Navigation – Plan du site
Articles

Le septième art et les quatre savoir-faire. Utilisation des images fixes comme support de présentations

The seventh art and the four skills. The use of stills in oral presentations
Anne Péchou et Anthony Stenton
p. 77-88

Résumés

Comment aider les étudiants à maîtriser les techniques de présentation, et fournir au groupe une motivation pour interagir, tout en intégrant les quatre compétences ? Cet article présente un cocktail très simple à base d’images fixes de films et de présentations de style PowerPoint, avec un détour par Internet, un crochet par la messagerie électronique et quelques conseils personnalisés.

Haut de page

Texte intégral

1Toujours à la recherche de moyens pour stimuler l’expression orale en classe, nous décrirons ici une méthodologie qui renouvelle l’art très ancien des présentations orales en intégrant technologies nouvelles, courriel et Internet à l’acquis des méthodes communicatives – en particulier l’information gap. Lorsque plusieurs étudiants détiennent des informations différentes mais complémentaires, ils ont réellement une raison de parler. Aussi les présentations s’effectuent-elles à partir de quelques images d’un film que le restant du groupe n’a pas visionné, rendant vraiment nécessaires les explications fournies dans l’exposé. Nous obtenons ainsi des énoncés spontanés relativement longs sur lesquels pourront s’effectuer ensuite des corrections, en fonction des besoins individuels.

2En utilisant des films comme support, notre objectif est de fournir à tous les membres d’un groupe l’occasion de pratiquer la langue-cible d’une manière relativement « naturelle », dans un contexte propice à abaisser le seuil d’anxiété, en faisant alterner discours préparé, pour expliquer le film à partir des images sélectionnées, et expression spontanée lorsque le groupe pose des questions. La motivation pour pratiquer la langue cible est accrue par la possibilité offerte aux apprenants de choisir librement film et documents s’y rapportant et de se regrouper par affinités pour travailler ensemble.

3L’usage des technologies, et en particulier des images fixes dont nous avons déjà montré l’utilité (Péchou & Stenton 2000), apparaît comme un moyen de renouveler l’enseignement des techniques de présentation. Elle illustre la mutation d’une civilisation de l’écrit vers une civilisation de l’écrit et de l’image dont nous cherchons à tirer parti. L’utilisation d’Internet pour effectuer les recherches, du courrier électronique pour parfaire le travail écrit et de PowerPoint pour présenter son travail au groupe offre d’énormes possibilités allant dans le sens d’un apprentissage intégré des langues.

1. Consignes

4Les étudiants, en groupes de quatre, choisissent un film qu’ils vont présenter à la classe à partir de quatre images fixes, une par personne, au cours d’une présentation de type PowerPoint.

5Quelques jours avant la présentation, le groupe chargé de l’exposé fait parvenir à l’enseignant, par courrier électronique, un travail écrit en deux parties (annexe 1). La première, rédigée collectivement, comporte un résumé du film et des informations sur le réalisateur, les acteurs et la production. C’est une synthèse d’informations trouvées sur Internet. La deuxième partie est une composition individuelle dans laquelle chacun s’efforce de donner son appréciation du film et effectue des rapprochements avec d’autres œuvres cinématographiques d’un genre comparable ; elle est accompagnée d’une liste des expressions et des mots appris en visionnant le film.

6L’exposé de groupe dure environ vingt minutes. Il est recommandé de résister à la tentation de lire un texte rédigé à l’avance mais plutôt de s’aider pour parler de notes brèves, d’utiliser au maximum l’image comme support et de la décrire par rapport au contenu du film. L’exposé est suivi de questions du groupe, sans limite de temps. Chaque présentation est ensuite commentée en anglais par les étudiants qui étaient en position d’observateurs, en fonction des critères d’une grille d’évaluation portant à la fois sur la correction de la langue et de la prononciation, sur l’usage des marqueurs du discours, mais aussi sur les techniques de présentation assistée par ordinateur et l’utilisation des supports visuels. L’accent est mis sur la clarté de l’exposé et sur l’utilisation effective du support visuel (annexe 2).

2. Apports des technologies

2.1. Internet

7Incitant à la lecture extensive et intensive, Internet rend possible des recherches personnelles étendues qui auraient été impensables il y a juste quelques années. Son utilisation est incontournable pour sélectionner les documents nécessaires à la présentation des films. Néanmoins, le risque de dispersion et de perte de temps est considérable. Si les étudiants ne sont pas dirigés, ils peuvent gaspiller de longues heures à parcourir des documents sans intérêt. C’est pour éviter cet écueil que se sont développés les Webquests aussi appelées « cyber-enquêtes » en français, élaborées par des enseignants soucieux de canaliser et d’encadrer l’effort des apprenants. Ils constituent l’exemple type d’un parcours bien balisé, disponible à l’écran en permanence, dans lequel l’enseignant précise tâche, méthode et technique d’évaluation.

