Navigation – Plan du site
Articles

L’enseignement du néerlandais à l’IUT de Saint-Omer-Dunkerque

Het onderwijs van het Nederlands op de Hogeschool van Saint-Omer-Duinkerke
Patrice Charlemagne
p. 45-56

Résumés

Le néerlandais est enseigné essentiellement dans le Nord de la France, le long de la frontière belge, de Dunkerque à Lille. Il est la langue officielle des Pays-Bas et de la Flandre. Depuis 1945, ces régions sont devenues riches et industrieuses, et la « mondialisation locale » a démultiplié l’échange de services et de clientèles. Il est donc devenu prépondérant pour l’enseignement supérieur, particulièrement professionnel, de conférer cette compétence linguistique aux étudiants qu’il forme. Pour des raisons politico-historiques (nationalisme flamand), il est en effet avantageux de pouvoir négocier dans leur langue avec nos partenaires flamands. Le néerlandais est enseigné dans notre région à tous les niveaux du système scolaire. Malheureusement, à cause du manque d’intérêt des étudiants et de la volonté d’économies d’un ministère peu sensible aux vertus des langues rares, il faut en permanence porter cet enseignement à bout de bras.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

1Comme je suis l’un des rares membres de l’APLIUT à enseigner cette langue plutôt rare dans le système scolaire français, Mireille Hardy m’a demandé lors du congrès de Lyon, en juin 2002, de rédiger une sorte de mémoire sur l’enseignement du néerlandais tel que je le pratique dans les départements auxquels je suis rattaché.

1. Contexte historique et économique général

2Le néerlandais n’est enseigné, grosso modo, à tous les échelons du système scolaire français, que dans une frange de territoire qui s’étend de Dunkerque à Lille le long de la frontière belge. Cette partie du département du Nord, c’est-à-dire les arrondissements de Dunkerque, de Hazebrouck et de Lille, est aussi appelée traditionnellement « Flandre française ».

3Pour mémoire, la Belgique possède trois langues officielles : le français au Sud (Wallonie), le néerlandais au Nord (Flandre), et l’allemand à l’Est, le long de la frontière allemande (Eupen-Malmédy ; cette zone a été annexée à la Belgique suite au Traité de Versailles en 1919, en réparation de la violation de la neutralité belge en 1914 par les troupes allemandes). On trouve encore en Flandre française des locuteurs du dialecte flamand.

4Le flamand est une variante des dialectes dits bas-franciques parlés en deçà de la rive occidentale du Rhin, c’est-à-dire dans le Nord du Benelux actuel. La langue néerlandaise est une koiné apparue à la fin du Moyen Age comme une sorte de langue de chancellerie, mêlant des éléments hollandais (région d’Amsterdam) et brabançons (région s’étendant de Bruxelles aux grands fleuves – Rhin et Meuse – donc sur tout le Sud des Pays-Bas actuels). Les dialectes des marges, c’est-à-dire les flamands (occidental et oriental), ainsi que le limbourgeois, ou plus encore le frison dans le Nord des Pays-Bas, qui ne fait pas partie du groupe bas-francique, constituent des particularismes encore vivaces de nos jours, à tel point que les locuteurs de ces dialectes sont sous-titrés en néerlandais « civilisés » dans les émissions des télévisions flamandes et néerlandaises.

5Lorsque les Pays-Bas (on disait alors Provinces Unies) ont obtenu de haute lutte leur indépendance sur les Espagnols à la fin du 16e siècle, leur variante de la koinè néerlandaise est devenue langue nationale, tandis que la Belgique actuelle demeurait aux mains des Espagnols qui renforçaient leur mainmise politique et religieuse sur cette région. Du fait de leur indépendance, les « Hollandais » ont su développer leur économie au niveau mondial, lançant les navires des Compagnies des Indes Orientales et Occidentales sur les océans. Ce siècle et l’expansion économique qui l’a caractérisé sont connus sous le nom de « Siècle d’Or ». Cette conscience de leur gloire passée et un orgueil typique du réformateur protestant qui a su se libérer du joug de ce qu’il considère comme une oppression obscurantiste et rétrograde (le catholicisme), confèrent encore aujourd’hui un certain complexe de supériorité aux Néerlandais vis-à-vis des Flamands (et souvent aussi vis-à-vis du reste du monde).

