Navigation – Plan du site
Fiches pédagogiques

Projet interdisciplinaire : étude d’une organisation

Claire Bryars
p. 149-150

Texte intégral

1Un projet interdisciplinaire a été mis en place cette année dans le département Statistiques et Traitement des Données (STID) de l’IUT 2 Grenoble. Le travail consistait à étudier une organisation donnée, par binôme, sous des angles différents (gestion, économie, techniques d’expression, anglais).

2Les entreprises ont été choisies par les étudiants à l’aide d’Internet, de relations personnelles et de documents disponibles. Ils ont consacré entre 2 et 3 semaines à la préparation du travail écrit, tandis que les présentations orales ont été étalées sur 2 semaines pour chacune des 2 matières concernées.

3Par étapes, les étudiants ont d’abord illustré le cours de gestion « découverte d’une entreprise » à l’aide d’un cas concret ; cette même organisation a été ensuite reprise sous un angle « système productif » dans le cadre du cours d’économie. La dernière partie du travail consistait en une présentation orale en cours de techniques d’expression, suivie d’une présentation orale pendant le cours d’anglais.

4Chaque enseignant a fait une préparation de travail spécifique à son cours avec des consignes écrites. Tous étaient disponibles en dehors des cours pour répondre aux questions éventuelles. En cours d’anglais, nous avions prévenu les étudiants qu’une séance de 2 heures leur serait réservée en présence des 2 professeurs des 2 demi-groupes. A la fin de cette séance ils devaient avoir établi : une liste de vocabulaire (que nous allions photocopier pour chaque étudiant), le contenu des transparents et un plan détaillé de leur présentation. La semaine suivante, nous avons commencé les exposés, avec des consignes bien précises.

5Dans l’ensemble, les enseignants ont été très satisfaits de la qualité du travail – surtout en gestion et en anglais. Quelques réserves ont été exprimées par le professeur d’économie sur la forme et le fond des rapports écrits.

6Les étudiants ont pu donner leur avis grâce à un questionnaire. Les principaux commentaires étaient les suivants :

  • difficulté à obtenir des informations chiffrées sur l’entreprise à cause du problème de confidentialité (gestion) ;

  • manque de clarté dans les consignes concernant le rapport (économie) ;

  • répétition au niveau de la préparation et/ou présentation (anglais/techniques d’expression).

7Les principales suggestions proposées par les étudiants pour l’an prochain sont :

  • avoir plus de temps pour la préparation de l’exposé (anglais) ;

  • changer le contenu de la présentation (anglais/techniques d’expression) ;

  • répartir les exposés en anglais sur plusieurs séances (au lieu de 2 séances de 2 heures seulement) ;

  • disposer de moyens supplémentaires pour la présentation (par ex. PowerPoint).

8De leur côté, les enseignants ont jugé nécessaire d’ajouter les points suivants :

  • Gestion – un seul travail (étude de l’organisation de l’entreprise ainsi que l’examen des documents financiers) au lieu des 2 étapes qui avaient été prévues. Le professeur a considéré qu’il était difficile pour les étudiants de « revenir » sur le travail, notamment en ce qui concerne la recherche de documents.

  • Économie – il faut donner des explications plus claires dès le départ, avec des exemples pour chaque consigne donnée. Les étudiants ont souvent calqué leur plan sur celui d’un autre, alors que chaque organisation est un cas particulier. Enfin, il faut préciser que les axes d’études présentés dans les consignes ne sont pas exhaustifs et ne s’appliquent pas à toutes les organisations.

  • Techniques d’expression – il est nécessaire de bien préciser les exigences des présentations orales (accentuer le côté « grand public ») par rapport au travail écrit en gestion et en économie. Des consignes complémentaires mais distinctes doivent être données par rapport à l’anglais (par exemple, différents aspects de l’organisation) pour éviter une répétition dans le travail.

  • Anglais – il faut prévoir une révision générale sur la présentation de transparents, de chiffres et sur la manière de faire une présentation orale. La liste de vocabulaire doit être préparée et étudiée par les autres étudiants à l’avance. Il faut insister sur le plan et la présentation de l’entreprise, avec une structure logique et progressive, ainsi que sur la synthétisation du contenu pour les non-spécialistes. Enfin il faut prévoir plus de temps après chaque exposé pour des commentaires et d’éventuelles questions de la part des étudiants. Et il est souhaitable de revoir le vocabulaire après le travail.

9Dans l’ensemble, les étudiants étaient très contents de ce travail. La liste de ce qu’ils ont appris en anglais était longue – vocabulaire spécifique à l’entreprise, comment se comporter et présenter un exposé devant la classe, simplifier un sujet, synthétiser, parler sans « tout traduire », écouter les autres, improviser, faire des transparents, présenter le fonctionnement des entreprises, faire un travail de groupe, utiliser des mots-clés…

10Nous allons donc poursuivre cette initiative l’année prochaine, en essayant de préciser davantage les consignes que nous donnons aux étudiants. En même temps, nous prendrons en considération leurs suggestions et celles des enseignants concernés par le travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Bryars, « Projet interdisciplinaire : étude d’une organisation », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 1 | 2004, 149-150.

Référence électronique

Claire Bryars, « Projet interdisciplinaire : étude d’une organisation », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 1 | 2004, mis en ligne le 09 février 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://apliut.revues.org/3527 ; DOI : 10.4000/apliut.3527

Haut de page

Auteur

Claire Bryars

Claire Bryars enseigne l’anglais dans le département STID (formation initiale, année spéciale, licence pro) à l’IUT de Grenoble depuis 1976.
Claire.Bryars@iut2.upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association des Professeurs de Langues des Instituts Universitaires de Technologie

Haut de page