8Entre ces deux extrêmes de liberté absolue et de contrôle total, existe la possibilité de fournir une liste non exclusive de sites vérifiés au préalable. Par exemple IMBD (Internet Movie Data Base) donne accès à une dizaine de critiques par film répertorié et aussi à des images fixes, à un synopsis et à des informations sur les acteurs ou le réalisateur. Les adresses ou articles les plus utiles, stockés sur le site du département, constituent les bases d’un parcours semi-guidé offrant la possibilité de choisir tout en évitant de perdre du temps (annexe 3).

9Grâce au courrier électronique, l’écrit revêt une nouvelle dimension, en particulier pour les corrections. Le système traditionnel de correction implique une grande perte de temps. Qu’advient-il des annotations de l’enseignant ? Comment les intégrer ? Sont-elles seulement regardées ? Il est possible à présent de solliciter le remaniement d’un texte à plusieurs reprises jusqu’à ce que toutes les erreurs soient éliminées. En utilisant la messagerie électronique, plusieurs navettes ont lieu entre l’étudiant et l’enseignant, qui encourage les reformulations, l’usage d’expressions idiomatiques et recommande certaines révisions grammaticales. La note finale est attribuée en fonction des efforts déployés pour effectuer les modifications suggérées.

10Pour améliorer le système des corrections, le logiciel de Martin Holmes, Markin (Creative Technology, version 3, 2002) semble très prometteur. Ce programme rapide et efficace permet, à l’aide d’une grille d’erreurs codées qui se superpose au texte dans un coin de l’écran, d’annoter le texte en couleur, simplement en cliquant sur la case appropriée (ordre des mots, temps des verbes, etc.). Certaines cases permettent d’entrer des commentaires personnalisés dans un « escamot », comme on le fait traditionnellement sur le papier. Ce logiciel entraîne l’étudiant à réfléchir sur ses erreurs et à effectuer lui-même la plupart des corrections.

2.2. Images fixes

11Sélection et stockage sur disquette ou CD-R des images du film destinées à illustrer la présentation sont le problème majeur, selon que le support du film est un CD-Rom ou une vidéo. Le DVD offre à la fois la simplicité de stockage et une excellente qualité d’image. Malheureusement, dans nos réserves documentaires, beaucoup de films intéressants et présentant un intérêt didactique certain n’existent qu’en vidéo-cassettes pour lesquelles manipulation et stockage d’images analogiques sont plus complexes. La numérisation et le transfert d’images à partir d’une cassette vidéo exigent la présence d’un technicien équipé d’un PC, d’une carte d’acquisition et d’un magnétoscope. L’accès aux images est un peu complexe et long, car linéaire.

12Une solution plus artisanale consiste à arrêter le déroulement d’une vidéo-cassette qui tourne sur un magnétoscope relié à un écran de téléviseur. Mais le repérage de plusieurs images dispersées dans le film entraîne une perte de temps. Récemment, un groupe d’étudiants astucieux a utilisé un appareil photo numérique pour photographier l’écran, puis a transféré ces photos sur un ordinateur pour la présentation.

13Enfin, Internet constitue la solution la moins chronophage, à condition de trouver les images que l’on recherche. Mais la sélection disponible sur les sites Web, proposée par les éditeurs de films, est généralement limitée et risque de ne pas convenir, puisque toutes les explications du film à un public qui ne l’a pas vu reposent sur seulement quatre images. Il est possible de se servir d’images fixes déjà numérisées, en provenance de la télévision satellite numérique (MPEG-2), et de les transférer directement à l’écran de l’ordinateur. L’image, en format JPEG ou GIF, ainsi obtenue peut ensuite être projetée sur un écran TV ou sur grand écran.

14Le plus aisé est évidemment le DVD qui offre toutes les possibilités de choisir et de capturer des images d’excellente qualité simplement en pressant la touche Print screen. Le temps de transfert peut atteindre deux à trois minutes, selon le niveau de protection du disque.

15Il est clair que le stockage est une affaire importante qui donne à la présentation un aspect professionnel. Il n’y a pas de temps perdu entre les diverses contributions des membres d’un groupe, l’image est d’excellente qualité et peut être retrouvée rapidement si besoin est pour préciser des détails lors de la discussion qui suit chaque présentation.