6À la même époque, et jusqu’à la Révolution industrielle, la Belgique d’alors s’enfonce dans une période de marasme à la fois économique et culturel. Délaissée par ses maîtres espagnols (une fois la stabilité religieuse rétablie), puis autrichiens, et après l’épisode révolutionnaire et napoléonien, la Belgique (c’est-à-dire pour être précis essentiellement la Wallonie, la partie méridionale) sort de sa torpeur au 19e siècle en devenant l’un des premiers pays industrialisés, après la Grande-Bretagne. La Flandre, la partie septentrionale, qui parle un dialecte germanique, demeure rurale et pauvre, à l’exception de quelques grandes villes comme Gand, Anvers et Bruxelles, qui devient la capitale du nouveau royaume (fondé en 1830, après une courte révolution contre le maître néerlandais). La langue officielle et véhiculaire des premières années de la Belgique est alors tout naturellement le français, langue de prestige et de culture, langue diplomatique. Le flamand n’est alors que la langue du peuple, ouvriers, paysans, artisans. L’enseignement secondaire est bilingue, et l’enseignement supérieur uniquement francophone. La haute administration, les cadres de l’armée, la direction des grandes entreprises, le pouvoir politique sont strictement francophones. L’aristocratie et la grande bourgeoisie, même flamandes, sont francophones. Apparaissent alors des mouvements de protestation qui dénoncent la ségrégation culturelle et par suite économique dont souffre le petit peuple flamand de Belgique. En 1892, le flamand est reconnu comme seconde langue officielle de Belgique. Cela signifie que tous les actes officiels concernant la Flandre sont rédigés en deux langues, tandis que la Wallonie demeure uniquement francophone. À partir de cette année-là, le Roi doit être bilingue. Face à l’action continue des mouvements flamands, surtout après la Première Guerre mondiale, le flamand est reconnu comme unique langue officielle de Flandre dans les années 30. La partie germanophone, annexée en 1919, sera également reconnue de son côté. (À titre d’exemple, tous les documents « fédéraux », comme les cartes grises des véhicules – qui sont rouges en Belgique – sont rédigés en trois langues.)

7La situation économique change radicalement après la Seconde Guerre mondiale. Dans les années 60, la Wallonie, dont l’économie reposait essentiellement sur l’industrie lourde, comme dans le Nord-Pas-de-Calais (houillères, sidérurgie, métallurgie, constructions mécaniques, etc.) subit le choc de l’installation de la sidérurgie « sur l’eau » (Sydmar à Gand, Usinor à Dunkerque). Les mines sont progressivement fermées, les usines sidérurgiques continuent à fonctionner, pour certaines, mais elles sont en sursis. En parallèle, la Flandre développe un réseau d’entreprises petites et moyennes, souples et modernes, et elle accueille un grand nombre d’entreprises étrangères. Le climat social beaucoup moins revendicatif n’y est pas pour rien. Les Flamands sont réputés plus durs au travail et plus dociles.

8À l’heure actuelle, la Flandre est donc riche, la Wallonie en pleine crise de reconversion et, dans l’esprit des nationalistes flamands, l’heure de la revanche a sonné et une scission de la Belgique leur permettrait de faire l’économie des aides sociales qui selon eux coulent à flot de la Flandre industrieuse en direction de la Wallonie sensuelle et paresseuse.

