie l’apprentissage par rapport à l’enseignement. D’autre part, le professeur apparaît dans un nouveau rôle de catalyseur, les étudiants passant de la situation de consommateurs passifs à celle de producteurs d’apprentissage.

9Ma pratique pédagogique ne saurait être monolithique, l’enseignement à l’IUT laissant une grande latitude aux pratiques individuelles. Mais l’apprentissage de la langue doit rester l’objectif primordial du cours d’espagnol. Voici quelques exemples d’activités que je propose.

Travail en espace langue sur les préoccupations des Espagnols

10J’ai mis en place une séance de travail par ateliers avec un groupe hétérogène d’étudiants. 3 ateliers sont activés, travaillant sur 3 supports différents :

111) Internet : El País Digital-Sociedad (02/02/99).
Les étudiants travaillent sur un article de ce périodique et découvrent les problèmes que pose à la société espagnole l’afflux d’immigrants. Consignes : résumer l’information que donne l’article ; à quelle préoccupation cet article renvoie-t-il les espagnols ? Cette préoccupation vous semble-t-elle justifiée ?

122) Lecture : « ¿ Racista yo ? », article de Inociencio Felix Arias dans El País semanal (1993) et compréhension orale : trois infos à la radio sur le même sujet dans l’actualité.
Il s’agit d’une autre préoccupation des espagnols : le racisme. Consignes : compte-rendu et commentaire : peut-on considérer les Espagnols comme racistes ?

133) Vidéo : « Las otras victimas de ETA » (TVE « Informe semanal » 2003). A partir du reportage, essayer de comprendre pourquoi, parmi les préoccupations des Espagnols, la lutte contre le terrorisme occupe une place si importante.
À la fin de la séance le travail réalisé est mis en commun pour déboucher sur un débat. Ce type d’exercice demande à l’enseignant une grande disponibilité.

Travail sur ordinateur (cédérom Echolangues Labo, Jeriko)

14Il s’agit d’un outil d’aide à la compréhension auditive. L’objectif est d’écouter et de comprendre globalement le sens d’un document sonore court (dialogue, conversation à 2 ou 3 voix sur un thème donné). Deux cédéroms couvrent tout le contenu du vocabulaire spécifique du téléphone : « l’espagnol de l’accueil », « l’espagnol du téléphone ». On peut écouter, répéter et enregistrer sa voix grâce à de multiples exercices et dialogues. Types d’activités :

  • exercices de compréhension orale pour développer la capacité d’écoute et de compréhension ;

  • pratique de conversation : après avoir écouté un dialogue, l’étudiant peut répéter les différentes répliques. Ces exercices permettent d’améliorer la prononciation et de lui donner plus de fluidité ;

  • tests de compréhension notés, à faire en fin de parcours pour vérifier le degré de compréhension : l’étudiant doit choisir la bonne réponse parmi les 2 ou 3 proposées ;

  • phrases clé : écouter, répéter et enregistrer. Par la richesse du vocabulaire et la multiplicité des situations proposées, par la mémorisation des phrases clés, elles permettent à l’étudiant d’acquérir une prononciation correcte et d’enrichir son lexique.

15Chaque document peut être abordé sous 2 modes :

  • entraînement : il aide l’utilisateur à acquérir une méthode d’écoute des documents. 3 phases sont proposées : grille d’écoute, exploitation et commentaires logiques, exercices de perception ;

  • tests de compréhension : 2 phases sont proposées, « évaluation » et « exercices de perception ». Sous ce mode, l’étudiant peut bénéficier de différentes aides, mais elles sont comptabilisées et ont une incidence sur le score final.

16Aspects positifs :

  • la démarche est intéressante puisqu’elle amène l’étudiant à un travail de réflexion ;

  • il s’agit essentiellement de situations de la vie courante que pourra rencontrer un étudiant se retrouvant seul en Espagne ;

  • l’apprenant peut s’entraîner seul car les aides lexicales sont accessibles à tout moment ;

  • il peut choisir l’ordre dans lequel il fera les différents exercices, il peut interrompre sa tâche à tout moment et revenir en arrière s’il le souhaite.

17Aspects négatifs :

  • cela reste assez figé, on ne sort pas d’un schéma répétitif ;

  • les enregistrements sont parfois assez longs, ce qui implique que l’étudiant ait déjà une assez bonne pratique de la langue ;

  • la qualité de la prononciation laisse parfois à désirer – on aurait pu avoir recours à des voix espagnoles ou latino-américaines.

Bilan après deux années d’enseignement en IUT

18Je fais un bilan positif de ces deux années. Le public en IUT est différent de celui des établissements secondaires et le choix des exercices que l’on peut lui proposer est varié. L’enseignement est plus enrichissant qu’en lycée car les échanges avec les étudiants permettent d’approfondir les idées et de débattre sur des thèmes d’actualité rendant l’apprenant actif dans la construction de ses compétences langagières en le plaçant dans des situations nouvelles et stimulantes. L’accueil favorable qu’ont reçu certaines de mes interventions auprès des étudiants m’incite à poursuivre et à chercher à améliorer mon dispositif d’apprentissage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Ciamporciero, « Un regard sur mon enseignement à l’IUT », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 2 | 2004, 107-110.

Référence électronique

Jean-Marie Ciamporciero, « Un regard sur mon enseignement à l’IUT », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 2 | 2004, mis en ligne le 25 décembre 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/3388 ; DOI : 10.4000/apliut.3388

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Ciamporciero

Jean-Marie Ciamporciero est enseignant d’espagnol dans les départements TC, GEA, GEII et GIM de l’IUT Cherbourg Manche. Il est aussi responsable des stages à l’étranger et chef du département TC.
jm.ciamporciero@chbg.unicaen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page