3. Quels progrès ?

  • 1 The CLIL, ouvrage ayant reçu le soutien de la Direction Générale pour l’Education et la Culture de (...)

16En insistant sur l’apprentissage d’un savoir-faire plutôt que sur l’enseignement de la langue nous nous rapprochons du point de vue méthodologique des expériences menées depuis 7 ans dans le domaine du CLIC (« Classes Intégrant Langue et Contenu ») ou du CLIL, son équivalent anglais (« Content and Language Integrated Learning »)1. Les avantages d’une telle approche ne sont pas encore validés sur le plan scientifique, mais les observations menées en Europe depuis 1995 sont prometteuses (Marsh 1999). Il s’agit d’utiliser la langue-cible dans un but de communication pour apprendre un savoir-faire et d’acquérir les techniques de présentation en utilisant la langue étrangère. La clef est l’interaction et non pas la réaction. Au niveau cognitif, il s’agit de développer des compétences qui lient la compréhension des concepts et le langage. Plusieurs avantages en découlent : sensibilisation à la valeur des compétences transférables (présentations en anglais et en français), accroissement de la confiance en soi et développement d’une vision critique qui devrait être le but de toute éducation. En effet, les remarques faites au cours des discussions sur le contenu des films participent à élargir les horizons des apprenants confrontés à des différences culturelles.

17Présenter des résultats évalués objectivement est une gageure. Le module est court : dix-sept ou vingt-cinq heures, selon le groupe, pour une vingtaine d’étudiants de niveau hétérogène et il est difficile de chiffrer ce qui a été acquis en si peu de temps. Toutefois, on peut attester de la qualité et de la quantité du travail effectué, et certains gains sont directement observables.

3.1. Apprentissage des techniques de présentation

18Comme les présentations sont étalées sur huit ou douze semaines, selon les groupes, de nettes différences sont observables entre les premières et les suivantes, preuve que les étudiants ont tiré profit des observations formulées lors des prestations précédentes à partir de la grille d’écoute. L’élocution est plus claire, la gestuelle mieux contrôlée et les supports visuels bien utilisés. Enfin, on observe progressivement des efforts pour faire l’exposé avec des notes au lieu de lire un texte, ce qui donne une élocution plus naturelle et permet de garder le contact visuel avec l’auditoire. La familiarité avec ces techniques constitue une aide considérable, en particulier pour les étudiants de niveau faible qui gagnent ainsi en assurance.

19Le transfert d’images en format JPEG ou GIF sur disquette et le programme PowerPoint sont maîtrisés. Les participants apprennent à utiliser un dispositif à la fois plus lourd et plus cher que le rétroprojecteur : vidéo-projecteur et ordinateur portable, obtenus sur réservation auprès un système de prêt de matériel par réseau.

3.2. Amélioration du niveau de langue

20La notion de progrès est difficile à évaluer car les résultats dépendent du niveau initial. L’exercice est toutefois l’occasion d’un diagnostic et débouche sur des recommandations individuelles en fonction des lacunes observées.

3.2.1. Compréhension orale

  • 2 World Bank of English : Le Centre de Linguistique de Corpus (« Centre for Corpus Linguistics », CCL (...)

21On peut arguer du fait que la langue des films n’est pas vraiment un modèle authentique de l’oral, comme il ressort d’une étude comparative effectuée à l’Université de Trieste à partir d’un corpus d’anglais parlé (1 million de mots du World Bank of Spoken English, John Sinclair)2 et d’un corpus de scripts de films modernes. L’étude montre de façon convaincante que les marqueurs qui caractérisent la langue parlée : hésitations (well, right, etc.), qui aident l’interlocuteur à comprendre, font trop souvent défaut au langage cinématographique et que, de ce fait, le cinéma, tout comme le discours sans répétitions ni pléonasmes des journalistes de la télévision, ne constitue pas un modèle authentique de langue parlée. Mais cet argument de puriste est insuffisant pour renoncer à des sources fort attrayantes pour les étudiants. Il est indéniable que le langage des films est riche et diversifié et que l’avènement du DVD est pour nous une aubaine. Utiliser la version sous-titrée en français est utile si cela sert à confirmer des hypothèses, pourvu que l’étudiant commence par la version en langue étrangère et qu’il y revienne. La version sous-titrée dans la langue-cible constitue, pour s’imprégner de la musique de la langue, un outil privilégié – même s’il est semé de pièges, puisque son et texte ne correspondent pas toujours. Ce qui importe, c’est d’effectuer des écoutes multiples.