9Le Nord-Pas-de-Calais, qui subit les mêmes difficultés que la Wallonie, se tourne tout naturellement vers son opulente voisine, une des régions les plus riches d’Europe, pour y trouver du travail ou y prendre des marchés, ou encore pour attirer ses clients – le groupe Auchan est l’une des rares entreprises à avoir sérieusement étudié la clientèle flamande et ses particularités culturelles, sociologiques et économiques. Or, les Français, même de Flandre française, ont oublié le flamand ou le néerlandais, et les autorités françaises y ont largement contribué jusqu’à une époque récente.

10Un détail encore : il faut clairement indiquer que, si nous apprenons le néerlandais de nos jours dans le Nord-Pas-de-Calais, c’est essentiellement pour s’adresser aux Flamands. Nous avons nettement moins de contacts avec les Néerlandais, qui n’ont pas les complexes identitaires des Flamands et qui n’hésitent pas à s’adresser aux étrangers en anglais.

2. Historique de l’enseignement du néerlandais dans le Nord de la France

11Comme énoncé ci-dessus, les arrondissements de Dunkerque et d’Hazebrouck, conquis par Louis XIV à la fin du 17e siècle, étaient à l’origine « néerlandophones ». Comme dans beaucoup de marches de la nouvelle République française, le parler local a été largement combattu au cours du 19e siècle. Les politiques en cette matière ont d’ailleurs beaucoup varié suivant le régime en place à Paris. Il faut noter que la République s’est montrée nettement moins conciliante que les régimes monarchiques qui l’ont précédée à cette époque. L’avènement de la IIIe République a sonné le glas de l’enseignement EN flamand (et non DU flamand) dans les écoles des deux arrondissements en question. Cette assimilation linguistique forcée a produit deux effets néfastes : les élèves de langue flamande à qui l’on donnait des cours en français sans formation linguistique préalable se montraient ensuite incapables de suivre une scolarité française correcte, et se voyaient défavorisés par rapport aux francophones. Par ailleurs, ne sachant plus écrire le flamand, ils ne peuvent plus aussi facilement commercer avec les Flamands de Belgique. Le flamand disparaîtra en tant que langue véhiculaire dans les générations d’après 1945. On pensait à l’époque que le français était « moderne » et que la connaissance, même en parallèle, du dialecte pouvait constituer un frein social.

12Il faut attendre cette même période pour voir réapparaître dans la région un enseignement du néerlandais, ou du flamand dialectal.

13On a donné le premier cours de néerlandais à l’Université catholique de Lille en 1926. Il faut attendre 1948 pour voir apparaître un lectorat de néerlandais à l’Université d’État de Lille (devenue depuis Lille III), transformé en chaire en 1964. À compter de l’année universitaire 1977-78, cette chaire a été habilitée à délivrer la licence de néerlandais. On peut actuellement étudier le néerlandais dans une vingtaine d’institutions universitaires françaises (état de 2000), mais on ne peut le choisir comme langue étrangère principale qu’à Lille III et Paris IV. (A titre d’exemple, le néerlandais a été durant quelques années la seule LV2, obligatoire au demeurant, à l’Institut Universitaire Professionnalisé (IUP) Banque-Finance-Assurance de Lille, mais cet établissement a dû ouvrir d’autres langues, ce qui a eu pour effet de limiter l’effectif en néerlandais et a empêché l’ouverture du cours pour l’année 2000-2001).

14Pour le primaire et le secondaire, le premier cours officiel a débuté en 1972 dans un collège de Bailleul, petite ville dans les « Monts de Flandre », à 30 km de Lille. En 1983, le recteur de l’académie de Lille décida de promouvoir l’enseignement du néerlandais dans la région comprise entre Lille et Dunkerque. Un accord fut signé en 1985 avec la « Vlaamse Vereniging voor Ontwikkelingssamenwerking en Technische Bijstand » ou VVOB (Association flamande de collaboration au développement et d’assistance technique) et le ministère de l’Éducation Nationale néerlandais. À Bailleul, depuis 1990, quelque 800 élèves de neuf écoles différentes reçoivent toutes les semaines jusqu’à deux heures de néerlandais. Depuis 1996 existe au sein du rectorat de Lille une « cellule de néerlandais » destinée à former les enseignants du primaire chargés d’enseigner le néerlandais dans le cadre de l’enseignement précoce des langues vivantes. Pour l’année scolaire 1998-99, les chiffres du primaire étaient les suivants :

