Navigation – Plan du site
Recensions

Norman F. Davies (ed), System, 31/3

Pergamon Press, vol. 31, p. 315-415, sept. 2003
Anne-France Beaufils
p. 152-155
Référence(s) :

Davies, Norman F. (ed). System, 31/3 (Sept. 2003) : 313-415

Texte intégral

1Ce numéro spécial de System traite des différences individuelles dans l’apprentissage des langues.

2Dans leur article, « A brief overview of individual differences in second language learning » (313-330), Madeline E. Ehrman, Betty Lou Leaver et Rebecca L. Oxford passent en revue le domaine des différences individuelles incluant un certain nombre de facteurs dont les styles d’apprentissage, les stratégies d’apprentissage et les variables affectives, qui sont traités ici. De nouvelles voies sont également ouvertes pour des recherches futures car, même si la littérature sur les styles d’apprentissage est riche, les modèles utilisés depuis les années 1980 n’ont en réalité que peu changé.

3Le grand nombre des stratégies d’apprentissage – qui rendent visibles les styles d’apprentissage – explique la variété de taxonomies et de traitement de ces stratégies. Le rôle important qu’elles revêtent dans le succès de l’apprentissage a amené les chercheurs et les enseignants à se pencher sur leur enseignement qui, pourtant, n’a abouti à ce jour qu’à des résultats mitigés.

4Les facteurs affectifs comprennent, entre autres, la motivation, l’auto-efficacité, la tolérance de l’ambiguïté et l’anxiété. Les premières théories et les premiers modèles datent des années 50. Aujourd’hui nombreux, ce sont souvent des prolongements ou des réactions aux modèles dits « traditionnels. » Des changements intéressants sont toutefois intervenus ces dernières années dans l’élargissement de la théorie de la motivation, de l’apprenant individuel à la classe entière ou aux groupes d’étudiants. S’il existe de nombreux autres facteurs affectifs, ils sont tous, d’une certaine manière, liés à la motivation. Il s’agit notamment de l’anxiété, des mécanismes de défense, des attitudes internes, de l’estime de soi, de l’activation – ou vigilance nécessaire pour agir –, des hiérarchies de besoins, de l’autorégulation, de l’autogestion, des croyances, de l’intelligence émotionnelle, de l’autosurveillance, autant de facteurs qui jouent un rôle important en favorisant ou empêchant l’autonomie de l’apprenant. C’est pourquoi le domaine de l’interaction entre le style d’apprentissage, les styles cognitifs, les variables culturelles et transculturelles, le niveau de compétence technique et la (dé)motivation, mériterait des travaux plus approfondis.

5Dans son article « The communicative effectiveness of different types of communication strategy » (331-347), Jeannette Littlemore relate une étude exploratoire visant à évaluer l’efficacité communicative d’une gamme de stratégies, en particulier celles que préfèrent les apprenants de langue ectoniques et synoptiques. Les stratégies de compensation qui font l’objet de l’étude sont des stratégies de communication, au même titre que les stratégies interactionnelles.

6Les stratégies de compensation sont définies comme étant des tentatives que font les apprenants en langues pour compenser les lacunes qu’ils ressentent dans leur connaissance de la langue-cible. Pour leur part, les stratégies interactionnelles sont utilisées pour manipuler la conversation et négocier le sens partagé.

7Les résultats suggèrent que les stratégies préférées des apprenants ectoniques sont plus efficaces sur le plan communicatif que celles choisies par les apprenants synoptiques.

8L’article de Carisma Dreyer et Charl Nel, « Teaching reading strategies and reading comprehension within a technology-enhanced learning environment » (349-365), se penche sur l’enseignement des stratégies de lecture dans le cadre d’un cours d’anglais professionnel dans un environnement d’apprentissage renforcé par la technologie avancée. Les questions suivantes sont posées : (a) Quelles sont les caractéristiques de l’utilisation faite par les étudiants de première année de l’université de Potchefstroom (Afrique du Sud) de la compréhension de texte et des stratégies de lecture ? (b) Est-ce que les étudiants du groupe expérimental qui ont suivi l’enseignement sur les stratégies de lecture dans le cadre du cours d’anglais professionnel dans un environnement d’apprentissage à technologie avancée ont atteint des moyennes significativement plus élevées dans la compréhension de lecture lors de leurs examens d’anglais et du test TOEFL ? Y a-t-il eu des différences significatives dans l’utilisation qu’ils font des stratégies de lecture ?