3.2.2. Compréhension écrite

22Les recherches et la sélection de l’information sur Internet exposent l’étudiant à une grande masse de documents qu’il devra au moins lire « en diagonale » pour choisir les plus pertinents, faute de quoi il serait dans l’incapacité de rédiger son travail écrit. La présélection de sites par les enseignants évite les pertes de temps et facilite de façon très significative la tâche de l’étudiant qui peut se consacrer plus longuement à quelques textes appropriés (annexe 4).

3.2.3. Expression écrite

23La partie collective du travail écrit, synthèse d’articles trouvés sur Internet, est relativement exempte d’erreurs car fortement inspirée des textes d’origine. Pour la rédaction des impressions personnelles, nous avons vu plus haut comment le courrier électronique permet un travail de correction plus systématique que celui effectué habituellement, puisque l’étudiant corrige lui-même toutes ses erreurs, en travaillant son texte à plusieurs reprises jusqu’à ce que le contenu soit correctement exprimé.

3.2.4. Expression orale

24La présentation est l’aboutissement du travail de recherche et de réflexion effectué en amont, mais s’en distingue toutefois puisqu’elle s’appuie essentiellement sur l’image que l’on voit à l’écran. Disons à ce sujet que beaucoup d’étudiants éprouvent des difficultés à « lire » une image, et à parler de sa composition, du cadrage et des couleurs utilisées – et qu’on doit les y inviter en posant des questions.

25Les étudiants effectuent un compte rendu de leur expérience audiovisuelle, puisque le groupe n’entend pas la bande sonore et qu’un lien doit être établi avec l’image présentée. La lecture qu’ils font des intentions de l’auteur est en quelque sorte leur propre création.

26La phase des questions et l’évaluation par les étudiants en position d’observateurs fournit également l’occasion de pratiquer les items lexicaux enseignés en début de cours : markers pour articuler les parties du discours, formes de politesse et d’atténuation pour formuler des critiques ou des suggestions à la fin d’un exposé.

3.2.5. Corrections

27L’enseignant effectue un relevé systématique mais non exhaustif des erreurs phonétiques, d’accentuation, de syntaxe ou de lexique. Les observations sont présentées sous la forme d’un diagnostic aux membres du groupe ayant effectué l’exposé. Ils reçoivent alors des recommandations individualisées pour progresser, dans le domaine de l’oral en particulier. Nous insistons beaucoup sur les vertus des annotations phonétiques, les diphtongues en particulier, pour mémoriser la prononciation des mots difficiles. Sur le document de préparation à l’exposé, les étudiants sont invités à noter, à l’aide d’un stabilo, l’accent tonique des mots plurisyllabiques.

4. Perspectives

28À un moment où les modalités du travail à distance occupent le devant de la scène, cette forme d’enseignement présente une combinaison assez complète d’activités traditionnelles en salle de classe, enrichies par l’apport des technologies : travail en autonomie pour la recherche sur Internet et pour les documents écrits envoyés par courriel pour être retravaillés.

29Ce module était initialement destiné à des étudiants en informatique qui choisissaient leurs films tout à fait librement. Leur grande familiarité avec la technique leur permettait de capturer des images et de les projeter, sans aucune difficulté matérielle. Néanmoins, le choix des films, fonction de leurs goûts et de ce qui était pour eux le plus facilement accessible, était parfois surprenant.

30À la rentrée 2003, nous avons offert à un groupe d’étudiants d’IUP Juristes d’Entreprise une sélection de films qui contiennent tous des scènes de procès (annexe 3). L’objectif est de cette manière beaucoup plus ciblé. Le module cinéma (25 heures) n’est plus simplement l’apprentissage des techniques de présentation, mais il participe à l’étude de différentes procédures juridiques dans divers pays de langue anglaise, il permet d’enrichir le vocabulaire de spécialité et d’illustrer certains aspects du droit étudiés en cours magistral. Les premières retombées de cet enseignement semblent indiquer qu’un objectif mieux ciblé emporte les suffrages des apprenants qui fournissent de bon cœur une grande quantité de travail de qualité, ce qui témoigne de leur forte motivation.

Haut de page

Bibliographie

Bazin, A. 1975. Qu’est-ce que le cinéma ? Paris : Cerf.

Berger, J. 1977. Ways of Seeing. Penguin books of America.

Cook, D.A.A. 1981. History of Narrative Film. New York : Norton.

Dudley, A.J. 1976. The Major Film Theories. Oxford : Oxford University Press.