  • Nombre d’écoles concernées : 46

  • Nombre d’enseignants concernés : 38

  • Nombre d’enseignants formés : 47

  • Nombre de classes : 167

  • Nombre d’élèves : 3893

15En 1999 est apparu pour la première fois le problème de la poursuite de l’enseignement du néerlandais au niveau du collège. L’inspecteur de l’époque, J. Kooijman, a réussi à obtenir qu’on puisse offrir une heure de néerlandais par semaine en sixième, à côté de la seule LV1 réglementaire. Au bout de deux ans, les élèves ont alors la possibilité de choisir le néerlandais comme LV2 à raison de trois heures par semaine. La continuité est garantie jusqu’au lycée, étant donné que la plupart des lycées de cette zone offrent le néerlandais en LV2. Les obstacles proviennent entre autres du fait que le Rectorat de Lille a pris une directive au début de la décennie 2000 qui subordonne la survie des matières optionnelles à un minimum de quinze élèves par classe. On a fait un grand pas en 1998 avec la création du CAPES et de l’agrégation de néerlandais. Il n’y a cependant pas plus d’un ou deux postes offerts chaque année.

16Précisons qu’on enseigne en France le néerlandais standard (appelé ABN : « Algemeen Beschaafd Nederlands » ou « néerlandais civilisé général »), parce qu’il est la langue véhiculaire commune des Flamands (Belges néerlandophones) et des Néerlandais, ce qui représente une population d’environ 21 millions de personnes réunies par un traité d’union linguistique (Taalunie) signé par la Belgique et les Pays-Bas en 1974 (voir carte en annexe). Cependant, il existe en parallèle des cours de flamand dialectal.

17L’intérêt de l’enseignement du néerlandais (civilisé) de nos jours dans la région Nord-Pas-de-Calais est triple :

  • un intérêt historico-culturel : beaucoup de gens recherchent leurs racines en apprenant le néerlandais, en le confondant au passage plus ou moins avec le dialecte de leurs grands-parents ;

  • un intérêt politique : le phénomène du nationalisme flamand. Le Vlaams Blok, équivalent flamand de notre Front National, rassemble à peu près partout en Flandre environ 30 % des électeurs, sans parler des autres partis nationalistes comme la « Nieuwe Vlaamse Alliantie », et l’un de leurs chevaux de bataille, à côté de l’expulsion des étrangers extra-communautaires, est l’indépendance pure et simple de la Flandre, en passant s’il le faut par la dissolution de la Belgique et le « licenciement » du Roi des Belges (sans oublier l’obligation faite à tous les francophones et exolingues de ne plus pratiquer que le néerlandais en Flandre). La virulence du nationalisme flamand, au moins depuis la fin de la Première Guerre mondiale, est l’une des raisons de l’enseignement du néerlandais dans le Nord de la France. Il n’est en effet pas rare, pour un francophone en goguette sur la côte flamande, de subir des vexations d’ordre nationaliste et linguistique, par exemple lorsqu’un commerçant ou un serveur refuse de le servir en français et lui répond en néerlandais qu’il doit parler la « landstaal », la langue du pays. Contrairement à ce que croient beaucoup de Français, la Belgique n’est pas entièrement francophone, et tous les Belges ne sont pas non plus couramment bilingues français / néerlandais. La seule zone bilingue en Belgique est la région de « Bruxelles-capitale ». Dans les classes les plus modestes de la société flamande, il arrive fréquemment que l’on ne parle que le dialecte, que le néerlandais même soit considéré comme une langue étrangère, et le français dans tous les cas comme une langue « ennemie du peuple » ;