9Les résultats indiquent que les étudiants tirent des bénéfices de l’enseignement des stratégies de lecture dans un environnement d’apprentissage à technologie avancée.

10Dans l’article « Patterns of language learning strategy use » (367-383), Carol Griffiths nous fait part d’une étude réalisée en Nouvelle Zélande ayant pour but, d’une part, d’explorer la relation entre le niveau du cours et la fréquence d’utilisation des stratégies d’apprentissage de langue par des locuteurs d’autres langues et, d’autre part, de rechercher des schèmes d’utilisation de stratégies selon le niveau du cours et selon d’autres variables de l’apprenant.

11Les résultats mettent en évidence une relation significative entre l’utilisation de stratégies et le niveau du cours, avec des différences importantes selon les nationalités ; les étudiants de niveau plus avancé ont eu plus fréquemment recours à un nombre élevé de stratégies d’apprentissage en langues. Ces stratégies sont liées à l’interaction avec les autres, au vocabulaire, à la lecture, à la tolérance de l’ambiguïté, aux systèmes de la langue, à la gestion des sentiments, à la gestion de l’apprentissage et à l’utilisation des ressources disponibles. Les étudiants de niveau plus avancé préfèrent les stratégies à la fois plus sophistiquées et plus interactives que ceux de niveau moins élevé. Ces résultats semblent indiquer que les différences d’utilisation des stratégies entre les étudiants de niveau moins élevé et ceux de niveau plus élevé sont d’ordre qualitatif aussi bien que quantitatif.

12« What can we learn from good foreign language learners ? A qualitative study in the Japanese foreign language context » (385-392), l’article d’Osamu Takeuchi présente une étude qualitative menée dans le cadre du japonais langue étrangère sur les bons apprenants de langue. Il procède à une analyse de l’utilisation des stratégies.

13D’après les résultats, il y aurait des stratégies favorites dans le contexte du japonais langue étrangère. Il s’agit notamment (a) de stratégies métacognitives visant à maximiser l’input et liées aux opportunités d’utiliser la langue étrangère ; (b) de stratégies propres à une compétence, liées à l’apprentissage conscient ; (c) de stratégies de mémorisation liées à l’appropriation du système linguistique ; et (d) de stratégies cognitives pour l’entraînement.

14Enfin, il semblerait que l’utilisation de certaines stratégies soit étroitement liée à des étapes particulières d’apprentissage. Il conviendrait que la recherche future dans le domaine des stratégies se pnche davantage sur le concept d’étapes d’apprentissage.

15L’article de Madeline Ehrman et Betty Lou Leaver « Cognitive styles in the service of language learning » (394-415) présente un nouveau modèle de styles cognitifs ainsi que son application pour accroître l’efficacité des formations linguistiques intensives car, si la littérature est abondante dans le domaine des différences individuelles, elle l’est moins en ce qui concerne l’application des résultats des recherches à l’apprentissage dans la vie réelle.

16Le modèle (auquel il faut ajouter le questionnaire) E&L offre une grande variété de renseignements sur les apprenants en langues et l’apprentissage des langues. Il met en évidence de nombreux profils et, de ce fait, n’est pas simple à utiliser. Néanmoins, il permet d’avoir une approche plus nuancée des individus que la plupart des autres modèles dans la mesure où il compte dix sous-échelles qui, bien que liées entre elles à un degré plus ou moins élevé, peuvent aussi opérer indépendamment les unes des autres, créant ainsi une multitude de combinaisons possibles et permettant des différentiations considérables entre les individus. Ce modèle, bien entendu utile en lui-même, l’est encore davantage lorsqu’on le couple avec d’autres informations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-France Beaufils, « Norman F. Davies (ed), System, 31/3 », Cahiers de l’APLIUT, Vol. XXIII N° 1 | 2004, 152-155.

Référence électronique

Anne-France Beaufils, « Norman F. Davies (ed), System, 31/3 », Cahiers de l’APLIUT [En ligne], Vol. XXIII N° 1 | 2004, mis en ligne le 06 novembre 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://apliut.revues.org/3530

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page