Holmes, M. 1999. Markin. Creative Technology. (pour Windows 9x, NT4, 2000, or XP.) http://www.cict.co.uk/software/markin/index.htm (Calico review : Jack Burston. 1998. CALICO, Computer Assisted Language Instruction Consortium http://calico.org/CALICO_Review/review/markin.htm).

Kress, G. and T. Van Leewen. 1996. Reading Images–The Grammar of Visual Design. Londres : Routledge.

Marsh, D. & B. Marshland. 1999. CLIL Initiatives for the Millenium. Continuing Education Centre, University of Jyväskylä.

Monaco, J. 2000. How to Read a Film : The World of Movies, Media, Multimedia : Language, History, Theory. New York : Oxford University Press Inc.

Péchou, A. & A. Stenton. 2000. « Utilisation des images fixes pour les présentations assistées par ordinateur. » ASp 27/30 : 393-400.

Péchou, A. & A. Stenton. 2001. « Encadrer la médiation – le cas de la prononciation. » ASp 31/33 Actes du Groupe d’études et de recherches en anglais de spécialité : 153-162.

Péchou, A. & A. Stenton. 2002. « Encadrer la médiation – le cas de l’intonation. Compréhension et Hypermédia, approches cognitives, communicationnelles et sémiotiques. » Albi (Présentation du système auteur Sounds Right).

Starr, L. 2002. Meet Bernie Dodge–The Frank Lloyd Wright of Learning Environments. http://www.education-world.com/a_tech/tech020.shtml.

Starr, L. 2000. Creating a WebQuest : It’s Easier Than You Think ! Education World http://www.education-world.com/a_tech/tech011.shtml.

Sygmund, D. 1999. Vers le Plurilinguisme. Continuing Education Centre, University of Jyväskylä.

Taylor C. À paraître. Multimodality and Subtitling : a didactic application. Paris : 7th Cercles International Conférence.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. English films – Guidelines for written report

Annexe 1. English films – Guidelines for written report

Annexe 2. Grille d’évaluation – Films anglais

Annexe 2. Grille d’évaluation – Films anglais
Annexe 3. Liste de films contenant des scènes de procès

Annexe 4. Sites recommandés

Annexe 4. Sites recommandés
Haut de page

Notes

1 The CLIL, ouvrage ayant reçu le soutien de la Direction Générale pour l’Education et la Culture de la Commission Européenne Socrates/Lingua http://www.clilcompendium.com.

2 World Bank of English : Le Centre de Linguistique de Corpus (« Centre for Corpus Linguistics », CCL), de l’Université de Birmingham a été fondé en décembre 2000 par le professeur Wolfgang Teubert. Le CCL maintient une vieille tradition de Corpus à Birmingham, qui remonte aux années 70, époque de la compilation du COBUILD, premier dictionnaire de langue générale basé sur Corpus. John Sinclair, le chef de projet, fut l’un des pionniers de la Linguistique de Corpus. La Bank of English, avec ses 450 millions de mots, constitue encore une partie importante du Centre pour la Linguistique de Corpus, bien qu’aujourd’hui il se concentre sur de nouveaux projets tels que la nouvelle Bank of English, corpus de 4 milliards de mots qui devrait permettre de suivre l’évolution de la langue.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Annexe 1. English films – Guidelines for written report
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3470/img-1.png
Fichier image/png, 68k
Titre Annexe 2. Grille d’évaluation – Films anglais
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3470/img-2.png
Fichier image/png, 53k
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3470/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Annexe 4. Sites recommandés
URL http://apliut.revues.org/docannexe/image/3470/img-4.png
Fichier image/png, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Péchou et Anthony Stenton, « Le septième art et les quatre savoir-faire. Utilisation des images fixes comme support de présentations », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 1 | 2004, 77-88.

Référence électronique

Anne Péchou et Anthony Stenton, « Le septième art et les quatre savoir-faire. Utilisation des images fixes comme support de présentations », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 1 | 2004, mis en ligne le 23 janvier 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/3470 ; DOI : 10.4000/apliut.3470

Haut de page

Auteurs

Anne Péchou

Anne Péchou, Professeur à l’Université Toulouse I, est spécialisée dans la pratique de l’anglais oral, plus particulièrement la prise de parole avec des images fixes de films comme support visuel.
Pechou@univ-tlse1.fr

Articles du même auteur

Anthony Stenton

Anthony Stenton, spécialiste des nouvelles technologies et de la formation à distance (FOAD) des langues, est Maître de Conférences à l’Université Toulouse I.
anthony.stenton@univ-tlse1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page