  • un intérêt économique : il ne se pose pas avec les Néerlandais, qui sont accoutumés à parler anglais avec tous les étrangers. (Les cours des universités néerlandaises sont par exemple souvent proposés en anglais pour faciliter l’accueil des étudiants étrangers). Il n’en va pas de même en Flandre. Nous recevons ainsi dans le Nord-Pas-de-Calais une importante proportion de touristes flamands. Il est nettement préférable de recevoir ces clients dans leur langue, et ils ne se privent pas de nous le rappeler. Comme nous l’avons déjà indiqué, la grande distribution fait aussi grand cas de ces clients flamands. Le groupe Auchan fait une publicité acharnée en Belgique, surtout au moment des fêtes de fin d’année, avec spots télé sur les chaînes locales par câble et dans les boîtes aux lettres (en néerlandais, évidemment). Les assistant(e)s de direction et les commerciaux de certaines branches parlant un minimum allemand et/ou néerlandais sont très recherchés et assez rares. À défaut de Français, on embauche des Flamands ou des Néerlandais. Tant pis pour nous. Il en va ainsi de la logistique et des transports du côté de Tourcoing. Il est à l’heure actuelle très difficile de trouver une personne de nationalité française parlant couramment néerlandais. Cependant, beaucoup de travailleurs français « migrent » quotidiennement vers les usines et les commerces flamands frontaliers, inversant le mouvement qui a eu lieu il y a un siècle, et leur méconnaissance de la langue locale leur cause occasionnellement des tracasseries. Pour les ouvriers spécialisés, en particulier dans le bâtiment, la Belgique est un véritable Eldorado, les salaires y sont plus élevés qu’en France et les conditions de travail meilleures.

3. L’enseignement du néerlandais à l’IUT de Saint-Omer-Dunkerque

18J’ai été recruté il y a quatre ans pour enseigner le néerlandais à côté de l’allemand, dont un poste était vacant. Le but était de poursuivre l’enseignement des langues germaniques, importantes dans la région, et de permettre aux quelques étudiants LV2 néerlandais que nous accueillons de suivre leur LV2 directement en TC et pas dans d’autres départements comme au CUEEP (formation continue). On m’a également demandé de mettre en place un cours pour débutants. Dès la fin de mon premier mois d’exercice, les responsables du département GACO (Gestion Administrative et Commerciale) de Saint-Omer, qui fait partie du même IUT, m’ont demandé d’intervenir de la même manière et de dispenser un cours de néerlandais pour débutants en 2e année. Je vais ici distinguer les deux départements.

a) Politique en TC (Techniques de Commercialisation)

19Les langues étrangères sont l’une des particularités de TC Dunkerque. La LV2 est depuis longtemps obligatoire, au titre de l’adaptation locale. Nous proposons quatre langues, et les étudiants ont le choix entre l’allemand, l’espagnol et le néerlandais. Ils peuvent en outre choisir le néerlandais en LV3 optionnelle. Certains étudiants, en particulier ceux de formation continue, peuvent étudier les quatre langues si leur emploi du temps le leur permet. La LV1 (anglais), bénéficie de 3 heures par semaine, les autres langues d’1,5 heures, à raison d’environ 25 semaines en 1e année, et de 20 semaines en 2e année. Cela nous mène donc à un horaire respectif de 37,5 et de 30 heures.

20Le cours de néerlandais LV2 est à peu près le même que celui que je donne en allemand. Nous travaillons essentiellement sur l’oral, par des sketchs mettant en scène des situations de communication professionnelle, des simulations de négociation, d’entretien d’embauche, de salon touristique, de conversation avec un banquier, entretiens téléphoniques, courriers professionnels, etc. Étant donné que nous ne pouvons pas multiplier les cours différents, je fais travailler ensemble les LV2 de 1e et de 2e année et les LV3 qui en sont à leur 2e année de néerlandais.

