Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Ce numéro des Cahiers de l’APLIUT est consacré aux actes du XXVe congrès de notre association, qui s’est tenu à Auch les 4, 5 et 6 juin 2003 sur le thème « À la recherche de situations communicatives authentiques : l’apprentissage des langues par les tâches ».

2Le concept de tâche est appliqué depuis de nombreuses années dans les pays anglo-saxons, traditionnellement plus pragmatiques que la France. Au cœur d’une approche centrée sur les besoins de l’apprenant, la tâche donne un sens au processus d’apprentissage. Parce qu’elle a un début, un milieu et une fin/une finalité, la tâche donne à l’étudiant des repères qui lui permettent de comprendre l’orientation et les objectifs du cours. Elle l’implique dans le processus d’apprentissage et change radicalement le rôle de l’enseignant et sa relation avec l’apprenant.

3Les trois premiers articles de ce volume replacent le concept de tâche dans le contexte général des théories cognitives et l’illustrent avec des exemples de pratique pédagogique.

4Christian Puren se place dans une perspective européenne et confronte, d’une part, l’approche par les tâches telle qu’elle a été développée par les didacticiens anglo-saxons, et d’autre part l’approche communicative et la « perspective actionnelle » proposée par le Cadre européen commun du Conseil de l’Europe. Il démontre que la dernière évolution correspond en fait à une perspective nouvelle, qu’il appelle « co-langagière co-culturelle » et qu’il propose de considérer non pas comme une révolution de plus mais comme un enrichissement des différentes approches par les tâches.

5Dans un article à deux voix, Jean-Paul Narcy-Combes et Jennifer Walski cherchent à vérifier si leur désaccord ne se résume pas à des divergences de positionnement théorique. La validation scientifique d’une théorie se trouvant dans sa mise en pratique, l’objectif des deux auteurs est de trouver un terrain d’entente entre les différentes théories sur l’apprentissage d’une langue seconde. Ils illustrent leur propos avec un exemple de pratique en contexte, le Service d’apprentissage et perfectionnement en autonomie guidée (SAPAG) de l’université de Bordeaux 2.

6Jean-Pol Martin présente Lernen durch Lehren. Cette méthode, dont il est l’auteur, consiste à confier la charge d’enseigner aux apprenants eux-mêmes. Martin s’oppose à la théorie instructionniste traditionnelle et donne aux élèves les outils qui leur permettront de contrôler leur apprentissage et de participer à une construction collective de leur savoir. Sa méthode repose sur les a priori anthropologiques développés par Maslow dans son modèle de la pyramide des besoins fondamentaux de l’homme.

7S’ils s’appuient également sur la théorie, les textes suivants font surtout la part belle à la mise en œuvre de tâches spécifiques. La « cyberenquête » présentée par Michèle Catroux est une stratégie éducative permettant d’exploiter les ressources de l’Internet. Les apprenants disposent d’indices qui les guident vers des sites présélectionnés afin de réaliser une tâche particulière ou de résoudre un problème. Organisée au sein d’un projet, la cyberenquête place les apprenants dans une situation de travail collaboratif et favorise le transfert des connaissances.

8Nicolas Guichon utilise également l’Internet pour la conception de tâches favorisant la construction du sens et le positionnement intellectuel des apprenants. À travers la recherche-développement qu’il mène à l’université de Lyon II, il montre qu’une situation problème peut fournir des critères pertinents pour la conception de tâches. Le site Internet Virtual Cabinet, qu’il a créé, exploite les potentialités d’une situation particulière (la prise de décision politique) et propose un scénario/jeu de rôles permettant de travailler la compréhension de l’oral.

9Avec Anne Péchou et Anthony Stenton, nous restons dans le domaine du multimédia. Leur double objectif est de fournir aux étudiants une motivation pour interagir et de les aider à maîtriser les techniques de présentation. Le projet qu’ils proposent s’organise autour d’images fixes de films. L’objectif visé par la présentation est atteint grâce à un travail individuel et collaboratif d’équipe et fait appel à des ressources variées (PowerPoint, Internet, la messagerie électronique).

10Comme les auteurs précédents, Dan Frost utilise le ludique et fait appel à l’affectif pour motiver les apprenants et activer le processus d’apprentissage. Dans une fiche enrichie de nombreuses annexes, il détaille une séquence de tâches dont le rêve constitue le fil conducteur. Ses objectifs sont le développement de la communication orale ainsi que la mise en œuvre et l’appropriation progressive et facile par l’étudiant d’un objectif linguistique (le temps passé en anglais).

11Les autres textes de ce Cahier visent à donner à l’étudiant des outils pour appréhender le monde de l’entreprise et la communication professionnelle. L’approche de Dacia Dressen s’inspire de la démarche de genre appelée « modélisation communicative dirigée ». Son objectif est d’aider les étudiants à identifier et à déconstruire les non-dits culturels qui façonnent la communication professionnelle pour leur faire comprendre qu’utiliser la langue est toujours une question de recherche de stratégies communicatives et de maîtrise du contexte. Elle « scénarise » des modèles pour amener les apprenants à découvrir la structure des genres dont ils se serviront dans le monde professionnel et à développer leur capacité à appliquer stratégiquement leurs connaissances linguistiques à des situations authentiques.

12Laurence Giraud-Johnstone présente un projet intitulé « créer sa propre entreprise » mené avec des étudiants de l’université de Paisley. La préparation des étudiants s’appuie sur des fiches pédagogiques, des interventions extérieures (enseignants français, chef d’entreprise) et sur un outil informatique permettant l’échange entre les étudiants. L’auteur explique sa méthodologie et fait un bilan de l’expérience.

13Toujours dans le domaine de l’entreprise, Brigitte Le Rider et Dorothea Levy-Hillerich font une démonstration pratique et illustrée du « Metaplan ». Il s’agit à l’origine d’une philosophie et d’une méthode de travail venant du monde de l’entreprise. Elle requiert la participation de tous les apprenants aux processus de travail, de recherche de solutions et de décision et favorise ainsi la coopération, la communication, la créativité et l’interaction.

14La fiche de Claire Bryars est consacrée à la présentation d’un projet interdisciplinaire mis en place dans son département à l’IUT 2 de Grenoble. La tâche des apprenants consistait à étudier et à présenter (en binômes) une entreprise donnée, sous quatre angles différents (gestion, économie, techniques d’expression, anglais).

15Je vous souhaite une bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 1 | 2004, 7-9.

Référence électronique

Mireille Hardy, « Éditorial », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 1 | 2004, mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://apliut.revues.org/3411

Haut de page

Auteur

Mireille Hardy

Rédactrice en chef des Cahiers de l’APLIUT
apliut@revues.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page