21Le cours de néerlandais LV3 est un cours pour débutants. Je dois signaler ici que les 9/10 des étudiants qui choisissent le néerlandais sont débutants. Là aussi, nous travaillons essentiellement sur l’oral, entre autres avec l’aide d’un manuel néerlandais récent (Code Nederlands 1) qui met l’accent sur les situations de communication de la vie courante. Les étudiants qui suivent ce cours peuvent donc bénéficier d’une initiation d’une bonne trentaine d’heures (plus encore une trentaine d’heures s’ils poursuivent en 2e année) qui leur donne le goût et le parfum d’une langue dont ils n’avaient jusqu’alors fait que percevoir certains borborygmes, mais qu’ils pourront ensuite développer par eux-mêmes si besoin est (dans un domaine privé ou professionnel). C’est aussi l’occasion pour nous d’aborder certains points de civilisation comme ceux que j’ai mentionnés ci-dessus, car il faut souligner que la majorité des Nordistes méconnaissent totalement les réalités complexes de la Belgique et les problèmes communautaires et linguistiques qui la secouent, ce qui peut mener à des erreurs « diplomatiques » cuisantes dans les échanges commerciaux. L’aspect superficiel de ce travail peut sembler peu satisfaisant, mais c’est un moindre mal quand on considère le nombre de départements TC, même frontaliers, qui ne font pas le moindre effort dans ce sens. Il ne s’agit que d’apporter aux étudiants d’IUT – qui ne sont pas des spécialistes des langues – une sorte de culture générale de la langue professionnelle, et pas d’en faire des spécialistes, pas plus qu’ils ne sortent de chez nous experts en droit fiscal ou en comptabilité analytique.

22Pour en terminer sur le département TC, il faut mentionner le fait que les effectifs sont de toute façon assez minces. Le secondaire ne nous « livre » en général que deux ou trois nouveaux étudiants LV2 chaque année, et les débutants qui suivent régulièrement le cours ne sont jamais plus d’une quinzaine chaque année, sur un effectif global de 240 étudiants.

b) Politique en GACO (Gestion Administrative et Commerciale)

23Le néerlandais bénéficie, dans ce département créé il y a cinq ans, d’une sorte de régime de faveur dû à l’accent mis par ses responsables sur les besoins des associations et PME locales et régionales en collaborateurs maîtrisant correctement les langues en usage chez nos voisins directs. GACO est, par exemple, plus à même de former les cadres et les réceptifs du tourisme régional qui seront au contact direct des touristes néerlandophones que nous accueillons. Il m’arrive ainsi régulièrement d’avoir à traduire en néerlandais (plus souvent qu’en allemand) les questionnaires que doivent administrer nos stagiaires sur leur lieu de stage aux clients flamands ou néerlandais.

24L’anglais est la seule langue obligatoire. Les étudiants peuvent ensuite choisir jusqu’à deux autres langues, parmi l’allemand, l’espagnol et le néerlandais. Il est à noter que l’allemand et l’espagnol bénéficient d’un nombre d’heures inférieur à celui attribué à la langue d’Érasme. Le département a accordé dès le début un quota de 50 heures pour un cours de néerlandais débutant en 2e année. Ce quota est passé à plus de 70 heures l’an passé, et nous aurons vraisemblablement deux niveaux de néerlandais à partir de septembre 2003. Le néerlandais sera peut-être également dispensé aux étudiants de la nouvelle licence professionnelle à orientation « touristique » que proposera le département à la rentrée prochaine. Le but est là réellement que les étudiants qui auront étudié le néerlandais atteignent en 3 ans un niveau leur permettant une communication minimale efficace. Je travaille de la même manière qu’en TC, mais avec des horaires plus intéressants (entre 2 heures et 2,5 heures par semaine, en fin de matinée ou en début d’après-midi). Cependant, le néerlandais demeure une option qui rassemble bon an mal an entre 20 et 30 étudiants sur la centaine que compte le département.

c) Relations internationales

25En corollaire de mes interventions en allemand et en néerlandais dans les départements cités ci-dessus, je me suis employé à tisser des liens institutionnels avec des partenaires flamands et néerlandais, afin de permettre à nos étudiants de poursuivre des études dans les pays concernés. C’est un travail de longue haleine et, pour l’heure, nous avons signé un élargissement à notre IUT des accords de l’Université du Littoral-Côte d’Opale – dont nous sommes une composante – avec la Hogeschool van Gent (IUT. de Gand-Belgique), dans les spécialités Business et Marketing. Le but est que les étudiants puissent y effectuer leur DUCTI (Diplôme Universitaire de Cultures et Technologies Internationales – 3e année d’études, à l’étranger). En principe, les étudiants passent un semestre en cours dans l’IUT étranger, éventuellement après un stage de mise à niveau en néerlandais en septembre, puis ils effectuent un stage de 3 à 6 mois dans une entreprise, dans l’un ou l’autre des deux pays, Flandre ou Pays-Bas (de préférence aux Pays-Bas, pour s’habituer aux deux cultures et aux deux prononciations très différentes). Cette expérience professionnelle me semble mieux correspondre aux attentes du marché de l’emploi régional.

4. Bilan et perspectives

26Le bilan que je tire à titre personnel de ces quatre années d’exercice est plutôt mitigé. Je constate que les établissements d’enseignement supérieur de formation professionnelle ont fini avec beaucoup de retard par s’adapter aux demandes linguistiques des entreprises locales. Il en est de même des collectivités territoriales qui, par exemple, subventionnent des cours de néerlandais au sein des formations pour demandeurs d’emploi. Mais force est de constater que la motivation manque cruellement chez les étudiants, à quelque niveau que l’on se situe. Mes effectifs n’augmentent pas de manière significative, le néerlandais ne concerne, tous niveaux confondus, jamais plus de 20 étudiants en TC, sur les 240 que compte le département. La situation est un peu plus brillante en GACO. Le nombre d’heures de cours demeure souvent insuffisant pour amener à un niveau décent des étudiants pour la plupart débutants. Ces mêmes étudiants considèrent massivement une option avant tout comme un surcroît de travail, et ne prennent pas en compte l’avantage qu’elle peut leur procurer dans une embauche future. Nos étudiants manquent cruellement d’une vision existentielle. Ils ne se voient pas clairement dans 5 ou 10 ans, et beaucoup sont persuadés de ne jamais avoir à travailler à l’international de toute leur carrière, alors que le commerce est de plus en plus international. Il faut sans doute chercher cette impéritie linguistique dans le monolinguisme acharné imposé par les autorités françaises au cours des décennies. Les Français n’ont pas, comme la plupart des grandes puissances européennes, le sens ou la culture des langues étrangères. Conscient du caractère polémique de cette sentence, je me contenterai de mentionner les résultats de l’Eurobarometer n° 55 édité par la Commission Européenne en octobre 2001 sur la pratique des langues étrangères dans les états-membres de l’Union Européenne. Il en ressort que la connaissance des langues étrangères est beaucoup plus répandue dans les petits pays du Nord de l’Europe, et moins dans les grands pays autrefois coloniaux et dans le Sud. Ainsi, 87 % des Néerlandais peuvent participer à une conversation dans une langue autre que la leur, 85 % des Danois, 61 % des Belges, mais seulement 47 % des Français (qui se situent toutefois dans la moyenne européenne), 32 % des Espagnols, et 27 % des Britanniques. Il me semble que les langues germaniques souffrent particulièrement de cette désaffection, réputées qu’elles sont d’être difficiles, arides, froides, gutturales, imprononçables. En outre, ce sont des langues du travail, de l’industrie et du commerce, tandis que l’anglais et l’espagnol peuvent être considérées (bien que ce soit accessoire dans le cadre de nos formations) comme des langues du plaisir, l’anglais pour la musique et le cinéma en VO, l’espagnol pour le soleil, les vacances et la « movida ». Les étudiants reviennent souvent après leur formation pour me dire qu’ils ont découvert à titre privé la culture allemande et qu’ils sont très heureux d’avoir subi (sic) toutes ces années de cours de langue, ou au contraire qu’ils regrettent de ne pas avoir appris le néerlandais parce qu’ils en ont un réel besoin pour leur stage de fin d’année ou pour leur nouvel emploi. Ils me reprochent alors de ne pas avoir suffisamment assuré la promotion de mes cours, et je leur réponds que je l’ai fait mais qu’ils ne m’ont pas écouté parce qu’ils n’étaient pas intéressés à ce moment-là. C’est un supplice de Tantale, un éternel recommencement, et j’ai parfois l’impression de me battre contre des moulins à vent. Je me demande donc de plus en plus s’il ne serait pas judicieux d’imposer le néerlandais en LV3 dans les départements proches de la frontière flamande. Mais alors se pose la question du financement.

27Au chapitre des perspectives, il faut mentionner la réforme LMD (licence, mastère, doctorat). Je ne sais ce qu’il faut en penser et je suis partagé entre quiétude et inquiétude. On a tout de même noté, malgré une augmentation globale des horaires de cours, une baisse notoire des horaires de langues, dont souffriront sans doute en priorité les langues minoritaires comme le néerlandais. L’APLIUT s’en est déjà alarmée. Peut-être faut-il conclure de manière quelque peu polémique que les IUT n’ont pas (eux non plus) la culture des langues, même si elles peuvent s’avérer utiles d’un point de vue professionnel pour nos étudiants, et qu’il faut chercher à l’Université les budgets et la curiosité des étudiants pour des matières un peu plus exotiques.

Haut de page

Bibliographie

Tous les numéros de :

Les Pays-Bas français - De Franse Nederlanden – annales. Ed. Stichting Ons Erfdeel vzw., Murissonstraat 260, B-8930 REKKEM. info@onserfdeel.be ; http://www.onserfdeel.be.

En particulier :

Persyn, F. Le néerlandais dans l’enseignement primaire et secondaire en Flandre française, Annales 1995 : 12-42.

Van Assche, D. Le néerlandais dans le Nord de la France, l’édifice n’est pas encore terminé, Annales 2000 : 18-31.

Haut de page

Annexe

Sur la carte de gauche, on voit nettement en noir la frontière linguistique se frayer un chemin à travers le royaume de Belgique, entre Lille à l’ouest et Maastricht à l’est. Dunkerque et Saint-Omer se trouvent à l’orée d’une sphère néerlandophone de 21 millions d’habitants environ, 15 millions de Néerlandais et 6 millions de Flamands. La carte de droite permet de visualiser les grands ensembles politico-linguistiques. En gris foncé, les Pays-Bas, en gris clair, la région et la communauté flamande, et en blanc la région wallonne et la communauté française de Belgique.

Cartes administratives du Benelux

Cartes administratives du Benelux

Extraites de Pays-Bas, Belgique, Luxembourg. Éd. Masson Géographie 1994.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cartes administratives du Benelux
Crédits Extraites de Pays-Bas, Belgique, Luxembourg. Éd. Masson Géographie 1994.
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3395/img-1.png
Fichier image/png, 226k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Charlemagne, « L’enseignement du néerlandais à l’IUT de Saint-Omer-Dunkerque », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 2 | 2004, 45-56.

Référence électronique

Patrice Charlemagne, « L’enseignement du néerlandais à l’IUT de Saint-Omer-Dunkerque », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 2 | 2004, mis en ligne le 03 janvier 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/3395 ; DOI : 10.4000/apliut.3395

Haut de page

Auteur

Patrice Charlemagne

Patrick Charlemagne est Professeur agrégé d'allemand - mention néerlandais à l'IUT de Saint-Omer Dunkerque.
patrice.charlemagne@tiscali.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page